Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre et ses espaces

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

Première partie. Dispositif réflexif du livre : page, texte et sujet

La page : entre texte et livre

Valérie Lelièvre

Texte intégral

1Si le livre ne peut se réduire à son dispositif physique, on ne peut le vider de sa substance matérielle, et ainsi faire l’économie de ce qui le constitue et de ce qui lui confère son apparence. En la matière, la page est centrale, puisqu’elle a charge de supporter l’écriture. Considérant ce rectangle, il ne s’agira pas, bien sûr, de s’en tenir stricto sensu à ses aspects physiques ; une telle approche n’insufflerait que peu d’éléments à propos de cet objet qu’est le livre, pris sous l’angle de l’espace.

  • 1 Berthier Anne, L’Aventure des écritures. Naissances, Zali Anne (sous la direction de), Paris, Bibl (...)

2Alors pourquoi la page ? Quel intérêt ce petit rectangle peut-il bien présenter ? Pourquoi ne pas s’en tenir à cet objet plus englobant, rassemblant les pages, qu’est le livre ? À ces questions, la Bibliothèque nationale de France a répondu par une exposition et une publication sur la page, donnant ainsi un ultime volume au triptyque consacré à l’aventure des écritures. Les deux premiers volumes sont consacrés, pour le premier, à la naissance et à l’origine des différents systèmes d’écriture, et, pour le second, aux supports de l’écriture, selon les matériaux et les formes. La page fait l’objet du troisième tome, un tome à elle seule1 ; de là, peut-on deviner qu’elle n’est pas simplement faite d’une matérialité supportant l’écriture. Page et support sont distingués : c’est dire que la page, que nous palpons et tournons selon toute habitude, dont on peut apprécier le grain et sentir le papier, ne se laisse pas seulement saisir par la main. La page supporte, à l’évidence, elle reçoit même, des signes qui nous feraient presque oublier que nous tenons un objet entre nos mains. Sans ces signes tracés à sa surface, elle peinerait bien à nous dire quelque chose, si ce n’est qu’elle est vierge. La Bibliothèque nationale de France se demande, entre autres questions, comment la page a pu donner forme à la pensée. Cela n’est pas rien, cela sonne comme une tentative de sillonner les chemins que le livre et la pensée ont empruntés tous deux.

3Pourquoi donc la page ? Afin de réduire le livre à un espace, celui d’une page, mais ce qui vaut pour une page vaut pour les autres, et donc pour le livre dans son ensemble. La page, parce qu’elle est l’unité du livre, en ce qu’elle relève autant du matériel que du spirituel. Parce qu’elle apparaît à notre regard, tout simplement, mais cette apparition simple révèle un cadre, qui s’écrit, pense, et s’approprie. Rien de simple alors, si ce n’est que nous la tournons le plus aisément du monde.

4La question de la page, et de son apparition, est celle de ses limites. Son format n’est pas étranger à cette question, puisque c’est lui qui les assigne ; et les assignant, il présente au regard un cadre. Ce cadre, aux contours bien nets, – que le coupe-papier s’empresse de trancher si ce n’est pas déjà fait –, est à entendre sous des angles divers. À première vue, unité physique, le cadre n’assume pas moins une valeur spirituelle, délimitant un lieu de pensée. Si l’unité physique de la page est clairement déterminable dans le cas du codex, le volumen, lui, n’offre pas toujours le même discernement quant à cette unité, proposant davantage une continuité par l’assemblage des feuillets. Les limites bien tranchées de la page, qui la délivrent du pli, hachent le texte en blocs, offrant une unité visuelle, mais non pas nécessairement intellectuelle, car les pages suivantes perpétuent le texte. Malgré cette unité, la page n’est pas autosuffisante, elle doit être accompagnée de ses consœurs qui prennent le relais et déploient à tour de rôle un segment du livre, donc du texte. Un livre à une page n’a jamais été un livre, c’est seulement une feuille. Cette perpétuation du texte, dans le codex, au caractère accumulatif, s’éloigne fortement, en raison du pli et de la tourne des pages, de celle que le volumen présentait selon un défilement continu et une juxtaposition de colonnes. Le bloc de texte reste toujours de rigueur, la succession de colonnes perdure quel que soit le support, mais la page offre au regard un double cadre dans le sens d’une adéquation entre le texte et la page. De sorte que le cadre proposé par le codex n’est pas ajustable comme celui du volumen : l’espace de lecture du codex est prédéfini, déjà formaté et réglé ; celui du volumen dépendait de la manière dont on le déroulait.

5Cette valeur spirituelle du cadre prend tout aussi bien une tournure esthétique, étant un terrain propice à l’apparition de l’œuvre, un dénominateur commun à toutes les formes artistiques. Cadrer pour créer : l’enjeu est de taille : faire surgir une forme de l’informe.

  • 2 Souchier Emmanuel, « Histoires de pages et pages d’histoire », in L’Aventure des écritures. La pag (...)

6Soit, mais n’a-t-elle pas non plus une valeur anthropologique, devenant par là une notion proprement humaine, définissant la place de l’homme dans son environnement ? Le cadre participe bien de ce quadrillage du territoire auquel s’adonne l’homme. Le livre ne déroge pas à cette règle culturelle qui veut que l’homme s’approprie l’espace dans lequel il se meut ; et la page n’est pas étrangère à la terre cultivée, striée, à l’espace géographique régi par une orientation et une organisation faisant sens. L’étymologie, qui n’intervient pas ici pour prouver quoi que ce soit, peut cependant introduire une question qui découle de celle des limites, à savoir la propriété. D’une origine terrestre2, le terme « page » est à considérer à trois reprises. Pagina, la page renvoie à la treille étagée, aux rangées de pieds de vigne fichés en terre. Pagus, elle se fait bourg, espace humanisé en bordure de sillons, de champs cultivés. Pango, elle « fiche en terre », « plante » et « met des bornes ». Trois racines pour un espace qui d’emblée ne peut esquiver la géométrisation, la régularité et la répétition des lignes, des colonnes, des angles droits et des limites. Cette géométrisation, issue d’une volonté politique, est supposée répondre au fantasme d’emprise et de maîtrise du monde. Le livre se dote d’artifices conçus pour mener le lecteur de la première à la dernière page, selon un double rapport d’horizontalité et de verticalité, prétendant guider l’œil le long des lignes. Créer des repères afin d’éviter tout égarement, pour déterminer un point d’ancrage ou une orientation, autant que pour apprivoiser le temps – l’ancrage spatial est corrélatif à l’ancrage temporel : la page est donc, davantage qu’une terre, un territoire que l’homme s’évertue à s’approprier. Appropriable, la page devient un objet de métamorphose ; elle l’est, non pas seulement à la mesure de l’espace qu’elle met en scène, mais surtout à la mesure de l’homme. Approprier est à entendre en ce double sens de rendre convenable à un usage et de s’attribuer la propriété (s’approprier).

7Même en tant que support, le livre est un objet physique particulier. Et encore, il ne l’est pas seulement en tant qu’objet, mais en tant qu’il permet au texte d’être, de surgir à la surface de la page. La configuration de la page est très éloquente à ce propos, trahissant un rapport de propriété entre l’écriture, l’espace et l’homme.

8Le format de la page apparaît le plus universellement possible comme un rectangle, qu’il se présente dans le sens de la hauteur – ce qui est le plus fréquent – ou de la longueur – appelé format à l’italienne. Des cas de formats différents sont recensables dans l’histoire du livre – en forme de cœur par exemple ; du reste, ce ne sont que des artifices, ayant une valeur purement esthétique, et n’ayant pas d’autre justification que la fantaisie, de sorte qu’il est peu envisageable qu’ils s’imposent comme cadre de référence – on se doute même qu’ils n’apporteraient pas grand-chose au texte.

9Le cadre de référence est ainsi rectangulaire. Le rectangle semble être la forme la plus appropriable qui soit. Prenons l’exemple du miroir, s’il peut aussi bien être ovale que rectangle, c’est qu’il épouse d’une certaine manière la forme du visage ; en cela, il reste un espace adapté à l’homme. Cependant, c’est bien le rectangle que l’homme a choisi en guise de réceptacle, pour déposer la trace de ses discours écrits – quel que soit le support – comme pour peindre, restituer des clichés, ou projeter des films. Le cinéma utilise la projection pour rendre visible le film qu’on ne saurait voir en regardant la pellicule, à la différence du livre qui intègre déjà et l’écran – la page – et le texte, de sorte qu’il n’exige aucun matériel externe pour assurer une projection, mais une double manipulation – ouvrir le livre et tourner les pages. Le rectangle est appropriable en ce qu’il autorise une prise en main et une projection. Si projeter signifie, au sens propre et étymologique, « jeter en avant », on peut déduire, de cette définition quelque peu rudimentaire, des associations de termes permettant à la projection de faire écho aux idées de correspondance et de prolongement.

10L’homme a su établir une relation d’appropriation entre l’écriture et son support, un lien inextricable entre le contenant et le contenu. Cette appropriation ne se contente pas de relier écriture et support, elle inclut l’homme dans ce tandem car l’enjeu, énorme dans son entreprise, est d’ordonner ce monde qui outrepasse les limites de l’homme, d’aplanir sur une surface ce qu’il ne peut englober et d’exorciser l’angoisse du temps. Si le livre est censé garantir l’ordre du monde, son aspect physique doit en témoigner : la page, pour être réglée, se pliera aux dimensions de qui veut ordonner le monde, de qui veut prendre le monde – c’est-à-dire à la fois l’appréhender et le comprendre. Pour ce faire, l’homme a tenté de projeter le monde sur un espace taillé sur mesure à ses dimensions corporelles. Ainsi réduit, cet espace devient maniable et convenable à un usage, objet que l’on peut tenir dans les mains, et aussi objet qui a suivi la voie d’un compactage sans cesse plus grand pour une appropriation prétendument plus aisée, comme si la maîtrise de l’écrit n’était qu’une affaire de support. L’évolution des supports le montre très clairement : du papyrus au parchemin, et du parchemin au papier, le matériau s’est fait plus souple, plus malléable ; du volumen au codex, du codex au support électronique, un gain de place a été rendu possible. Le support est à remplir ; il doit contenir, dans un espace réduit, une quantité de plus en plus grande de textes, même si parallèlement à ce compactage, on n’a pas cessé de mettre au point des éditions parfois encombrantes.

11Cette réduction, très caractéristique de l’adaptation des supports aux usages des lecteurs, a été élaborée pour répondre à l’exigence d’appropriation et de diffusion. Le codex offre cet avantage indéniable de pouvoir être tenu à une seule main et de libérer ainsi l’autre main pour écrire. Cette forme de livre donnera lieu à une cohabitation possible – mais non systématique : l’attitude du lecteur est à ce propos déterminante – entre lecture et écriture au sein du même espace, la page ; autrement dit, une double activité pour un espace plus compact que celui du volumen que le lecteur devait prendre à deux mains. Autre chose se passe avec le codex, le corps peut parler tout autrement, en dissociant les deux mains, qui dès lors, sont en mesure de s’adonner à des gestes différents, voire opposés en ce qu’ils se répartissent selon la passivité et l’activité – (sup)porter, ou encore (sou)tenir, et écrire –, et de prendre des objets différents – le livre et le crayon. Le lecteur se dote d’une liberté de mouvement et d’une prise en main renforcée. Cette simple flexion du corps ne favorise pas moins une possibilité accrue de réflexion pour le lecteur, une invitation à (se) réfléchir davantage dans la page, crayon en main. La lecture et l’écriture peuvent tourner dans le même corps ; avec le volumen, elles se déroulaient souvent – mais pas exclusivement – dans des corps différents.

12Réduction pour une projection, prolongement pour une correspondance : le livre semble étendre l’homme au-delà de son corps et de son esprit. Dans cet espace réduit, l’être humain peut s’adonner corps et âme à l’extériorisation et à la mise en ordre de sa pensée. Le livre accueille ce qui habite l’esprit, non pas dans une version dégradée mais selon un prolongement, permettant à cette pensée de persévérer, de s’étendre, de prendre – tel un mélange dont l’aspect s’homogénéise –, voire de se comprendre. Plus encore, l’homme ne peut raisonnablement assurer cette extension qu’en investissant le livre – cet objet physique accueillant les mots et la pensée – d’une corporéité, de son propre corps. La terminologie du livre s’est approprié l’anatomie humaine, disposant en-tête et pied de page aux extrémités de la page, flanquant le livre d’un dos et le texte d’une colonne. L’analogie entre le dos du livre et le dos de l’être humain est féconde. C’est le dos qui soutient l’édifice du livre, qui réunit les pages pour former l’ensemble du livre, qui, tel le pilier, en assure la solidité et la stabilité. Un dos cassé et ce sont toutes les pages qui tombent et s’envolent, démolissant le livre. De même, le dos de l’homme cassé, et la marche est entravée, le maintien est douloureux et la solidité de son corps est compromise. D’où l’importance de la colonne à la fois pour l’homme et pour le texte. Colonne de texte sur la page, colonne vertébrale de l’homme, des similitudes surgissent entre ces deux composantes. La bilatéralité de l’homme entre en résonance avec la bilatéralité du livre. L’axe du livre est un axe de symétrie intimant l’ordre, imposant un équilibre, une harmonie pour une distribution régulière des parties. Les deux versants de la page s’affrontent dans un face à face, entre la gémellité et la dualité, ni tout à fait identiques, ni foncièrement différentes. Ce vis-à-vis est un élément fondateur de la lecture puisqu’il rend possible la tourne des pages selon un axe central figuré par la marge de pli.

13Les lettres font elles aussi l’objet d’une correspondance avec le corps humain. Qu’on en juge d’après le rapport établi entre les proportions du corps et celles des lettres, très caractéristique de la Renaissance. Les manuels de typographie de l’époque consacrent des pages à ces proportions, dessins à l’appui et en guise de démonstration, au point que la taille des lettres sera appelée le corps.

  • 3 Fichte Johann Gottlieb, « Preuve de l’illégitimité de la reproduction des livres. Raisonnement et (...)

14Cette analogie entre l’homme et le livre ne s’arrête pas là ; elle se rencontre dans la distinction de Fichte entre le corporel et le spirituel3, reconnaissant ainsi la singularité du livre. Pour anecdote, sa portée va jusqu’à atteindre l’idée de plagiat – et c’est Fichte lui-même qui le souligne –, qui, avant de désigner la copie, le vol de textes, signalait le vol d’êtres humains.

  • 4 Ibid.

15Anthropomorphe, le livre est objet d’anthropologie et requiert un cadre, qui, lui aussi, a valeur anthropologique. Tout est alors combiné dans le livre pour offrir à l’être humain un objet qu’il peut investir de sa pensée, autant que de symboles le renvoyant à sa qualité d’homme. La page témoigne de la pensée qu’elle accueille en sa surface ; elle n’est pas seulement un vecteur de communication en tant qu’elle transmet un texte, elle est bien mieux le lieu d’une incarnation humaine, celle de la pensée (ce que Fichte nomme le matériel) et d’une forme de la pensée4 – le style, l’enchaînement des idées, le matériau même que constitue l’agencement de mots, et que l’écrivain façonne en propre –, donc d’un ensemble spirituel qui n’irait guère loin sans son corps.

  • 5 Illich Ivan, Du lisible au visible : la naissance du texte. Un commentaire du Discadalion de Hugue (...)

16Dans cet anthropomorphisme, la création d’un espace aux dimensions de l’homme, autrement dit l’action de réduire le monde à l’échelle humaine, est très significative en ce qu’elle le fonde et le suscite. Elle dénote un rapport essentiel de l’humain au livre. Une humanisation, ou mieux une personnification du livre s’est profilée au long de son histoire et s’est accompagnée d’une mise en ordre sans cesse plus croissante, formant une page anatomique. Durant le Haut Moyen Âge, l’abstraction du texte se matérialise par une organisation visuelle5, une architecture pourrait-on dire, qui place le corps du texte sous l’emprise d’une architectonique, spatialisant la page jusqu’à hanter sa surface d’un fantôme formel. La Renaissance saura poursuivre cette quête formelle et cet élan structurel. Paragraphes, alinéas, chapitres, titres, index, notes, table des matières : ces balises à la fois visuelles et intellectuelles visent l’efficace de la lecture que le texte ne peut assumer à lui seul dans son maillage quelque peu touffu qu’un lecteur incarne de plus en plus en silence ; la page, supportant ce découpage et ce repérage, donne au texte une enveloppe corporelle qui, dès lors, ne le quittera guère.

  • 6 Ibid., p. 30-32.

17Ainsi se dessine une silhouette, celle du livre, comme le reflet de l’être humain se mirant dans une page-miroir. Cette figure de miroir, Hugues de Saint-Victor pensait qu’elle était capitale dans le rapport entre le lecteur et la page6. Le lecteur doit s’exposer à la lumière de la sagesse qui fait briller la page afin qu’il découvre son moi et qu’il se (re)connaisse lui-même. La page est un miroir reflétant l’individualité et le moi du lecteur à une époque – le xiie siècle – où l’usage de la lecture silencieuse est devenu courant ; elle est alors un instrument de réflexion. Une page fait miroir, elle fait aussi écran, encline à toute projection. La lumière, émanant de la page, est celle de sa blancheur qui enjoint le lecteur à questionner chaque lettre contenant l’esprit, à découvrir une connaissance de son être au-delà de ce qu’il croit savoir, avec le risque néanmoins de l’éblouissement et de l’aveuglement. Parce qu’elle donne la clarté sur les objets, qu’elle illumine ce qui, sans elle, demeurerait obscur, la lumière rend préhensible le monde ; elle le rend visible certes, mais partiellement, en découpant des limites, par ses rayons qui accusent relief et point de vue, en le donnant à voir à l’état de forme. Cependant, cette lumière n’émerge que lors d’une lecture qui se veut méditative, réfléchie, et aurait peu de chance d’apparaître entre des mains hâtives qui tourneraient les pages avec une négligence précipitée et un empressement peu attentif. Est-ce à dire que, dans le deuxième cas très significatif d’une lecture extensive, le lecteur chercherait moins à s’approprier le texte qu’à passer de livre en livre, donc à tourner les livres, et pas seulement les pages ?

18On le voit, il ne suffit pas de réduire le monde à ses dimensions et de projeter son corps, ou d’y découvrir son reflet, pour parler d’appropriation. Car que lisons-nous au juste ? Un texte ? Des pages ? Un livre ? Et où est le texte dans le livre que nous manipulons et lisons ? Dans cette matérialité sans laquelle il ne pourrait exister ? Est-ce une entité autonome sur un support qui s’oublie et s’efface sous le poids de son autorité ?

19Davantage que l’analogie entre l’homme et le livre, ce qui importe, au-delà d’une enveloppe corporelle flagrante, c’est le devenir du texte en livre. Dès qu’il existe sous forme de livre, le texte peut véritablement mener sa propre vie, s’éloignant de son géniteur, l’écartant même de sa destinée, afin de découvrir ses lecteurs, de tomber entre leurs mains, doué d’un esprit qu’il véhicule, perpétuant la force et la lumière que l’écrivain a pu porter à un moment donné de son existence et que le lecteur peut retrouver en substance dans le livre.

20Le livre désigne aussi bien le volume comprenant un ensemble de pages que le texte imprimé sur ces pages. Mais, l’espace du livre n’est pas seulement l’espace du texte, et inversement. Celui-ci est un espace autre, du moins n’est-il jamais seul. Il ne peut s’étendre que s’il est sous-tendu, supporté ; inversement, un livre sans texte n’est plus livre, il est, dirait-on, un cahier en attente d’écriture. Dire que le texte n’est pas seulement texte ne signifie pas qu’il est réductible à l’objet ; et dire que l’on tient un objet entre les mains ne déloge pas le texte de la page. Il faut se garder d’une dichotomie entre le corporel et le spirituel, qui tendrait à nous faire préférer l’un pour écarter l’autre.

  • 7 Parkes Malcolm, « Lire, écrire, interpréter le texte. Pratiques monastiques dans le Haut Moyen Âge (...)

21Prolongeons encore le détour par la matérialité. Il apparaît que l’histoire du livre et de la lecture est une histoire de limites qui n’ont pas cessé de s’immiscer dans les livres, entre les lignes, entre les mots. Le codex avait déjà imposé les limites de la page, segmentant et fragmentant la lecture. Mais ce format ne devait pas s’arrêter là, il fut un terrain propice à de nombreux dispositifs de découpage du texte qui façonnèrent la page7. Les mots d’abord devaient se séparer. Parallèlement, la voix s’atténuait davantage jusqu’au silence requis, et se faisait obéissante à une structuration du texte de plus en plus autoritaire. Le livre introduisit alors la norme dans le texte, le compartimentant et exigeant de lui qu’il se rendît visible. La visibilité ne pouvait se donner à lire que sous une apparence de matérialité, tout comme l’invisibilité, ou ce qui n’est pas dicible. Le silence se lit à coups de marques (blancs, points de suspension, etc.) somme toute – et paradoxalement – matérielles. Dès lors que la lecture est intériorisée, elle exige une matérialité pour guider le lecteur, pour l’aider à y voir plus clair, compensant la perte auditive. Le texte matérialisé se trouve pleinement déployé dans le livre, s’inscrivant dans un objet, réifié en quelque sorte par un dispositif qui l’encadre. En somme, c’est une réification de l’abstraction qui est à l’œuvre, pour apporter clarté et meilleure compréhension du sens. Personnification du livre d’une part, réification du texte d’autre part, les deux tendances paraissent indissociables. La réification du texte n’est toutefois pas réductible à une structuration, à un corps du texte organisé. Ce corps du texte s’inscrit dans un autre corps, celui du livre.

22Réifier un texte, c’est le transformer en chose, ce qui prendra la forme du produit, en l’occurrence le livre. Le terme de réification, issu de l’économie politique du xixe siècle, rendait compte de la transformation de l’activité humaine en marchandise, de la réduction du sujet ou d’une réalité sociale à l’état de chose.

23La publication en tant qu’elle s’inscrit dans le régime économique réifierait le texte en livre, susceptible de transformer ce qui, à l’origine, peut être qualifié d’œuvre de l’esprit en une marchandise. Pour qu’elle soit lue et qu’elle ait une existence publique, elle doit circuler sur un support qui la contraint à une forme, selon les lois du marché – ou clandestinement.

  • 8 Pétrarque, « L’abondance des livres », in Les Remèdes aux deux fortunes : 1354-1366, Grenoble, Jér (...)

24Au xive siècle, Pétrarque dénonçait la marchandisation du livre, fléau dangereux8, à une époque sans imprimerie en Europe, et voyait la réification du livre comme une dévalorisation de l’œuvre, condamnant la vanité de ceux qui amassaient les livres pour orner leur bibliothèque sans jamais les connaître. La possession d’un livre donne parfois à certains l’illusion de le posséder aussi spirituellement, de l’avoir également rangé dans leur tête. Or la possession n’est nullement garante de connaissances, et l’appropriation n’est pas synonyme de possession. Le risque même serait d’extraire, à force de possession, la substance du livre, jusqu’à la négation du texte. Le livre, donc, sans son texte, ne serait plus livre, tant il n’aura servi à rien, tant il aura été lettre morte. Qu’on pense au personnage du Bibliomane de Charles Nodier, qui cherche frénétiquement une édition de l’Énéide de Virgile ayant quelques centimètres de plus que celle qu’il a déjà en sa possession. Seul le format compte, le livre devient objet sans texte, sa propre négation en définitive. Mais cela est une réification à outrance, ayant pour motivation la collection, et pour nom la bibliophilie, rebaptisée bibliomanie dans l’œuvre de Nodier comme pour mieux en souligner l’excès maladif. Sans parvenir à cet extrême qui épuise l’objet de convoitise, la réification qualifiera ici la métamorphose que le texte subit pour se donner à lire au public.

25En ce sens, le livre se prête au jeu d’une propriété. Mais c’est sans compter le spirituel qui habite le texte et en fait sa substance. Cependant les idées, nous dit Fichte, ne sont pas propriété exclusive de l’auteur, car pouvant être communes ; la propriété exclusive est à chercher dans la forme que prennent ces idées, à savoir l’expression, le style, l’écriture. Deux personnes ne peuvent énoncer les mêmes idées d’une manière en tous points identique – le style et la manière diffèrent, c’est-à-dire l’approche. Ainsi propre à une personne singulière, le texte devient, sous l’effet de l’appropriation d’un tiers, un autre propre, irréductible au texte de départ. Il n’est donc plus celui que l’écrivain donne à lire, mais celui qui ressemble à ce que le lecteur a lu, ce qu’il fait sien et qui n’est pas celui de l’écrivain.

  • 9 Genette Gérard, Seuils, Paris, Éditions du Seuil, 1987, p. 7.

26Si le texte ne peut se plier à une propriété commune en raison de sa forme d’écriture, les pages n’accuseront pas une aussi grande résistance : l’objet sera appropriable, en devenant exemplaire. Cet exemplaire, tiré d’une édition, participe de la réification du texte dont l’affirmation de l’existence éloigne de lui celui qui reçoit et celui qui, pourtant, l’a produite. Pour que l’œuvre soit, elle doit s’incarner en une forme matérielle. N’ayant plus besoin de l’écrivain, elle l’écarte ; elle a, en revanche, besoin du lecteur pour être. Et sûrement l’appropriation commence par le lecteur qui fait sien ce qu’il lit, pour peut-être écrire lui aussi. Dès lors que l’œuvre est séparée de son auteur et qu’elle est sous le regard du lecteur, la page porte, dans l’illusion d’une maîtrise, la volonté d’une présence visible, malgré tout l’invisible qui demeure en suspens, pour atténuer le sentiment d’étrangeté que suscite l’œuvre ; il s’agit d’éviter de se perdre dans un espace insaisissable qui ne vient pas du lecteur et qui se dérobe à l’écrivain, de baliser un territoire. Le texte est surreprésenté par une structure et des marques paratextuelles qui encadrent la traversée du livre par le lecteur, et lui donnent, à chaque page, davantage la conscience du livre que celle du texte. Le paratexte est, au sens genettien du terme, « ce par quoi un texte se fait livre et se propose comme tel à ses lecteurs, et plus généralement au public9 ».Qu’est-ce, de nos jours, qu’un texte sans une préface, une postface, une introduction, des notes, une bibliographie, une quatrième de couverture, une page de titre, un sommaire ou une table des matières ? Mais encore, sans, en tête de chaque page, le titre courant – de l’œuvre ou du chapitre, c’est selon – et le nom de l’auteur, et sans la pagination ? Ne se laisse-t-il pas contaminer par cet entourage, lui qui ne peut pas se suffire, lui qui a besoin du livre pour être ?

27Quelle est donc la marge de manœuvre du lecteur face à des pages moulées et normées ? Sa marge serait les marges du texte, ce qu’il y a de blanc dans le livre et qui se détache de ce qui se greffe au texte en gravitant aux alentours. Qu’est-ce qu’une marge ? Zone du lecteur, puisqu’elle lui permet de tenir le livre sans dissimuler de ses doigts le texte, ainsi que d’écrire des annotations qui confirment, contestent, ou commentent ledit texte, si besoin est ; zone de lecture, par l’identification du livre – en tête de la page – et le repérage paginal. Tout dans le blanc de la page rappelle la non-coïncidence entre la page et le texte. Et c’est ce tout qui sert de zone d’appropriation au lecteur, à la fois en marge et entre les lignes. C’est ce tout également qui fait déborder le texte pour mieux l’accompagner dans sa compréhension et dans son interprétation, s’applique d’autant mieux à le faire que la marge est le bord, la limite, et que, de la sorte, elle peut mener sur l’autre rive, celle du commentaire, de la note, afin d’étendre le texte, d’actualiser un au-delà de ce texte et ainsi d’en faire autre chose que ce qui a été pensé au départ. Ce tout devient alors l’espace de la réflexion, de l’alternative et de la confrontation, et déjoue en cela l’arrêt du texte pour le rendre provisoire et transitoire. L’écriture marginale est ce pas que peut franchir le lecteur – averti, il faut bien le reconnaître, ce n’est donc pas le « tout lecteur » – pour s’éloigner du texte, pour se situer à ses côtés ou contre lui, c’est-à-dire à la lisière, en marge. Où est le corps du texte dès lors que les annotations marginales brouillent les pistes en se livrant à une écriture qui vient effranger la page ? Dès lors que des traits étrangers s’immiscent entre les lignes ou que des symboles, indices et balises d’un parcours, indiquent çà et là les points à retenir et sur lesquels il est bon de revenir ? Un texte que l’écrivain lui-même ne reconnaîtrait plus, tant il aura été tiré en dehors du cadre. Et que serait un texte sans marge ? Serait-ce alors un texte sans lecteur ? Le texte, dans son manque d’autonomie, semble tributaire de son paratexte ; de même, son contexte lui rappelle, à chaque instant de lecture, qu’il n’est jamais seul, qu’il est toujours incarné.

28Nous disons : « Je n’en suis qu’à la première page », ou encore « il me reste deux pages à lire », au point qu’on se demanderait si, au fond, on lit des pages ou bien un texte. À l’évidence, c’est la lecture du texte qui est en jeu, et il ne s’agit pas ici de le contester. Dans l’achat et le choix d’un livre, nous cherchons un texte ; c’est bien celui-ci que nous attendons lorsque nous ouvrons le livre et en tournons les pages – même si le texte sonne creux dans sa substance spirituelle. Toutefois, force est de constater ce fait de langage, cet usage du mot « page » jusque dans ce que nous lisons, et qui désigne l’unité textuelle elle-même. Nous lisons un texte, mais nous tournons les pages ; d’où cette confusion entre des termes qui deviennent, sous l’effet d’une métonymie, interchangeables, ou presque tant il est vrai que nous ne tournons jamais un texte. Ainsi, dans le langage courant, on lit une page, et on lit un livre. Mais lit-on un texte ? Bien que l’on puisse dire « je lis un texte » – et cela arrive –, le texte est souvent entendu et utilisé comme extrait – ainsi l’explication de texte, ou de l’œuvre, dans le système scolaire –, ou comme l’état qui précède la publication – dans ce cas, il se confondrait avec le manuscrit – sans toutefois s’imposer complètement face aux termes de « manuscrits » et d’« épreuves », les plus usités dans le processus éditorial. Plus encore, le texte est compris, au pire, en tant qu’il est dématérialisé, vidé du corps de son support ; au mieux, en tant qu’il s’étend sur une page volante. Un texte s’étudie, s’explique, se commente, s’analyse, s’interprète, mais se lit-il ? On rétorquera que, pour s’étudier, un texte doit au préalable se lire, que la lecture fonde l’analyse. On peut certes déceler des occurrences dans le langage quotidien, susceptibles de démentir ces propos ; or ce détour linguistique interpelle quant à la contamination du spirituel par le corporel, et forme l’aveu d’une réification du texte. Mais ce fait de langage révèle tout aussi bien que le livre, parce qu’il peut être lu, qu’il fait l’objet d’une opération intellectuelle et sensible, est investi d’un statut qui excède sa matérialité : lire un livre, c’est être conscient de ne pas seulement voir et tenir un objet entre ses mains.

29Notons une différence de taille : tandis que la page est placée sous le régime quantitatif, le texte relève du qualitatif. Le texte est indénombrable, la page se compte. Cela a des incidences jusque dans l’écriture, puisqu’il est possible qu’on exige de nous d’écrire tel nombre de pages – dans l’enseignement, ou pour un article : le texte alors se pense en termes de pages, ou, ce qui est le plus fréquent, en termes de signes, et se dote ainsi d’une unité de mesure. On soumet la qualité à la quantité, non qu’on la néglige nécessairement, elle est même attendue, mais le critère quantitatif s’affirme haut et fort comme une norme venant encadrer la qualité. Nous sommes tentés malgré nous de quantifier le texte, de le rendre dénombrable, comme si, au fond, il allait se laisser saisir plus facilement de la sorte, comme si la qualité de l’écrit allait se peser en termes de mots. Tout se passe comme si le texte n’était pas apte lui-même, seul, à assumer sa propre existence, et qu’il lui fallait alors s’en remettre à la page, experte en la matière, et venant le quantifier pour lui donner consistance, pour donner l’illusion qu’on en aura pour son compte – pour son argent. Dès lors que l’on comptabilise le texte, celui-ci devient livre, c’est-à-dire volume, avec ses pages. C’est à se demander si le texte n’a jamais existé. Il est à chaque fois confondu. Subsiste cependant un lieu où il résiste : l’enseignement, qui le maintient dans ce qu’il a d’analysable et de décomposable.

30On achète un livre ; bien sûr, il ne viendrait jamais à l’esprit de quiconque d’acheter un texte. Quand on entre dans une librairie, on cherche un livre ; quand on ouvre un livre, on cherche un texte. Un glissement s’est opéré dans les termes. Mais, dès qu’on lève les yeux du livre, a fortiori lorsqu’on le ferme, on aime et conseille un livre. Le retour au livre semble inéluctable, tant on l’a touché et porté entre ses mains, tant on a passé du temps en sa compagnie.

31L’écart peut être grand entre les études littéraires qui commentent des textes et analysent la lecture, et les lecteurs dont les souvenirs portent bien souvent sur des impressions globales, le sens général du texte, et les conditions matérielles et environnementales de leurs lectures. Le texte est érodé par l’oubli ; reste surtout en mémoire le cadre de lecture qui ne se limite pas au texte. La lecture ne se réduit pas à la page qu’on lit, et encore moins au texte indépendamment de son support. Elle n’est pas simplement un rapport entre un lecteur et des mots qui défileraient sous ses yeux. La page n’est pas seulement un espace lisible, un espace du déchiffrement d’un texte qui se donnerait ligne par ligne, selon un début et une fin. Le lecteur perpétue sa lecture par des arrêts et des ruptures, manifestant son pouvoir, sa légèreté aussi, enfin la non-réductibilité de son espace de lecture au seul déchiffrement. Cesser de lire, ce n’est pas uniquement interrompre la lecture, c’est davantage cesser de réduire l’acte de lire à la seule part de lisibilité du texte, qui n’est pas seul à investir la page. Une perte du temps fait sortir le lecteur de l’espace physique de la page, comme elle l’invite à un voyage qui fait parfois soudainement, comme dans une absorption, l’économie de la page et met en suspens le livre même. Il n’y a pas de texte idéal, mais un texte pris dans une forme, et non pas seulement un texte supporté par un livre, mais aussi bien un lecteur qui met en scène son propre cadre de lecture au-delà du cadre du texte et du livre.

  • 10 Proust Marcel, « Journées de lecture », in Pastiches et mélanges, Paris, Gallimard, « L’imaginaire (...)

32La lecture engage, au-delà des métaphores du livre, une physiologie et une psychologie, un espace non réductible au texte. Qu’on se souvienne des Journées de lecture de Proust qui trouvait dans les assiettes accrochées au mur, le calendrier, le feu et la pendule de la salle à manger des « compagnons, très respectueux de la lecture10 ».Cela dit, la lecture ne s’insère pas seulement dans une réalité et un environnement qui peuvent la perturber et l’interrompre, elle se taille aussi un espace qui excède le cadre de la page, incluant, voire accueillant des éléments accidentels et hétérogènes, spatio-temporels, culturels, mémoriels, intertextuels.

33Le lecteur s’approprierait, au-delà du texte et avec lui, un espace de la lecture, et s’il s’approprie un texte, ce n’est pas sans sa greffe et les circonstances dans lesquelles il l’a lu. En sorte que l’appropriation ne ressortit pas seulement à ce qui est en jeu dans la lecture, à savoir le texte. Tandis que celui-ci, foncièrement étranger, creuse une distance entre lui et le lecteur.

34Ayant écrit le texte, l’écrivain semble a priori le plus à même de se l’approprier ; le droit postule qu’il est sa propriété exclusive. Qu’on veuille bien se rappeler les propos de Fichte, et la propriété de l’écrivain se limitera à son style.

35Lorsque l’écrivain écrit, le livre n’existe pas encore, sinon sous forme de projet – il dit « j’écris un livre », ou « mon dernier livre », à défaut de le nommer par le genre (« j’écris un roman »). Si l’on s’en tient à la représentation courante de l’écrivain face à sa feuille blanche ou à l’écran d’ordinateur, on conclurait qu’à proprement parler il n’écrit pas de livres – et la théorie littéraire en conviendrait, elle qui fait le distinguo entre texte/œuvre et livre – bien qu’il le prétende. Pourquoi donc les écrivains disent-ils qu’ils écrivent un livre alors qu’ils ne se chargent pas de la publication ? Ils le disent parce qu’ils savent que ce texte, qu’ils écrivent, sera publié, ou susceptible de l’être ; ils anticipent sa forme future qui sera en toute logique le livre. « J’écris un livre » signifie « j’écris un texte qui sera publié sous forme de livre ». La publication est envisagée dès le travail d’écriture comme le prolongement attendu du texte, comme sa projection possible sur une page que le lecteur tournera, donc comme son mode d’existence. La page du livre est cet espace réduit qui donne à lire le texte ; elle lui permet d’être en le prolongeant – tout en écartant l’écrivain – et en le projetant sur un espace préhensible par le lecteur. Probablement peut-on envisager que l’écrivain affirme écrire un livre parce qu’il est lui aussi lecteur et qu’il a l’expérience du livre en tant qu’il le lit. À cette désignation du livre s’ajoute parfois un possessif comme pour affirmer une propriété et un lien originel.

36L’écrivain prétend à un livre, or sa qualité de propriétaire ne s’applique nullement sur cet objet. Son droit de propriétaire, ou son droit d’auteur, se porte précisément sur ce qui n’est pas matière et objet, mais sur la forme spirituelle du texte – le style –, ce qu’il y a de plus immatériel, et donc de moins appropriable par d’autres. Cette forme est bien ce que l’écrivain a en propre, d’incessible et d’inaliénable, et c’est un propre qui suscitera d’autres propres dès que le lecteur s’appropriera l’œuvre, en la lisant et la méditant. Pour éviter toute usurpation et comme cette forme est inappropriable par le lecteur, on n’a pas d’autres choix que de s’arroger un droit de propriété pour faire valoir son autorité, d’autant que le texte, une fois publié sous forme de livre, échappera aux mains de l’écrivain.

37En attendant le jour de la publication, le texte est retravaillé pour l’édition ; à défaut de fidélité, l’éditeur peut s’octroyer le droit de le tronquer, de le réorganiser, de le trahir en somme, creusant davantage l’écart entre l’écrivain et son œuvre. Des copistes qui prenaient, à chaque lettre tracée, le risque de la trahison, volontaire ou involontaire, aux éditeurs qui adaptent le texte à leurs exigences éditoriales et commerciales jusqu’à, dans des cas extrêmes, mutiler l’œuvre, l’écrivain semble le grand absent de la publication. Mais ce serait omettre qu’il a son mot à dire, discutant avec l’éditeur, lisant les épreuves, en vertu d’une collaboration – parfois étroite –, devenue cependant impossible par sa mort – cas de figure qui rend délicate la question de la publication : dans quelle mesure respecte-t-on l’œuvre de quelqu’un qui ne peut plus parler, qui donc ne peut plus défendre ses écrits ?

  • 11 Rousseau Jean-Jacques, « Lettre 796 à Marc-Michel Rey du 12 avril 1759 », in Correspondance complè (...)

38Il serait réducteur, voire fallacieux dans certains cas, d’affirmer que les écrivains n’ont que faire de la matérialité du texte, comme s’ils n’avaient pas conscience de l’éventuelle métamorphose que représente une édition et du pouvoir que celle-ci peut exercer sur la réception de l’œuvre. Rousseau se montra très attentif à l’édition de La Nouvelle Héloïse, s’impliquant dans le travail de mise en page et d’impression, convenant du caractère et du format avec l’imprimeur, soucieux de donner à lire un bel objet en plus d’un texte important. Preuve en est sa correspondance avec son éditeur – à l’époque, appelé libraire – Marc-Michel Rey : « Il ne faut pas imprimer les Lettres comme elles sont dans le manuscrit. Mais chaque Lettre doit recommencer une page, et pour ne pas laisser trop d’espaces blancs il faut tâcher de faire finir la Lettre précédente le plus près qu’il se pourra du bas de la page11. »

  • 12 Rey Marc-Michel, « Lettre 871 à Jean-Jacques Rousseau du 13 octobre 1759 », Rousseau Jean-Jacques, (...)

39Dans cette directive donnée par Rousseau à Rey, on comprend la transformation que subit le texte pour qu’il soit lu comme désiré. L’imprimé ne sera pas le manuscrit. Les phrases injonctives qu’emploie Rousseau révèlent l’importance du projet éditorial pour la réception de l’œuvre. L’impératif de l’unité de la lettre est patent, car à son espace doit coïncider celui de la page, en suivant ses limites. La question est de savoir si c’est le livre qui s’adapte au texte, ou le texte qui se plie au livre. Ici, la lettre épouse le format de la page pour qu’elle soit présentée à son avantage, pour que le support lui accorde pleinement son sens ; ailleurs dans la correspondance, Rousseau tient à ce que la structure des parties soit respectée au risque d’un déséquilibre embarrassant Rey qui, lui, préférerait une égalisation de ces parties12. Deux types d’exigence s’affrontent, deux approches du livre également. Selon Rousseau, la composition du texte peut certes se modifier pour s’adapter au format et au support du livre, qui en retour peuvent valoriser l’œuvre dans ce qu’elle a d’apparent, mais elle ne doit pas être sacrifiée aux exigences éditoriales ; l’édition doit, autant que possible, rester fidèle au texte, servir son sens, pour ne pas le dénaturer, du moins doit-elle s’y efforcer, quitte à induire des prouesses techniques. Ce qui est en jeu, insiste Rousseau, ce n’est pas un volume, mais un texte avec son sens que le support va éclairer. À cet égard, il en appelle à l’intelligence de l’imprimeur pour rendre supportable le déséquilibre dans la composition de l’œuvre, tenant à préserver les six parties intactes.

  • 13 Rousseau Jean-Jacques, « Lettre 269 à Marc-Michel Rey du 3 janvier 1755 », in Correspondance compl (...)

40Cette attention portée à l’édition est tout autant soucieuse de donner une image avantageuse et avenante de Rousseau lui-même, ne reflétant pas seulement l’œuvre, mais également l’écrivain dans son fort désir d’une valorisation pour accréditer son texte : « Le caractère est beau, et le papier me paroîtroit beau aussi, si la première feuille n’enlaidissoit les autres. Il ne faut pas que rien venant de moi présente une apparence trompeuse13. » Ces propos que Rousseau écrit à Rey, après avoir reçu les premières épreuves du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, mettent en exergue le désir d’une adéquation entre le contenu et le contenant. Le texte et le livre font corps pour faire sens. C’est dire que le papier supporte, dans toutes les acceptions du terme, les idées de l’auteur. Rousseau doit apparaître dans toute la vérité de sa nature jusque dans le papier – du moins celle qu’il désire véhiculer –, comme si celui-ci pouvait faire office d’écran exposant son image aux regards des lecteurs. Transmettant un contenu, le support a charge d’accréditer un texte, dans le cas présent, un texte de morale politique. L’enjeu n’est plus seulement de rendre lisible ou visible, c’est bien mieux d’accréditer, en ce triple sens que le texte sera plausible et crédible, que le livre aura reçu l’autorité nécessaire pour agir en qualité de support et de véhicule, et que l’œuvre méritera de la sorte de se répandre.

41Bien sûr, tous les écrivains ne manifestent pas un tel souci de la forme et une attention aussi vive à la matérialité du livre. Cela est un exemple qui contraste avec ce que l’on rencontre habituellement dans l’édition – à savoir une matérialité laissée à l’appréciation et à la décision de l’éditeur –, mais c’est certainement un exemple parmi d’autres qui ne se montrent pas toujours indifférents à la forme que prendra leur œuvre, comme si elle était capable d’en infléchir la destinée, susceptible qu’elle est de la desservir au pire, ou mieux de la valoriser. Cependant, si Rousseau s’intéressa de près aux éditions de ses œuvres, ayant eu probablement l’illusion d’une mainmise sur celles-ci, il ne put évidemment pas surveiller les rééditions ultérieures, celles qui se déroulèrent après sa mort. Là encore, le texte finit par se dérober à toute emprise. Que reste-t-il alors à l’écrivain sinon le droit de devenir un nom d’auteur apposé à telle œuvre ?

  • 14 Jabès Edmond, Le Livre des ressemblances, Paris, Gallimard, « L’imaginaire », 1991, p. 49.

42L’écriture ne peut se passer d’un substitut du texte incarné par le livre. Achevé d’imprimer, le texte devient lisible et diffusable sous la forme d’un livre. Mais l’achevé d’imprimer ne peut-il pas être envisagé comme l’attestation de la mort de l’écrivain ? Edmond Jabès le suggère14. Un texte, pour avoir une quelconque chance d’être lu, doit être publié, donc enveloppé d’une forme, ce qui suppose impression et limites physiques liées au format, ce qui suppose le couperet tel un coupe-papier ou un massicot, une forme tranchée. La forme est le compromis conclu entre ce qui ne laisserait pas de s’achever et l’achèvement. Sans cette forme, le texte ne pourrait pas décemment se montrer. L’achevé d’imprimer n’est pas l’achevé d’écrire, il n’est pas l’achèvement de l’œuvre, il n’est que le couperet qui décapite l’écrivain, lui retirant alors le pouvoir et l’autorité que le droit, les lois du marché et le lecteur s’empresseront de rétablir, soucieux d’attribuer des noms, de désigner des origines et d’opérer des classements. Si, en définitive, l’écrivain perd le texte, cela ne l’empêche pas de parler de son livre, comme pour réaffirmer la certitude d’une appartenance, ou renchérir un lien possessif illusoire. Difficile de sortir du livre tant on y sera entré à défaut d’avoir pénétré le texte.

43Le texte se dérobe à toute emprise en maintenant une distance irréductible avec le lecteur, et aussi avec l’écrivain. Comme pour contrebalancer cette impénétrabilité, l’homme s’est évertué à s’approprier ce qui le supporte, la page, à investir le livre de qualités anthropologiques et symboliques, le réduisant à ses dimensions pour le rendre préhensible, se donnant l’apparente sécurité d’un support voué à pérenniser une pensée, d’un dispositif spatial exorcisant l’angoisse du temps. Comme si la lecture et l’écriture étaient simplement une affaire de quantité et de matérialité. Les efforts humains de structuration et de réification du texte jouent le rôle de balise à chaque lecture, à chaque écriture, tant le texte ne peut être saisi, tant le livre encadre le texte, tant l’appropriation elle-même est insaisissable, car jamais achevée. Impénétrable, elle laisse au seuil, remise sans cesse au lendemain, reconduite si elle n’est pas déjà éconduite.

Notes

1 Berthier Anne, L’Aventure des écritures. Naissances, Zali Anne (sous la direction de), Paris, Bibliothèque nationale de France, 1997 ; Breton-Gravereau Simone, Thibault Danièle, L’Aventure des écritures. Matières et formes, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1998 ; Trunel Lucile, L’Aventure des écritures. La page, Zali Anne (sous la direction de), Paris, Bibliothèque nationale de France, 1999.

2 Souchier Emmanuel, « Histoires de pages et pages d’histoire », in L’Aventure des écritures. La page, op. cit., p. 20.

3 Fichte Johann Gottlieb, « Preuve de l’illégitimité de la reproduction des livres. Raisonnement et parabole », in Benoist Jocelyn (sous la direction de), Qu’est-ce qu’un livre ?, Paris, PUF, 1995, p. 139-170.

4 Ibid.

5 Illich Ivan, Du lisible au visible : la naissance du texte. Un commentaire du Discadalion de Hugues de Saint-Victor, Paris, Éditions du Cerf, 1991, p. 137-147.

6 Ibid., p. 30-32.

7 Parkes Malcolm, « Lire, écrire, interpréter le texte. Pratiques monastiques dans le Haut Moyen Âge », in Cavallo Guglielmo, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Chartier Roger (sous la direction de), Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 109-123.

8 Pétrarque, « L’abondance des livres », in Les Remèdes aux deux fortunes : 1354-1366, Grenoble, Jérôme Millon, « Atopia », t. I, 2002, p. 217.

9 Genette Gérard, Seuils, Paris, Éditions du Seuil, 1987, p. 7.

10 Proust Marcel, « Journées de lecture », in Pastiches et mélanges, Paris, Gallimard, « L’imaginaire », 2002, p. 237.

11 Rousseau Jean-Jacques, « Lettre 796 à Marc-Michel Rey du 12 avril 1759 », in Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, Genève, Institut et Musée Voltaire, t. VI, 1968, p. 68.

12 Rey Marc-Michel, « Lettre 871 à Jean-Jacques Rousseau du 13 octobre 1759 », Rousseau Jean-Jacques, « Lettre 873 à Marc-Michel Rey du 20 octobre 1759 », in Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, op. cit., t. VI, p. 173-174.

13 Rousseau Jean-Jacques, « Lettre 269 à Marc-Michel Rey du 3 janvier 1755 », in Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, op. cit., t. III, 1966, p. 85.

14 Jabès Edmond, Le Livre des ressemblances, Paris, Gallimard, « L’imaginaire », 1991, p. 49.

Auteur

LelièvreValérie
Doctorante en philosophie à l’université de Paris 10. Travaille sur le concept de page et de texte en littérature.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540