Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins-Citoyens au Cap

 | 
Chloé Buire

Planches

Planche 2. Les flats de Heideveld

Texte intégral

1Figures 1, 2 et 3 : Le « grand ensemble » de Heideveld est un monde à part, réputé pour l’omniprésence des gangs, dont les graffitis et le taxi collectif sont les emblèmes (figure 1). La disposition des barres d’immeuble en face à face (figure 3) et des vides intérieurs (figure 2) en font un exemple de panoptikon où tout le quotidien est exposé au regard des voisins.

2Figures 4, 5 et 6 : Les coins des immeubles sont fortement territorialisés. Certains sont le lieu de rendez-vous des jeunes hommes, alors assimilés à des gangsters dans l’imaginaire collectif (figure 6, voir aussi Jensen, 2008, sur la notion de turf). Mais les figures 4 et 5 montrent que les femmes aussi occupent des portions de trottoir, avec des distinctions selon les générations. Les « grands-mères » de la figure 4 n’iront pas s’asseoir avec les jeunes femmes de la figure 5.

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4607/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 2
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4607/img-2.png
Fichier image/png, 976k
Titre Figure 3
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4607/img-3.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Figure 4
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4607/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 5
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4607/img-5.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 6
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4607/img-6.png
Fichier image/png, 2,3M

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540