Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations démographiques et sociales du Viêt Nam contemporain

 | 
Maria E. Cosio Zavala
, 
Myriam de Loenzien
, 
Bich-Ngoc Luu

Jeunesse, genre et sexualité au Viêt Nam

Catherine Scornet

Texte intégral

1Jusqu’au début du 21e siècle, les recherches sur la sexualité au Viêt Nam étaient quasi inexistantes. Si les discussions relatives à la sexualité sont très présentes dans la vie quotidienne des Vietnamiennes et des Vietnamiens (au bureau, au marché, au restaurant populaire, au café, entre amis, entre collègues, etc., toutefois et pour reprendre le titre d’un ouvrage de deux sociologues vietnamiens 

« La sexualité, il est facile d’en plaisanter, mais il est difficile d’en parler » (Khuât et coll. 2009).

2Qu’est-ce qui a changé au Viêt Nam pour que la sexualité devienne un objet de débat et de discussion, et un objet de recherches ?

Les conditions d’émergence de la sexualité des jeunes au Viêt Nam

3Déjà dans les années 1960, mais surtout à l’apogée des programmes de limitation des naissances dans les années 1990, les préoccupations politiques et scientifiques en matière de population tournaient autour de la croissance démographique et des moyens de la juguler (Scornet, 2009). À l’orée du 21e siècle, on assiste à l’émergence des questions sexuelles dans le débat public, et en particulier de la sexualité des jeunes. Dans quel contexte les questions sexuelles ont-elles émergé au Viêt Nam ? Quelles en sont les conditions ?

La baisse de la fécondité comme condition d’émergence de la sexualité

4La baisse de la fécondité est une des conditions sociale et démographique d’émergence de la sexualité et le résultat d’un changement des rapports de genre et de la sexualité. La tendance à limiter le nombre de ses enfants est un élément particulièrement important quant à ses conséquences sur la sexualité. L’apparition du contrôle des naissances signale « l’émergence d’un calcul dans le rapport des individus à la reproduction et à la vie, ainsi que dans les rapports entre les hommes et les femmes et contribue ainsi à faire sortir la sexualité et le genre de l’évidence et de la nature » (Bozon, 2002 : 26). Pour la première fois, les femmes ont eu la possibilité de dissocier sexualité et enchaînement des grossesses et des accouchements. C’est dans le contexte d’une différenciation progressive du sexe vis-à-vis des impératifs de la reproduction que peut émerger la sexualité. Les femmes ne sont plus cantonnées à un rôle de reproductrice - la baisse de la fécondité peut ainsi apparaître comme un facteur d’émancipation des femmes -, la sexualité n’a plus comme seule finalité la reproduction, elle peut aussi avoir une finalité de bien-être et de jouissance.

5Le Viêt Nam illustre une situation de baisse rapide de la fécondité : en quarante ans, le comportement reproducteur des femmes vietnamiennes a été bouleversé. Ayant en moyenne 6,8 enfants sur la période 1964-1969, elles mettent au monde 2 enfants au début du XXIe siècle (en 2009, à la date du dernier recensement) (Tableau 1).

6Certes, au Viêt Nam, la fécondité est une fécondité légitime. Dans la très grande majorité des cas, les naissances ont lieu dans le cadre du mariage. Le mariage est un phénomène quasi universel. En 2009, seuls 2,1 % des Vietnamiens et 5,6 % des Vietnamiennes de 45-49 ans sont célibataires (Tableau 2). La proportion des célibataires dans les jeunes âges ne cesse d’augmenter, quel que soit le sexe. Toutefois, même s’il augmente aussi, le célibat féminin est moins élevé que le célibat masculin pour les jeunes groupes d’âge observés au tableau 2. À 20-24 ans, en 1989, 42,5 % des Vietnamiennes sont célibataires (contre 62,4 % des hommes de leur âge), et en 2009, elles sont 50,8 % à l’être (contre 75,6 % des hommes de leur âge).

Tableau 1- Évolution de l’indice synthétique de fécondité au Viêt Nam, 1959-2009

Période

Indice synthétique

 

de fécondité

1959-1964

6,4

1964-1969

6,8

1969-1974

5,9

1974-1979

5,3

1979-1984

4,7

1984-1989

4,0

1989-1994

3,3

1999

2,3

2009

2,0

Sources: General Statistics Office 2001, 2010, Committee for Population, Family and Children 2003 p. 229.

7Ce mouvement est dû à un âge moyen au mariage plus faible pour les femmes que pour les hommes et à un écart croissant de l’âge d’entrée en conjugalité selon le sexe : l’âge moyen au mariage chez les hommes a augmenté (passant de 24,5 ans en moyenne en 1989 à 26,2 ans en moyenne en 2009), alors que chez les femmes c’est un léger recul qui s’est opéré : de 23,2 ans en 1989 à 22,8 ans en 2009 (Tableau 3).

Tableau 2- Proportion de célibataires selon le sexe et l’âge, 1989, 1999 et 2009

Année

Hommes

Femmes

 

Proportion de célibataires

Proportion de célibataires

 

15-19 ans

20-24 ans

45-49 ans

15-19 ans

20-24 ans

45-49 ans

1989

95,5

62,4

1,4

88,6

42,5

3,3

1999

97,5

69,6

1,5

90,7

45,7

5,8

2009

97,8

75,6

2,1

91,5

50,8

5,6

Sources : General Statistics Office 1991, 2001, 2010.

8Le divorce est rare : en 2009, seulement 0,9 % des hommes (de plus de 15 ans) sont divorcés ou séparés et 2,0 % des femmes (General Statistics Office 2010). Cette différence entre les sexes est fort probablement due au fait que les hommes vietnamiens ont plus d’opportunités de se remarier que les femmes, et sortent ainsi dans le recensement de la catégorie des « divorcés ». Le divorce touche certes plus les individus vivant en ville, mais l’écart est peu marqué entre les sexes : 1,2 % des hommes urbains (0,8 % des hommes ruraux), et 2,5 % des femmes urbaines (1,8 % des femmes rurales). Aujourd’hui les biographies conjugales restent peu fragmentées comme en témoigne le faible taux de divorce. Les ruptures conjugales sont liées ou ont été liées au décès du conjoint pendant les trente années de guerre qu’a connues la population vietnamienne au XXe siècle. On se marie pour la vie. Cependant, les nouvelles expériences sexuelles vécues pendant la jeunesse viennent rompre avec le modèle d’une vie sexuelle au cours d’une relation conjugale avec un partenaire unique toute la vie.

Tableau 3- Évolution de l’âge moyen au premier mariage selon le sexe 

Année

Hommes

Femmes

1989

24,5

23,2

1999

25,4

22,8

2009

26,2

22,8

Sources: General Statistical Office, 1991, 2001, 2010.

9La progression rapide de la prévalence contraceptive depuis presque trente ans a enfin contribué à dissocier sexualité et fécondité : si en 1988, 53,2 % des femmes vietnamiennes utilisaient un moyen de contraception (37,7 % utilisent une méthode moderne) (NCPFP 1990), 76,2% y ont recours en 2012 (66,6 % utilisent une méthode moderne) (General Statistics Office 2012).

Le sexe est politique

10L’autre condition d’émergence de la sexualité est une politique : ce qui change aujourd’hui c’est la politisation de la sexualité, la politisation de la sphère privée et de l’intimité. Les questions sexuelles émergent dans le débat public, et cette politisation s’est faite sous l’influence d’organisations internationales (FNUAP, PNUD, OMS) et d’organisations non gouvernementales, à la suite de la Conférence internationale sur la Population du Caire en 1994 et la Conférence mondiale sur les Femmes qui s’est tenue à Pékin en 1995 qui ont mis en avant le concept de santé de la reproduction. Ces conférences mettent en œuvre des mécanismes transnationaux qui aboutissent à des formes de législation supranationale à l’initiative des pays du nord avec des effets privilégiés dans les pays du Sud (Bozon, 2010). La sexualité est devenue au Viêt Nam un objet politique légitime en lien avec la santé sexuelle et reproductive alors que les questions sexuelles intimes étaient jusqu’alors cantonnées au non-dit familial. Ainsi, dans les années 1990, cette légitimité s’est manifestée par les premièresenquêtes consacrées à la santé reproductive, mais la sexualité des jeunes n’était pas devenue un objet de recherche en tant que tel qui serait détaché de la reproduction et de la vie matrimoniale. La sexualité n’a été étudiée que dans la perspective du risque de santé qu’elle représente – grossesse, avortement, maladies sexuellement transmissibles telles que le Sida – (Gammeltoft 2002), et se concentre sur une perspective sanitaire de prévention. C’est surtout une recherche sur les problèmes sanitaires liés à la sexualité. Ainsi l’enquête sur les jeunes, SAVY 2 (Survey Assessement of Vietnamese Youth) menée en 2010, est une recherche incluse dans le projet de prévention du HIV/SIDA auprès des jeunes Vietnamiens, lancée en 2009 par l’Office général de la population et de la Planification familiale du Ministère de la Santé, et soutenu financièrement par la Banque asiatique de Développement (Ministry of Health et coll., 2012).

11Par contraste, en Occident la politisation de l’intimité et de la vie sexuelle s’est faite autour de mouvements sociaux et féministes dans les années 1960 puis autour de mouvements homosexuels dans les années 1980. Ces mouvements revendiquaient une égalité de droit et une légalisation des pratiques contraceptive et abortive (loi Lucien Neuwirth en 1967, loi Simone Veil en 1975). Dans une revendication d’égalité de droit entre hommes et femmes et de maîtrise du corps féminin, les mouvements féministes ont participé à ces légalisations, alors qu’au Viêt Nam, la contraception et l’avortement ont été déjà largement promus dans le cadre d’une politique de limitation des naissances très incitative, voire coercitive, dont l’objectif initial et principal était de réguler la croissance démographique (Scornet, 2000).

La sexualité à l’épreuve de l’égalité : des représentations et des pratiques inégalitaires

12Au Viêt Nam comme ailleurs, les transformations de l’intimité se sont faites parallèlement à d’autres transformations dans le domaine de la famille, du couple, de la reproduction, de la politique et des rapports de genre (Giddens, 1992). Dans la revue Esprit, Maurice Godelier a écrit que « la sexualité humaine dissimule toujours en elle d’autres choses qu’elle-même » (Godelier, 2001). L’approche anthropologique développée ici (voir encadré 1) pose que ce qui se joue dans la sexualité est subordonné aux enjeux de la reproduction d’autres rapports sociaux, économiques et politiques.

Encadré 1 : L’enquête

L’enquête qualitative se fonde sur des entretiens (de jeunes et moins jeunes, personnel médical de cliniques privées pratiquant l’avortement, personnel de l’ONG Marie Stropes international, experts du FNUAP) menés en juillet et août 2011 à Hanoi ainsi que sur l’analyse de blogs, de sites internet traitant des relations sexuelles et amoureuses, d’émissions de radio telles que Cua so tinh yêu « La fenêtre de l’amour », de sites de rencontres amoureuses et amicales tels que Nôi.vn, et d’articles de presse soit féminine (ex : magazines 2 ! Dep, Tâp chi gia dinh) soit à destination des jeunes Vietnamiens (ex : Hoa hoc tro « Fleur d’écolier »). Depuis une dizaine d’années, la presse vietnamienne et divers sites internet se font écho de cette publicisation de la sexualité au travers de conseils en matière de sexualité aussi bien par le corps médical, que par des psychologues, des conseillers matrimoniaux, etc. Le travail présenté dans ce chapitre exploite une partie des entretiens : 25 entretiens individuels de femmes et d’hommes essentiellement jeunes, non mariés et interrogés sur leur vie sexuelle et amoureuse, les représentations de la sexualité, l’éducation sexuelle, les pratiques contraceptives, etc. Certains sont étudiants, d’autres sont déjà engagés dans une vie professionnelle. Les rencontres ont eu lieu dans les cafés qui bordent les universités, au Temple de la Littérature où de nombreux étudiants viennent faire leurs révisions, car « le lieu porte chance », le long du lac de l’Ouest, sur la rue Thanh Niên, où se promènent beaucoup de jeunes Vietnamiens. Mais afin de comprendre les changements sexuels, des personnes plus âgées et des parents ont aussi constitué le corpus. Trois entretiens de groupes auprès d’étudiants ont aussi été menés.

13Une analyse des deux enquêtes quantitatives SAVY 1 et 2 a aussi servi de support au travail de recherches présenté ici.

14La sexualité, en tant que produit de l’histoire, est une construction sociale autour de pratiques sexuelles, d’interactions entre partenaires, d’émotions, de représentations (Foucault, 1976). La complexité des évolutions de la sexualité tient au fait qu’elles doivent être interprétées en fonction des contextes sociaux, économiques, et politiques dans lesquels elles s’inscrivent. Ce travail de contextualisation vise à établir les relations entre des phénomènes sexuels et d’autres processus sociaux, en sachant que les limites de ce qui est considéré comme sexuel varient dans l’espace et dans le temps, d’une société à l’autre et au sein d’une même société.

15Le champ de la sexualité reste marqué par des inégalités, notamment entre hommes et femmes, qui font écho à d’autres inégalités qui perdurent dans d’autres sphères sociales. On pourrait ainsi reprendre un mot d’ordre des mouvements féministes : « le privé est politique » à savoir que le privé façonne le politique dans la mesure où les règles ordonnant les rapports intimes entre les hommes et les femmes (attirance sexuelle, amour, vie quotidienne des couples) façonnent les interactions entre les sexes dans la sphère publique.

16Dans le cadre de la politique du Đổi Mới – Renouveau – qui débute en 1986, un des enjeux majeurs de la dynamique de mutation du système politique est l’émergence d’espaces de débats publics, notamment au sein de l’Assemblée nationale qui devait devenir un réel lieu de débat (Salomon, 2004). La logique démocratique devrait s’appliquer partout, même dans le sexe, avec une double exigence : la liberté et l’égalité. Faisant suite à la politique du Renouveau, sommes-nous confrontés à de nouvelles règles du jeu et de la négociation sexuelle ? Quelles sont ces transformations des représentations, des attitudes et des pratiques sexuelles dans le contexte d’une transformation rapide de la société vietnamienne ? Bien sûr, les idéaux et la réalité ne sont pas la même chose. Sommes-nous passés d’un contexte normatif rigide avec des normes sexuelles monolithiques, extérieures, dictées par la tradition, la morale, la religion, à une diversification des trajectoires affectives et conjugales et une individualisation croissante des normes ? Dès qu’il y a individualisation des pratiques, on observe des injonctions qui peuvent être tout à fait contradictoires.

Les résistances

17Dans cette perspective, et pour reprendre Nathalie Bajos et Michel Bozon dans l’ouvrage qu’ils ont dirigé (2008), la vision différentialiste de la sexualité – qui situe l’origine de la différence homme/femme dans la nature – permet de légitimer des pratiques encore inégalitaires entre les sexes dans les autres sphères sociales. La thèse du déterminisme biologique très fréquente au Việt Nam à l’évocation du désir sexuel (le fait que les femmes vietnamiennes expriment peu ou pas leurs désirs sexuels, ou le fait de dire que les hommes ont des besoins sexuels plus fréquents que les femmes) permet de légitimer des pratiques inégalitaires qui sont socialement construites. Ainsi les rapports hommes femmes, et la différence construite de pouvoir entre eux, conduisent à des interactions sexuelles inégalitaires. Le nombre important d’avortements que vivent les Vietnamiennes (Committee for Population, Family and Children, 2003) soulève la question de la négociation contraceptive dans un contexte de gestion du risque de grossesse par des partenaires sexuels inégalitaires. C’est le cas par exemple dans la discussion éventuelle des partenaires autour d’une pratique contraceptive, ou dans l’absence de négociation, le fait que la femme demande ou non à son partenaire de mettre un préservatif, etc. Est-il possible, fréquent qu’une jeune fille vietnamienne demande à son partenaire de porter un préservatif lors du premier rapport sexuel et lors des rapports suivants ? Nous verrons plus loin dans le chapitre qu’à peine la moitié des premiers rapports sexuels sont protégés (Ministry of Health et coll. 2012).

  • 1 Un filtre est utilisé pour les questions sur les pratiques contraceptives. Seules les femmes mariée (...)

18Un élément révélateur des résistances à traiter de la vie sexuelle, et en particulier de celle des femmes vietnamiennes, est l’exclusion des femmes non mariées, qu’elles soient célibataires, divorcées, séparées ou veuves, des enquêtes nationales sur la contraception. En raison du caractère incomplet des enregistrements à l’État civil au Viêt Nam, les données sur la fécondité sont recueillies au travers d’enquêtes sur échantillon (General Statistics Office 2011). La première enquête démographique et de santé (EDS) a été menée en 1988, elle a été suivie d’une enquête intercensitaire en 1994 puis d’une deuxième enquête démographique et de santé en 1997 et d’une troisième en 2002. Depuis 1988, les questions relatives à la contraception ne sont posées qu’aux femmes mariées. De plus, par les EDS, il n’est pas possible de connaître la fécondité illégitime. L’enquête sur les changements démographiques et la planification familiale (diêu tra biên dông dân sô va kê hoach hoa gia dinh), menée annuellement en avril par l’Office général des statistiques et dont les objectifs sont de recueillir des données sur les changements en matière de natalité, mortalité et migrations, et des informations de base sur la contraception et la santé reproductive des femmes, ne déroge pas à la règle : celle de 2012 n’interroge pas les femmes non mariées sur ces questions de contraception1. Il n’existe donc pas d’information à l’échelle nationale sur les pratiques contraceptives des femmes célibataires, divorcées, séparées ou veuves. Ces fortes résistances subsistent dans la mesure où ces droits touchent directement aux rapports entre les hommes et les femmes. Dans l’échantillon des recensements de 1989 à 2009 auquel est adressé un questionnaire long, les questions sur la fécondité sont posées aux femmes de 15 à 49 ans, quel que soit leur statut matrimonial (il n’existe pas de filtre en fonction du statut matrimonial). Ces questions sont beaucoup moins détaillées que dans les EDS et non collectées auprès des hommes : le recensement a aussi ses limites et objectifs propres.

Sexualité masculine juvénile versus sexualité féminine préconjugale

  • 2 L’enquête SAVY 1, menée en 2003 sous l’égide du Ministère de la santé, du Bureau général des statis (...)
  • 3 L’enquête SAVY 2 a été menée en 2010 auprès de 10044 jeunes de 14 à 25 ans, vivant dans les 63 prov (...)

19Certes, les deux enquêtes SAVY (Survey Assessment of Vietnamese Youth de 20032 et de 20103) s’intéressent à la sexualité des jeunes qu’ils soient célibataires ou pas (l’échantillon de 2003 comprend 15,8 % de jeunes, mariés, celui de 2010, 17,0 %). En 2010, 9,5 % des jeunes interrogés (qu’ils soient mariés ou pas) disent avoir eu des relations sexuelles préconjugales. Ils étaient 7,6 % en 2003. L’inégalité de genre est ici marquée, puisque la sexualité avant le mariage est presque trois fois plus importante chez les jeunes hommes (13,6 %) que chez les jeunes femmes (5,2 %).

20Si l’on exclut les mariés, l’inégalité d’entrée en sexualité selon le genre est encore plus marquée. Parmi les jeunes célibataires de 14 à 25 ans, seulement 6,4 % déclarent avoir déjà eu des relations sexuelles ; cette faible proportion cache des disparités de genre très marquées. Quel que soit l’âge et quelle que soit la zone de résidence, les hommes célibataires sont beaucoup plus nombreux en proportion à avoir des relations sexuelles que les femmes, comme le montre la figure 1. Ainsi, près du tiers (29,8 % des hommes célibataires de 22-25 ans ont déjà eu des relations sexuelles, les femmes du même âge sont cinq fois moins nombreuses (6,1 %).

Figure 1- Proportion (en %) des jeunes célibataires de 14 à 25 ans qui ont déjà eu des relations sexuelles, selon leur sexe ainsi que leur âge et leur lieu de résidence (SAVY 2, 2010)

Figure 1- Proportion (en %) des jeunes célibataires de 14 à 25 ans qui ont déjà eu des relations sexuelles, selon leur sexe ainsi que leur âge et leur lieu de résidence (SAVY 2, 2010)

Source : Ministry of Health et coll. 2012.

21La faible proportion de jeunes filles célibataires déclarant avoir des relations sexuelles est révélatrice certes d’une faible activité sexuelle des jeunes filles. Elle peut aussi être sous-évaluée par la non-déclaration des filles à avoir une activité sexuelle, ce non-dit autour de sa sexualité étant un indicateur d’une sexualité féminine stigmatisée.

22L’âge moyen au premier rapport sexuel (jeunes mariés ou pas) a légèrement diminué entre les deux enquêtes (Tableau 4).

Tableau 4- Âge moyen au premier rapport sexuel des jeunes selon le sexe et l’année

Année

Enquête

Hommes

Femmes

Ensemble

2003

SAVY 1

20,0

19,4

19,6

2010

SAVY 2

18,2

18,0

18,1

Source : Ministry of Health et coll. 2005, 2012

23Pour les sociologues John Gagnon et William Simon qui ont élaboré une théorie des « scripts sexuels » dans leur ouvrage Sexual Conduct. The Social Sources of Human Sexuality, paru en 1973, « toutes nos expériences sexuelles sont construites comme des scripts, c’est-à-dire qu’elles sont apprises, codifiées, inscrites dans la conscience, structurées, élaborées comme des récits » (cité par Bozon 2002 : 104). Ces expériences résultent de l’inculcation de règles et d’interdits, et d’une imprégnation de récits multiples. Un savoir-faire sexuel est ainsi acquis. Les individus apprennent à identifier, voire à produire des situations potentiellement sexuelles, des contextes d’un scénario sexuel avec acteurs, intrigue, cadre… susceptibles de créer une disponibilité sexuelle. Les scripts sexuels énoncent les scénarios d’une sexualité possible : dans la sexualité humaine, tout n’est pas possible à tout moment avec n’importe qui, en n’importe quelle circonstance. Les scénarios culturels disent le possible et ce qui ne doit pas être fait en matière sexuelle. Mais les individus s’approprient à leur façon des contenus culturels dont le rythme de transformation peut être très lent. Les acteurs, aux pouvoirs et aux ressources inégaux, ne partagent pas toujours le consensus qui existe en apparence au plan culturel. Cette réappropriation individuelle varie selon les contextes sociaux et historiques. Dans des contextes traditionnels (où l’individualisme est faible), le degré d’improvisation individuelle est faible. Avec l’évolution sociale et historique longue qui a produit l’individualisation, l’intimité et l’intériorité psychique, les scénarios culturels ont peu à peu perdu leur homogénéité, et les normes sexuelles sont devenues plus floues, moins figées. Les individus sont alors dans des situations d’adaptation mutuelle entre partenaires, et d’improvisation. Ainsi la virginité des jeunes filles au mariage au Viêt Nam était une valeur partagée et faisait consensus jusqu’aux années 1990 (Ghuman et col. 2006). Aujourd’hui certaines jeunes filles se détachent de cette norme. Qu’est-ce qui fait que l’on rompt avec un modèle partagé ? La mondialisation et la démocratisation des relations entre les hommes et les femmes sont-elles liées à la rupture de ce modèle ? Qui sont ceux et celles qui transgressent ce modèle ?

24Dans le Viêt Nam contemporain, on peut faire la distinction entre une sexualité juvénile masculine – un temps à part et socialement accepté au cours duquel les garçons peuvent avoir des expériences multiples avec des femmes qui ne seront pas forcément leur épouse (des prostituées, des femmes plus âgées qu’eux) – et une sexualité préconjugale féminine – qui n’est pas encore réellement socialement acceptée, et qui est vécue comme une période préparatoire au mariage (Chamboredon 1985). La sexualité féminine n’a pas de sens en soi, c’est le couple qui lui donne un cadre légitime d’expression, et l’amour qui lui donne un sens. Ainsi Binh, 22 ans, étudiante en finances à l’Université nationale d’économie à Hanoi, souligne :

  • 4 L’entretien a lieu le 6 août 2011 dans un bar pour étudiants près de l’université nationale d’écono (...)

« Parce que je me respecte, je ne peux me donner qu’à celui que j’aime et celui qui deviendra mon mari. Pour les garçons, c’est différent. Ils ont plus de besoins que les filles, donc il est difficile pour eux de maîtriser leurs désirs »4 (Tu, 32 ans, employée dans une agence de voyages).

25Elle estime aussi que :

  • 5 L’entretien a lieu le 13 août 2011.

« L'important, c'est qu'on dédie notre virginité à l'homme qu'on aime, sinon, ce n'est pas acceptable. »5 (Tu, 32 ans, employée dans une agence de voyages)

26Tout comme Huong qui affirme :

« Pour les femmes, il faut une certaine émotion pour avoir des relations sexuelles. Sinon, ce n'est pas différent de la prostitution » (Huong, 25 ans, employée de banque).

27D’après l’enquête SAVY de 2003, une majorité (92 %) des jeunes actuellement mariés qui disent avoir eu des relations sexuelles avant le mariage ont eu ces relations avec celui ou celle qui est devenu(e) leur conjoint(e). Le préjugé différentialiste en vertu duquel l’amour et la maternité sont la nécessaire finalité du destin féminin perdure (Gazalé 2012). Pour les jeunes filles vietnamiennes, la sexualité ne trouve sa place que dans le cadre d’un couple déjà formé, et dans une relation affective. Il faut que le couple préexiste à l’existence de relations sexuelles. Par conséquent, il y a une période de fréquentation chaste avant la sexualisation de la relation. L’existence de rapports sexuels est subordonnée à l’existence préalable du couple.

  • 6 Pour un euro = 27 000 dông au 20 mars 2013

28Celles qui contreviennent à cette règle peuvent en payer le prix. Un autre indicateur de l’absence d’une sexualité juvénile féminine, acceptée par le corps social, est le recours à la chirurgie reconstructrice de l’hymen (hyménoplastie). Celles qui enfreignent cette règle d’existence préalable d’un couple à la relation sexuelle (et/ou qui ont des relations sexuelles avec un autre homme que leur futur mari) peuvent être contraintes de recourir à la reconstitution de l’hymen. Ces opérations qui ont lieu dans des cliniques ou centres médicaux privés (situés près de l'hôpital obstétrique de Hanoi, cliniques « spécialisées » situées dans une impasse près de l'Hôpital E dans la rue Hoàng Quôc Viêt (arrondissement de Câu Giây), centres esthétiques de l’arrondissement de Hai Bà Trung) ont un coût élevé : de 3-5 millions à 7-10 millions VND selon les cas (de 110 euros à 370 euros)6.

  • 7 Une étudiante en faculté d’économie raconte le 16 août 2011 qu’elle s’est rendue dans une de ces éc (...)
  • 8 Dans la rue Hang Chieu au cœur du quartier des 36 rues se vend, au milieu des produits cosmétiques, (...)

29Des stratégies palliatives, moins onéreuses, sont aussi à l’œuvre : les jeunes filles ont recours à des artifices qui simulent l’hémorragie de la défloration en portant un hymen artificiel lors du premier rapport sexuel avec le partenaire à qui elles veulent faire preuve de leur virginité. Originaire de Chine ou du Japon, ce produit se vend à un prix qui varie de 300.000 à 10 millions VND (pour les produits japonais jugés de meilleure qualité et dont le liquide se rapproche le plus du sang humain), sur internet ou en vente directe mais discrète7 dans des échoppes de la rue Hàng Chiêu, surnommé le « quartier du plaisir »8 à Hanoi. Les risques sanitaires (allergies au produit, blessures, mycoses, infections vaginales et risque de stérilité) sont importants.

30C’est quand la sexualité des jeunes célibataires devient possible et qu’elle n’est plus liée à la mise en couple qu’une vision plus individualiste des relations sexuelles peut émerger plus massivement (Lagrange, 1998). En cela, hommes et femmes ne se placent pas sur un pied d’égalité. Les hommes vietnamiens répondent à un double modèle de la sexualité (une sexualité conjugale et une sexualité extra-conjugale) et bénéficient d’une représentation plus individualiste de la sexualité. Si certaines jeunes filles vietnamiennes ne sont plus tenues à rester « pures » jusqu’au mariage et gagnent peu à peu le droit à l’expérimentation sexuelle, elles n’ont en effet ni la même liberté d’action, ni le même droit à s’autoaffirmer à travers la sexualité que les garçons (Löwy, 2006). Les différences de comportements sexuels, surveillées par les figures d’autorité adultes (parents, voisins, enseignants, personnel médical, etc.), restent également maintenues par la pression collective des jeunes et le mécanisme des réputations sexuelles, notamment pour les jeunes filles, pour lesquelles une réputation sexuelle négative peut être établie. On dira d’un garçon aux multiples partenaires qu’il est Đào hoa (charmant), à la limite qu’il n’est pas sérieux "không nghiêm túc", qu’il n’est pas correct "không đứng đắn". Alors qu’une fille est appelée une phò, une femme qui change tout le temps de partenaire, une « dễ dãi »,

« Une femme facile, une femme qui peut avoir de l’intimité avec n'importe qui, comme: se tenir la main ou aller plus loin comme échanger des baisers, et même avoir des relations sexuelles.» (Thu, 20 ans, étudie la finance à l'université privée de Đông Đô).

31Mais sa possibilité symétrique au masculin n’existe pas :

« On ne dit pas « dễ dãi » pour les garçons, parce qu'ils n'ont rien à perdre » (Thu, 20 ans, étudie la finance à l'université privée de Đông Đô).

32Cette asymétrie découle de la domination masculine de la représentation de la sexualité.

33Le manque d’information sexuelle auprès des jeunes contribue à maintenir dans l’ignorance du fonctionnement de leur corps une grande masse d’individus. Dans les enquêtes SAVY (2003 et 2010), les jeunes sont interrogés sur leur connaissance de la période de fertilité de la femme au cours de son cycle menstruel. Seuls 13% des jeunes Vietnamiens donnent une bonne réponse (certes dans une plus grande proportion pour les jeunes femmes : 18% contre 7% des jeunes hommes). Le fait d’être une femme et de vivre en ville améliore la connaissance du cycle reproductif : 23% des jeunes femmes vivant en ville connaissent la période de fertilité (9% des jeunes hommes urbains). La situation de cette jeune fille de 15 ans accompagnée de sa mère, toutes deux rencontrées dans une clinique privée en face de l’hôpital Bach Mai où elles consultaient pour un avortement, illustre aussi cette absence de connaissances sur la reproduction. L’adolescente n'avait pas compris qu'à la suite d’une relation sexuelle on pouvait être enceinte. Quand son ventre a commencé à s’arrondir, elle a cru qu'elle avait grossi, elle a alors commencé à faire de la gymnastique et à faire un régime. La jeune fille était à 5 mois de grossesse quand sa mère s’est rendu compte de la grossesse de sa fille.

34Les premiers rapports sexuels au Viêt Nam, et en particulier le premier rapport, ne font pas l’objet, dans la majeure partie des cas, d’une préparation et d’une protection de la part des partenaires, anticipant les conséquences des rapports sexuels.

« Les jeunes Vietnamiens n'ont pas l'habitude de se préparer comme ça, de prévoir un moyen de contraception. Ils ne se préparent pas avant, mais après que ça s'est passé, on peut toujours résoudre tout de suite. ("chữa cháy": éteindre un incendie, tirer du danger, d'une mauvaise situation). Pour les filles que je connais, elles prennent souvent la pilule du lendemain après avoir eu des relations sexuelles. Elles ne prennent jamais la pilule avant d'en avoir. » (Quynh Anh, 19 ans, étudiante en gestion à l’Université Nationale d’Économie).

35L’enquête SAVY 2 (2010) montre qu’à peine la moitié (46 % = 185 jeunes) des jeunes ayant eu des relations sexuelles (396 jeunes sur 4168 interrogés), ont utilisé un préservatif lors du premier rapport sexuel.

« Si tout le monde découvre qu’on porte ces trucs-là avec soi (les préservatifs), on a honte. On a peur que les autres se moquent et qu’ils pensent qu’on est trop dépendants de la sexualité » (Hung, 24 ans, étudiant en médecine).

36Si la sexualité juvénile pour les garçons, et préconjugale pour les filles, se répand dans la population urbaine vietnamienne, c’est souvent sans usage de la contraception. Chez les jeunes, on ne peut donc pas parler de séparation entre vie sexuelle procréative et vie sexuelle non procréative (pas encore de séparation de la sexualité et de la reproduction) comme en témoigne la forte résistance à ce que les jeunes filles vietnamiennes aient une sexualité protégée par la contraception. C’est une façon de nier l’accès des jeunes à la vie sexuelle :

« Les Vietnamiens disent souvent que si les parents parlent avec leurs enfants des moyens de contraception, ou des choses liées aux relations sexuelles, c'est inciter les enfants à en avoir. Pour les adultes, si on parle des choses qui se passent entre les garçons et les filles, c’est qu’on est mal éduqué ; et si une jeune fille connaît trop de choses sur la contraception, on dira d’elle qu’elle a déjà eu des relations sexuelles. Elle sera mal considérée » (Giang, 24 ans, jeune diplômée en interprétariat et traduction de l’Université nationale de Hanoi).

  • 9 Enquête annuelle (du 1er avril 2011) sur les changements démographiques et la planification familia (...)

37La contraception n’est utilisée que par les femmes, déjà mères, qui ont donc prouvé leur fertilité. La vie sexuelle est donc dans les premières années de la vie maritale associée à la procréation et à la fécondité. Sur l’ensemble des femmes qui utilisent un moyen de contraception, seules 0,8% n’ont pas d’enfant9. Avec un enfant, elles sont 22,3% à avoir recours à la contraception, elles sont 51,2% avec deux enfants et 25,7 % avec trois enfants et plus (General Statistics Office 2011).

Conclusion

38La préoccupation de mise en conformité de l’individu avec un idéal moral absolu (tel que la virginité des jeunes filles vietnamiennes) se heurte désormais à des expériences intimes (sexuelles, affectives et conjugales) plus diversifiées. Enfin, la transition s’opère depuis le 21e siècle entre une socialisation verticale à la sexualité fondée sur l’autorité (par l’inculcation de règles morales et de conduites, souvent édictées par les adultes, par les institutions d’encadrement de la jeunesse telles que l’école, l’union de la Jeunesse communiste, qui apparaissent comme des institutions de contrôle et d’encadrement des corps et des esprits qu’elles forment), et une socialisation horizontale, fondée sur des principes moins rigides, et transmise par les pairs – amis, frères et sœurs, jeunes internautes, étudiants qui partagent les mêmes cités universitaires – au travers de leurs expériences individuelles, et les moyens de communication tels que les journaux, internet. On observe donc au Viêt Nam une transition entre un modèle de contrôle familial et conjugal de la sexualité (qui s’exerce surtout et encore sur les adolescentes et les femmes mariées) à une représentation plus individualiste de la sexualité. Le Đổi Mới a ouvert la voie à une individualisation des normes sexuelles. Les transitions sexuelles sont à l’œuvre, dans un contexte de vulnérabilités plus marquées pour les jeunes filles.

Bibliographie

Bajos Nathalie et Bozon Michel (Dir.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008, 612 p.

Bozon Michel, Sociologie de la sexualité, Paris, Nathan (« Collection 128), 2002, 128 p.

Bozon Michel, « Préface », in Les jeunes et la sexualité. Initiations, interdits, identités (XIXe-XXIe siècle), Blanchard Véronique, Revenin Régis, Yvorel Jean-Jacques (éd.), Paris, Autrement (« Collection Mutations/Sexe en tous genres »), 2010, 414 p.

Chamboredon Jean-Claude, «Adolescence et post-adolescence : la juvénisation » in Adolescence terminée, adolescence interminable, Alleon Anne-Marie, Morvan Odile et Lebovici Serge (dir.), Paris, PUF, 1985, p. 13-28.

Committee for Population, Family and Children, Vietnam Demographic and Health Survey 2002, Hanoi, General Statistical Office, September 2003, 229 p.

Foucault Michel, Histoire de la sexualité. 1 : La volonté de savoir, Paris, Gallimard (« Collection Bibliothèque des Histoires »), 1976, 224 p.

Gadant Monique, « Le Corps dominé des femmes, réflexions sur la valeur de la virginité (Algérie) », in L’Homme et la société, n° 99/100 (« Femmes et sociétés »), 1991, p. 37-56.

Gammeltoft Tine, « Seeking trust and transcendence: sexual risk-taking among Vietnamese youth », in Social Science & Medicine, n° 55, décembre 2002, p. 483-496.

Gazale Olivia, Je t’aime à la philo. Quand les philosophes parlent d’amour et de sexe, Paris Robert Laffont, 2012, 432 p.

General Statistical Office, Vietnam population census-1989, Detailed analysis of sample results, Hanoi, Statistical Publishing House, 1991, 168 p.

General Statistical Office, The 1999 Population and Housing Census, Hanoi, Statistical Publishing House, 2001, 646 p.

General Statistical Office, The 2009 Population and Housing Census, Hanoi, Statistical Publishing House, 2010, 893 p.

General Statistical Office, Ministry of Planning and Investment, The 1/4/2011 Population Change and Family Planning Survey: Major Findings, Hanoi, Statistical Publishing House, 2011, 339 p.

General Statistical Office, Ministry of Planning and Investment, The 1/4/2012 Time-Point Population Change and Family Planning Survey: Major Findings, Hanoi, Statistical Publishing House, 2012, 334 p.

Ghuman Shanon, Vu Manh Loi, Vu Tuan Huy et Knodel John, «Continuity and Change in Premarital Sex in Vietnam», in International Family Planning Perspectives, n° 32, December 2006, p. 166-174.

Giddens Anthony, The Transformation of Intimacy, Sexuality, Love and Eroticism in Modern Societies, Oxford, Polity Press, Blackwell Publishing Ltd., 2002, p. 216.

Godelier Maurice, « La sexualité est toujours autre chose qu’elle-même », in Esprit, mars-avril 2001, p. 96-104.

Khuât Thu Hông, Le Bach Duong, Nguyên Ngoc Huong, Sexuality in Contemporary Vietnam. Easy to Joke about but Hard to Talk about, Hanoi, Knowledge Publishing House, 2009, 420 p.

Lagrange Hugues, « Le sexe apprivoisé ou l’invention du flirt » in Revue Française de Sociologie, n°1, 1998, p. 139-176.

Lowy Ilana,  L'emprise du genre: masculinité, féminité, inégalité, Paris, La Dispute Collection (« Le Genre du monde »), 2006, 227 p.

Ministry of Health, General Statistics Office, Unicef, World Health Organization, 2003 Survey Assessment of Vietnamese Youth, Hanoi, Inter-university Consortium for Political and Social Research, University of Michigan, 2005, 112 p.

Ministry of Health, General Statistics Office, World Health Organization and the United Nations Children’s Fund, 2010 Survey Assessment of Vietnamese Youth Round 2. (SAVY 2) Hanoi, Asian Development Bank, Viet Nam, 2012, 215 p.

National Committee for Population and Family Planning (NCPFP), 1988 Viet Nam Demographic and Health Survey, Hanoi, National Committee for Population and Family Planning, 1990, 185 p.

Salomon Mathieu, Les arcanes de la « démocratie socialiste » vietnamienne. Évolution des assemblées populaires et du système juridique depuis le lancement du Dôi Moi, Paris, Les Etudes du CERI, n° 104, Centre d’Etudes et de Recherches Internationales, Sciences Po., 2004, 36 p.

Scornet Catherine, « Un exemple de réduction de la baisse de la fécondité sous contraintes : la région du delta du fleuve Rouge au Viêt Nam », in Population, nº55/2, INED, Paris, 2000, p. 265-300.

Scornet Catherine, « State and the Family », in Reconfiguring Families in Contemporary Vietnam, Barbieri Magali, Belanger Danièle (éd.), Stanford, Stanford University Press, (« Series on Contemporary Issues in Asia and the Pacific»), 2009, p. 47-74.

Notes

1 Un filtre est utilisé pour les questions sur les pratiques contraceptives. Seules les femmes mariées sont interrogées. Les femmes qui ne sont pas mariées, divorcées ou veuves ne sont pas interrogées sur leurs pratiques contraceptives. Toutefois les questions sur la fécondité sont posées à toutes les femmes de 15 à 49 ans.

2 L’enquête SAVY 1, menée en 2003 sous l’égide du Ministère de la santé, du Bureau général des statistiques, de l’Unicef et de l’OMS, est la première enquête quantitative représentative à l’échelle nationale de la jeunesse vietnamienne (Ministry of Health, GSO, 2005). Elle a interrogé 7584 jeunes de 14 à 25 ans vivant dans 42 provinces sur des sujets aussi différents que leurs relations avec leur famille, leur instruction, leur travail, leurs relations amicales, leur sexualité, la santé de la reproduction, le sida, la consommation de drogues et alcool, la violence… Une partie du questionnaire a été posée en face à face avec un enquêteur en dehors du domicile des jeunes (au Comité populaire ou à la maison de la culture de la commune) et une autre partie (notamment les questions sur les relations amoureuses et la sexualité) a été remplie par l’intéressé(e) de manière anonyme, et devait être retournée par boîte postale.

3 L’enquête SAVY 2 a été menée en 2010 auprès de 10044 jeunes de 14 à 25 ans, vivant dans les 63 provinces vietnamiennes (Ministry of Health, GSO, 2012).

4 L’entretien a lieu le 6 août 2011 dans un bar pour étudiants près de l’université nationale d’économie à Hanoi.

5 L’entretien a lieu le 13 août 2011.

6 Pour un euro = 27 000 dông au 20 mars 2013

7 Une étudiante en faculté d’économie raconte le 16 août 2011 qu’elle s’est rendue dans une de ces échoppes, et que la vendeuse lui a communiqué, contre une commission de 100 000 dông, le numéro de téléphone d’une femme qui pourrait lui apporter le produit demandé dans la soirée. Le commerce de ce produit étant illégal au Viêt Nam, la discrétion s’impose.

8 Dans la rue Hang Chieu au cœur du quartier des 36 rues se vend, au milieu des produits cosmétiques, ce qu’on appelle par euphémisme les « do nguoi lon » (« les choses pour les adultes ») : stimulants, jouets sexuels.

9 Enquête annuelle (du 1er avril 2011) sur les changements démographiques et la planification familiale (GSO, 2011). En 2011, la prévalence contraceptive (donc chez les femmes mariées de 15 à 49 ans) s’élève à 78,2 %, les méthodes modernes étant largement les plus utilisées à hauteur de 68,6 %.

Table des illustrations

Titre Figure 1- Proportion (en %) des jeunes célibataires de 14 à 25 ans qui ont déjà eu des relations sexuelles, selon leur sexe ainsi que leur âge et leur lieu de résidence (SAVY 2, 2010)
Crédits Source : Ministry of Health et coll. 2012.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4416/img-1.png
Fichier image/png, 26k

Auteur

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter