Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins-Citoyens au Cap

 | 
Chloé Buire

Le Cap et ses bonnes espérances, éthique et enjeux d’une lecture géographique

Le nouveau costume territorial du Cap

Texte intégral

1Nous avons jusqu’ici compris comment la structure urbaine du Cap s’est mise en place et comment, malgré des changements idéologiques marqués (de la ségrégation de fait à l’apartheid légal puis de l’apartheid à la démocratie), cette structure a eu tendance à se reproduire, à la fois géographiquement, mais également dans les imaginaires. En effet, les identités locales continuent à associer fortement la race et le territoire et les aménageurs ont tendance à « tomber dans le piège de l’espace “en soi” » selon le mot de Lefebvre. Il y a toutefois au Cap, comme dans toute ville, des dynamiques politiques internes complexes qui viennent tour à tour renforcer ou au contraire malmener cette apparente inertie.

  • 1 Lipsky Michael, Street-Level Bureaucracy. Dilemmas of The Individual in Public Services, New York, (...)

2Le présent chapitre aborde l’architecture du gouvernement local dans sa performance quotidienne en tant que « bureaucratie de terrain » (street-level bureaucracy). L’expression vient de la description du travail des fonctionnaires faite par Michael Lipsky aux États-Unis dans les années 1970 : « D’un côté, le travail est souvent fortement écrit d’avance afin de réaliser les objectifs des politiques qui trouvent leur origine dans le processus politique. De l’autre, le travail demande de l’improvisation et une capacité de réponse face aux situations individuelles1 »

  • 2 Ibid.
  • 3 Ibid.

3Trente ans après la première édition de son livre qui explorait ce dilemme commun à tous les agents en contact direct avec la population (agents municipaux, travailleurs sociaux, officiers de police, enseignants, pompiers, personnels des hôpitaux, etc.), Lipsky a actualisé une nouvelle édition qui prend en compte « les grands efforts de réformes » qui ont cherché à « améliorer la performance des services publics sur le terrain et les mécanismes permettant de leur demander des comptes2 ». L’enjeu de la démocratisation des services publics tient selon lui précisément à la résolution du paradoxe : « Comment traiter tous les citoyens de la même manière dans leurs demandes adressées au gouvernement, tout en répondant à la fois aux situations individuelles le cas échéant3 ? » La tension entre traitement égal de tous les citoyens et prise en compte des cas particuliers est certainement d’autant plus forte dans le contexte sud-africain. Après des années de traitement inégal, la nouvelle Afrique du Sud aspire à une normalisation du quotidien politique de tous ses citoyens sur une base égalitaire, tout en menant une politique de discrimination positive en faveur des groupes « précédemment désavantagés » (previously disadvantaged, selon la rhétorique officielle).

4Reconnaître les dilemmes quotidiens des bureaucrates de terrain invite à présenter les ambitions théoriques « d’intégration urbaine » à la lumière d’une approche ethnographique de la gouvernance. Les pages qui suivent montrent comment les découpages administratifs établis depuis 2000 sont susceptibles de nourrir des figures citoyennes qui défient les anciennes identités politiques à l’échelle du ward 44, le cas d’étude développé par la suite.

La métropolisation, entre compétitivité et réconciliation

  • 4 Dubresson Alain et Jaglin Sylvy (dir.), Le Cap après l’apartheid. Gouvernance métropolitaine et ch (...)
  • 5 Pour une approche détaillée des principes de ce Development Local Government, voir Donk Mirjam Van (...)

5Dubresson et Jaglin définissent l’intégration urbaine comme une « notion combinant l’équité spatiale (compactage de la ville par la densification physique, la mixité fonctionnelle, l’égalisation de l’accès aux ressources urbaines), l’équité sociale (redistribution, solidarité, garantie d’un minimum vital pour tous) et l’inclusion politique (déségrégation, participation, démocratisation)4 ». La définition est large et chaque terme mériterait une longue discussion, mais elle souligne les principes constitutionnels du gouvernement local dit « développemental », à savoir la poursuite d’une gouvernance démocratique articulant participation locale et compétitivité internationale5. La réforme engagée à partir du Municipal Structures Act de 1998 a abouti à la constitution d’ensembles métropolitains qui correspondent à des autorités municipales renforcées dans les grandes agglomérations. Si cette métropolisation n’est pas le propre de l’Afrique du Sud, la « Nation arc-en-ciel » est toutefois un cas « original » comme le rappelle Philippe Gervais-Lambony :

  • 6 Gervais-Lambony Philippe, « Les enjeux d’une politique de redéfinition territoriale : la création (...)

Ainsi, les grandes villes sud-africaines changent leur mode de gouvernement, en « métropolisant », pour répondre à la contrainte globale (rendre les grandes villes « compétitives » à l’échelle internationale), mais peut-être plus encore pour résoudre des problèmes locaux (transformer les identités locales héritées pour les fondre dans une nouvelle identité citadine unique, favoriser la redistribution économique vers les quartiers défavorisés, établir la démocratie locale).6

  • 7 Se reporter au chapitre « Du droit à la ville au droit à la différence : la justice spatiale comme (...)

6Ce double objectif de compétitivité et de réconciliation est évidemment difficile à tenir, nous avons déjà donné plusieurs exemples de l’incompatibilité de l’agenda néolibéral, ancré dans le profit et la compétitivité, avec la volonté de donner accès aux services de base aux citadins les plus pauvres. Pour problématiser ce premier paradoxe, nous pouvons parler d’un problème de justice distributive : c’est l’accès matériel aux ressources municipales qui est en cause. Vue sous un autre angle, la question de l’équilibre entre le pouvoir d’une agglomération capable de concurrencer d’autres métropoles mondiales et la prise en compte des voix des citadins à un niveau personnalisé renvoie à un enjeu de justice procédurale, c’est-à-dire lié à la capacité de décision des divers acteurs. Nous montrerons donc successivement comment la création de l’unité métropolitaine du Cap affiche des objectifs de justice sociale à travers la redistribution des ressources publiques, d’une part, et à travers la promotion de procédures de décision plus ou moins participatives7, d’autre part.

Vers une redistribution plus juste des ressources ?

7L’unification budgétaire des anciennes municipalités « blanches » et « noires » dans la City of Cape Town semble a priori indispensable pour permettre une redistribution des ressources publiques depuis les zones les plus riches jusque dans les quartiers les plus pauvres. Mais il ne suffit pas de « faire pot commun » ; encore faut-il ensuite allouer les investissements dans une perspective de changement social. Plusieurs facteurs tendent à limiter la redistribution de fait.

  • 8 Jaglin Sylvy, « Villes disloquées ? Ségrégations et fragmentation urbaine en Afrique australe », o (...)

8Dans un premier temps, la rationalisation budgétaire néolibérale déjà évoquée promeut une politique de recouvrement des coûts8. Elle fait notamment disparaître les subventions croisées entre les différents secteurs fiscaux des municipalités en externalisant la gestion de service dans des agences publiques-privées. Les citadins sont alors considérés comme des clients qui ont droit aux services pour lesquels ils sont en mesure de payer plutôt que comme des citoyens dont les droits sont protégés par la Constitution.

  • 9 L’organisation territoriale de la métropole est régulièrement modifiée. Au moment de l’enquête de (...)

9Cette critique générale du néolibéralisme doit toutefois être affinée en analysant les efforts de décentralisation budgétaire prévus dans la structure métropolitaine. À la forte concentration des décisions entre les mains du comité exécutif (Mayoral Committee ou Mayco) répond une division de l’agglomération en wards9. Ces wards sont des circonscriptions électorales à l’échelle desquelles les citadins-citoyens élisent un conseiller au suffrage universel direct. Les 105 conseillers des wards (ward councillors) siègent alors au conseil municipal (Council) où ils sont rejoints par 105 autres élus nommés en fonction d’un calcul de proportionnalité sur les listes des partis. Le corps politique municipal est donc élu sur la base d’un double système électoral, direct pour l’élection des wards councillors et proportionnel pour l’élection des proportional representatives councillors (PR councillors). Cette dualité augmente le sentiment de décalage entre les besoins locaux exprimés au niveau du ward et les décisions finales soumises au vote du Conseil et qui transitent pour finir par le comité restreint des douze membres du Mayco.

10Les instances de décision apparaissent fort éloignées des besoins individuels. Quatre échelons de représentation intermédiaire séparent le citoyen du conseil municipal qui seul pourra voter sur des projets concrets. La mise en œuvre est ensuite confiée à l’un des treize départements administratifs (portfolio committees) qui constituent les services techniques de la municipalité. Afin de comprendre la construction des identités politiques actuelles, le présent travail se concentre sur les premiers échelons qui vont du citadin au subcouncil (SC), détaillés ci-après. J’ai toutefois interviewé des responsables et assisté aux réunions municipales de niveau métropolitain afin de mieux comprendre le fonctionnement interne de la Ville (figure 10).

Figure 10 : La structure interne de la municipalité expliquée aux habitants sur le site officiel de la Ville en 2011.

Figure 10 : La structure interne de la municipalité expliquée aux habitants sur le site officiel de la Ville en 2011.

Source : http://www.capetown.gov.za/​en/​CouncilOnline/​Pages/​AboutCouncil.aspx [archive]

11Les citadins votent donc finalement pour un conseiller dont le pouvoir personnel de décision est quasi nul. En effet, ce n’est pas son mandat au niveau du ward qui en fait un décideur politique, mais plutôt son soutien au sein des groupes politiques qui siègent dans le conseil municipal, et donc son intégration à un système partisan autonome par rapport aux réalités spécifiques du ward. Mentionnons toutefois l’existence de petits budgets à l’échelle des wards. Chaque conseiller gère une enveloppe de 500 000 rands par an, dont 300 000 sont destinés à des investissements pour le long terme. Cet argent n’a pas prétention à imiter les modèles brésiliens de budgets participatifs et sont qualifiés « d’allocations » par rapport au budget municipal qui s’élève à plus de 20 milliards de rands, dont 5,5 milliards de budget d’investissement (capital budget). La décentralisation budgétaire per se est donc limitée.

12Que ce soit pour des raisons idéologiques au niveau macro, du fait des choix institutionnels privilégiant la centralisation budgétaire ou à cause des réalités technocratiques de la métropolisation, il est clair que la redistribution des ressources municipales est indissociable de la capacité à partager les décisions, et donc d’un volet de justice sociale qui prenne en compte les procédures de décision.

Vers une participation accrue des citadins ?

13En Afrique du Sud, les mécanismes participatifs sont au centre de la démocratisation. L’hypothèse de départ – partagée par tous les manuels de « bonne gouvernance » – est que plus les citadins auront la possibilité d’exprimer leurs avis et besoins, plus ils se reconnaîtront comme citoyens d’une entité urbaine au-delà de leur seule communauté de voisinage si fortement racialisée et territorialisée.

  • 10 Harrison Philip, « The Origins and Outcomes of South Africa’s Integrated Development Plans », in C (...)

14La lourdeur technocratique et la médiation des décisions dans la structure métropolitaine suggèrent toutefois que les occasions de participation restent périphériques dans le fonctionnement du gouvernement local. Dans les textes officiels, l’ensemble de la stratégie métropolitaine est soumise aux commentaires du public, à travers un système de consultation sur un cycle de cinq années. Cet Integrated Development Plan (IDP) requiert une participation des citadins à différentes étapes, depuis la formulation des besoins locaux jusqu’à l’évaluation des projets réalisés en passant par la phase, théoriquement fondamentale, de hiérarchisation des priorités budgétaires. Dans la pratique, ce système complexe censé associer transversalement tous les services municipaux est souvent considéré comme une lourde machinerie technocratique qui peine à susciter un véritable engagement de la part de la société civile10.

  • 11 Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Cape Town, South Africa, op. c (...)

15Au niveau des subcouncils, l’OCDE souligne le « rôle limité de la société civile pour influencer les décisions11 ». Au niveau des wards, enfin, les comités participatifs destinés à assister le ward councillor, appelés Ward Forums, ne sont finalement en prise qu’avec les aspects les plus triviaux de la gestion urbaine.

  • 12 Ibid.

Étant donné que ce sont le comité mayoral et le grand conseil qui décident au niveau central de l’ordre du jour des subcouncils, l’opportunité de soulever des enjeux émanant de la communauté locale est limitée. Dans ce modèle de prise de décision et de budgétisation, la société civile est reléguée dans une position de récipiendaire passif pour des décisions prédéterminées. Elle doit se contenter d’offrir son approbation et il n’y a pas d’engagement public autour de l’établissement des priorités et de la prise de décision réelle.12

16La communication entre le gouvernement local et les résidents passe donc par des canaux étroits dont tout le monde reconnaît les limites par rapport à la centralisation générale de l’État sud-africain. Sophie Oldfield rappelle toutefois qu’il existe un certain éventail d’interprétation et que tous les observateurs ne sont pas aussi pessimistes :

D’un côté de cet éventail, la participation locale est vue comme un processus de consultation démagogique sur la provision de service plutôt que des enjeux qui informent structurellement notre société tels que les contentieux politiques des stratégies macroéconomiques.

  • 13 Oldfield Sophie, « Participatory Mechanisms and Community Politics: Building Consensus and Conflic (...)

Et à l’autre extrémité de cet éventail interprétatif, les mécanismes participatifs sont considérés comme bien réels, mais on n’en tirerait pas profit, peut-être pas manque de capacité […] ou parce que la société civile aurait choisi idéologiquement de ne pas « se joindre à la fête ».13

  • 14 Oldfield Sophie, « Participatory Mechanisms and Community Politics: Building Consensus and Conflic (...)

17Finalement, il est clair que la réforme du gouvernement local ne peut garantir à elle seule la réalisation concomitante des aspects distributifs et procéduraux de la justice sociale à travers une structure de gouvernance idéale. Les obstacles sont à la fois conjoncturels et structurels. Ils sont également liés à des résistances profondes de la société politique sud-africaine actuelle, au niveau des partis politiques qui concurrencent l’ANC avec d’autant plus de vigueur que leur victoire est pour l’instant improbable, comme à l’échelle des engagements individuels qui reflètent des intérêts communautaires fortement territorialisés. Ce constat sera notre point de départ pour la suite. Il faut reconnaître que, même réformé dans l’esprit de justice et de réconciliation incarné par Nelson Mandela, « l’État n’est pas débarrassé du politique, ni n’est un joueur neutre, mais plutôt le lieu de, et un agent dans, et un produit de la lutte économique, politique et sociale14 ». Pour achever cette mise en contexte, il faut donc entrer dans la description concrète d’une petite portion de ce gouvernement local. Au quotidien, la bureaucratie de terrain se construit au carrefour des enjeux politiques partisans et communautaires, des contraintes économiques globales et de la précarité microlocale, des conflits sociaux de classe et de race.

Subcouncil 11, ward 44 : de nouveaux territoires ?

  • 15 Suite au décret de 2011, la métropole du Cap qui était divisée en 23 subcouncils au moment du trav (...)

18Réunissant cinq wards, le subcouncil 11 est un exemple représentatif des tensions qui caractérisent la nouvelle carte du Cap15. Les circonscriptions électorales établies depuis 2000 – et régulièrement modifiées depuis – ont été dessinées de façon à favoriser la mixité raciale en réunissant dans la mesure du possible des quartiers anciennement séparés par l’apartheid. D’autres objectifs plus électoralistes s’ajoutent cependant à cet effort louable de déségrégation. La délimitation des wards est en effet discutée dans des comités ad hoc qui regroupent les hautes figures des partis politiques locaux. Au Cap, la forte compétition entre l’ANC et la DA se traduit par des découpages tortueux. On parle alors de gerrymandering, c’est-à-dire de manipulation de la carte éléectorale permettant d’influencer les résultats du vote.

19Le township de Langa offre un exemple des paradoxes du redécoupage du Cap depuis 1994. Habité par une population quasi exclusivement « africaine » dont le vote est généralement acquis à l’ANC, ce petit township était divisé en 2009 en trois wards, eux-mêmes rattachés à trois subcouncils différents. Or aucun de ces SC n’était dirigé par l’ANC. Ce qui pouvait être considéré comme le bastion de l’ANC le plus proche du centre-ville a ainsi été « dissous » dans des subcouncils à majorité « blanche » ou « colorée ». Dans cet exemple, l’opération de gerrymandering a donc été réalisée en faveur de la DA. Cela signifie-t-il pour autant que les anciennes frontières de l’apartheid sont oubliées ? Réunir des quartiers autrefois réservés aux « Blancs », aux « Colorés » et aux « Africains » dans de nouvelles circonscriptions permet-il de faire émerger des sentiments de solidarités et d’identité partagée entre les habitants ?

20C’est pour explorer la possibilité de telles dynamiques de réconciliation que j’ai choisi de concentrer mon enquête sur un ward à cheval entre un ancien township « coloré », Heideveld, et un ancien township « africain », Gugulethu. Il s’agit du ward 44 qui est intégré au SC 11. Son nom officiel, mais peu usité est celui d’une ancienne activiste de Gugulethu : Looksmart Solwandle Ngudle.

Le subcouncil : outil de décentralisation administrative et monnaie de marchandage politique

  • 16 Republic of South Africa, Municipal Structure Act, Act n° 117, 1998, op. cit., subsection 64.
  • 17 Bénit-Gbaffou Claire et Gervais-Lambony Philippe, « La Mondialisation comme instrument politique l (...)
  • 18 Bénit-Gbaffou Claire (dir.), « The Place of Participation in South African local democracy », Tran (...)

21Les objectifs du subcouncil sont définis par le Municipal Structures Act16, et ainsi résumés sur le site officiel de la municipalité : « Le subcouncil est une entité qui […] a le pouvoir de faire des recommandations concernant n’importe quel sujet en jeu dans son périmètre ; le Conseil [métropolitain] peut également, aux termes de la loi, lui déléguer des pouvoirs ou lui ordonner d’exécuter n’importe quelle tâche. » Le mandat des SC est donc très ouvert, mais entièrement soumis à la volonté de délégation du Conseil. Il faut également souligner que les subcouncils constituent un angle mort des recherches sur le gouvernement local. Il semble que je sois la première à m’y intéresser de près. Cela est d’abord dû au fait que la municipalité du Cap est la seule à avoir adopté cet échelon intermédiaire entre le gouvernement métropolitain et les circonscriptions locales. Il s’agit donc d’un dispositif très spécifique qui ne représente pas les dynamiques municipales sud-africaines en général (si tant est que l’on puisse aspirer à ce genre de généralisation). Cet angle mort est aussi lié à l’existence de deux champs de la littérature séparés. Il y a, d’une part, les travaux s’intéressant aux principes du gouvernement et de la gouvernance qui abordent les structures municipales à l’échelle métropolitaine17 et, d’autre part, les travaux de détail analysant en particulier les mécanismes de participation au niveau des wards18. Les subcouncils représentent précisément le lien entre ces deux échelons. Ils sont destinés à faire transiter à la fois les informations, mais également les ordres entre les décisions prises « en haut » et les besoins identifiés « en bas ».

22Théoriquement, le SC joue un rôle de guichet unique centralisant tous les services municipaux dont pourraient avoir besoin les habitants. Il est en contact direct avec les différents départements métropolitains (Safety and Security, Sports and Recreation, Stormwater, pour citer quelques-uns des départements les plus fréquemment mentionnés lors des réunions du SC). Le SC se réunit en public une fois par mois. Pour le SC 11, cette réunion a lieu dans les bâtiments du centre Fezekha qui héberge deux autres SC ainsi qu’une caserne de pompiers.

23Le tableau 3 ci-après met en évidence le double rôle à la fois administratif et politique du SC. Cette dualité est cruciale, elle est même la raison d’être du SC. L’équipe administrative, réduite au minimum on le voit, n’a pas d’autre mission que d’exécuter les ordres venus d’en haut. Elle ne repose sur aucun budget en propre et est toute entière prise dans les dilemmes d’une bureaucratie de terrain : chargée de faire appliquer les décrets métropolitains, elle se confronte aux cas particuliers des habitants au quotidien. Cette tension est d’autant plus forte dans le SC 11 qu’avec des revenus mensuels moyens inférieurs à 2 500 rands par actif, le profil socio-économique des habitants est bien au-dessous de la moyenne municipale qui avoisine les 6 000 rands par mois et par actif. L’une des principales tâches du SC étant d’organiser les consultations publiques obligatoires pour toute promulgation de décret, les employés du SC 11 se retrouvent parfois à expliquer avec force détails les fonctionnements d’une réforme sur les normes de constructibilité des terrains, les règlements concernant la protection des écosites classés ou encore les raisons d’un décret limitant le nombre de chiens de compagnie à deux par foyer. On devine que chacun de ces enjeux prend un tour décalé, voire surréaliste dans le contexte de quartiers partiellement autoconstruits, voire illégaux, ou bien dominés par les logements de l’ancien parc public de l’apartheid et où, d’une manière générale, rares sont ceux qui détiennent un titre de propriété à leur nom… sans parler du statut des chiens, plus souvent « errants » que « de compagnie ».

Tableau 3 : L’organisation du subcouncil 11 en décembre 2009

ÉQUIPE ADMINISTRATIVE, dirigée par le SC manager
SC Manager A grandi à Gugulethu. Travaille pour la Municipalité depuis les années 1990.
1 Personal assistant Attachée au chairperson. Assure la coordination avec le manager.
2 secrétaires En charge de l’organisation matérielle des réunions du SC et des Ward Forums. Assure la coordination avec les équipes techniques métropolitaines.
ÉQUIPE POLITIQUE, dirigée par le chaiperson
PR councillors Ward councillors
Rôle au sein du SC Parti représenté Ward représenté Parti politique de rattachement
Chairperson ID W 40 ANC
Membre du Mayoral Committee DA W 41 ANC
Habitant de Heideveld DA W 42 ANC
Habitant de Heideveld DA W 44 ANC
Habitant de Gugulethu ACDP W 45 DA (depuis les élections partielles de 2008)

24Au-delà de leur rôle d’intermédiaire dans la mise en place des politiques métropolitaines, les subcouncils sont également des plateformes partisanes nées du contexte spécifique du Cap. La forte compétition entre l’ANC et la DA a en effet obligé les deux grands partis à négocier des alliances avec les petits partis afin de s’assurer une majorité permettant de prendre le contrôle du Mayco. En 2000, la DA avait ainsi conclu une alliance avec le Nouveau Parti national (New National Party, NNP) qui lui avait permis de gagner le premier mandat du tout nouveau gouvernement métropolitain. Seize subcouncils étaient alors créés, majoritairement dirigés par des membres de la DA, mais en 2002, le NNP change son fusil d’épaule et rejoint finalement l’ANC dans lequel il se diluera petit à petit. L’ANC émet alors un nouveau décret qui porte à vingt-et-un le nombre de subcouncils, permettant ainsi de noyer la majorité DA dans une nouvelle carte. En 2006, la DA remporte les élections municipales à quelques sièges près. L’ANC tente d’imposer un changement de système qui retirerait les pouvoirs exécutifs du maire pour les confier à un comité de pilotage où l’ANC et la DA siégeraient à parts égales. La DA crie au scandale. Seule la création de deux subcouncils supplémentaires permet de faire accepter à l’ANC la nomination de Helen Zille, chef de la DA, au poste de maire exécutif. Un blogueur narre avec ironie la conclusion retardée de ces élections peu convaincantes :

31 octobre 2006 – L’ANC recule et abandonne son plan qui visait à retirer la DA du pouvoir au Cap. L’administration de la ville associant 7 partis emmenés par Helen Zille – mais qui exclut l’ANC – restera en place. Dans un retournement pour sauver la face, l’ANC recevra 2 sièges de chairperson dans des subcouncils supplémentaires. On passe ainsi de 5 à 7 subcouncils dirigés par l’ANC. Les deux nouveaux subcouncils résulteront d’une « redélimitation » des frontières.19

25L’importance du marchandage politique autour des places de SC chairperson m’a été confirmée par le cadre métropolitain en charge de tous les subcouncils, lui-même ancien manager de SC :

  • 20 K. M., entretien du 14/10/08.

Chairperson de SC est une position politique de haut vol. C’est l’équivalent d’un siège au Mayco, mêmes salaires, mêmes avantages, etc. Donc il n’y a que 10 sièges au Mayco, mais également 23 chairpositions dans les SC, qui deviennent l’objet d’un marchandage.20

26Ainsi, les SC ne sont pas tant des territoires de gouvernance délocalisée que des outils de stabilisation politique dans une métropole contestée. Après chaque élection, la carte des SC est modifiée pour accommoder les nouveaux équilibres des forces. Le SC 11 sur lequel j’ai travaillé entre 2007 et 2011 a été totalement transformé, passant d’un cluster mixte « africain » et « coloré » à un cluster largement dominé par une population « colorée ».

Carte 3 : Carte du SC 11 2006-2011 : Réconcilier des territoires autrefois séparés… ou prendre le contrôle d’un électorat ANC ?

Carte 3 : Carte du SC 11 2006-2011 : Réconcilier des territoires autrefois séparés… ou prendre le contrôle d’un électorat ANC ?

27De 2007 à 2011, le SC 11 réunissait cinq wards situés de part et d’autre de la ligne de chemin de fer qui marquait autrefois la frontière entre townships « colorés » à l’ouest et « africains » à l’est (carte 3). En 2006, les cinq wards ont élu des conseillers ANC, mais le déploiement des PR councillors permit à la DA d’imposer une majorité acquise à sa coalition et d’offrir le poste de chairperson à son allié de l’ID. Le SC devint alors le point de rupture précis entre les aspirations locales exprimées dans le vote direct et les jeux politiciens permis par le système d’élections proportionnelles.

Le ward, espace microlocal des grands principes constitutionnels

  • 21 Voir la discussion précédente sur les liens entre ce type d’accountability et les premières formes (...)

28Le ward, dernier échelon municipal au contact direct des habitants, est l’emblème de la décentralisation municipale, le lieu où se déploient les formes de démocratie les plus directes. La représentation électorale est assurée au suffrage majoritaire et non pas proportionnel. Les électeurs déposent dans l’urne un bulletin avec le nom du candidat qu’ils souhaitent comme conseiller pour leur ward, instituant une relation personnalisée entre le ward councillor et sa base électorale. Le conseiller est ainsi potentiellement redevable de façon quasi immédiate auprès des habitants21.

  • 22 Cette initiative de « budget participatif » était une spécificité du Cap à l’époque du terrain. Pe (...)

29Le ward est aussi l’échelle de la démocratie directe, avec les Ward Forums. Grâce aux ward allocations, le ward councillor arbitre directement le financement de microprojets dans sa communauté22. Dans le ward 44, le budget opérationnel est généralement utilisé pour organiser des événements tels que le repas de Noël annuel destiné aux personnes âgées, organisé à Heideveld et à Gugulethu en alternance une année sur deux, ou la Journée du sport qui réunit les différentes associations sportives sur le terrain du lycée de Heideveld. Des formations sont également dispensées selon les opportunités. En préparation de la Coupe du monde de 2010, le ward avait ainsi financé une journée consacrée au tourisme en collaboration avec l’office du tourisme de la Ville. La partie sans doute la plus prisée de ce budget est destinée aux associations locales. Ces allocations (grants-in-aid) permettent d’acheter des tenues de football, de financer une soupe populaire ou du matériel pour une crèche.

30Chaque année une large part de ce budget sert à employer quelques résidents du ward pour un grand nettoyage des rues et des terrains vagues sur plusieurs semaines. Au temps où l’ANC dirigeait le ward (2006-2010), la conseillère s’insurgeait régulièrement contre cet usage. La propreté des espaces publics relevant des prérogatives de la municipalité (DA), elle ne voyait pas pourquoi « son » budget devait servir à compenser les défaillances municipales. Le débat était encore plus vif à propos du budget d’investissement. La conseillère était prise entre les attentes des habitants et l’insignifiance du budget du ward par rapport à leurs besoins. Installer des projecteurs (mast floodlight) dans les zones identifiées comme dangereuses n’est pas une solution à la criminalité, pas plus que l’installation de balançoires dans un parc public ne signe la fin du désœuvrement des chômeurs.

31Pour les ward councillors tout autant que pour les membres des Ward Forums et les éventuels résidents lambda qui assistent aux réunions du subcouncil où sont présentées ces dépenses, les 500 000 rands concédés chaque année sont souvent qualifiés avec mépris « d’argent de poche ». Cet argent permet certes quelques investissements de façade et quelques événements de gala, mais passe à côté des défis les plus pressants du quotidien que sont la pauvreté, le chômage, la violence, la drogue.

32Enfin, détenir un budget ne signifie pas tenir les rênes de son application sur le terrain. Une fois un projet accepté, les services municipaux doivent encore intervenir ce qui implique d’autres obstacles. Une des complaintes les plus fréquentes concerne le renouvellement constant des équipes municipales qui empêche les conseillers d’avoir un interlocuteur de référence auprès de chacun des départements (par exemple, Parks and Sport pour les terrains de football ou Transport, Roads and Stormwater pour les projecteurs). Au final, nombreux sont ceux qui considèrent le ward budget comme une stratégie démagogique du gouvernement métropolitain qui feint ainsi une délégation aux citadins alors que les enjeux les plus importants restent discutés derrière des portes closes. Dans les communautés dominées par l’ANC, cette allégation est renforcée par une prise de parti politique contre la municipalité DA :

  • 23 Mike, chairperson SC 13, membre de l’ANC, 12/11/2008.

En tant que membre de l’ANC, je suis en faveur d’un budget centralisé, mais il y a besoin de très peu dans les secteurs riches. Pourtant dans la plupart des cas, ils distribuent l’argent également. Le seul budget dans les secteurs pauvres vient des allocations du ward. Avant [lorsque l’ANC dirigeait la municipalité], ce qui se faisait c’est qu’on avait le budget des allocations du ward et en plus on avait le budget normal.23

33Ce sentiment est renforcé par la dimension personnelle, voire physique que peuvent prendre les conflits au niveau du ward alors que les oppositions politiques au niveau du Conseil ont lieu indirectement, lors des réunions des caucus de chaque parti. Enfin, certains chiffres sont éloquents. En 2009, l’addition des projets alloués spécifiquement au ward 44 par la municipalité s’élevait à 340 000 rands (Progressive Capital Expenditure Report présenté lors de la réunion du SC du 21 octobre 2009). Ce montant est non seulement inférieur aux allocations du ward, mais représente aussi par exemple dix fois moins que l’argent reçu par le ward voisin, pour le projet de rénovation de la gare de Nyanga. En 2011 au contraire, Heideveld se voit allouer deux différents projets de logements de 20 millions de rands chacun, l’un pour la rénovation des flats, l’autre pour la construction d’un lotissement sur le terrain vague qui borde la N2. Ces investissements, tous deux situés du côté ouest de la voie ferrée, ne manquent pas de soulever de nouvelles rancœurs chez les habitants de Luyoloville, même si, six ans plus tard, le lotissement n’est toujours pas construit.

34Pour mesurer ces tensions à l’intérieur même du ward, la carte 4 ci-contre propose une synthèse des principaux quartiers. La diversité interne est en effet plus complexe qu’une seule division raciale entre Heideveld et Gugulethu. Les chapitres suivants détailleront les multiples jeux de différenciation sociospatiale par lesquels les citadins se définissent les uns par rapport aux autres. Aux territoires dessinés « par le haut » selon les logiques politiques changeantes de la municipalité se surimposent en effet des territoires vécus « par le bas » dont nous détaillerons l’élaboration.

35Gadidja, ancienne militante anti-apartheid, aujourd’hui active dans les organisations communautaires de Heideveld explique la force des catégories raciales dans le vécu du ward :

  • 24 28/09/09.

Les gens d’ici sont encore très racistes, tu sais. Un « Blanc » pour eux, c’est… tu sais ! Et un « Noir » reste un « kafir ». Aujourd’hui encore. Ce scénario n’a pas changé. Quand tu regardes ce ward, l’ANC a gagné et notre conseillère est « noire ». Et les gens viennent ici, « Olala, la conseillère blablabla, qu’est-ce que c’est que cette conseillère au nom du ciel ! » – Elle s’appelle Zimasa – et ils te disent, « C’est un “kafir” ». Tu sais, cette mentalité est toujours là. Et c’est triste à dire, pour les « Colorés », ça va leur prendre encore cent ans pour évoluer. Peut-être plus. Parce que c’est là notre mentalité. Et c’est pour cela que les gens de Heideveld souffrent24.

Carte 4 : Le ward 44, un territoire administratif, des territoires vécus.

Carte 4 : Le ward 44, un territoire administratif, des territoires vécus.

Gugulethu et Heideveld, un terrain d’étude à cheval entre deux mondes

36La ligne de chemin de fer qui sépare Gugulethu et Heideveld est une frontière physique très forte. La seule passerelle piétonne reliant les deux territoires se situe à l’intérieur de la gare. Les autres franchissements ne peuvent se faire qu’au niveau des grands axes routiers. Même si des projets immobiliers marquent la densification de l’ancienne zone tampon depuis le début des années 2000, ce « remplissage » prend la forme de lotissements séparés les uns des autres (Luyoloville, Station, New Rest, Tambo Village).

37Ces frontières physiques sont aussi des démarcations vécues. Elles nourrissent des identités microlocales qui s’opposent les unes aux autres et fournissent aux habitants des codes précis concernant leur appartenance – ou au contraire leur étrangeté – au quartier. Gugulethu et Heideveld sont des mosaïques complexes, à la fois paysagères et symboliques. Les planches photo présentées en annexe invitent le lecteur à une promenade visuelle dans les lieux quotidiens qui sont le décor de ce travail. La banalité apparente n’empêche pas la profondeur des normes invisibles. Comme nous le détaillerons dans le prochain chapitre, la honte de l’assignation spatiale et raciale imposée sous l’apartheid s’efface devant la revendication d’une culture qui s’oppose au reste de la ville. Ce repli localiste se construit comme une fierté citadine où la revendication d’autochtonie s’appuie sur le rejet des étrangers (venus d’autres pays ou simplement de zones rurales).

Immersion photographique : pour une approche visuelle des microdivisions qui jalonnent l’expérience citadine au quotidien

38La section suivante, qui s’appuie sur les cinq planches photographiques insérées en fin d’ouvrage procède de la méthode du « poster scientifique ». Le rapprochement thématique de photographies, dont certaines sont prises à plus de quatre années d’intervalle, révèle les normes de respectabilité propres à chaque quartier, avec un accent particulier mis sur les flats de Heideveld et sur le lotissement de Luyoloville. En me centrant sur Heideveld et Luyoloville, je mets le doigt sur une des contradictions centrales des réformes métropolitaines : alors que d’un point de vue institutionnel, le ward 44 constitue un territoire unique de gestion urbaine, pour les habitants, il existe deux territoires clairement séparés par la ligne de chemin de fer. Cet essai photographique met en évidence la mosaïque de quartiers, les hiérarchies sociales, les alliances et les conflits, si clairement identifiés par les habitants du ward, et pourtant souvent peu détectables pour un observateur extérieur.

Gugulethu, « conforme à la politique gouvernementale de logement des indigènes25 »

  • 25 Extraits du Rapport du maire de 1954, cité par Houssay-Holzschuch (Houssay-Holzschuch Myriam, Le C (...)

39Gugulethu signifie « notre fierté » en isiXhosa, ce nom imposé par les urbanistes de l’apartheid illustre à lui seul l’ambiguïté des jeux identitaires propres aux townships : de qui le township fait-il la fierté ? Des aménageurs peaufinant la ségrégation urbaine ou bien des habitants enfin considérés comme citadins ? Dans l’histoire urbaine du Cap, Gugulethu est le premier quartier construit par le gouvernement d’apartheid pour accueillir les travailleurs « africains ». Alors que la législation en vigueur n’autorisait les « Africains » qu’à des séjours temporaires, limités aux termes de contrats de travail saisonniers, le régime raciste avait fini par admettre qu’il existait quelques milliers de familles qui ne pouvaient pas être expulsées dans les bantoustans de l’actuel Eastern Cape (Transkei et Ciskei). Prévu à l’origine pour loger les 7 000 familles estimées en attente de logement en 1957, Gugulethu compterait aujourd’hui plus de 98 000 habitants (recensement de 2011). Les statistiques sont d’autant plus délicates à apprécier que Gugulethu n’est plus une unité administrative officielle.

  • 26 Mitchell Clyde, The Kalela Dance. Aspects of Social Relationships Among Urban Africans in Northern (...)

40Quel que soit son poids démographique, Gugulethu est un nom connu de tous, il symbolise la culture capetonienne « africaine » des années 1960 à 1980. On peut donc parler d’un lieu d’invention de l’ethnie xhosa dans la lignée des processus décrits par Mitchell à propos des villes minières zambiennes dans La Danse du Kalela26. C’est encore à Gugulethu que se pose obstinément l’enjeu de l’autochtonie citadine, comme nous le verrons plus loin.

41Quand Gugulethu a été construit, il n’y avait rien aux alentours. Le principe même du township « africain » impliquait une mise à distance physique de la ville, entendue comme « la ville “blanche” ». Mais une dizaine d’années plus tard, « la ville » est agitée de soubresauts, les expulsions concernent cette fois les « Colorés ». Eux aussi ont droit à « leurs » townships, dûment planifiés, mesurés, contrôlés par le gouvernement. C’est alors que la ligne de chemin de fer est construite, à l’est de Gugulethu, tant pour relier les cités-dortoirs au centre-ville que pour matérialiser la zone tampon de 500 mètres de large qui continue de diviser, un demi-siècle plus tard Gugulethu de Heideveld.

Heideveld, « Cape Town Number One »

  • 27 Voir sur ce point: Pinnock Don, The Brotherhoods: Street Gangs and State Control in South Africa, (...)
  • 28 Voir Western John, Outcast Cape Town, op. cit. sur les expulsions de Mowbray.

42À partir du début des années 1970, de nouvelles zones résidentielles sont construites dans les terrains laissés vacants entre les zones réservées aux « Blancs » et les petites poches de lotissements « africains » (Langa et Gugulethu). Réservés aux « Colorés » expulsés du centre-ville (BoKaap, District Six27) ou des southern suburbs28, ces lotissements comptent à la fois des ensembles pavillonnaires avec petits jardins individuels, des rangées de maisons minuscules condamnées à une mitoyenneté intrusive et de tristes blocs d’immeubles où, jusqu’en 2011, les appartements n’avaient accès ni au chauffage ni à l’eau chaude. Chaque type immobilier était destiné à des catégories socioprofessionnelles distinctes : petits fonctionnaires, employés du secteur privé, ouvriers et travailleurs à la semaine.

43Malgré ce classisme parfois violent, tous les habitants avaient en commun le fait d’avoir été expulsés des quartiers « blancs ». Ces quartiers sont ainsi rapidement devenus des lieux d’invention (et aujourd’hui de mémoire) de l’identité spécifiquement « colorée » du Cap, telle qu’elle est narrée dans des œuvres artistiques souvent parodiques comme le spectacle de Kramer et Petersen intitulé Ghoema, et dont le titre éponyme chante « Soyez les bienvenus au Cap, profitez de la fête, venez, amusez-vous, Le Cap est numéro un ! ». Encore une fois, honte et fierté se bousculent pour coder les identités citadines.

  • 29 Pour une analyse détaillée des musiques populaires « colorées » du Cap, voir Gaulier Armelle et Ma (...)
  • 30 Adhikari Mohamed, Not White Enough, Not Black Enough. Racial Identity in the South African Coloure (...)

44À Heideveld, dans la zone des flats, cette ambiguïté s’exprime sous des formes souvent caricaturales, par exemple autour de la culture des gangs sur laquelle nous reviendrons, dans l’usage d’une langue spécifique, ou encore à travers un patrimoine musical singulier29. Finalement, entre un processus de construction ethnique pour les Xhosas de Gugulethu ou de l’idée selon laquelle les « colorés », anti-ethnie par excellence, ne seront jamais « ni assez blancs, ni assez noirs » pour reprendre l’expression de Mohammed Adhikari30, le ward 44 est traversé de tensions multiples qui toutes s’adossent à des processus de constructions identitaires fortement territorialisées.

« … face au fardeau émotionnel puissant »

  • 31 Erasmus Zimitri, « Re-imagining Coloured ldentities inPost-Apartheid South Africa », in Coloured b (...)

Le défi pour tous les Sud-Africains est de commencer à reconnaître les sentiments et les pratiques racistes comme faisant partie de notre réalité quotidienne et structurant qui nous sommes. Il s’agit de renoncer au désir de laisser le passé derrière nous et au contraire de commencer à traiter ce passé avec toute l’attention requise face au fardeau émotionnel puissant qui l’accompagne : les sentiments de colère, de culpabilité, de trahison, de honte, de douleur et d’humiliation.31

45Zimitri Erasmus, penseure clé des identités sud-africaines, résume pour nous les enjeux de cette première partie. Cette mise en contexte à la fois géographique, historique et politique du Cap montre que « les sentiments et les pratiques racistes » sont bien les cadres structurants des identités locales.

46Cette première partie avait pour ambition de présenter les grands enjeux spécifiques à une étude géographique de Cape Town aujourd’hui. La réflexivité historique a esquissé la complexité des constructions socioraciales pour insister sur leur dimension spatiale. Nous avons ainsi vu que les efforts de la réconciliation sont souvent formulés sous la forme d’interventions spatiales : grands projets urbains, carte électorale, délimitation de territoires emboîtés pour la gestion municipale. Mais le creusement des inégalités au cours de la décennie 1990 montre combien ces nouvelles géographies de gouvernement peinent à redresser les écarts du passé.

  • 32 Ce slogan revêt un double-sens qui nécessite deux traductions : « Cette municipalité travaille pou (...)

47La question qui se pose alors est à la fois triviale et fondamentale. Comment les citadins se positionnent-ils dans cette ville qui semble faite pour les séparer ? En zoomant sur le ward 44, nous avons vu que les points de rupture entre les imaginaires gestionnaires et les pratiques quotidiennes ne se limitent pas à de grandes idées sur les techniques urbanistiques et gouvernementales. Pour les citadins ordinaires, les premiers signes de divisions apparaissent dans les paysages de tous les jours. Un graffiti ou une enseigne peinte à la main sont déjà des marqueurs symboliques de territorialités différenciées. À Gugulethu comme à Heideveld, les capetoniens qui m’ont ouvert leurs portes m’ont fait part de leurs sentiments mitigés vis-à-vis du fameux slogan municipal : This City Works For All32. De quelle ville parle-t-on ? Comment parvenir à articuler les attentes localistes d’un électorat administré au niveau d’un ward avec les principes métropolitains de redistribution et de participation ? Comment un travailleur social vivant dans les flats de Heideveld peut-il se reconnaître dans les querelles partisanes qui se jouent dans les locaux du subcouncil situés à Gugulethu ?

48La matérialité de l’espace urbain résiste autant à la métaphore d’un espace social cohérent sur laquelle reposent les réformes institutionnelles qu’à la linéarité des récits historiques explicatifs. Les cadres métropolitains semblent inexorablement désaxés par rapport aux aspirations et aux représentations des citadins. La force d’évocation visuelle d’une série de photographies ne peut faire justice à la finesse des pratiques individuelles. Cette première partie en appelle donc à un approfondissement théorique plus précis : comment aborder les multiples dynamiques qui se croisent, se renforcent ou se contredisent, dans la production de cette ville au jour le jour ? En proposant un cadre de réflexion librement inspiré des écrits d’Henri Lefebvre sur la production sociale de l’espace, la deuxième partie déroule le fil d’une pensée non pas seulement « sur », mais bien « par » l’espace.

Notes

1 Lipsky Michael, Street-Level Bureaucracy. Dilemmas of The Individual in Public Services, New York, Russel Sage, 2010, p. 12.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 Dubresson Alain et Jaglin Sylvy (dir.), Le Cap après l’apartheid. Gouvernance métropolitaine et changement urbain, op. cit., p. 8.

5 Pour une approche détaillée des principes de ce Development Local Government, voir Donk Mirjam Van, Swilling Mark, Pieterse Edgar et Parnell Susan (dir.), Consolidating Developmental Local Government. Lessons from the South African Experience, Cape Town, UCT Press, 2008, 568 p.

6 Gervais-Lambony Philippe, « Les enjeux d’une politique de redéfinition territoriale : la création de l’aire métropolitaine d’Ekurhuleni (Afrique du Sud) », in Autrepart, n° 21 (« Gérer la ville. Entre global et local »), 2002, p. 30.

7 Se reporter au chapitre « Du droit à la ville au droit à la différence : la justice spatiale comme horizon politique ».

8 Jaglin Sylvy, « Villes disloquées ? Ségrégations et fragmentation urbaine en Afrique australe », op. cit. ; McDonald David A., World City Syndrom. Neoliberalism and Inequality in Cape Town, op. cit.

9 L’organisation territoriale de la métropole est régulièrement modifiée. Au moment de l’enquête de terrain, la municipalité était divisée en 105 wards. Elle en compte aujourd’hui 116. Les principes électoraux n’ont toutefois pas été modifiés et le fonctionnement municipal continue selon les mêmes règles que dans le découpage précédent. Le travail de terrain ayant été réalisé avant cette réorganisation, nous avons préféré garder l’ancien cadre territorial comme point de référence pour l’ensemble de la discussion.

10 Harrison Philip, « The Origins and Outcomes of South Africa’s Integrated Development Plans », in Consolidating Developmental Local Government. Lessons from the South African Experience, Donk Mirjam Van, Swilling Mark, Pieterse Edgar et Parnell Susan, op. cit., p. 320-337.

11 Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Cape Town, South Africa, op. cit., p. 285.

12 Ibid.

13 Oldfield Sophie, « Participatory Mechanisms and Community Politics: Building Consensus and Conflict », in Consolidating Developmental Local Government. Lessons from the South African Experience, Donk Mirjam Van, Swilling Mark, Pieterse Edgar et Parnell Susan (dir.), op. cit., p. 494-495.

14 Oldfield Sophie, « Participatory Mechanisms and Community Politics: Building Consensus and Conflict », ibid.

15 Suite au décret de 2011, la métropole du Cap qui était divisée en 23 subcouncils au moment du travail de terrain, est désormais constituée de 24 subcouncils et leur numérotation a changé. Cela n’affecte cependant pas les principes du fonctionnement métropolitain présenté ici.

16 Republic of South Africa, Municipal Structure Act, Act n° 117, 1998, op. cit., subsection 64.

17 Bénit-Gbaffou Claire et Gervais-Lambony Philippe, « La Mondialisation comme instrument politique local dans les métropoles sud-africaines (Johannesburg et ekhuruleni) : les “pauvres” face aux “vitrines” », in Annales de géographie, vol. 112, n° 634, novembre-décembre 2003, p. 628-645 ; Dubresson Alain, « Métropolisation institutionnelle et spatialités économiques au Cap (Afrique du sud) », in Revue Tiers Monde, vol. 181, n° 1 (« Décentralisation et développement local : un lien à repenser »), janvier-mars 2005, p. 21-44 ; Donk Mirjam Van, Swilling Mark, Pieterse Edgar et Parnell Susan (dir.), Consolidating Developmental Local Government. Lessons from the South African Experience, op. cit. ; McDonald David A., World City Syndrom. Neoliberalism and Inequality in Cape Town, op. cit.

18 Bénit-Gbaffou Claire (dir.), « The Place of Participation in South African local democracy », Transformation, n° 66/67, 2008, p. 1-8.

19 http://www.capetown.dj/people/Quotes/MayoralSystem.htm

20 K. M., entretien du 14/10/08.

21 Voir la discussion précédente sur les liens entre ce type d’accountability et les premières formes de clientélisme (Bénit-Gbaffou Claire, « “Up Close and Personal”. How Does Local Democracy Help the Poor Access the State? Stories of Accountability and Clientelism in Johannesburg », op. cit.).

22 Cette initiative de « budget participatif » était une spécificité du Cap à l’époque du terrain. Peut-être d’autres municipalités s’en sont-elles inspirées depuis.

23 Mike, chairperson SC 13, membre de l’ANC, 12/11/2008.

24 28/09/09.

25 Extraits du Rapport du maire de 1954, cité par Houssay-Holzschuch (Houssay-Holzschuch Myriam, Le Cap ville sud-africaine. Ville blanche, vies noires, op. cit., p. 127).

26 Mitchell Clyde, The Kalela Dance. Aspects of Social Relationships Among Urban Africans in Northern Rhodesia, disponible en ligne, 1956, URL :

27 Voir sur ce point: Pinnock Don, The Brotherhoods: Street Gangs and State Control in South Africa, Cape Town, David Phillip Pub., 1984, 116 p.

28 Voir Western John, Outcast Cape Town, op. cit. sur les expulsions de Mowbray.

29 Pour une analyse détaillée des musiques populaires « colorées » du Cap, voir Gaulier Armelle et Martin Denis-Constant, Cape Town Harmonies: Memory, Humour and Resilience, Cape Town, African Minds, 2017, 368 p.

30 Adhikari Mohamed, Not White Enough, Not Black Enough. Racial Identity in the South African Coloured Community, Athens (OH), Ohio University Press/Double Storey Books, 2005, 252 p.

31 Erasmus Zimitri, « Re-imagining Coloured ldentities inPost-Apartheid South Africa », in Coloured by History, Shaped by Place: New Perspectives on Coloured ldentities in Cape Town, Erasmus Zimitri (dir.), Cape Town: Kwela Books, 2001, p. 26.

32 Ce slogan revêt un double-sens qui nécessite deux traductions : « Cette municipalité travaille pour tout le monde » et « Tout le monde trouve son compte dans cette ville ».

Table des illustrations

Titre Figure 10 : La structure interne de la municipalité expliquée aux habitants sur le site officiel de la Ville en 2011.
Crédits Source : http://www.capetown.gov.za/​en/​CouncilOnline/​Pages/​AboutCouncil.aspx [archive]
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4536/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Carte 3 : Carte du SC 11 2006-2011 : Réconcilier des territoires autrefois séparés… ou prendre le contrôle d’un électorat ANC ?
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4536/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Carte 4 : Le ward 44, un territoire administratif, des territoires vécus.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4536/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540