Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins-Citoyens au Cap

 | 
Chloé Buire

La justice spatiale au quotidien : des normes communautaires entre conformité et émancipation

La justice spatiale au quotidien : des normes communautaires entre conformité et émancipation

Avant-propos

Texte intégral

1Réfléchir en termes de « justice spatiale » invite à une lecture critique (au sens où elle déconstruit les faits sociaux pour en analyser les rouages) et tournée vers un horizon politique (c’est-à-dire susceptible de suggérer des alternatives). Les chapitres précédents consacrés aux tactiques et aux stratégies des citadins-citoyens qui naviguent dans les eaux troubles du gouvernement métropolitain ont mis en avant la difficulté qu’il y a à identifier l’horizon politique des espaces de citoyenneté au quotidien. Entre espaces « invités » et espaces « inventés », entre loyauté et pragmatisme, entre professionnalisation stratégique et insurgence tactique, j’ai finalement proposé une typologie qui permet de regrouper les grandes tensions qui sous-tendent le potentiel différentialiste des nouveaux espaces sociaux ainsi produits. Mais en me centrant sur des figures publiques de leaders communautaires, je suis nécessairement passée à côté de subjectivités politiques plus discrètes. Souvenons-nous par exemple de Jemaine, le gangster repenti pour qui les codes sociopolitiques de l’évangélisme supplantent les règlements municipaux et les forums citoyens.

2Les remarques de Fiona Ross à partir de ses rencontres dans la communauté extrêmement marginalisée du Parc, ont rappelé que pour de nombreux citadins, la construction d’espaces politiques propres commence par l’estime de soi. Le baromètre politique s’ancre alors dans des normes de respectabilité véhiculées à l’échelle du voisinage, ordentlikheid en afrikaans ou encore le double decency/dignity si courant dans l’anglais des townships. L’image construite au niveau individuel pour donner un sens à sa vie, même dans la précarité, repose sur un jeu d’obligations mutuelles. De cette dialectique entre estime de soi et moralité collective naît l’idée de « communauté ».

3Cette quatrième et dernière partie élargit donc l’analyse des citoyennetés insurgées à la question des normes communautaires. Il n’est plus ici question des relations que les citadins ordinaires entretiennent avec les structures du pouvoir politique organisé (partis politiques, gouvernement métropolitain, forums participatifs locaux). L’attention se tourne vers les lieux visibles et invisibles de la performance morale qui établit les sujets politiques et régit les relations entre eux. Plutôt que des grands récits centrés sur l’histoire politique de l’Afrique du Sud (la lutte, le déracinement, l’affiliation partisane, l’auto-organisation, etc.), les trois chapitres qui suivent mobilisent des concepts géographiques pour saisir les contours de la communauté au quotidien : les limites et les lieux des obligations mutuelles, la mise en ordre des corps des hommes et des femmes, la construction fractale d’une communauté idéale à l’échelle de la maison.

  • 1 Pour une discussion des classes sociales qui rejoint les débats sur « community » en anglais, voir (...)
  • 2 Young Iris Marion, Justice and the Politics of Difference, op. cit., p. 42.

4Le terme « communauté » est omniprésent dans la rhétorique politique et sociologique sud-africaine. En français, la notion de « communauté » est toutefois délicate à manipuler du fait de son association avec celle, très décriée, de communautarisme1. Sur le plan théorique, l’idée de « communauté » renvoie à la construction d’un « groupe social », au sens que lui donne par exemple Young, c’est-à-dire à « un collectif de gens qui se différencient d’au moins un autre groupe selon des formes culturelles, des pratiques ou un mode de vie2 ». On retrouve l’importance des politiques de la différence qui dictent les idéaux de justice spatiale. En recherchant les expressions concrètes de ce qui fait que certains collectifs citadins « se différencient » au sein de la métropole capetonienne, je suis donc fidèle à ma démarche qui cherche à confronter l’idée de justice spatiale aux réalités du terrain.

  • 3 Reynaud Alain, Société, Espace et Justice, op. cit.

5Toutefois, le contexte sud-africain oblige à aller au-delà de cette définition très abstraite de la communauté comme « groupe social » (« classe sociospatiale », dirait Reynaud3). Community est le terme choisi jusque dans les textes officiels pour désigner le contrat social qui lie l’état et les citoyens. Le gouvernement local est par exemple défini par son rôle auprès des « communautés » auxquelles il doit fournir services et développement et qui en retour sont en droit de lui demander des comptes. C’est également en référence à « la communauté » que les collectifs citoyens décrits précédemment conceptualisent leur action (« constitution de quartier », « Code of Conduct », programme de l’Advice Office). Comme nous le verrons dans les pages qui suivent, « la communauté » désigne, dans le vocabulaire quotidien des townships toute la gamme des relations sociales qui se déploient depuis les mandats électifs jusqu’aux disputes familiales.

6Nous sommes donc bien face à un concept pivot qui articule à la fois les représentations de soi que les individus construisent (et auxquelles ils se conforment) au quotidien, et les attentes que ces mêmes individus ont envers leurs amis, parents et voisins. Nous montrerons ainsi les échelles emboîtées de ces normes de respectabilité véhiculées à travers le ward 44 (le quartier, la rue, la maison, le corps), mais aussi les effets de frontières qui permettent de formaliser les limites de la communauté selon le principe de différenciation sociospatiale évoqué par Young, Reynaud ou – bien sûr – Lefebvre.

  • 4 Le mot « gouvernementalité » est emprunté à Foucault qui en propose la définition suivante : « l’e (...)
  • 5 Rose Nikolas, « The Death of the Social? Re-figuring the Territory of Government », in Economy and (...)
  • 6 Ibid., p. 331.

7Je ne suis bien sûr pas la première à m’intéresser aux effets disciplinants de l’idée de communauté, sur le plan à la fois spatial et politique. Nikolas Rose a analysé finement les liens entre communauté et gouvernementalité4. Selon lui, le concept même de « gouvernementalité » renvoie aux arrangements qui visent à « gouverner sans gouverner la société, à gouverner à travers les choix régulés faits par des acteurs individuels séparés et autonomes dans le contexte d’un engagement spécifique au sein de leurs familles et de leurs communautés5 ». Dans l’inspiration foucaldienne de Rose, la communauté est ainsi définie comme une nouvelle « relation entre les stratégies permettant le gouvernement des autres et les techniques permettant le gouvernement de soi située au cœur de nouvelles relations d’obligation mutuelle6 ».

  • 7 Republic of South Africa, Municipal Structure Act, Act n° 117, 1998, op. cit., préambule.

8Le fait que l’article de Rose ait été publié en 1996, l’année même de la signature de la Constitution sud-africaine, n’est certainement pas anodin. La rhétorique gouvernementale post-1994 est exemplaire d’une pensée politique qui refuse de voir le pouvoir comme une « chose » qu’un gouvernement pourrait « exercer » sur un groupe extérieur. D’ailleurs, le mot même de « pouvoir » (amandla) sert encore aujourd’hui de cri de ralliement au moment de s’adresser à une foule : « Amandla ! », crie l’orateur, « Awethu ! » (« est à nous ! »), répond la foule. Ce rituel symbolise la lutte, mais également l’esprit de la constitution de 1996 qui a pour but de refléter les idées des « citoyens ordinaires, de la société civile et des partis politiques », rejetant de fait l’idée d’une sphère politique indépendante7. Bien sûr, ces idéaux sont loin de se refléter dans la pratique politique quotidienne, mais ils sont au cœur des espaces vécus des citadins et influencent donc la production des espaces sociaux au quotidien.

  • 8 Le pari d’un mariage entre Lefebvre et Foucault est risqué et d’aucuns me reprocheront de ne pas c (...)

9Alors que la lecture trialectique des citoyennetés insurgées a mis au jour les différents axes qui interviennent dans la production d’espaces différentiels, cette dernière partie partira donc d’une épistémologie plus foucaldienne pour analyser la manifestation matérielle de ces espaces8. La quête de ces espaces de justice s’incarne ainsi dans des lieux géographiques circonscrits par des frontières, dans des parcours citadins symboliques (une manifestation, un déménagement), mais aussi dans les corps masculins et féminins associés à des ordres moraux spécifiques. Les objets dont il est question sont donc de plus en plus concrets et matériels. L’écriture elle-même change. La verbalisation de concepts cède le pas au récit, les mots sont complétés par des images. J’espère ainsi rapprocher la forme du fond et transporter, pour un moment, le lecteur dans le quotidien de Gugulethu et de Heideveld.

Notes

1 Pour une discussion des classes sociales qui rejoint les débats sur « community » en anglais, voir Reynaud Alain, Société, Espace et Justice, op. cit. ou Rosière Stéphane, « Une Géopolitique des classes ? », in L’Espace politique, vol. 12, n° 3, 2010. http://doi.org/10.4000/espacepolitique.1770

2 Young Iris Marion, Justice and the Politics of Difference, op. cit., p. 42.

3 Reynaud Alain, Société, Espace et Justice, op. cit.

4 Le mot « gouvernementalité » est emprunté à Foucault qui en propose la définition suivante : « l’ensemble constitué par les institutions, les procédures, analyses et réflexions, les calculs et les tactiques qui permettent d’exercer cette forme bien spécifique, bien que complexe, de pouvoir, qui a pour cible principale la population, pour forme majeure de savoir, l’économie politique, pour instrument technique essentiel les dispositifs de sécurité. » (Foucault Michel, Sécurité, Territoire, Population. Cours au Collège de France. 1977-1978, Paris, éditions du Seuil, 2004, p. 655.)

5 Rose Nikolas, « The Death of the Social? Re-figuring the Territory of Government », in Economy and Society, vol.° 25, n° 3, 1996, p. 328 (italiques dans l’original).

6 Ibid., p. 331.

7 Republic of South Africa, Municipal Structure Act, Act n° 117, 1998, op. cit., préambule.

8 Le pari d’un mariage entre Lefebvre et Foucault est risqué et d’aucuns me reprocheront de ne pas consolider cette hypothèse sous la forme d’un nouveau méta-récit théorique. Mon ambition est toutefois avant tout heuristique. L’approche en termes de « gouvernementalité » me permet de rendre compte des dialectiques d’intériorisation et d’imposition des normes communautaires sans pour autant nécessiter un enracinement de type « lignager » avec l’œuvre de Foucault en général.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540