Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Citadins-Citoyens au Cap

 | 
Chloé Buire

Remerciements

Texte intégral

J’aime les gens qui doutent,
Les gens qui trop écoutent
Leur cœur se balancer.
J’aime les gens qui vivent
Et qui se contredisent,
Et sans se dénoncer.
J’aime les gens qui tremblent
Que parfois ils nous semblent
Capables de juger
J’aime les gens qui passent
Moitié dans leurs godasses
Et moitié à côté.
Anne Sylvestre, Les Gens qui doutent

1Ubuntu, clamait Desmond Tutu pour encourager la réconciliation des Sud-Africains après l’apartheid. Ubuntu. « Je suis parce que nous sommes. » La traduction française ne suffit pas à transmettre la force un peu surannée du leitmotiv de « la nouvelle Afrique du Sud ». Mais j’en garderai l’idée. Cet ouvrage n’existerait pas sans la générosité de toutes celles et tous ceux qui m’ont soutenue pendant les douze années qui se sont écoulées entre le début de la thèse et la publication de ce livre.

  • 1 Buire Chloé, À travers pratiques citadines et tactiques citoyennes, la production du droit à la vi (...)

2La première personne à avoir cru en ce travail, alors que je n’imaginais pas encore poser les pieds en Afrique du Sud, fut mon directeur de thèse1, Philippe Gervais-Lambony. Sa passion contagieuse pour ce pays m’a servi de boussole dans les moments – et ils furent nombreux – où je ne savais plus pourquoi j’étais là. Je le remercie très simplement et très sincèrement d’avoir été mon directeur de recherche et de m’avoir accompagnée jusqu’à la publication de ce travail. La deuxième personne à qui vont mes remerciements est Claire Bénit-Gbaffou dont la rigueur et la passion m’ont poussée à aller chercher toujours plus loin. Son enthousiasme est une source constante d’inspiration, pour le terrain, pour la thèse et dans la vie.

3Je suis très honorée d’inaugurer la collection IFAS-Recherche aux Presses universitaires de Paris Nanterre. Un immense merci à Albert Piette pour avoir soutenu ce projet depuis le départ. Ce livre n’aurait pu voir le jour sans la détermination sans faille de Thomas Vernet-Habasque, qui a coordonné le travail éditorial depuis Johannesburg. Merci à Laurence Patarit, Mariane Borie et Bastien Miraucourt pour leur énorme travail sur le manuscrit…

4Il n’y a plus à partir de là d’ordre possible pour énumérer les précieux soutiens dont j’ai bénéficié pour mener à bien ce travail.

5À l’université Paris Nanterre, le laboratoire de géographie comparée des Suds et des Nords (Gecko) a été un laboratoire de recherche stimulant et le support d’une identité forte ; notre « modèle de la marguerite » n’a pas survécu malheureusement aux réformes de l’université, mais je suis fière d’être une des dernières « docteures du Gecko ». Derrière le laboratoire de recherche, il y a le travail souvent invisible de l’école doctorale. Je remercie particulièrement Laurence Caillet, Fabienne Watteau et Marie-Hélène Bacqué d’avoir donné du corps et du cœur à cette école à travers les séminaires pluridisciplinaires qu’elles ont animés. Le laboratoire et l’école doctorale ont également supporté financièrement mon travail. Ce n’est pas un détail lorsque le terrain se situe à 10 000 kilomètres.

6À l’université de Paris-Est Créteil et à celle du Witwatersrand, je remercie tous les collègues et tous les étudiants qui ont accompagné mes premiers pas dans l’enseignement. Une mention toute spéciale pour Frédéric Dufaux, mon tuteur de monitorat, Claire Hancock pour son accueil chaleureux au sein de l’équipe du master « Espaces, genre est sexualité » (EST), Sarah Charlton et Margot Rubin, du programme de planning de l’université Wits.

7Un grand merci à tous ceux qui ont partagé mes doutes et mes fausses bonnes idées, dans les séminaires de recherche en France, en Afrique du Sud et ailleurs. Merci à tous les participants du séminaire doctoral de l’African Center for Cities au Cap. Merci aux membres du programme de coopération pour la recherche universitaire et scientifique (Corus) « La voix des pauvres » à Johannesburg et du programme de l’Agence nationale de la recherche (ANR) « Justice spatiale, gouvernance, territorialisation dans les villes des Suds » (Jugurta). Je remercie particulièrement mes camarades Marianne Morange, Alex Wafer, Laurent Fourchard, Sophie Didier et Laurence Piper pour leur soutien complice. Les programmes de recherche ont également financé une partie de ce travail. Je remercie le personnel de la bibliothèque d’études africaines de l’université du Cap. Et celui de l’African Cuizeen pour leurs currys. En matière de gastronomie capetonienne, ma référence majeure reste toutefois Myriam Houssay-Holzschuch. Elle partage son savoir encyclopédique sur la ville avec la générosité gourmande d’un chef étoilé.

8Je voudrais enfin remercier ma famille. Ma mère et mon père. Il y a bien longtemps, ils m’ont laissé partir. Et je ne cesse depuis, malgré tout, de revenir. Mes sœurs. Je suis parce que nous sommes. Ma famille, ce sont aussi les capoeiristes qui m’ont accueillie dans toutes mes pérégrinations et les camarades qui ne comptent pas les kilomètres. Ma famille, c’est bien sûr Lweji, mon concentré quotidien de bonheur, et Manetov, merci de ton soutien sans faille, malgré tous les séismes de ma vie d’hirondelle…

Notes

1 Buire Chloé, À travers pratiques citadines et tactiques citoyennes, la production du droit à la ville au Cap (Afrique du Sud), Thèse de doctorat, Géographie, laboratoire Gecko, Nanterre, université Paris Nanterre, 2011, 434 p.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540