Version classiqueVersion mobile

Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail

 | 
Anni Borzei
, 
Gwenaële Rot

Première partie. Les fondateurs racontent

Introduction

Texte intégral

  • 1 Morin Edgar, Autocritique, Paris, Éditions du Seuil, 1959. Né à Paris en 1921, Edgar Morin (...)

Année 1959. Fidel Castro prend le pouvoir à Cuba, le Marché commun entre en vigueur et six mois plus tard, le drapeau européen flotte sur les frontons. L’URSS lance sa première fusée lunaire. À l’aube de la cinquième République, le général de Gaulle, nouveau président élu, entre en fonction. En pleine guerre d’Algérie le général de Gaulle propose finalement l’autodétermination au pays. Rompant avec le communisme, le sociologue Edgar Morin publie son Autocritique1. La scolarité devient obligatoire jusqu’à seize ans. André Malraux est nommé ministre de la Culture. Gérard Philippe, Boris Vian et Sydney Bechet tirent leur révérence. À Hollywood, Jacques Tati reçoit l’Oscar du meilleur film étranger pour Mon Oncle, une satire poétique de la société industrielle. Les téléspectateurs découvrent l’émission Cinq colonnes à la une. Sempé et Goscinny publient les Aventures du Petit Nicolas et Raymond Queneau, celles de Zazie dans le métro. Le « Nouveau réalisme » en art trouve son public.

  • 2 Alain Touraine et Jean-René Tréanton, nés en 1925, avaient 34 ans, Jean-Daniel Reynaud, né (...)

1Année 1959 toujours. Quatre jeunes gens2, Michel Crozier, Jean-Daniel Reynaud, Alain Touraine et Jean-René Tréanton prennent la responsabilité éditoriale d’une nouvelle revue, Sociologie du travail. Parrainée par Georges Friedmann et Jean Stœtzel, elle sera publiée aux Éditions du Seuil et tirée à 2 500 exemplaires.

2Comme toute revue Sociologie du travail est le produit d’une époque, d’une histoire intellectuelle, d’un projet collectif. Dans le cas présent, elle est aussi le fruit d’un état de la recherche, d’une rencontre mais aussi, nous le verrons, d’une impulsion des pouvoirs publics. Tel est le terreau où la graine a germé.

  • 3 Blondiaux Loïc, « Comment rompre avec Durkheim ? Jean Stoetzel et la sociologie française (...)

3Dans les entretiens qui suivent, ces ingrédients sont emmêlés. C’est même ce qui en fait le sel et l’intérêt historique. Si la trame est la même, le rythme et le ton sont propres à chacun. Mais grâce aux méandres qu’empruntent les récits, grâce aux rebonds et aux recoupements qu’une lecture d’affilée permet de repérer, le projet commun prend forme peu à peu. C’est leur conception de la sociologie et du métier de sociologue qui fait surface, en ces années où la sociologie se construit sur des bases plus empiriques et moins spéculatives que la sociologie d’avant-guerre3. Au-delà de la reconstitution des faits, on perçoit les enjeux intellectuels et sociaux associés à la création de cette revue, tels que les fondateurs s’en souviennent encore mais surtout tels qu’ils souhaitent nous en parler, un demi-siècle plus tard. Le recul est productif : les rêves et les refus évoqués sont réactualisés. La signification que les fondateurs accordent à ce qu’ils ont accompli nous importe sans doute autant aujourd’hui que les faits eux-mêmes. De leurs « mots pour le dire » dépend in fine l’intérêt du lecteur, le sentiment que cette aventure collective le concerne.

  • 4 Nous avions déjà utilisé ce terme pour qualifier le statut des récits d’une grève, faits p (...)

4Avant d’en arriver aux récits commençons par quelques rappels destinés à jeter les bases d’une biographie « sociale4 » autant qu’individuelle. Quels étaient l’arrière-plan, les conditions, les implicites d’un tel projet ?

  • 5 Pierre Bourdieu parle de « voie royale », « Field work in philosophy », Bourdieu Pierre, C (...)
  • 6 On pense ici à Jacques Dofny ou encore Claude Durand qui ont apporté des témoignages simil (...)
  • 7 Friedmann Georges, Problèmes humains du machinisme industriel, Paris, Gallimard, 1946.
  • 8 L’importance de cette « distinction » entre les fondateurs sera d’ailleurs rappelée par… u (...)

5Les fondateurs peuvent se prévaloir de parcours de jeunes intellectuels de bonne famille : École normale supérieure et agrégation d’histoire pour Alain Touraine, de philosophie pour Jean-Daniel Reynaud5, diplôme de l’École libre de sciences politiques pour Jean-René Tréanton et de l’École des hautes études commerciales pour Michel Crozier. Aucun n’a reçu un enseignement universitaire de sociologie, discipline qu’ils ont découverte au hasard de leurs lectures : il ne pouvait qu’en être ainsi puisque la licence de sociologie n’a été crée qu’en 1958, un an avant la naissance de Sociologie du travail. Comme d’autres sociologues6, les « vocations » de Jean-René Tréanton et d’Alain Touraine, sont venues à l’un comme à l’autre en lisant les Problèmes humains du machinisme industriel, l’ouvrage fondateur de Georges Friedmann7 : « ça a été pour moi un véritable coup de tonnerre » confie Alain Touraine. Très vite, les deux normaliens se voient confier d’importantes responsabilités institutionnelles. En 1958, Alain Touraine devient directeur d’études à l’École pratique des hautes études. En 1959, l’année de la création de la revue, Jean-Daniel Reynaud hérite de la chaire de Georges Friedmann au Conservatoire national des arts et métiers. Ces beaux débuts de carrière ne doivent pas masquer certaines distinctions plus subtiles. Les hiérarchies symboliques sont rappelées. Pour se démarquer de Jean-Daniel Reynaud, Alain Touraine attire l’attention sur le fait qu’il ne fallait pas confondre agrégation d’histoire et de philosophie, et rappelle par ailleurs qu’HEC – d’où est issu Michel Crozier – n’était pas à l’époque une « grande école »… Quand Jean-René Tréanton parle des « sacrements » des normaliens qui distinguent deux de ses comparses, c’est pour rappeler que lui ne l’est pas, « manque », dit-il, qui le rapproche de Michel Crozier8.

  • 9 Johan Heilbron a montré combien la sociologie « représentait une activité tout-à-fait marg (...)
  • 10 Adjectif qui nous paraît ici plus juste que celui de « marginaux » et que nous empruntons (...)
  • 11 Pour reprendre le diagnostic sévère exprimé en 1953. Crozier Michel « Les intellectuels et (...)
  • 12 Une partie minoritaire : les intellectuels proches du PC étaient plus nombreux que les aut (...)
  • 13 Pour une contribution à base d’archives orales sur cette aventure et notamment sur la conq (...)
  • 14 Comme il l’indique dans Un désir d’histoire, Paris, Stock, 1977, p. 82.

6Ces parcours ne sont pas pour autant conventionnels. Tous parlent de trajectoires non linéaires. C’est même en réaction contre la voie toute tracée dessinée par leur bagage académique qu’il faut aller chercher les raisons de leurs choix. Pour Jean-Daniel Reynaud, devenir sociologue est une manière de « tourner le dos à la philosophie ». Jean-René Tréanton retient l’impression d’avoir été à « l’avant-garde ». Alain Touraine évoque, lui, la stigmatisation à laquelle ils s’exposaient en suivant le chemin ouvert par Friedmann au Centre d’études sociologiques (CES), le laboratoire de sociologie du CNRS9. Un pied dans le vieux monde du xixe siècle qui les habite encore, l’autre dans le nouveau qui se cherche, ces « mutants10 » sont à la charnière. Ils savent ce qu’ils refusent et ce à quoi ils échappent : une carrière sans surprise. Mais ils savent aussi ce qui s’offre à eux, le terrain quasi vierge d’une discipline à construire et à investir. Une discipline qui a déjà fait ses preuves outre-Atlantique et dont ils espèrent bien s’inspirer et la refaçonner à leur guise. On mesure mal un demi-siècle plus tard, l’ampleur et l’accélération des bouleversements socio-économiques qui marquent cette société industrielle d’après guerre qui stagne11 encore au début des années 1950. Presque dix ans plus tard, avec l’avènement de la Ve République, une nouvelle ère s’ouvre. Sur fond de crise politique (de Gaulle vient d’arriver au pouvoir et la France s’enlise dans une guerre d’Algérie qui ne dit pas son nom), la signification politique des alliances intellectuelles risque de nous échapper. Ces alliances se nouent « tout naturellement » en quelque sorte, entre une partie12 des intellectuels en rupture avec le PC et rebelle à l’influence d’un marxisme dogmatique et une partie, là encore, des élites réformatrices investies notamment dans l’aventure de la planification13. La deuxième gauche est déjà en route et nos interlocuteurs, ni libéraux ni communistes, n’en sont pas très loin. Michel Crozier et Jean-Daniel Reynaud se retrouveront d’ailleurs au Club Jean Moulin et seront de farouches opposants à la Guerre d’Algérie ; Alain Touraine fréquentera le PSA puis le PSU14. Un peu sur le modèle du séminaire de Georges Friedmann où ils ont pu faire leurs armes et qu’ils ont tous fréquenté, la société civile avec laquelle ils aspirent à collaborer est avant tout composée de décideurs : des cadres d’entreprise, des syndicalistes, mais aussi des hauts fonctionnaires.

7Pour mener à bien cette mission, ils se feront professionnels de la science sociale. En définitive leur motivation – en ces années où la France doit impérativement se moderniser – se résume, pour reprendre l’expression commune à Alain Touraine et à Michel Crozier, en deux mots : « rencontrer la réalité ». La banalité apparente de la formule ne doit pas masquer le caractère radical du statut épistémologique de ce programme. C’est dans l’opposition aux modes intellectuelles d’alors que les fondateurs estiment avoir construit et conçu leur projet. C’est en cela qu’ils innovent et qu’ils feront de la sociologie du travail cette discipline d’un domaine, à la croisée du scientifique et du politique. Trop jeunes pour avoir participé aux combats de la guerre et surtout à la Résistance, leur engagement citoyen se cherche ailleurs. La création d’une revue est l’un des instruments à leur portée pour contribuer à comprendre, puis éventuellement à réformer une société ; une société déboussolée qui se connaît très mal et qui aurait besoin d’être « auscultée », sur le terrain des « problèmes sociaux » et surtout de plus près. Leur complicité prend sa source dans cet espoir.

  • 15 Pour reprendre la formule de Michel Crozier, dans son entretien, à ce sujet.
  • 16 Et dont Georges Gurvitch est très représentatif.
  • 17 Les « véritables problèmes » de l’époque étaient sociaux bien sûr mais aussi de nature pol (...)

8Leur « credo commun » repose pour l’essentiel sur trois lignes de force. La première est une défiance affichée à l’égard du Parti communiste et du marxisme idéologique. Nourris, pour plusieurs d’entre eux, des thèses marxistes, cette opposition porte moins sur le marxisme lui-même que sur sa forme « vulgairement » dogmatique, de même que sur sa forme, plus « sophistiquée15 », mais tout aussi dogmatique, qu’affectionnaient beaucoup d’intellectuels de gauche à cette époque – dont Jean-Paul Sartre fut un représentant éminent. La seconde est l’affirmation d’une distance tout aussi grande vis-à-vis de la sociologie spéculative et de la philosophie, perçues alors comme dominantes dans le monde académique16. Ils croient aux vertus d’une connaissance scientifique, issue d’enquêtes soucieuses de preuves et de mesure. Leur démarche est plus inductive que déductive, elle entend s’attaquer de front aux « véritables problèmes17 ». Les dangers majeurs qui guettent la sociologie du travail à leurs yeux sont, en effet, l’absence d’études, d’hypothèses, de démonstrations, de vérifications et la confusion entre principes moraux et critique économique, entre analyse et interprétation. Mais cet empirisme revendiqué, devra s’inscrire en outre dans une tradition historique assortie d’une visée transformatrice : fidèle à son passé, la sociologie du travail « à la française » puise aussi ses racines et son inspiration dans la pensée sociale du dix-neuvième siècle.

9La troisième ligne de force peut se lire, enfin, dans le paradigme naissant (en France) d’une sociologie de l’acteur que chacun des fondateurs taillera à sa propre mesure : elle se déclinera un peu plus tard chez Michel Crozier sous la forme de l’analyse stratégique, chez Alain Touraine par la sociologie de l’action et chez Jean-Daniel Reynaud par la sociologie de la régulation.

  • 18 Sur ces contributions et notamment la publication de traités de sociologie à cette période (...)

10Ces orientations ont pu être éprouvées au cours d’expériences professionnelles partagées. Les quatre fondateurs se fréquentent depuis une dizaine d’années quand ils fondent la revue. En 1950 Alain Touraine, recruté par Georges Friedmann, rentre au CES, suivi, la même année, par Jean-Daniel Reynaud, sollicité, lui, par Jean Stoetzel, tandis que Michel Crozier y entre, à son tour, en 1952. Dès ces premières années, Alain Touraine et Jean-Daniel Reynaud travaillent ensemble. Ils mènent, en 1955, une étude sur les étudiants en médecine, ils se retrouvent comme coresponsables d’une enquête sur la sidérurgie, ils se retrouvent également en 1956 et 1957 sur une enquête réalisée au Chili – toujours sur la sidérurgie. L’expression d’alter ego, utilisée par Michel Crozier pour évoquer le duo formé par Jean-Daniel Reynaud et Alain Touraine exprime cette connivence des premiers temps du CES. Ainsi, avant même la fondation de la revue, des relations étroites s’étaient nouées entre eux. Jean-Daniel Reynaud rappelle qu’avec Jean-René Tréanton, il avait collaboré au Traité de sociologie de Gurvitch18 et qu’il fut le voisin de bureau de Michel Crozier à l’Institut des sciences sociales du travail. Ils avaient en outre eu l’occasion de se côtoyer régulièrement lors des séminaires que Georges Friedmann organisait au Centre d’études sociologiques. Ces derniers ont pesé lourd dans la confection d’une culture sociologique commune et ont profondément marqué l’orientation de la revue qui allait naître.

  • 19 La formule est du sociologue Henri Mendras, qui lui aussi, avait fait ce voyage. Mendras H (...)
  • 20 Il y retournera en 1963 comme visiting professor à Columbia. L’indication de ce second séj (...)

11Cette culture sociologique s’alimente aussi à d’autres sources moins hexagonales. En effet, tous les quatre partagent le fait d’avoir fait le voyage, ce « rite initiatique19 » aux États-Unis au cours des années cinquante. L’Amérique et sa sociologie sont une référence incontournable. Sans être un modèle intellectuel, la capacité d’autoanalyse des sociologues américains les fascine. Une formule de Michel Crozier résume bien la jonction intellectuelle qu’ils souhaitaient opérer : « nous faisions le pont entre le travail et l’Amérique ». On verra que Sociologie du travail porte les traces de cette expérience essentielle. Michel Crozier a « fait » l’Amérique avant les autres, en 1947, puis y a séjourné à plusieurs reprises notamment lors d’une mission de productivité en 1956, puis lors de séjours de recherche en 1959 à Stanford. C’est là, dit-il, qu’il a réalisé combien la « peur du face à face » est une tare typiquement française. C’est là qu’il a rencontré des hommes qui ont beaucoup compté pour lui comme Herbert Simon,, William Foote, Whyte et Seymour Martin Lipset. C’est là qu’il a réalisé sa première grande recherche de terrain sur le syndicalisme américain et, par la suite, qu’il a commencé à comprendre l’entreprise comme une « organisation autonome ». Jean-René Tréanton, lui, a passé un an à Yale, en 1950, grâce à une bourse que lui avait obtenue Georges Friedmann, séjour suffisamment marquant pour l’amener à choisir pour sujet de thèse de droit, Le Syndicat dans l’entreprise américaine. Lors de ce séjour il rencontra William Foote Whyte, Melville Dalton, Everett Hughes. Alain Touraine, de son côté, a fait le voyage outre-Atlantique par deux fois. D’abord en 1952 à Harvard, puis en 1957 en tant qu’enseignant à Columbia. Mais plus sensible à « l’anti-américanisme » de l’époque que ses collègues, franchement hostile à la sociologie parsonienne, il n’en est pas revenu transformé. Preuve de sa curiosité : il est bien le seul français, pense-t-il, à avoir compulsé l’intégralité des archives syndicales de l’American Federation of Labour (AFL). Dans leur grande diversité, les sociologies américaines – de Lazarsfeld à Strauss, en passant par les travaux de l’école des Relations Humaines – représentent pour Jean-Daniel Reynaud, « des exemples merveilleusement stimulants ». S’il n’a fait qu’un séjour bref outre-Atlantique, en 1953 à l’occasion d’une mission de productivité20, il y voit un véritable « monde » d’idées et de méthodes opérationnelles directement en prise sur la réalité et l’action des acteurs sociaux.

12La création de Sociologie du travail arrive donc après plusieurs années de pratiques sociologiques et la participation à de grosses enquêtes, conformément au programme de recherche souhaité par Georges Friedmann, permettant aux fondateurs de se prévaloir de publications de « référence ». L’expérience de la revue est l’occasion d’éprouver une entente basée sur des collaborations antérieures et de consolider des affinités électives. Occasions de rapprochement, d’amitié et de fidélité propices à entretenir la sociabilité au sein du groupe, certains de ces liens ne sont pas directement d’ordre professionnel. Ainsi, les épouses de Michel Crozier et d’Alain Touraine, hispanophones toutes les deux, auront un rôle central durable dans la relation entre les deux hommes.

13Souvent incisifs et teintés d’humour, les autoportraits qui suivent sont parfois sans complaisance et les portraits qu’ils s’amusent à croquer les uns des autres, offrent quelques pistes pour saisir de l’intérieur l’ambiance et le fonctionnement de la revue dans ses premières années. On y voit aussi, en filigrane, comment se répartissaient les places et les rôles de chacun dans cet attelage à la fois évident, très collégial et un tantinet incongru.

Bibliographie

Les fondateurs se racontent

Dans des styles et sur des tons bien différents, sous la forme d’autoportraits, d’autobiographies, de témoignage, les quatre fondateurs se sont, à de multiples occasions, expliqués dans divers colloques et publications sur leur parcours et celle de la discipline. Alain Touraine a publié très tôt, en 1977, une autobiographie (Un désir d’histoire), Michel Crozier avait écrit plusieurs articles sur son métier avant que ne paraissent ses « Mémoires » en deux volumes chez Fayard en 2002 et 2004. Jean-Daniel Reynaud s’est prêté à plusieurs entretiens sur sa théorie de la régulation. Enfin c’est à Jean-René Tréanton que l’on doit un travail d’histoire, enrichi par la publication d’un choix de correspondances personnelles.

Crozier Michel, « L’aventure de Sociologie du travail, une vue rétrospective à trente ans de distance », in Sociologie du travail, Actes du colloque « Sociologie du travail à trente ans », 1989, p. 11-15.

Crozier Michel, « La sociologie du travail dans le discours sociologique : les paradoxes de la marginalisation et de l’éclatement », in Sociologie et sociétés, vol. 23, n° 2, 1991, p. 47-49.

Crozier Michel, « Michel Crozier chercheur et enseignant » (entretien mené par Bernard Colasse et Francis Pavé), in Gérer et comprendre, juin 1994, p. 15-19.

Crozier Michel, « De l’état de jeune intellectuel à la profession de chercheur en sciences sociales », in L’Analyse stratégique. Sa genèse, ses applications et ses problèmes actuels. Autour de Michel Crozier, Pavé Francis (dir.), Actes du Colloque de Cérisy, Paris, Éditions du Seuil, 1994, p. 80-95.

Crozier Michel, « Comment je me suis découvert sociologue. Réflexions sur un apprentissage qui ne sera jamais terminé », in Revue française de science politique, vol. 46, n° 1, 1996, p. 80-95.

Crozier Michel, Ma belle époque, Paris, Fayard, 2002.

Crozier Michel, « Nous avons réinventé la sociologie », in L’Œil du sociologue. Études réunies autour d’Henri Mendras, Jacques-Jouvenot Dominique (dir.), Besançon, Presses du Centre Unesco de Besançon, 1998, p. 93-99.

Reynaud Jean-Daniel, « Sociologie du travail ou science de l’action sociale ? », in Sociologie du travail, Actes du colloque « Sociologie du travail à trente ans », 1989, p. 17-23.

Reynaud Jean-Daniel, « De l’analyse des relations professionnelles à la théorie de la régulation sociale » (entretien mené par Eric Pezet et Pierre Louart), in Gérer et comprendre, n° 73, septembre 2003, p. 4-7.

Reynaud Jean-Daniel, « Ce que produit une négociation collective, ce sont des règles », in Négociation, « Grand entretien », vol 2, n° 4, 2005, p. 139-159.

Touraine Alain, « Autoportrait du sociologue. Entretien avec Alain Touraine », in Esprit, novembre, 1975, p. 587-605.

Touraine Alain, Un désir d’histoire, Paris, Stock, 1977.

Touraine Alain, « Entretien avec Alain Touraine », in Sciences humaines, n° 42, 1994, p. 54-56.

Touraine Alain, « Réponse de Monsieur Alain Touraine », in Le Développement des sciences sociales en France au tournant des années soixante, Drouard Alain (dir.), Paris, CNRS, 1983.

Touraine Alain, « D’une sociologie à l’autre », Sociologie du travail, Actes du colloque « Sociologie du travail à trente ans », 1989, p. 25-33.

Tréanton Jean-René, « Sur les débuts de la sociologie du travail », in Revue française de sociologie, vol. 27, n° 4, 1986, p. 735-740.

Tréanton Jean-René, « Les premières années du Centre d’études sociologiques (1946-1955) », in Revue française de sociologie, vol. 32, n° 3, 1991, p. 381-404.

Tréanton Jean-René, « Les débuts du CES, 1946-1955 (suite) », in Revue française de sociologie, vol. 33, p. 487-495.

Tréanton Jean-René, « Une rencontre avec Everett C. Hugues », in Sociétés contemporaines, 1997, vol. 27, p. 73-78.

Tréanton, Jean-René, « Friedmann et Naville face à leur Traité de sociologie du travail », in Les Vies de Pierre Naville, Blum Françoise (dir.), Lille, Presses du Septentrion, 2007, p. 281-288.

Notes

1 Morin Edgar, Autocritique, Paris, Éditions du Seuil, 1959. Né à Paris en 1921, Edgar Morin avait adhéré au Parti communiste lorsqu’il était dans la Résistance. Il fut exclu du Parti en 1951 en raison de ses prises de position anti-staliniennes.

2 Alain Touraine et Jean-René Tréanton, nés en 1925, avaient 34 ans, Jean-Daniel Reynaud, né en 1926, 33 ans. Michel Crozier, né en 1922, 37 ans.

3 Blondiaux Loïc, « Comment rompre avec Durkheim ? Jean Stoetzel et la sociologie française d’après guerre (1945-1958) », in Revue française de sociologie, vol. 32, n° 3, 1991, p. 411-441 ; Chapoulie Jean-Michel, « La seconde fondation de la sociologie française, les États-Unis et la classe ouvrière », in Revue française de sociologie, vol. 32, n° 3, 1991, p. 321-364.

4 Nous avions déjà utilisé ce terme pour qualifier le statut des récits d’une grève, faits par quatre ouvrières : « Biographies parce qu’il s’agit bien de séquences biographiques, d’itinéraires individuels racontés à la première personne ; sociales parce qu’au-delà des personnes existe un groupe, un groupe relativement homogène, soudé par trois années de conflit ; au-delà de ce groupe, une communauté sociale, celle des ouvrières en confection, filles et petites filles d’ouvriers mineurs ; au-delà de cette communauté, une classe ouvrière elle-même enracinée dans une région, le bassin minier du Pas-de-Calais », Borzeix Anni et Maruani Margaret, Le Temps des chemises, la grève qu’elles gardent au cœur, Paris, Syros, 1982, p. 27-28.

5 Pierre Bourdieu parle de « voie royale », « Field work in philosophy », Bourdieu Pierre, Choses dites, Paris, Les Éditions de Minuit, 1987, p. 15.

6 On pense ici à Jacques Dofny ou encore Claude Durand qui ont apporté des témoignages similaires. Dofny Jacques, « De l’expérience du milieu ouvrier à la pratique sociologique : entrevue avec Jacques Dofny, professeur et bâtisseur », in Sociologie et sociétés, vol. 23, n° 2, 1991, p. 61-77. Durand Claude, Sociologie du travail, Toulouse, Octarès, 2000, p. 11.

7 Friedmann Georges, Problèmes humains du machinisme industriel, Paris, Gallimard, 1946.

8 L’importance de cette « distinction » entre les fondateurs sera d’ailleurs rappelée par… un énarque qui les a bien connus, Yves Delamotte, dans l’entretien qu’il nous a accordé et dont un extrait est présenté dans ce volume p. 157-158.

9 Johan Heilbron a montré combien la sociologie « représentait une activité tout-à-fait marginale par rapport au champ intellectuel » et combien les chercheurs pouvaient souffrir d’une double exclusion : à la fois de l’université et des grandes institutions de la recherche appliquée. Heilbron Johan, « Pionniers par défaut ? Les débuts de la recherche au Centre d’études sociologiques (1946- 1960) », in Revue française de sociologie, vol. 32, n° 3, 1991, p. 365-379. Toutefois en raison justement de leur parcours antérieur, les chercheurs les mieux dotés en capital social – et c’était le cas des fondateurs, en particulier des deux normaliens – avaient « gardé un badge qui [nous] garantissait de bonne compagnie grâce [aux] titres universitaires » rappelle Jean-Daniel Reynaud dans un entretien accordé à Olgierd Kuty. Kuty Olgierd, « La naissance de la négociation (1933-1962) », in Sociologies. Revue scientifique internationale, mis en ligne le 28 octobre 2008, note 33 p. 26. URL : http://sociologies.revues.org/document2488.html. Consulté le 10 novembre 2009.

10 Adjectif qui nous paraît ici plus juste que celui de « marginaux » et que nous empruntons à une formule de Catherine Paradeise que nous remercions pour sa lecture commentée.

11 Pour reprendre le diagnostic sévère exprimé en 1953. Crozier Michel « Les intellectuels et la stagnation française », in Esprit, décembre 1953, p. 771-782.

12 Une partie minoritaire : les intellectuels proches du PC étaient plus nombreux que les autres.

13 Pour une contribution à base d’archives orales sur cette aventure et notamment sur la conquête par l’État de la direction de l’économie, on lira avec intérêt le livre de François Fourquet. Fourquet François, Les comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du plan, op. cit.

14 Comme il l’indique dans Un désir d’histoire, Paris, Stock, 1977, p. 82.

15 Pour reprendre la formule de Michel Crozier, dans son entretien, à ce sujet.

16 Et dont Georges Gurvitch est très représentatif.

17 Les « véritables problèmes » de l’époque étaient sociaux bien sûr mais aussi de nature politique (même si ces derniers étaient peu abordés dans la revue). Jean-Daniel Reynaud nous le rappelle en ces termes : « Le drame central de la vie politique de la IVe République, celui de l’absurdité de sa politique coloniale, de l’Indochine à l’Algérie [...] montrait jusqu’à la caricature l’incapacité de la phrase révolutionnaire ou, tout autant, de l’humanisme chrétien à faire face aux véritables problèmes, ou plutôt leur capacité à les ignorer » (Jean-Daniel Reynaud, courrier du 9 juillet 2008).

18 Sur ces contributions et notamment la publication de traités de sociologie à cette période voir la deuxième partie de cet ouvrage.

19 La formule est du sociologue Henri Mendras, qui lui aussi, avait fait ce voyage. Mendras Henri, avec la collaboration de Patrick Le Galès et Marco Oberti, Comment devenir sociologue. Souvenir d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud, 1995, p. 43.

20 Il y retournera en 1963 comme visiting professor à Columbia. L’indication de ce second séjour est précisée par Olgierd Kuty, op. cit., note 34.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search