Version classiqueVersion mobile

Psychologie comparée

 | 
Jacques Vauclair

III Penser la comparaison homme-animal

Texte intégral

La théorie darwinienne de l’évolution implique, on l’a vu, une continuité fondamentale entre toutes les formes de vie, de la plus simple à la plus complexe, y compris la pensée. Il serait toutefois simplificateur de considérer que Darwin défendait un continuisme absolu entre les diverses espèces animales et l’homme. En effet, le fondateur de la théorie de l’évolution soulignait d’une part que :

l’homme est l’être unique auquel on puisse avec certitude reconnaître la faculté morale…, et cela constitue la plus grande de toutes les distinctions que l’on puisse faire entre les animaux et l’homme

1il soulignait d’autre part que

  • 1 Darwin C., The Descent of Man and Selection in Relation to Sex, Londres, Murray, 1871 / La Descenda (...)

chez les humains, la croyance à des agents spirituels pénétrant partout paraît être universelle et provient, selon toute apparence, des progrès importants faits par les facultés du raisonnement, surtout ceux de l’imagination, de la curiosité et de l’étonnement1.

  • 2 Vidal J. M., & Vauclair J., « Un Animal politique autre qu’humain ? », in Epokhè, 6, 1996, p. 35-55

2Notons également que pour Darwin les différentes caractéristiques spécifiques des êtres humains apparaissent étroitement liées entre elles et à celle du langage, lui aussi spécifiquement humain (voir Vidal et Vauclair2, pour un développement et une discussion de la question des continuités/discontinuités entre l’homme et l’animal).

  • 3 Russell B., Human Knowledge : Its Scope and Limits, Londres, George Allen & Unwin, 1948, p. 78.

3Pour ce qui concerne la question majeure de la discontinuité homme/animal à propos du langage, il est utile de mentionner la position du philosophe et mathématicien Bertrand Russel, selon lequel le langage constitue un moyen d’externaliser et de rendre publiques nos pensées. Il écrit ainsi qu’un « chien ne peut pas retracer son autobiographie. Aussi éloquents que soient ses aboiements, il ne pourra pas vous expliquer par exemple que ses parents, bien que pauvres, étaient des gens honnêtes3 ».

  • 4 Vercors, Zoo ou l’assassin philanthrope, Paris, Magnard, 1978.

4La question des limites et celle de l’ambiguïté entre « langage » animal et langage humain est abordée de façon savoureuse par Vercors dans sa pièce de théâtre Zoo ou l’assassin philanthrope4 dont quelques échanges sont retranscrits ci- après :

  • 5 Ibid., p. 50-51.

LE PROCUREUR : Mon Père, on vient de nous dire que les questions de langage sont précisément votre affaire. À votre connaissance, les tropis [hypothétiques créatures intermédiaires entre l’homme et le singe] savent-ils parler entre eux ?
PÈRE DILLIGHAN (« spécialiste d’acoustique animale ») : Et que voulez-vous, une fois de plus, qu’on vous réponde ? Qu’est-ce que c’est qu’un langage ? Un assemblage de sons formant des mots, c’est-à-dire des symboles ? Combien de sons ? Combien de mots ?… Les Chinois ont soixante mille mots. Nous en avons trente mille. Les Zoulous en ont sept ou huit mille. Les Boschimans, cinq ou six cents. Tout en bas de l’échelle, les Veddahs de Ceylan en ont deux cents ou deux cent cinquante, qu’ils débitent à la queue leu leu sans la moindre ébauche de syntaxe. Est-ce encore un langage ? Chez les tropis, j’ai pu identifier, jusqu’à présent, cent dix-huit cris ou modulations distinctes, ayant chacun sa signification. Est-ce assez pour affirmer qu’ils parlent ? Ou bien en faudrait-il cent cinquante ? Ou bien suffirait-il de cent ? Gardner a pu distinguer chez les chimpanzés plus de soixante sonorités diverses. Est-ce qu’ils parlent ? On en distingue quarante chez le corbeau. Nous sommes dans le plus parfait arbitraire.
LE JUGE : Mais ces… sonorités, comme vous dites, chez les tropis, sont-elles des cris ou des mots ? S’ils disent simplement « Ouille-ouille-ouille ! » quand ils se font mal et « oh-là-là ! » quand ils sont contents…
PÈRE DILLIGHAN : Et s’ils disent « zut » et « vite » et « stop » et « hip-hip-hip hourrah ! », est-ce que ce sont des cris ou des mots ? Et quand, en Amérique, vous lisez en grosses lettres sur une station-service : HERE EAT, CARWASH (ici-mange-auto-lave) est-ce encore du langage articulé ? L’Américain moyen limite son vocabulaire à trois ou quatre cents mots : il vaut donc dix corbeaux ou six orangs-outangs5 ?

  • 6 Suzuki K., & Vauclair J., De quelques mythes en psychologie : enfants-loups, singes parlants et jum (...)

5La question du parallélisme entre les comportements des animaux et ceux de l’homme relève d’une analyse théorique et de choix méthodologiques. Des obstacles de taille apparaissent également pour ce qui est de la méthode d’évaluer les comportements animaux et des techniques (observations et expérimentations) utilisées par les biologistes et par les psychologues intéressés par l’approche comparative. Un premier écueil important concerne les inductions que l’expérimentateur peut générer en interprétant des comportements dits « intelligents », alors que ceux-ci sont déclenchés par des facteurs plus ou moins mesurables liés au contexte et à l’incapacité devant laquelle il se trouve de pouvoir « interroger » directement le sujet de ses expériences. Ainsi, plusieurs effets liés à l’expérimentateur ont été décrits. Ces effets, comme l’effet Pygmalion ou l’effet Clever Hans, sont illustrés ci-dessous6.

L’effet Pygmalion ou effet Rosenthal

  • 7 Rosenthal R., Experimenter Effects in Behavioral Research, New York, Appleton, 1966.

6Pour rappel, l’effet Pygmalion repose sur l’hypothèse que la perception d’autrui induit des attentes et une attitude plus ou moins positive envers ce dernier. Ces attentes se trouveraient confirmées par la suite non seulement au niveau des jugements, mais aussi au niveau du comportement d’autrui. Cet effet a été démontré dans de nombreuses situations, notamment pour ce qui concerne la réussite scolaire. Sa mise en évidence expérimentale initiale a été réalisée avec des animaux par Robert Rosenthal7 dans une étude impliquant l’apprentissage d’un labyrinthe par des rats. Dans son étude, Rosenthal a tout d’abord enseigné à ses étudiants qu’il est possible de produire des lignées de rats « intelligents » en leur apprenant à parcourir le plus vite et le plus efficacement possible les allées d’un labyrinthe. Chaque étudiant s’est vu ensuite confier cinq rats : la moitié des étudiants a reçu des rats dits « intelligents », l’autre moitié des rats désignés comme « stupides » (il n’y avait aucune différence entre ces rats). Après quelques jours d’expérimentation dans le labyrinthe, des différences significatives ont été observées dans les performances des deux groupes d’animaux, vérifiant les différences annoncées au début de l’expérience. Cet effet, connu dans la littérature psychologique sous le nom d’effet Rosenthal est expliqué par les attitudes et les comportements qu’ont d’emblée manifestés les étudiants à l’égard des rats. Ainsi, les rats réputés « intelligents » ont été mieux traités, plus souvent manipulés et caressés que les rats classés dans l’autre catégorie. En outre, les étudiants chargés de ces mêmes rats se sont montrés plus enthousiastes et plus motivés pour réaliser l’expérience que ceux devant s’occuper des rats « stupides ».

La question des artefacts : l’histoire de Hans le malin, de Nim et de Washoe

7Vers 1900 à Berlin, un professeur de mathématiques à la retraite découvrit que son cheval Hans avait des dons particuliers et qu’il était capable de compter. Hans devint vite célèbre et fut exhibé dans toute l’Allemagne. Les spectateurs lui donnaient, par exemple, des nombres à additionner et le cheval frappait le sol d’un nombre de coups de sabot correspondant à la somme obtenue.

  • 8 Pfungst O., Clever Hans : A Contribution to experimental animal and human psychology, New York, Hen (...)

8Des experts examinèrent Hans et ne décelèrent aucune tricherie, jusqu’à ce qu’un psychologue du nom d’Oskar Pfungst se penche sur le cas du cheval prodige. Pfungst, après une investigation approfondie, affirma que le cheval ne comprenait ni les questions ni les réponses aux problèmes qui lui étaient posés. En utilisant par exemple la technique dite de « double aveugle », où ni le questionneur ni l’observateur ne connaissent la bonne réponse, il observa que Hans était totalement incapable de produire la solution. À moins de faire l’hypothèse que le cheval était doué de télépathie, Pfungst8 aboutit à la conclusion que Hans utilisait des indices fournis inconsciemment et de façon imperceptible par son entraîneur. Le psychologue écarta rapidement les signaux auditifs pour s’intéresser aux signaux visuels dont il vérifia le rôle à l’aide d’une simple expérience. Dans celle-ci, le questionneur se dissimulait derrière une barrière opaque, aucun spectateur n’étant par ailleurs présent. L’échec de Hans à répondre dans ces conditions persuada Pfungst que l’animal devait utiliser des mouvements légers de la tête de son entraîneur, ou bien les mouvements créés par le relâchement involontaire de la tension du public, lorsqu’il avait donné le nombre correct de coups de sabot. Hans interrompait alors sa frappe.

  • 9 Terrace H. S. et al., “Can an ape create a sentence ?”, in Science, 206, 1979, p. 891-902.

9Cet effet, connu depuis sous le nom « d’effet de Clever Hans » (Hans le Malin), est parfois invoqué pour rendre compte de résultats expérimentaux obtenus sans les contrôles nécessaires. Ainsi, le psychologue Herbert Terrace, qui apprit les gestes du langage des sourds au chimpanzé Nim, constata que ce dernier interrompait fréquemment son entraîneur et répétait les signes que celui-ci venait juste de produire devant lui9. Il en inféra que les productions de Nim n’étaient pas originales et devaient plutôt être interprétées comme un artefact expérimental, résultant d’un effet de Clever Hans.

  • 10 Gardner R. A. et al., Teaching sign language to chimpanzees, Albany, State University of New York P (...)

10Terrace tire des conclusions similaires, à la suite de ses analyses des films du chimpanzé Washoe10, montrant que près de trois productions gestuelles sur quatre de ce chimpanzé ne sont pas spontanées, mais résultent plutôt d’une imitation immédiate. Terrace et ses collaborateurs ont ainsi analysé les échanges entre Washoe et Beatrix Gardner. Dans un exemple, Gardner produit la combinaison de gestes pour indiquer « manger/plus ». Washoe répond en lui donnant un morceau de biscuit. Un peu plus tard, Gardner demande à Washoe « quoi/temps /maintenant ? », et le chimpanzé répond « temps/manger ». Selon Terrace, les gestes « temps » et « manger » produits par Washoe ne constituent pas un « dialogue » expressif, car Gardner avait produit ces gestes immédiatement auparavant. De plus, Washoe a interrompu Gardner à quatre reprises pendant leur « dialogue », ce qui indique que le chimpanzé ne savait pas attendre son tour, faisant ainsi douter du caractère naturel et spontané de l’échange entre le chimpanzé et l’expérimentateur.

  • 11 Savage-Rumbaugh S., Kanzi : The Ape at the Brink of the Human Mind, New-York, Wiley, 1994.

11Si les analyses de Terrace ont jeté le doute sur le caractère spontané et créatif des productions gestuelles de Washoe, d’autres travaux issus de la psychologie comparée ont contribué à montrer les réelles capacités cognitives et communicatives des primates non humains. C’est le cas du fameux bonobo Kanzi, qui a appris 348 symboles et qui comprend plus que 3000 mots anglais11.

Quoi étudier avec l’approche comparative ?

12Bien que le chercheur attaché à la description du système cognitif de l’animal soit capable de mesurer les variables liées aux stimuli et aux réponses, il rencontre néanmoins deux problèmes majeurs qui sont spécifiques à son domaine, à savoir a) de quelle façon la consigne et le but de la tâche sont-ils transmis à l’animal ? et b) Y a-t-il adéquation entre la définition de la tâche que s’est donnée l’expérimentateur et la compréhension de celle-ci affichée par l’animal ?

13L’exemple du comportement « superstitieux » des pigeons rapporté plus haut montre que la perception et l’analyse par l’animal d’une situation donnée ne recoupent pas obligatoirement la description qu’en fait l’expérimentateur.

14S’il n’y a donc pas adéquation, ni explicite et ni même implicite, entre les attentes de l’expérimentateur et la signification que l’animal attribue au test auquel il est soumis, c’est bien entendu parce que les Umwelt, les représentations du monde ne franchissent vraisemblablement pas la barrière de l’espèce. Cette interrogation renvoie en fin de compte à la définition du champ d’investigation choisie par les différentes disciplines impliquées dans l’approche comparative entre l’animal et l’homme. À cet égard, les stratégies de recherche de l’éthologie cognitive peuvent être confrontées de façon efficace avec celles de la psychologie comparée.

15Le domaine de l’éthologie cognitive est suffisamment vaste pour englober toutes les thématiques abordées par les disciplines voisines comme l’éthologie classique et la psychologie animale. En effet, des thèmes comme le traitement de l’information, la résolution de problèmes et les processus mentaux sont bien au cœur des études en psychologie comparée. Nonobstant cette convergence dans les objectifs généraux, au moins deux obstacles ont jusqu’à présent empêché des collaborations fructueuses entre l’éthologiste de la cognition et le psychologue expérimentaliste de l’animal.

  • 12 Vauclair, J., « Mental states in animals : Cognitive ethology », in Trends in Cognitive Sciences, 1 (...)

16Le premier obstacle a une origine paradoxale. L’éthologie cognitive se donne comme but principal l’étude de la pensée et de la conscience des animaux. Il est à cet effet étonnant de remarquer que pratiquement aucune référence n’est faite aux concepts de représentation et de mémoire par les théoriciens de ce domaine et notablement par Griffin, son inventeur. De tels concepts sont pourtant centraux pour étudier la cognition, tant chez l’homme que chez l’animal12. La seconde entrave à cette collaboration provient du rôle primordial que les éthologistes de la cognition attribuent à la conscience. Bien qu’une définition univoque ne soit pas donnée à ce concept par les chercheurs qui l’utilisent – synonyme d’état mental, d’esprit ou de pensée –, il occupe néanmoins une place centrale de la démarche de ces éthologistes.

  • 13 Roitblat H. L., Introduction to Comparative Cognition, New York, W.H. Freeman and Company, 1987.

17Le recours massif au concept de conscience par les éthologistes de la cognition contraste très fortement avec l’orientation théorique adoptée par la plupart des psychologues en sciences cognitives. Il faut souligner que les termes de conscience et de pensée ont toujours été problématiques, dans la mesure où un consensus ne s’est jamais réellement dégagé pour les définir avec précision. C’est donc une attitude pragmatique qui a prévalu en usant d’une acception large selon laquelle la pensée renvoie à des processus de traitement de l’information et à l’utilisation de capacités cognitives variées. Suivant ce raisonnement, la conscience peut être comprise comme un processus cognitif que se réfère à d’autres processus cognitifs. Dans ce dernier sens, le concept de conscience ne se réfère directement ni au comportement ni aux objets extérieurs, mais bien aux autres processus cognitifs de l’animal (ou de l’homme). De ce fait, comme le propose Herbert Roitblat13, la pensée n’implique pas la conscience, alors que la conscience implique la pensée. La conscience impliquerait ainsi une pensée à propos de la pensée.

  • 14 Terrace H. S., « Animal Cognition » in Animal Cognition, Roitblat H. L., Bever T. G. & Terrace H. S (...)
  • 15 Nagel T., « What is it like to be a bat ? », in The Philosophical Review, 83, 1974, p. 435-450.
  • 16 Dusenberry D. B., Sensory ecology, New-York, W.H. Freeman, 1992.

18La majorité des psychologues de l’animal comme Herbert Terrace14 considèrent que les processus cognitifs chez l’animal sont inconscients. Ainsi, le psychologue comparatiste, tout en acceptant que les représentations présupposent une expérience consciente, estime que ce n’est pas la qualité subjective de l’expérience qui est l’objet de ses investigations. De fait, ce psychologue fait l’hypothèse que cette qualité subjective est impossible à évaluer, sans disposer d’une possibilité de compréhension mutuelle entre deux espèces. Sans cette compréhension, il est hautement improbable, pour paraphraser le titre d’un article célèbre de Thomas Nagel15, d’envisager « Ce que ça fait d’être une chauve-souris ». Fort heureusement, le principal but d’une investigation scientifique de la pensée des animaux n’est pas réellement de découvrir ce qu’il en est d’être un certain type d’animal, mais plutôt de tenter de clarifier comment des « états mentaux » produisent des comportements observables. Le tableau général n’est d’ailleurs pas sombre. Des avancées intéressantes sur cette question sont à attendre de directions de recherche comme l’« écologie sensorielle16 ». Cette discipline vise à comprendre l’expression des capacités cognitives des animaux dans leur milieu en se centrant sur leur environnement sensoriel. En adoptant, en quelque sorte, le « point de vue de l’animal », grâce à l’étude du traitement de l’information dans les contextes aussi proches que possible des conditions réelles de vie, ces recherches donneront peut-être un jour une réponse à la question quasi utopique que posait Nagel.

  • 17 Vauclair J, Développement du jeune enfant. Motricité, perception, cognition, Paris, Belin, 2004.
  • 18 Ibid.

19Évidemment, le spécialiste de l’animal bute sur une difficulté majeure que rencontre également le spécialiste qui s’intéresse au très jeune enfant : ne pas pouvoir utiliser le langage articulé, cet outil si commode pour échanger. Le psychologue de l’enfant préverbal est d’ailleurs en bien meilleure posture que son homologue étudiant l’animal17. D’une part, il peut assez vite avoir recours au langage pour transmettre ses consignes et « interroger » l’enfant, sachant que la compréhension du langage précède largement sa production. D’autre part, ce même psychologue peut faire raisonnablement l’hypothèse que ses questions sont situées dans un cadre de référence, tout au moins implicite, selon lequel les significations et les buts de l’action s’inscrivent dans le même univers symbolique, impliquant, à terme, un partage des conventions, même si cet univers est encore à construire par l’enfant. La situation est bien évidemment tout autre pour ce qui est de l’animal. Enfin et surtout, le psychologue de l’enfant dispose d’un arsenal de techniques expérimentales basées sur les réactions perceptives des enfants à des objets traités selon les différentes modalités (tactiles, visuelles, auditives) ainsi que sur les réponses motrices à ces objets afin d’évaluer, en l’absence de tout recours au langage, le développement des grandes fonctions cognitives. Ces méthodes ont permis de mettre en évidence les processus cognitifs précoces à l’œuvre dans la représentation mentale des objets, dans leur identité et leur catégorisation, dans les représentations numériques ou encore dans la mémoire (pour un exposé détaillé de ces techniques, voir Vauclair, 200418). Il est heureux que ces méthodes expérimentales soient en partie transposables à l’étude de l’animal et particulièrement à celle des primates non humains.

  • 19 Wittgenstein L., Philosophical Investigations, Oxford, Blackwell, 1958.

20Si l’existence de représentations est effectivement démontrée chez les primates non humains, comme dans beaucoup d’autres espèces animales, il apparaît aussi que l’évolution n’a pas préparé ceux-ci, à la différence des humains, à développer un procédé comme le langage ouvrant la capacité à communiquer leurs représentations. Il faudrait dans ces conditions se résigner à l’idée que notre connaissance du monde animal est inévitablement limitée, et peut-être même illusoire, à cause de l’impossibilité de pouvoir partager un code de communication identique. Le fossé qui nous sépare d’eux ne sera donc sans doute jamais complètement comblé. En imaginant que les animaux se mettent à parler, faudrait-il alors accepter le jugement pessimiste de Ludwig Wittgenstein19 pour qui « Si un lion pouvait parler, nous ne pourrions pas le comprendre » ?

Notes

1 Darwin C., The Descent of Man and Selection in Relation to Sex, Londres, Murray, 1871 / La Descendance de l’homme et la sélection sexuelle, Traduction de J.-J. Moulinié, Paris, Reinwald, 1872, p. 424-429.

2 Vidal J. M., & Vauclair J., « Un Animal politique autre qu’humain ? », in Epokhè, 6, 1996, p. 35-55.

3 Russell B., Human Knowledge : Its Scope and Limits, Londres, George Allen & Unwin, 1948, p. 78.

4 Vercors, Zoo ou l’assassin philanthrope, Paris, Magnard, 1978.

5 Ibid., p. 50-51.

6 Suzuki K., & Vauclair J., De quelques mythes en psychologie : enfants-loups, singes parlants et jumeaux fantômes, Paris, Éditions du Seuil, 2016.

7 Rosenthal R., Experimenter Effects in Behavioral Research, New York, Appleton, 1966.

8 Pfungst O., Clever Hans : A Contribution to experimental animal and human psychology, New York, Henry Holt, 1911.

9 Terrace H. S. et al., “Can an ape create a sentence ?”, in Science, 206, 1979, p. 891-902.

10 Gardner R. A. et al., Teaching sign language to chimpanzees, Albany, State University of New York Press, 1989.

11 Savage-Rumbaugh S., Kanzi : The Ape at the Brink of the Human Mind, New-York, Wiley, 1994.

12 Vauclair, J., « Mental states in animals : Cognitive ethology », in Trends in Cognitive Sciences, 1, 1997, p. 35-39.

13 Roitblat H. L., Introduction to Comparative Cognition, New York, W.H. Freeman and Company, 1987.

14 Terrace H. S., « Animal Cognition » in Animal Cognition, Roitblat H. L., Bever T. G. & Terrace H. S., (dir.), Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum Associates, 1984, p. 7-28.

15 Nagel T., « What is it like to be a bat ? », in The Philosophical Review, 83, 1974, p. 435-450.

16 Dusenberry D. B., Sensory ecology, New-York, W.H. Freeman, 1992.

17 Vauclair J, Développement du jeune enfant. Motricité, perception, cognition, Paris, Belin, 2004.

18 Ibid.

19 Wittgenstein L., Philosophical Investigations, Oxford, Blackwell, 1958.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search