Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations démographiques et sociales du Viêt Nam contemporain

 | 
Maria E. Cosio Zavala
, 
Myriam de Loenzien
, 
Bich-Ngoc Luu

Conclusion - La population au centre des transitions en cours au Viêt Nam

Myriam de Loenzien

Texte intégral

1Cet ouvrage propose une analyse des transformations qu’a connues la population du Viêt Nam au cours des dernières décennies, ainsi que de quelques changements économiques et socioculturels qui les ont accompagnées. Il paraît au moment où ce pays dresse un bilan de 30 années de politique du Renouveau (Dôi Moi), point de départ des problématiques exposées ici. Caractérisées par l’adoption et la mise en œuvre dans les années 1980 d’une série de mesures consistant principalement en une ouverture à l’économie de marché et un développement des échanges internationaux, ces réformes ont été marquées par l’adhésion du Viêt Nam à l’Association des Nations du Sud-est asiatique (ASEAN), à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) puis à l’Organisation mondiale du Commerce (OMC). Elles ont eu pour effet de lancer le pays dans un processus long et complexe de restructurations économiques et politico-administratives en réponse aux graves crises survenues pendant la période collectiviste. Elles ont conduit à des transitions qui se sont traduites par une industrialisation, une urbanisation, une métropolisation accrues, ainsi qu’une décentralisation (de Terssac et coll. 2012).

2Les chapitres de ce livre soulignent la dimension démographique de ces transformations. Ils suggèrent quelques pistes de réflexion et perspectives en termes d’évolution du pays et de recherches à venir dans le domaine des sciences sociales sur le Viêt Nam contemporain. Celles-ci s’articulent autour de plusieurs paradoxes. Tout d’abord, la rapidité des changements observés contraste avec l’inertie qui caractérise habituellement les phénomènes démographiques. L’amélioration très significative des conditions de vie de la population s’est aussi accompagnée d’une montée de différents types d’inégalités. Les liens de solidarité se développent parallèlement à une plus grande individualisation des parcours socio-économiques. Ces transformations posent des questions de régulation sociale locale dans un contexte de mondialisation. Ainsi, ces analyses actualisent les interrogations sur la notion de transition, au cœur des problématiques sur le Viêt Nam contemporain en sciences sociales.

3Le contraste entre l’inertie des phénomènes démographiques et la rapidité conjuguée à l’ampleur des changements survenus est présent dans la plupart des chapitres de cet ouvrage. La vitesse des transformations concerne le déroulement de la transition démographique et plus largement l’évolution de l’ensemble du « paysage démographique » (chapitres 1, 2, 6 et 7), mais aussi technologique, social et économique. C’est le cas des nouvelles technologies relatives à la santé de la reproduction (chapitre 2) et des normes de comportements sexuels et reproductifs (chapitre 6). Cette rapidité est également mentionnée pour l’accélération de la croissance économique, le développement du secteur formel et de l’urbanisation (chapitre 3), mais aussi l’adoption de nouvelles orientations politiques, notamment pour la lutte contre le VIH/sida (chapitre 4). Elle contredit le principe souvent affirmé en démographie suivant lequel les configurations relatives à la façon dont les individus d’une collectivité naissent, se marient, donnent naissance à des enfants ou meurent sont dotées d’une inertie relativement forte. Ce paradoxe s’explique de plusieurs manières : le Viêt Nam a bénéficié d’innovations initiées ailleurs, les différents types d’effets entrent en synergie les unes avec les autres, et ces phénomènes nouveaux constituent l’expression de processus amorcés longtemps avant qu’ils n’acquièrent une visibilité.

4Le déséquilibre des rapports de masculinité à la naissance en fournit un exemple éclairant (chapitre 2). Ce phénomène n’est véritablement devenu l’objet de mesures statistiquement significatives à l’échelle du pays qu’au moment du recensement de 2009. Or, il résulte en partie de l’utilisation d’innovations biomédicales dont les effets ont été décuplés dans un contexte de baisse rapide de la fécondité, commencée dès les années 1970 (Haughton, 1997 ; Guilmoto, 2012). Il s’est ensuite accentué et est considéré aujourd’hui comme susceptible de provoquer de grandes perturbations en raison d’un déficit de femmes sur le marché matrimonial au Viêt Nam, mais également dans quelques pays voisins tels que la Chine à l’horizon d’une vingtaine d’années (Bongaarts et coll. 2015). L’inertie qui a contribué à ralentir l’expression du phénomène participe maintenant à sa pérennité.

5Si les conditions de vie se sont considérablement améliorées au Viêt Nam au cours des dernières décennies, les indicateurs démographiques font aussi apparaître des inégalités croissantes (chapitre 1). Ce parallèle entre d’une part un rythme accéléré de croissance économique, de réduction de la pauvreté, d’amélioration de la santé et de l’éducation et d’autre part l'augmentation d’inégalités a été mis en avant dans plusieurs travaux (Litchfield et coll., 2004 ; Phan et coll. 2010). Le diagnostic d’une montée des inégalités est cependant nuancé, voire remis en cause par ailleurs (OECD ; 2014). Ces inégalités sont souvent mesurées au niveau des ménages (Rolleston & Krutikova, 2014). Elles se creusent au détriment des populations les plus pauvres et des membres des minorités ethniques (Axelson et coll. 2012). Elles sont accentuées par la vulnérabilité des plus défavorisés face aux problèmes socio-économiques (Imai et coll. 2011). Entre régions géographiques du pays, les indicateurs sont particulièrement défavorables aux zones isolées, montagneuses ou agricoles, par contraste avec les deux premières métropoles, Hô Chi Minh-Ville et Hanoi (Litchfield et coll., 2004). Dans le domaine de la santé, plusieurs auteurs soulignent l’aggravation des écarts chez les mères, les jeunes enfants et les nouveau-nés, notamment en termes d’accès aux infrastructures sanitaires (Goland et coll. 2012 ; Granlund et coll. 2010 ; Axelson et coll. 2012).

6Les difficultés sont en partie liées à la remise en cause de l’Etat providence. Les réformes adoptées dans les années 1980 ont en effet conduit à l’abandon du système de subventions au profit du paiement des prestations par les utilisateurs, tout en gardant des objectifs de lutte contre les inégalités (London, 2011; London, 2008 ; Bélanger et coll. 2004). Les responsables communautaires ont ainsi développé une approche gestionnaire orientée vers une recherche d’autonomie financière (London, 2014). Les nouveaux dispositifs de redistribution ont des effets contrastés selon les mécanismes sollicités. Par exemple, les pensions et prestations d’assurance sociale contribuent à diminuer certaines inégalités entre les foyers, mais en accentuent d’autres (Nguyen, 2013).

7Devenus des acteurs essentiels de la lutte contre les inégalités, les ménages sont fortement engagés dans un secteur de production économique informel dont nous avons pu explorer l’ampleur et l’hétérogénéité (chapitre 3). En prenant en charge les frais de santé et d’éducation, ainsi qu’en mettant en œuvre des stratégies éducatives et sanitaires, les individus tentent de pallier les lacunes du système public. Ils renforcent donc des liens d’entraide et de solidarité au sein desquels la famille occupe une place prépondérante. Comme nous l’avons vu, les réponses à l’épidémie VIH/sida constituent de ce point de vue le lieu d'un important engagement des membres de la famille, qui s’exprime dans la prise en charge d’un enfant ou d’un adulte séropositif (chapitres 4 et 5). Les études actuelles et à venir pourront certainement apporter une connaissance plus précise de ce que l’on qualifie d’entrepreneuriat social, et de ses conséquences socio-économiques, notamment dans les domaines de la santé et de l’éducation.

8La mobilité géographique de la population dont nous avons mesuré l’ampleur croissante (chapitre 7) constitue un élément de stratégie des ménages pour lutter contre la pauvreté. A l’échelle macrosociale, il a été établi que les migrations contribuent à réduire les inégalités lorsqu’elles ont pour destination les grands centres industriels (Phan et coll. 2010). Il pourra être intéressant d’étudier à l’avenir dans quelle mesure l’assouplissement des règles de séjour des migrants conditionne des changements de répartition de la population et conduira à une réduction des écarts, dans un contexte où le statut de migrant peut être associé à différents types de vulnérabilité, comme l’a montré une étude réalisée auprès des jeunes femmes (Guilmoto et coll., 2014).

9La manifestation et la gestion des problèmes sociaux locaux sont fortement dépendantes d’enjeux internationaux. Dans le domaine de la santé et de l’éducation, les priorités fixées par les grandes agences multilatérales déterminent l’attribution d’aides qui jouent un rôle déterminant dans les programmes locaux. L’exemple des problèmes de santé est probant. La dimension internationale de ceux-ci concerne non seulement la façon dont se propagent les pathologies, mais aussi les conditions de lutte contre leurs conséquences. Cet aspect est apparu très clairement dans le cas de la survenue d’épidémies au cours des dernières décennies (SARS, grippe aviaire, VIH/sida, Zika). L’épidémie VIH/sida au Viêt Nam est à cet égard exemplaire, avec son détachement de la politique des fléaux sociaux en 2004, et plus récemment le développement d’actions de réhabilitation des personnes qui exercent une activité de commerce sexuel, ainsi que la mise en place de programmes d’utilisation de la méthadone comme produit de substitution à la drogue (Reid et coll. 2011 ; Tomori et coll. 2014). Aujourd’hui, l’épidémie est considérée comme stabilisée, mais deux types de difficultés se manifestent. D’une part, le tarissement des sources de financement pose la question de la pérennité des interventions, notamment en matière de prise en charge des personnes séropositives, qu’elles soient adultes (chapitre 4) ou qu’il s’agisse d’enfants dont nous avons pu évaluer l’ampleur des besoins (chapitre 5). D’autre part, l’épidémie reste très présente dans certains groupes de population, au premier rang desquels les consommateurs de drogue, les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes et les travailleurs et travailleuses du sexe (Socialist Republic of Vietnam, 2014). Ainsi, la mise en place de programmes de réduction des dommages nécessite des approches spécifiques.

10Les problèmes sociodémographiques associés aux enjeux environnementaux constituent un autre domaine en plein essor en sciences sociales. Ils mettent en avant la confrontation de situations individuelles au sein de systèmes de contraintes collectives, comme nous l’avons vu avec l’exemple de l’étude menée à Hanoi et Hô Chi Minh-Ville (chapitre 8). Le développement de l’industrialisation et de l’urbanisation, avec leurs conséquences en termes d’épuisement des ressources et de pollution environnementale, mais aussi les effets de plus en plus sensibles du changement climatique, dans un pays où une grande partie des terres émergées se situe à des altitudes très faibles, vont constituer des défis d’une importance croissante dans les décennies à venir concernant le déplacement des populations et l’adéquation du milieu de vie à des conditions viables et stables.

11Pour rendre compte de la complexité des enjeux que traverse le Viêt Nam, de nombreux auteurs évoquent la pluralité des transitions et suggèrent le caractère systémique des transformations. En effet, comme nous l’avons vu, la notion de transition est fréquemment utilisée par les démographes, sociologues, économistes et autres chercheurs en sciences sociales. Elle a été reprise par plusieurs auteurs de cet ouvrage pour évoquer la transition politico-économique d’une économie planifiée à une économie de marché. Elle rend compte de la transition démographique caractérisée par les baisses successives de la mortalité et la fécondité. Plus spécifiquement, la notion de transition des rapports de masculinité est mobilisée pour l’étude de la sélection sexuelle à la naissance (chapitre 2). De même, le passage de la prégnance de hiérarchies familiales et conjugales dites verticales vers un fonctionnement plus individualisé voire individualiste dit horizontal est décrit comme un ensemble de transitions sexuelles (chapitre 6). Enfin, ce terme de transition est également utilisé dans le cadre d’études économiques pour faire référence à l’évolution d’une organisation économique majoritairement informelle vers la mise en place d’un système formel d’organisation du travail, ou encore le passage d’une situation où les activités agricoles sont prépondérantes vers le développement d’autres formes d’emplois, manifeste dans la répartition de la population selon les statuts professionnels (chapitre 9).

12Il est à cet égard significatif que dans ces exemples le concept de transition soit appliqué à des phénomènes clairement ancrés dans une discipline. En effet, si la transition démographique met en relation des grandeurs spécifiquement démographiques, la fécondité et la mortalité, les autres sciences considèrent dans leurs modèles les aspects démographiques comme exogènes, tenant peu compte des interactions que la population entretient avec les systèmes et environnements politiques, économiques, sociaux ou géographiques. Or, des approches pluridisciplinaires, alliant l'économique, le socioculturel et la dynamique démographique, voire les conditions biomédicales, ont montré comment le fait d’intégrer ces différents types de transitions conduit à mieux comprendre les changements en cours. De même, quelques modèles de transition pourraient être mis à l’épreuve dans le cadre des études sur le Viêt Nam. Par exemple, il pourrait être intéressant d’étudier dans quelle mesure la seconde révolution démographique pourrait constituer une référence pertinente pour appréhender les évolutions démographiques futures de ce pays. De telles réflexions permettront peut-être de proposer des modèles innovants comme cela est actuellement le cas de travaux sur la fin de l’Etat providence en Asie (Ochiai et coll. 2013), qui remettent profondément en cause les cadres de pensée utilisés en sciences sociales généralement issus d’écoles occidentales, fournissant des outils conceptuels heuristiques inédits pour la compréhension de la situation et du devenir des sociétés situées en Asie, voire dans d’autres continents.

Bibliographie

Axelson, Henrik, Ulf-G. Gerdtham, Björn Ekman, Dinh Thi Phuong Hoa, and Tobias Alfvén. “Inequalities in Reproductive, Maternal, Newborn and Child Health in Vietnam: A Retrospective Study of Survey Data for 1997–2006.” BMC Health Services Research 12, no. 1, 2012: 456.

Bélanger Danièle, and Jianye Liu. “Social Policy Reforms and Daughters’ Schooling in Vietnam.” International Journal of Educational Development 24, no. 1, January 2004: 23–38.

Bongaarts, John, and Christophe Z. Guilmoto. “How Many More Missing Women? Excess Female Mortality and Prenatal Sex Selection, 1970-2050.” Population and Development Review 41, no. 2 (June 2015): 241–69.

de Terssac, Gilbert, An Quoc Truong, and Michel Catlla. “Le Viêt Nam Demain? Tendances émergentes et Voies Possibles.” In Viêt Nam En Transitions, Sous la direction de Gilbert de Terssac, Truong An Quoc, Michel Catlla, collection De l’Orient à l’Occident. Lyon: ENS éditions, 2014: 283-290.

Goland, Emilia, Dinh Thi Hoa, and Mats Målqvist. “Inequity in Maternal Health Care Utilization in Vietnam.” International Journal for Equity in Health 11, no. 1, 2012: 24.

Granlund, David, Nguyen T. Chuc, Ho D. Phuc, and Lars Lindholm. “Inequality in Mortality in Vietnam during a Period of Rapid Transition.” Social Science & Medicine 70, no. 2, January 2010: 232–39.

Guilmoto, Christophe Z. “Son Preference, Sex Selection, and Kinship in Vietnam.” Population and Development Review 38, no. 1, 2012: 31–54.

Guilmoto, Christophe Z., and Myriam de Loenzien. “Shifts in Vulnerability Landscapes: Young Women and Internal Migration in Vietnam.” Genus 70, no. 1, 2014: 27-56.

Haughton, Jonathan. “Falling Fertility in Vietnam.” Population Studies 51, no. 2, 1997: 203–11.

Imai, Katsushi S., Raghav Gaiha, and Woojin Kang. “Poverty, Inequality and Ethnic Minorities in Vietnam.” International Review of Applied Economics 25, no. 3, May, 2011: 249–82.

Litchfield, Julie, and Patricia Justino. “Welfare in Vietnam during the 1990s: Poverty, Inequality and Poverty Dynamics.” Journal of the Asia Pacific Economy 9, no. 2, 2004: 145–69.

London, Jonathan D. “Reasserting the State in Viet Nam Health Care and the Logics of Market-Leninism.” Policy and Society 27, no. 2, 2008: 115–28.

London, J. D., “Contemporary Vietnam’s education system: Historical roots, current trends” in D. Jonathan London Ed., Education in Vietnam, Singapore: ISEAS, 2011, pp. 1–56.

London, Jonathan D. “Welfare Regimes in China and Vietnam.” Journal of Contemporary Asia 44, no. 1, 2014: 84–107.

Nguyen, Viet Cuong. “The Impact of Social Security on Household Welfare: Evidence from a Transition Country.” European Journal of Development Research 25, no. 5, April 18, 2013: 737–57.

Ochiai, Emiko, and Hosoya Leo Aoi. Transformations of the Intimate and the Public in Asia Modernity, Brill, Vol. 5, Boston, 2013, 314 p.

OECD, Social Cohesion Policy Review of Viet Nam, Development Centre Studies, OECD Publishing, Paris, 2014, 204 p.

Phan, Diep, and Ian Coxhead. “Inter-Provincial Migration and Inequality during Vietnam’s Transition.” Journal of Development Economics 91, no. 1, January 2010: 100–112.

Reid, G., and Peter Higgs. “Vietnam Moves Forward with Harm Reduction: An Assessment of Progress.” Global Public Health 6, no. 2, March 2011: 168–80.

Rolleston, Caine, and Sofya Krutikova. “Equalising Opportunity? School Quality and Home Disadvantage in Vietnam.” Oxford Review of Education 40, no. 1, January 2, 2014: 112–31.

Socialist Republic of Vietnam. “Vietnam AIDS Response Progress Report 2014. Following up the 2011 Political Declaration on HIV/AIDS.” National Committee for AIDS, Drug and Prostitution Prevention and Control, 2014.

Tomori, Cecilia, Vivian F. Go, Le Nhan Tuan, Nguyen Mai Huong, Nguyen Thanh Binh, Carla E. Zelaya, David D. Celentano, Do Tuan Dat, and Vu Minh Quan. “‘In Their Perception We Are Addicts’: Social Vulnerabilities and Sources of Support for Men Released from Drug Treatment Centers in Vietnam.” International Journal of Drug Policy 25, no. 5, September 2014: 897–904.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter