Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins-Citoyens au Cap

 | 
Chloé Buire

Le Cap et ses bonnes espérances, éthique et enjeux d’une lecture géographique

Un patchwork cousu de fils blancs ?

Texte intégral

  • 1 Je choisis de garder le mot suburbs en français car aucun équivalent ne rend compte des deux princ (...)
  • 2 Turok Ivan, « Persistent Polarisation Post-Apartheid ? Progress Towards Urban Integration in Cape (...)

Le grand Cape Town est une ville complètement polarisée. Les suburbs1 aisés et les centres économiques prospères offrant de riches opportunités en tout genre s’opposent aux quartiers-dortoirs, surpeuplés et pauvres de la périphérie. Cela reflète en partie la topographie et l’environnement : des montagnes et des côtes à couper le souffle juxtaposé aux plaines sableuses balayées par le vent et sujettes aux inondations des Cape Flats. Les fortes inégalités de revenus font le tri dans la répartition des gens dans cet espace en fonction de leur capacité à entrer dans le marché immobilier, et à accéder à des quartiers et des styles de vie dont la qualité varie grandement. Pendant de nombreuses années, un système idéologique et urbanistique racial a soutenu cela. Ce système mettait l’accent sur le développement séparé de l’espace, de l’économie et des Hommes. Il a gravé de profondes divisions dans la géographie de la ville à travers l’instauration des contrôles de la population, des déménagements forcés et des institutions de gouvernement inégales et séparées.2

  • 3 Ces municipalités sont, par ordre décroissant de population, Johannesburg, Le Cap, eThekwini (Durb (...)
  • 4 Republic of South Africa, Municipal Structure Act, Act n° 117, 1998, Cape Town, Government Gazette (...)

1En 2000, une grande réforme est votée en Afrique du Sud. Désormais, les plus grandes villes du pays sont considérées comme des « municipalités de rang A », gérées par des autorités métropolitaines chargées de rompre avec les logiques fragmentaires antérieures et d’assurer la redistribution économique et la participation politique du plus grand nombre. Au nombre de six3, ces ensembles métropolitains sont définis dans le Municipal Structure Act de 1998 par leur population importante (plus d’un million d’habitants), répartie dans une conurbation densément peuplée et marquée par une circulation généralisée des personnes, des biens et des services. Ce sont surtout des nœuds économiques « nécessitant un développement urbain intégré » (« integrated development planning is desirable4 »). Mais comme le souligne avec emphase Ivan Turok, cette « intégration » est sans doute d’autant plus difficile à atteindre au Cap que la topographie renforce la différenciation spatiale des extrêmes socio-économiques. Les pages qui suivent cherchent à la fois à étayer les mots de Turok à l’aide de quelques repères statistiques et à les nuancer en retraçant un fil historique plus complexe que la seule opposition entre l’apartheid et la période actuelle.

Ville ségréguée, ville fragmentée

2Avec une population de 3,7 millions d’habitants au dernier recensement (2011), Cape Town est la deuxième métropole d’Afrique du Sud et affiche un taux de croissance moyen parmi les plus élevés du pays, témoignant de son dynamisme et de son attractivité (tableau 1).

  • 5 Sauf mention contraire, l’ensemble des chiffres présentés dans ce chapitre proviennent des données (...)

Tableau 1 : Évolution démographique des quatre premières villes sud-africaines entre 2001 et 2011. Source : Statistics South Africa5

2001 2007
(recensement partiel)
2011 Croissance annuelle moyenne 
2001-2011*
Johannesburg 3 226 055 3 888 180 4 434 827 + 3,2 %
Cape Town 2 892 243 3 497 097 3 740 026 + 2,6 %
eThekwini (Durban) 3 090 122 3 468 086 3 442 361 + 1,1 %
Ekurhuleni (East Rand) 2 481 762 2 724 229 3 178 470 + 2,5 %

* Croissance annuelle moyenne nationale : + 1,4 %.

  • 6 Statistics South Africa, Census 2011, Pretoria, 2012, 88 p.
  • 7 Le rand sud-africain est marqué par des cours assez instables dépendant étroitement du marché des (...)
  • 8 Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Cape Town, South Africa, Paris (...)

3Le bilan réalisé par la municipalité à partir des chiffres du recensement de 20116 montre que cette croissance s’accompagne d’un nombre significatif de foyers vivant dans la précarité. En 2011, 31 % des ménages vivaient sous le seuil de pauvreté fixé à 1 600 rands par mois (environ 160 euros à l’époque7) et près d’un quart des actifs était sans emploi (23,9 %). Avec 20 % de foyers vivant dans des logements informels « d’arrière-cour » (backyard shack) ou dans un site informel (informal settlement, également appelé squatter camp), Le Cap surpassait largement la moyenne nationale (13,6 %). Le manque de logements y est une préoccupation centrale. Le dynamisme démographique, l’attractivité touristique et les résultats économiques encourageants salués par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE8) ne suffisent donc pas à faire oublier l’accroissement des inégalités au Cap, comme partout en Afrique du Sud. Or ces inégalités socio-économiques reproduisent les cartes de la ségrégation raciale avec une stabilité déconcertante qu’il convient d’analyser.

Une ségrégation raciale caricaturale

Carte 1 : Carte de synthèse par Adrian Frith, à partir des données de 2011

Carte 1 : Carte de synthèse par Adrian Frith, à partir des données de 2011

L’encadré correspond au ward 44 étudié dans ce livre.

  • 9  L’identification raciale est laissée à l’appréciation des personnes recensées. En 2011, une catég (...)
  • 10 En 2011, la population totale de l’Afrique du Sud était de 51,8 millions d’habitants, dont 79 % re (...)

4À la suite du recensement de 2011, un cartographe indépendant a mis en ligne un bel outil statistique permettant de visualiser les données concernant les groupes raciaux et les revenus annuels moyens sous la forme de cartes par points9 (carte 1, ci-contre). Le tableau 2 indique les tendances générales d’évolution de ces groupes raciaux au Cap. La majorité des habitants restent « colorés », mais les écarts tendent plutôt à se réduire. Le Cap est en cela une des villes les plus mixtes du pays. Mais d’une part cela ne reflète pas du tout les données nationales qui montrent une nette majorité d’« Africains noirs10 ». D’autre part, cette mixité statistique ne correspond pas à l’expérience urbaine ordinaire, comme le montre clairement la carte de Frith.

Tableau 2 : Évolution des groupes raciaux au Cap entre 2001 et 2011 : Vers la dilution de la majorité « colorée » ?

Groupes raciaux 2001 2011 Évolution 2001-2011*
« Africains noirs  » 919 027 1 444 939 525 912
31,7 % 38,6 % + 4,6 %/an
« Colorés  » 1 400 751 1 585 286 184 535
48,3 % 42,4  % + 1,2 %/an
« Indiens ou Asiatiques  » 41 527 51 786 10 259
1,4 % 1,4 % + 2,2 %/an
« Blancs  » 541 735 585 831 44 096
18,7 % 15,7 % + 0,8 %/an
« Autres  » 72 184
1,9 %
TOTAL 2 903 048 3 740 026 836 978
+ 2,6 %/an

Source : Statistics South Africa.
*La catégorie « Autres » n’était pas mentionnée dans le recensement de 2001.

5La répartition de la population au Cap est caricaturale à tous les égards. À l’échelle de la ville, trois ensembles se distinguent clairement. Les Blancs (représentés par des points violets) se concentrent le long de deux axes radiants du centre-ville, l’un partant vers le nord-est, l’autre longeant les flancs de la montagne de la Table vers le sud-est. Les northern suburbs et southern suburbs constituent deux ensembles racialement uniformes et pourtant « ethniquement » distincts puisqu’au nord se retrouvent surtout des populations afrikaners, descendantes des colons hollandais des xviie et xviiie siècles tandis qu’au sud, ce sont surtout des Blancs anglophones.

6La répartition des « Blancs » souligne donc la topographie décrite par Turok, dédaignant les plaines du sud-est, les fameuses Cape Flats « sableuses et balayées par le vent » si différentes des suburbs, tant topographiquement que démographiquement. Ce « creux » est explicitement rempli par des quartiers peu étendus, mais extrêmement denses peuplés par les « Africains » (on ne distingue plus les points verts, mais seulement des aires pleines). La ségrégation est si évidente sur une carte que le commentaire en devient tautologique. Les « Africains » sont là où les « Blancs » ne sont pas, repoussés loin du centre-ville et sur les terrains où se concentrent les risques (inondations, affaissements des dunes, tempêtes, incendies, etc.). J’ai ajouté au fond de carte de Frith les noms des principaux townships. Leur distance croissante au centre-ville indique directement leur ancienneté : Langa a été construit dans les années 1930, Gugulethu, dans les années 1960 et Khayelitsha, à partir des années 1980. À mesure que la ville s’est agrandie, les « Africains » ont été repoussés en périphérie. Nous détaillerons cette histoire par la suite, mais la carte est d’ores et déjà explicite.

7Enfin, la répartition de la population « colorée », majoritaire, montre une diffusion un peu plus large dans l’espace métropolitain, mais encore clairement localisée. Les quartiers « colorés » forment une couronne qui sert de zone tampon entre les quartiers « blancs » et les quartiers « africains ». Athlone, autrefois municipalité autonome, accueille une bonne partie de la communauté « indienne » du Cap. Le quartier de Mitchell’s Plain – équivalent de Khayelitsha pour les « Colorés » dans l’imaginaire local – a été conçu dans les années 1980 pour absorber la croissance démographique des « Colorés » qui « menaçaient » de déborder sur les quartiers péricentraux réservés aux « Blancs ». Les autres quartiers ont été construits dans les années 1960 et 1970 et concentrent les logements municipaux construits à cette époque : des petites maisons en rang d’oignons et des ensembles de barres d’immeubles de trois ou quatre étages, appelés flats ou courts et dont il sera beaucoup question par la suite.

8Cette rapide lecture de la carte confirme deux choses : Le Cap est une ville encore fortement marquée par la ségrégation et les structures physiques font preuve d’une inertie d’autant plus grande que le contraste topographique accentue les différences socio-économiques (figures 1 et 2).

Figures 1 et 2 : Le centre-ville et les Cape Flats

Figure 1 : La Montagne de la Table vue depuis Signal Hill (04/03/09)

Figure 1 : La Montagne de la Table vue depuis Signal Hill (04/03/09)

Le site en cuvette vaut au centre-ville le surnom de « bol urbain » (city-bowl) et renforce l’impression d’un cocon d’aisance isolé du reste de l’agglomération.

Figure 2 : Le quartier de New Rest, en marge de Gugulethu (30/08/08)

Figure 2 : Le quartier de New Rest, en marge de Gugulethu (30/08/08)
  • 11  Sauf mention contraire, toutes les photographies présentées dans cet ouvrage sont de l’auteure.

Le sable est partout présent sur les Cape Flats. Le sol se situe souvent au-dessous du niveau de la mer ce qui amplifie les risques d’inondations11.

9La carte n’est donc qu’un début, comme si la situation si caricaturale du Cap rendait finalement les explications désuètes à ce niveau de lecture. Le constat de la ségrégation doit s’épaissir d’une interrogation des formes actuelles de maintien, voire d’aggravation des écarts sociospatiaux dans la ville.

Écarts socio-économiques et fragmentation urbaine

  • 12 Ce seuil est calculé par rapport à l’écart à la moyenne. Mathématiquement, l’écart à la moyenne + (...)

10La carte 2 vient confirmer la largeur des écarts socio-économiques qui se reproduisent au Cap. On retrouve la scission fondamentale qui caractérise la ville. Le creux des wards les plus pauvres correspond précisément à la zone des Cape Flats, alors que les revenus supérieurs à 7 951 rands/mois12 épousent les deux axes majeurs de l’urbanisation des suburbs « blancs ». Le classement des 105 wards du moins riche au plus riche montre à quel point le niveau économique est corrélé au profil racial des circonscriptions. Les wards les plus pauvres sont exclusivement « africains ». Ensuite viennent les wards mixtes « africains-colorés » et quelques wards « colorés », puis les wards uniformes « colorés » puis les mixtes « colorés-blancs ». Et enfin, bien sûr, les wards les plus riches marqués par la surreprésentation des « Blancs ». La référence à la moyenne métropolitaine (5 822 rands/mois) donne également la mesure des inégalités puisqu’elle est très supérieure à la médiane (3 495 rands/mois), prouvant que la richesse se concentre dans un nombre réduit de wards.

  • 13 Mabin Alan, « On the Problems and Prospects of Overcoming Segregation and Fragmentation in Souther (...)

11Les différenciations économiques (carte 2, ci-contre) recoupent précisément les différenciations raciales (carte 1), mais les dynamiques de rupture et de continuité sont plus complexes. Les divisions actuelles ne peuvent pas être analysées comme de simples reproductions de la ségrégation d’autrefois. Elles sont également le produit d’un nouveau système urbain qui fait écho à un contexte idéologique différent. Alan Mabin13 souligne par exemple les schémas dits « postmodernes » qui coïncident avec l’émergence de la nouvelle Afrique du Sud dans les années 1990. Premièrement, les villes sud-africaines connaissent un freeway shift (tournant lié à l’autoroute) qui reflète l’avènement du « tout autoroute » qui accompagne la suburbanisation, le développement de nouvelles technologies dans une structure polycentrée et le déclin des centres-villes.

Carte 2 : Revenus moyens par actif dans l’unité métropolitaine du Cap.

Carte 2 : Revenus moyens par actif dans l’unité métropolitaine du Cap.

Source : Recensement de 2001.

  • 14 Ibid., p. 196.

12Deuxièmement, la politique massive de logement qui était une obsession au début de l’apartheid s’étiole et laisse place à des investissements dans les bureaux et les résidences de luxe, dont l’aménagement du Waterfront du Cap est un exemple. Troisièmement, les migrants ruraux et internationaux qui alimentent la croissance urbaine conduisent à un diversity shift (tournant lié à la diversité) et contribuent à produire une polarisation des classes (entre les personnes habitant dans des résidences fermées de luxe – gated communities – et celles vivant dans des cabanes autoconstruites – shacks). Enfin, Mabin souligne l’explosion de la criminalité (violence shift). Selon lui, les divisions actuelles sont le résultat d’un « réveil dans une période postmoderne, alors que les outils dont on dispose sont ceux d’une vie politique et d’une planification urbaine venues d’un passé moderniste14 ».

  • 15 Jaglin Sylvy, « Villes disloquées ? Ségrégations et fragmentation urbaine en Afrique australe », i (...)
  • 16 McDonald David A., World City Syndrom. Neoliberalism and Inequality in Cape Town, New York, Routle (...)

13Sylvy Jaglin s’appuie sur la transformation des services urbains pour montrer que « des processus de fragmentation peuvent résulter des choix gestionnaires opérés (diffusion de la rationalité et de l’utilitarisme marchands, privatisations, remise en cause des principes de péréquation et de subventions croisées) et des réactions qu’ils suscitent (sécessions, spécialisation sociale des territoires)15 ». David McDonald16 quant à lui n’hésite pas à faire du Cap un modèle de la « ville globale » dévorée par ses propres contradictions. Se faisant l’écho de critiques montantes contre les formes d’accumulation néolibérales du xxie siècle, il affirme que vouloir accéder à la compétition mondialisée est un objectif fondamentalement incompatible avec celui de réduction des inégalités.

  • 17 Mabin Alan, « On the Problems and Prospects of Overcoming Segregation and Fragmentation in Souther (...)

14Le travail de McDonald illustre la littérature critique d’inspiration néomarxiste qui insiste sur les formes contemporaines de fragmentation. Plusieurs auteurs soulignent la distinction entre les concepts de « fragmentation » et de « ségrégation ». La ségrégation pouvait être décrite comme un système socio-économique complet où les secteurs de la ville se définissaient les uns par rapport aux autres, étaient interdépendants tant sur le plan économique que politique17. La fragmentation au contraire, anéantirait la cohérence de la ville comme système. Elle pourrait être perçue comme une « maladie de la ville » ainsi que le décrivent les auteurs de Vies citadines :

  • 18 Bénit-Gbaffou Claire, Didier Sophie, Dorier-Apprill Élizabeth et Gervais-Lambony, Philippe, « Frag (...)

La définition la plus générale de la fragmentation urbaine est la désolidarisation de la ville, la disparition d’un système de fonctionnement, de régulation et de représentation à l’échelle métropolitaine. Les symptômes de cette « maladie » de la ville : la crise des espaces publics comme lieux de coexistence et de mise en scène des différences, les replis sur des espaces socialement et/ou ethniquement homogènes.18

  • 19 Bekker Simon et Leildé Anne, « Residents’ Perceptions of Developmental Local Government: Exit, Voi (...)
  • 20 Beall Joe, Crankshaw Owen et Parnell Susan, Uniting a Divided City: Governance and Social Exclusio (...)

15Sylvy Jaglin montre qu’en plus des « décrochements sélectifs » provoqués par les logiques marchandes, ce sont les comportements des citadins eux-mêmes qui renforcent les divisions sociospatiales, tant du côté des plus riches organisant de véritables sécessions fiscales et politiques à travers la multiplication des gated communities, que de la part des plus pauvres qui tendent à saper le fonctionnement des services à travers les boycotts des taxes et des redevances. Dans le même ordre d’idées, Simon Bekker et Anne Leildé19 suggèrent que l’appartenance de classe remplace les critères raciaux dans la définition des communautés citadines d’aujourd’hui. Toutefois, ainsi que le démontrent Jo Beall, Owen Crankshaw et Susan Parnell20, ce glissement de la race à la classe sociale ne représente peut-être qu’une évolution de façade dans les rapports sociaux en Afrique du Sud. La ville continue d’être le lieu par excellence de la peur, où la méfiance envers autrui alimente la constitution d’entre-soi exclusifs et sert de paravent à des préjugés potentiellement aussi racistes qu’autrefois :

  • 21 Ibid., p. 195.

La géographie de la peur (lorsqu’elle se combine avec des états d’esprit exclusifs et l’héritage sociospatial de l’apartheid) est un facteur puissant empêchant le renouveau de Johannesburg comme ville non raciale. […] Les villes divisées racialement de l’apartheid ont été remplacées par des villes organisées sur la base d’exclusions entre ceux de l’intérieur et ceux de l’extérieur. Dans ce contexte, le plus grand défi auquel est confrontée la gouvernance à Johannesburg tient au fait que la responsabilité de l’exclusion spatiale repose de plus en plus sur les citoyens privés plutôt que sur l’État.21

  • 22 Bénit-Gbaffou Claire, Didier Sophie, Dorier-Apprill Élizabeth et Gervais-Lambony, Philippe, « Frag (...)
  • 23 Ibid., p. 34.
  • 24 Ibid.

16La fin de l’apartheid se traduirait finalement par le passage d’une ville ségréguée liée à l’économie fordiste à une ville fragmentée sous l’influence de nouvelles formes gestionnaires favorisant la privatisation (des services, des lieux ou encore de la sécurité autrefois « publics »). Mais cette lecture n’est pas sans poser question. Que ce soit l’inertie des structures raciales de la ségrégation, le creusement des écarts économiques ou encore le repli, voire la sécession sociopolitique, les généralisations abstraites semblent bien en peine de dépeindre le fonctionnement concret de la ville. Comme le rappellent les auteurs de Vies citadines, « Si fragmentation il y a, rien ne nous conduit automatiquement à conclure ni que ville il n’y a plus, ni qu’une approche de la ville par le biais des vies citadines est moins utile que naguère pour comprendre comment la ville se fait22 ». Le sombre tableau de la fragmentation pourrait même finalement empêcher de voir les situations inverses, lorsque se produisent la rencontre, la réconciliation et la réunification ou, pour reprendre les mots de Gervais-Lambony, cet « autre type urbain qui unit au lieu de séparer (même si c’est peut-être seulement à certains endroits et à certains moments)23 ». Non seulement la vision surplombante des « faits statistiques » risque alors d’occulter une possible ouverture de recherche, mais elle pourrait de surcroît aboutir à des conclusions politiquement inacceptables si l’on en venait à « dire que la ville d’apartheid (système urbain ségrégué) était meilleure que la ville post-apartheid (espace urbain fragmenté)24 ». L’approche qualitative proche des habitants, adoptée dans le présent travail répond notamment à ce souci de développer une analyse nuancée susceptible d’ouvrir des possibles là où l’abstraction des chiffres et de la distance au terrain tend à uniformiser le tableau d’une ville « malade ».

« You can’t get lost in Cape Town »

17Que Le Cap ait hérité d’un urbanisme pensé pour la ségrégation ne fait pas de doutes et nous en détaillerons les étapes. Que Le Cap soit soumis aujourd’hui à des forces de marché qui alimentent les dynamiques de fragmentation sera également discuté par la suite. Mais il faut ajouter une troisième « idée simple » au fondement de ce travail, qui me rend redevable aux écrits de Michel Agier :

  • 25 Perec George, Espèces d’espaces, Paris, Galilée, 2000, p. 124.
  • 26 Agier Michel, « La ville, la rue et le commencement de la politique. Le monde rêvé de Chloé », in (...)

Nous parlons de la ville vécue dans des événements plutôt que définie dans des formes matérielles, des institutions pérennes. Sans nier la force structurante de ces dernières, nous acceptons l’idée simple que la matière vivante de la ville est formée par des citadins qui l’habitent, y travaillent, y déambulent, en aiment certains coins, places, carrefours, « certaines lumières, quelques ponts, des terrasses de café25 ». Nous cherchons à rendre visible – tout autant que l’univers minéral et littéralement pétrifié des villes (les édifices, monuments, voies pour automobiles, etc.) – une réalité plus puissante parce que transformatrice : les formes d’initiative sociale, les détournements de sens, les prises de parole, dont l’espace des villes est le cadre parfois. Insistons encore sur ce parti pris : […] nous parlons de communautés de l’instant, formées dans l’activité (qu’elle soit politique, esthétique ou rituelle) et non pas des identités communautaires supposées éternelles, primordiales et non contextuelles.26

18L’importance accordée aux pratiques et aux représentations n’est pas en elle-même propre à Agier, c’est un trait qui parcourt l’anthropologie depuis la formalisation de la discipline au début du xxe siècle et s’est étendu à de nombreux courants de sciences sociales. La géographie française s’est approprié cette posture en théorisant la notion de « territoire », sensible aux pratiques, aux imaginaires, aux valeurs et aux pratiques non verbales (voir deuxième partie).

19You can’t get lost in Cape Town est le titre d’un recueil de nouvelles de Zoë Wicomb qui permet de faire un premier pas au Cap en tant que territoire à part entière, vécu et approprié par ses habitants. L’auteure y décrit le parcours de Frieda, une jeune fille « colorée » née dans une région rurale d’Afrique du Sud et arrivant au Cap dans les années 1970 pour étudier dans un prestigieux lycée. Dans la nouvelle dont est tiré le titre du livre, Frieda, enceinte de son petit ami Michael, un « Blanc », se rend en bus dans le centre du Cap où elle a décidé d’avorter.

  • 27 Wicomb Zoë, You can’t get lost in Cape Town, Johannesburg, Umuzi, 2008, p. 81.

« C’est simple, a dit Michael. Le bus suit les routes principales à travers les suburbs jusqu’au centre-ville, et quand tu arrives au bureau de Poste, tu descends et je serai là pour t’accueillir. À cinq heures. » En voyant ma mine anxieuse, il s’est senti obligé d’ajouter, « Tu ne peux pas te perdre au Cap. Là », et il indiqua un point derrière son épaule : « il y a la Montagne de la Table, et là, dit-il en se retournant pour indiquer la direction, c’est Devil’s Peak, et là, de l’autre côté, il y a Lion’s Head, alors comment, au nom du ciel, pourrais-tu te perdre ? »27

  • 28 Ibid., p. 73.

20Ces quelques lignes renvoient aux représentations géographiques élémentaires de la ville déjà mentionnées par Turok : la topographie souligne la structure urbaine. Les trois montagnes évoquées par le petit ami de Frieda sont en effet les repères qui marquent les limites de la cuvette du centre-ville (figure 1). Mais Wicomb insiste sur le sentiment d’insécurité profond qui distingue l’expérience citadine de son personnage principal. Tout au long du livre, le monologue intérieur de Frieda révèle ses incertitudes et sa conviction de ne jamais être à sa place. You can’t get lost in Cape Town est devenu une référence pour décrire la construction identitaire des « Colorés » au Cap sous l’apartheid. Le petit extrait cité ci-dessus transmet en effet bien plus que des éléments de la géographie du centre-ville ; il met à jour la dichotomie entre les représentations assurées de l’adolescent « blanc » et celles de la jeune fille « colorée » pour qui Le Cap est un lieu menaçant. Elle sait repérer les passagers qui « vont descendre à Mowbray pour prendre les bus Golden Arrow qui vont dans les townships28 », mais n’en est pas rassurée pour autant. La ville ne lui appartient pas.

  • 29 Ibid.

Je suis en colère contre Michael. Il n’a probablement jamais pris le bus. Comment pourrait-il connaître la peur de rater l’arrêt inconnu, la peur de faire attendre un conducteur impatient, la peur de dire couramment « Soixante-dix cents, s’il vous plaît », quand on n’est pas certain du tarif et qu’on donne un billet de cinq rands ?29

21Le talent littéraire de Wicomb, mais surtout sa propre expérience du Cap, lui permet de capter en quelques lignes le jeu complexe des familiarités différenciées qui font du Cap une ville fascinante pour la géographe que je suis. J’ai bien sûr connu ces moments de doute dans ces fameux bus Golden Arrow, dans les trains et plus encore dans les taxis qui relient les suburbs aux townships. Sans parler des premières fois où j’ai fini par prendre moi-même le volant, à gauche. Le sentiment de ne pas être à sa place, autant que le déchiffrement des paysages ne sont-ils pas d’ailleurs les premiers ingrédients du travail de terrain ? En Afrique du Sud, peut-être plus qu’ailleurs, les villes sont saturées de codes qui peuvent paralyser celui qui, comme Frieda, en connaît l’existence, mais ne les maîtrise pas. Si le présent ouvrage entend explorer les conditions de possibilité d’une « déségrégation » du Cap, ce n’est donc pas seulement en retraçant comment les dispositifs mis en place par la municipalité sont saisis par les citadins. Il s’agit aussi d’apporter une réflexion sur les codes largement implicites qui conditionnent les pratiques citadines au quotidien.

Comment et pourquoi parler de « groupes raciaux » ?

22Une fois posé le constat de la ségrégation urbaine et du renforcement actuel d’une certaine fragmentation municipale, il est temps d’entrer dans le cœur du sujet. Au-delà de l’histoire très particulière de l’Afrique du Sud, cet ouvrage fait en effet des dynamiques post-apartheid un cas emblématique de ce que Michel Agier a joliment appelé « le commencement de la politique » :

  • 30 Ibid., p. 143.

Le sujet de la politique se forme dans la parole échangée et dans la relation aux autres non assignés à leur identité. La politique émane d’une part du tout qui est en plus de la somme des parties (avec leurs propres partis pris), elle n’est pas liée à la composition et aux divisions du corps social, se distinguant ainsi de toute politique identitaire. Quelque chose doit donc se passer en dehors et en plus de l’ordinaire pour que la politique advienne.30

23En écoutant attentivement ces réflexions anthropologiques, deux précautions s’imposent dans la construction de cette recherche. Il faut d’une part prendre garde aux constats cartographiques qui présentent une « somme des parties » sans faire entendre « la parole échangée ». Une attention à la diversité cachée des parcours et des paysages urbains permettra de contourner cet écueil. D’autre part, l’utilisation d’une terminologie raciale oblige à présenter avec autant de transparence possible mon propre « parti pris » face à une notion peu commune dans la société dont je suis issue. J’expliquerai donc pourquoi j’ai recours à des termes hérités d’une vision raciste et essentialiste de la société, et surtout en quoi cela m’amène à défendre une posture antiraciste capable de saisir les « communautés de l’instant » plutôt que les catégories hermétiques. Ce paradoxe mérite d’être explicité même si ce n’est que dans le déroulé de cet ouvrage qu’il sera, je l’espère, résolu.

Mobilité et diversité : la ville ségréguée par-delà la caricature

24Alors que, dans la vie quotidienne, la ville ne nous apparaît que dans l’expérience de nos parcours, les représentations cartographiques surmontent la limitation de notre corps pour offrir un point de vue abstrait et distant qui immobilise les surfaces et suspend les mobilités. Les cartes du Cap sont ainsi déterminées par une lecture qui part du CBD et décrit par exemple le réseau routier comme des radiales qui en sortent, rendant invisibles toutes les transversales pourtant chargées elles aussi d’histoire et de représentations : Klipfontein Road, Vanguard Road, Wetton Road, M 300, etc. Reconnaître les structures héritées ne doit pas empêcher de souligner la diversité des paysages à l’intérieur des townships, y compris au cœur des Cape Flats qui peuvent sembler si monolithiques quand ils apparaissent sur la carte.

  • 31 Chipkin Ivor, « Un processus d’identification territoriale : le conflit de l’East Rand, 1990-1994  (...)

25Évidemment, la variété des paysages ne saute pas aux yeux de celui qui vient pour la première fois dans un township : par rapport au centre-ville et aux suburbs où chaque villa a sa personnalité, le paysage des townships constitue un tout uniforme, exclusivement résidentiel, plat (dans la topographie des Cape Flats par rapport aux abords de la montagne, mais aussi dans l’architecture de plain-pied), sans espaces verts, sans monuments, sans autre repère que le quadrillage imposé pour le contrôle. Percevoir de la variété dans cet ensemble homogène demande un certain apprentissage du regard et des codes locaux. En effet, en Afrique du Sud peut-être plus qu’ailleurs, chaque type de logement est fortement connoté à la fois racialement, économiquement et politiquement. La différence entre hostels et quartiers pavillonnaires a par exemple été au cœur d’une véritable guérilla civile dans l’East Rand (à l’est de Johannesburg) au début des années 199031. Le contexte a changé, mais les hostels constituent toujours des enclaves spécifiques dans les townships, nous y reviendrons.

26Dans le même ordre d’idées, la vie dans les secteurs informels est évidemment fort différente de celle dans les maisons : murs et toits ne sont que des remparts relatifs contre les intempéries, il n’y a pas d’eau courante, pas de W.-C., l’intimité n’existe pas. Ces différences ne sont pas seulement matérielles, elles instituent des hiérarchies. Ainsi pour Rosie, qui vit depuis quatorze ans dans deux petites pièces de tôle en marge de Gugulethu, la maison est un rêve, un espoir de plusieurs années. Et son modèle, c’est la maison de son amie Nana, qui vit depuis sept ans dans une maison du post-apartheid à Luyoloville, le quartier voisin. Pourtant, lorsque l’on confronte les discours de ces deux femmes nées au Cap en pleine radicalisation ségrégationniste et aujourd’hui mères de famille de 60 ans, on se rend compte que l’opposition n’est pas si simple. Si, pour Rosie, la maison de Luyoloville incarne un rêve, pour Nana, elle serait plutôt un cauchemar.

Rosie et Nana, deux perceptions de la maison différentes qui mettent en garde contre les généralisations abusives

Rosie s’est installée à New Rest en 1993 (figure 7). Lors de notre première rencontre en 2007, Rosie était persuadée que le futur gouvernement libre lotirait rapidement ce quartier informel. Les inscriptions sur les listes d’attente étaient alors closes « depuis très très longtemps » et les maisons devaient être livrées en 2003. Rosie n’a aucun doute : sa maison finira par être construite. En face de chez elle, treize maisons ont d’ailleurs été construites en 2005, ses voisins d’hier ont soudain quelque chose en plus. Elle va parfois chez eux pour utiliser les WC (flush toilets). En revanche, du côté de Nana, la maison ne représente aucune certitude. Les vicissitudes administratives ont conduit à un boycott des loyers depuis plusieurs mois. L’avocat qui défend les habitants ne sait plus qui attaquer, des bruits courent selon lesquels la municipalité serait en train de se débarrasser de ses parts dans la compagnie qui gère ce lotissement social. Des experts ont estimé que les maisons ne tiendraient pas dix ans, le terrain est un ancien marais et il n’y a pas de fondations. En attendant, les murs se gonflent d’humidité et il a déjà fallu remplacer les portes, les fenêtres, recrépir les murs et bétonner le sol. Lorsque je demande à Rosie si elle n’a pas entendu parler de ces problèmes, la réponse est évidente : aucun habitant de brick house ne saurait se plaindre de ses conditions de vie auprès d’un habitant de shack. En attendant, les travaux ont repris à New Rest, maisons sans fondation au milieu des baraques, symboles d’un espoir de toute une vie pour les futurs habitants.

  • 32 Gervais-Lambony Philippe, Territoires citadins. 4 villes africaines, Paris, Belin, « Mappemonde », (...)

27La diversité des paysages dans les townships recouvre donc des sens multiples : les distinctions fondamentales entre les types de logements deviennent toutes relatives si l’on écoute de près les espoirs des habitants. Malgré la lisibilité exceptionnelle des espaces d’apartheid, une typologie formelle serait précipitée. À l’intérieur des townships, des microségrégations s’opèrent et se défont. Le squatter camp d’hier devient un nouveau lotissement. Les suburbs coquets d’autrefois sont phagocytés par des quartiers privés à l’architecture uniforme. Les distinctions sociospatiales sont diverses et paradoxales et ne se résument pas à une carte de revenus. Au-delà des distances explicites à l’échelle de la métropole, des fossés peuvent se creuser entre deux voisins. Comme le souligne Gervais-Lambony : « C’est là le grand paradoxe et la grande force du phénomène : la ségrégation permet d’éloigner socialement sans éloigner trop spatialement32. » C’est là aussi ce qui rend les villes sud-africaines passionnantes pour un géographe intéressé par le jeu entre altérités et identités.

  • 33 Houssay-Holzschuch Myriam, Le Cap ville sud-africaine. Ville blanche, vies noires, Paris, L’Harmat (...)

28Le feuillet photographique qui suit donne un aperçu de la variété des paysages à l’intérieur de Langa et Gugulethu (localisés sur la carte 1, analysés au début des années 1990 par Houssay-Holzschuch33). Ces photos offrent un contrepoint à la typologie statistique précédente sans pour autant l’invalider. J’ai pris des exemples à l’intérieur de deux territoires considérés comme des archétypes « du » township « africain » afin de montrer qu’il n’est pas nécessaire d’invoquer les différences raciales pour rencontrer la diversité et la transformation.

  • 34 Ramphele Mamphela, A Bed Called Home: Life in the Migrant Labour Hostels of Cape Town, Ohio Univer (...)

29Luyoloville (figure 3, ci-contre) est le premier quartier autour duquel j’ai rayonné pour mes entretiens. La maison au crépis rose visible au premier plan a été construite après l’apartheid. Elle fait partie du programme dit « de gap housing », destiné aux petits salariés ne disposant pas de revenus suffisants pour accéder au marché immobilier du parc privé mais dont les revenus se situent au-dessus du seuil donnant droit au logement social. Les maisons de Luyoloville correspondent ainsi aux premiers effets de stratification sociale du post-apartheid. Derrière cette maison rose au toit de tuiles, on remarque une rangée de maisons en brique au toit de tôle. Ce sont les fameuses maisons dites « boîtes d’allumettes » qui caractérisent l’urbanisme de Gugulethu et des townships en général. Cette photographie résume bien le mélange de proximité géographique et de distance sociale qui lient Luyoloville et le vieux Gugulethu. Luyoloville se situe en effet se situe en marge par rapport aux axes principaux de Gugulethu. Cette position marginale est renforcée par la présence d’hostels le long de la section nord de la NY 1. Les hostels que l’on distingue à l’arrière-plan constituent une barrière dans l’esprit des habitants. Ils sont perçus comme des mondes à part, gérés par des logiques clientélistes indépendantes de l’environnement social, chaque hostel étant contrôlé tacitement par un induna34.

Figure 3 : La juxtaposition des types de logements à Luyoloville (23/02/07)

Figure 3 : La juxtaposition des types de logements à Luyoloville (23/02/07)

30Les figures 4 à 9 illustrent la diversité des quartiers où se côtoient maisons et hostels (figures 4, 5 et 9) et des logements, qui alternent entre villas et shacks (figures 6, 7 et 8).

Figure 4 : Dimanche midi le long de la NY 2 à Gugulethu (18/02/07)

Figure 4 : Dimanche midi le long de la NY 2 à Gugulethu (18/02/07)

Figure 5 : Dimanche matin dans un ensemble d’hostels à Langa (18/03/07)

Figure 5 : Dimanche matin dans un ensemble d’hostels à Langa (18/03/07)

Figures 6 et 7 : Villa et shack, diversité des logements

Figures 6 et 7 : Villa et shack, diversité des logements

6 (à gauche) : Grillage, antenne et automobile. Villa à Beverley Hills, Langa (18/03/07) ; 7 (à droite) : Le shack de Rosie à New Rest, Gugulethu (23/02/07).

31La ségrégation raciale avait instauré des quartiers uniformes racialement, mais relativement divers socialement. Aujourd’hui, les écarts se creusent. Une simple maison peut être transformée en villa : dispositifs de sécurité, jardin entretenu, matériel high-tech font partie de la gamme d’accessoires indispensables pour affirmer sa position sociale. Même un shack peut afficher une certaine ascension comme le montre l’aménagement en cours d’un troisième espace à l’extérieur du shack de Rosie.

Figures 8 et 9 : Des situations changeantes

Figures 8 et 9 : Des situations changeantes

Figure 8 (à gauche) : Maisons en construction à New Rest. Les futurs habitants passent chaque jour mesurer l’avancée des travaux (22/03/07). Figure 9 (à droite) : Hostels à Langa. Les bâtiments sont progressivement transformés en logements familiaux (18/03/07).

Le paradoxe racialiste de l’antiracisme

32Les photographies présentées en contrepoint des chiffres et des cartes (voir figures 1 à 9, ainsi que les planches photographiques situées en fin d’ouvrage) proposent un autre mode de description de la ville sans pour autant répondre aux nombreuses questions que l’on a vu poindre au cours de cette première partie : comment ont été produits puis reproduits les quartiers sous l’apartheid pour que l’idée même de quartier « racial » reste admise, vingt ans après l’abolition de la législation ségrégationniste ? Comment aboutit-on à la fois au maintien de ces frontières internes à la ville et à une redistribution inéquitable des ressources économiques post-apartheid ? La « matière vivante » du Cap peut-elle créer des « communautés de l’instant » capables de concurrencer la fragmentation de la ville ? Toutes ces questions seront traitées sous des perspectives et à des échelles variées, mais il en reste une, évitée avec soin, qu’il faut maintenant élucider : pourquoi continuer à parler de « quartiers raciaux » ?

  • 35 Houssay-Holzschuch Myriam, Crossing boundaries, tome 3 (Vivre ensemble dans l’Afrique du Sud post- (...)

33L’introduction générale a mentionné l’usage distancié que je fais des termes « Blancs », « Africains » et « Colorés », commentaire de rigueur dans les travaux sur l’Afrique du Sud. Ces qualificatifs sont en effet généralement utilisés sans guillemets une fois qu’une note en a déminé le contenu raciste. Comme le rappelle Myriam Houssay-Holzschuch, la classification raciale « a joué un rôle important dans la construction identitaire c’est pourquoi, tout en condamnant le système qui l’a conçue, les chercheurs l’emploient toujours35 ». Mais je voudrais ici aller un peu plus loin.

34Tout d’abord, il faut souligner que tous les auteurs ne s’accordent pas sur la codification et la justification des termes « Blanc », « Noir », « Africain », « Métisse », « Coloré », etc. La note suivante, extraite d’un article de Denis-Constant Martin consacré au groupe des « Colorés » explicite les enjeux de traduction et les risques d’essentialisation liés à l’usage de catégories raciales :

  • 36 Martin Denis-Constant, « Le Poids du nom. Culture populaire et constructions identitaires chez les (...)

La sociologie de l’Afrique du Sud demeure tributaire des catégories utilisées avant 1990 par les gouvernements pour différencier artificiellement des groupes humains et imposer leur ségrégation ; son emploi, inévitable par suite des effets que la discrimination et l’apartheid ont eus sur la structuration de la société sud-africaine, soulève des difficultés pratiquement insolubles. La traduction de ce vocabulaire en ajoute parfois, notamment en ce qui concerne les personnes classées, dans la terminologie anglaise, « coloured » (ou kleurling en afrikaans) ; les connotations de cette appellation sont très mal transmises par le terme « métis », que l’on utilise généralement en français, et la périphrase « gens de couleur » me paraît inadaptée. Pour plus de simplicité et afin de rester au plus près des réalités sud-africaines, je conserverai coloured dans ce texte. Par ailleurs, j’utiliserai : « Africains », pour désigner les populations indigènes d’Afrique du Sud parlant des langues bantoues ; « Noirs », pour rendre Black pensé comme l’ensemble des populations « non blanches » (c’est-à-dire : Africains, Indiens et Coloureds) ; Khoikhoi, pour parler des populations aborigènes de la région du Cap dont les langues sont rattachées à l’ensemble khoisan (ceux que l’on a également appelés « Hottentots »). L’utilisation de cette terminologie n’implique en aucun cas une conception fermée, immobile, essentialiste de ces groupes humains. L’histoire de l’Afrique du Sud est une histoire de rencontres, de contacts, d’échanges et de mélanges, quelle qu’ait pu être la violence de ces rapports ; mais c’est aussi une histoire où les puissants ont poussé le souci de classification, de désignation et de séparation à un point extrême. L’emploi des termes présentés ci-dessus permettra, je l’espère, de rendre compte et des discriminations et des relations.36

35Les remarques de Martin ont le mérite de reconnaître « les difficultés pratiquement insolubles » liées à ces catégories. Il pointe en particulier la tendance à réifier les groupes en normalisant une terminologie profondément idéologique dans un discours scientifique. Philippe Gervais-Lambony quant à lui approfondit la question de la traduction à travers les enjeux politiques liés à l’histoire sud-africaine, où la définition du « politiquement correct » diffère des normes auxquelles un lectorat francophone peut être habitué.

  • 37 Gervais-Lambony Philippe, Territoires citadins. 4 villes africaines, op. cit., note 4 du chapitre  (...)

Le terme « non-blanc » (non-white) était utilisé dans le vocabulaire raciste de l’apartheid. Il était perçu, à juste titre, comme encore plus dépréciatif que les termes bantu, coloured ou black, car ne définissait les personnes que négativement. Dans les années 1970, le mouvement de la Conscience noire affirmait précisément qu’il fallait revenir à la définition positive de noir… Nous n’employons ici le terme « non-blanc » que par commodité et à regret pour désigner l’ensemble des populations classifiées sous l’apartheid comme noires, colorées ou indiennes. Actuellement en Afrique du Sud, c’est le mot « noir » qui est utilisé pour désigner l’ensemble de ces populations. Plus politiquement correct, il nous semble prêter à confusion pour le lecteur non-spécialiste. Dans un autre registre, le mot « Africain » est souvent employé pour désigner les Sud-Africains noirs naguère désignés par le terme « Bantou », ce qui pose un autre problème, celui de nier aux autres groupes leur « africanité ». […] Quoi qu’il en soit, je dois rappeler que je n’adhère à aucune de ces catégorisations racistes, mais qu’il est nécessaire de les employer dans le contexte sud-africain, passé et présent, puisqu’elles y jouent un rôle fondamental.37

36Ces quelques exemples de chercheurs français tentant de faire sens des catégories raciales sud-africaines dans leurs travaux montrent qu’il ne s’agit pas seulement d’une question de respect des catégories endogènes. Au-delà de la « non-adhésion » à l’apartheid, il est en effet important de dire explicitement que chacun des termes est injurieux. À ce titre, je refuse de retirer les guillemets. Je pense en particulier à la catégorie « Blancs » qui est souvent la moins discutée alors qu’elle est tout aussi construite, politique et raciste que les autres.

37Enfin, la question du politiquement correct et du transfert du contexte sud-africain au contexte français ne doit pas être négligée. Elle est même au cœur de mon engagement personnel sur le terrain. En effet, j’ai souvent fait l’expérience des commentaires dubitatifs, voire moralisateurs de mes interlocuteurs français lorsque je mentionnais l’existence et l’importance des groupes raciaux dans mon travail de terrain. « Mais les races humaines n’existent pas ! La science l’a prouvé ! Comment peux-tu utiliser ce terme-là ? » Il fallait alors expliquer que la notion de « race » renvoie à une construction sociopolitique et non pas à une vérité biologique et que le terme est peut-être plus courant en anglais qu’en français. Mais le racisme se trouvait alors renvoyé à un problème spécifique à l’Afrique du Sud. Vivre en Afrique du Sud m’a au contraire permis de prendre conscience des préjugés racistes de ma propre société, les miens, ceux de mon entourage, ceux de nos gouvernants. Ce corps à corps avec le « racialisme » (barbarisme suggérant que l’on peut parler des races sans être raciste) en Afrique du Sud m’a aidé à comprendre la réalité du racisme ordinaire à un niveau bien plus personnel que ce à quoi mon éducation française m’avait habituée. Derrière l’usage réfléchi des catégories héritées de l’apartheid, j’affirme donc également la nécessité de parler haut et fort des discriminations en France. En fin de compte, même si je déplore l’usage constant des termes « Blancs », « Africains » et « Colorés » dans mon travail, j’espère contribuer à la reconnaissance, mais aussi à la résistance quotidienne contre le racisme. La résistance s’exprime dans des comportements peu transmissibles à l’écrit, mais la reconnaissance commence dès maintenant, avec une histoire que j’espère précise et nuancée permettant de comprendre la construction des catégories raciales en Afrique du Sud.

Notes

1 Je choisis de garder le mot suburbs en français car aucun équivalent ne rend compte des deux principales connotations de ce mot. Les suburbs sont des quartiers à la fois aisés et périphériques, ce qui n’est rendu en français ni par « banlieues » ou « périphéries », ni par « beaux quartiers ».

2 Turok Ivan, « Persistent Polarisation Post-Apartheid ? Progress Towards Urban Integration in Cape Town », in Urban Studies, vol. 38, n° 13, décembre 2001, p. 2349-2350.

3 Ces municipalités sont, par ordre décroissant de population, Johannesburg, Le Cap, eThekwini (Durban), Ekurhuleni (East Rand), Tshwane (Pretoria), Nelson Mandela Bay (Port Elizabeth). En 2011, deux municipalités supplémentaires ont accédé à ce rang métropolitain, Mangaung (Bloemfontein) et Buffalo City (East London). Sur les changements toponymiques liés à cette reconfiguration municipale, voir Giraut Frédéric, Guyot Sylvain et Houssay-Holzschuch Myriam, « Enjeux de mots : les changements toponymiques sud-africains », in L’Espace géographique, vol. 37, n° 2 (« La toponymie »), 2008, p. 131-150.

4 Republic of South Africa, Municipal Structure Act, Act n° 117, 1998, Cape Town, Government Gazette, 1998, p. 16.

5 Sauf mention contraire, l’ensemble des chiffres présentés dans ce chapitre proviennent des données accessibles en ligne sur le site officiel du recensement sud-africain : www.statssa.gov.za.

6 Statistics South Africa, Census 2011, Pretoria, 2012, 88 p.

7 Le rand sud-africain est marqué par des cours assez instables dépendant étroitement du marché des matières premières. À l’époque où ce travail a été mené (2007-2012), un rand équivalait à peu près à 0,10 euros. Après une forte chute entre 2013 et 2015, le rand varie désormais plutôt autour de 0,06 euros.

8 Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Cape Town, South Africa, Paris, OCDE, « OECD Territorial Reviews », 2008, 322 p.

9  L’identification raciale est laissée à l’appréciation des personnes recensées. En 2011, une catégorie « autre » a d’ailleurs été rajoutée aux questionnaires du recensement afin que l’identification raciale ne soit plus aussi systématique qu’auparavant.

10 En 2011, la population totale de l’Afrique du Sud était de 51,8 millions d’habitants, dont 79 % recensés comme « Noirs Africains », 9 % comme « Colorés », 9 % comme « Blancs », 2,5 % comme « Indiens ou Asiatiques’ et 0,5 % comme « Autres’. En cohérence avec le lexique des militants anti-apartheid, je réserverai le terme « Noirs » à la désignation de toutes les populations exclues de la catégorie « Blancs » et utiliserai le terme « Africains » pour désigner le groupe officiellement appelé « Africains noirs ».

11  Sauf mention contraire, toutes les photographies présentées dans cet ouvrage sont de l’auteure.

12 Ce seuil est calculé par rapport à l’écart à la moyenne. Mathématiquement, l’écart à la moyenne + ½ écart-type est de 7835,5. Dans les faits, le chiffre a été amené au revenu réel du ward 105, qui est le premier à dépasser cette mesure dans le classement.

13 Mabin Alan, « On the Problems and Prospects of Overcoming Segregation and Fragmentation in Southern Africa’s Cities in the Postmodern Era », op. cit.

14 Ibid., p. 196.

15 Jaglin Sylvy, « Villes disloquées ? Ségrégations et fragmentation urbaine en Afrique australe », in Annales de Géographie, vol. 110, n° 619, mai-juin 2001, p. 245-246.

16 McDonald David A., World City Syndrom. Neoliberalism and Inequality in Cape Town, New York, Routledge, 2008, 355 p.

17 Mabin Alan, « On the Problems and Prospects of Overcoming Segregation and Fragmentation in Southern Africa’s Cities in the Postmodern Era », op. cit ; Crankshaw Owen, « Labour, Class and Urbanisation in the South African City », op. cit. ; Gervais-Lambony Philippe, « “Ville de l’apartheid”, “ville post-apartheid” : par-delà les mots, la diversité », in La Question urbaine en Afrique australe. Perspectives de recherche, Gervais-Lambony Philippe, Jaglin Sylvie, Mabin Alan (dir.), Johannesburg-Paris, IFAS-Karthala, 1999, p. 305-319.

18 Bénit-Gbaffou Claire, Didier Sophie, Dorier-Apprill Élizabeth et Gervais-Lambony, Philippe, « Fragmentations », in Vies citadines, Gervais-Lambony Philippe et Dorier-Apprill Élisabeth (dir.), Paris, Belin, « Mappemonde », 2007, p. 16.

19 Bekker Simon et Leildé Anne, « Residents’ Perceptions of Developmental Local Government: Exit, Voice and Loyalty in South African Towns », in Politeia, vol. 22, n° 1, 2002, p. 144-165.

20 Beall Joe, Crankshaw Owen et Parnell Susan, Uniting a Divided City: Governance and Social Exclusion in Johannesburg, op. cit.

21 Ibid., p. 195.

22 Bénit-Gbaffou Claire, Didier Sophie, Dorier-Apprill Élizabeth et Gervais-Lambony, Philippe, « Fragmentations », op. cit., p. 38.

23 Ibid., p. 34.

24 Ibid.

25 Perec George, Espèces d’espaces, Paris, Galilée, 2000, p. 124.

26 Agier Michel, « La ville, la rue et le commencement de la politique. Le monde rêvé de Chloé », in Multitudes, vol. 17, n° 3 (« L’intermittence dans tous ses états »), 2004, p. 140-141.

27 Wicomb Zoë, You can’t get lost in Cape Town, Johannesburg, Umuzi, 2008, p. 81.

28 Ibid., p. 73.

29 Ibid.

30 Ibid., p. 143.

31 Chipkin Ivor, « Un processus d’identification territoriale : le conflit de l’East Rand, 1990-1994 », in Géographie et Cultures, n° 28, 1998, p. 77-88.

32 Gervais-Lambony Philippe, Territoires citadins. 4 villes africaines, Paris, Belin, « Mappemonde », 2003, 272 p.

33 Houssay-Holzschuch Myriam, Le Cap ville sud-africaine. Ville blanche, vies noires, Paris, L’Harmattan, 1999, 276 p.

34 Ramphele Mamphela, A Bed Called Home: Life in the Migrant Labour Hostels of Cape Town, Ohio University Press et Edinburg University Press, 1993, 152 p.

35 Houssay-Holzschuch Myriam, Crossing boundaries, tome 3 (Vivre ensemble dans l’Afrique du Sud post-apartheid), Mémoire pour l’obtention de l’Habilitation à diriger des recherches, Paris, université de Paris I, 29/11/10, note 2 de l’introduction.

36 Martin Denis-Constant, « Le Poids du nom. Culture populaire et constructions identitaires chez les “Métis” du Cap », in Critique internationale, vol. 1, n° 4, 1998, note 1, p. 75.

37 Gervais-Lambony Philippe, Territoires citadins. 4 villes africaines, op. cit., note 4 du chapitre 2, p. 227-228.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Carte de synthèse par Adrian Frith, à partir des données de 2011
Légende L’encadré correspond au ward 44 étudié dans ce livre.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1M
Titre Figure 1 : La Montagne de la Table vue depuis Signal Hill (04/03/09)
Légende Le site en cuvette vaut au centre-ville le surnom de « bol urbain » (city-bowl) et renforce l’impression d’un cocon d’aisance isolé du reste de l’agglomération.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 2 : Le quartier de New Rest, en marge de Gugulethu (30/08/08)
Légende Le sable est partout présent sur les Cape Flats. Le sol se situe souvent au-dessous du niveau de la mer ce qui amplifie les risques d’inondations11.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Carte 2 : Revenus moyens par actif dans l’unité métropolitaine du Cap.
Crédits Source : Recensement de 2001.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1001k
Titre Figure 3 : La juxtaposition des types de logements à Luyoloville (23/02/07)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4527/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 4 : Dimanche midi le long de la NY 2 à Gugulethu (18/02/07)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4527/img-6.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Figure 5 : Dimanche matin dans un ensemble d’hostels à Langa (18/03/07)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4527/img-7.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Figures 6 et 7 : Villa et shack, diversité des logements
Légende 6 (à gauche) : Grillage, antenne et automobile. Villa à Beverley Hills, Langa (18/03/07) ; 7 (à droite) : Le shack de Rosie à New Rest, Gugulethu (23/02/07).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4527/img-8.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figures 8 et 9 : Des situations changeantes
Légende Figure 8 (à gauche) : Maisons en construction à New Rest. Les futurs habitants passent chaque jour mesurer l’avancée des travaux (22/03/07). Figure 9 (à droite) : Hostels à Langa. Les bâtiments sont progressivement transformés en logements familiaux (18/03/07).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4527/img-9.png
Fichier image/png, 1,5M

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540