Version classiqueVersion mobile

Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail

 | 
Anni Borzei
, 
Gwenaële Rot

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Publiée depuis : Rot Gwenaële, Sociologie de l’atelier. Renault, le travail ouvrier, le sociologue,(...)
  • 2 Au titre d’une coutume (qui prend sans doute sa source dans le caractère collégial de l’association (...)

Le projet de ce livre est d’une rencontre entre deux sociologues du travail qu’une génération sépare. L’une venait de terminer sa thèse1, l’autre était membre depuis vingt ans du comité éditorial de la revue2 dont il sera abondamment question ici. La perspective d’une enquête aux sources de notre discipline n’en avait que plus d’attrait. Comment et pourquoi devenait-on sociologue du travail il y a cinquante ans et en quoi consistait alors ce métier ? La création d’une revue consacrée à ce domaine allait nous servir de boussole pour remonter le temps. Comment et pourquoi la revue Sociologie du travail avait-elle vu le jour en 1959 ? Cette publication offrait aussi un autre atout. Elle réunissait en qualité de fondateurs quatre éminents sociologues, Michel Crozier, Jean-Daniel Reynaud, Alain Touraine et Jean-René Tréanton. Nous tenions là, sans aucun doute, de quoi raconter une « belle histoire » dont le sens – pour ceux qui l’avaient vécue, mais peut-être surtout pour les générations suivantes – restait accessible ; de quoi offrir aux futurs praticiens de la discipline une histoire sensible sur la fabrique d’un objet de papier simple et robuste, un périodique de référence qui paraît toujours cinquante ans plus tard.

  • 3 Selon l’expression qu’emploie Erving Goffman pour désigner le fresh-talk du conférencier qui n’est (...)
  • 4 Pour une recension de ces témoignages écrits, voir page 29 du présent ouvrage.
  • 5 Formule empruntée à François Fourquet qui l’emploie pour caractériser le réseau d’hommes au cœur de (...)

1Nous nous sommes lancées dans ce projet sans idée très arrêtée quant à la forme définitive du produit auquel l’enquête donnerait le jour. Trop de contraintes fixées a priori risquaient de brider notre élan. Deux choses étaient certaines : on y entendrait quatre voix, celles des fondateurs et il serait écrit à quatre mains, les nôtres. Mais encore ? Notre envie, au départ, était somme toute assez simple : recueillir le « parler frais3 » de ceux qui, en 1959, s’associèrent pour participer à la fondation de cette revue dont les colonnes ont régulièrement ponctué depuis un demi-siècle la vie de la discipline. Les différences de personnalité au sein de ce quatuor étaient assez profondes pour intriguer. Derrière des styles personnels contrastés, quelles étaient les affinités intellectuelles et la communauté d’intérêts qui avaient scellé leur entente et servi de socle à la fondation de la revue ? Ils avaient tous les quatre eu l’occasion de parler et d’écrire sur leur passé4. Leurs récits étaient individuels. Or une revue est affaire d’équipe ; c’est donc au « groupe » des fondateurs qu’il fallait nous adresser. C’est le récit pluriel de la création de cette revue qui est proposé ici au lecteur, l’histoire d’une aventure intellectuelle racontée a posteriori par ces quatre « grands témoins ». Le vrai sujet de cette histoire est aussi le « réseau d’hommes vivants d’une même génération5 » et leur sociologie.

2Nos relations avec nos aînés se sont établies dans la durée. Lors de nos premiers contacts, deux registres nous importaient : celui des faits – comment fonctionnait ce comité de rédaction ? – mais aussi celui d’une réflexion plus sociologique : pourquoi « eux » ? Pourquoi en 1959 ? Pourquoi « le travail » ? Pourquoi s’étaient-ils choisis, et comment avaient-ils travaillé ensemble ? Leurs entretiens dérouleraient le fil de ces quelques rubriques assez évidentes.

  • 6 Michel Crozier pour Gwenaële Rot, et Jean-Daniel Reynaud pour Anni Borzeix. Nous avons ensuite cont (...)

3Nous avons commencé par solliciter ceux que nous connaissions le plus directement6. Nous avons réalisé quatre premiers entretiens, d’une durée variable (entre une heure et trois heures) entre août et décembre 2002. Afin de conserver la souplesse de l’oral, la retranscription est restée aussi fidèle que possible ; seuls certains passages redondants et quelques hésitations et familiarités ont été gommés. L’ordre des questions – sur le contexte politique, institutionnel et intellectuel de la naissance de la revue, le choix des fondateurs, celui du titre, l’organisation du travail éditorial – a été préservé. Chacun fut invité en outre à faire un portrait des trois autres.

4Précisons qu’en allant voir les fondateurs nous avons provoqué une situation qui se devait d’obéir à une série de conventions. À notre demande ils se sont exprimés en tant que témoins-clés, en porte-parole de la discipline, hérauts historiques conscients de leur rôle et de leur image. Mais un même événement raconté par quatre témoins en modifie la représentation : ses facettes se démultiplient. Notre curiosité aiguisée allait faire évoluer le projet : ces récits individuels se répondaient, engageaient presque la conversation, mais sans se parler. Cette polyphonie nous paraissait chargée d’effets de connaissance – nous qui avions les quatre versions en main(s). Eux, privés de cette vision d’ensemble, avaient peut-être d’autres choses à se dire. Pour tester cette hypothèse nous avons songé à faire un pas de plus en « doublant » le dispositif par une deuxième série d’entretiens. Pourrions-nous provoquer un récit « sur le récit », une parole plus dialogique où chacun serait incité à revenir, comme en écho, sur sa propre version de l’histoire et surtout sur le sens que ce passé avait encore aujourd’hui « pour lui » ? Restait à obtenir leur accord : accepteraient-ils que leur premier document soit communiqué aux trois autres ? De leur réponse dépendait la possibilité de ce « second tour » dont les modalités précises restaient à définir avec eux.

5Au printemps 2004 nous avons reçu leur feu vert. Notre toilettage des premiers entretiens avait été diversement apprécié. Résultat : les quatre premiers entretiens qu’on lira ne sont pas tout à fait de la même étoffe. Michel Crozier s’est contenté de nous signaler quelques coquilles ; Alain Touraine nous a renvoyé son entretien très légèrement retouché ; Jean-René Tréanton, sans modifier le contenu, a souhaité réorganiser le sien à sa façon, petit clin d’œil aux corrections et réagencements qu’il aimait pratiquer en tant que membre du comité de rédaction. Quant à Jean-Daniel Reynaud, il nous a retourné son témoignage entièrement réécrit et enrichi, en vue de cette diffusion. Il ne s’agissait plus d’un entretien oral retranscrit mais d’un texte développé qui prenait, de fait, la forme d’un article.

6Poursuivant notre projet, un courrier fut adressé aux fondateurs en mai 2004, en même temps que les textes eux-mêmes, pour expliquer leur statut et solliciter un second rendez-vous. Nous leur précisions aussi ce que nous attendions d’eux : qu’ils réagissent très librement aux propos de leurs collègues. Cette « seconde voix », serait assurément différente de la première : moins respectueuse du sujet imposé ; une voix d’orchestre et non plus ces morceaux choisis que nous venions d’entendre, interprétés en solo.

7Michel Crozier, Jean-Daniel Reynaud et Alain Touraine acceptèrent de se prêter au jeu. Malgré notre insistance, Jean-René Tréanton préféra s’abstenir, estimant pour sa part qu’il ne voyait pas ce qu’il pourrait bien ajouter à ses propos.

8Les secondes rencontres se déroulèrent sur un terrain et sur un ton plus fortement marqués par la personnalité et les parcours de chacun mais aussi par la perspective d’une publication : leur relecture allait en tenir compte. Notre projet d’édition se précisant peu à peu, il nous fallait clarifier le « contrat » qui nous liait les uns aux autres ; il nous fallait aussi préciser la nature de notre propre contribution, ce que nous fîmes en ces termes :

Notre projet d’édition se précise dans son contenu et sa forme. Nous souhaitons réaliser un ouvrage à partir de ce fil directeur que constituent nos précédents échanges. Outre la publication des entretiens, nous souhaitons contribuer à l’ouvrage en apportant notre propre « point de vue » que nous inspirent ces échanges et témoignages tout en proposant un certain nombre d’éclairages destinés, en complément de vos récits, à situer le contexte intellectuel et institutionnel, la période historique, à préciser les orientations qui étaient celles de la sociologie de l’époque. L’ouvrage aura volontairement une forme kaléidoscopique comprenant la présentation de vos regards croisés, nos propres développements sur des points précis (sous forme de « zoom » concernant par exemple le Club Jean Moulin, la présentation des institutions importantes pour l’époque, les premières enquêtes empiriques etc.), mais également nos analyses, sur ce qu’était la sociologie du travail au début des années 60. Nous souhaiterions également y ajouter la présentation de documents d’archive. (Anni Borzeix et Gwenaële Rot, janvier 2005)

9L’architecture de l’ouvrage prenait forme à nos yeux ainsi qu’à ceux de nos interlocuteurs, avertis désormais de la place qui leur serait réservée dans un ensemble. C’est dans cette perspective qu’ils nous ont donné leur accord pour publication.

  • 7 C’est cette distinction que l’on doit à Emile Benveniste qui permet de sortir de la linguistique st (...)
  • 8 Le récit croisé est une méthode largement utilisée dans les années 1980 en histoire sociale. Il s’a (...)

10Ce livre sera finalement construit autour de trois corpus différents : des entretiens, des archives et la revue elle-même. Mais la double série d’entretiens dont nous venons de voir les conditions d’énonciation, d’écriture et de diffusion y occupe à l’évidence une place de choix. Plusieurs raisons expliquent le statut privilégié accordé ici à ces témoignages. La première est qu’un récit, plus qu’un simple genre littéraire, est une expérience anthropologique aussi archaïque qu’efficace. Comme l’acte se distingue de son produit, l’énonciation est du côté de l’action « en train de se faire », l’énoncé du côté du figé, de l’accompli7. La seconde est que le récit à la première personne gagne en densité sociologique s’il est confronté à d’autres récits individuels du même événement. En les croisant8 on peut alors tendre vers un récit collectif. Le portrait d’une communauté socio-professionnelle ici esquissé prend place dans une histoire des intellectuels français : les connaissances produites débordent le témoignage subjectif. La troisième raison est que le travail proprement sociologique consiste à confronter sources orales et écrites, à rassembler et organiser le dialogue entre ces différents matériaux. À eux le récit des événements passés et l’appréciation de l’intérêt de cette aventure. À nous, ensuite, d’en faire une mise en scène plus analytique revenant sur la discipline elle-même. Et pour cela il nous fallait mettre en regard les trois entrées ; autrement dit, établir des passerelles convaincantes, non plus entre eux, cette fois, mais entre ces différentes sources.

11Poursuivons cette chronique des opérations. Ce n’est qu’après avoir rassemblé ces témoignages, que l’idée de revenir « sur pièces » à l’objet matériel de notre investigation, c’est-à-dire à la revue elle-même, s’est imposée à nous. Ses pages devaient pouvoir nous restituer une photographie plus précise, « preuves à l’appui », de ce qu’était ce domaine de connaissance, la sociologie du travail, au beau milieu de ce qu’il est convenu d’appeler les « trente glorieuses », années qui connaissaient pourtant leur lot d’incertitudes et de bouleversements politiques, économiques et sociaux. Une photographie non pas anonyme mais « signée » de la main des fondateurs, marquée par leurs curiosités personnelles, leurs convictions et leurs ambitions. On y verrait leur travail « en actes ». L’exercice s’est soldé par un inventaire raisonné – à base de relectures, de dénombrements (articles, compte rendus, notes critiques), d’interprétation – destiné à brosser un portrait de la sociologie du travail « années 60 ». Mais l’analyse proposée de la publication reflète nécessairement notre point de vue, met l’accent sur ce qu’il nous semble important de retenir pour comprendre pourquoi ce qui s’est « fait » hier, s’est fait.

12L’analyse du contenu des vingt-quatre premières livraisons – publiées de 1959 à 1966, années durant lesquelles les fondateurs étaient aux commandes du comité de rédaction – montre que la revue est bien plus qu’un simple reflet de la production scientifique, qu’un support académique offert aux premières recherches empiriques. C’est la revue d’une discipline qui se veut citoyenne et savante à la fois, aussi « scientifique » qu’ouverte sur le monde et surtout en prise directe non pas sur l’actualité « chaude » mais sur les transformations profondes auxquelles la société industrielle du début des années 1960 est confrontée. Tribune lettrée, comme d’autres revues de sciences sociales à la même période, mais où les résultats sont appelés à éclairer le débat sur la société française. Et ce débat porte avant tout sur des questions « de société » : sur les mondes du travail, sur les formes de la rémunération, sur les promesses du progrès technique, sur les dynamiques du mouvement social, sur la réforme de l’entreprise, sur les conditions de la démocratie industrielle, sur l’avenir des relations professionnelles et leur place dans les régulations d’ensemble… plus que sur les rapports d’exploitation et la lutte des classes.

  • 9 Comme l’évoque justement Antoine Prost au sujet d’une enquête sur la Sécurité sociale dirigée par J (...)

13Historiciser la naissance de la revue grâce à leurs témoignages nous a entraînées enfin sur d’autres voies moins fréquentées, à la recherche des fondements intellectuels d’une discipline, et des conditions institutionnelles de production de la sociologie. Nous avons alors entrepris de compléter et de documenter les souvenirs des fondateurs à l’aide de matériaux d’archives qui nous « renvoient aussi au temps lointain des perforatrices, des trieuses, des Japy et des Gestetner9 ». La sociologie du travail naissante – avec ses engagements, ses engouements – mais aussi ses manières de faire, son « ton » pour reprendre la formule de Jean-Daniel Reynaud dans son entretien, devenait plus proche.

14Cet ouvrage tient donc du kaléidoscope. Il mêle les genres, les niveaux de discours et les temporalités. Il combine différentes entrées, rassemble plusieurs types de matériaux. Certains sont originaux : la double série d’entretiens réalisés avec les fondateurs qui en constitue la première partie, « Les fondateurs racontent » ; d’autres sont inédits ou enfouis comme les documents d’archives qui servent à affiner les propos de ces témoignages et qui forment la deuxième partie de l’ouvrage, « Quand parlent les archives » ; d’autres enfin sont publics, mais largement tombés dans l’oubli : il en est ainsi du contenu des articles publiés durant cette période et que nous avons entrepris d’exhumer dans une troisième partie, « Passage en revue ».

  • 10 Pluet-Despatin Jacqueline, « Une contribution à l’histoire des intellectuels : les revues », in Les (...)
  • 11 Sirinelli Jean-François, « Le hasard ou la nécessité ? Une histoire des intellectuels », in Vingtiè (...)
  • 12 Ibid.
  • 13 L’idée de cette formule nous est venue au départ par analogie avec le titre du livre de Böll Heinri (...)

15Au croisement de l’histoire de la sociologie et de la sociologie de la sociologie, cette enquête sur la naissance d’une revue de sciences humaines peut aussi se lire comme une contribution à une histoire des intellectuels en général10, des sciences sociales en particulier. Évoquant ce « chantier », Jean-François Sirinelli11 suggérait de recourir à un certain nombre d’instruments d’investigation adaptés à un tel projet parmi lesquels l’étude d’itinéraires, l’observation de structures de sociabilité et la mise en lumière de générations. Cet ouvrage rassemble quelques pièces du dossier qu’il appelle de ses vœux. Nous avons bien étudié une « structure de sociabilité » et nous nous sommes penchées sur un faisceau d’itinéraires. Nous n’avons pas cherché à proposer de « photographie aérienne12 » étendue, mais à privilégier un champ de fouilles, par définition plus circonscrit. Le recueil des entretiens, l’analyse de contenu de la revue, l’accent mis sur les conditions de la production sociologique d’alors, la recherche de documents d’archives sont autant de pierres de couleurs différentes offertes à une histoire du temps présent. Ce « portrait de groupe avec revue13 » constitue l’un des chapitres d’une histoire des idées qui est loin d’être achevée.

Notes

1 Publiée depuis : Rot Gwenaële, Sociologie de l’atelier. Renault, le travail ouvrier, le sociologue, Toulouse, Octarès, 2006. La thèse avait été réalisée au Centre de sociologie des organisations, laboratoire du CNRS, créé par Michel Crozier à la fin des années 1960.

2 Au titre d’une coutume (qui prend sans doute sa source dans le caractère collégial de l’association des fondateurs) selon laquelle les renouvellements du comité de rédaction de Sociologie du travail se devaient de respecter un état d’« équilibre » entre les premiers laboratoires de sociologie du travail. À son arrivée, Anni Borzeix « représentait » – le terme est évidemment impropre – le laboratoire de Sociologie du travail et des relations professionnelles du CNAM fondé par Jean-Daniel Reynaud en 1969, qu’elle avait intégré en 1974.

3 Selon l’expression qu’emploie Erving Goffman pour désigner le fresh-talk du conférencier qui n’est ni celui de la sincérité ou de la véracité (le parler vrai) ni celui du parler standard ; Goffman Erving, Façons de parler, Paris, Les Éditions de Minuit, 1987.

4 Pour une recension de ces témoignages écrits, voir page 29 du présent ouvrage.

5 Formule empruntée à François Fourquet qui l’emploie pour caractériser le réseau d’hommes au cœur de son livre consacré à l’histoire de la comptabilité nationale et du plan. Fourquet François, Les comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du plan, Paris, Encres, 1980.

6 Michel Crozier pour Gwenaële Rot, et Jean-Daniel Reynaud pour Anni Borzeix. Nous avons ensuite contacté Alain Touraine et Jean-René Tréanton, qui nous répondirent, eux aussi, favorablement.

7 C’est cette distinction que l’on doit à Emile Benveniste qui permet de sortir de la linguistique structurale. Benveniste Emile, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966, [éd. 1974].

8 Le récit croisé est une méthode largement utilisée dans les années 1980 en histoire sociale. Il s’agit d’« une visée multiple centrée sur un seul objectif qui sera le plus souvent une formation sociale à dimension démographique étroite, village ou autres cibles, secte, confrérie, quartier, association… » écrivent Simone Clapier-Valladon et Jean Poirier. Clapier-Valladon Simone, Poirier Jean, « Le concept d’ethnobiographie et les récits de vie croisés », in Cahiers internationaux de sociologie, numéro spécial consacré à « Histoires de vie et vie sociale », vol. 27, n° 69, 1980, p. 351-358.

9 Comme l’évoque justement Antoine Prost au sujet d’une enquête sur la Sécurité sociale dirigée par Jean-Daniel Reynaud. Prost Antoine, « Préface », in Les Assurés et la sécurité sociale. Étude sur les assurés du régime général en 1958, Reynaud Jean-Daniel, Catrice-Lorey Antoinette, Paris comité d’Histoire de la sécurité social, 1996, p. 7 [réédition du rapport du même nom publié en 1958 par l’Institut des sciences sociales du travail].

10 Pluet-Despatin Jacqueline, « Une contribution à l’histoire des intellectuels : les revues », in Les Cahiers de l’IHTP, n° 20, mars 1992, p. 125.

11 Sirinelli Jean-François, « Le hasard ou la nécessité ? Une histoire des intellectuels », in Vingtième siècle. Revue d’histoire, vol. 9, n° 9, 1986, p. 97-109.

12 Ibid.

13 L’idée de cette formule nous est venue au départ par analogie avec le titre du livre de Böll Heinrich, Portrait de groupe avec dame, qui date de 1971 (paru au Seuil en 1982). Nous l’avons retrouvée ensuite, telle quelle, sous la plume de Bernard Lepetit à propos d’une autre revue. Lepetit Bernard, « Les Annales, Portrait de groupe avec revue », in Une école pour les sciences sociales. De la VIe section à l’École des Hautes études en sciences sociales, Revel Jacques (dir.), Paris, Nathan, 1996, p. 31-48.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search