Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins-Citoyens au Cap

 | 
Chloé Buire

Des citoyennetés entre insurgence et professionnalisation

Discipliner les voix citoyennes ? Stratégies de gouvernance et tactiques de gouvernés

Texte intégral

  • 1 Certeau Michel de, L’Invention du quotidien, tome 1, « Arts de faire », Paris, Gallimard, « Folio- (...)
  • 2 Ibid., p. 46.
  • 3 Ibid., p. 47.

1Pour poursuivre l’analyse de la production des espaces politiques au sein du ward 44 au jour le jour, je reprendrai la terminologie de Michel de Certeau1 qui distingue les « stratégies » et les « tactiques ». Les stratégies sont l’œuvre d’un « sujet de vouloir et de pouvoir » qui établit un modèle de rationalité postulant une « extériorité distincte2 ». La tactique au contraire « n’a pour lieu que celui de l’autre », elle « joue avec les événements pour en faire des “occasions”3 ». Une description des « arts de faire populaires » à la manière de Michel de Certeau n’oppose donc pas un appareil de contrôle (l’État) à des individus qu’il tenterait de garder sous sa coupe, mais plutôt des régimes de rationalité et des logiques d’action divergentes susceptibles de s’exprimer à la fois dans et hors des sphères institutionnelles. La rationalité de l’État qui dicte les cadres normatifs de l’espace conçu apparaît donc comme une modalité parmi d’autres de l’action politique, et gagne à être lue en relation avec les espaces vécus et perçus des citadins-citoyens.

2En articulant les stratégies de gouvernance déployées à l’échelle métropolitaine et les tactiques des citadins cherchant à préserver leur capacité d’insurgence, ce chapitre dessine une carte mouvante des logiques de résistance et d’institutionnalisation de la citoyenneté au Cap. Il répond ainsi à la question laissée ouverte au chapitre précédent quant à la portée émancipatrice des « nouveaux rapports » qui s’établissent lorsque les jeux trialectiques remettent en question la domination des cadres institutionnels. Nous verrons à la fois les efforts massifs de dépolitisation des enjeux et de bureaucratisation des comportements au niveau local et les résistances ambiguës des acteurs mêmes de cette bureaucratisation. La professionnalisation croissante des citoyens montre en effet que même si dans leur principe même les tactiques de contournement et d’instrumentalisation partent toujours de l’intérieur d’un système de domination, elles parviennent à esquisser un dehors, un ailleurs politique, là où on ne l’attendait pas.

  • 4 Ibid., p. 57.

Bien qu’elles aient pour matériel les vocabulaires des langues reçues (celui de la télé, du journal, du supermarché ou des dispositions urbanistiques), bien qu’elles restent encadrées par des syntaxes prescrites (modes temporels des horaires, organisations paradigmatiques des lieux, etc.), ces « traverses » demeurent hétérogènes aux systèmes où elles s’infiltrent et où elles dessinent les ruses d’intérêts et de désirs différents.4

Frustrations partagées, discipline collective et bureaucratisation

3Je prends ici les cadres de l’administration métropolitaine comme les échelles possibles du double jeu entre stratégies du gouvernement et tactiques « insurgées ». Au niveau du ward tout d’abord, les efforts de « normalisation » du politique initiés par la municipalité passent par des effets foucaldiens d’intériorisation du pouvoir. Le « gouvernement de soi » qui s’instaure à l’échelle individuelle alimente des jeux réciproques : le gouvernement local impose ses stratégies aux citadins (bureaucratisation) tout autant que les tactiques de ces derniers affectent le fonctionnement des institutions. Le subcouncil illustre ensuite avec une certaine ironie comment un même échelon administratif peut s’avérer mobilisable autant pour faire prévaloir les stratégies politiciennes que pour légitimer les tactiques de citoyens ordinaires.

Ward councillor au jour le jour : les frustrations d’une élue sur le terrain

4Au sein de l’architecture métropolitaine, le ward est le symbole de la démocratie de proximité, mais également d’une capacité de décision réduite au minimum. Avec son « argent de poche » (la dotation annuelle), le ward councillor passe à la fois pour une personne-ressource qui a accès à l’argent public et pour un pantin qui sert d’interface entre des priorités décidées au sommet et des besoins exprimés à la base (voir Le chapitre « Le nouveau costume territorial du Cap »).

  • 5 Zimasa a été assassinée par son compagnon en 2010.

5Zimasa, feue conseillère ANC du ward 445, exprimait un profond désarroi quant à son rôle dans le ward. Elle qui s’était formée dans les rangs de l’ANC était d’abord rentrée dans la municipalité par la petite porte, comme assistante personnelle d’un PR councillor (Proportional Representative) de Gugulethu en 2001. Cinq ans plus tard, elle se retrouvait élue dans son quartier. Lors de notre entretien du 16 novembre 2007, elle reconnaissait avoir beaucoup à apprendre et considérait ce premier mandat comme une façon de se former au langage de la bureaucratie tout en approfondissant ses liens dans les structures internes du parti. Elle mentionnait par exemple les « longues discussions alambiquées » (« tricky lengthy discussions ») autour des questions de planification urbaine qui imaginent la ville pour les trente ans à venir et le profond décalage qu’elle ressent face aux politiques prévues pour les suburbs : « Ils font des choses qui ne fonctionnent pas dans nos townships ! »

6Malgré sa disposition à suivre les règles du jeu et à en apprendre le plus possible, elle ne pouvait cacher sa fatigue : « Les élus des wards, tout repose sur nous. On sert d’exemple dans notre ward sans que personne n’y prête attention. […] Et puis dès que n’importe qui a un problème, c’est nous qu’il vient voir. » Elle mentionne notamment son rôle impossible face au grand projet du N2 Gateway qui est alors en train de transformer New Rest (voir chapitre « Les townships, produits urbains d’une longue histoire ségrégationniste »). L’ampleur du projet la met sur la touche, elle ne peut que « faire suivre les problèmes à la ville ou à la province », mais se sent bien seule dans cette tâche. « Les autres font comme s’ils ne comprenaient pas […] Nos propres collègues du parti sont jaloux, ils te toyi-toyient pour déstabiliser ton ward. » Ainsi, en plus des conflits inhérents aux projets qui ont lieu sur le territoire du ward, la conseillère signale les compétitions entre les élus qui l’ont « vraiment traumatisée » (very much traumatised) au point qu’elle ne fait plus confiance à personne. La figure centrale de ces manigances semble être celle du PR councillor. « Ce sont eux qui sèment la pagaille. »

7Dans le ward 44, l’élue directe des résidents n’est en effet pas la seule politicienne. À Heideveld résident deux autres conseillers municipaux, PR de la DA. À Luyoloville demeure Nandiswa, une influente figure de l’ANC, PR déployée à Grassy Park et membre de la puissante Women’s League. Au milieu de ces leaders aguerris, Zimasa se sent menacée.

8À Heideveld, Paula V., PR de la DA et membre du subcouncil, participe à toutes les réunions communautaires et revendique son autorité en tant que représentante de la municipalité. Je l’ai vue couper court à des prises de parole de la part de citadins qui se plaignaient du fonctionnement d’une institution municipale : « En tant que membre du Conseil, je ne peux pas vous laisser critiquer ainsi la Ville. » En 2009, elle reprochait à des membres du Ward Forum d’avoir pris des initiatives sans la consulter. Autour de moi, les gens avaient plutôt tendance à rire de son comportement exagéré. « Quand j’étais au lycée, elle nettoyait les couloirs, parlait avec les élèves. Ça lui allait très bien ce rôle-là ! Elle devrait retourner balayer au lycée plutôt que de nous casser les pieds… », a par exemple lancé Linda, la femme de Jemaine. Mais pour Zimasa, cette ingérence permanente dans les affaires du ward tourne vite au conflit interpersonnel.

9Le cas de Nandiswa, la voisine de Luyoloville politicienne de l’ANC, est différent, mais tout aussi gênant pour Zimasa. Là, il ne s’agit pas d’un opposant politique travaillant à ruiner les efforts de son adversaire, mais d’une lutte d’influence entre deux représentantes du même parti. Zimasa ne fait pas le poids face aux multiples réseaux que Nandiswa est susceptible de mobiliser pour répondre à la requête d’un voisin.

10Ainsi, en dehors de contradictions liées à la structure municipale elle-même, les réalités des rapports de force sur le terrain sont complexes. Elles cantonnent bien souvent le ward councillor à une stratégie de survie lors de son mandat et nourrissent ses ambitions au sein du parti pour échapper au travail de terrain. S’il parvient à se hisser suffisamment sur la liste, il pourra peut-être devenir lui-même PR. C’était en tout cas l’ambition de Zimasa tristement coupée par un crime d’une affreuse trivialité.

Les formalismes de la participation publique

  • 6 Xolile, manager, Subcouncil 11, 14/11/2007.

Plus tu leur expliques, plus tu les embrouilles.6

  • 7 Bénit-Gbaffou Claire, « “Up close and Personal”. How Does Local Democracy Help the Poor Access the (...)

11Avec l’installation de la DA aux commandes de la municipalité en 2006, un comité ad hoc s’est créé pour revoir le rôle et les règles d’élection des ward committees qui existaient jusqu’alors et étaient perçus comme les antichambres du réseau de clientèle des ward councillors plutôt que comme des outils de participation publique. Cette confusion entre organes institutionnels de décentralisation et réseaux opaques de faveurs personnelles n’est pas le propre de Cape Town ni même de l’Afrique, comme l’ont montré les élaborations théoriques de Claire Bénit-Gbaffou7 évoquées précédemment. La création des Ward Forums est en effet un processus exemplaire de réforme institutionnelle qui prétend à la fois couper court à la corruption et améliorer l’accès aux services urbains, deux piliers de la bonne gouvernance. J’ai eu l’opportunité de suivre l’équipe en charge du projet au niveau métropolitain. J’ai accompagné en particulier la mise en place des forums au sein de deux subcouncils (11 et 15) et assisté aux réunions du forum du ward 44 pendant environ 18 mois.

  • 8 Zimasa, ward councillor, 16/11/2007.

12À toutes les étapes de ce processus, le même souci revient : il faut éduquer les participants. Les cadres métropolitains se plaignent par exemple du fait que les responsables des subcouncils sont eux-mêmes ignorants des règles élémentaires qu’ils sont censés transmettre aux citadins, le personnel administratif des subcouncils fait le constat des jeux politiciens des conseillers, les ward councillors savent bien que dans leurs communautés, « on ne parle pas la même langue » qu’en réunion municipale8. Le constat du décalage entre les projets et le terrain est partout présent.

  • 9 Fourchard Laurent, « Mobilisations contre le gangstérisme et formation d’un ordre social coercitif (...)
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.

13« On a entendu parler de cet IDP depuis longtemps. L’IDP, c’est un projet qui est en cours, c’est un nom qui ne veut rien dire », anticipe Raymond lorsqu’il vient présenter aux nouveaux membres des Ward Forums de Gugulethu le plan quinquennal d’Integrated Development Plan (réunion du 15/11/2008). Il se fait alors pédagogue : « L’IDP est un plan urbain pour la Ville. C’est comme lorsque vous êtes chez vous et que les parents arrivent avec leur argent et décident de ce qu’ils vont dépenser pour le foyer. » Il eût été difficile de trouver une formule plus paternaliste. Cette tirade prouve l’acceptation générale de l’idée selon laquelle les masses doivent être éduquées, non seulement quant à leurs droits, dans la tradition des mouvements de « conscientisation », mais également quant à leurs devoirs. Fourchard décrit cette « bureaucratisation de l’engagement volontaire9 » au niveau des groupes de vigilantisme qui patrouillent les townships bénévolement chaque vendredi et samedi soir. Il va jusqu’à parler d’une certaine « servitude volontaire » chez les activistes « transformés en chefs de service, organisant réunion sur réunion10 ». Cette tendance à la « réunionite » s’observe dans tous les secteurs et, comme le note Fourchard, « la lassitude existe, mais lorsqu’elle est exprimée en public – bien rarement au demeurant –, elle ne fait pas long feu11 ».

14Le 26 novembre 2007, les membres fraîchement élus dans les forums des wards 30, 53 et 57 sont réunis dans la grande salle du centre communautaire de Pinelands. Ces locaux qui abritaient autrefois la municipalité indépendante de Pinelands accueillent aujourd’hui l’équipe du subcouncil 15 qui réunit les trois wards en question. En ce soir d’été, tous les fonctionnaires s’activent pour offrir aux représentants des citadins le tableau d’une administration impeccable. L’ordre du jour (agenda) est distribué, les conseillers s’installent autour des tables disposées en O, chacun derrière le petit papier qui indique son nom. Ils saluent les membres de leur ward avec lesquels ils devront désormais faire fonctionner le forum.

15Quelques semaines plus tôt, Suzette, manager du subcouncil, m’avait fait part du scepticisme diffus dans son équipe : « Les Ward Forums compliquent le jeu. Nous ne sommes pas certains qu’ils vont vraiment améliorer la démocratie. » Mais elle tient à ce qu’à Pinelands, les bureaucrates se défassent de ce qu’elle appelle la ticking off mentality, c’est-à-dire cette tendance à se contenter de cocher des cases et à ne faire d’effort que dans les domaines où ils sont évalués, refusant de « se salir les mains » auprès des citadins. Pour la réunion inaugurale, tout le monde veut (prétend ?) croire que ce nouvel outil permettra d’assurer plus de transparence dans la distribution des ressources municipales, voire une meilleure adaptation des projets métropolitains aux besoins locaux : « Le Ward Forum, ça parle de la fourniture de service, pas de politique. Tout le monde est à égalité. Il faut travailler en équipe. Donc le succès du Ward Forum dépend de chacun de vous », déclare Suzette en introduction.

  • 12 Voir le portrait de Dylan à propos du jardin de Matroosfontein dans le chapitre « Du droit à la vi (...)

16Avant toute chose, la réunion se concentre sur les formalités. D’ailleurs, lorsque Dylan, élu pour le ward 30 et bien connu pour son entêtement critique12 commence à discuter les règles de fonctionnement, des murmures de désapprobation parcourent l’assemblée. Il fait par exemple remarquer l’ambiguïté des objectifs du forum qui est censé à la fois faire un « effort particulier en faveur des personnes précédemment désavantagées » tout en interdisant toute forme de discrimination. Le débat sous-jacent est particulièrement crucial pour cet activiste « coloré » qui considère que l’ANC favorise les « Africains », au nom de leur « désavantage antérieur », mais oublie les autres. Un peu plus tard, lorsque Suzette présente les procédures concernant l’IDP et les ward allocations, Dylan continue à interroger : où passe l’argent de l’IDP ? Quels sont les recours en cas de désaccord ? Mais cette fois, un autre membre du forum l’interrompt en faisant remarquer qu’ils sont là dans une réunion d’inauguration et que ce n’est pas le lieu de se plaindre.

17Les réunions ne sont donc pas forcément pensées pour favoriser la délibération entre les participants, et les participants eux-mêmes préfèrent éviter les voix contradictoires, aussitôt taxées de « politiques ».

Figure 13 : Ordre du jour de la réunion d’inauguration des Ward Forums du subcouncil 11 : des impératifs plus bureaucratiques que délibératifs

Image

  • 13 Gervais-Lambony Philippe, « Meetings in Vosloorus (Ekurhuleni): Democratic public spaces or spaces (...)

18Comme le fait remarquer Gervais-Lambony13 à propos des réunions organisées dans les wards de Vosloorus à Ekhuruleni, « l’ordre du jour est le principal mécanisme utilisé par l’élu pour canaliser toute interruption et pour garder le contrôle sur le déroulement ». Dans l’ordre du jour du SC 11 (figure 13), aucun temps particulier n’a été attribué à la discussion. Au contraire la réunion consiste à adopter des règlements préexistants et à présenter un budget déjà ficelé (ward allocations et grant-in-aids, voir chapitre « Le nouveau costume territorial du Cap »). Sur treize points à l’ordre du jour, six relèvent des formalités bureaucratiques, à savoir l’accueil, la présentation des participants et la clôture. Cela indique l’importance du formalisme dans ces réunions destinées à « éduquer les gens ».

  • 14 Mkwanazi Eulenda, « Towards an observation grid for participatory public meetings – a case study o (...)

19Qu’il s’agisse d’autocensure individuelle ou d’encadrement calculé des temps de paroles, les réunions ont beau être nombreuses, elles sont rarement créatives, que ce soit sur la forme ou dans le fond. Le travail réalisé par Eulenda Mkwanazi confirme pourtant qu’en analysant dans le détail et en comparant les réunions publiques dans un périmètre donné (en l’occurrence à Yeoville, Johannesburg), de nombreuses indications sont données quant au modèle social accepté localement14. L’application plus ou moins stricte de l’ordre du jour et le rôle plus ou moins répressif du responsable de la séance (chairperson), les thématiques abordées, la répartition du temps de parole selon le statut, le genre, l’âge, la durée et la fréquence des réunions pour un comité donné (Ward Forum, branche ANC, Crime Forum) sont des indices du degré d’ouverture des réunions à l’expression d’éventuelles voix discordantes. Ces critères ne sont pourtant pas si aisément identifiables, car s’ajoutent d’autres données plus informelles : la façon dont les gens s’expriment, s’adressent les uns aux autres, s’habillent, prennent des notes, répondent au téléphone…

  • 15 Gervais-Lambony Philippe, « Meetings in Vosloorus (Ekurhuleni): Democratic Public Spaces or Spaces (...)

20Enfin, enjeu de taille dans les townships, par définition pauvres en lieux publics, la localisation et l’organisation spatiale de la salle de réunion influencent autant quantitativement que qualitativement la participation des citadins. L’accessibilité d’abord est cruciale, de nombreuses réunions tournent court, faute de participants parce que le lieu choisi est trop éloigné, ou l’heure mal adaptée aux vies des citadins des townships, ce qui est un grand sujet de dispute entre les officiels qui travaillent aux heures de bureau et les résidents qui peuvent rarement se libérer avant 19 heures. En termes d’agencement, les centres communautaires, généralement construits sous l’apartheid, sont le plus souvent des sortes de gymnases à l’aménagement minimaliste (un bureau, des toilettes, une à trois salles vaguement équipées de chaises en plastique et de tables pliantes) ou encore de vieilles salles des fêtes dominées par une scène aux rideaux poussiéreux qui les font ressembler selon le mot de Gervais-Lambony15 à des « temples de la sagesse officielle » plutôt qu’à des « lieux d’échanges démocratiques ».

21Et pourtant, les réunions continuent à avoir lieu, les soirs de semaine comme les week-ends. Certaines sont hebdomadaires (groupes de prière, branches des partis, comité de rue), d’autres mensuelles (subcouncils, Community Police Forum). Beaucoup sont irrégulières, à commencer par les Ward Forums qui, une fois établis par les efforts du subcouncil, sont laissés au libre arbitre du conseiller. La législation prévoit au minimum une réunion tous les deux mois. Dans le ward 44, pour l’année 2008, seules trois réunions ont eu lieu. Une réunion a en effet été annulée par la conseillère qui avait un empêchement ce jour-là, une autre parce que le centre où elle devait avoir lieu était fermé. Une dernière n’a pas pu se tenir, car le quorum n’était pas atteint. Il semble donc que les inquiétudes de Suzette soient justifiées. Les Ward Forums sont une couche supplémentaire dans un mille-feuille bureaucratique qui ne parvient pas à être porteur de démocratie en soi. Mais malgré le discours général des élus et des officiels sur le degré d’ignorance des citadins à propos des règles de la municipalité et sur la nécessité de les éduquer, il est probable que la plupart des volontaires prêts à collaborer dans ces institutions, s’engagent en connaissance de cause et précisément dans l’espoir d’améliorer leur accès aux ressources municipales.

22L’échange suivant entre Lilian, déléguée par le service métropolitain dédié à la participation publique, et Miriam, résidente du ward 42 et membre du Ward Forum, lors de la réunion de présentation des Ward Forums dans le SC 11 illustre le dialogue de sourds qui s’installe parfois. L’employée municipale s’était d’abord présentée en précisant qu’elle ne connaissait rien de ce subcouncil en particulier. Miriam, quant à elle, s’était montrée très incisive depuis le début de la réunion, commencée une heure plus tôt.

  • 16 Carnet de terrain, 15/11/2008.

Miriam : Si tu vas voir le City Manager ou qui que ce soit là-haut, ils ne veulent pas t’écouter !
Lilian : Mais vous, en tant que membre du Ward Forum, vous devez d’abord parler à votre élu, vous ne pouvez pas sauter les niveaux de communication.
Miriam : Parfois, elle (l’élue) va à des stages, des réunions. Je comprends qu’elle soit fatiguée. Moi, mon travail de membre de Ward Forum m’occupe 24 heures/24.
[…]
Leader : Moi, on m’a coupé l’eau. Vous voyez, c’est le genre de choses, on ne sait pas où aller. Comment est-ce que je suis censé vivre une semaine entière sans eau ? C’est mal. J’ai payé, mais ça ne dure toujours qu’un seul mois.
Miriam : Vous voyez, la Ville, ça n’est pas pour la communauté ! Vous payez régulièrement. Ils ne viennent pas nous voir, ceux qui relèvent les compteurs d’eau.
Lilian : Ça, c’est le genre de choses dont vous devez parler avec votre manager.
Miriam : C’est ce que je vous demande ! Si nous, en tant que membre du Ward Forum, on a le droit de parler à ces gens-là ?
Lilian : C’est à vous de mettre au défi la municipalité. Vous n’êtes pas seulement les yeux et les oreilles de la communauté. Vous êtes la bouche de la communauté16 !

23Tacitement, un rapport de force s’est installé. D’un côté, Lilian présente le Ward Forum comme un organe neutre de circulation de l’information et s’efforce de convaincre les citadins que tout leur est possible à partir du moment où ils respectent la hiérarchie de l’administration. De l’autre côté, Miriam la pousse dans ses retranchements et, soutenue par Leader qui joue la carte des droits constitutionnels (l’accès à l’eau), tente de lui arracher un accès direct aux hautes sphères municipales. À mon sens, Lilian ne se rend pas compte du savoir-faire politique déjà présent dans la communauté et des tactiques utilisées plus ou moins consciemment par les citadins pour obtenir gain de cause. Le contexte spécifique des anciens townships change à la fois la culture politique à partir de laquelle les habitants s’adressent à la municipalité, mais également la taille des enjeux sous-jacents qui ne sont pas de simples questions de services publics, mais touchent à la dignité fondamentale.

24Pour Irwin R., qui a notamment rédigé le décret sur la participation publique pour la municipalité, c’est précisément cette diversité à l’échelle métropolitaine qui justifie les règles de fonctionnement uniformes applicables dans toutes les circonscriptions.

Le Code of Conduct (« les règles de conduite »)

25Du point de vue de la municipalité, les citadins, et en particulier les habitants des townships, plus habitués à être « administrés » que « servis » par la municipalité, doivent être éduqués. Comme le disait Lilian à la réunion du 15 novembre 2008, ils doivent connaître le fonctionnement du gouvernement local, afin de faire entendre leur besoin et de « demander des comptes » (hold accountable) à qui de droit. Mais, ils doivent également apprendre à rester à leur place, respecter les hiérarchies et accepter les éventuelles lenteurs bureaucratiques. « Éduquer les citoyens » ne veut donc pas seulement dire leur enseigner leurs droits et leurs devoirs. Il s’agit de leur inculquer des normes de comportement, d’en finir avec la prétendue « culture du boycott. » Les règles de conduite (code of conduct)distribuées aux membres des wards forums et présentées ci-contre (figure 14) illustrent la discipline culturelle imposée par le nouveau gouvernement local. Tout comme la charte du civic de Luyoloville, ce règlement compte à la fois des remarques formelles sur les réunions et les devoirs des participants et des commentaires plus généraux sur les comportements acceptés ou non.

26La comparaison entre la charte du civic rédigée au début des années 1990 et le Code of Conduct distribuée aux membres des Ward Forums quinze ans plus tard est significative d’une évolution dans la perception de la citoyenneté. La « constitution de Luyoloville » s’inscrit dans une tradition de citoyenneté « insurgée » centrée sur la vie locale, héritière des mobilisations anti-apartheid des années 1980. Le Code of Conduct de la décennie 2000 montre que cette forme d’activisme est remplacée par une nouvelle vision de la citoyenneté, encadrée par les structures bureaucratiques existantes et objet d’un engagement dépassionné et apolitique.

27Chaque membre du forum signe le code de conduite au début de son mandat. On y retrouve, d’une part, l’importance de la discipline liée aux réunions : assiduité, motivation des absences, mais également bannissement des comportements dérangeants (disruptive behaviour) et évitement des conflits interpersonnels entre les membres du ward et/ou avec le ward councillor. Le code insiste, d’autre part, sur la nécessaire neutralité politique des membres du Ward Forum. Les interdictions sont si précises qu’elles en sont presque incitantes : « ne pas utiliser sa position au sein du forum pour faire campagne en vue des prochaines élections », « ne pas défendre le programme d’un parti politique particulier », mais aussi de façon beaucoup plus vague : « ne pas s’engager pour de mauvaises raisons » (improper motives). J’ai vu ce règlement être soumis à sept Ward Forums différents. Sur la cinquantaine de personnes que cela représente, seul Dylan, l’activiste de Matroosfontein, a tenté de discuter ces interdits en soulignant la marge d’interprétation laissée au ward councillor pour décider ce qui – et surtout qui – est « dérangeant » ou « influencé par de mauvaises raisons ». Ses interrogations ont rapidement été interrompues par les autres membres du forum qui y voyaient précisément (tautologiquement) un « comportement dérangeant », preuve des « motifs impropres » de Dylan.

Figure 14 : Règles de conduite au sein des Ward Forums en vigueur en 2010

Image

  • 17 Le code de conduite a été révisé en 2016 et inclut désormais une section supplémentaire directemen (...)

28Le code de conduite distribué par la municipalité cherche à mettre un terme à la politisation des comportements citadins17. Les Ward Forums doivent canaliser – au double sens d’encadrer et de limiter – les remarques, les besoins et les éventuelles oppositions des habitants. Parmi les conditions pour pouvoir être candidats, ces derniers ne doivent pas occuper de positions au sein de partis politiques. Or, nous l’avons vu avec l’exemple de M. Mandlasi à Luyoloville, la distinction entre ce qui relève du parti et la vie quotidienne n’est pas toujours claire. La dépolitisation implique également un idéal d’inclusion laïque qui contraste avec les remarques sur la religion et les « coutumes » présentes dans la charte du civic et si centrales dans bien des témoignages que j’ai pu recueillir.

29Entre le code de conduite rédigé par des experts de la démocratie participative et la charte rédigée dans un anglais approximatif par un citadin sur les bases de son expérience quotidienne, la figure du citoyen est donc prise entre des aspirations qui peuvent sembler peu compatibles. Là où la municipalité cherche à dépolitiser les enjeux et à dépassionner les débats, le civic assume son affiliation à l’ANC et la personnalisation des échanges (« Si vous ne venez pas aux réunions, on ne vous aidera pas », précisait la charte). Les principes abstraits de « la bonne gouvernance » déconstruisent la figure du citadin-citoyen telle qu’elle s’était élaborée dans la Lutte. Ils proposent de nouvelles représentations de l’espace normées par un idéal de neutralité idéologique pourtant éloigné des réalités de terrain.

  • 18 Carnet de terrain, Gugulethu, 15/11/2008.

30Cet espace conçu de la participation ne saurait toutefois effacer les autres dimensions de l’espace politique. Ceux qui participent aux forums vivent de fait dans un monde fortement politisé et cela a un impact autant sur les espaces vécus (par exemple avec l’importance des symboles des partis politiques ou de la religion) que sur les pratiques spatiales (par exemple avec des comportements de type « toi-toi » ou avec des phénomènes d’autocensure dans certains lieux de pouvoir). « Nous agissons dans un monde politique, il n’est pas possible de se soustraire à cela. », soulignait ainsi Lilian18.

31L’image du citoyen discipliné, simple participant dans un dispositif normé, et celle du citadin-citoyen « insurgé » ayant conscience de son droit à la ville, ne s’excluent pas l’une l’autre. C’est au contraire leur coprésence, à l’occasion des diverses réunions municipales, qui permet de faire émerger les contradictions susceptibles d’ouvrir des espaces différentiels. Cette coprésence, bien qu’elle s’exprime souvent comme un conflit, n’échappe d’ailleurs à personne, ni du côté des citoyens, qui ne sont pas des marionnettes inertes, ni du côté des administrateurs, qui ne sont pas des machines aveugles au monde.

32Les interventions de Dylan, Miriam ou Leader ont ainsi montré que lorsque les citadins participent à de tels dispositifs, c’est précisément parce qu’ils se considèrent comme les porte-parole politiques de leur quartier. D’autre part, les engagements de Suzette ou de Lilian suggèrent que la rationalité administrative peut avoir un visage humain et plus nuancé que ne le laissent penser les textes eux-mêmes.

  • 19 Mitchell Don, The Right to the City. Social Justice and the Fight for Public Space, op. cit.

33En effet, la discipline exigée lors des réunions ne met pas fin à un certain degré d’insurrection (« insurgence »). Gervais-Lambony note ce paradoxe à l’issue d’une réunion publique dans un ward de Vosloorus. Selon lui, les visions conflictuelles du citoyen qui opposent les habitants et les administrateurs peuvent finalement être le vecteur d’un sentiment d’appartenance à un collectif proprement politique, rejoignant l’idée de l’espace public comme utopie jamais réalisée, mais recréée à l’occasion des conflits19.

  • 20 Gervais-Lambony Philippe, « Meetings in Vosloorus (Ekurhuleni): Democratic public spaces or spaces (...)

Dans bien des cas, j’ai été témoin lors de ces réunions de quartier de l’enthousiasme avec lequel les citoyens prenaient la parole et défendaient leurs positions ; se mélangeaient avec les autres habitants et démontraient une certaine fièvre à prendre part à la résurgence d’un esprit communautaire. À certaines occasions, j’ai même vu des interactions entre des groupes qui ne se fréquenteraient pas en dehors et qui ont pu se comprendre un peu mieux. Il ne faut sans doute pas sous-estimer l’importance de ces brefs moments et espaces de déplacement du pouvoir ; ces manières soudaines et momentanées de déranger un ordre spatial et de le transformer en espace public vécu.20

34L’enjeu d’une reconnaissance identitaire au ward est d’autant plus crucial dans un ward comme le ward 44 du Cap où deux communautés aux histoires distinctes sont censées se retrouver. Cette difficulté se trouve accentuée au niveau des subcouncils où la mainmise de l’autorité métropolitaine sur les relations politiques de proximité est renforcée, mais peut se retourner contre la municipalité comme le montre l’épisode de la contestation par Leader de l’autorité de sa conseillère locale.

Les subcouncils comme plateforme pour des tactiques de contournement citoyen

35Organes intermédiaires entre le conseil métropolitain et les wards, le rôle premier des subcouncils est de faciliter la mise en œuvre technique des chantiers municipaux. Ce ne sont donc des lieux de décision qu’à un niveau secondaire. Leur mission principale consiste à formuler des « recommandations » qui seront potentiellement examinées par les autorités compétentes au niveau métropolitain ; et surtout à approuver les décisions centrales, en particulier en organisant la phase de participation publique requise. Mais derrière ce rôle apparemment bureaucratique, les subcouncils sont des outils politiques puissants destinés à renforcer la coalition au pouvoir (voir chapitre « Le nouveau costume territorial du Cap  »). À l’époque de cette recherche, le SC 11, bien que composé de cinq wards tous dirigés par l’ANC, affichait un leadership DA, obtenu par le biais des affectations de PR councillors. Cette contradiction politique majeure entre wards councillors et PR councillors était fascinante à observer.

36La fréquentation régulière des locaux du SC 11, à l’occasion des réunions publiques mensuelles ou de façon plus informelle pour discuter avec les différents fonctionnaires m’a en effet donné accès au jeu de dupes qui impose à des adversaires politiques d’être partenaires dans la gouvernance quotidienne. À cette échelle, l’idée d’un face à face entre l’État et ses citoyens disparaît nécessairement, car c’est au sein même d’une institution de gouvernement qu’apparaissent les rationalités concurrentes, mêlant tactiques et stratégies.

37Lors de la réunion de novembre 2009, les conseillers se sont par exemple entendus pour rédiger une note de désaccord à l’attention du service de la voirie (Department of Roads and Stormwater). Le service avait en effet fait circuler une plainte à propos des marquises, ces grandes tentes installées dans les rues de Gugulethu lorsqu’une famille organise des funérailles selon la tradition xhosa. Des trous sont faits dans le bitume pour fixer les tentes et finissent par dégrader l’ensemble du revêtement jusqu’à former des nids de poule. Councillor Addams, une PR réputée pour ses discours virulents contre l’ANC, s’insurge :

  • 21 Carnet de terrain, réunion du SC 11, 19/11/2009.

Nous prenons acte du fait que les gens ont des cultures différentes. Ils installent des marquises dans la rue parce que leurs propriétés sont petites et que nous n’avons pas d’équipement à leur proposer. Ce rapport est plein d’arrogance : « Vous ne devez pas faire ceci, vous ne devez pas faire cela. » Je mets au défi les fonctionnaires du département de Roads and Stormwater de venir à chaque enterrement et d’empêcher les gens d’installer une marquise21 !

38Addams ne fait certes pas partie des « gens » qui plantent des tentes dans la rue pour fêter des funérailles. Femme « colorée » dans la cinquantaine, membre éminent de la DA locale, son univers culturel est tout autre, mais elle tient à défendre « leurs » droits, au nom d’une éthique voltairienne. Elle obtient que le SC recommande au conseil d’autoriser les marquises dans la rue jusqu’à ce qu’un lieu alternatif puisse être proposé aux familles. La prise de position est habile. Addams montre qu’une conseillère DA est capable de défendre les intérêts des citadins « africains » et pro-ANC de Gugulethu. Mais cette image du consensus ne dit pas tout. Deux mois plus tôt, Addams avait au contraire pris position contre une des conseillères locales de l’ANC en laissant entendre qu’elle avait délibérément attribué deux grant-in-aids à une même personne dans son ward sous couvert de deux organisations différentes. Derrière la discipline formelle des réunions où habitants, administrateurs et politiciens jouent leur rôle avec toute l’application apolitique attendue d’eux, c’est un jeu bien plus subtil qui se déploie et les habitants ne sont pas en reste quand il s’agit d’utiliser le subcouncil comme levier politique.

39Leader est un pasteur évangéliste dans une église de Heideveld. Il est surtout un leader communautaire à plusieurs titres. Son emphase pastorale lui permet de tenir tête à toutes sortes de figures d’autorité qui interviennent dans son quartier – Station –, depuis les intervenants privés en charge des chantiers locaux (réfection des rues, étanchéité des maisons, rénovation de la gare) jusqu’aux représentants de l’État et à la ward councillor. Sa plus grande fierté est d’avoir mené les négociations entre les Americans et les Junky Funky Kids (JFK), les deux principaux gangs qui se sont livré une guerre sans merci au début des années 2000. Jouant à la fois sur son personnage de pasteur capable de récupérer les âmes perdues et sur son rôle de policier réserviste, il se considère à l’origine de la paix finalement conclue en 2002 ; et le mariage de sa fille Linda avec Jemaine, ancien chef des JFK est le symbole de cette réconciliation. Leader a donc gagné le respect de ses voisins à plusieurs titres. Fin 2008, il s’est retrouvé l’unique candidat de son voting district pour participer au Ward Forum sur une base géographique.

40Après plusieurs vaines candidatures pour la position de conseiller, Leader a donc enfin mis un pied dans la municipalité qu’il critique tant. Mais après quelques mois, ce qui devait arriver arriva. Le style du pasteur, qui ne peut s’empêcher de transformer un commentaire sur le prix de l’électricité en un prêche évangéliste enflammé, a dû excéder Zimasa, la ward councillor (membre de l’ANC). Lors d’une réunion du Ward Forum, elle tente de l’exclure au motif de « comportement dérangeant » (disruptive behaviour) prévu par le Code of Conduct. Lorsque Leader me raconte l’épisode, je ne sais pas ce qui l’emporte entre la colère et la fierté. Blessé dans sa légitimité de « membre du Ward Forum » (il avait même affiché le certificat donné par la municipalité dans son salon), il a décidé d’avoir recours au subcouncil pour dénoncer ce qui relève selon lui d’un abus de pouvoir. Il a donc rédigé une lettre à la chairperson pour exiger des mesures disciplinaires contre la conseillère et en est très fier. Il prouve ainsi qu’il a non seulement compris les règles du jeu (le subcouncil a autorité sur le ward), mais surtout qu’il est prêt à mobiliser les textes administratifs en sa faveur. Il veut retourner les règles de conduite contre Zimasa, coupable selon lui de discrimination, voire de racisme. Cette anecdote confirme la bureaucratisation des relations politiques au niveau des citoyens.

41Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Leader affirme que la chairperson (membre de la DA) a essayé d’utiliser la lettre pour promouvoir ses intérêts politiques à elle. Au lieu de prendre au sérieux le préjudice personnel subi par Leader, elle aurait utilisé l’épisode comme arme contre Zimasa et fait de la lettre une preuve de la corruption au sein de l’ANC. C’est une deuxième trahison pour le pasteur. Même s’il reste en colère contre la ward councillor, et qu’il n’est pas lui-même un défenseur de l’ANC, il refuse que sa tactique personnelle alimente les stratégies métropolitaines de la chairperson. Il a finalement renoncé à faire reconnaître son préjudice qu’il a rangé dans son passif avec Zimasa.

42Sa victoire est toutefois venue d’ailleurs. En novembre 2009, un chantier s’est installé à la gare, suscitant comme toujours de grands espoirs d’emplois dans la population locale. Mais rapidement, les bruits courent et le mécontentement gronde. Certains assurent qu’il y a plus de contrats pour les gens de Gugulethu que pour ceux de Heideveld et que Zimasa aurait délibérément maintenu la communauté dans l’ignorance. D’autre affirment que c’est la PR councillor Paula V. (de la DA), qui habite de l’autre côté de Heideveld, qui aurait favorisé sa famille. Dans tous les cas, les habitants du quartier se sentent floués et rejettent la faute sur leurs représentants politiques. Lorsque Zimasa est venue visiter le chantier, l’attroupement s’est formé rapidement. Les gens l’ont prise à parti, ont commencé le toyi-toyi. Elle a fini par appeler Leader pour qu’il vienne calmer la foule. C’est du moins sa version à lui. Il poursuit en décrivant comment les gens l’ont acclamé quand il est arrivé. Il assure que sans son intervention, Zimasa ne s’en serait peut-être pas aussi bien sortie. Après l’échec auprès de la bureaucratie locale, c’est donc la rue qui a fini par réinstaurer Leader dans sa légitimité d’éminence locale.

43L’épisode du conflit entre Leader et Zimasa amène plusieurs remarques. La bureaucratisation des relations politiques est d’abord évidente, mais elle n’est pas un processus placidement imposé par le haut puisque c’est le pasteur qui est à l’initiative d’une lettre destinée au supérieur hiérarchique de la conseillère. Les règles du jeu sont donc intégrées et susceptibles d’être retournées dans une dynamique bottom-up par les citadins eux-mêmes. C’est une illustration des compétences tactiques, capables de se saisir du « lieu » d’un autre pour résister aux normes imposées. Dans un deuxième temps, Leader assure avoir eu le dernier mot en arrivant à la rescousse de la conseillère et en usant de son autorité auprès de « ses partisans » (my people). Cette fois, c’est au contraire en sortant complètement des logiques administratives et des stratégies partisanes que Leader donne sens à sa légitimité. Finalement, une situation momentanée dans la rue compte plus que les longueurs des procédures officielles. Le « lieu » propre de la logique du gouvernement peut donc être à la fois subverti et contourné.

44La vision dichotomique qui oppose l’État et le citadin-citoyen et qui considère les cadres institutionnels comme des espaces conçus surplombants est peu en phase avec les réalités de terrain qui montrent plutôt des tactiques variées capables d’utiliser les ressources du centre pour créer des alternatives. Ce métissage des rationalités abolit le mythe d’une résistance populaire absolument indépendante des jeux de pouvoir autant que les tableaux de dépolitisation totale des citoyens ordinaires. Il illustre une fois de plus la richesse d’une lecture sensible aux jeux entre les trois dimensions de l’espace.

La professionnalisation du citoyen

  • 22 Bacqué Marie-Hélène, Rey Henri et Sintomer Yves (dir.), Gestion de proximité et démocratie partici (...)

45Dans leur ouvrage comparatiste consacré aux dispositifs participatifs dans le monde, Marie-Hélène Bacqué, Henri Rey et Yves Sintomer soulignent la grande variété des modèles, des objectifs et des résultats22. Ils proposent une typologie qui distingue :

  • Un objectif gestionnaire qui « réside dans l’amélioration des politiques publiques locales par l’intégration du savoir d’usage des habitants ou par l’utilisation de la participation comme vecteur de modernisation administrative23 » ;
  • Un objectif d’ordre social qui « porte sur la transformation des relations sociales à travers la participation24 » ; et, enfin,
  • Un objectif politique qui « consiste dans la relégitimation du système politique25 ».
  • 26 Callon Michel, Lascoumes Pierre et Barthe Yannick, Agir dans un monde incertain, essai sur la démo (...)
  • 27 Bacqué Marie-Hélène, Rey Henri et Sintomer Yves (dir.), Gestion de proximité et démocratie partici (...)
  • 28 Ibid., p. 28.
  • 29 Ibid., p. 29-31.

46Les trois auteurs montrent avec nuance qu’en soi, aucun de ces objectifs n’est plus radical ou plus conservateur qu’un autre. Dans une perspective gestionnaire, la délégation de certaines missions publiques aux citoyens peut être considérée comme une coproduction proche des ambitions de la démocratie technique26 ou, au contraire, comme une « responsabilisation » cynique qui promeut un modèle de citoyen-consommateur dont la solvabilité serait le principal critère de reconnaissance27. Dans le même ordre d’idées, la transformation des rapports sociaux peut chercher à « ouvrir des espaces de rencontre et d’échange », voire « former de nouveaux interlocuteurs ou leaders aptes à organiser leur collectivité, à dépasser certains conflits28 » ou au contraire véhiculer une approche « consensuelle » qui promouvrait une certaine atonie sociale29.

  • 30 Ibid., p. 30.
  • 31 Ibid., p. 31.
  • 32 Ibid., p. 32-33.
  • 33 Ibid., p. 33.

47Nous avons vu qu’au sein du ward 44, la construction progressive d’espaces de citoyenneté passe par la coprésence de scènes sociales parfois contradictoires sans qu’un modèle unique « d’inclusion sociale30 » ne puisse être identifié. De plus, et c’est ce sur quoi je m’arrêterai maintenant, les objectifs politiques qui débouchent sur « une transformation des relations civiques31 » aboutissent à des résultats contrastés qui, selon les plus optimistes permettraient de « contrebalancer la professionnalisation croissante de la politique et la crise des anciennes médiations partidaires32 » tandis que les plus sceptiques redoutent surtout « une nouvelle forme d’encadrement » peu émancipatrice33. Les trajectoires de deux citadins-citoyens exemplaires rencontrés au sein du ward 44 permettent d’interroger plus précisément les effets de cette démocratie technique dans des quartiers si longtemps marqués par la relégation spatiale et politique.

48Paul et Leader sont deux hommes « colorés » qui se sont engagés contre l’apartheid durant leur jeunesse et qui veulent aujourd’hui croire que les transformations promises par Mandela sont possibles. Ils ont en commun leur foi religieuse – tous deux sont des pasteurs protestants – et leur fierté à être pères de famille. Ils sont aussi convaincus que le changement profond de la société doit venir d’eux, et c’est la raison pour laquelle ils ont rejoint le Ward Forum mis en place par Zimasa, bien qu’ils ne soient ni l’un ni l’autre encarté à l’ANC. De nombreux sujets les opposent toutefois. Paul a une veine académique. À 30 ans passés, il continue à se former à l’Université et souhaite mettre ses compétences au service du Gouvernement. Leader, lui, est de la génération précédente. Il n’est pas allé très loin dans ses études et revendique d’abord le fait d’être un homme de la rue, capable de s’opposer au système quand il le faut. Durant les quatre années où je les ai suivis, Paul est devenu conseiller municipal tandis que Leader s’est fâché avec tous les représentants de la municipalité.

49Les portraits de ces deux hommes mettent donc en évidence la variété et la complexité des trajectoires, mais ils posent aussi la question d’une possible montée en généralité : entre le renforcement d’un système d’encadrement (espace dominant) et la transformation profonde du statu quo (espace différentiel), comment interpréter ces positionnements citadins-citoyens en termes de production de justice spatiale ?

Paul, fabrication d’un conseiller municipal

50Fin 2010, après trois années à faire des allers-retours au Cap, je pense bien connaître certaines familles. Paul fait partie de ces personnes avec qui je reste en contact entre deux séjours sur le terrain. Nous échangeons quelques mails, des coups de téléphone occasionnels, pour prendre des nouvelles, mais aussi pour se tenir au courant de nos travaux. Il a passé un semestre dans une université suédoise pour un programme en droits de l’homme. J’interprète alors son implication auprès du Ward Forum et du subcouncil comme la suite logique de son engagement dans les questionnements sociaux.

  • 34 Buire Chloé, « “Bringing Government Closer to the People”? The Daily Experience of Sub-councils in (...)
  • 35 Bacqué Marie-Hélène, Rey Henri et Sintomer Yves (dir.), Gestion de proximité et démocratie partici (...)

51Dans un article que je rédige en 2010, je cite son contrat de quelques mois comme enquêteur dans le ward 44 comme exemple des transactions qui lient le SC aux citadins les plus apolitiques, ceux qui sont les plus à même de faire l’unanimité dans la communauté34. L’année précédente il avait d’ailleurs soumis à l’University of Western Cape un master sur le rôle de la famille auprès des toxicomanes dans des communautés telles que celle de Heideveld. À la croisée entre théologie et psychologie, sa recherche est indissociable de son quotidien au milieu des flats et son professionnalisme reconnu par ses voisins. Je pensais pouvoir affirmer que son rôle « gestionnaire », pour reprendre la terminologie de Bacqué et al.35, était exempt d’interférences « politiques » et qu’il relevait d’un engagement « social » et scientifique.

52Lorsque je retourne au Cap début 2011, je lui propose de lire l’article à paraître. Nous nous retrouvons donc un matin d’avril dans le jardin du centre d’éducation pour adolescents en difficulté où il donne des cours d’histoire et de culture générale. Il a studieusement annoté l’article qui lui a plutôt plu, me dit-il, mais il ne commente pas plus avant. Et pour cause. Sa position est toute différente maintenant. Il s’apprête à passer son dernier oral pour être désigné comme candidat de la DA en vue des élections du mois prochain. Ce portrait de lui comme citadin dévoué et consensuel ne lui déplaît sans doute pas, mais correspond peu à son excitation électorale actuelle.

53Quelles leçons puis-je tirer de ma première interprétation ? Pourquoi n’ai-je pas vu en lui le futur candidat de la DA qui s’imposerait au sein du ward (Paul a été élu en 2011 puis de nouveau en 2016) ? Ce n’est que plus tard que je découvre qu’il s’était déjà présenté comme candidat indépendant lors des élections partielles de 2010. Lorsque nous avions parlé de sa ligne politique, Paul n’en avait pas fait mention. Il avait préféré raconter son adolescence dans l’UDF, sa désillusion face aux déchirements du mouvement dans les années 1990, lorsque les leaders ont poursuivi leurs carrières individuelles, qui au sein de l’ANC, finissant à la tête de la Province, qui dirigeant une grosse ONG à Manenberg, le township voisin, qui s’attribuant l’histoire de l’Advice Office. Paul connaît beaucoup de monde sur la scène politique de Heideveld, mais il avait préféré tracer sa route entre les emplois intermittents et les bourses d’études et n’a jamais quitté son petit trois-pièces au coin de Daphne Court. Ai-je été naïve de ne pas distinguer un candidat en campagne d’un bénévole désintéressé ? Ou bien n’est-il pas plus judicieux de considérer l’opportunisme politique et le volontariat citoyen comme deux ingrédients compatibles au sein d’une même personnalité indéniablement soucieuse de prendre part au développement de sa communauté ?

54Avec le recul, il me semble que c’est cette frontière poreuse entre bon citoyen discipliné et jeune conseiller ambitieux qui est justement au cœur des nouvelles citoyennetés sud-africaines. La professionnalisation est un processus lent qui se nourrit des convictions personnelles autant que des opportunités offertes par le système.

55À la veille de sa nomination comme candidat, Paul me faisait part de son trac d’étudiant. Il avait appris par cœur les règles de conduite, les différentes phases de l’IDP ou encore le profil statistique du ward. Son application scolaire passait alors avant son engagement militant. Il m’expliquait comment Addams, la conseillère qui avait pris à parti le département de la voirie et qui avait été élue pour l’intérim entre la mort de Zimasa et les élections de 2011, l’avait pris sous son aile, l’avait convaincu d’intégrer la DA et coaché dans son initiation aux règles de la bureaucratie. Elle avait été le petit détonateur qui lui manquait pour passer le pas de l’encartage au sein de la DA. Plutôt que l’impatience du salaire qui l’attendait s’il était élu, Paul se demandait s’il parviendrait à poursuivre les cours dans le centre social.

  • 36 En 2008, Helen Zille, alors maire exécutive du Cap a été nommée « Best Mayor of the World » lors d (...)

56Son intégration progressive dans les jeux municipaux a, semble-t-il, entamé cette fraîcheur initiale. Au sein du Ward Forum, sa tendance à relativiser les enjeux, à en discuter les fondements détonnait par rapport aux autres habitants plus centrés sur leurs besoins personnels. C’était un participant idéal dans la ville de « la meilleure maire du monde36 », capable de remplir ses missions sans faire de vague dans la communauté. Désormais conseiller municipal, il s’expose à la jalousie des voisins, aux attentes de ses supporters, à la compétition des collègues. En 2015, les derniers échos que je recevais de Paul n’étaient pas très positifs. Dans son quartier, tous regrettaient que leur ancien voisin se soit tant éloigné d’eux. Paul était devenu un vrai politicien dont tous les gestes étaient suspects. « Il se croit mieux que tout le monde », me disait un de ses proches. « Il n’a tenu aucune promesse », affirmaient les voisins. La construction du lotissement promise le long de la N2 était en effet au point mort, les hauts portails censés améliorer la sécurité dans les flats avaient été installés à la va-vite, le chômage n’avait pas diminué. Autant de thèmes chers aux citadins. Mais aussi autant de projets sur lesquels un ward councillor n’a en fait presque aucune prise.

57La trajectoire de Paul est finalement un exemple édifiant des contradictions de la professionnalisation des citoyens au sein d’une machine politico-bureaucratique telle que la City of Cape Town. Paul semble à première vue pencher sans ambiguïté du côté de l’espace dominant. Il privilégie une stratégie de professionnalisation à des tactiques trop éparpillées et construit sa relation à l’espace conçu dominant sur un mode clairement coopératif. Pourtant, sur le plan de l’espace vécu, il démontre un certain pragmatisme qui va à l’encontre d’un portrait de soldat loyal tel que M. Mandlasi, par exemple.

  • 37 Ibid.

58La littérature critique consacrée au « gouvernement local développemental » souligne que pour les habitants des anciens townships, un mandat électif – avec ses ordres du jour et ses rythmes bureaucratiques si contraignants – est souvent perçu comme une trahison des objectifs de transformation « sociale » plus profonds. Mais l’exemple de Paul montre que pour celui qui fait le pas de rejoindre l’administration métropolitaine, la déception aussi est grande. Il fait en cela écho au portrait de Zimasa, pour qui le ward councillor a finalement si peu de marge de manœuvre dans sa propre circonscription que son ambition « gestionnaire » est vite rattrapé par un espoir « politique » à plus long terme qui exige, de fait, une rupture avec la micropolitique de quartier. La typologie proposée par Bacqué et al.37 fait ainsi écho au diagnostic trialectique lefebvrien : les contradictions sont si fortes que le cadre dominant est sans cesse remis en question, obligeant les acteurs à se repositionner entre les trois dimensions de l’espace (conçu/vécu/perçu chez Lefebvre, gestionnaire/politique/social chez Bacqué et al.).

Leader : « Finalement, ça ne vaut pas le coup d’être dans un petit parti »

59Leader illustre un autre genre de leader communautaire. Lui serait plutôt la mouche du coche, toujours prêt à faire la liste des dysfonctionnements sans parvenir à défendre son propre programme. Lors de sa nomination au sein du Ward Forum, il spéculait sur la possibilité que la municipalité finisse par le rémunérer tout en affichant son dédain face aux défraiements promis, mais jamais versés. Il m’a montré les instructions de campagne que lui avait données l’ACDP pour les élections de 2006. Prenant sa femme et sa fille pour compléter le bureau, il avait créé une branche du parti chrétien et s’était présenté sans succès aux élections locales. Les archives de l’Independent Electoral Commission n’ont pas gardé trace de son nom, le candidat officiel de 2006 était apparemment Nobongoza Sinethemba.

60Moins que la véracité de ses propos, ce qui me fascine chez Leader, c’est son hyperactivité permanente et sa façon surpolitisée de lire tout ce qui se passe dans le township. En 2006, il participait à la campagne municipale du côté de l’ACDP. En 2008, il plaçait son espoir dans Zuma et rejoignait le Ward Forum dirigé par une conseillère ANC. En 2009, il remplissait un formulaire d’adhésion à l’ANC, mais renonçait à se faire enregistrer : « Je ne suis vraiment plus du tout pour Zimasa. Elle est seulement du côté des gens de Gugulethu désormais, plus de notre côté. Je vais le faire savoir dans une réunion de Ward Forum. Je vais la mettre au défi. Elle empêche tout le monde de venir travailler avec moi. » (Carnet de terrain, 14/07/2009) En 2011, à quelques mois des élections, il rejoint pourtant l’ANC, mais ne sera finalement pas inscrit sur la liste.

  • 38 Sorte de médiateurs communautaires, les community liaison officers sont recrutés dans la populatio (...)
  • 39 Certeau Michel de, L’Invention du quotidien, tome 1, « Arts de faire », op. cit., p. 47.

61En parallèle de ce pragmatisme partidaire, il déploie fièrement tous les signes de sa participation dans les forums les plus divers. À côté de son certificat de nomination au Ward Forum accroché dans le salon, il y a l’attestation de son rôle auprès de prisonniers de la section Medium B de Polsmoor par le biais de la Zion Apostle Mission et son prix de dévouement et bon travail (« commitment and good work ») pour la station de police de Manenberg. Lorsque l’on évoque l’avancée des négociations avec la CTCHC (la compagnie en charge de son lotissement), il sort un trieur débordant de papiers, principalement les lettres reçues, mais également la copie de certains mails que lui ont donnée d’autres activistes, ses contrats de Community Liaison Officer (CLO)38 qui rappellent les fois où il a travaillé pour la compagnie qu’il poursuit en justice. S’il est difficile d’identifier dans le parcours de Leader une stratégie uniforme de coopération ou de résistance vis-à-vis de la municipalité, on voit quand même poindre une véritable trajectoire de professionnalisation dans le leadership communautaire, à travers des alliances multiples et temporaires qui relèvent avant tout de tactiques « qui n’ont de lieu que celui de l’autre » pour reprendre les termes de de Certeau39.

62Ainsi, alors que le parcours de Paul semble indiquer une fabrique politique à la fois efficace et apaisée, l’itinéraire chaotique de Leader illustre la difficulté des positionnements. Leader manque sans doute d’une certaine lucidité politique et d’un esprit de stratège à long terme. Il s’enflamme rapidement, se laisse emporter par ses colères devant les injustices. « Ils disent que je ne suis pas le propriétaire de cette maison ! Tous les Sud-Africains qui louent une maison sont les propriétaires de leur maison ! Comment peuvent-ils dire cela ? Ça me rend vraiment fou ! » (14/07/2009) Son engagement politique relève de l’affectif, de tactiques désordonnées pour saisir toutes les opportunités qui apporteront un peu de pain sur la table, au moins à court terme. S’opposer à la CTCHC lui a permis de se faire reconnaître comme porte-parole de la communauté et a sans doute joué en sa faveur pour obtenir les contrats de CLO lorsqu’un chantier s’installait dans le quartier. Son élection au Ward Forum l’a placé aux premières loges des transactions du subcouncil dont il a obtenu à plusieurs reprises des courts contrats pour ses enfants. Et surtout, comme le souligne une médiatrice sociale en visite chez lui de la part de la CTCHC, « on se bat beaucoup, mais on devient amis » (14/07/2009). Cette remarque capture l’essence de l’hyperactivité du pasteur-politicien.

63L’enjeu de sa participation désordonnée est social avant que d’être politique. Il s’agit d’être connu et de connaître. Tout le monde semble apprécier cet homme trop bavard et si maladroit, dont la bonhomie est en fin de compte assez inoffensive. Même ses adversaires les plus directs lui reprochent ses jugements hâtifs sans pour autant condamner le personnage. Il est, si l’on poursuit l’idée d’une lecture trialectique du leadership, un tacticien (espace perçu) bloqué dans l’insurgence permanente (espace conçu), mais porteur d’une certaine loyauté idéologique (espace vécu) qui le rend finalement suffisamment prévisible pour être un partenaire possible dans le jeu politique quotidien.

64Malgré la diversité des profils et la complexité des trajectoires individuelles, des champs d’interrogation similaires se dessinent. Nous sommes désormais face à une galerie de portraits suffisamment riche pour permettre un minimum d’extrapolation. Nous sommes passés des témoignages individuels de Thomas et Mandy à l’activisme plus ou moins institutionnalisé de M. Mandlasi et Gadidja, les dirigeants de comités de quartier. Nous avons vu les ambitions et les doutes de Zimasa ou Paul, conseillers municipaux, accompagné les devoirs administratifs de gestionnaires tels que Suzette ou Lilian et suivi les batailles de Leader ou Dylan, représentants contestés de quartiers fragiles.

65Dans tous les cas, les mises en garde de Lefebvre contre les dichotomies trop faciles ont permis d’aller au-delà d’un simple constat de tensions. Des espaces nouveaux sont produits dans ces interactions politiques quotidiennes sans que l’on puisse aisément déterminer s’il s’agit d’espaces différentiels émancipateurs ou de la reproduction des codes dominants. Pour terminer, j’aimerais donc proposer un essai de synthèse typologique à partir des trois dimensions de l’espace qui sont travaillées sur le terrain.

Le leadership communautaire : une impossible synthèse ?

66Je fais ici l’hypothèse que les positionnements individuels permettent de construire une typologie de la portée politique du leadership communautaire. Sur le plan théorique, l’enjeu serait donc de déterminer où se situe un leader sur un axe « espace différentiel – espace dominant ».

Image

67Pour poursuivre la logique trialectique poursuivie jusqu’à présent, il faudrait toutefois imaginer une matrice à trois entrées. Forte des observations faites jusqu’à présent à Gugulethu et Heideveld, je propose ainsi de prendre en compte les trois facteurs suivants :

  • Quel type de relation ce leader établit-il avec l’espace conçu proposé par les cadres municipaux ? Nous sommes là face à un axe allant de la coopération à l’insurgence. Les citadins-citoyens oscillent évidemment entre ces deux pôles. Certains se montrent assez systématiquement coopératifs (par exemple Zimasa, appliquée dans ses devoirs de conseillère municipale ANC), d’autres sont dans l’opposition permanente (par exemple Dylan). Mais dans la plupart des cas, les gradients sont plus subtils. Par exemple, M. Mandlasi n’est pas dans l’insurrection, mais il semble parfois dépassé par les règlements municipaux, ce qui ne fait pas non plus de lui quelqu’un de très coopératif a priori. Quant à Gadidja, elle a certainement une verve insurgée, mais démontre une véritable capacité de coopération quand cela lui semble plus utile ;

Image

  • Quel type de relation ce leader entretient-il avec l’espace vécu hérité de la lutte ? En termes des valeurs exprimées par les citadins, un axe se dessine entre une grande loyauté idéologique (M. Mandlasi, fidèle à l’ANC par exemple) et un alignement plus pragmatique en fonction des enjeux (illustré par le choix de Thomas et Mandy de rejoindre Cope malgré une vie dédiée à l’ANC).

Image

  • Quel type de pratique spatiale ce leader déploie-t-il au quotidien ? Si l’on s’arrête sur les modes d’action concrète, la tension semble s’établir le long d’un axe opposant d’un côté les « stratégies » (que l’on retrouve par exemple dans la logique professionnelle adoptée par Gadidja), et de l’autre, les tactiques (comme celles utilisées par Leader dans son usage du subcouncil).

Image

68Ces trois axes permettent de construire une typologie du leadership qui forme une synthèse de portée générale sur les jeux trialectiques qui travaillent des communautés telles que Gugulethu et à Heideveld. En passant de cas particuliers à des figures idéal-typiques (voir tableaux 4 et 5), la typologie produit nécessairement des caricatures qui n’existent jamais telles quelles dans la ville. Elle est donc à utiliser avec précaution comme un outil pour l’analyse et non comme des modèles à atteindre. Sur un plan plus heuristique, elle permet également d’illustrer les allers-retours productifs qui peuvent exister entre théorie et cas particuliers à partir du moment où le terrain se construit en dialogue avec des lectures plus générales.

Tableau 4 : L’articulation des trois dimensions de l’espace chez huit leaders communautaires au Cap

Relation au cadre métropolitain
Coopération Insurgence
Relation à la Lutte contre l’apartheid Loyauté M. Mandlasi ou Lilian Gadidja ou Suzette
Tacticien, spontané Stratège, professionnalisme
Pragmatisme Paul ou Mandy Leader ou Dylan
Stratège, professionnalisme Tacticien, spontané
  • 40 Le terme de « société incivile » est emprunté à Asef Bayat qui, dans ses travaux consacrés à Téhér (...)

Tableau 5 : Synthèse des figures idéal-typiques de citadins-citoyens40

Relation à l’espace dominant
Espace invités Espaces inventés
Relation à l’espace vécu dominant Continuité « Bon citoyen »/participation Société civile/société politique
Espace perçu tactique Espace perçu stratégique
Rupture Citoyenneté professionnelle Société « incivile »40/rébellion
Espace perçu stratégique Espace perçu tactique

69En distinguant quatre grandes figures de citadins-citoyens, la typologie du leadership que je propose renforce la démonstration de Lefebvre, mais permet également d’aller plus loin. Le tableau 5 illustre en effet comment les trois dimensions de l’espace peuvent se rencontrer, mais aussi comment, de ces articulations diverses, peuvent surgir des modes de production de l’espace distincts, plus ou moins différentialistes. On peut ainsi imaginer un axe de lecture qui traverserait ce tableau dans la diagonale et qui irait des modes de production les plus conformes à l’espace dominant en haut à gauche aux forces les plus différentialistes en bas à droite.

70En s’en tenant à des lectures théoriques de la production de l’espace, il n’est pas possible de déterminer a priori ce qui relèverait de la transformation sociale ou au contraire de la préservation du statu quo. En revanche, si l’on croise la théorie et la pratique, les tensions trialectiques prennent des colorations politiques plus nettes et de grandes tendances se distinguent. La figure du « bon citoyen » a moins de chance de déstabiliser le système dominant que celle de la « société incivile », même si, une fois mis en pratique sur le terrain, ces idéal-types perdent de leur rigidité et la plupart des citadins-citoyens oscillent en fait entre ces différents pôles.

« It is exhausting to be constantly tactical41 », existe-t-il des citadins non-citoyens ?

  • 41 « De Certeau célèbre les tactiques de la vie quotidienne, y voyant la façon dont les gens ordinair (...)

71Entre l’icône du participant modèle peu à peu façonné à l’image des canons de la bonne gouvernance et celle du militant indiscipliné assumant les contradictions les plus inattendues, l’image du citadin-citoyen est loin de se réduire à un modèle unique. La combinaison de trois mouvements dialectiques (coopération/insurgence, loyauté/pragmatisme, tactiques/stratégies) met en lumière la complexité des constructions politiques et permet de construire une typologie riche de formes de leadership. Peut-on toutefois élargir les remarques faites à propos de M. Mandlasi, Gadidja, Paul ou Leader à une expérience urbaine plus générale ? Et en particulier à celle des citoyens silencieux, ceux qui ne participent pas ?

72À partir de quelques pistes proposées dans la littérature, je voudrais souligner la fragilité des représentations de soi associées à la citoyenneté et introduire ainsi la notion de « communauté » comme intermédiaire entre l’estime de soi lentement élaborée à travers les difficultés quotidiennes et le sentiment de légitimité politique aboutissant à une idée de citoyenneté, quand bien même celle-ci se contente d’une forme « insurgée ».

  • 42 Ibid., extraits d’entretien, p. 204.

Clive : Ma vie est presque finie. J’ai déjà 23 ans. J’ai 22, je vais sur mes 23.
Janine : Tu as 22 ans, Clive ! Ta vie est loin d’être finie !
Clive : Non, j’aurai trop honte… J’ai l’impression que je n’irai jamais nulle part.
Carmen : Et surtout ici, où il ne se passe jamais rien.
Clive : C’est vrai. On ne va nulle part. Nos rêves… J’ai prié Dieu pendant si longtemps, mais rien ne se passe. Ça ne bouge pas. Chaque année au contraire c’est encore pire. Tu as intérêt à faire gaffe à toi. Tu dois être sur le qui-vive, être prêt à fureter (skarrel [en afrikaans]) pour te faire une vie.
Janine : Skarrel ?
Clive : Oui. Si tu fais pas ça, alors c’est là que tu deviens vraiment un bergie. J’te jure.42

  • 43 Ross Fiona, Raw Life, New Hope. Decency , Housing and Everyday Life in a Post-Apartheid Community, (...)
  • 44 The Park est le nom choisi par Ross pour assurer l’anonymat de son quartier d’étude.
  • 45 Ibid., p. 208.

73Après des années d’enquête dans un quartier informel de la périphérie du Cap, Fiona Ross43 présente une ethnographie de la pauvreté qui évite les assertions culturalistes et les causalités économistes. Elle étudie le jeu d’intériorisation/production des normes de décence et de respectabilité (ordentlikheid) à laquelle aspirent les résidents du Parc44 et détaille les diverses manières « par lesquelles les idéaux sociaux du mainstream sont intégrés dans les vies et les idéaux quotidiens des pauvres et structurent leurs aspirations tout en limitant leurs opportunités pour y arriver45 ». Elle décrit ainsi les représentations de soi d’une frange particulièrement invisible de la population du Cap, à l’écart des centres d’emplois et de richesse, mais également en marge des townships établis de longue date tels que Heideveld ou Gugulethu. Ross suggère que cette marginalité s’accompagne d’un grand pragmatisme tactique qui participe à maintenir ces citadins hors des sentiers balisés du bon citoyen.

  • 46 Ibid., p. 93-98.

74Ross ajoute ainsi une nouvelle variable au tableau proposé pour rendre compte des dynamiques de leadership. Elle insiste sur la difficulté à construire une estime de soi lorsque les défis quotidiens touchent tout à la fois à la maison, au chômage, à la violence et à la maladie. Elle montre comment naissances, mariages et disputes construisent des familles élargies et changeantes qui se combinent pour supporter une fragile idée de la communauté. Dans son cas d’étude, ce sont finalement les formalisations imposées par les promoteurs d’un projet de logement qui font émerger un questionnement sur le sens de cette communauté, puisque les habitants doivent alors se faire enregistrer pour bénéficier du relogement promis46.

75Mais en dehors de cette intervention semi-privée, Ross aborde peu les relations avec le gouvernement local. La possibilité d’une rencontre plus personnelle entre l’État et les citoyens n’est pas envisagée, moins encore l’idée d’un engagement qui entrerait dans le jeu des partis politiques. Existe-t-il effectivement des individus tout à fait exclus des formes de citoyennetés variées que j’ai évoquées précédemment ? Ou bien est-ce l’angle d’attaque d’une étude anthropologique centrée sur la dimension surtout individuelle et ontologique de la citadinité qui empêche de lire les dynamiques politiques plus formalisées ?

76À ce stade de la réflexion, il faut reconnaître que le ward 44 ne dit sans doute pas tout des dynamiques à la fois citadines et citoyennes au Cap. Il est probable que d’autres quartiers montreraient des niveaux de conscience politique différents, que ce soit du fait d’un combat contre la misère omniprésente, comme au Parc décrit par Ross, ou bien du fait d’une intégration professionnelle dominante ou d’une culture du loisir plus développée dans des quartiers de classes moyennes et supérieures. J’émets toutefois l’hypothèse que les figures de citadins-citoyens décrites ci-dessus sont révélatrices de traits généraux quant aux mécanismes et aux effets de la démocratisation dans les villes sud-africaines en général, même si elles ne sont pas des modèles fixés une fois pour toutes.

  • 47 Miraftab Faranak, « Feminist Praxis, Citizenship and Informal Politics: Reflections on South Afric (...)

77Ce que ce tableau apporte finalement, c’est d’une part la traduction possible, sur le terrain, de ce qu’une réflexion en termes de « justice spatiale » peut apporter ; et, d’autre part, la suggestion que les réalités sud-africaines contemporaines font valoir l’importance d’une vision « communautaire » pour comprendre les jeux sociopolitiques locaux. Comme le note Ross en dressant le portrait d’individus atomisés par la misère et la marginalisation, les questionnements politiques émergent quand une certaine formalisation de l’idée de communauté fait surface. Tout au long de cette partie, j’ai proposé des pistes de lecture de ce sens communautaire qui prend forme à travers les efforts d’institutionnalisations sociales et politiques, ce que Miraftab47 appelle les espaces « invités » et « inventés » de la citoyenneté. La quatrième et dernière partie poursuit cette réflexion en jetant la lumière sur les dynamiques de production plus géographiques, c’est-à-dire les lieux concrets au sein desquels cette communauté est « performée ». Revenant ainsi à une lecture plus littérale de la production de l’espace, je zoome à l’intérieur du ward 44 pour identifier les microquartiers, les frontières, mais aussi les espaces domestiques et le ballet des corps des femmes et des hommes qui luttent, au quotidien, contre le désarroi exprimé par Clive, d’une vie « qui ne va nulle part ».

Notes

1 Certeau Michel de, L’Invention du quotidien, tome 1, « Arts de faire », Paris, Gallimard, « Folio-essais », 1990, 350 p.

2 Ibid., p. 46.

3 Ibid., p. 47.

4 Ibid., p. 57.

5 Zimasa a été assassinée par son compagnon en 2010.

6 Xolile, manager, Subcouncil 11, 14/11/2007.

7 Bénit-Gbaffou Claire, « “Up close and Personal”. How Does Local Democracy Help the Poor Access the State? Stories of Accountability and Clientelism in Johannesburg », op. cit.

8 Zimasa, ward councillor, 16/11/2007.

9 Fourchard Laurent, « Mobilisations contre le gangstérisme et formation d’un ordre social coercitif en Afrique du Sud », in Sociétés politiques comparées, n° 26, août 2010, p. 22.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Voir le portrait de Dylan à propos du jardin de Matroosfontein dans le chapitre « Du droit à la ville au droit à la différence : la justice spatiale comme horizon politique ».

13 Gervais-Lambony Philippe, « Meetings in Vosloorus (Ekurhuleni): Democratic public spaces or spaces for grievances? », in Popular Politics in South African Cities, op. cit., p. 204.

14 Mkwanazi Eulenda, « Towards an observation grid for participatory public meetings – a case study of Yeoville, Johannesburg », version de travail présentée lors du séminaire final du programme Corus, 31 janvier-2 février 2011, Witwatersrand University, Johannesburg, 9 p ; Bénit-Gbaffou Claire et Mkwanazi Eulenda, « Constructing Communities Through Invited Spaces of Participation. The Management of Xenophobic Discourses in Public Meetings in Yeoville », in Popular Politics in South African Cities. Unpacking Community Participation, op. cit., p. 113-135.

15 Gervais-Lambony Philippe, « Meetings in Vosloorus (Ekurhuleni): Democratic Public Spaces or Spaces for Grievances? », op. cit., p. 200.

16 Carnet de terrain, 15/11/2008.

17 Le code de conduite a été révisé en 2016 et inclut désormais une section supplémentaire directement copiée du règlement s’appliquant aux ward councillors. Certains points ont été précisés : les excuses en cas d’absence doivent être faites par écrit, deux absences consécutives suffisent désormais à provoquer une suspension (au lieu de trois). À part ces ajustements formalistes, la section concernant « les intérêts de la communauté » – la plus délicate à interpréter – n’a pas été modifiée.

18 Carnet de terrain, Gugulethu, 15/11/2008.

19 Mitchell Don, The Right to the City. Social Justice and the Fight for Public Space, op. cit.

20 Gervais-Lambony Philippe, « Meetings in Vosloorus (Ekurhuleni): Democratic public spaces or spaces for grievances? », op. cit., p. 211.

21 Carnet de terrain, réunion du SC 11, 19/11/2009.

22 Bacqué Marie-Hélène, Rey Henri et Sintomer Yves (dir.), Gestion de proximité et démocratie participative. Une perspective comparative, Paris, La Découverte, 2005, p. 9-48.

23 Ibid., p. 25.

24 Ibid., p. 28.

25 Ibid., p. 25.

26 Callon Michel, Lascoumes Pierre et Barthe Yannick, Agir dans un monde incertain, essai sur la démocratie technique, Paris, éditions du Seuil, 2001, 358 p.

27 Bacqué Marie-Hélène, Rey Henri et Sintomer Yves (dir.), Gestion de proximité et démocratie participative. Une perspective comparative, op. cit., p. 25-28.

28 Ibid., p. 28.

29 Ibid., p. 29-31.

30 Ibid., p. 30.

31 Ibid., p. 31.

32 Ibid., p. 32-33.

33 Ibid., p. 33.

34 Buire Chloé, « “Bringing Government Closer to the People”? The Daily Experience of Sub-councils in Cape Town », in Journal of Asian and African Studies, vol. 46, n° 5 (« Accessing the State »), octobre 2011, p. 465-478.

35 Bacqué Marie-Hélène, Rey Henri et Sintomer Yves (dir.), Gestion de proximité et démocratie participative. Une perspective comparative, op. cit.

36 En 2008, Helen Zille, alors maire exécutive du Cap a été nommée « Best Mayor of the World » lors d’une compétition organisée par le think tank socio-démocrate City Mayors.

37 Ibid.

38 Sorte de médiateurs communautaires, les community liaison officers sont recrutés dans la population locale par les acteurs du développement local, publics ou privés, à l’occasion de projets tels que construction immobilière, rénovation du patrimoine municipal, programme social, etc.

39 Certeau Michel de, L’Invention du quotidien, tome 1, « Arts de faire », op. cit., p. 47.

40 Le terme de « société incivile » est emprunté à Asef Bayat qui, dans ses travaux consacrés à Téhéran prend à rebours les grandes analyses consacrées à la révolution islamique pour souligner les résistances invisibles des citadins ordinaires : « Sans vouloir dénigrer la valeur de “la civilité”, je défends l’idée que le réductionnisme des débats sur “la société civile” exclut et même dédaigne les modes de lutte et de revendication qui, dans certaines sociétés telles que celles du Moyen-Orient, sont plus répandues et plus efficaces que les institutions conventionnelles qui existent en dehors de l’état. » (Bayat Asef, Street Politics. Poor People’s Movements in Iran, New York, Columbia University Press, 1997, p. 55). Pour une réflexion plus précise autour de l’association entre civilité des comportements ordinaires et rôle politique de la société civile, voir notamment Jeffrey Alex, Staeheli Lynn, Buire Chloé et Čelebičic Vanja, « Drinking Coffee, Rehearsing Civility, Making Subjects », in Political Geography, vol. 67, novembre 2018, p. 125-134, URL: https://doi.org/10.1016/j.polgeo.2017.09.013, qui s’appuie en partie sur mon travail au Cap.

41 « De Certeau célèbre les tactiques de la vie quotidienne, y voyant la façon dont les gens ordinaires attaquent les pouvoirs qui les oppressent à travers leurs actions. Mais il faut remarquer qu’il est épuisant d’être en permanence dans les tactiques, incapable de créer ou de poursuivre une action stratégique dans le monde, d’agir dans un but précis et de viser des objectifs désirés. » (Ross Fiona, Raw Life, New Hope. Decency, Housing and Everyday Life in a Post-Apartheid Community, Le Cap, UCT Press, 2010, p. 124).

42 Ibid., extraits d’entretien, p. 204.

43 Ross Fiona, Raw Life, New Hope. Decency , Housing and Everyday Life in a Post-Apartheid Community, op. cit., 375 p.

44 The Park est le nom choisi par Ross pour assurer l’anonymat de son quartier d’étude.

45 Ibid., p. 208.

46 Ibid., p. 93-98.

47 Miraftab Faranak, « Feminist Praxis, Citizenship and Informal Politics: Reflections on South Africa’s Anti-Eviction Campaign », op. cit.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540