Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins-Citoyens au Cap

 | 
Chloé Buire

Le Cap et ses bonnes espérances, éthique et enjeux d’une lecture géographique

Le Cap et ses bonnes espérances, éthique et enjeux d’une lecture géographique

Avant-propos

Texte intégral

1Après plusieurs siècles d’urbanisme ségrégationniste et maintenant presque vingt-cinq ans de réformes profondes, à quoi ressemble la ville du Cap ? Cette première partie a pour objectif de présenter les grands enjeux géographiques contemporains d’une ville tiraillée entre les divisions raciales du passé et les ambitions réconciliatrices affichées aujourd’hui. Le premier chapitre dresse un tableau sans appel : Le Cap est une ville profondément ségréguée où les différents groupes raciaux ne se côtoient que très peu et où les divisions socio-économiques sont vertigineuses. Ce constat alarmant permet de poser les jalons éthiques d’un travail qui passe immanquablement par la mobilisation d’un vocabulaire délicat. Comment et pourquoi continuer à raisonner en termes de « groupes raciaux » si l’objectif est de dépasser ces divisions ? La réponse à cette question marquera le premier pas de l’ambition critique qui sous-tend le reste de l’ouvrage : c’est en prenant au sérieux les représentations qu’une société a d’elle-même que l’on peut espérer nommer les injustices telles qu’elles sont vécues au quotidien et trouver les moyens de les dépasser.

2À partir de cette posture générale, les chapitres suivants entrent dans le détail des mécanismes qui expliquent pourquoi la fin de la ségrégation officielle n’est pas synonyme d’abolition des fragmentations. Il faut en effet revenir sur les racines historiques des imaginaires racistes, mais aussi comprendre les nouvelles césures qui se font jour dans l’espace urbain contemporain. Il ne saurait être toutefois question d’ignorer les dynamiques de transformation qui érodent, malgré tout, les cadres urbains dominants. Le chapitre « Les townships, produits urbains d’une longue histoire ségrégationniste » décrit ainsi les dynamiques politiques complexes héritées de la lutte contre l’apartheid pour montrer les enjeux de la reconstruction matérielle et symbolique à laquelle se livre le nouveau régime, entre volonté de rupture et continuités technocratiques. Le chapitre « Le nouveau costume territorial du Cap » poursuit cette démonstration en expliquant le fonctionnement des cadres institutionnels mis en place au niveau du gouvernement local pour répondre à un double objectif souvent contradictoire : redresser les injustices du passé et favoriser la compétitivité sur la scène globale. Depuis l’unification territoriale des territoires autrefois divisés dans un ensemble métropolitain géré par une puissante administration locale, Le Cap affiche des objectifs de démocratie participative qui ne se transposent pas sans mal dans les quartiers plus habitués à des formes d’autogestion insurrectionnelle.

3Zooomer progressivement sur les dynamiques microlocales à l’intérieur d’une circonscription électorale (ward) à cheval entre anciens townships « colorés » et « africains », permet finalement de présenter la matière vivante de l’enquête ethnographique qui va suivre. Ultime échelon de gouvernement aux yeux des autorités métropolitaines, le ward s’avère être une mosaïque de territoires complexe, traversé de frontières fortes et marqué par une grande compétition politique interne. Ces tensions à la fois extrêmement localisées et profondément significatives dans le quotidien des citadins seront le support des discussions sur les modes de production d’espaces de justice développés dans la suite du livre.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540