Version classiqueVersion mobile

Psychologie comparée

 | 
Jacques Vauclair

V Traitement cognitif du monde social

Texte intégral

Une question importante pour les spécialistes du comportement concerne la manière dont les animaux gèrent leurs rapports sociaux. La question principale abordée dans ce chapitre est de déterminer si les comportements sociaux sont régis par des traitements de type cognitif, comme cela est le cas pour les objets inertes de l’environnement. Autrement dit, l’objectif est de tenter d’évaluer dans quelle mesure les comportements des espèces engagées dans des comportements impliquant des réseaux de relations sociales peuvent suggérer la mise en jeu de processus cognitifs de complexité variable.

La complexité de la vie sociale à l’origine des capacités cognitives

  • 1 Humphrey N., « The social function of intellect », in Growing Points in Ethology, Bateson (...)
  • 2 Kummer H., « Social knowledge in free-ranging primates », in Animal Mind-human Mind, Griff (...)
  • 3 Seyfarth R. M., & Cheney D. L., « Primate social cognition as a precursor to language », i (...)
  • 4 Bates E., The Emergence of Symbols. Cognition and Communication in Infancy, NewYork, Acade (...)

1Pour plusieurs primatologues (comme Nicolas Humphrey1 ou Hans Kummer2), l’apparition des capacités cognitives chez les primates serait conçue comme une fonction de la complexité de leur vie sociale, le domaine non social ne leur posant pas de défis aussi redoutables. Cette hypothèse a été affirmée au cours des années et certains auteurs comme Robert Seyfarth et Dorothey Cheney3 considèrent même que le langage aurait évolué à partir de l’organisation des relations sociales s’exprimant dans la communication vocale des singes. Une autre position revient à considérer que la cognition constitue un phénomène unitaire. Comme le suggère de façon imagée Elisabeth Bates4, les deux réalités (sociale et non sociale) se réfèreraient à un « logiciel » cognitif commun. Ces instruments communs (par exemple la maîtrise des relations moyens-buts) s’élaboreront chez l’homme au cours de l’ontogenèse et s’appliqueront, parfois avec décalage, aux deux réalités. Ainsi, l’usage d’outils (pour le domaine physique) correspondrait à la sollicitation de l’autre, qui est ainsi « instrumentalisé », dans la communication sociale.

2La validation de cette dernière hypothèse s’avère possible dans le cadre d’un programme de recherche qui se donne pour objectif de mettre en évidence, dans des situations expérimentales contrôlées, des capacités cognitives dans le domaine non social, et de montrer par la suite qu’elles s’appliquent au domaine social.

3Sans vouloir trancher a priori la question de la prééminence d’un type de cognition sur l’autre, il est cependant relativement aisé d’attester que les phénomènes qui sont considérés comme typiques de la connaissance des objets inertes (par exemple, discriminer entre deux ou plusieurs objets, savoir les classer, les dénombrer ou dégager des relations d’identité), ont leurs équivalents dans le domaine social. Ainsi, reconnaître un partenaire, c’est démontrer des capacités de discrimination et de catégorisation. De même, s’associer à un allié au sein d’un groupe social suppose l’évaluation préalable de relations d’identité, aussi bien que celle de quantités numériques, etc.

L’intelligence sociale

4Un bref compte rendu de travaux significatifs qui décrivent la perception que les primates ont de leurs congénères est tout d’abord utile pour aborder l’existence éventuelle des représentations pour la gestion des relations interindividuelles. La vie sociale requiert non seulement la communication à l’aide de signaux visuels, acoustiques ou d’une autre nature, qui doivent être correctement codés par les autres membres du groupe, mais aussi la capacité de discriminer les membres appartenant à la même espèce, et plus précisément de reconnaître ceux qui appartiennent au groupe. Le fait que les primates, comme sans doute la plupart des vertébrés, se reconnaissent individuellement est un constat qui fait l’unanimité. En plus de posséder une représentation du partenaire, les primates semblent être capables de reconnaître les relations que les individus avec qui ils sont familiers entretiennent entre eux et catégorisent ces relations selon par exemple une échelle de dominance sociale.

  • 5 Cheney D. L. & Seyfarth R. M., How Monkeys See the World, Chicago, University of Chicago P (...)

5La plus connue des illustrations de ces compétences provient des recherches expérimentales conduites sur le terrain par Dorothey Cheney et Robert Seyfarth5 avec des singes vervets. Ces chercheurs ont diffusé en play-back à des vervets les cris d’alarme spécifiques qui sont émis lorsque des prédateurs sont détectés. Trois types de cris correspondent ainsi aux trois classes principales de prédateurs (aigle, léopard et python). La production d’un type de cri provoque, chez les congénères alertés, une réponse qui est adaptée (par exemple se réfugier dans les arbres quand un python est signalé). Des réactions identiques sont provoquées lorsque les cris d’alarme sont diffusés par haut-parleur. Les réponses aux cris paraissent être indépendantes des variations de longueur et d’amplitude du signal, aussi bien que de l’état d’excitation et de l’âge de l’animal émetteur. De plus, comme ces cris se réfèrent à des objets extérieurs et que leur émission est contrôlée (un individu seul ne crie pas, mais, en revanche, il augmentera l’intensité de ses cris en présence de congénères qui lui sont apparentés), de tels signaux possèderaient un caractère rudimentaire de sémantisation, et pourraient être, selon les auteurs, comparés à des « mots ». Des expériences utilisant la technique de diffusion de cris en play-back suggèrent par ailleurs que les mères au sein d’un groupe de vervets sont capables de réagir aux cris de leurs enfants, même éloignés d’elles. De plus, sur la seule base de cette information acoustique, les femelles peuvent reconnaître les vocalisations des enfants des autres en associant (par le regard en direction du haut-parleur) une mère aux cris d’un juvénile particulier.

  • 6 Dasser V., « A social concept in Java monkeys », in Animal Behaviour, 36, 1988, p. 225-230
  • 7 Bovet D. & Washburn D. A., « Rhesus macaques (Macaca mulatta) categorize unknown conspecif (...)

6La classification des individus au sein d’un groupe selon l’appartenance à la catégorie « progéniture » opposée à « non-progéniture » a été l’objet d’investigations. Ainsi, Verena Dasser6 a montré la capacité de femelles macaques pour reconnaître des dyades mères-enfants à partir de diapositives présentant tous les individus constituant le groupe social de ces femelles. De la même manière, Dalila Bovet et David Washburn7 ont montré chez les macaques, suite à la présentation de films représentant diverses interactions entre deux congénères inconnus, lequel domine l’autre. Les singes sont donc capables de conceptualiser les relations que d’autres individus entretiennent et de se servir de ce savoir pour anticiper leurs réactions. Cette capacité cognitive dans la maîtrise des relations sociales nécessite des inférences qui rappellent les raisonnements transitifs évoqués plus avant à propos des traitements d’objets inertes. Par exemple, en ce qui concerne les relations de dominance, imaginons un individu C qui a été battu par un individu B et qui voit B se faire battre par A. Il est avantageux dans cette situation que l’individu C soit capable d’inférer que A est probablement plus fort que lui-même et qu’il vaut donc mieux éviter un conflit avec lui.

Reconnaissance dans le miroir

  • 8 Vauclair J., Développement du jeune enfant. Motricité, perception, cognition, Paris, Belin (...)

7L’importance du visage et, au sein de celui-ci, du regard est primordiale dans toutes les situations sociales. Cette partie de notre corps sert notamment à être reconnu par les autres, mais le paradoxe est que le visage est invisible au sujet lui-même. Chez l’homme, la reconnaissance de soi dans un miroir est une compétence relativement tardive, puisqu’elle apparaît dans le courant de la deuxième année chez l’enfant et doit être apprise encore par les adultes qui n’auraient jamais été confrontés auparavant au miroir8.

8Mis pour la première fois en face d’un miroir, les primates (humains et non humains) et les autres espèces testées réagissent comme s’ils étaient en présence d’un congénère. Par contraste avec ces réactions de non-reconnaissance, l’enfant, le chimpanzé, l’orang-outang et le gorille montrent des comportements auto-dirigés (par exemple l’exploration de l’intérieur de la bouche) à la place des simples réponses sociales.

  • 9 Gallup G. G., « Chimpanzees : Self-recognition », in Science, 167, 1970, p. 86-87.
  • 10 Chang L. et al., « 1Mirror-induced self-directed behaviors in rhesus monkeys after visual- (...)

9Gordon Gallup9 a conçu un test (appelé le test de la tache) destiné à étudier la « reconnaissance de soi ». Après une familiarisation avec un miroir, un individu est anesthésié et une marque colorée, indétectable au toucher ou à l’odorat, est placée au-dessus des yeux. À son réveil, l’individu est mis à nouveau en face du miroir, et ses réactions à la tache (contact, frottement, attention visuelle, etc.) sont observées et considérées comme des indices que l’animal traite différemment ou non son faciès ou son visage avant et après l’ajout de la marque. Chez les primates non humains, seuls les chimpanzés, les orangs-outangs et les gorilles (et non pas les autres espèces de primates) réussissent le test de la tache (l’enfant humain manifeste un intérêt spécifique pour la tache vers l’âge de 15 mois). Récemment, Liangtang Chang et ses collègues10 ont toutefois montré que des singes macaques, après un entrainement approprié (toucher une marque lumineuse sur leur visage qui est produite par un laser), réussissent le test de Gallup.

Connaissance des états mentaux : les primates ont-ils une « théorie de l’esprit » ?

  • 11 Dennett D., « Intentional systems in cognitive ethology : The “Panglossian paradigm” defen (...)

10Sous la double impulsion de l’éthologie cognitive et des tentatives de la philosophie analytique à vouloir naturaliser l’esprit, l’étude de l’intentionnalité est devenue depuis près de 20 ans un thème de recherche majeur en primatologie. Ainsi, les niveaux d’intentionnalité proposés par Daniel Dennett11 peuvent être appliqués au système des cris d’alarme chez les vervets. L’analyse des contextes d’émission et des réponses aux cris conduit à postuler une intentionnalité de niveau 1 (X, le vervet émetteur d’une vocalisation d’alarme) veut que Y, le vervet récepteur effectue la réponse appropriée. Une intentionnalité de niveau 2 impliquerait que X veut que Y croie qu’il y a un prédateur (par exemple, un léopard) et qu’il doit courir vers un arbre. Enfin une intentionnalité de niveau 3 signifierait que X veut que Y croie que X veut que Y s’abrite dans un arbre. L’analyse des contextes d’émission et des réponses aux cris conduit à postuler une intentionnalité de niveau 1, voire 2, dans l’interprétation des cris des vervets. Si l’attribution d’intentions décrit adéquatement les comportements observés, cette stratégie implique que l’émetteur « sache » que son comportement en direction du destinataire aura un certain effet sur la réaction du celui-ci. Dès lors, l’émetteur pourra être en mesure de manipuler l’information qu’il transmet au destinataire, pour, le cas échéant, le tromper.

  • 12 Byrne R. & Whiten A., Machiavellian Intelligence, Oxford, Oxford University Press, 1988.

11Le catalogue de cette « intelligence machiavélique » dans les relations spontanées des primates a été dressé par Richard Byrne et Andrew Whiten12. Plusieurs tentatives pour étudier expérimentalement la tromperie, mais aussi, de façon plus générale, la compréhension du point de vue que l’autre peut avoir d’une situation, sont disponibles.

  • 13 Premack D. & Woodruff G., « Does the chimpanzee have a theory of mind ? », in The Behavior (...)

12Pour entreprendre l’étude expérimentale des « états mentaux », de l’attribution de croyances aux autres, David Premack et Guy Woodruff ont proposé en 197813, l’expression de « théorie de l’esprit » qui, selon leurs termes, s’applique à comprendre moins le chimpanzé physicien, utilisateur d’outils, que le chimpanzé psychologue ! Partant d’une définition opérationnelle de l’intentionnalité, qui suppose que l’émetteur d’un message contrôle le contenu de celui-ci et comprenne ses conséquences sur le destinataire, les chercheurs ont examiné une situation de manipulation d’information entre, par exemple, un chimpanzé et un humain. Ils ont analysé l’aptitude d’un chimpanzé à induire en erreur son partenaire ou, corollairement, à comprendre qu’il est lui-même dupé. Le contexte expérimental est une situation de communication (geste de pointage) à propos de la localisation d’un récipient contenant un aliment. Le chimpanzé est tantôt informateur tantôt destinataire. Le partenaire humain est soit amical (il partage la nourriture quand le chimpanzé indique le bon récipient) soit hostile (il conserve l’aliment, même si le chimpanzé l’a correctement informé). Les résultats montrent que les chimpanzés sont capables de distinguer entre les deux types de partenaires, par exemple en cessant de suivre les indications fournies par le partenaire hostile, ou, dans la situation de production, en donnant à ce partenaire des indications délibérément erronées concernant la localisation du bon récipient.

  • 14 Voir Astington J. W., Comment les enfants découvrent la pensée, Paris, Retz, 2007.

13Peu d’espèces animales possèdent une telle capacité. Elle semble faire défaut chez les singes non anthropoïdes. Certains chercheurs mettent en doute son existence même chez des singes anthropoïdes comme les chimpanzés. On peut noter que cette attribution d’états mentaux à autrui se développe progressivement chez l’enfant (voir par exemple Astington, 200714). Trois niveaux peuvent être distingués dans la théorie de l’esprit.

a) Attribution de perceptions à autrui

  • 15 Hare B., Addessi E., Call J., Tomasello M. & Visalberghi E., « Do capuchin monkeys, Cebus (...)

14Le premier niveau consiste à attribuer à autrui des perceptions. Chez l’enfant, on peut en voir les premiers signes entre 9 et 12 mois. À cet âge les nourrissons commencent à suivre le regard des adultes et à utiliser des gestes pour diriger l’attention des autres vers les objets ou les événements qui les intéressent. Quant aux chimpanzés, lorsqu’ils ont le choix entre deux friandises, l’une visible pour un congénère dominant et l’autre cachée derrière un écran, ils se dirigent bien vers l’aliment invisible pour leur compétiteur, alors que des singes non anthropoïdes (des singes capucins ou des macaques) ne font pas de différence entre les deux friandises (cf. Figure 6). Les chimpanzés savent donc que si leur congénère dominant ne voit pas la récompense, il ne pourra pas les empêcher de la prendre, tandis que des singes non anthropoïdes, même s’ils peuvent apprendre une stratégie efficace par essais et erreurs, ne l’imaginent pas d’emblée (voir pour un exemple : Hare et al., 200315 ainsi que la figure 6).

Figure 6 : Dispositif utilisé pour tester l’attribution de perceptions chez le singe (adapté de Hare et al., 2003.)

Figure 6 : Dispositif utilisé pour tester l’attribution de perceptions chez le singe (adapté de Hare et al., 2003.)

b) Attribution d’intentions

  • 16 Tomasello M., et al., « Understanding and sharing intentions : The ontogeny of cultural co (...)

15Le deuxième niveau concerne l’attribution d’intentions. Dans une expérience réalisée avec des chimpanzés et des enfants âgés de 6 à 18 mois, deux conditions sont comparées. Dans la première, un expérimentateur essaie de donner un jouet (pour un enfant) ou une friandise (pour un chimpanzé) au sujet, mais n’y parvient pas, parce qu’il tente par exemple d’ouvrir une boîte sans y arriver. Dans la seconde condition, l’expérimentateur garde volontairement le jouet ou la friandise. Les enfants de 6 mois ne font pas la différence entre ces deux situations, tandis que les chimpanzés et les enfants âgés de 9 mois et plus, montrent davantage de signes d’impatience dans la deuxième situation. Dans une tâche plus complexe, lorsqu’un expérimentateur démontre son intention de réaliser une action sans y parvenir (il essaye par exemple de démonter un jouet, mais il échoue), les enfants de 18 mois et les chimpanzés sont capables de dépasser la simple imitation. Ils réalisent en entier l’action que l’adulte a tentée de faire, montrant par là qu’ils sont capables d’anticiper son intention. Les enfants de 12 mois sont capables, quant à eux, d’imiter les actes de l’adulte s’il atteint son but, mais ne vont pas jusqu’au bout d’une action que le démonstrateur tente de faire sans y parvenir (voir Tomasello et al., 200516).

c) Attribution de savoir et de croyances

  • 17 Wimmer H. & Perner J., « Beliefs about beliefs : Representation and constraining function (...)
  • 18 Call J. & Tomasello M., « A nonverbal false belief task : The performance of children and (...)

16Le troisième niveau dans la « théorie de l’esprit » concerne l’attribution de savoirs et de croyances. Le test couramment utilisé avec les enfants est le test de la « fausse croyance ». Dans la version classique de ce test (voir Wimmer & Perner, 198317), on montre aux enfants une petite scène jouée par deux poupées, Sally et Anne. Sally place une bille dans un panier, puis s’en va. Anne reprend alors la bille, et la cache dans une boîte. Sally revient ensuite, et l’expérimentateur demande à l’enfant « Où Sally va-t-elle chercher sa bille ? » Jusqu’à 4 ou 5 ans, les enfants répondent « Dans la boîte » parce qu’ils n’arrivent pas à attribuer à Sally un savoir différent du leur. Call et Tomasello18 ont construit une version non verbale de ce test avec laquelle ils ont testé des chimpanzés, des orangs-outangs et des enfants âgés de 4 et 5 ans. Dans cette version, le sujet voit deux boîtes identiques, un expérimentateur (le « cacheur ») place une récompense dans l’une de ces boîtes, sans que le sujet puisse voir de laquelle il s’agit. Un autre (l’indicateur) regarde et indique où est cachée la récompense en plaçant une marque sur la bonne boîte. Une fois que le sujet a appris à choisir la boîte marquée par l’indicateur, on passe à la phase de test. L’indicateur regarde cacher la récompense, puis s’en va. Le cacheur inverse alors les positions des boîtes, l’indicateur revient et place la marque sur la mauvaise boîte. Pour trouver la récompense, les participants doivent être capables de comprendre que puisque l’indicateur ne sait pas que le cacheur a inversé les boîtes, il marque la boîte vide et c’est donc l’autre qu’il faut choisir. Les 5 chimpanzés et les 2 orangs-outangs testés n’y parviennent pas, puisqu’ils continuent à choisir la boîte marquée. Parmi les enfants, 2 sur 14 chez les enfants de 4 ans et 8 sur 14 dans le groupe des enfants de 5 ans y parviennent. Leurs performances à cette version non verbale sont de plus fortement corrélées à celles obtenues pour la version classique (verbale) de ce test.

  • 19 Povinelli D. J. & Eddy T. J., « What young chimpanzees know about seeing », in Monographs (...)
  • 20 Bourjade M., Meguerditchian A., Maille A., Gaunet F. & Vauclair J., « Olive baboons, Papio (...)

17D’autres suggestions à propos de l’attribution d’états de connaissances sont fournies par des tests où sont manipulées les relations causales entre la perception visuelle et la connaissance d’un objet. Dans un contexte permettant un accès à la nourriture, des chimpanzés et des macaques sont testés par Daniel Povinelli et Timothy Eddy19 pour leurs capacités à distinguer entre les informations transmises par un partenaire humain initié (qui connaît l’emplacement d’un aliment) de celles d’un « parieur » qui ne connaît pas l’emplacement, étant absent au moment où la nourriture est placée dans l’un des quatre récipients disponibles. Les chimpanzés apprennent environ en 150 essais à discriminer les deux partenaires. Les comportements des chimpanzés suggèrent qu’il existe chez eux une capacité à discerner les conséquences de l’expérience visuelle sur la connaissance que peut avoir un autre individu. Les propriétés intentionnelles des singes non anthropoïdes ont également été étudiées. Ainsi une recherche récente20 avec des babouins a montré que ces singes comprennent l’état attentionnel visuel (orientation du regard) de partenaires humains et utilisent cette attention visuelle pour produire des gestes de quémande vers des objets alimentaires. En outre cette recherche montre que ces primates produisent des communications acoustiques non vocales, par exemple en frappant contre un panneau de Plexiglas pour attirer l’attention du partenaire lorsque le destinataire n’est pas visuellement attentif. À noter cependant que contrairement aux jeunes enfants humains et aux chimpanzés, cette forme de communication n’est pas vocale, mais gestuelle.

La théorie de l’esprit revisitée

  • 21 Heyes C., « Animal mindreading : What’s the problem ? », in Psychonomic Bulletin and Revie (...)
  • 22 Proust J., Comment l’esprit vient aux bêtes. Essai sur la représentation, Paris, Gallimard (...)

18Il faut toutefois se demander si ces différentes recherches sur la « théorie de l’esprit » ne reçoivent pas une interprétation trop généreuse en termes d’intentionnalité ? Les critiques des expériences censées évaluer la théorie de l’esprit font remarquer (par exemple Heyes, 201521) que même en cas de réussite, les tests proposés aux animaux sont conçus de telle manière qu’il est impossible de décider si les bonnes réponses reposent sur une attribution d’états mentaux (hypothèse mentaliste, forte) ou bien, plus simplement, sur des différences dans le comportement des acteurs ou sur des détails dans la situation expérimentale (hypothèse non mentaliste). Le recours à des explications non mentalistes revient à suggérer que les succès de l’animal sont dus à l’apprentissage d’une simple régularité (un raisonnement à partir d’observables). Ainsi, dans l’expérience qui examine la capacité des singes à comprendre l’état de connaissance des partenaires, autrement dit à distinguer entre un initié et un « parieur », il suffit que les chimpanzés aient détecté une régularité (un détail dans l’apparence du partenaire ou dans la situation) et qu’ils l’aient associée aux résultats (recevoir ou non une récompense). Aussi, pour démontrer la présence d’une attribution de représentations à autrui, il faudrait écarter, avec des arguments expérimentaux, l’interprétation en termes d’observables. Il est donc prudent de conclure provisoirement que les primates non humains n’ont pas une théorie de l’esprit impliquant l’attribution d’intentions aux autres. S’ils se représentent bien leurs congénères comme des êtres animés ayant des buts qui sont susceptibles d’être anticipés à partir d’indices contextuels et comportementaux, ils ne les doteraient pas toutefois d’intentions. Pour une discussion des capacités d’attribution des animaux et notamment des primates, voir Joëlle Proust22.

Notes

1 Humphrey N., « The social function of intellect », in Growing Points in Ethology, Bateson P. P. G. & Hinde R. A., (dir.), New-York, Cambridge University Press, 1976, p. 303-317.

2 Kummer H., « Social knowledge in free-ranging primates », in Animal Mind-human Mind, Griffin D. R. (dir.), Berlin, Springer Verlag, 1982, p. 113-130.

3 Seyfarth R. M., & Cheney D. L., « Primate social cognition as a precursor to language », in Oxford handbook of language evolution, Gibson K. & Tallerman M. (dir.), Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 59-70.

4 Bates E., The Emergence of Symbols. Cognition and Communication in Infancy, NewYork, Academic Press, 1979.

5 Cheney D. L. & Seyfarth R. M., How Monkeys See the World, Chicago, University of Chicago Press, 1990.

6 Dasser V., « A social concept in Java monkeys », in Animal Behaviour, 36, 1988, p. 225-230.

7 Bovet D. & Washburn D. A., « Rhesus macaques (Macaca mulatta) categorize unknown conspecifics according to their dominance relations », in Journal of Comparative Psychology, 117, 2003, p. 400-405.

8 Vauclair J., Développement du jeune enfant. Motricité, perception, cognition, Paris, Belin, 2004.

9 Gallup G. G., « Chimpanzees : Self-recognition », in Science, 167, 1970, p. 86-87.

10 Chang L. et al., « 1Mirror-induced self-directed behaviors in rhesus monkeys after visual-somatosensory training », in Current Biology, 25, 2015, p. 1-6.

11 Dennett D., « Intentional systems in cognitive ethology : The “Panglossian paradigm” defended », in Behavioral and Brain Sciences, 6, 1983, p. 343-390.

12 Byrne R. & Whiten A., Machiavellian Intelligence, Oxford, Oxford University Press, 1988.

13 Premack D. & Woodruff G., « Does the chimpanzee have a theory of mind ? », in The Behavioral and Brain Sciences, 1, 1978, p. 515-526.

14 Voir Astington J. W., Comment les enfants découvrent la pensée, Paris, Retz, 2007.

15 Hare B., Addessi E., Call J., Tomasello M. & Visalberghi E., « Do capuchin monkeys, Cebus apella, know what conspecifics do and do not see ? », in Animal Behaviour, 65, 2003, p. 131-142.

16 Tomasello M., et al., « Understanding and sharing intentions : The ontogeny of cultural cognition », in The Behavioral and Brain Sciences, 28, 2005, p. 675-735.

17 Wimmer H. & Perner J., « Beliefs about beliefs : Representation and constraining function of wrong beliefs in young children’s understanding of deception », in Cognition, 13, 1983, p. 103-128.

18 Call J. & Tomasello M., « A nonverbal false belief task : The performance of children and great apes », in Child Development, 70, 1999, p. 381-395.

19 Povinelli D. J. & Eddy T. J., « What young chimpanzees know about seeing », in Monographs of the Society for Research in Child Development, 6, 1996, p. 1-152.

20 Bourjade M., Meguerditchian A., Maille A., Gaunet F. & Vauclair J., « Olive baboons, Papio anubis, adjust their visual and auditory intentional gestures to the visual attention of others », in Animal Behaviour, 87, 2014, p. 121-128.

21 Heyes C., « Animal mindreading : What’s the problem ? », in Psychonomic Bulletin and Review, 22, 2015, p. 313-327.

22 Proust J., Comment l’esprit vient aux bêtes. Essai sur la représentation, Paris, Gallimard, 1997 ; Proust J., Les Animaux pensent-ils ?, Paris, Bayard, 2010.

Table des illustrations

Titre Figure 6 : Dispositif utilisé pour tester l’attribution de perceptions chez le singe (adapté de Hare et al., 2003.)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search