Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins-Citoyens au Cap

 | 
Chloé Buire

Des citoyennetés entre insurgence et professionnalisation

Des citoyennetés entre insurgence et professionnalisation

Avant-propos

Texte intégral

1Après les élaborations théoriques de la deuxième partie, il est temps de mettre l’idée de « justice spatiale » au travail. À quoi ressemble la production d’espace différentiel sur le terrain ? Comment les citadins articulent-ils les trois dimensions de l’espace dans leurs pratiques citoyennes au quotidien ? Cette troisième partie propose une plongée ethnographique dans les arènes les plus visibles de cette quête de justice, à savoir les plateformes où s’organise le dialogue entre les pouvoirs publics et les citadins ordinaires au niveau de la circonscription (ward).

  • 1 À propos de la distinction entre espaces de participation « invités » et « inventés », voir Miraft (...)

2Les réunions municipales, comités de quartier ou simplement prises de parole citoyennes qui sont analysés ici constituent une interface aux contours changeants. On y retrouve à la fois des « espaces invités » et des « espaces inventés », c’est-à-dire des lieux institutionnalisés par la municipalité (« invités ») et des situations portées d’abord par des initiatives venues du bas (« inventés »)1. Le chapitre « Citoyennetés insurgées » se consacre surtout aux groupes d’habitants formalisés sous la forme de comités de quartier, le chapitre suivant entre dans le détail de trajectoires plus individuelles pour interroger la notion de « leadership ». Dans tous les cas, il s’agit d’espaces sociaux complexes où se mêlent les trois dimensions décrites par Lefebvre.

3Je décris tout d’abord comment la formalisation des comités de quartier mêle les normes héritées des années de lutte contre l’apartheid à un pragmatisme pratique qui répond aux conditions matérielles actuelles. Les symboles de résistance (notamment tout l’espace vécu construit autour des idéaux socialistes de l’ANC des années 1980) peuvent alors devenir des marqueurs d’un certain conservatisme social et ont une influence directe sur la production de discipline et de hiérarchie.

  • 2 Miraftab Faranak, « Feminist Praxis, Citizenship and Informal Politics: Reflections on South Afric (...)
  • 3 Miraftab Faranak, « Feminist Praxis, Citizenship and Informal Politics: Reflections on South Afric (...)

4L’enjeu de cette analyse ne se situe toutefois pas dans l’évaluation des registres ou des degrés de justice mobilisés ici ou là, mais bien dans l’invention de nouvelles pratiques citoyennes, prises entre les idéaux d’émancipation et les règles du jeu démocratique. Je m’inspire pour cela des travaux sur la citoyenneté insurgée2 qui dépassent la dualité classique entre institutions politiques formelles et pratiques informelles pour définir la citoyenneté comme une forme d’agencéité politique à la croisée de tensions plus complexes. L’urgence à la fois politique et scientifique tient alors à « promouvoir la participation et la citoyenneté des populations marginalisées à travers les arènes tant formelles qu’informelles, les espaces tant invités qu’inventés et les pratiques tant coopératives/conformées qu’insurgées/disruptives3 ».

5Comme nous le verrons, les comités de quartier sont formalisés selon des modèles différents à Heideveld ou à Gugulethu et les citoyens les plus vocaux adoptent des stratégies de coopération parfois opposées. Tous ont pourtant en commun leur bataille permanente pour être reconnus par les institutions municipales comme des interlocuteurs légitimes. Au cœur de ces jeux de citoyenneté se retrouvent donc des processus lefebvriens de production d’espaces différentiels. Les comités cherchent à s’approprier le code dominant tout en se constituant comme des grains de sable dans le fonctionnement du gouvernement local. Les leaders locaux ont besoin de reconnaissance formelle pour répondre aux attentes de leurs concitoyens tout en redoutant d’être perçus comme « cooptés » par les institutions dominantes. Et même les conseillers municipaux bénéficiant de certains leviers d’action clientélistes se sentent pris au piège des structures de gouvernement qui les éloignent des besoins de leurs administrés.

6Je conclus ainsi sur une typologie du leadership à travers les portraits de quatre citoyens qui articulent chacun à leur manière les termes de cette équation trialectique : comment se positionnent-ils par rapport à l’espace conçu dominant (relation de coopération ou d’opposition) ? Comment se positionnent-ils par rapport au consensus idéologique de l’espace vécu de la lutte (loyauté ou pragmatisme) ? Et enfin quels types de pratiques spatiales déploient-ils au quotidien (stratégies ou tactiques, professionnalisme ou spontanéité) ? Nous voyons ainsi se dessiner des espaces sociaux complexes et des sujets politiques en constante reformation ; une sorte de tableau vivant de la production d’espace de justice qui mènera vers la quatrième et dernière partie de ce travail consacrée aux expressions moins visibles de cette production à l’œuvre, à travers la notion de communauté.

Notes

1 À propos de la distinction entre espaces de participation « invités » et « inventés », voir Miraftab (Miraftab Faranak, « Feminist Praxis, Citizenship and Informal Politics: Reflections on South Africa’s Anti-Eviction Campaign », in International Feminist Journal of Politics, vol. 8 n° 2, 2006, p. 194-218) et Bénit-Gbaffou (Bénit-Gbaffou Claire [dir.], Popular Politics in South African Cities. Unpacking Community Participation, Cape Town, HSRC Press, 2015, 304 p.).

2 Miraftab Faranak, « Feminist Praxis, Citizenship and Informal Politics: Reflections on South Africa’s Anti-Eviction Campaign », op. cit. ; Holston John, Insurgent Citizenship. Disjunctions of Democracy and Modernity in Brazil, op. cit.

3 Miraftab Faranak, « Feminist Praxis, Citizenship and Informal Politics: Reflections on South Africa’s Anti-Eviction Campaign », op. cit., p. 212.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540