Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins-Citoyens au Cap

 | 
Chloé Buire

Conclusion

« Reconnaître ce qui n’est pas l’enfer… et lui faire de la place »

Texte intégral

  • 1 Calvino Italo, Les Villes invisibles [1972], Paris, éditions du Seuil, 1996, p. 189.

L’enfer des vivants n’est pas chose à venir, s’il y en a un, c’est celui qui est déjà là, l’enfer que nous habitons tous les jours, que nous formons d’être ensemble. Il y a deux façons de ne pas en souffrir. La première réussit aisément à la plupart : accepter l’enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir. La seconde est risquée et elle demande une attention, un apprentissage continuels : chercher et savoir reconnaître qui et quoi, au milieu de l’enfer, n’est pas l’enfer, et le faire durer, et lui faire de la place.1

  • 2 Coles Robert, « Préface , in Outcast Cape Town, Berkeley, Western John, Berkeley (CA), University (...)

1Ces quelques lignes viennent des Villes invisibles, un petit ouvrage qui a sans doute été trop cité pour ne pas être teinté d’un romantisme un peu facile. Italo Calvino synthétise néanmoins l’effort souterrain qui a traversé le présent ouvrage. J’ai en effet commencé ce travail en évoquant le paradoxe de la passion pour le « terrain » sud-africain, « cauchemar vivant » dans les mots de Robert Coles2, mais aussi terre du « miracle ». La suite de l’analyse a alors consisté, comme le propose Calvino, à n’accepter ni « l’enfer », ni « le miracle », à « chercher » les différences et les alternatives, « à faire de la place », enfin, et au sens le plus littéral, à ce vivre ensemble pragmatique dans lequel, bon gré mal gré, les citadins inventent la ville au quotidien et résistent aux assignations spatiales, raciales, politiques ou économiques.

2L’objectif principal de cet ouvrage était donc d’interroger la possibilité, pour les citadins ordinaires, de « produire » une Afrique du Sud plus juste et plus démocratique. J’ai pour cela mobilisé les travaux d’Henri Lefebvre sur la production de l’espace. Cet ancrage théorique m’a obligé tout d’abord à clarifier les bases épistémologiques de mes observations de terrain : comment distinguer ce qui relève de l’espace conçu, de l’espace vécu et de l’espace perçu ? Au fil des chapitres, j’espère avoir fourni des exemples concrets de cette triplicité telle qu’elle s’incarne dans le quotidien. Lire Lefebvre, annonçais-je en introduction, permet d’affiner le travail ethnographique et le terrain, en retour, permet d’incarner la théorie. Sans doute faut-il ajouter que cet ancrage empirique-théorique passe aussi par une écriture particulière où l’analyse et le récit se rencontrent sans hiérarchie.

3Avec le recul, on peut d’ailleurs considérer que la structure même de l’ouvrage reproduit la triplicité de l’espace. La première partie est entrée par les espaces conçus. Je suis partie du récit historique des cadres de gouvernement pour montrer en quoi l’urbanisation du Cap est dominée par les représentations racistes et les interventions technicistes. La question de la réception de ces cadres par les citadins s’est naturellement imposée.

4Partant alors des dynamiques de territorialisation « par le bas », la deuxième partie a montré la complexité des espaces vécus qui ressemblent en fin de compte plus à des lignes de fuite qu’à des identités territoriales bornées dans l’espace et dans le temps. La suite de l’ouvrage s’est attelée à montrer les jeux de reproduction et de transgression qui lient ces espaces conçus et vécus aux pratiques spatiales quotidiennes des citadins.

5La troisième partie a fait le pari d’une lecture consacrée aux pratiques citoyennes qui, par leur formalisation, dessinent des modes précis de production trialectique. La quatrième partie a creusé au-delà du lien explicite entre gouvernants et gouvernés. Confrontant le marxisme généraliste de Lefebvre aux spécificités locales de quartiers en quête de justice, j’ai voulu mettre à jour les contradictions d’une gouvernementalité communautaire qui passe tout à la fois par les paysages, les groupes de maintien de l’ordre, les corps masculins et féminins, et les espaces domestiques.

  • 3 L’année 2018 a notamment vu fleurir énormément de conférences saisissant l’anniversaire de mai 196 (...)

6Sur un plan plus général, confronter La Production de l’espace aux réalités sud-africaines contemporaines a également représenté un véritable défi méthodologique. Comment une telle somme théorique peut-elle dialoguer avec les spécificités microlocales d’une ville qui a si peu en commun avec le contexte français dans lequel évoluait Lefebvre ? Sur ce point, il resterait beaucoup à dire. Il existe un nombre grandissant de groupes de recherche qui travaillent sur les transpositions de la pensée critique lefebvrienne dans les contextes les plus divers3. Plutôt que de tenter une synthèse désincarnée de ces débats, j’ai préféré construire ce livre comme un exercice vivant de mise au travail de l’idée selon laquelle tout espace est à la fois la matière et le produit de relations sociales. Cette dialectique fondamentale a servi de point de départ. Je l’ai déclinée sous différents angles, me saisissant des effets de miroir qui lient les dynamiques conçues, vécues et perçues de cette production sociospatiale permanente.

7Mais j’ai aussi proposé des échappées et des compléments théoriques. L’hypothèse des lignes de fuite me semble ainsi nécessaire pour saisir la complexité des imaginaires citadins, réduite aux termes vagues « d’espace des représentations » chez Lefebvre. Dans le même ordre d’idées, convoquer la notion de gouvernementalité communautaire m’a permis de décrire les normes et les obligations qui régulent la vie quotidienne des habitants de Gugulethu et de Heideveld et donc de préciser à quoi ressemblent « les bords du triangle ».

8La vivacité d’une ethnographie s’accommode mal des idées abstraites « d’espace différentiel » ou de « triplicité dialectique ». C’est pourquoi j’ai aussi proposé, à titre d’exemple, un double tableau typologique, m’appuyant d’une part sur les observations du terrain et d’autre part sur les concepts lefebvriens pour montrer les liens possibles entre théorie et empire, mais pour illustrer également la difficulté de ce dialogue entre le général et le particulier.

9Suivre un fil conducteur lefebvrien m’a enfin amenée à définir un horizon politique fort pour réconcilier les codes d’un travail universitaire avec les aspirations et les inquiétudes d’une société avide de transformation. En quoi la vie quotidienne de citadins ordinaires peut-elle servir de base à un projet d’émancipation radical, une dynamique « différentialiste »  ? Là encore, il m’a semblé que la rhétorique lefebvrienne passait souvent à côté des batailles quotidiennes de ceux qui m’ont accompagnée durant ces quatre années.

10« Démocratie », « Liberté », « Justice », « Transformation ». Autant de mots forts qui débordent de signification et que Lefebvre manie avec précaution, mais qui n’en sont pas moins au cœur des aspirations des habitants de Gugulethu et Heideveld. J’ai choisi de retenir l’idée de « justice » pour la richesse des commentaires philosophiques et géographiques qu’elle nourrit. Avec la notion de « justice spatiale », j’ai ainsi rapproché les considérations théoriques de Lefebvre sur l’espace aux critiques politiques de penseurs radicaux tels que Harvey et Mitchell et surtout de philosophes féministes telles que Young et Fraser.

11Parler de « justice spatiale », c’est d’abord prendre au sérieux l’hypothèse différentialiste lefebvrienne. Pour prétendre à des renversements profonds de la domination structurelle, il est impératif de prendre en compte la dimension spatiale des situations sociales. Mais la justice spatiale, c’est aussi rompre avec le normativisme des théories critiques pour remettre la vie quotidienne au cœur de l’analyse. En termes méthodologiques, cela s’est traduit sur le terrain par l’usage d’une caméra, outil de captation sur le vif, média unique pour une écriture alternative. La place faite aux témoignages directs et à la narration ethnographique dans cet ouvrage reflète en partie ce souci d’une écriture incarnée et spatialisante.

12En fin de compte, la promesse initiale de « lire Lefebvre » a été, je l’espère, tenue, mais surtout dépassée. Si les textes fondateurs que sont Le Droit à la ville et La Production de l’espace ont effectivement fourni la base théorique et l’horizon politique de ce travail, ce sont bel et bien les vies quotidiennes des citadins qui l’ont nourri et qui m’ont forcé à tailler des outils d’analyse sur mesure. La tentative de déchiffrement des identités territoriales s’est transformée en analyse de lignes de fuite. Tout comme les références identitaires sont devenues des mécanismes nostalgiques et utopiques, les tactiques citoyennes ont été finalement appréhendées dans leurs ambiguïtés à la croisée entre coopération et insurgence. Ainsi, loin de dresser le tableau de citadins-citoyens révolutionnaires, réclamant de façon unanime l’ouverture d’espaces alternatifs pour réinventer le sens de la démocratie après l’apartheid, ce travail ne peut offrir qu’une conclusion tout en nuances.

13Les efforts différentialistes ne l’emportent jamais tout à fait face aux aspirations à se conformer à la norme. Les hiérarchies raciales, les soumissions socio-économiques, les marginalités géographiques font partie intégrante des codes de la respectabilité communautaire. Et même les lieux les plus intimes, conquis de haute lutte à travers le combat permanent pour la dignité domestique, sont toujours, aussi, des vitrines de conformisme. Il semblerait donc qu’il faille, comme le suggère d’Italo Calvino et malgré les rêves utopistes qui m’animent, « accepter l’enfer » dans une certaine mesure, le normaliser afin de ne plus le voir.

  • 4 Young Iris Marion, Justice and the Politics of Difference, op. cit., p. 6.
  • 5 Agier Michel, « La ville, la rue et le commencement de la politique. Le monde rêvé de Chloé », op. (...)

14Mon souhait le plus cher, toutefois, est qu’au moment de refermer ce livre, les combats quotidiens d’Amiena et de Leader, les ruses ontologiques de Jemaine et de Nana ou encore les stratégies insolentes de Gadidja et de Suzette encouragent tous ceux qui veulent croire qu’un autre monde est possible. Que leurs récits nourrissent « l’apprentissage continuel » qui nous permettra, chercheurs et citadins, d’inventer la « place » nécessaire pour « ne pas souffrir », ou, pour le dire avec plus d’optimisme, pour exprimer le « désir d’être heureux » qui nourrit la pensée critique selon Young4. J’espère que ces pages rendent compte dans une certaine mesure du plaisir de la rencontre, du partage sincère et de la confiance mutuelle qui ont rendu possible ce travail. J’espère surtout qu’elles ne trahissent pas les pudeurs salutaires, les nécessaires dissimulations et les mensonges ingénieux grâce auxquels ceux qui m’ont fait une place dans leur quotidien ont gardé un certain contrôle sur mes intrusions. Qu’est-ce que représente finalement le cheminement académique, si ce n’est cette invention des « communautés de rencontre » qui ne sont jamais qu’un « détour pour se trouver soi-même » dont parle Michel Agier5 ? Parti de la volonté de contribuer à une meilleure compréhension des transformations de la société sud-africaine depuis la fin de l’apartheid, cet ouvrage représente donc en fin de compte le récit d’une immersion et l’histoire d’une passion pour la force politique des gens ordinaires.

Notes

1 Calvino Italo, Les Villes invisibles [1972], Paris, éditions du Seuil, 1996, p. 189.

2 Coles Robert, « Préface , in Outcast Cape Town, Berkeley, Western John, Berkeley (CA), University of California Press, 1981, p. 11.

3 L’année 2018 a notamment vu fleurir énormément de conférences saisissant l’anniversaire de mai 1968 pour interroger l’héritage de Lefebvre dans les sciences sociales actuelles, mais je pense plutôt au travail de long terme mené par des groupes tels que le collectif constitué autour de la revue Justice Spatiale|Spatial Justice ou le programme de recherche DALVAA (Morange Marianne et Spire Amandine, « Mise en ordre, mise aux normes et droit à la ville : perspectives depuis les villes du Sud », in Métropoles, vol. 10, n° 21, 2017, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5574) en France, ou la construction de lignages scientifiques forts autour d’auteurs comme David Harvey aux États-Unis ou Patrick Bond en Afrique du Sud, ou autour d’instituts de recherche tels que le département de géographie de l’université publique de São Paulo.

4 Young Iris Marion, Justice and the Politics of Difference, op. cit., p. 6.

5 Agier Michel, « La ville, la rue et le commencement de la politique. Le monde rêvé de Chloé », op. cit., p. 143.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540