Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins-Citoyens au Cap

 | 
Chloé Buire

Introduction

Abordages critiques d’une ville en mutation

Texte intégral

  • 1 Coles Robert in Outcast Cape Town, Berkeley, Western John, Berkeley (CA), University of California (...)

Durant mon séjour dans la ville, j’ai naturellement commencé à entendre parler des diverses injustices liées à la race qui, en somme, sont le fardeau excessivement lourd de l’Afrique du Sud, lourd au point que l’on se demande combien de temps il faudra pour que cet horrible Armageddon ne soit confronté aux millions d’êtres humains qui vivent dans des villes comme Le Cap, Johannesburg, Durban et Port Elizabeth, sans mentionner les innombrables bourgs et villages d’Afrique du Sud.1

  • 2  En 2011, Von Holdt et ses collègues analysaient déjà le rôle de la violence dans la construction d (...)

1En 1981, Robert Coles s’interrogeait sur l’imminence de la bataille aux allures d’Armageddon qui mettrait fin au « cauchemar vivant » de l’apartheid. Dix ans plus tard, un miracle avait lieu, l’Afrique du Sud mettait fin aux lois racistes dans le dialogue et la négociation. Le bain de sang n’aurait pas lieu et cette rhétorique de la « libération » pacifique s’imposerait comme le mythe fondateur de la « nouvelle Afrique du Sud ». Vraiment ? Depuis 2008, le creusement des inégalités, les attaques xénophobes et la répression musclée des mobilisations sociales rappellent aux plus optimistes que le miracle sud-africain est un discours, utile, rassurant, mais contestable. La menace de l’Armageddon ressurgit régulièrement2. Une même question taraude les observateurs : comment est-ce que « ça tient » ? Comment fonctionne cette société statistiquement reconnue comme l’une des plus inégalitaires et des plus violentes du monde ? Cette question guide le coup d’envoi de cet ouvrage. Les pages qui suivent ont pour ambition de cultiver l’indignation sans condamner les individus, de refuser le pessimisme et le misérabilisme face à un passé dévastateur sans sombrer dans l’illusion romantique d’un futur miraculeux, de se maintenir en équilibre entre la compassion humaniste et l’analyse scientifique.

  • 3  L’usage du concept de « race » est peu usuel en français et pourtant incontournable pour aborder l (...)

2Jusqu’en 1994, l’Afrique du Sud était l’emblème d’une construction nationale fondée sur l’injustice spatiale. Quoi en effet de plus injuste et de plus spatial que l’apartheid, c’est-à-dire, littéralement le « développement séparé » des groupes raciaux3 selon une hiérarchie affirmant la supériorité des « Blancs » ? Le mot apartheid est au départ le slogan électoral qui a amené le Parti national au pouvoir lors des élections de 1948. Il a ensuite servi à caractériser un ensemble législatif complexe et changeant qui a instauré une ségrégation raciale à toutes les échelles, depuis la division des lieux et des services publics jusqu’à la création des bantoustans, régions sous-développées plus ou moins autonomes politiquement où le gouvernement « blanc » a cherché à « externaliser » les coûts de reproduction de la main-d’œuvre « noire ». Les injustices spatiales en Afrique du Sud ne se limitent toutefois pas aux effets de l’apartheid.

  • 4 Fauvelle-Aymard Xavier, Histoire de l’Afrique du Sud, Paris, éditions du Seuil, 2006, 472 p.

3Dès le xviie siècle, ce qui deviendra la ville du Cap à l’extrême sud-ouest du continent africain devient le point de départ d’une implantation coloniale commerciale et militaire. Les structures sociales des pasteurs qui vivaient dans la région du Cap depuis des millénaires ne résistèrent pas à cette présence. Plus au nord et à l’est, les rencontres avec les sociétés de langue bantoue installées sur toute la partie australe du continent depuis l’an mille donnèrent lieu à des guerres longues et meurtrières tout au long des xviiie et xixe siècles4.

4L’histoire de la ségrégation plonge ainsi ses racines dans une lente conquête territoriale. À la domination coloniale directe imposée par les autorités hollandaises puis britanniques autour du Cap se sont ajoutées les appropriations par les fermes familiales des Boers, puis les premières implantations industrielles autour des mines d’or et de diamant. Aux discours sur l’infériorité des « Indigènes » s’est ajoutée l’infamie de l’esclavage. Importés des côtes est-africaines et des Indes britanniques, les esclaves ont été parqués dans des quartiers réservés. Leur émancipation en 1836 n’a pas remis en cause leur assignation spatiale.

  • 5 Posel Deborah, « What’s in a Name? Racial Categorisations under Apartheid and their Afterlife », i (...)

5La ville moderne du Cap n’est donc pas née de quatre décennies d’apartheid. Elle est le produit d’une idéologie bien plus forte qui a instauré « un sentiment spatial de la race des individus5 ». L’espace urbain en est ainsi venu à alimenter lui-même les divisions qui le fragmentent. Dans cette Histoire, la maîtrise de l’espace a été à la fois le résultat et l’outil principal de la domination. Mais l’espace, et l’espace urbain en particulier, a également été le support de nombreuses mobilisations contre l’oppression et l’injustice.

  • 6  Lefebvre Henri, La Production de l’espace [1974], 4e édition, Paris, Economica, 2000, 512 p.
  • 7  Ibid., p. 35.

6L’Afrique du Sud présente donc une situation géographique exceptionnelle, où la corrélation entre urbanisation et ingénierie sociale est caricaturale. Mais cette coproduction des structures sociales et spatiales n’est pas unique, tant s’en faut. Elle a été décrite aussi bien par les historiens du Moyen Âge en France que par les sociologues américains des années 1940. En consacrant un ouvrage entier6 à la dialectique fondamentale qui lie toute société à son espace, le sociologue français Henri Lefebvre a finalement développé un vocabulaire théorique transversal aujourd’hui repris sur tous les continents. « L’espace (social) est un produit (social), affirme-t-il. L’espace ainsi produit sert aussi d’instrument à la pensée comme à l’action. Il est, en même temps qu’un moyen de production, un moyen de contrôle, donc de domination et de puissance7 » À l’évidence, les géographes sud-africains ne pouvaient manquer de percevoir la pertinence de cette affirmation : dans un système si profondément ségrégué, l’espace est à coup sûr non seulement un « produit social », mais surtout un « moyen de domination ».

  • 8  Western John, Outcast Cape Town, op. cit.
  • 9  Mabin Alan, « On the Problems and Prospects of Overcoming Segregation and Fragmentation in Souther (...)
  • 10  Crankshaw Owen, « Labour, Class and Urbanisation in the South African City », in La question urbai (...)
  • 11  Parnell Susan et Pieterse Edgar, « The “Right to the City”: Institutional imperatives of a develop (...)
  • 12  Huchzermeyer Marie, « Invoking Lefebvre’s “Right to the City” in South Africa today: a Response to (...)

7Dès les années 1980, ces questions préoccupèrent les observateurs des villes sud-africaines. John Western témoigna de la mise en place de la ségrégation et tissa des liens entre structures sociales et parcours résidentiels, entre lieux de vie et identités personnelles8. Au moment de la transition vers la démocratie, les débats concernaient plus largement les réformes urbaines qui promettaient une ville plus compacte9 même si certains voyaient déjà poindre la consolidation des injustices à travers une ségrégation sociale accrue qui entérinait les divisions raciales d’autrefois10. Aujourd’hui, Sue Parnell et Edgar Pieterse11 interrogent le « droit à la ville » à partir du cas sud-africain dans l’International Journal of Urban and Regional Research, tandis que Marie Huchzermeyer12 leur répond dans City, une autre revue universitaire influente à l’échelle internationale. Ce n’est pas un hasard si l’on retrouve là encore un concept forgé par Henri Lefebvre.

  • 13  Lefebvre Henri, Le Droit à la ville [1968], 3e édition, Paris, Economica, 2009, 135 p.
  • 14  Costes Laurence, Henri Lefebvre. Le droit à la ville. Vers la sociologie de l’urbain, Paris, Ellip (...)

8Dans Le Droit à la ville13, Lefebvre revendique la requalification de la ville non plus comme un objet produit par le capitalisme ayant une valeur d’échange (définie par le droit à la propriété), mais comme une œuvre produite par l’ensemble des citadins ayant une valeur d’usage (définie par l’appropriation des moments et des lieux de la ville). Le petit ouvrage publié quelques semaines avant Mai 68 est devenu un répertoire de slogans mobilisés autant par les acteurs du développement urbain (décideurs et militants) que par la sphère académique (chercheurs inspirés par le marxisme ou spécialistes des questions urbaines14). Au-delà des spécificités de leurs terrains, les chercheurs sud-africains contribuent donc aux grands débats contemporains sur le devenir urbain de la planète et pour tous, les textes d’Henri Lefebvre restent une référence.

9Le présent ouvrage s’inscrit dans la continuité des études sur les mécanismes de l’injustice spatiale en Afrique du Sud. La spécificité ici est double. En termes d’échelle d’analyse, je privilégie une entrée microgéographique originale par rapport aux travaux qui décortiquent les rouages municipaux ou qui proposent de nouveaux modèles urbains. Les portraits d’habitants au sein d’une seule circonscription électorale (ward), pris dans leur vie familiale, leurs réseaux de voisinage, leurs responsabilités associatives et leurs positions politiques, constituent la mosaïque à partir de laquelle j’espère contribuer aux études sud-africaines. En termes de temporalité, les dynamiques sociospatiales que je présente ici se concentrent sur une période allant de 2007 à 2017, une décade charnière tant au niveau local que national. Localement, ces années correspondent à la consolidation du modèle métropolitain adopté au début des années 2000. Au niveau national, la mort de Nelson Mandela en décembre 2013 a marqué la fin de l’ère du « miracle ». Entre 2007 et 2017, l’alliance tripartite au pouvoir a explosé, laissant le Congrès national africain (African National Congress, ANC) de plus en plus isolé et déchiré par des luttes internes. Au Cap, cette baisse de popularité de l’ANC s’est traduite par un renforcement de l’Alliance démocratique (Democratic Alliance, DA), parti d’opposition au parlement, mais parti majoritaire dans les institutions municipales.

10En interrogeant les dynamiques spatiales de la transformation sociale post-apartheid, je m’inscris donc à la fois dans le champ des études urbaines sud-africaines et dans un dialogue avec des textes théoriques plus généraux. Les spécificités d’une approche ethnographique qui se concentre sur la vie quotidienne amènent toutefois une question supplémentaire sur l’articulation entre travail empirique et travail théorique.

L’engagement ethnographique comme réponse à Henri Lefebvre

11Entre une écriture dense, une structure éclatée et un lexique foisonnant, La Production de l’espace est un texte difficile d’accès et se prête a priori assez mal à des interprétations méthodologiques pour guider un terrain microgéographique. Partir de la fréquentation intime de quelques quartiers périphériques pour incarner et contester les débats théoriques sur « l’emploi politique du savoir », « les utopies négatives » et les « espaces différentiels » (pour reprendre quelques concepts chers à Lefebvre) n’était pas un pari gagné d’avance ! Si j’ai choisi de présenter ce livre comme une « lecture de Lefebvre », ce n’est donc pas par dogmatisme théorique ou par fidélité à une tradition de géographie sociale sud-africaine, mais avant tout parce que la pensée critique de Lefebvre m’est apparue comme un outil possible pour saisir les ambiguïtés politiques des réalités urbaines auxquelles j’étais confrontée sur le terrain.

12Comme nous le verrons au cours du texte, « lire Lefebvre » est donc pour moi un exercice intellectuel politique. Il s’agit de passer de la déconstruction à la critique, puis de la critique à l’identification d’alternatives politiques émergentes.

  • 15 Lefebvre Henri, La Production de l’espace, op. cit., p. 73.

La voie indiquée ici se lie donc à une hypothèse stratégique, c’est-à-dire à un projet théorique et pratique à long terme. […] En indiquant la voie pour produire un autre espace, celui d’une vie (sociale) autre, et d’un autre mode de production, le projet franchit l’intervalle entre science et utopie, entre réalité et idéalité, entre le conçu et le vécu.15

13Au-delà de ses efforts descriptifs pour saisir les différentes facettes de l’espace (conçu, vécu, perçu), Lefebvre attaque explicitement les mécanismes de production hégémonique d’espaces dominés par le capitalisme. Transposée dans le contexte sud-africain, cette posture permet de se confronter aux logiques ségrégationnistes qui non seulement dominent les modes de production, mais qui sont présentes dans le vécu le plus intime des citadins sous une forme effectivement hégémonique. On comprend mieux alors comment une attention fine portée à la vie quotidienne s’articule à la réflexion théorique. C’est en s’interrogeant sur ce qui est « normal » que l’on peut mettre à jour les « normes » invisibles qui régentent les relations sociospatiales.

  • 16 Oldfield Sophie et Patel Zarina, « Engaging Geographies: Negotiating Positionality and Building Re (...)

14Durant les dix années qui se sont écoulées entre mes premiers pas au Cap et la rédaction finale de ce livre, j’ai ainsi tenu à ce que mon engagement pour la littérature ne détrône pas mon engagement sur le terrain. Pendant mon doctorat (2007-2011), cela était possible grâce à une alternance régulière entre séjours immersifs au Cap (dix-huit mois au total) et devoirs académiques à l’université de Nanterre. Entre 2012 et 2014, un contrat postdoctoral à l’université du Witwatersrand (Johannesburg) m’a permis de confronter mes lectures façonnées par une tradition disciplinaire française aux approches plus politiques de mes collègues sud-africains. Ce fut un privilège de travailler auprès de chercheur(se)s entièrement dévoué(e)s à contribuer aux petits miracles de la vie citadine sud-africaine au quotidien. Ce fut aussi une immense responsabilité. Lorsque j’ai finalement rejoint des équipes de recherches européennes (britannique d’abord, en 2014 et 2015, puis française depuis 2016), le sens de cette responsabilité intellectuelle, éminemment politique, mais aussi inexorablement personnelle ne m’a pas quittée. Cet ouvrage répond donc aussi à une volonté de partager avec un lectorat francophone les leçons apprises au contact de traditions intellectuelles différentes (anglophones au sens large, sud-africaines en particulier) et dans un contexte où le savoir académique n’a pas d’autre choix que de contribuer à construire un monde plus juste16.

Approches géographiques de la justice : droit à la ville, justice spatiale et normes communautaires

  • 17  Reynaud Alain, Société, Espace et Justice, Paris, PUF, 1981, 263 p.
  • 18  Smith David, Moral Geographies. Ethics in a World of Difference, Edinburgh University Press, 2000, (...)
  • 19  Rose Gillian, « Situating Knowledges: Positionality, Reflexivities and Other Tactics », in Progres (...)
  • 20  Valentine Gill, « Geography and Ethics: in Pursuit of Social Justice Ethics and Emotions in Geogra (...)

15David Harvey et Edward Soja sont les deux géographes de référence qui ont proposé des approches directement spatialisées des questions de justice. Ils ont inspiré de nombreux travaux, mais également suscité d’ardents débats. Bien entendu, le fait que ces deux chercheurs soient des hommes blancs ayant fait carrière aux États-Unis n’a pu que renforcer leur influence au sein du système académique mondial. Si l’on s’en tient aux travaux des géographes, les approches philosophiques d’Alain Reynaud17 sur la justice ou de David Smith18 sur la moralité ainsi que les réflexions sur l’éthique du savoir développées par les féministes telles que Gillian Rose19 et Gill Valentine20 montrent que les liens entre justice et espace n’ont pas été abordés que par le biais de la géographie radicale américaine.

  • 21  Voir par exemple Gervais-Lambony Philippe, Bénit-Gbaffou Claire, Piermay Jean-Luc, Musset Alain et (...)

16Dans le contexte sud-africain, les textes de Harvey et Soja ont toutefois un écho particulièrement fort de par leur vocation programmatique. Avec l’idée de « justice spatiale », la géographie critique américaine se veut un guide pratique pour des situations urbaines plus « justes ». C’est d’ailleurs le normativisme de ces approches qui a nourri le plus de discussions21.

  • 22  Claval Paul, La Géographie comme genre de vie. Un itinéraire intellectuel, Paris, L’Harmattan, 199 (...)
  • 23  Ibid., p. 131.

17Un premier écueil auquel je me suis confrontée en cherchant à questionner la justice spatiale au Cap vint de mon propre positionnement scientifique. Je suis influencée par une vision de la géographie « comme mode de vie22 », ancrée dans le terrain et centrée sur les représentations par lesquelles les individus cherchent à comprendre « le sens collectif de l’existence » afin de « se projeter dans l’avenir23 ». L’humanisme et la sensibilité qui guident la géographie française dans sa lecture des « territoires » (au pluriel) me rendaient inévitablement réticente aux approches trop abstraites de « l’espace » (au singulier) des textes anglophones. Était-il judicieux – ou même simplement possible – d’établir une trame narrative reconstituant une quête de justice unificatrice dans une ville divisée en territoires porteurs d’identités fortes et souvent conflictuelles ? J’ai finalement décidé de prendre la question à bras-le-corps en m’autorisant à ne pas y répondre, c’est-à-dire en laissant la réponse reformuler les termes mêmes de la question. Ce n’est finalement pas la définition du juste ou de l’injuste au Cap qui m’intéresse, mais plutôt les mécanismes par lesquels des espaces plus justes peuvent être produits au quotidien – ou au contraire empêchés.

  • 24  Ginisty Karine, « De la justice sociale à la justice spatiale », in EspacesTemps.net [en ligne], 2 (...)

18Un deuxième écueil fut l’impossibilité de trouver dans les pratiques et les discours des citadins des références directes à l’idée de « justice spatiale » (Nous renvoyons sur ce point le lecteur au travail de Karine Ginisty24). L’expression « droit à la ville » était plus répandue. Le plus célèbre des concepts lefebvriens, affirmation du droit de tous les citadins de s’approprier la ville pour s’y inventer comme citoyens à part entière, ne fait toutefois pas l’unanimité. Si le slogan de la municipalité du Cap, « This City Works For All », semble directement venu des commentaires de Lefebvre sur la ville comme œuvre collective, les habitants des quartiers précaires et les victimes d’expulsion eux ne se reconnaissent pas dans « la ville » dont il est question. Quand ils mobilisent eux aussi « le droit à la ville », ce n’est pas comme un slogan de marketing, mais comme un cri de ralliement contestataire pour s’opposer à la gestion municipale.

19Le Cap offre donc un exemple particulièrement exacerbé des nouvelles questions que les concepts qui circulent dans les textes théoriques soulèvent lorsqu’ils sont transposés sur le terrain. Les frontières invisibles du passé sont autant de cicatrices sensibles dans le corps social qui empêchent de parler aisément de « la ville ». Les réformes structurelles actuelles rendent d’autant plus difficile l’identification du « droit » et de ses « garants ». Tout l’enjeu de ce travail consistait donc à trouver un équilibre productif entre les grands récits critiques puissants – mais désincarnés – des théories radicales d’une part, et les multiples perspectives qui guident le développement concret de la ville – souvent peu enclines à accepter la critique, d’autre part.

  • 25  Chivallon Christine, « Débattre autour du postmodernisme : commentaires de textes choisis », in L’ (...)

20Je ne fais donc pas de l’idée de « justice spatiale » un nouveau dogme résistant à toutes les critiques, mais simplement un horizon possible pour guider le travail ethnographique. Plutôt que d’opposer de façon binaire les pratiques des habitants aux plans des urbanistes, parler de « justice » oblige à interroger les imaginaires et les références intimes selon lesquels chacun(e) construit sa relation à l’espace. De par sa genèse lefebvrienne, la justice spatiale ne peut en effet que résulter d’un processus de production de l’espace qui prenne en compte les trois dimensions complémentaires que sont le conçu, le vécu et le perçu. Il ne s’agit plus seulement de rechercher les expressions spatiales de la structure sociale ni les effets sociaux des agencements spatiaux, mais d’utiliser l’espace comme « outil d’intellection du monde25 ».

  • 26  Il faut d’ailleurs noter que le travail de Lefebvre, longtemps éclipsé des sciences sociales en Fr (...)

21Je me suis finalement saisi de l’idée de justice spatiale comme d’un pont entre géographie sociale française et géographie radicale américain26. Elle n’est pas une réponse, mais plutôt une façon de poser les questions suivantes : comment l’expérience citadine structure-t-elle les rationalités citoyennes des habitants des townships ? Comment en retour la construction d’espaces de citoyenneté influence-t-elle les formes d’appropriation spatiale de ces citadins ? Et surtout, en quoi cette dialectique participe-t-elle d’une quête de justice ou au contraire de maintien du statu quo ?

22À partir de cette problématique générale se déploie le jeu complexe par lequel les citadins formulent des codes spatiaux susceptibles de concurrencer l’espace conçu par le haut. Cette résistance ordinaire n’est pas seulement celle des « pauvres » ou des « sans-voix », elle est diffuse dans les pratiques et les représentations de tous ceux qui font la ville au quotidien, les élus municipaux comme les membres de gangs, les grands-parents nostalgiques comme leurs petits-enfants vivant dans un présent immédiat. Les quatre parties de cet ouvrage tissent les liens qui permettent de comprendre comment les Capetoniens déploient des tactiques citadines et citoyennes au quotidien pour mettre en acte les idéaux de justice spatiale et de droit à la ville imaginés par les chercheurs.

Déroulement général de l’ouvrage : allers-retours entre géographies quotidiennes et théories critiques

23La première partie pose les jalons de la production urbaine de la ville-mère de l’Afrique du Sud. Cette plongée historique et géographique met en évidence l’idéologie raciste extrêmement puissante qui s’est imposée au cours de plusieurs siècles de ségrégation et de fragmentation, tant symboliques que politiques et spatiales. Parce que les townships sont les espaces clés de cette production urbaine, l’enquête s’est développée à Heideveld et Gugulethu, anciens townships autrefois séparés par l’apartheid et aujourd’hui réunis dans une même circonscription, le ward 44, hypothétique trait d’union entre territoires « colorés » et « africains ». Depuis 1994, les efforts politiques de la réconciliation et de la transformation peinent pourtant à renverser cette association cruciale entre identité raciale et identité territoriale.

24Afin d’articuler les volontés d’inclusion et de démocratie affichées aux expériences concrètes vécues par les citadins au jour le jour, la deuxième partie s’interroge sur les fondements théoriques de l’association entre production politique, production spatiale et production identitaire. Intitulée « penser par l’espace », cette partie développe le principe lefebvrien d’une pensée trialectique qui ne séparerait pas l’espace vécu des représentations (espace conçu) et des pratiques de l’espace (espace perçu). À partir de l’idée des « lignes de fuite » des citadinités ordinaires, je prends acte des limites que peuvent avoir des études qui, trop centrées sur les imaginaires citadins en oublieraient les cadres normatifs imposés par les structures dominantes. Entre impératif de redistribution des biens et des services (justice distributive) et impératif de reconnaissance des formes d’oppression non économiques (justice procédurale), la notion de « justice » s’impose comme un horizon éthique particulièrement saillant dans la nouvelle Afrique du Sud, mais comment la saisir sur le terrain ? En proposant de réfléchir en termes de justice spatiale, la deuxième partie se clôt sur une posture théorique à la fois critique et pragmatique qui cherche à lire les vies urbaines ordinaires au filtre de leur expression politique et spatiale.

25La troisième partie parie ainsi sur le détail ethnographique des espaces politiques institutionnels pour mettre en évidence les formes de réinvention de la citoyenneté depuis la fin de l’apartheid. Une relation complexe d’imitation, de rejet et d’instrumentalisation apparaît entre les espaces inventés par les citadins à l’échelle de leur quartier et les espaces de participation invitée mis en place par les autorités métropolitaines. Les exemples des comités de quartier de Luyoloville et de Heideveld, deux quartiers au sein du ward, illustrent ainsi l’idée de « citoyennetés insurgées » qui luttent en permanence pour renverser les cadres de la marginalité spatiale et politique sans pour autant parvenir à s’émanciper totalement des modèles d’organisation et des normes sociales véhiculés par l’État. Dans ces jeux politiques multiscalaires, les « bons citoyens » disciplinés et les impétueux citadins « insurgés » se rencontrent et se confondent, donnant naissance à une typologie des figures du citadin-citoyen qui permet de passer de cas empiriques à une certaine généralisation théorique.

26La quatrième partie entre au cœur de cette dialectique citoyenneté-citadinité en interrogeant les formes de gouvernementalité qui s’imposent à l’échelle de la communauté. Terme vague en anglais, peu utilisé en français, « la communauté » est a priori un mot passe-partout sans grande valeur heuristique. Pourtant, à la suite des travaux foucaldiens de Nikolas Rose, l’idée selon laquelle les normes de la respectabilité communautaire dictent à la fois le gouvernement de soi et le gouvernement de l’autre dans la vie quotidienne s’avère tout à fait pertinente pour décrire le ward 44. Que ce soit au niveau du quartier, des corps des individus ou de l’espace domestique, les derniers chapitres offrent des exemples très précis de production spatiale du politique. Le concept de « justice spatiale » s’incarne ainsi dans une série d’images, de situations, de discours et de pratiques qui en révèlent la portée heuristique, mais aussi les limites. La porosité entre les normes collectives de respectabilité et les arrangements individuels imposés par la vie réelle rappelle en effet qu’il n’existe pas d’absolu universel de ce que serait la justice spatiale et que parfois, se conformer à l’ordre dominant représente la meilleure tactique de préservation de soi.

  • 27 Chivallon Christine, « Black Atlantic Revisited. Une relecture de Paul Gilroy pour quelques prolon (...)

27Par la grande place faite au récit direct, sous forme photographique, la matière même du texte cherche finalement à reproduire la singulière capacité des citadins à « produire simultanément plusieurs registres de référence27 » qui sont autant de mise en abîme face à la question de départ : comment produire des espaces de justice dans un monde d’inégalités ?

Notes

1 Coles Robert in Outcast Cape Town, Berkeley, Western John, Berkeley (CA), University of California Press, 1981, p. 11-13.

2  En 2011, Von Holdt et ses collègues analysaient déjà le rôle de la violence dans la construction de la citoyenneté sud-africaine post-apartheid (Holdt Karl Von, Langa Malose, Molapo Sepetla, Mogapi Nomfundo, Ngubeni Kindiza, Dlamini Jacob, The Smoke that Calls : Insurgent Citizenship, Collective Violence and the Struggle for a Place in the New South Africa. Eight Case Studies of Community Protest and Xenophobic Violence, Johannesburg, Centre for the Study of Violence and Reconciliation, Society, Work and Development Institute, 2011, 135 p.). Depuis, la répression de la grève sur la mine de Marikana en août 2012 est devenue le symbole de la militarisation des confrontations entre l’État et les citoyens. Le 16 août 2012, la police tire à balles réelles sur les grévistes de Marikana. Trente-quatre mineurs meurent et l’épisode est désormais connu dans toute l’Afrique du Sud comme « le massacre de Marikana », un terme fort qui établit un parallèle dérangeant entre la gestion d’une grève aujourd’hui et les procédés des autorités racistes d’autrefois.

3  L’usage du concept de « race » est peu usuel en français et pourtant incontournable pour aborder les dynamiques sociopolitiques actuelles en Afrique du Sud. Le chapitre « Un patchwork cousu de fils blancs ? » consacre plusieurs pages à cette discussion. D’un point de vue statistique, les « groupes raciaux » continuent à être utilisés comme catégories du recensement national. En 2011 (année du dernier recensement), les statistiques officielles répartissaient les 3,7 millions d’habitants de la métropole suivant les proportions suivantes : Coloured (« Colorés ») : 42 % ; Black African (« Noirs africains ») : 39 % ; White (« Blancs ») : 16 % ; Indian or Asian (« Indiens » ou « Asiatiques ») : 1 % ; Others (« Autres ») : 2 %. Ces désignations reposent sur la déclaration des personnes recensées et non plus sur une décision administrative, comme c’était le cas sous l’apartheid. Je les utiliserai moi aussi, entre apostrophes, afin d’insister sur leur construction historique et de se distancier du racisme qui les sous-tend.

4 Fauvelle-Aymard Xavier, Histoire de l’Afrique du Sud, Paris, éditions du Seuil, 2006, 472 p.

5 Posel Deborah, « What’s in a Name? Racial Categorisations under Apartheid and their Afterlife », in Transformation, n° 47, 2001, p. 60.

6  Lefebvre Henri, La Production de l’espace [1974], 4e édition, Paris, Economica, 2000, 512 p.

7  Ibid., p. 35.

8  Western John, Outcast Cape Town, op. cit.

9  Mabin Alan, « On the Problems and Prospects of Overcoming Segregation and Fragmentation in Southern Africa’s Cities in the Postmodern Era », in Postmodern Cities and Spaces, Watson Sophie et Gibson Katherine (dir), Oxford, Blackwell Publishing Ltd., 1995, p. 187-198 ; Harrison Philip, Huchzermeyer Marie et Mayekiso Mzwanele (dir.), Confronting Fragmentation: Housing and Urban Development in a Democratising Society, Cape Town, UCT Press, 2003, 300 p.

10  Crankshaw Owen, « Labour, Class and Urbanisation in the South African City », in La question urbaine en Afrique australe. Perspectives de recherche, Gervais-Lambony Philippe, Jaglin Sylvie et Mabin Alan (dir.), Johannesburg-Paris, Ifas-Karthala, 1999, p. 49-63 ; Beall Joe, Crankshaw Owen et Parnell Susan, Uniting a Divided City: Governance and social exclusion in Johannesburg, London, Earthscan Publisher, 2002, 237 p.

11  Parnell Susan et Pieterse Edgar, « The “Right to the City”: Institutional imperatives of a developmental state », in International Journal of Urban and Regional Research, vol. 34, n° 1, 2010, p. 146-162.

12  Huchzermeyer Marie, « Invoking Lefebvre’s “Right to the City” in South Africa today: a Response to Walsh », in City, n° 18, 2014, p. 41-49

13  Lefebvre Henri, Le Droit à la ville [1968], 3e édition, Paris, Economica, 2009, 135 p.

14  Costes Laurence, Henri Lefebvre. Le droit à la ville. Vers la sociologie de l’urbain, Paris, Ellipses, 2009, 159 p. ; Morange Marianne et Spire Amandine, « Mise en ordre, mise aux normes et droit à la ville : perspectives depuis les villes du Sud », in
Métropoles, vol. 10, n° 21, 2017, URL : http://journals.openedition.org/metropoles/5574

15 Lefebvre Henri, La Production de l’espace, op. cit., p. 73.

16 Oldfield Sophie et Patel Zarina, « Engaging Geographies: Negotiating Positionality and Building Relevance », in South African Geographical Journal, vol. 3, n° 98, 2016, p. 505-514.

17  Reynaud Alain, Société, Espace et Justice, Paris, PUF, 1981, 263 p.

18  Smith David, Moral Geographies. Ethics in a World of Difference, Edinburgh University Press, 2000, 244 p.

19  Rose Gillian, « Situating Knowledges: Positionality, Reflexivities and Other Tactics », in Progress in Human Geography, vol. 21, n° 3, juin 1997, p. 305-320.

20  Valentine Gill, « Geography and Ethics: in Pursuit of Social Justice Ethics and Emotions in Geographies of Health and Disability Research », in Progress in Human Geography, vol. 27, n° 30, juin 2003, p. 375-380.

21  Voir par exemple Gervais-Lambony Philippe, Bénit-Gbaffou Claire, Piermay Jean-Luc, Musset Alain et Planel Sabine (dir.), La Justice spatiale et la Ville. Regards du Sud, Paris, Karthala, 2014, 279 p. ; Morange Marianne et Spire Amandine, « Mise en ordre, mise aux normes et droit à la ville : perspectives depuis les villes du Sud », op. cit.

22  Claval Paul, La Géographie comme genre de vie. Un itinéraire intellectuel, Paris, L’Harmattan, 1996, 144 p.

23  Ibid., p. 131.

24  Ginisty Karine, « De la justice sociale à la justice spatiale », in EspacesTemps.net [en ligne], 2018/02/01. http://www.espacestemps.net/articles/de-justice-sociale-a-justice-spatiale [archive] ; Bénit-Gbaffou Claire, Gervais-Lambony Philippe, Ginisty Karine et Owuor Sam, « Résistances quotidiennes à l’injustice en ville. Contrôle social local, opportunités politiques et modes d’expression du sentiment d’injustice dans l’espace urbain », in La Justice spatiale et la Ville. Regards du Sud, op. cit.

25  Chivallon Christine, « Débattre autour du postmodernisme : commentaires de textes choisis », in L’Espace géographique, vol. 33, n° 1, 2004, p. 48.

26  Il faut d’ailleurs noter que le travail de Lefebvre, longtemps éclipsé des sciences sociales en France, est revenu sur le devant de la scène au début des années 2000 par l’intermédiaire des lectures qu’en ont fait les Américains.

27 Chivallon Christine, « Black Atlantic Revisited. Une relecture de Paul Gilroy pour quelques prolongements vers le jazz », in L’Homme, n° 187-188, 2008, p. 361.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540