Version classiqueVersion mobile

Psychologie comparée

 | 
Jacques Vauclair

IV Traitement cognitif du monde physique

Texte intégral

Il est commode de dissocier les connaissances élaborées par les animaux à propos du leur environnement physique (on parle alors de cognition non sociale) de celles concernant l’environnement social (cognition sociale). Plusieurs aspects permettent de distinguer ces deux types de cognition tout d’abord en raison des différences entre les « objets » sociaux et les objets inertes. La connaissance de l’objet social se différencie de celle de l’objet inerte par le fait que sujet et « objet social » sont de même nature, puisqu’appartenant à la même espèce animale, et qu’ils sont en interaction. Lorsqu’un individu agit sur un objet inerte, celui-ci résiste, alors que l’action sur l’objet social entraîne une réaction ou une « réponse ». En un mot, les objets sociaux sont dotés d’autonomie. À ce titre, ils peuvent s’engager dans diverses interactions, peuvent communiquer et être source d’information pour les autres.

Des différences entre objet inerte et objet social

1La nature de ces deux catégories d’objets suppose donc l’intervention d’actions spécifiques et également des mécanismes de régulation distincts. Ainsi, chez les primates, l’action des effecteurs (la main ou le pied par exemple) guidée par les informations provenant des organes sensoriels est probablement suffisante pour opérer sur l’objet physique, alors que les objets sociaux feront en plus appel à d’autres médiateurs comme les mimiques, les gestes et les vocalisations.

2Cela étant, objet social et objet non social présentent d’autres traits oppositifs. Par exemple, l’objet social se caractérise par sa mobilité et sa versatilité, deux aspects qui dépendent de l’action même de l’individu. En revanche, l’objet inerte est caractérisé par une stabilité et une relative prévisibilité. L’ensemble de ces caractéristiques fait des congénères des objets incontestablement plus complexes que les objets inanimés.

3Étant donné ces différences, la question suivante peut être posée : le maniement de l’objet social (tel qu’il se concrétise à travers les rapports interindividuels) fait-il appel aux mêmes processus de traitement que ceux observés dans le traitement des stimuli physiques ou inertes ? Cette question a été particulièrement étudiée chez les primates.

4Ce chapitre abordera de façon synthétique les traitements en œuvre dans la cognition de l’objet physique à l’aide de quelques exemples chez l’oiseau et chez les primates. Le chapitre 5 sera quant à lui réservé à l’examen des capacités cognitives impliquées dans la gestion des relations sociales.

Usage d’outils, cognition et représentation de l’espace

5De nombreux travaux sont disponibles concernant les compétences cognitives des animaux. Les données résultant des expériences rapportées dans ce chapitre sont en faveur d’une certaine continuité dans les processus cognitifs entre les primates et l’homme. Cette continuité est inférée essentiellement à partir de l’existence de systèmes de représentation chez toutes les espèces étudiées.

  • 1 Goodall J., The Chimpanzees of Gombe, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1986.
  • 2 Visalberghi E. et al., « Selection of effective stone tools by wild bearded capuchin monke (...)
  • 3 Voir Visalberghi E., « Tools use in Cebus », in Folia Primatologica, 54, 1990, p. 146-154.

6Il est quasi incontournable, lors de l’examen des capacités cognitives des primates, de ne pas évoquer les compétences remarquables qu’ils manifestent dans les domaines de l’usage d’outils et de la résolution de problèmes ainsi que dans l’organisation de leurs déplacements dans l’espace. Les grands singes sont aussi connus pour leurs aptitudes à manier des symboles appris. Ces dernières compétences seront présentées dans le chapitre 5 en conjonction avec les performances que gorilles, chimpanzés et orangs-outangs révèlent dans le champ de la cognition sociale et des relations interindividuelles. L’usage d’outils chez les primates a été popularisé à travers les recherches de Jane Goodall1 avec les chimpanzés de Tanzanie qui utilisent des outils dans des contextes variés (des brindilles pour « pêcher » termites et fourmis, des pierres pour casser des noix, etc.). Néanmoins, l’observation d’usages d’outils dans la nature par des non-pongidés est rare et anecdotique. Certaines espèces de singes d’Amérique, comme les singes capucins, emploient spontanément des objets comme aides pour se procurer de la nourriture comme l’ont montré Elisabetta Visalberghi et ses collaborateurs2. Au laboratoire, les singes capucins sont aussi très performants dans l’emploi de bâtons pour dégager de la nourriture déposée au centre d’un tube horizontal transparent3.

  • 4 Boesch C. & Boesch H., « Mental maps in wild chimpanzees : An analysis of hammer transport (...)

7Ces usages, spontanés ou appris, peuvent servir de révélateurs des représentations sous-jacentes. Le choix de l’outil et son façonnage nécessite, tout d’abord, la capacité à anticiper le but à atteindre. Ce but n’est généralement pas directement visible (par exemple, les insectes sont à l’intérieur de la termitière), parfois même éloigné dans le temps et dans l’espace par rapport au moment où l’outil est sélectionné. Ainsi, dans le cassage de noix par les chimpanzés de Taï (Côte d’Ivoire), ces primates utilisent des pierres en granite comme « marteaux » et des souches comme « enclumes ». Dans un premier temps, les chimpanzés sélectionnent les meilleures pierres (le granite est rare en forêt) avant de se diriger vers le site de cassage. Le transport des pierres vers ces sites se déroule tout en visitant les noyers où sont collectés les fruits. Les chimpanzés sont donc confrontés simultanément à une tâche de mémoire spatiale (se souvenir de la position respective des pierres, des noix et des « ateliers ») ainsi qu’à une tâche de gestion de leurs trajets pour relier ces différents lieux et les objets associés. Des observations de ces différentes activités indiquent que les chimpanzés se déplacent dans cet environnement complexe en optimisant leurs parcours. Cette efficacité des déplacements peut vraisemblablement s’accomplir parce que les animaux ont élaboré des représentations « internes » des objets et des situations rencontrés selon Christophe et Hedwige Boesch4.

  • 5 Menzel E. W., « Chimpanzee spatial memory », in Science, 182, 1973, p. 943-945.
  • 6 Cramer A.E., & Gallistel C.R., « Vervet monkey as traveling sales-man », in Nature, 387, 1 (...)

8La présence de ces représentations est confirmée dans des tests où l’organisation des trajets dans un espace expérimental est abordée de façon plus formelle et systématique. Dans une expérience souvent citée, Emil Menzel5 a transporté un chimpanzé sur ses épaules, alors qu’un autre expérimentateur cachait des fruits en dix-huit lieux différents d’un vaste enclos. Une fois relâché dans l’enclos, le chimpanzé visite la quasi-totalité des emplacements en suivant une séquence de déplacements différente de celle (volontairement rendue erratique et longue) qu’il avait effectuée initialement de façon passive. Le trajet des chimpanzés testés tend à minimiser la distance parcourue. Cette stratégie d’optimisation de trajets est désignée comme « le problème du voyageur de commerce ». Un test identique a été proposé à des singes vervets par Audrey Cramer et Charles Gallistel6 dans un environnement expérimental constitué de 25 orifices placés de façon orthogonale les uns par rapport aux autres. Six trous sont utilisés pour cacher un grain de raisin et le singe est d’abord transporté passivement aux différents lieux. Les résultats indiquent que les singes minimisent leurs parcours et tenant compte des deux destinations à venir pour faire un choix de la direction à prendre. Ces succès sont comparables à ceux produits à l’aide d’un algorithme de parcours qui choisit toujours l’emplacement le plus proche de la prochaine destination.

De la catégorisation perceptive au concept

9La littérature psychologique et primatologique est riche en études démontrant les capacités des primates non humains pour résoudre des problèmes de classification d’objets en catégories, de mémorisation d’objets dans une série, d’imagerie et même de logique élémentaire. Pour la catégorisation perceptive (classement d’objets ou d’images par exemple), les résultats permettent de conclure que les animaux (des primates, mais également des oiseaux) testés possèdent une représentation qui équivaut à un « concept », voire un prototype de la classe des objets à catégoriser.

  • 7 Bovet D. & Vauclair J., « Functional categorization of objects and of their pictures in ba (...)
  • 8 Voir Bovet D. & Vauclair J., « Judgement of conceptual identity in monkeys », in Psychonom (...)

10À titre d’exemple, Dalila Bovet et Jacques Vauclair7 ont entraîné des babouins à réaliser une catégorisation fonctionnelle d’objets alimentaires et non alimentaires. Non seulement les babouins sont parvenus, à partir de quelques exemplaires, à classer les objets selon les deux catégories, mais ils ont surtout généralisé cette discrimination à tous les objets présentés (80 au total) et l’ont maintenue, même lorsque les objets ont été remplacés par des photographies. Dans une seconde expérience, les mêmes individus ont été testés pour leurs capacités à former la relation d’identité ou de non-identité perceptive, à savoir la relation pareil/différent. Par exemple, ils ont été entraînés à juger qu’une paire d’objets (deux pommes) constitue une relation d’identité, tandis qu’une pomme et un cadenas sont dans une relation de différence. Après un entraînement, les singes ont répondu correctement lorsque de nouvelles paires d’objets leurs étaient présentées8. La troisième expérience exploite les capacités démontrées par les singes en faisant le lien entre les deux expériences précédentes. Aussi, les babouins doivent utiliser, à la fois, les catégories de l’expérience 1, et la relation « pareil-différent » apprise au cours de l’expérience 2. En effet, il s’agit de tester la capacité à classer comme « pareils » deux objets différents, mais appartenant à la même catégorie « nourriture » ou « non-nourriture ». Par exemple, ils devaient classer comme « pareils » une pomme et une banane, ou un cadenas et une pierre, mais comme « différents » une pomme et un cadenas. La maîtrise de cette tâche suppose un degré d’abstraction et de conceptualisation supérieur à celui que ces animaux ont déjà mis en œuvre en classant simplement chacun des objets présentés dans la catégorie « nourriture » ou « non-nourriture ». En effet, une telle maîtrise dénote une capacité à réaliser un appariement conceptuel en fonction des relations entre les catégories apprises (voir la Figure 1).

Figure 1 : Tâches maîtrisées successivement par les babouins.

Figure 1 : Tâches maîtrisées successivement par les babouins.
  • 9 Thompson R. K. R., Oden D. L. & Boysen S. T., « Language-naive chimpanzees (Pan troglodyte (...)
  • 10 Fagot F., Wasserman E. A. & Young M. E., « Discriminating the relation between relations : (...)

11Ces différents résultats indiquent que les babouins sont non seulement capables de juger de la similarité perceptive entre objets appartenant à la même catégorie englobante, mais qu’ils sont également en mesure d’évaluer l’équivalence entre concepts fonctionnels, indépendamment de toute ressemblance perceptive. Cette maîtrise de l’équivalence constitue la première démonstration d’une conceptualisation de type relationnel chez un primate non humain autre que le chimpanzé . Des compétences de même ordre sont obtenues dans une étude avec des chimpanzés9. Ces primates sont ainsi capables de juger l’équivalence analogique entre deux paires d’objets partageant une relation d’identité (AA et BB) ou de non-identité (CD et EF), par opposition avec la non-équivalence entre une paire d’objets identiques (AA) et une paire d’objets différents (AA et CD). Aussi, les résultats chez le babouin et ceux obtenus sur la même espèce par Joël Fagot, Edward Wasserman et Michael Young10 prouvent l’existence de prémisses de raisonnement analogique chez le primate non humain.

  • 11 Voir Bovet D., Vauclair J. & Blaye A., « Categorization and Abstraction Abilities in 3-yea (...)
  • 12 Goswami U. et al., « Causal reasoning about pairs of relations and analogical reasoning in (...)

12Les trois expériences réalisées avec des babouins ont également été proposées à des enfants âgés de trois ans11. Si la catégorisation fonctionnelle et l’appariement perceptif ont été réalisés relativement facilement par les enfants, en revanche ceux-ci ont manifesté des difficultés avec la tâche d’appariement relationnel (cf. expérience 3 avec les babouins). Les enfants ont pu résoudre cette tâche seulement après avoir reçu une explication verbale de la procédure de catégorisation. Les performances des enfants concernant ce type de tâche sont comparables, pour ce qui est de l’âge d’acquisition, à celles qui sont rapportées dans la littérature développementale (par exemple, Goswami et al., 199812). L’approche comparative a donc permis de mettre en évidence que les tâches conceptuelles résolues par le babouin sont loin d’être triviales, même pour des enfants de 3 ans et quelles que soient les différences interspécifiques et les stratégies de traitement utilisées.

  • 13 Gillan D. J., « Reasoning in the chimpanzee : II. Transitive inference. », in Journal of E (...)
  • 14 Gillan D. J., Premack D. & Woodruff G., « Reasoning in the chimpanzee : I. Analogical reas (...)

13D’autres études ont porté sur la maîtrise par les chimpanzés de raisonnements logiques, comme celui de l’inférence transitive. Cette inférence, aussi appelée transitivité, s’applique à un raisonnement logique selon lequel si par exemple A=B et B=C, il découle que A=C. Une étude menée par Douglas Gillan13 a ainsi montré la capacité des chimpanzés à traiter des informations à propos d’objets séparés ou de paires d’objets sous forme d’une représentation ordonnée. Des compétences identiques ont été mises en évidence chez les mêmes chimpanzés confrontés à des tests impliquant la reconnaissance d’une relation d’équivalence entre deux objets (A et A’) suivie de la reconnaissance entre B et B’14. L’évaluation de l’analogie, à savoir que la relation entre A et A’ est équivalente à la relation entre B et B’ suppose que le sujet testé soit capable d’une inférence de second ordre, c’est-à-dire la reconnaissance de l’équivalence implicite de la relation d’identité dans les deux cas (la relation entre A et A’ est équivalente à la relation entre B et B’).

Les images mentales

14La pensée utilise au moins deux modes de représentation. Le premier, employant fréquemment comme vecteurs les signes linguistiques, permet d’énoncer des propositions et de porter des jugements à propos des relations entre les objets. Le second mode, qui n’a pas besoin du support verbal, est appelé imagerie. Cette forme de pensée repose sur l’existence et la manipulation de représentations internes, désignées comme des images mentales. Le statut de cette forme (ou ce niveau) de pensée est largement débattu au sein des sciences cognitives, en particulier par rapport à sa dépendance vis-à-vis du langage : par exemple, pour certains psychologues, les images représentent des épiphénomènes, secondaires à la manipulation des éléments symboliques. Il apparaît que la démonstration de son existence chez l’animal, qui est, par définition, dépourvu de langage, peut faire progresser le débat à propos de cette forme de pensée.

  • 15 Rilling M. E. & Neiworth J. J., « Theoretical and methodological considerations for the st (...)

15Les travaux expérimentaux sur l’imagerie concernent les pigeons et les singes. Ils ont montré pour les premiers que les oiseaux sont capables d’estimer précisément la durée d’un mouvement d’une aiguille de montre, même lorsqu’un cache les empêche de suivre visuellement la totalité de la course de l’aiguille15. Divers contrôles effectués dans le but de neutraliser le rôle d’une possible estimation temporelle (par exemple en modifiant la vitesse de déplacement de l’aiguille), suggèrent que cette compétence requière effectivement l’usage d’une stratégie de représentation imagée.

  • 16 Shepard R. & Metzler J., « Mental rotation of three-dimensional objects », in Science, 171 (...)

16Un phénomène cognitif particulièrement bien connu chez l’homme, démontré par Roger Shepard et Jacqueline Metzler16, concerne la rotation mentale. Le test de rotation implique que l’individu identifie une forme visuelle après qu’elle ait subi un changement d’orientation. Le temps de décision pour reconnaître la forme représentée après ce changement est d’autant plus long que la rotation qu’elle a subie est importante. Ainsi, un sujet humain mettra plus de temps à reconnaître une forme asymétrique (par exemple la lettre F) après une rotation de 180 degrés qu’après une rotation de 60 degrés. Ce phénomène a été expliqué en suggérant que les sujets procèdent mentalement à une rotation de la forme initiale pour la comparer à la forme ayant été transformée (voir les figures 2 et 3, page suivante).

17Pour étudier la rotation mentale chez l’animal, on fait appel à une méthode appelée appariement à un modèle. Le protocole consiste à présenter une forme visuelle (un carré qui s’affiche sur le panneau central d’un dispositif expérimental) et simultanément deux autres formes (sur les deux panneaux latéraux du dispositif). Une de ces formes est identique au modèle, alors que l’autre forme, appelée distracteur, est différente du modèle (par exemple un triangle). La tâche consiste pour l’animal à sélectionner (en la touchant) parmi les deux formes de choix, celle qui est identique (autrement dit celle qui est appariée) au modèle. S’il choisit le stimulus correct décidé par l’expérimentateur, il reçoit alors une récompense alimentaire. La règle peut être aussi de choisir le distracteur au lieu de la forme identique. Dans ce dernier cas, on parle de protocole de non-appariement à un modèle. Lorsque l’expérimentateur introduit un délai allant de quelques secondes à plusieurs minutes, entre la présentation du modèle et la présentation des deux stimuli de choix, on parle alors d’appariement différé à un modèle. Ce protocole d’appariement différé est ainsi utilisé pour présenter des paires d’objets présentées sous des orientations différentes. Cette technique impose ainsi à l’animal une discrimination entre une forme visuelle et l’image de cette forme présentée en miroir.

Figure 2 : Exemples de stimuli utilisés pour l’étude de la rotation mentale par Shepard et Metzler (1971).

Figure 2 : Exemples de stimuli utilisés pour l’étude de la rotation mentale par Shepard et Metzler (1971).

Figure 3 : Temps de réaction moyens de sujets humains en fonction de l’angle de rotation dans l’étude de Shepard et Metzler (1971).

Figure 3 : Temps de réaction moyens de sujets humains en fonction de l’angle de rotation dans l’étude de Shepard et Metzler (1971).
  • 17 Hollard V. & Delius J., « Rotational invariance in visual pattern recognition by pigeons a (...)

18Quatre études expérimentales sur la rotation mentale chez l’animal sont disponibles : une étude concerne le pigeon, deux les primates et une quatrième l’otarie. À l’aide du protocole d’appariement à un modèle, Valerie Hollard et Juan Delius17 ont entraîné des pigeons à discriminer entre une forme géométrique asymétrique et son image en miroir (inversion de la forme par rapport à l’axe vertical). Un panneau comporte trois cibles circulaires. Une forme géométrique « modèle » est affichée sur la cible centrale. Le pigeon est entraîné à donner plusieurs coups de bec sur cette cible. Ces réponses sont suivies de l’extinction de la cible affichant le modèle. Immédiatement après, deux formes de comparaison sont présentées sur les cibles latérales. Une des formes est identique au modèle, l’autre est son image en miroir. Les deux formes ont subi une rotation équivalente (45°, 90°, 135° ou 180°) par rapport au modèle. Le pigeon indique son choix en donnant un coup de bec sur la cible sélectionnée.

19Les oiseaux parviennent à discriminer les formes transformées de leur image en miroir, mais, à la différence de sujets humains, testés avec des stimuli identiques, aucun lien direct entre le temps de décision et la différence d’orientation entre le modèle et la forme à comparer n’est observé. Les temps de réaction moyens des oiseaux sont, de plus, nettement plus courts que ceux des humains. Ces deux résultats indiquent que les deux espèces résolvent différemment ce problème de rotation. Ces différences interspécifiques témoignent, d’après Hollard et Delius, du fait que le pigeon traite de façon radicalement différente une forme et son image en miroir. L’oiseau pourrait résoudre le problème sans recourir à une rotation mentale, dans la mesure où il distinguerait les formes les unes des autres en prenant en considération, pour chacune d’elle, des caractéristiques spécifiques (par exemple l’orientation d’un élément appartenant à la forme).

20Une hypothèse alternative peut également être avancée. Les nécessités du vol auraient contraint le pigeon à développer des systèmes de représentation lui permettant de reconnaître des objets bidimensionnels, quelle que soit leur orientation. Le traitement humain serait différent, puisque pour l’homme, les objets sont caractérisés essentiellement à partir de leur orientation verticale. Ces différentes hypothèses demandent évidemment à être vérifiées expérimentalement.

  • 18 Vauclair J., Fagot J. & Hopkinsw. D., « Rotation of mental images in baboons when the visu (...)

21La question de la discrimination d’images en miroir a été également abordée chez le babouin par Jacques Vauclair, Joël Fagot William Hopkins18 à l’aide du protocole expérimental d’appariement à un modèle. La tâche requiert l’apprentissage de la manipulation d’un mini-manche afin de contrôler les déplacements d’un curseur (une petite forme ronde) sur un écran d’ordinateur. Dans le test, une forme visuelle, par exemple un « R » ou un « F », est présentée sur l’écran, puis deux formes de comparaison s’affichent sur l’écran verticalement et de part et d’autre du curseur, placé au centre de l’écran (voir Figure 4 page suivante). L’une est identique à celle que vient de voir l’animal, l’autre est son image en miroir. Ces deux formes ont subi un changement d’orientation comparable de 0, 60, 120, 180, 240 ou 300 degrés. Le singe est récompensé par une boulette de nourriture s’il parvient à reconnaître (en déplaçant le curseur sur le stimulus) la forme qu’il a perçue, en dépit de son changement d’orientation (fig 4).

Figure 4 : a) Dispositif pour l’étude de la discrimination d’images en miroir et de la rotation mentale chez le babouin. b) Un stimulus-modèle (à gauche) est présenté brièvement ; il est immédiatement suivi de l’affichage de deux stimuli-tests (à droite) : l’un est identique à celui que vient de voir l’animal, l’autre est son image en miroir ; les deux stimuli ont subi un changement d’orientation comparable. Le singe est récompensé (boulette de nourriture) s’il reconnaît la forme qu’il a brièvement perçue, en dépit de son changement d’orientation.

Figure 4 : a) Dispositif pour l’étude de la discrimination d’images en miroir et de la rotation mentale chez le babouin. b) Un stimulus-modèle (à gauche) est présenté brièvement ; il est immédiatement suivi de l’affichage de deux stimuli-tests (à droite) : l’un est identique à celui que vient de voir l’animal, l’autre est son image en miroir ; les deux stimuli ont subi un changement d’orientation comparable. Le singe est récompensé (boulette de nourriture) s’il reconnaît la forme qu’il a brièvement perçue, en dépit de son changement d’orientation.

Figure 5 : Temps de réponse des babouins en fonction de l’orientation du stimulus. (D’après Vauclair et al., 1993).

Figure 5 : Temps de réponse des babouins en fonction de l’orientation du stimulus. (D’après Vauclair et al., 1993).

22Les résultats sont analysés à partir des deux variables classiques dans les études sur la cognition : reconnaissances correctes et temps de réponse. Pour ce qui est de la performance, les six babouins testés sont capables de résoudre ce test avec un niveau relativement élevé de performance (moyenne : 77 % de réponses correctes). Concernant les temps de réponse, les résultats montrent que ces temps croissent linéairement avec l’augmentation de la rotation (voir Figure 5 page précédente).

23Cette étude montre que le babouin est capable de distinguer des formes de leur image en miroir, et ce malgré les transformations spatiales auxquelles elles sont soumises. Ces données laissent à penser que les processus représentationnels humains dans l’imagerie mentale pour des transformations spatiales sont aussi présents chez le singe.

  • 19 Köhler C., et al., « Mental rotation and rotational invariance in the rhesus monkey (Macac (...)

24À noter que plus récemment des recherches portant sur le singe macaque ont mis en évidence un effet de rotation mentale, à savoir un changement dans les temps de réaction en fonction de la disparité angulaire des formes visuelles, mais sur un seul des trois animaux testés19.

  • 20 Mauck B. & Dehnhardt G., « Mental rotation in a California sea lion », in The Journal of E (...)

25Une autre espèce animale, l’otarie semble également capable de rotation mentale partielle. Ainsi, Björn Mauck et Guido Dehnhardt20 rapportent chez ce mammifère marin (une seule otarie testée) une augmentation linéaire du temps de réaction dans la discrimination de formes visuelles asymétriques entre 0° et 120°, puis une diminution du temps pour 150° et 180°.

26Au total, ces expériences montrent que les oiseaux et les mammifères testés manifestent des compétences en termes d’imagerie mentale qui sont remarquablement comparables avec celles observées chez l’homme.

Notes

1 Goodall J., The Chimpanzees of Gombe, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1986.

2 Visalberghi E. et al., « Selection of effective stone tools by wild bearded capuchin monkeys », Current Biology, 3, 2009, p. 213-217.

3 Voir Visalberghi E., « Tools use in Cebus », in Folia Primatologica, 54, 1990, p. 146-154.

4 Boesch C. & Boesch H., « Mental maps in wild chimpanzees : An analysis of hammer transports for nut cracking », in Primates, 25 (2), 1984, p. 160-170.

5 Menzel E. W., « Chimpanzee spatial memory », in Science, 182, 1973, p. 943-945.

6 Cramer A.E., & Gallistel C.R., « Vervet monkey as traveling sales-man », in Nature, 387, 1997, p. 464-464.

7 Bovet D. & Vauclair J., « Functional categorization of objects and of their pictures in baboons », in Learning and Motivation, 29, 1998, p. 309-322.

8 Voir Bovet D. & Vauclair J., « Judgement of conceptual identity in monkeys », in Psychonomic Bulletin & Review, 8, 2001, p. 470-475.

9 Thompson R. K. R., Oden D. L. & Boysen S. T., « Language-naive chimpanzees (Pan troglodytes) judge relations between relations in a conceptual matching-to-sample task », in Journal of Experimental Psychology : Animal Behavior Processes, 23, 1997, p. 31-43.

10 Fagot F., Wasserman E. A. & Young M. E., « Discriminating the relation between relations : The role of entropy in abstract conceptualization by baboons (Papio papio) and humans (Homo sapiens) » in Journal of Experimental Psychology : Animal Behavior Processes, 4, 2001, p. 316-328.

11 Voir Bovet D., Vauclair J. & Blaye A., « Categorization and Abstraction Abilities in 3-year-old Children : a comparison with Monkey data », in Animal Cognition, 8, 2005, p. 53-59.

12 Goswami U. et al., « Causal reasoning about pairs of relations and analogical reasoning in young children », in British Journal of Developmental Psychology, 16, 1998, p. 553-569.

13 Gillan D. J., « Reasoning in the chimpanzee : II. Transitive inference. », in Journal of Experimental Psychology : Animal Behavior Processes, 7, 1981, p. 150-164.

14 Gillan D. J., Premack D. & Woodruff G., « Reasoning in the chimpanzee : I. Analogical reasoning », in Journal of Experimental Psychology : Animal Behavior Processes, 7, 1981, p. 1-17.

15 Rilling M. E. & Neiworth J. J., « Theoretical and methodological considerations for the study of imagery in animals », in Learning and Motivation, 18, 1987, p. 57-79.

16 Shepard R. & Metzler J., « Mental rotation of three-dimensional objects », in Science, 171, 1971, p. 701-703.

17 Hollard V. & Delius J., « Rotational invariance in visual pattern recognition by pigeons and humans », in Science, 218, 1982, p. 804-806.

18 Vauclair J., Fagot J. & Hopkinsw. D., « Rotation of mental images in baboons when the visual input is directed to the left cerebral hemisphere », in Psychological Science, 4, 1993, p. 99-103.

19 Köhler C., et al., « Mental rotation and rotational invariance in the rhesus monkey (Macaca mulatta) », in Brain Behavior & Evolution, 66, 2005, p. 158-166.

20 Mauck B. & Dehnhardt G., « Mental rotation in a California sea lion », in The Journal of Experimental Biology, 200, 1997, p. 1309-1316.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Tâches maîtrisées successivement par les babouins.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Figure 2 : Exemples de stimuli utilisés pour l’étude de la rotation mentale par Shepard et Metzler (1971).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 3 : Temps de réaction moyens de sujets humains en fonction de l’angle de rotation dans l’étude de Shepard et Metzler (1971).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure 4 : a) Dispositif pour l’étude de la discrimination d’images en miroir et de la rotation mentale chez le babouin. b) Un stimulus-modèle (à gauche) est présenté brièvement ; il est immédiatement suivi de l’affichage de deux stimuli-tests (à droite) : l’un est identique à celui que vient de voir l’animal, l’autre est son image en miroir ; les deux stimuli ont subi un changement d’orientation comparable. Le singe est récompensé (boulette de nourriture) s’il reconnaît la forme qu’il a brièvement perçue, en dépit de son changement d’orientation.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4963/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 5 : Temps de réponse des babouins en fonction de l’orientation du stimulus. (D’après Vauclair et al., 1993).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4963/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 10k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search