Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations démographiques et sociales du Viêt Nam contemporain

 | 
Maria E. Cosio Zavala
, 
Myriam de Loenzien
, 
Bich-Ngoc Luu

L’environnement urbain : Perception des habitants de Hanoi et Hô Chi Minh-Ville

Lê Thi Huong, Nguyên Thi Thiêng et Patrick Gubry

Texte intégral

1Les études environnementales sont nombreuses au Viêt Nam, mais il s’agit surtout d’études scientifiques et techniques sur la pollution, la qualité de l'eau, l'air ou le sol, le bruit et le trafic routier, etc. Ces études ne révèlent pas les préoccupations spécifiques de la population en matière d’environnement et il est difficile de mettre en œuvre des politiques pertinentes dans ce domaine, car il est impossible d'identifier les priorités.

  • 1  Ce chapitre reprend et met à jour certaines parties d'une étude inédite sur l'environnement urbain (...)

2Dans ce contexte, nous avons décidé d'aborder la question à partir des ménages et de leurs points de vue sur l'environnement dans lequel ils vivent et les solutions proposées pour résoudre les problèmes identifiés1. Pour ce faire, nous avons mené en 2007 une enquête socio-démographique représentative des ménages dans les deux grandes villes du Viêt Nam sur le thème « Migration, pauvreté et environnement urbain : Hanoi et Hô Chi Minh-Ville » de laquelle les présents résultats ont été tirés.

3Les villes de Hanoi et Hô Chi Minh-ville constituent les deux principales métropoles du Viêt Nam (voir figure 4 en annexe et Carte 1 en tête d’ouvrage)). Hanoi, capitale politique du pays, se situe au Nord dans le delta du Fleuve Rouge, zone de riziculture à forte densité de population. Au recensement de 2009, cette ville comprenait 6,5 millions d'habitants, dont 2,6 millions en zone urbaine (41,0 %). Hô Chi Minh-Ville, principale coeur économique du pays, se situe dans le Sud du pays dans le delta du Mekong. Elle comprend 7,2 millions d'habitants dont 6,0 millions en zone urbaine (83,3 %) (Ban Chỉ đạo Tổng điều Tra Dân Số và Nhà Ở Trung ương, 2010). Ces chiffres ne comportent ni les étrangers, ni la « population flottante » (population séjournant de fait en ville pour une longue durée tout en affirmant qu’elle n’est pas résidente et qui n’est donc pas comptée au recensement).

  • 2  L'enquête a porté sur 1 000 ménages (3 983 personnes) à Hanoi et 1 500 ménages (6 592 personnes) à (...)

4La méthodologie mise en œuvre dans l’étude est novatrice comparée aux enquêtes existantes, avec d'une part un plan d'échantillonnage à deux degrés (« îlots » et ménages) à partir d'une base de sondage constituée directement par les « îlots » (l'ensemble du territoire étant divisé en îlots), d'autre part, un inventaire des ménages à l'intérieur des îlots tirés au premier degré, indépendant des données disponibles au niveau de l'administration locale. Cette méthodologie a été mise au point par notre équipe lors d'une précédente enquête (Gubry, Lê Van Thanh, Nguyên Thi Thiêng, 2008), elle a été spécifiquement présentée lors d'un atelier de formation à Hanoi (Gubry, Nguyên Thi Thiêng, 2012) ; on ne la développera pas ici2. Les opinions de la population sur l'environnement ainsi que l'environnement de la maison et celui du quartier ont été étudiés.

5Nous nous concentrons ici sur l'environnement du quartier, l'environnement autour de la maison, sur lequel les personnes interrogées ont eu l'occasion de donner leur avis plus fréquemment. Les réponses étudiées ici sont celles données personnellement par les répondants à l'enquête (un répondant par ménage).

Un environnement considéré comme plus mauvais à Hanoi

6À la question « Diriez-vous que l’environnement dans votre quartier est excellent, bon, moyen, mauvais, très mauvais ? », la réponse est très différente dans les deux villes. à Hanoi, 17,1 % des répondants considèrent leur environnement comme excellent ou bon, mais 29,1 % le considèrent comme mauvais ou très mauvais ; à Hô Chi Minh Ville, les chiffres respectifs sont 24,1 % et 16 % (Tableau 1). À l’opposé de ce qu’on pouvait penser, les gens apparaissent donc plus satisfaits de leur environnement dans l’agglomération la plus grande, qui compte aussi le plus grand nombre de personnes considérant l’état de l’environnement comme moyen (mais on serait tenté de mettre aussi les indécis dans cette catégorie). Le rôle de l'éducation -d’un niveau significativement supérieur à Hanoi- a été suggéré comme étant le facteur principal de cette situation (Gubry, Le Thi Huong, Nguyên Thi Thiêng, 2009). On ne sera pas surpris de relever que les ménages riches sont plus satisfaits de leur environnement que les ménages pauvres. En revanche, il n’y a pas de différence selon le sexe du répondant.

Tableau 1- évaluation de l’environnement dans le quartier selon la ville (%)

État de l’environnement

Hanoi

Hô Chi Minh-Ville

Excellent

1,6

2,5

Bon

15,5

21,6

Moyen

53,8

59,9

Mauvais

26,1

14,2

Très mauvais

3,0

1,8

Total

100,0

100,0

Nombre de répondants

1000

1500

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

7Ceux qui ont considéré l’environnement de leur quartier comme « mauvais » ou « très mauvais » ont été interrogés sur les types de nuisances observées. L’odeur des décharges d’ordures, des ordures des marchés, des cadavres d’animaux vient largement en tête dans les deux villes (Tableau 2). Les émanations proviennent du stockage permanent ou temporaire des déchets trop près des habitations. Cette nuisance est immédiatement suivie par l’odeur des égouts. Les problèmes du ramassage des ordures et de l’évacuation des eaux usées sont donc certainement ceux à prendre en compte en tout premier lieu dans l’amélioration de l’environnement urbain. La pollution de l’air par la circulation routière figure en bonne place dans les deux villes.

8En revanche, certaines nuisances sont observées plus fréquemment dans l’une des villes. À Hanoi, on cite plus souvent la pollution de l’air par la fumée, car on y utilise plus volontiers le charbon pour la cuisine ; la pollution de l’air par des activités de production y est plus fréquente, sans doute parce que celles-ci sont plus insérées dans le tissu urbain ; ainsi, on s’y plaint plus de la forte densité de population et des problèmes de promiscuité. À Hô Chi Minh Ville, on cite beaucoup plus fréquemment les inondations ; outre le problème qu’elles posent pour les transports urbains, elles sont elles-mêmes une source importante de pollution et de problèmes sanitaires. L’acuité des inondations à Hô Chi Minh Ville provient du site géographique de la ville : les faibles dénivelés dans la majeure partie de la ville ne favorisent pas l’écoulement des eaux de pluie et lorsqu’une forte averse survient au moment de la marée haute, qui refoule les eaux de la rivière de Saigon vers l’amont, l’écoulement des eaux vers la mer est retardé.

Tableau 2- Nuisances observées dans le quartier selon la ville (Plusieurs réponses possibles, question ouverte)

Nuisances

Hanoi

Hô Chi Minh-Ville

Nom-bre

% des
répon-dants

Nom-bre

% des
répon-dants

Odeur d’ordures, déchets de marché, cadavres d’animaux

77

26,6

49

20,5

Odeur des égouts, du système d’évacuation

73

25,2

46

19,2

Pollution par gaz d’échappement, poussière de la circulation

68

23,4

35

14,6

Fumée, poussière, poussière de charbon

56

19,3

14

5,9

Pollution de l’air par une usine, un atelier de production

56

19,3

28

11,7

Forte densité de population, atmosphère suffocante, voisinage

40

18,8

10

4,2

Odeur d’étang à eau stagnante, de rivière polluée

29

10,0

20

8,4

Pollution de l’eau, présence d’eaux usées

24

8,3

13

5,4

Bruit de la circulation routière

24

8,3

13

5,4

Inondations

16

5,5

42

17,6

Odeur des déjections d’animaux d’élevage

16

5,5

7

2,9

Odeur des insecticides, des produits phytosanitaires

12

4,1

2

0,8

Bruit des usines, des ateliers de production

8

2,7

8

3,3

Occupation des trottoirs

6

2,1

6

2,5

Divagation des animaux domestiques

5

1,7

10

4,2

Mauvaises conditions sanitaires

5

1,7

18

7,5

Insécurité

2

0,7

3

1,3

Autre

0

0,0

10

4,2

Nombre de répondants

290

-

239

-

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

9Plusieurs citations sont significatives et intéressantes de par leur caractère synthétique :

« Les poubelles ne sont pas sûres, n’ont pas de couvercle, alors que les déchets des activités quotidiennes sont proches des habitations. L’odeur est insupportable » (homme de 41 ans, arrondissement de Dông Da, Hanoi).

« La pollution de l’environnement est de plus en plus grave parce que les déchets des activités quotidiennes sont de plus en plus nombreux. Le manque de système d’évacuation entraîne la pollution de l’eau » (homme de 26 ans, arrondissement de Tu Liêm, Hanoi).

« La maison étant située dans la rue principale, il y a beaucoup de véhicules, de la poussière, de la fumée et des bruits qui provoquent fatigue et maux de tête » (femme de 49 ans, arrondissement de Binh Thanh, HCMV).

10On retiendra aussi le commentaire de cet habitant de Hanoi qui exprime humblement le manque de connaissances sur la question :

« Il existe des effets négatifs, mais on ne sait pas encore quelles sont leurs façons de se manifester. Le mauvais environnement influe sur la population, surtout sur les enfants » (homme de 32 ans, arrondissement de Tây Hô, Hanoi).

11En conséquence, nous conclurons en reconnaissant la nécessité d’approfondir les recherches dans ce domaine.

12À la question de savoir si l’environnement est en train de s’améliorer ou de se détériorer, le nombre de ceux qui considèrent qu’il n’y a pas de changement ou qui sont indécis est beaucoup plus élevé à Hô Chi Minh Ville (Tableau 3) ; ils font peut-être ainsi preuve d’un manque d’information, à l’inverse des habitants de la capitale.

Tableau 3- évaluation de l’évolution de l’environnement selon la ville (%)

Évolution de l’environnement

Hanoi

Hô Chi Minh-Ville

Amélioration

34,4

23,8

Détérioration

38,3

14,8

Pas de changement

27,3

61,3

Total

100,0

100,0

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

13Il n’en demeure pas moins que des efforts de sensibilisation à l’environnement sont en cours. C’est d’ailleurs l’amélioration de la prise de conscience des habitants et du niveau d’instruction qui vient largement en tête des raisons invoquées de l’amélioration de l’environnement dans le quartier, dans les deux villes (Tableau 4). Il est vrai que le rôle d’une meilleure prise de conscience des habitants doit être nuancé par la proportion importante de gens qui pensent que cette conscience s’est au contraire détériorée. L’amélioration des routes et de leur entretien vient en seconde position. Celle du paysage est en bonne place dans les deux villes. En revanche, l’amélioration du système d’égouts n’a été citée qu’à Hanoi. L’augmentation de la pollution de l’air vient en tête des raisons citées de la détérioration de l’environnement du quartier, suivie par l’augmentation de la population. évidemment cette dernière raison est en quelque sorte une raison générique agissant sur les autres.

Tableau 4- Domaines d’amélioration ou de détérioration de l’environnement du quartier invoqués selon la ville : effectif et pourcentage de répondants (Plusieurs réponses possibles)

Nuisances

Hanoi

Hô Chi Minh-Ville

Nom-bre

%

Nom-bre

%

Domaine d’amélioration

Conscience des habitants ou niveau d’instruction

179

51,9

131

36,8

Les routes et leur entretien

77

22,3

109

30,6

Extension, élargissement, réparation, nettoyage, couverture des égouts

76

22,0

0

0,0

Paysage, espace, environnement, augmentation des espaces verts

71

20,6

58

16,3

Collecte et traitement des ordures

39

11,3

32

9,0

Habitat

30

8,7

16

4,5

Approvisionnement en eau (quantité, qualité, réseau)

23

6,7

6

1,7

éloignement des usines des habitations

17

4,9

6

1,7

Nombre de répondants

343

-

356

-

Domaines de détérioration

Pollution de l’air, poussière

137

35,9

70

31,5

Augmentation de la population

101

26,4

64

28,8

Accumulation des déchets

78

20,4

20

9,0

Détérioration de la conscience des habitants

77

20,2

38

17,1

Insuffisance du système d’évacuation

67

17,5

25

11,3

Dégradation des routes

31

8,1

27

12,2

Augmentation du bruit

18

4,7

11

5,0

Rôle inadéquat des pouvoirs publics

13

3,4

14

6,3

Pollution de l’eau

11

2,9

14

6,3

Diminution des espaces verts

10

2,6

9

4,1

Encombrement des trottoirs

8

2,1

0

0,0

Dégradation de l’habitat

7

1,8

0

0,0

Développement des épidémies

4

1,0

0

0,0

Nombre de répondants

382

-

222

-

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

14Relevons quelques phrases significatives :

« La population et les moyens de transport plus nombreux créent la poussière et le bruit » (homme de 39 ans, arrondissement de Thanh Xuân, Hanoi).

« D’assez nombreuses jeunes filles de ce quartier restent après leur mariage, entraînant une densité de population plus élevée. Il n’y a pas de cuisine personnelle, les habitants font la cuisine sur la voie de circulation. Ce n’est pas hygiénique » (homme de 45 ans, arrondissement de Hoan Kiêm, Hanoi).

« La densité est de plus en plus forte. Le manque de conscience des habitants crée la pollution de l’environnement. Le nombre des drogués, de plus en plus important, influence la sécurité des quartiers » (femme de 49 ans, arrondissement de Hoang Mai, Hanoi).

« Les ménages avec des chiens laissent leurs animaux déféquer et uriner dans la rue sans nettoyer » (femme de 51 ans, arrondissement de Binh Thanh, HCMV).

« La quantité d’ordures jetée directement dans la canalisation s’accroît » (homme de 45 ans, arrondissement de Binh Thanh, HCMV).

  • 3  La stigmatisation des migrants, phénomène assez universellement répandu, est renforcée au Viêt Nam (...)

15Comme souvent, en cas de problème, et un peu hâtivement, on incrimine volontiers les immigrants, les allogènes3 :

« La population est de plus en plus nombreuse, et des gens de plusieurs origines se mêlent et sont bruyants. Le manque de conscience des immigrants influence l’hygiène générale » (homme de 44 ans, arrondissement de Hai Ba Trung, Hanoi).

« La population est plus nombreuse, surtout les immigrants temporaires qui font la cuisine au charbon, entraînant une odeur insupportable » (homme de 70 ans, arrondissement de Hoang Mai, Hanoi.

« De nombreuses personnes venant d’ailleurs arrivent ici ; comme les gens ne vivent ici que temporairement, ils ne sont pas informés sur l’environnement » (femme de 38 ans, 6e arrondissement, HCMV).

Enfin, les deux phrases suivantes résument admirablement la situation de l’environnement urbain :

« Avant, il y avait moins de monde, donc il n’y avait pas beaucoup d’ordures. Maintenant, il y a plus de gens et beaucoup d’ordures » (femme de 47 ans, arrondissement de Tân Binh, HCMV).

« Il y a beaucoup de véhicules, beaucoup de monde, beaucoup de bruit » (femme de 58 ans, 5e arrondissement, HCMV).

Localisation du logement : l’importance des axes routiers à grande circulation

16La localisation du logement joue un rôle important sur l’environnement et le cadre de vie. Au cours de l’enquête, les enquêteurs ont relevé les caractéristiques visibles du logement, indépendamment de toute déclaration des interviewés (Tableau 5).

17Cette information est difficile à exploiter, car bon nombre de ces caractéristiques sont ambivalentes : par exemple, la présence d’un étang ou d’une rivière peut être une source d’agrément quand ils ne sont pas pollués ; elle devient source de nuisance dans le cas contraire. On retiendra cependant la forte fréquence de la proximité d’un axe routier à grande circulation dans les deux villes. On relèvera également l’insertion des activités économiques dans le tissu urbain : dans 31,4 % des cas à Hanoi et 20,7 % à Hô Chi Minh Ville, le logement est proche d’un atelier, d’une usine ou d’un chantier (évidemment temporaire dans ce dernier cas).

Tableau 5- Caractéristiques visibles de l’environnement du logement selon la ville : effectif et pourcentage de répondants (Plusieurs réponses possibles)

Caractéristiques visibles

Hanoi

Hô Chi Minh-Ville

Nombre

%

Nombre

%

Axe routier à grande circulation

252

25,2

341

22,7

Etang

169

16,9

58

3,8

Rivière

162

16,2

174

11,6

Petits ateliers de fabrication ou de réparation

134

13,4

190

12,7

Bois

133

13,3

100

6,6

Grande usine

113

11,3

69

4,6

Rizières, de champs ou de friches

88

8,8

85

5,7

Chantier de construction

70

7,0

51

3,4

Cimetière

65

6,5

18

1,2

Parc aménagé

59

5,9

34

2,3

Voie ferroviaire

58

5,8

18

1,2

Dépôt d’ordures

54

5,4

44

2,9

Aéroport, passage d’avions

2

0,2

20

1,3

Rien à signaler

299

29,9

699

44,6

Nombre de répondants

1 000

-

1 500

-

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

18La localisation du logement décrit la géographie des villes vietnamiennes avec une majorité de logements situés sur une petite ruelle (Tableau 6) ; on entend par là la localisation de la porte d’entrée. Ainsi, l’habitat est souvent à l’abri du bruit de la circulation, mais la promiscuité de la population s’en trouve accrue.

Tableau 6- Localisation du logement selon la ville (%)

Localisation du logement

Hanoi

Hô Chi Minh-Ville

Sur une rue

11,2

19,5

Sur une grande ruelle (largeur supérieure à 4 m)

21,9

24,3

Sur une petite ruelle (largeur inférieure à 4 m)

62,1

52,7

Sur une ruelle et sur la berge d’une rivière ou d’un étang aménagé

0,5

1,8

Sur une ruelle et sur la berge d’une rivière ou d’un étang non aménagé

-

0,2

Autre

4,2

1,4

Total

100,0

100,0

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

19La ville de Hanoi est sensiblement mieux équipée en matière de revêtement des rues et les voies en dur y sont plus nombreuses (Tableau 7). Il est logique de trouver le plus de rues en gravier ou en terre dans les arrondissements périphériques et ruraux des deux villes.

Tableau 7- Revêtement de la rue où se situe le logement, selon la zone d’habitation et la ville (%)

Revêtement
de la rue

Hanoi

Arrondissements

Hô Chi Minh-Ville

Arrondissements

Centraux

Périphéri-ques

Ruraux

Ensem-ble

Centraux

Périphéri-ques

Ruraux

Ensem-ble

Bitume

18,9

26,7

12,9

19,8

44,0

29,4

22,1

37,4

Béton ou ciment

80,0

68,3

71,1

73,9

52,6

23,5

23,2

41,2

Gravier

0,5

2,2

12,2

4,1

1,5

12,0

36,8

8,8

Terre

0,7

2,9

3,8

2,2

1,9

35,0

17,9

12,6

Total

100

100

100

100

100

100

100

100

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

20Dans 33,7 % des cas à Hanoi et 22,4 % des cas à Hô Chi Minh Ville, la rue donnant sur le logement est encombrée, ce qui peut être considéré comme une dégradation de l’environnement, puisque l’encombrement entrave la circulation et peut être une source de pollution selon les activités économiques qui y sont exercées (Tableau 8). Les sources d’encombrement sont surtout les petits commerces informels et le stationnement, et plus à Hanoi, où les voies sont étroites, qu’à Hô Chi Minh Ville. Ce phénomène a déjà été relevé par Drummond (2000), Jensen & Peppard (2003), mais il est vrai qu’il arrive loin derrière d’autres sources de dégradation.

Tableau 8- Encombrement de la rue donnant sur le logement selon la ville : effectif et pourcentage de répondants (Plusieurs réponses possibles)

Type d’encombrement

Hanoi

Hô Chi Minh-Ville

Nombre

%

Nombre

%

Petits commerçants dans la rue ou sur le trottoir

225

22,5

215

14,3

Stationnement sur le trottoir

154

15,4

178

11,9

Stationnement dans la rue

141

14,1

138

9,2

Déchets dans la rue ou sur le trottoir

116

11,6

83

5,5

Petits ateliers dans la rue ou sur le trottoir

51

5,1

48

3,2

Pas d’encombrement

663

66,3

1 164

77,6

Nombre de répondants

1 000

-

1 500

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

Des inondations périodiques plus fréquentes à Hô Chi Minh Ville

21On a déjà vu que les inondations ont été beaucoup plus souvent citées comme nuisances à Hô Chi Minh Ville et nous en avons évoqué les raisons ; on retrouve ici cette plus forte fréquence, mais il n’en demeure pas moins que les inondations touchent les deux villes (tableau 9). Les inondations sont particulièrement aiguës dans le centre-ville du fait de l’imperméabilisation des terrains par la voirie et les constructions.

Tableau 9- Répartition des maisons selon le type d’inondation, la zone d’habitation et la ville (%)

Source de l’inondation
de la maison

Hanoi

Arrondissements

Hô Chi Minh Ville

Arrondissements

Cen-traux

Périphé-riques

Ruraux

Ensem-ble

Cen-traux

Périphé-riques

Ruraux

Ensem-ble

Rivière et/ou pluie

3,8

1,0

2,7

2,6

7,1

7,7

4,8

7,0

Rivière seulement

2,9

0,0

5,7

2,7

0,8

6,7

3,7

2,7

Pluie seulement

17,7

20,6

15,6

18,1

19,6

22,6

14,3

19,7

Jamais

75,7

78,4

76,0

76,6

72,6

63,1

77,2

70,7

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

La pollution de l’air jugée plus forte à Hanoi

22De manière assez inattendue, la qualité de l’air est jugée sensiblement plus mauvaise à Hanoi (Tableau 10). Logiquement, la qualité de l’air apparaît meilleure en périphérie qu’au centre-ville où se concentrent la circulation et les activités.

Tableau 10- évaluation de la qualité de l’air selon la zone d’habitation et la ville (%)

Qualité de l’air

Hanoi

Arrondissements

Hô Chi Minh-Ville

Arrondissements

Cen-traux

Périphé-riques

Ruraux

Ensem-ble

Cen-traux

Périphé-riques

Ruraux

Ensem-ble

Excellente

1,4

0,3

3,4

1,6

3,1

1,5

3,7

2,7

Bonne

9,3

14,9

26,6

15,6

16,4

23,3

26,6

19,5

Moyenne

41,9

41,0

43,0

41,9

60,9

48,6

56,9

57,2

Mauvaise

29,0

33,7

23,2

29,0

16,3

22,5

9,6

17,1

Très mauvaise

18,3

10,2

3,8

11,9

3,4

4,1

3,2

3,5

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

23La circulation routière, la stagnation des eaux, les émanations des ordures et les fumées d’usine sont considérées comme les principales responsables de la pollution de l’air dans les deux villes avec une acuité différente : la circulation routière arrive en tête à Hanoi et les émanations des ordures à Hô Chi Minh Ville (Tableau 11).

Tableau 11- Raisons de la pollution de l’air selon la ville : effectif et pourcentage de répondants (Plusieurs réponses possibles)

Raisons de la pollution de l’air

Hanoi

Hô Chi Minh-Ville

Nombre

%

Nombre

%

Circulation routière

167

41,1

77

24,9

Stagnation des eaux, égout bouché

139

34,1

82

26,5

Ordures

94

23,1

91

29,4

Fumée d’usine

88

21,6

84

27,2

Chantier de construction

34

8,3

11

3,5

Exiguïté du logement

14

3,4

9

2,9

Manque d’espace vert

11

2,7

4

1,3

Pesticides, désherbants

9

2,2

6

1,9

Nombre de répondants

407

-

309

-

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

24L’eau elle-même contribue à la pollution de l’air et au dégagement d’odeurs nauséabondes ; plusieurs commentaires insistent sur cet aspect :

« Il y a de la poussière en provenance des usines et des moyens de transport. L’odeur de l’eau du fleuve est insupportable, à cause de l’eau pas encore traitée évacuée directement dans le fleuve » (femme de 31 ans, arrondissement de Hai Ba Trung, Hanoi).

« Le milieu d’habitation est moite. À la saison des pluies, l’eau de la rivière déborde dans les maisons en apportant une odeur très désagréable » (homme de 28 ans, arrondissement de Binh Thanh, HCMV).

25Une proportion de 21,4 % des répondants à Hanoi, contre seulement 7,7 % à Hô Chi Minh Ville, considère que la santé d’un membre du ménage a déjà été affectée par la pollution de l’air. En toute logique, les maladies oto-rhino-laryngologiques arrivent largement en tête (Tableau 12) (cf. à ce sujet Mishra 2004, Nguyen Duc Hiep 2000, Pham Le Tuan 2006).

Tableau 12- Affections déjà contractées par un membre du ménage à cause de la pollution de l’air selon la ville effectif et pourcentage de répondants (Plusieurs réponses possibles)

Nuisances

Hanoi

Hô Chi Minh-Ville

Nombre

%

Nombre

%

Maladie respiratoire, du nez, de la gorge

190

89,2

106

92,2

Maladie oculaire

8

3,7

2

1,7

Insomnies

8

3,7

0

0,0

Rhumatismes

6

2,8

0

0,0

Maladie auditive

5

2,3

1

0,8

« Maladies à répétition »

5

2,3

0

0,0

Maladie du système digestif

4

1,9

1

0,8

Grippe

4

1,9

0

0,0

Autre

5

2,3

4

3,5

Nombre de répondants

213

-

115

-

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

26Ces maladies sont exprimées de diverses manières :

« La poussière très importante dans la rue génère des maladies respiratoires. Cela provoque une toux sèche, surtout chez les enfants et les personnes âgées affaiblies » (homme de 37 ans, arrondissement de Dông Da, Hanoi).

« J’ai de la toux, de la bronchite, de la sinusite à cause de la poussière provenant de l’usine de ciment à Tân Thuân Dông » (homme de 38 ans, 7e arrondissement, HCMV).

27L’influence sur la santé des erreurs de manipulation techniques ou des accidents n’est pas oubliée :

« Le remplacement des générateurs d’électricité à huile de mazout, à cause de coupures d’électricité, peut entraîner fumées et pollution, affectant la santé des habitants » (homme de 37 ans, arrondissement de Hai Ba Trung, Hanoi).

Une pollution sonore moins bien supportée à Hanoi

28La pollution sonore incommode plus de gens à Hanoi qu’à Hô Chi Minh Ville (Tableau 13). Il est vrai que les activités économiques y sont plus souvent étroitement imbriquées dans les habitations.

Tableau 13- estimation du bruit dans le quartier selon la zone d’habitation et la ville (%)

Trop de bruit
dans le quartier

Hanoi

Arrondissements

Hô Chi Minh-Ville

Arrondissements

Centraux

Périphéri-ques

Ruraux

Ensem-ble

Centraux

Périphéri-ques

Ruraux

Ensem-ble

Oui

53,7

53,0

39,9

49,8

33,4

33,8

11,6

30,7

Non

46,3

47,0

60,1

50,2

66,6

66,2

88,4

69,3

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

29Ce n’est guère que dans les arrondissements ruraux des deux villes que les gens souffrent moins du bruit. Les personnes qui ont déclaré qu’il y avait trop de bruit dans le quartier ont été sollicitées pour évaluer la gêne causée par ce bruit sur une échelle allant de 0 (pas de gêne) à 10 (gêne très élevée). Les résultats se répartissent en pourcentages selon les différents niveaux ainsi que le montre la figure 1. Le niveau 0 n’a jamais été donné. La moyenne est de 5,39 à Hanoi contre 5,18 à Hô Chi Minh-Ville.

Figure 1- évaluation du niveau du bruit sur une échelle de 0 à 10
selon la ville (en % des répondants)

Figure 1- évaluation du niveau du bruit sur une échelle de 0 à 10selon la ville (en % des répondants)

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

30L’origine du bruit est le plus souvent, et de loin, attribuée à la circulation routière dans les deux villes (Tableau 14). À noter que personne ne mentionne l’usage intempestif du klaxon. Les bruits de voisinage suivent ; on rappellera à ce sujet le niveau très élevé des densités de population et donc de la promiscuité dans certains quartiers : par exemple, pour les densités les plus élevées, 92 100 hab./km² dans le district rural (phuong) Hang Gai, arrondissement Hoan Kiêm à Hanoi ; 112 810 hab./km² dans le phuong 7, 10e arrondissement à Hô Chi Minh Ville au recensement de 1999 (Gubry et coll., 2002). Le bruit causé par les ateliers artisanaux et les commerces se détachent également de l’ensemble, les activités économiques restant très imbriquées dans le tissu résidentiel.

Tableau 14- Origine du bruit selon la ville : effectif et pourcentage de répondants (Plusieurs réponses possibles)

Origine du bruit

Hanoi

Hô Chi Minh-Ville

Nombre

%

Nombre

%

Circulation routière

390

78,3

303

66,0

Voisinage

141

28,3

158

34,4

Atelier artisanal

58

11,6

55

11,9

Commerce, marché

43

8,6

52

11,3

école

27

5,4

4

0,9

Usine

26

5,2

23

5,0

Karaoké, bar

19

3,8

31

6,7

Aéroport

0

0,0

6

1,3

Autre

55

11,0

17

3,7

Nombre de répondants

498

-

459

-

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

Opinions des répondants sur la résolution des problèmes de pollution : le rôle prépondérant de l’évacuation des eaux

31La modernisation du système d’évacuation des eaux vient largement en tête dans les deux villes parmi les mesures préconisées pour résoudre les problèmes de pollution (tableau 15). Elle est suivie par la modernisation de la collecte des ordures et les campagnes de sensibilisation à Hanoi ; par l’amélioration de la voirie, les campagnes de sensibilisation et la collecte des ordures à Hô Chi Minh Ville.

32Les propositions et commentaires sur ce qu’il convient de faire pour résoudre les problèmes de pollution sont très riches et nombreux ; nous n’en citerons ici qu’une sélection :

« Il faut avoir des règles en matière sanitaire sur l’environnement pour les ménages de petits commerçants, surtout les petits marchands d’aliments qui utilisent le charbon, créant une pollution de l’environnement » (homme de 36 ans, arrondissement de Long Biên, Hanoi).

« Les déchets des usines doivent être traités avant d’être évacués à la rivière. Il faut traiter les produits chimiques des usines de production industrielle pour ne pas affecter les habitations » (homme de 48 ans, arrondissement de Gia Lâm, Hanoi).

« Il faut trier les ordures avant de les jeter. Les véhicules de ramassage des ordures doivent venir près des habitations pour éviter aux habitants de se déplacer loin. Il faut recommander aux responsables de demander aux brasseries de traiter leurs ordures pour que ne pas influencer l’environnement » (femme de 54 ans, arrondissement de Ba Dinh, Hanoi).

« Il faut recommander aux autorités de réformer le système d'évacuation d’eau comme promis aux habitants. Il faut réformer le système de ramassage des ordures, régler les horaires de collecte afin qu’ils conviennent aux habitants » (homme de 50 ans, arrondissement de Ba Dinh, Hanoi).

« Il faut déménager les entreprises loin des habitations de la population. Limiter les moyens de transport qui sont trop vieux et rejettent beaucoup de fumée polluant l`air » (femme de 36 ans, arrondissement de Thanh Xuân, Hanoi).

Tableau 15- Mesures préconisées par les répondants ayant relevé un problèmede pollution pour le résoudre selon la ville (Plusieurs réponses possibles)

Mesures préconisées

Hanoi

Hô Chi Minh Ville

Nom-bre de
cita-tions

%

Nom-bre de
cita-tions

%

Moderniser le système d’évacuation des eaux, curetage, remblaiement

364

25,8

188

27,3

Moderniser la collecte des ordures, augmenter le nombre de décharges officielles, instituer le tri sélectif

221

15,6

55

8,0

Réaliser des campagnes de sensibilisation

208

14,7

61

8,9

Réduire le nombre de véhicules, contrôler les véhicules utilitaires

77

5,4

48

7,0

Améliorer la voirie

76

5,4

89

12,9

Délocaliser les usines en périphérie

75

5,3

57

8,3

Penser l’aménagement de la ville de façon globale

65

4,6

6

0,9

Améliorer le réseau d’adduction d’eau potable, nettoyage des conduites, contrôle de la qualité de l’eau

59

4,2

41

6,0

Nettoyer systématiquement les rues

51

3,6

21

3,1

Appliquer des sanctions pour non-respect de la loi

41

2,9

42

6,1

Réduire les émanations, traiter les fumées

40

2,8

6

0,9

Développer les espaces verts, planter des arbres

29

2,1

9

1,3

Délocaliser les décharges d’ordures

22

1,6

20

2,9

Réduire le bruit, aménager et appliquer la législation en la matière

18

1,3

5

0,7

Améliorer le niveau de vie de la population

16

1,1

12

1,7

Développer les transports publics

14

1,0

1

0,1

Délocaliser les élevages

14

1,0

2

0,3

Éloigner les voies de circulation des habitations

12

0,8

5

0,7

Développer l’éclairage public

6

0,4

5

0,7

Améliorer l’habitat

5

0,4

15

2,2

Total

1 413

100,0

688

100,0

N.B. Plusieurs réponses possibles

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

« Il faut pulvériser des produits pour tuer les moustiques, les insectes et les rats en permanence. Dans cette zone d`habitation il y a souvent des inondations, c`est pourquoi il y a trop de moustiques et de rats qui affectent la santé de la population » (homme de 53 ans, arrondissement de Hoan Kiêm, Hanoi).

« Il faut avoir un système de règles juridiques sur le problème de l`environnement : il faut avoir une législation pour dire à la population ce qu’elle doit faire pour protéger l`environnement ; tous ceux qui ne respectent pas cette législation devraient payer une amende » (homme de 26 ans, arrondissement de Hoang Mai, Hanoi).

« Il faut avoir une politique de protection de l`environnement adaptée à chaque zone. Réaliser le tri des ordures. élever la sensibilisation des gens à la protection de l`environnement. La campagne sur l’hygiène de l`environnement devrait améliorer le système de collecte des ordures. Par exemple, il ne faut pas laisser les ordures en plein air, il faut avoir une poubelle spéciale pour les ordures, il ne faut pas laisser les gens jeter les ordures directement dans la rue » (homme de 57 ans, arrondissement de Hai Ba Trung, Hanoi).

« Il faut déménager les entreprises loin des zones d`habitations. Interdire aux restaurants karaoké d’exercer au delà de minuit. Répartir la circulation pour éviter les embouteillages. Interdire d`occuper les trottoirs pour des intérêts personnels » (homme de 47 ans, arrondissement de Thanh Tri, Hanoi).

« Le Gouvernement devrait investir dans les infrastructures, surtout il faut aménager la ville, construire des maisons avec beaucoup d`étages pour avoir plus d`espace vert et éviter la construction sans plan comme maintenant » (homme de 24 ans, arrondissement de Dông Da, Hanoi).

« Il faut imposer une somme à payer par les usines si elles génèrent de la pollution » (homme de 39 ans, 9e arrondissement, HCMV).

« Il faut exiger des zones industrielles qu’elles limitent les déchets qu’elles rejettent dans l’environnement et qu’elles installent leur propre système de traitement » (homme de 42 ans, 9e arrondissement, HCMV).

« Les autorités en charge ont imposé divers moyens pour résoudre le problème comme de réduire et de déplacer les zones polluées, mais sans résultat. Ainsi, je pense que les autorités devraient procéder à des réorganisations internes et ajuster les procédures de travail » (homme de 30 ans, 9e arrondissement, HCMV).

« à la période des inondations, l’eau de la rivière s’étend dans la zone résidentielle des ménages, le niveau de la crue va jusqu’à 0,5 mètre et créé des difficultés aux gens pour se déplacer, ruine la production agricole et affecte sévèrement les conditions économiques des ménages. Les gens sont intervenus plusieurs fois auprès des autorités, mais il n’y a pas de solution » (femme de 48 ans, 12e arrondissement, HCMV).

« Pour l’approvisionnement en eau, il faut demander aux autorités de fournir une eau propre pour l’usage quotidien des citoyens. Pour la question des ordures, il est nécessaire d’avoir des points de collecte des déchets éloignés des zones d’habitation et les citoyens doivent être mieux informés de leur responsabilité » (homme de 54 ans, 12e arrondissement, HCMV).

« Il faudrait démolir et avoir un plan pour les habitations le long de la rivière, car la rivière est surchargée et lourdement polluée. Le Gouvernement doit avoir une politique pour aider la population avec des mesures compensatoires adéquates. Il faut construire de nouvelles maisons, car les maisons occupent le lit de la rivière » (femme de 75 ans, 8e arrondissement, HCMV).

33Enfin, certains mettent l’accent sur la nécessité de ne pas tout attendre des pouvoirs publics, mais d’agir immédiatement à titre personnel :

« Il faut soi-même assurer sa protection. Il faut que chacun agisse lui-même, il ne faut pas attendre des mesures du Gouvernement parce que cette attente est trop longue. Nous avons demandé au gouvernement de résoudre nos problèmes depuis longtemps, mais les pouvoirs publics n`ont pas réagi » (femme de 57 ans, arrondissement de Dông Da, Hanoi).

« Les gens doivent avoir davantage conscience de la protection de l`environnement. Ils doivent amender leur propre lieu d`habitation. Il ne faut pas attendre le Gouvernement et se plaindre » (femme de 62 ans, arrondissement de Dông Da, Hanoi).

Problèmes de sécurité : une préoccupation plus forte à Hanoi

  • 4  Il s’agit ici d’une question spécifique, différente de la question ouverte avec réponses spontanée (...)

34Une proportion de 33,8 % des répondants à Hanoi et 15,9 % à Hô Chi Minh Ville trouvent qu’il n’y a pas de bonne sécurité dans leur quartier4. Le danger a été évalué par ceux qui considéraient que la sécurité n’était pas bonne, en pourcentages, sur une échelle allant de 0 (pas de danger) à 10 (danger très élevé) ainsi qu’il apparaît dans la figure 2. La plus forte préoccupation des habitants de Hanoi en matière de sécurité peut y être constatée. Personne n’a attribué le niveau 0. La moyenne s’établit à 4,28 à Hanoi contre 3,98 à Hô Chi Minh Ville.

Figure 2- évaluation du niveau de danger sur une échelle de 0 à 10 selon la ville (en % des répondants)

Figure 2- évaluation du niveau de danger sur une échelle de 0 à 10 selon la ville (en % des répondants)

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

35La sécurité apparaît globalement moins bonne dans les arrondissements éloignés du centre-ville (Figures 3 et 4). Cette situation peut être attribuée aux problèmes sociaux qui s’y posent, à la plus faible promiscuité qui fait qu’on peut plus facilement y passer inaperçu, mais aussi sans doute à la densité plus faible des services de police. Des différences apparaissent entre Hanoi et Hô Chi Minh Ville au niveau des arrondissements centraux : la sécurité y semble mieux assurée dans cette dernière ville, ce qui reste à être expliqué.

Figure 3- Répartition de la proportion des répondants exprimant un problèmed’insécurité selon l’arrondissement et la ville

Figure 3- Répartition de la proportion des répondants exprimant un problèmed’insécurité selon l’arrondissement et la ville

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

36Les vols, y compris les vols à la tire, et les cambriolages sont les premiers incriminés dans l’insécurité (Tableau 16). Il est intéressant de relever qu’ils sont directement suivis par la drogue, à un niveau étonnamment élevé à Hanoi, tant il est vrai que la dépendance à la drogue conduit directement au vol pour s’en procurer. On y reviendra au niveau des mesures pour améliorer la sécurité.

Tableau 16- Nature de l’insécurité dans le quartier selon la ville : effectif et pourcentage de répondants (Plusieurs réponses possibles)

Nature de l’insécurité

Hanoi

Hô Chi Minh Ville

Nombre de
citations

%

Nombre de
citations

%

Vols, cambriolages

295

87,5

214

89,9

Drogue

114

33,8

12

5,0

Racket, violence

37

11,0

6

2,5

Meurtres

10

3,0

4

1,7

Composition de la population

9

2,7

9

3,8

Alcoolisme

4

1,2

2

0,8

Jeux d’argent

3

0,9

1

0,4

Nombre de répondants

337

-

238

-

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

37Les mesures policières sont les plus fréquemment préconisées pour améliorer la sécurité dans le quartier (Tableau 17). On peut y associer l’amélioration de la formation et la sensibilisation des personnels de sécurité, voire le renforcement du contrôle résidentiel. On trouve en second lieu l’éducation et l’information de la population en matière de sécurité, mais sans que des mesures très concrètes soient proposées. On retiendra l’importance de la lutte contre la toxicomanie proposée à Hanoi.

Tableau 17- Mesures préconisées par les répondants pour améliorer la sécurité dans le quartier selon la ville : effectif et pourcentage de répondants (Plusieurs réponses possibles)

Mesures préconisées

Hanoi

Hô Chi Minh- Ville

Nom-bre de
cita-tions

%

Nom-bre decita-tions

%

Développer la police, les milices populaires, les contrôles, la surveillance de proximité

149

44,2

141

59,2

Éduquer et informer la population

93

27,6

23

9,7

Améliorer la formation des policiers, accroître le sentiment de devoir des gens travaillant dans la sécurité et des responsables d’îlots

83

24,6

7

2,9

Gérer la toxicomanie, mener les toxicomanes dans un centre de cure

39

11,6

2

0,8

Renforcer le contrôle résidentiel

25

7,4

6

2,5

Punir sévèrement les coupables d’infraction

19

5,6

14

5,9

Améliorer le niveau de vie de la population

14

4,2

3

1,3

Fermer les établissements « louches », les « points de ralliement »

9

2,7

0

0,0

Développer l’éclairage public

7

2,1

1

0,4

Nombre de répondants

337

-

238

-

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

38Quelques commentaires permettent de préciser les mesures proposées en matière de sécurité ; on y retrouve le souhait d’un contrôle résidentiel renforcé, une certaine méfiance envers les allochtones, mais aussi le souhait d’une solidarité accrue entre les habitants :

« Renforcer la sécurité dans les quartiers d`habitation. Gérer étroitement les personnes logées à titre provisoire pour éviter les mauvaises gens » (homme de 51 ans, arrondissement de Dông Da, Hanoi).

« Gérer étroitement les ménages pour éviter que des gens d’autres endroits viennent ici avec des buts malhonnêtes » (femme de 52 ans, arrondissement de Binh Thanh, HCMV).

« Expliquer aux gens ce qu’est la civilisation urbaine, réduire les querelles entre voisins » (femme de 76 ans, arrondissement de Binh Thanh, HCMV).

« La police du secteur devrait porter l’attention sur les groupes d’individus malfaisants pour éviter l’inquiétude des autochtones » (femme de 60 ans, 12e arrondissement, HCMV).

« Les gens du quartier devraient prendre soin les uns des autres et s’aider mutuellement » (homme de 56 ans, 12e arrondissement, HCMV).

39De nombreux intervenants associent l’insécurité à la toxicomanie, la lutte contre celle-ci devant augmenter la sécurité puisque les drogués sont amenés à accomplir des méfaits pour se procurer de la drogue ; dans ce domaine, on touche au problème de la corruption, à laquelle le Gouvernement s’est officiellement attaqué depuis plusieurs années :

« Il faut créer les conditions pour que les toxicomanes puissent cesser l’usage de stupéfiants et il faut les stimuler et les aider » (homme de 44 ans, arrondissement de Dông Anh, Hanoi).

« Il faut mieux gérer la toxicomanie pour que la population ait moins de problèmes » (homme de 50 ans, arrondissement de Hai Ba Trung, Hanoi).

« Il faut que la police et les pouvoirs publics gèrent mieux les toxicomanes et les gens ayant des antécédents judiciaires ou avec la police » (femme de 37 ans, arrondissement de Dông Da, Hanoi).

« La population est très fidèle au parti communiste, mais il y a des gens au pouvoir qui sont corrompus. Même dans les centres de toxicomanie circulent des drogues (héroïne). C`est pourquoi il faut faire en sorte que les gens au pouvoir soient irréprochables, améliorer la manière de gérer ; il faut faire et non pas seulement parler » (homme de 70 ans, arrondissement de Hoang Mai, Hanoi).

« Solliciter l’aide de la police dans la poursuite des drogués dépendants » (homme de 55 ans, arrondissement Binh Thanh, HCMV).

Conclusion : de la connaissance à l’action

40Nous avons constaté que l'environnement est considéré presque systématiquement comme plus mauvais par les habitants de Hanoi que par ceux de Hô Chi Minh-Ville. C'est le cas de l'évaluation générale de l'environnement du quartier, de l'évolution de l'environnement, de la pollution de l’air, de la pollution sonore, de l’insécurité... C'est le contraire de ce qu'on pouvait attendre, dans la mesure où les problèmes environnementaux sont probablement plus aigus dans la plus grande des deux villes. Nous avons attribué cela au fait que l'éducation – et la sensibilisation à l’environnement qui va de pair – sont significativement plus élevées à Hanoi, mais il ne faut pas éliminer la possibilité que les répondants aient aussi pris en compte le climat dans leur évaluation de l'environnement. De fait, le climat est objectivement plus difficile à supporter à Hanoi, avec une humidité élevée et des différences de température importantes entre l'été et l'hiver, alors que le climat de Hô Chi Minh Ville, subtropical, est beaucoup plus constant.

41Parmi la pollution observée, la pollution de l'air arrive loin en tête dans les deux villes : odeurs dues aux déchets ou aux eaux usées, gaz d'échappement, fumée des usines et combustion du charbon... La pollution de l’air est également mentionnée comme la principale cause de la détérioration de l'environnement du quartier par ceux qui estiment que cet environnement se dégrade. Le trafic routier est le premier mis en cause à Hanoi, la fumée des usines à Hô Chi Minh Ville ; on relève aussi que le quart des maisons sont situées près d'une route à grande circulation. Dans ce contexte, les maladies oto-rhino-laryngologiques sont les maladies les plus courantes.

42Les inondations sont un sujet de préoccupation, en particulier à Hô Chi Minh Ville, où un tiers des maisons est concerné, en raison du processus de marée qui a été signalé plus haut, aggravé par la rareté des pentes et l'engorgement du réseau de drainage par les ordures.

43Les nuisances sonores sont causées en premier lieu par le trafic routier, suivi des bruits de voisinage en raison de la surpopulation dans les quartiers.

44La modernisation du drainage et des égouts, la modernisation de la collecte des ordures et le développement de campagnes de sensibilisation sont les mesures les plus fréquemment proposées pour résoudre ces problèmes de pollution, parmi un large éventail de mesures qui pourraient être envisagées.

45Les questions de sécurité préoccupent la population relativement moins que les problèmes de pollution. En fait, la sécurité reste meilleure dans les grandes agglomérations vietnamiennes que dans d'autres villes de taille comparable dans le monde. Il n'en demeure pas moins que le vol et le cambriolage se développent, que les répondants associent clairement à l'augmentation de la toxicomanie. Le développement et l’amélioration des services de police, y compris la police de proximité, sont les mesures les plus fréquemment proposées pour améliorer la sécurité. Cela n'est pas indépendant de la lutte contre la toxicomanie, souvent rendue difficile en raison de la corruption de certains fonctionnaires, comme plusieurs répondants l’ont souligné.

46La plupart des causes de dégradation de l'environnement et de l'insécurité croissante sont connues, la manière de les combattre l’est moins. La prise en compte des opinions de la population sur ses principales préoccupations en la matière et de ses idées sur la façon de résoudre les problèmes est en tout cas susceptible d'optimiser les actions à mettre en œuvre en les ciblant selon les priorités identifiées sur le terrain.

Bibliographie

Central Population and Housing Census Steering Committee, The 2009 Vietnam Population and Housing Census: Some key indicators, Hanoi, Office général des Statistiques, 2010, p. 23. [Ban Chỉ đạo Tổng điều Tra Dân Số và Nhà Ở Trung ương, Tồng điều tra dân số và nhà ở Việt Nam năm 2009 : Một số chỉ tiêu chủ yếu. Hà Nội, 2010, 23 tr.]

Drummond Lisa B.W. « Street scenes: Practices of public and private space in urban Vietnam », in Urban Studies, Glasgow, n° 12/37, 2000, p. 2377-2391.

Gubry Patrick, Lortic Bernard, Greneche Gilles, Lê Van Thanh, Lê Thi Huong, Trân Thi Thanh Thuy, Nguyen Thi Thiêng, Pham Thuy Huong, V-Hoang Ngân, Nguyen Thê Chinh, « Hô Chi Minh Ville et Hanoi : Population et migrations intra-urbaines », in Séminaire Regards croisés sur Hanoi : Transition, spécificité urbaine et choix de développement, Hanoi, 12-14 novembre 2002, p. 42. [Gubry Patrick, Lortic Bernard, Grenèche Gilles, Văn Thành, Thị Hương, Trần Thị thanh Thủy, Nguyển Thị Thiệng, Pham Thúy Hương, Hoàng Ngân, Nguyễn Thế Chính, « Thành Phố Hồ Chí Minh và Hà Nội : Dân số và di dân nội thị. Hội thảo » in Hà Nội thành phố đặc thù và những lựa chọn cho phát triển, Hà Nội, 12-14 tháng 11 năm 2002, 42 tr.]

Gubry Patrick, Lê Van Thanh, Nguyên Thi Thiêng, « Méthodologie/ Phương pháp nghiên cứu», in Bouger pour vivre mieux. Les mobilités intra-urbaines à Hô Chi Minh Ville et Hanoi (Viêt-nam) / Di chuyển để sống tốt hơn. Di dân nội thị tại Thành Phố Hồ Chí Minh và Hà Nội (Việt Nam), Gubry Patrick, Lê Thi Huong, Nguyên Thi Thiêng, Pham Thuy Huong, Trân Thi Thanh Thuy, Vu Hoàng Ngân (dir.), Hanoi, Université nationale d’Économie, 2008, p. 19-50. / Hà Nội : Nhà Xuất Bản Trường Đại Học Kinh Tế Quốc Dân, 2008, p. 17-46. http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers09-01/010043543.pdf [En ligne, consulté le 10 octobre 2014].

Gubry Patrick, Nguyên Thi Thiêng, Lê Thi Huong et coll., 2007. Enquête Migration, pauvreté et environnement urbain, IRD, IPSS-UNE, HIDS-Ho Chi Minh Ville, 2007, (dactyl.).

Gubry Patrick, Lê Thi Huong, Nguyên Thi Thiêng, «Disparities in the city: Poverty and urban environment in Hanoi and Ho Chi Minh City (Vietnam) », in XXVIth International Population Conference (IUSSP), 27th September-2nd October 2009, p. 9.

Gubry Patrick, et Nguyên Thi Thiêng, 2012, « Méthodologie d’enquête en milieu urbain au Viêt Nam : exemple de l’enquête « Migration, pauvreté et environnement urbain : Hanoi et Hô Chi Minh Ville ». Atelier de formation aux méthodologies de recherches avancées sur l’analyse des questions démographiques et sociales au Viêt-nam/ Khóa đào tạo phương pháp nghiên cứu nâng cao, Phân tích các vấn đề dân số và xã hội ở Việt Nam, Hanoi, ARCUS, IPSS, CERPOS, 19-29 novembre 2012, 28 diapositives.

Jensen Rolf, Peppard Donald, « Hanoi’s informal sector and the Vietnamese economy: A case study of roving street vendors », in Journal of Asian and African Studies, n° 38, 2003, p. 71-84.

Mishra Vinod, «What do we know about health effects of smoke from solid fuel combustion? », in Population and Health Series, n° 117, janvier 2004, p. 43.

Nguyên Duc Hiêp, «Air quality in Ho Chi Minh City, Viet Nam », in Proceedings of the Asia-Pacific Conference on Sustainable Energy and Environmental Technology, Lu G.Q., Green P.F., Liu C.Y., Tay J.H., (dir..), Singapore, World Scientific, 2000, p. 67-100.

Pham Lê Tuân, «Result of survey on asthma in Hanoi pupils», in Journal of Allergy and Clinical Immunology, n° 27/117, 2006, p. 80.

Pulliat Gwenn, «Les migrants à Hanoi : construction politique d’un groupe social dominé», in Espaces et Sociétés, n° 154, 2013, p. 87-102.

Annexes

Figure 4: Schéma des arrondissements de Hanoi et Hô Chi Minh Ville en 2007

Figure 4: Schéma des arrondissements de Hanoi et Hô Chi Minh Ville en 2007

Note : Ne figurent pas sur ce schéma les arrondissements ruraux excentrés de Soc Son (Hanoi), Cu Chi et Cân Gio (Hô Chi Minh Ville)

Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007

Notes

1  Ce chapitre reprend et met à jour certaines parties d'une étude inédite sur l'environnement urbain rédigée par Patrick Gubry, Lê Thi Huong et Pham Thuy Huong à partir des résultats de l'enquête.

2  L'enquête a porté sur 1 000 ménages (3 983 personnes) à Hanoi et 1 500 ménages (6 592 personnes) à Hô Chi Minh Ville. À Hanoi, 583 hommes (58,3%) et 497 femmes ont répondu à l'enquête ; à Hô Chi Minh Ville, 642 hommes (42,8%) et 858 femmes ont répondu.

3  La stigmatisation des migrants, phénomène assez universellement répandu, est renforcée au Viêt Nam par l’existence du contrôle résidentiel qui génère d’une part des urbains « de droit » et d’autre part des urbains « illégaux » (Pulliat, 2013).

4  Il s’agit ici d’une question spécifique, différente de la question ouverte avec réponses spontanées sur les nuisances traitée dans le tableau 2. On trouve donc ici beaucoup plus de gens préoccupés par la sécurité.

Table des illustrations

Titre Figure 1- évaluation du niveau du bruit sur une échelle de 0 à 10selon la ville (en % des répondants)
Crédits Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4419/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 2- évaluation du niveau de danger sur une échelle de 0 à 10 selon la ville (en % des répondants)
Crédits Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4419/img-2.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 3- Répartition de la proportion des répondants exprimant un problèmed’insécurité selon l’arrondissement et la ville
Crédits Source : Enquête migration, pauvreté et environnement urbain, 2007
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4419/img-3.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 4: Schéma des arrondissements de Hanoi et Hô Chi Minh Ville en 2007
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4419/img-4.png
Fichier image/png, 53k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter