Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations démographiques et sociales du Viêt Nam contemporain

 | 
Maria E. Cosio Zavala
, 
Myriam de Loenzien
, 
Bich-Ngoc Luu

Migration interne au Viêt Nam : tendances et caractéristiques

Nguyên Thi Thiêng et Luu Bich Ngoc

Texte intégral

Cette recherche a bénéficié d’un financement de la Fondation Nationale pour le Développement de la Science et la Technologie du Viêt Nam (Nafosted) relatif au protocole II6.2-2012.01.

  • 1 Au 1er avril 2009, selon le Recensement de la population et de l'habitat, la population était de 85 (...)
  • 2 Le Viêt Nam, qui occupe une superficie de 331 212 km2, est divisé en 6 zones géographiques et socio (...)

1Depuis 1986, le Viêt Nam a mis en œuvre la politique du Renouveau « dôi moi » comprenant la transition d'une économie planifiée à une économie de marché avec orientation socialiste. Par ailleurs, il a mis en place des politiques visant à attirer les investissements étrangers. Depuis lors, l'économie n'a cessé de croître. Selon le rapport sur la situation socio-économique de la décennie 2001-2010, le taux annuel moyen de croissance du produit intérieur brut a été de 7,26%. Avec une telle croissance, le Viêt Nam se situe juste derrière la Chine et l'Inde, et devance la Corée du Sud, la Thaïlande, Singapour, l'Indonésie, la Malaisie et les Philippines (Office général des Statistiques, 2011). Depuis 2008, il est sorti du groupe des pays à faible revenu pour faire partie des pays à revenu faible moyen. Cependant, la croissance économique n'est pas homogène. Si le revenu de toutes les couches de la population1 a augmenté au cours des dernières années, cette croissance a été faible pour une partie de la population. Par conséquent, l’écart entre les pauvres et les riches est relativement élevé et a tendance à croître (Office général des Statistiques, 2011). De plus, les régions2 qui ont des conditions naturelles favorables et un développement des infrastructures attractifs pour les investissements étrangers ont des revenus plus élevés que les zones essentiellement agricoles. Elles ont augmenté leurs parcs industriels et créent des emplois. Le développement inégal entre les régions socioéconomiques a suscité une demande en travailleurs pour les régions qui ont développé des entreprises industrielles aux revenus élevés. Cela a entraîné des flux de migration rurale-urbaine. Ces flux deviennent maintenant de plus en plus puissants. Ils ont été favorisés par le développement des infrastructures de circulation de l’information, de communication et de transport au cours des cinq dernières années (Office général des Statistiques, 2011a).

  • 3 Il s’agit de Hanoi, de la zone économique du nord-est y compris Quang Ninh, Haiphong et Hai Duong, (...)

2Ce chapitre se concentre sur la recherche des tendances, causes et problèmes sociaux auxquels les migrants internes doivent faire face. Il utilise pour cela quatre sources de données. La première est constituée des recensements de la population de 1999 et 2009. La deuxième est l’Enquête nationale sur les migrations réalisée en 2004 dans 11 provinces appartenant à 5 zones au nord, au centre et au sud du pays3. La troisième est l’Enquête sur la migration, la pauvreté et l’environnement urbain dont la collecte a eu lieu en 2007 (Gubry et coll., 2007). Enfin, nous analysons les résultats d’une petite enquête réalisée par l'Institut d’Étude sur la Population et la Société de l’Université Nationale d’Économie en 2009 auprès de jeunes immigrés travaillant dans le secteur informel à Hanoi (Nguyen et al 2009). Ces sources sont complémentaires les unes des autres. En effet, si les recensements permettent une large couverture du pays, ils comportent plusieurs limites. Ils ne comptent que les personnes qui résident de manière permanente dans les localités enquêtées (celles qui y vivent depuis six mois et plus) sans tenir compte des migrants provisoires (qui y vivent depuis moins de six mois) et des migrants mobiles qui résident tantôt dans une localité, tantôt dans une autre. Ils ne collectent pas non plus d'informations concernant la raison du déplacement ni les difficultés et les défis que rencontrent les migrants sur leurs lieux d’arrivée. Aussi, les résultats d'enquêtes constituent un apport précieux.

3La définition de la migration interne dans ce chapitre est celle qui a été utilisée pour les recensements, selon lesquels « une personne est considérée comme migrante si ses lieux de résidence au moment du recensement et cinq ans auparavant ne se situent pas dans la même commune » (unité administrative la plus petite) (Comité de pilotage central du Recensement de la population et du logement de 2009, 2010). Elle permet de répartir les migrations en quatre types selon l’unité administrative concernée, chacune étant comprise dans l’unité de niveau supérieur. Par ordre croissant, on distingue les migrations entre communes, districts et provinces. Les migrations entre communes s’effectuent d’une commune à une autre à l’intérieur d’un même district. Celles entre districts ont lieu au sein d’une même province. Un migrant entre provinces peut également avoir migré entre régions si ces provinces sont situées dans deux régions différentes.

4Les résultats montrent que l’on observe une augmentation des migrations internes de 1999 à 2009, notamment au départ du delta du Mékong, de la région Centre Nord ainsi que des Côtes centrales, la principale région d’immigration étant le Sud-est (voir Carte 1 en tête d’ouvrage). Les caractéristiques des migrants, les causes de leurs migrations et les difficultés qu’ils rencontrent sont ensuite analysées.

Augmentation des migrations internes de 1999 à 2009

5De 2004 à 2009, près de 7 millions de personnes ont migré, soit une hausse de près de 30% par rapport à la période 1994-1999. En effet, au cours de la période 2004-2009 on dénombrait un effectif de migrants supérieur à celui de la période 1994-1999 de 2,2 millions de personnes, dont 1,4 million entre provinces (Tableau 1).

Tableau 1: Population selon le statut migratoire en 1999 et 2009

Type de migration

Effectif des migrants

Effectif des non-migrants (milliers)

Taux de migration

(milliers)

(pour mille)

1994-1999

2004-2009

1994-1999

2004-2009

1994-1999

2004-2009

Même district

1 343

1 618

67 808

76 893

19

21

Interdistricts

1 138

1 709

68 013

76 802

16

22

Inter provinces

2 001

3 398

67 150

75 113

29

43

Ensemble

4 482

6 725

202 971

228 808

29

43

Inter régions

1 334

2 361

67 817

76 150

19

30

Note : Le taux de migration correspond au nombre de migrants pour 1000 habitants âgés de 5 ans et plus au moment du recensement. Les migrants sont ceux qui n’étaient pas présents dans le ménage 5 ans avant le recensement.

Source: Comité central de pilotage du recensement de la population et du logement du Viêt Nam de 2009, 2010, p.77

6La migration du milieu rural au milieu urbain est la forme principale de migration entre districts et entre provinces (Tableau 2). En 1999, la migration du milieu rural au milieu rural était la plus fréquente avec cependant un faible écart entre migrations au départ du milieu rural. Ainsi, la tendance à migrer du milieu rural vers le milieu urbain a commencé dès la fin des années 1990 et est devenue de plus en plus fréquente durant la première décennie du XXIe siècle. Au sein d’un même district, la migration entre localités rurales est la plus fréquente. Vient ensuite la migration entre localités urbaines.

Tableau  2: Répartition des migrants selon leurs milieux de résidence et leur sexe (% du total des migrants)

Recensement de 2009

Dans un même district

Entre districts

Entre provinces

Hom-mes

Fem-mes

Total

Hom-mes

Fem-mes

Total

Hom-mes

Fem-mes

Total

rural-rural

32.7

47.9

42.3

19.2

25

22.5

34.7

36.0

35.4

rural-urbain

11.0

11.1

11.1

23.6

25.4

24.6

44.2

44.8

44.5

urbain-rural

7.7

6.1

6.7

13.4

11.3

12.2

8.0

6.7

7.3

urbain-urbain

48.6

35.0

40,0

43.8

38.3

40.7

13.1

12.5

12.8

Ensemble

100.0

100.0

100.0

100.0

100.0

100.0

100.0

100.0

100.0

Effectif

563364

972602

1535966

724635

940352

1664987

1565461

1766871

3332331

Recensement de 1999

Dans un même district

Entre districts

Entre provinces

Hom-mes

Fem-mes

Total

Hom-mes

Fem-mes

Total

Hom-mes

Fem-mes

Total

rural-rural

36.1

45.7

41.7

26.9

28.9

28.0

39.1

39.0

39.1

rural-urbain

21.1

17.8

19.2

20.2

20.9

20.6

34.5

37.8

36.2

urbain-rural

10.0

8.0

8.8

12.3

10.8

11.5

10.5

7.9

9.2

urbain-urbain

32.8

28.5

30.3

40.6

39.4

39.9

15.8

15.3

15.6

Ensemble

100.0

100.0

100.0

100.0

100.0

100.0

100.0

100.0

100.0

Effectif

536805

741579

1278384

506011

612430

1118441

975605

978576

1954181

Sources : Ministère du Plan et de l’Investissement et Office général des Statistiques, 2010, p. 110.

Des régions contrastées

7Les taux d’émigration et d’immigration varient selon les régions (voir Figure 1, Carte 1 en tête d’ouvrage et Tableau 8 en annexe).

8Le tableau 4 décrit l’émigration durant les cinq années précédant les recensements de 1999 et 2009. Il montre que le delta du Mékong ainsi que la région Centre Nord et Côtes centrales connaissent la plus forte émigration. Au cours de la période 1994-1999, les émigrés en provenance de ces deux régions représentaient 48% du total des émigrés. Pour la période 2004-2009, cette proportion s’élève à 64%. Ainsi, la tendance s’est accentuée. Pour le Centre Nord et Côtes centrales, le taux d’émigration a été multiplié par plus de 3 entre les deux recensements. Bien que l’émigration soit plus faible dans les Hauts-Plateaux du Centre, le taux d’émigration y a été multiplié par 1,5 pendant cette période. L’émigration relativement forte du delta du Fleuve Rouge a eu tendance à diminuer ou à ne pas augmenter.

Figure 1 : Taux d’émigration selon les régions entre 1994-1999 et 2004-2009

Figure 1 : Taux d’émigration selon les régions entre 1994-1999 et 2004-2009

Note : Le taux de migration correspond au nombre de migrants pour 1000 habitants âgés de 5 ans et plus au moment du recensement. Les migrants sont ceux qui n’étaient pas présents dans le ménage 5 ans avant le recensement.

Source: Comité central de pilotage du recensement de la population et du logement du Viêt Nam de 2009, 2010, p.79

9Les flux migratoires durant la période 2004-2009 se dirigent principalement vers les provinces hautement urbanisées. La migration du milieu rural au milieu rural qui constituait la tendance principale des périodes précédentes a été remplacée par la migration du milieu rural au milieu urbain. La figure 2 nous montre que le Sud-est est la première zone d’immigration. En cinq ans (2004-2009), 1 635 000 personnes y ont immigré, soit le triple du nombre atteint en 1994-1999 (tableau 3). À cette même date, le taux d’immigration y est de 127 pour mille (Tableau 4), soit trois fois plus élevé que dans les Hauts Plateaux du centre, huit fois plus élevé que dans le delta du Fleuve Rouge et 32 fois plus élevé que dans le delta du Mékong. Cette région qui selon les résultats du recensement de 2009 compte 14 025 000 personnes, soit 16,34% de la population du Viêt Nam, est la plus développée économiquement. Elle a un taux d’urbanisation de 57,1 % (Office général des Statistiques, 2010, p. 63). Elle contribue à plus de deux tiers des recettes budgétaires annuelles du pays. Les provinces de Hô Chi Minh-Ville, Binh Duong et Dông Nai y forment un quadrilatère de développement économique. Celui-ci, malgré une superficie qui ne représente que 7,1% de la superficie du pays, joue un rôle décisif pour le rythme de croissance socio-économique nationale. Selon les chiffres de 2004, il génère 37,40% du PIB national, 47,12% de la valeur de la production industrielle, et 55,76% des recettes budgétaires (Official Binh Duong Province Website, 2014). En 2012, la province de Binh Duong a attiré à elle seule 17,1% du volume total des investissements directs étrangers. Elle connaît un rythme de croissance élevé. Son PIB progresse en moyenne de 14,5% par an (Official Binh Duong Province Website, 2014). En 2010, l’industrie représente 63% du PIB, les services 32,6%, l’agriculture et la sylviculture 4,4% (Official Binh Duong Province Website, 2014). Binh Duong possède 28 zones et groupes industriels sur plus de 8.700 ha, avec plus de 1 200 entreprises dont les fonds s’élèvent à plus de 13 milliards de dollars (Official Binh Duong Province Website, 2014).Le taux d’immigration dans cette province s’élève à 365,9 pour mille. Durant la période 2004-2009, un tiers des habitants de Binh Duong étaient des immigrants.

Figure 2: Effectifs des immigrés et émigrés durant les cinq années précédant le recensement de 2009 selon les régions

Figure 2: Effectifs des immigrés et émigrés durant les cinq années précédant le recensement de 2009 selon les régions

Source: Recensement de la population et du logement, 2010.

10Le Fleuve Rouge est la deuxième région d’immigration du pays. Durant la période 2004-2009, elle a attiré près de 290 000 migrants. Ainsi, le delta du Fleuve Rouge et le Sud-Est attirent 81,5% des immigrants. La valeur de la production du delta du Fleuve Rouge a connu une forte hausse passant de 44 100 milliards de dôngs en 2000 à 168 400 milliards en 2009, soit 25,7% du PIB industriel du pays. Fin 2009 le delta du Fleuve Rouge comptait 61 zones industrielles occupant 13 800 ha dont 9 400 ha de terres agricoles louées. À l’échelle nationale, il possédait 26% des zones industrielles et 23% des superficies de terrains étaient occupées par ces zones industrielles. Les localités qui regroupaient le plus d’industries étaient Hanoi et Nam Dinh qui constituent également des centres économiques régionaux. Le delta du Fleuve Rouge est également une région à forte émigration. Celle-ci étant plus forte que l’immigration, le taux net migratoire est négatif (-2 pour mille).

11Si, durant la période 1994-1999, les Hauts Plateaux du centre avaient le plus fort taux d’immigration (93 pour mille), en 2004-2009 l’attractivité de cette région a fortement baissé. Le nombre d’immigrants y a été réduit de moitié et le taux d’immigration a également été fortement réduit (-57 pour mille) pour atteindre 36 pour mille en 2004-2009 alors que l’évolution de ce taux est insignifiante dans les autres régions.

12À l’exception du sud-est où le taux net de migration est positif en milieu rural, dans toutes les autres régions, ce taux est négatif ou nul (Figure 2). Cela montre que la tendance à migrer du milieu rural vers le milieu urbain a été très forte durant la période 2004-2009.

13Le delta du Mékong et la région Centre Nord-côtes centrales ont les taux nets de migration négatifs les plus marqués. Comme nous l’avons analysé auparavant, ces régions sont dynamiques et particulièrement attractives sur le plan économique. Si, pour le recensement de 1999, les Hauts Plateaux du centre constituaient la région la plus attractive pour les migrants, ce n’était plus le cas en 2009, mais il reste tout de même la troisième région en termes d’immigration.

Tableau 3 : Taux d’immigration selon les recensements de 1999 et 2009

Région

Effectif des immigrants

(milliers)

Taux d’immigration

(pour mille)

Différence des taux

1994-1999

2004-2009

1994-1999

2004-2009

2004-2009 1994-1999

Sud-est

580

1635

63

127

64

Delta du Fleuve Rouge

163

289

11

16

5

Hauts-Plateaux du Centre

326

166

93

36

-57

Régions montagneuses du nord

84

91

9

9

0

Centre septentrional, côtes centrales

114

110

7

6

-1

Delta du Mékong

67

70

5

4

-1

Total du Pays

1334

2361

19

30

11

Source: Recensement de la population et du logement, 2010.

Tableau 4 : Taux moyens d’immigration, d’émigration et taux moyens net de migration selon le type de migration et le milieu de résidence (pour mille) durant les cinq années précédant le recensement de 2009

Région

Taux d’immigration

Taux d’émigration

Taux net de migration

urbain

rural

En-sem-ble

urbain

rural

En-sem-ble

urbain

rural

En-sem-ble

Montagnes du nord

30,5

5,0

9,0

22,6

24,1

27,0

7,9

-19,1

-18.0

Delta du Fleuve Rouge

25,7

10,2

16,0

12,8

18,2

18,0

12,9

-8,0

-2.0

Centre Nord, côtes centr.

11,5

4,1

6,0

19,9

47,0

45,0

-8,3

-42,9

-38.0

Hauts plateaux du Centre

42,4

27,2

36,0

21,5

24,9

27,0

20,9

2.2

9.0

Sud-Est

125,3

104,2

127,0

10,5

6,3

10,0

114,8

97,9

117.0

Delta du Mékong

6,0

3,5

4,0

16,2

49,7

46,0

-10,2

-46,2

-42.0

Sources : Calculs des auteurs à partir des chiffres du Ministère du Plan et de l’Investissement et de l’Office général des Statistiques, 2010, p. 114.

Les migrants : caractéristiques et motivations

14Les résultats du recensement de 2009 montrent que les migrants sont pour la plupart jeunes. Leur âge médian n’est que de 25 ans tandis que celui des non-migrants est de 30 ans (Office général des Statistiques, 2011). Ces résultats sont similaires à ceux des enquêtes précédentes. Parmi les migrants enquêtés, la part de ceux âgés de moins de 30 ans est de 50,4%. Cette proportion est de 73% à Hô Chi Minh-Ville et de 72% dans les zones industrielles du Sud-est et du Nord-est » (Office général des Statistiques, 2005). La majorité des migrants de moins de 30 ans sont célibataires. Ceux-ci représentent 51% des immigrants à Hanoi et 68% à Hô Chi Minh-Ville (période 1986-1996). L’enquête sur la migration en 2004 montre qu’avant leur première migration, 70% des hommes et 66% des femmes sont célibataires (Office général des Statistiques, 2005).

15Les résultats du recensement montrent également une particularité intéressante : les femmes migrent de plus en plus. Durant la période 1994-1999, il y avait 105 femmes migrantes pour 100 hommes migrants. Dans le recensement de 2009, ce rapport est de 109 femmes pour 100 hommes (Office général des Statistiques, 2011). Dans l’ensemble, les femmes migrent plus souvent au sein d’un même district que les hommes. Ceux-ci effectuent davantage de migrations de plus longues distances (Tableau 5). Par ailleurs, la migration à l’intérieur du milieu rural est plus fréquente chez les femmes tandis que les hommes pratiquent plus la migration entre zones urbaines. Cela est vrai pour les deux recensements de 2009 et 1999.

Tableau 5. Taux moyens nets de migration des hommes et des femmes selon le type de migration durant les cinq années précédant les recensements de 1989, 1999 et 2009 (%)

1989

1999

2009

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Même district

-

-

41.8

58.2

36.4

63.6

Interdistricts

48.2

51.8

45.2

54.8

43.4

56.6

Inter provinces

57.3

42.7

50.0

50.0

46.9

53.1

Note : Le taux net de migration correspond à la différence des taux d’immigration et d’émigration.

Sources : Calculs des auteurs fondés sur les chiffres du Ministère du Plan et de l’Investissement et de l’Office général des Statistiques, 2010, p. 107.

16Les recensements de 1999 et 2009 ne collectant pas d’information sur les motivations de migration, ce chapitre utilise les données de l’enquête nationale sur la migration de 2004 (Office général des Statistiques et UNFPA, 2005, p. 42) et d’autres études telles que : « Migration, pauvreté et environnement urbain » (Gubry et coll., 2007) et « Jeunes migrants travaillant dans le secteur informel à Hanoi », cette deuxième étude portant sur une population âgée de 15 à 24 ans (Nguyen et coll., 2009).

17Selon les résultats de l’Enquête nationale sur la migration de 2004, les principales motivations de la migration renvoient à des facteurs économiques et à la situation du lieu d’immigration. Plus de 50% des migrants déclarent qu’ils avaient trouvé du travail, tandis que 47% répondent qu’ils voulaient améliorer leurs conditions de vie (Office général des Statistiques et UNFPA, 2005). L’Enquête sur la migration, la pauvreté et l’environnement urbain (Gubry et coll., 2007) donne comme principale raison de la migration de Hanoi vers Hô Chi Minh-Ville le souhait d’améliorer ses conditions de vie : meilleures infrastructures, logement ou location moins chers, emploi, recherche d’un lieu pour le commerce (tableau 6). Enfin, l’Enquête sur les jeunes migrants qui travaillent dans le secteur informel à Hanoi met en avant des revenus plus élevés et des opportunités d’emploi comme principaux facteurs d’attraction des jeunes vers la capitale politico-administrative.

18L’augmentation des revenus est le facteur le plus attrayant à Hanoi. Elle est mentionnée par 60,5% des répondants. Viennent ensuite l’obtention d’un emploi (43,6%) et les études (13,6%). Cette réalité correspond à la tendance commune au Viêt Nam. En effet, les principales motivations de la migration sont l’augmentation des revenus (46,3%), l’obtention d’un emploi (23,1%), les études (10%), le rapprochement familial (4,0%). D’autres raisons telles que le mariage ou le traitement des maladies n’occupent qu’une part très faible (Nguyen et coll., 2009).

Tableau 6 : Raison du changement de résidence (%) selon la ville de résidence en 2007 (plusieurs réponses possibles)

Raison du changement de résidence

Hanoi

Hô Chi Minh-Ville

Meilleures infrastructures

33,9

18,1

Meilleur logement ou location moins chère

28,9

30,0

Meilleur environnement du milieu d’habitat

25,2

14,8

Propriétaire ne veut plus louer le logement

18,0

4,6

Devenu propriétaire

15,7

19,4

Études

13,4

5,1

Séparation d’un ménage

11,0

9,3

Recherche d’un meilleur travail

10,9

22,4

Rapprochement familial

10,2

6,3

Affaires, artisanat

7,8

11,8

Mariage, divorce

7,0

5,0

Relogement (plan d’urbanisation, décongestionnement)

3,9

9,2

Effectif des ménages interrogés

128

236

Source : Gubry et coll., 2007, Enquête Migration, pauvreté et environnement urbain

Difficultés rencontrées par les migrants sur le lieu d’arrivée

19Les migrants doivent faire face à de nombreuses difficultés. Les plus remarquables concernent le lieu d’habitation, une situation professionnelle instable et un manque d’information. Elles sont liées en partie au statut administratif des migrants.

Un fonctionnement contraignant du statut de résidence

20Selon la loi sur la résidence de 2006, tous les citoyens doivent s’enregistrer. L’enregistrement de la situation de résidence suit des procédures administratives qui aboutissent à la délivrance d'un permis de résidence dont les modalités sont les suivantes :

  • KT1 : résident permanent de la commune avec enregistrement du ménage dans la commune;

  • KT2 : résident permanent de la commune avec inscription du ménage dans une autre commune ou résident d’une autre commune (le nom de cette autre commune est indiqué dans une case spécifique) avec inscription du ménage dans cette commune ;

  • KT3 : résident temporaire de long terme (6 mois et plus);

  • KT4 : résident temporaire de court terme (non permanent), potentiellement mobile.

21Avant 2007, les migrants étaient confrontés à de nombreuses difficultés pour leur enregistrement. Par conséquent, beaucoup n’étaient pas inscrits et ne pouvaient donc pas bénéficier de la politique sociale du gouvernement sur le lieu d’arrivée (ils étaient bénéficiaires de cette politique sur leur lieu de départ).

22Depuis l’entrée en vigueur de la loi sur la résidence le 1er juillet 2007, l'enregistrement de l'état de résidence est plus facile. Les migrants qui ont été enregistrés, même s’ils relèvent du régime KT4, peuvent bénéficier de la politique sociale sur leur lieu d’arrivée. Cependant, il reste une partie non négligeable de migrants non enregistrés. Les résultats de l’enquête sur les jeunes migrants travaillant dans le secteur informel montrent également que la majorité des jeunes migrants ne sont inscrits qu’à titre provisoire et à court terme sur le registre civil local (KT4) : 65,8% chez les hommes et 59,7% chez les femmes.

Un habitat plus précaire

23Les différentes sources utilisent des questions sur l’état du lieu d’habitation, ce qui nous permet de comparer l’habitat des migrants et des non-migrants.

  • 4 En raison de différences dans l’élaboration des variables sur l’état des habitations entre les deux (...)

24En 20094, la situation de logement des migrants est dans l’ensemble moins bonne que celle des non-migrants. La proportion de personnes vivant dans des maisons simples est inférieure à 22% chez les non-migrants, alors que chez les migrants elle est toujours supérieure à 26% (tableau 7).

Tableau 7: Type d’habitat selon le statut migratoire en 2009 (%)

Dans un même district

Entre districts

Entre provinces

Migrant

Non migrant

Migrant

Non migrant

Migrant

Non migrant

Maison en dur

32,4

40,0

31,6

39,8

23,0

39,6

Maison en semi-dur

40,5

37,4

41,2

37,5

48,5

37,6

Matériaux non durables

28,2

22,6

27,3

22,7

26,8

22,8

Total

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Effectif

1 618 160

71 686 913

1 708 896

73 305 072

3 397 904

75 013 968

Note: la classification des habitations repose sur les matériaux principaux des trois constituants essentiels que sont les murs, le toit et le sol. Les matériaux non durables comprennent les matériaux végétaux, la terre et la tôle ondulée. Les maisons en dur sont composées de béton, ciment, pierre, bois et briques.

Source : Office général des Statistiques 2011, p. 129

25Lors de l’enquête sur les jeunes migrants qui travaillent dans le secteur informel à Hanoi, environ 43% des répondants ont déclaré que leurs conditions d’habitation actuelles sont « pires » que dans le lieu précédent. Plus de 60% des jeunes migrants vivent dans des auberges de construction simple, près de 30% dans des maisons à étages. Les 10% qui restent vivent dans des baraques provisoires. Les jeunes migrants vivent souvent avec d’autres, cinq en moyenne, dans une même chambre, avec une superficie moyenne de 7 m2 par personne. Environ 50% vivent avec moins de 5 m2 par personne. Cette superficie est bien inférieure à celle de la moyenne nationale. La moyenne était de 16,3 m2 par personne en 2008 (18,7 m2 dans les zones urbaines et 15,4 m2 à la campagne) et 17,9 m2 par personne en 2010 (20,7 m2 en ville et 16,7 m2 à la campagne) (Office général des Statistiques, 2011, p. 382). La plupart des jeunes de l’échantillon vivent dans un logement qu’ils louent (60,0%) ou chez leur employeur (34,0%). Seuls 2,3% ont leur propre habitation tandis que les autres vivent chez des personnes de leur connaissance. Le reste (3,7%) vit sur son lieu de travail tel qu’un chantier ou un restaurant (Nguyên, Bui, 2012).

Une situation professionnelle et sociale instable

26Selon la réglementation du Code du Travail, toute activité employant des travailleurs doit faire l’objet d’un contrat. En fonction du temps d’utilisation des travailleurs, le contrat peut être à durée déterminée, indéterminée ou être saisonnier (article 27, Code du Travail amendé de 2002). Quand il s’agit d’emplois temporaires de moins de trois mois ou de travaux ménagers dans des familles, les parties concernées peuvent s’engager oralement, mais elles sont soumises aux réglementations de la législation du travail (article 27, Code du Travail de 1994). Or, selon les résultats de l’enquête nationale sur la migration de 2004, seuls 79% des migrants qui avaient un travail rémunéré avaient signé un contrat. De même, l’enquête sur les jeunes migrants travaillant dans le secteur informel montre que seulement un cinquième des jeunes de l’échantillon (19,3%) ont un contrat de travail ou une convention écrite. Ainsi, pour la majorité des jeunes travaillant dans le secteur informel, le contrat de travail prend la forme d’un engagement oral. Cela désavantage les travailleurs sur le plan judiciaire en cas de litige avec les employeurs.

27Les résultats d’enquête nationale de migration de 2004 (Ibid., 2005) montrent qu’il existe une différence significative entre les personnes inscrites dans le registre civil local et celles non inscrites. Seulement 68% de ces dernières ont un contrat de travail, tandis que ce taux chez les premières est de 75% (Office général des Statistiques, 2005). Parmi les personnes inscrites dans le registre civil local à titre provisoire (KT4), les femmes sont plus nombreuses à avoir un contrat de travail que les hommes. Les personnes non inscrites dans le registre civil local et celles inscrites à titre provisoire pour une courte durée ont des emplois peu rémunérés et peu protégés par un contrat de travail.

28Démunis de contrat de travail écrit, les jeunes migrants travaillant dans le secteur informel à Hanoi n’ont pas non plus accès à différents types d’assurance dont la cotisation doit être payée par l’employeur : assurance maladie, assurance sociale et assurance chômage. Dans l’échantillon (N=903), seuls 6,2% des jeunes ont une assurance maladie dont la cotisation est payée par l’employeur, 3,0% ont une assurance sociale et 0,2% sont munis d’une assurance chômage (Nguyên, Bui, 2011).

Manque d’information

29Les travailleurs migrants manquent d’information et des connaissances nécessaires pour se protéger de risques en matière de santé. En effet, la connaissance des jeunes migrants sur le Code du travail est limitée : 41,5% des jeunes interviewés ne connaissent aucune disposition de ce Code, 75,3% de ces jeunes ne savent pas que les employeurs doivent aider les travailleurs à traiter les maladies professionnelles ; 72,3% ne savent pas qu’il existe un régime allégé de temps de travail pour les femmes enceintes de sept mois et plus et celles qui élèvent des enfants de moins de 12 mois ; 72,4% ne sont pas au courant de la politique permettant aux travailleurs de faire un bilan de santé périodique (Nguyen et coll. 2011). La proportion des jeunes qui ne connaissent pas les autres politiques (congés payés en cas de maladie, congés maternité pour les femmes, mise en place des cabinets de toilette séparés pour les hommes et les femmes, mise à la disposition des travailleurs de vestiaires, dédommagement en cas d’accident de travail) oscille entre 57,5% à 68,1% (Nguyen et coll. 2011).

30La connaissance des jeunes travaillant dans le secteur informel sur les soins de la santé reproductive est également très limitée, à l’exception du VIH/sida dont presque tous les répondants ont entendu parler. Seuls 69% des répondants connaissent le nom de la syphilis, 63% connaissent la blennorragie, 55% connaissent l’hépatite, 27% sont au courant de la maladie causée par les chlamydiae (Luu et coll. 2013). Quant aux voies de transmission du VIH, 59% seulement savent qu’il peut se transmettre de la mère à l’enfant, 59% connaissent la transmission par le partage de seringues et 51% connaissent la transmission par voie sanguine. Sur la prévention des maladies sexuellement transmissibles et du VIH/Sida, seulement 65% évoquent l’utilisation du préservatif (Luu et coll. 2013). Les connaissances des jeunes migrants sur les mesures contraceptives et les dangers de l’avortement sont très sommaires. De plus, les connaissances des hommes dans ce domaine sont plus limitées que celles des femmes (Luu et coll. 2013).

Conclusion

31Depuis plus de dix ans, les migrations internes connaissent une évolution rapide en raison d’une forte croissance économique sous l’influence de la politique d’ouverture. La croissance économique engendre une forte urbanisation, une intégration internationale de plus en plus large et une différenciation chaque jour plus profonde en termes de répartition de ressources et de niveau de développement entre les régions. Dans ce contexte, la migration interne se développe. Les zones agricoles sont souvent des zones d’émigration tandis que les zones industrialisées et urbanisées accueillent les immigrants. Les migrants sont surtout des jeunes. De plus, avec le développement des industries légères, des services et le besoin grandissant de services à domicile dans les grandes villes, on observe une tendance à la féminisation de la migration. De nombreuses motivations sont données à cette migration. Les principales sont d’ordre économique. Or, les migrants travaillant dans le secteur informel, notamment les jeunes, n’ont souvent pas de contrat de travail et ne bénéficient pas des politiques sociales contrairement à ce que stipule le Code du travail (assurance sociale, assurance maladie, congés payés). Ainsi, malgré une certaine amélioration, la vie des migrants dans leur localité d’accueil reste difficile. Les principales difficultés concernent le logement, l’accès aux services de santé et l’intégration à la communauté locale.

32Pour y remédier, il est important de diffuser des connaissances juridiques auprès des jeunes migrants travaillant dans le secteur informel, par le biais de la communauté, des organisations sociales locales et d’autres moyens de communication. Il importe également de vulgariser le Code du travail chez les employeurs, que ce soit des entreprises ou des patrons de petits établissements. Parallèlement, il faut faire des inspections régulières et prendre des mesures rigoureuses à l’encontre des personnes qui violent la législation en la matière afin de défendre les droits et intérêts légitimes des travailleurs.

33La migration est un problème de plus en plus complexe sur les plans économique, social et environnemental tant pour les localités de départ que pour celles d’arrivée. Il importe donc de mener des recherches et de perfectionner la politique migratoire pour une répartition raisonnable de la population entre les régions et les unités administratives. Cela permettra afin d’exploiter au mieux les potentialités foncières et les ressources naturelles, de soulager la pression démographique dans les zones à haute densité de population, notamment dans les grandes villes – zones qui connaissent un taux d’immigration en forte augmentation. Il faut également promulguer des politiques de définition des priorités d’investissement et de création d’emploi dans les régions à forte émigration pour que les habitants puissent y trouver du travail dans d’autres domaines que l’agriculture sans avoir à quitter leur région d’origine. Il faut communiquer sur les intérêts et les défis de la migration, notamment en terme de santé en général et de santé reproductive en particulier pour que les migrants se protègent de la prostitution, des stupéfiants et d’autres problèmes sociaux. Il importe également de communiquer sur les droits et devoirs des travailleurs, de même que sur les connaissances et savoirs-faire nécessaires à l’accomplissement d’une migration dans de bonnes conditions (inscription au registre civil, recherche d’emploi, signature de contrat de travail, soin de santé, pratique d’épargne). Il est important de citer des exemples de migrants ayant réussi à éradiquer la pauvreté et à s’enrichir de manière honnête.

34L’urbanisation sous l’influence du développement économique et de la restructuration de la main d’œuvre se poursuivra fortement. Les régions à forte immigration doivent donc planifier et investir pour accueillir le flux de migrants. Leur aménagement doit tenir compte de l’envergure, la densité et la structure de la population dans l’avenir.

35Enfin, les autorités locales doivent mettre l’accent sur les contributions des migrants à leur localité. Il faut séparer les fonctions économiques et sociales du « livret de famille » tout en favorisant l’inscription au registre civil. Ces localités doivent également promouvoir les soins de santé reproductive des migrants, notamment la prévention des maladies sexuellement transmissibles en communiquant les connaissances nécessaires, en fournissant des consultations en la matière et en développant le réseau de soins de santé.

Bibliographie

Comité Central de Pilotage du Recensement de la population et du logement, Recensement de la population et du logement du Viêt Nam de 2009: Principaux résultats, Hanoi, Office Général des Statistiques, 2010, p. 506. [Ban chỉ đạo Tổng điều tra Dân số và nhà ở Trung ương. Tổng điều tra Dân số và nhà ở Việt Nam, năm 2009. Các kết quả chủ yếu. Hà Nôi, 6-2010, 506 trang.].

Gubry Patrick, Nguyen Thi Thieng, Le Thi Huong et coll., 2007. Enquête Migration, pauvreté et environnement urbain, IRD, IPSS-UNE, HIDS-Ho Chi Minh Ville, 2007, (dactyl.).

Loi numéro 35/2002/QH10 Code du travail amendé de 2002 adopté le 2 avril 2002 par l’Assemblée nationale de la République socialiste du Viêt Nam, Xe législature, lors de sa 11e session. [Luật số 35/2002/QH10 Bộ Luật Lao động sửa đổi 2002 được Quốc hội nước Cộng hoà xã hội chủ nghĩa Việt Nam Khoá X, kỳ họp thứ 11 thông qua ngày 02 tháng 4 năm 2002.]

Loi numéro 35-L/CTN Code du travail de 1994 adopté le 23 juin 1994 par l’Assemblée nationale de la République socialiste du Viêt Nam, IXe législature, lors de sa 5e session. [Luật số 35-L/CTN Bộ luật Lao động 1994 được Quốc hội nước Cộng hoà xã hội chủ nghĩa Việt Nam khoá IX, kỳ họp thứ 5 thông qua ngày 23 tháng 6 năm 1994.]

Loi numéro 74/2006/QH11 Code du travail amendé de 2006 adopté le 29 novembre 2006 par l’Assemblée nationale de la République socialiste du Viêt Nam, XIe législature, lors de sa 10e session. [Luật số 74/2006/QH11 Bộ Luật lao động sửa đổi 2006 được Quốc hội nước Cộng hoà xã hội chủ nghĩa Việt Nam khoá XI, kỳ họp thứ 10 thông qua ngày 29 tháng 11 năm 2006.]

Loi numéro 84/2007/QH11 Code du travail amendé de 2007 adopté le 2 avril 2007 par l’Assemblée nationale de la République socialiste du Viêt Nam, XIe législature, lors de sa 11e session. [Luật số 84/2007/QH11 Bộ luật lao động sửa đổi 2007 được Quốc hội nước Cộng hòa xã hội chủ nghĩa Việt Nam khoá XI, kỳ họp thứ 11 thông qua ngày 02 tháng 4 năm 2007.]

Luu Bich Ngoc, Nguyen Thi Thieng, Bui Thi Hanh, « Connaissance sur la santé reproductive et les comportements à haut risque des jeunes migrants travaillant dans le secteur informel à Hanoi ». in Colloque Mondialisation, migration interne et risques en terme de santé communautaire au Viêt Nam  sur les résultats du programme “Peer-IRD.AIRD”, Hanoi, le 9 mai 2013, 48 diapositives. [Lưu Bích Ngọc, Nguyễn Thị Thiềng và Bùi thị Hạnh, 2013, Hiểu biết về sức khoẻ sinh sản và hành vi nguy cơ cao của thanh niên di cư làm việc trong khu vực phí chính thức tại Hà Nội. Bài trình bày tại hội thảo “hội thảo công bố kết quả chương trình “Peer-IRD.AIRD” mang tên Toàn cầu hoá, di cư nội địa và nguy cơ về sức khoe cộng đồng ở Việt Nam. Hà nội ngày 9 tháng 5 năm 2013.]

Ministère du Plan et de l’Investissement et Office général des Statistiques, Recensement de la population et des ménages 2009. Migration et Urbanisation au Viêt Nam : état des lieux, tendances et différences, Hanoi, 2010, 142 p. [Tổng điều tra Dân số và Nhà ở Việt Nam năm 2009 - Di cư và đô thị hoá ở Việt Nam: Thực trạng, xu hướng và những khác biệt, Hà nội, năm 2010, 142 p.],

Nguyên Thị Thiêng, Bùi Thị Hanh, Qualité de vie des jeunes migrants qui travaillent dans le secteur informel à Hanoi, Document présenté au Colloque international de Vietnamologie, Hanoi, novembre 2012, 34 diapositives.

Nguyên Thị Thiêng, Luu Bich Ngoc et coll., Jeunes migrants travaillant dans le secteur informel à Hanoi, Plan du Viêt Nam, Rapport de recherche, Hanoi, Zone de projet de Hanoi et Université nationale d’Économie, Institut de la Population et des Questions Sociales, mai 2009, 166 p. [Nguyen Thi Thieng, Luu Bich Ngoc et coll., Plan tại Việt Nam - Vùng dự án Hà Nội và Trường ĐH Kinh tế quốc dân - Viện Dân số và các vấn đề xã hội, Báo cáo nghiên cứu “Thanh thiếu niên di cư làm việc trong khu vực phi chính thức tại Hà Nội”, Hà Nội – 5/2009, 166 trang.]

Office général des Statistiques, United Nations Population Fund (UNFPA), The 2004 Viêt Nam Migration Survey: The main results, Statistics Publisher, Hanoi, 2005, p. 196. [Tổng cục Thống kê, Quỹ Dân số Liên hiệp quốc (UNFPA), 2005, Điều tra di cư Việt Nam 2004: Những kết quả chủ yếu, NXB Thống kê, Hà Nội, 2005, 196 trang.]

Office général des Statistiques, Recensement de la Population et du Logement de 2009 : Migration et urbanisation au Viêt Nam, Hanoi, Office général des Statistiques, 2011a, p. 140. [Bộ Kế hoạch và Đầu tư- Tổng cục Thống Kê, 2011, Tổng Điều tra Dân số và Nhà ở năm 2009: Di cư và đô thị hoá ở Việt Nam, Hà Nội 2011, 140 trang.]

Office général des statistiques, 2011, Situation socio-économique de 10 ans du Viêt Nam 2001-2010, Office général des Statistiques, Hanoi, 2011b, p. 242. [Tổng cục Thống kê, 2011, Tình hình kinh tế xã hội Việt Nam 10 năm 2001-2010, Nhà xuất bản Thống kê, Hà Nội, 2011, 242 trang.]

United Nations Population Fund UNFPA, Domestic migration: The real situation in Viêt Nam, Hanoi, UNFPA, 6/2007, p. 30. [Quỹ Dân số Liên hiệp quốc (UNFPA), 2007, Di cư trong nước: Hiện trạng ở Việt Nam, Hà Nội, 6/2007, 30 trang.]

Website Binh Duong Province, http://eng.binhduong.gov.vn/en/status_pages.php?id= 42&idcat=15&idcat2=0 [Consulté le 11 octobre 2014].

Annexes

Tableau 8: Effectif des émigrants et taux d’émigration selon les régions entre 1994-1999 et 2004-2009

Région

Effectif des émigrants

(milliers)

Taux d’émigration

(pour mille)

1999

2009

1999

2009

Delta du Mékong

211

734

14

46

Centre Nord et côtes centrales

425

775

26

45

Delta du Fleuve Rouge

333

331

21

18

Montagnes du nord

180

271

17

27

Hauts plateaux du Centre

60

125

18

27

Sud-Est

125

125

14

10

Total

1334

2361

19

30

Source : Comité central de pilotage du recensement de la population et du logement du Viêt Nam de 2009, 2010, p. 79

Notes

1 Au 1er avril 2009, selon le Recensement de la population et de l'habitat, la population était de 85 789 573 habitants avec un taux de croissance annuel moyen de 1,2% pendant la période 1999-2009 (Office général des Statistiques, 2010). Entre les recensements de 2009 et 1999, la population du Viêt Nam a augmenté de 11,3% (Office général des Statistiques, 2010).

2 Le Viêt Nam, qui occupe une superficie de 331 212 km2, est divisé en 6 zones géographiques et socio-économiques: la région montagneuse au Nord (28,8% de la surface totale du pays) ; le Delta du fleuve Rouge (6,3%) ; le Centre septentrional et les côtes centrales (29,0%); les Hauts Plateaux du Centre (16,5 %); le sud-est (7,1%) et le delta du Mékong (12,3%).

3 Il s’agit de Hanoi, de la zone économique du nord-est y compris Quang Ninh, Haiphong et Hai Duong, des Hauts-Plateaux du Centre y compris Gia Lai, Dak Lak, Dak Nong, Lam Dong, d’Hô Chi Minh-Ville et de la zone industrielle Sud-Est, incluant Binh Duong et Dong Nai. Dans chaque région, 1 000 migrants et 1 000 non-migrants ont été interrogés.

4 En raison de différences dans l’élaboration des variables sur l’état des habitations entre les deux recensements, la comparaison doit être menée de manière prudente (Office général des Statistiques, 2011). Aussi, cette partie ne s’appuie que sur les données du recensement de 2009.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Taux d’émigration selon les régions entre 1994-1999 et 2004-2009
Légende Note : Le taux de migration correspond au nombre de migrants pour 1000 habitants âgés de 5 ans et plus au moment du recensement. Les migrants sont ceux qui n’étaient pas présents dans le ménage 5 ans avant le recensement.
Crédits Source: Comité central de pilotage du recensement de la population et du logement du Viêt Nam de 2009, 2010, p.79
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4418/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 2: Effectifs des immigrés et émigrés durant les cinq années précédant le recensement de 2009 selon les régions
Crédits Source: Recensement de la population et du logement, 2010.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4418/img-2.png
Fichier image/png, 44k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter