Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations démographiques et sociales du Viêt Nam contemporain

 | 
Maria E. Cosio Zavala
, 
Myriam de Loenzien
, 
Bich-Ngoc Luu

Deux perspectives régionales sur les déséquilibres de sexe à la naissance au Viêt Nam

Valentine Becquet

Texte intégral

  • 1 Source: Office général des Statistiques, chiffres donnés pour l’année 2012.

1Différents pays dans le monde, de l’Albanie à la Chine, sont affectés par des déséquilibres du rapport de masculinité à la naissance (Attané et coll. 2005 ; Attané et coll. 2007 ; Duthé et coll. 2012). Le Viêt Nam est de ceux parmi lesquels le phénomène est le plus récent, mais la hausse que l’on mesure depuis 2006 est également l’une des plus rapides. En effet, le rapport de masculinité à la naissance s’établit aujourd’hui à plus de 112 naissances de garçons pour 100 naissances de filles, et excède 120 dans certaines provinces1.

  • 2 Comme le montrent les chiffres de l’Enquête Démographique et de Santé de 2001-2002, la mortalité in (...)
  • 3 Multiple Indicator Cluster Survey.

2Si en Chine et en Inde, le déséquilibre du rapport de masculinité à la naissance est aggravé par la surmortalité infanto-juvénile des petites filles (Coale et coll. 1994, Bedi 2008), il n’y a pas de discrimination postnatale au Viêt Nam. En effet, il n’existe aucun témoignage d’infanticide au cours des siècles passés, et la surmortalité des petites filles, causée ailleurs par la négligence de soins, semble minime : elle est de 0,7 pour 1000 filles âgées de moins de 5 ans, pour chaque année de la période 2005-20092. Comparé à la surmortalité estimée des petites filles en Chine (99,5 pour 1000) et en Inde (261,8 pour 1000), le chiffre du Viêt Nam est négligeable (Guilmoto 2012b). D’autre part, si Mark Banens (2000) dénote 10 à 20% de sous-déclaration des naissances féminines en Cochinchine au début du 20e siècle, il ne semble plus exister aujourd’hui de discrimination envers les filles lors de la déclaration à l’état civil. Selon l’enquête MICS3 menée par UNICEF en 2005, il y aurait en réalité un pourcentage légèrement plus important de filles que de garçons déclarés à l’âge de 5 ans (UNICEF 2005). De plus, si la sous-déclaration des naissances féminines était un phénomène important au Viêt Nam, elle aurait influé sur le rapport de masculinité bien avant 2006. Par conséquent, en l’absence de discrimination postnatale envers les petites filles, la hausse du rapport de masculinité à la naissance est exclusivement liée à la sélection sexuelle prénatale, c’est-à-dire l’avortement des fœtus féminins.

  • 4 L’indicateur synthétique du niveau de vie du ménage a été calculé à partir de multiples variables : (...)

3Selon les données issues du recensement vietnamien de 2009, le rapport de masculinité est plus élevé pour les naissances des couples plus riches et plus éduqués, qui agissent comme des groupes « pionniers » dans un mécanisme d’innovation sociale (l’adoption de la sélection sexuelle prénatale). Ainsi, le rapport de masculinité à la naissance est normal chez les couples appartenant au quintile le plus pauvre (105,2), il augmente légèrement chez les couples du deuxième quintile (107,5) mais il apparaît réellement déséquilibré pour les naissances des trois quintiles les plus riches – il varie de 111,7 à 112,9 (UNFPA 2010)4. Les couples les plus riches sont aussi les plus éduqués, ils ont donc un meilleur accès à l’information sur la sélection sexuelle moderne.

4Cet article se propose d’examiner les facteurs qui ont mené à l’émergence de ce phénomène récent au Viêt Nam, puis d’analyser les disparités régionales qui apparaissent dans les statistiques de la masculinité des naissances, à travers l’étude de deux provinces, Hai Duong et Ninh Thuậân, qui ont été l’objet d’enquêtes qualitatives en octobre 2012 et en janvier 2013.

  • 5 Ces projets consistent principalement en la diffusion de campagnes de sensibilisation sur la problé (...)
  • 6 Vietnam Household Living Standards Survey 2010.
  • 7 Cette « ligne de pauvreté » est déterminée à 400 000 VND (soit environ 20 dollars US) par personne (...)
  • 8 Il semble exister peu de différences entre les zones rurales et urbaines en termes de préférence po (...)

5La province de Hai Duong comporte 1 700 000 habitants, elle est située dans une région fortement peuplée du nord, le Delta du Fleuve Rouge (voir Carte 1 en tête d’ouvrage), région qui comprend les rapports de masculinité à la naissance les plus déséquilibrés du pays ; celui de Hai Duong était de 120,2 naissances de garçons pour 100 naissances de filles en 2009, c’est pourquoi elle fait partie des 18 provinces où le Comité national pour la Population et la Planification familiale a mis en place les premiers projets de lutte contre la discrimination sexuelle prénatale en 2009.5 C’est l’une des provinces les plus industrialisées du Viêt Nam, qui englobe également de grandes zones rurales de riziculture et de fruiticulture – le district de Thanh Hà, où s’est déroulée une partie de l’enquête, est notamment spécialisé dans la culture des goyaves et des litchis. Hai Duong est une province relativement riche ; le taux de pauvreté, issu de l’enquête sur les niveaux de vie des ménages6, et basé sur la ligne de pauvreté fixée par le gouvernement,7 est de 10,8% en 2010. De plus, le niveau d’éducation est élevé, puisque selon les données du recensement de 2009, 64% de la population a atteint la dernière année du collège (neuvième année). Cette province comporte une écrasante majorité de Kinh (99,6%), et témoigne d’une très forte préférence pour les garçons8, liée à des structures patriarcales. L’indice synthétique de fécondité se situe en dessous du seuil de renouvellement des naissances, avec 1,99 enfant par femme en 2009.

6La province de Ninh Thuân, elle, compte seulement 570 000 habitants (voir Carte 1 en tête d’ouvrage). Si la majorité de sa population est d’origine Kinh aujourd’hui (76,5%), elle comporte toujours une forte proportion de Cham (11,9%) et de Raglay (10,4%), deux minorités ethniques ayant des structures de parenté relativement similaires (Nakamura 2008, Kiernan 2010). Située sur la côte centrale du sud, c’est une province essentiellement rurale (73% de la population vit en zone rurale en 2009) et agricole, avec de grandes zones de riziculture, mais également un secteur de pêche très développé. Ninh Thuân est une province plus pauvre que celle de Hai Duong – le taux de pauvreté était évalué à 19% en 2010 contre 10,8% à Hai Duong –, avec un niveau d’éducation beaucoup plus bas. En effet, les chiffres du recensement de 2009 montrent que seuls 21% des individus ont terminé le collège (contre 64% des individus à Hai Duong). D’autre part, la fécondité est plus élevée que la moyenne nationale : l’indice synthétique de fécondité s’élève à 2,4 enfants par femme en 2009, avec un rapport de masculinité à la naissance évalué à 110,8 cette même année. Ici, le projet de prévention mis en place par le Comité national pour la Population et la Planification familiale date seulement de 2012, les habitants semblaient donc encore peu au courant de la problématique de la masculinité des naissances au moment de l’enquête (janvier 2013).

Les trois facteurs de la masculinité des naissances

7Le phénomène de la masculinité des naissances, conséquence de la discrimination sexuelle prénatale, résulte de la combinaison de trois facteurs. En effet, comme le démontre Christophe Z. Guilmoto (2009), les couples qui ont recours aux avortements sexo-sélectifs doivent être disposés à le faire (facteur de demande), parce qu’ils ont une préférence pour les garçons liée à différents arguments sociaux, culturels et économiques, mais ils doivent aussi en avoir la possibilité (facteur d’accessibilité), grâce à la légalité du recours à l’avortement provoqué et le développement de nouvelles technologies telles que les appareils échographes. Enfin, il existe un facteur de pression, exercée par le faible niveau de fécondité, qui augmente la probabilité de n’avoir que des filles. Avant d’aller plus avant dans l’analyse du phénomène à proprement parler, nous allons détailler ces trois facteurs dans le contexte particulier du Viêt Nam.

Le contexte de faible fécondité

8Selon les données de l’Office Général des Statistiques, l’indice synthétique de fécondité (ISF) du Viêt Nam a atteint le seuil de remplacement des générations (2,1) en 2005, puis est tombé sous ce niveau dans les années suivantes ; il était de 1,99 en 2011. Ce bas niveau de fécondité a été atteint remarquablement rapidement, l’ISF passant en 30 ans de 6,8 enfants par femme (1965-1969) à 2,5 enfants par femme (1995-1999). Ainsi, le gouvernement de la République démocratique du Viêt Nam (au nord), alarmé par les résultats du recensement de 1960 montrant un accroissement très rapide de la population, a mis en place une première politique de contrôle des naissances dès 1963 (Décret 99/TTg du 16 octobre 1963), incitant les familles à n’avoir que trois enfants et à espacer les naissances (Scornet 2009). Ensuite, dans les années 70, il a fortement encouragé l’utilisation de la contraception, plus particulièrement du dispositif intra-utérin, et de l’avortement, légalisé en 1954, afin de contrôler les naissances. Au contraire, la République du Viêt Nam, au sud du pays, a entretenu une politique à tendance nataliste (Scornet 2000).

9Le pays s’est réunifié en 1975, et en 1984 a été créé le Comité national pour la Population et la Planification familiale ; la politique de limitation à un ou deux enfants par couple (một hoặc hai con) a été mise en place par le Décret 162/HDBT du 18 octobre 1988, alors que l’ISF était de 4 enfants par femme. Le gouvernement a ainsi durci la politique de 1963, en poursuivant le même objectif : limiter l’accroissement naturel de la population afin d’améliorer le niveau de vie des Vietnamiens. Cependant, la limitation ne concernait pas les minorités ethniques situées en majorité dans les Régions montagneuses du nord et les Hauts Plateaux du centre, autorisées à avoir trois enfants.

  • 9To make audiences realize and accept the view that either of the two is also one’s born child and (...)

10Comme l’explique Catherine Scornet (2009), la politique des deux enfants, à travers les activités de planification familiale, a été implantée de manière décentralisée, du niveau provincial au niveau communal, favorisant son succès et le déclin rapide de la fécondité. À travers différents outils de communication, posters, médias de masse, performances théâtrales ou chansons, le gouvernement a élaboré dans les années 90 une véritable propagande vantant les mérites de la famille idéale, « petite, en bonne santé, heureuse et prospère ». Dès cette époque, l’égalité entre les garçons et les filles est également soulignée dans la stratégie de communication : « pour que le public réalise et accepte que chaque enfant mérite d’être aimé, quel que soit son sexe. La chose la plus importante n’est pas d’avoir un fils ou une fille ou plusieurs enfants, mais la manière dont l’enfant ou les enfants sont éduqués et grandissent »9.

  • 10 Ces chiffres sont issus respectivement de l’Enquête de Démographie et de Santé de 1988 et des enquê (...)

11Plusieurs mesures sont instaurées : les couples – particulièrement les fonctionnaires, les militaires et les membres du Parti communiste – dépassant le nombre d’enfants autorisés doivent payer une taxe foncière plus élevée, et l’État vietnamien fournit gratuitement des moyens de contraception modernes, et des services de santé permettant la pose d’un dispositif intra-utérin ou le recours à l’avortement. De fait, le taux d’utilisation de la contraception moderne est passé de 53,2% en 1988 à 57,9% en 1998 et 68,6% en 201110. Près de la moitié des femmes utilisant un moyen de contraception ont un dispositif intra-utérin. Il est cependant important de noter que cette politique a varié dans sa mise en place, car si le non-respect de la prescription entraînait automatiquement le paiement d’une amende dans certaines provinces, les couples ayant deux filles étaient tacitement autorisés à concevoir un troisième enfant dans d’autres provinces (Scornet 2000). Quelques années plus tard, en 2003, avant même que la surmasculinité des naissances au Viêt Nam ne devienne statistiquement significative, mais alors que les experts soupçonnent le développement imminent du phénomène (Croll 2000, Bélanger 2002), l’Assemblée nationale vietnamienne a acté une Ordonnance de Population, interdisant la sélection du sexe du fœtus (article 7), et stipulant que les couples étaient autorisés à avoir autant d’enfants qu’ils le désiraient (article 10). Ce dernier article a soulevé une controverse sur un éventuel accroissement de la population en cas d’abandon de la prescription à deux enfants par couple, et l’Assemblée nationale amenda l’Ordonnance en 2008, en réintroduisant l’obligation pour les couples de limiter les naissances à un ou deux enfants. Cependant, cette révision ne comprend pas de mesures punitives pour les couples ne respectant pas cette prescription.

12Aujourd’hui, avoir deux enfants est devenu la norme, en particulier chez les Kinh, l’ethnie majoritaire du Viêt Nam. En effet, beaucoup de couples préfèrent avoir peu d’enfants pour pouvoir leur fournir une meilleure éducation, dans un pays où l’école coûte très cher (Papin et coll. 2010).

  • 11The new ideology was instilled by socialist-style propaganda campaigns, and became an internalized (...)

« La nouvelle idéologie a été inculquée par des campagnes de propagande de style socialiste, et elle est devenue une préférence intériorisée »11 (Bélanger et Khuât 2009).

13S’il n’y a plus d’amendes pour les couples ayant plus de deux enfants, comme le montrent différents témoignages recueillis à Hai Duong comme à Ninh Thuân, les parents ayant plus de deux enfants sont cités en public et désignés lors des réunions de village, en signe de désapprobation. D’autre part, le gouvernement vietnamien a mis en place le concept de « famille cultivée » (gia đình văn hóa), un certificat délivré aux familles considérées comme heureuses, bien éduquées et n’ayant pas plus de deux enfants – un concept calqué sur celui de « village cultivé », et qui vise à définir un comportement « convenable » tout en renforçant le contrôle social de la communauté.

14Dans ce contexte de faible fécondité, la probabilité de ne pas avoir de fils est relativement élevée : 24% des couples ayant deux enfants n’auront que des filles, contre 6% des couples avec quatre enfants, et 1% des couples avec six enfants. Ce risque de demeurer sans descendance masculine pousserait donc certains à avoir recours à la sélection sexuelle prénatale. Et si cette norme des deux enfants est intériorisée, une partie des couples interrogés pendant les enquêtes de terrain effectuées à Hai Duong et Ninh Thuân, ainsi que certains cadres politiques, blâment pourtant la politique de contrôle des naissances, qui empêche les couples d’avoir un troisième enfant lorsqu’ils n’ont que deux filles et désirent un fils. Même s’ils expliquent dans le même temps qu’ils n’ont pas les moyens financiers d’élever un enfant supplémentaire, ils sembleraient préférer avoir le choix hypothétique d’ajuster leur fécondité à leur désir qualitatif de famille idéale.

L’accès aux nouvelles technologies et la lutte contre la sélection sexuelle prénatale

  • 12 Selon l’article 44 de la loi sur la protection de la santé publique, datée du 30 juin 1989.

15Comme nous l’avons vu précédemment, l’avortement a été légalisé en 1954, sans jamais être controversé (Bélanger et Khuât 2009). Il était utilisé comme un moyen de limiter les naissances, au même titre que la contraception moderne, l’État veillant à ce que les femmes y aient accès sur demande dans les institutions médicales accréditées par le Ministère de la Santé.12 Puis, avec le Renouveau (Đổi Mới) et la privatisation du système de santé au début des années 90, les praticiens privés ont également pu pratiquer des avortements. Comme l’explique Goodkind (1994), les données montrent une augmentation rapide des taux d’avortements au début des années 1990, peu après la mise en place de la politique de limitation des naissances. Henshaw et coll., dans leur article de 1999 sur l’avortement dans le monde, précisent que le nombre moyen d’avortements en 1996 au Viêt Nam était de 2,5 avortements par femme en âge de reproduction, et que cette même année, 43,7 grossesses sur 100 se terminaient par un avortement, ce qui était l’un des ratios les plus élevés des pays les moins développés.

16L’avortement est légal au Viêt Nam au premier comme au second trimestre de la grossesse. Cependant, les données du Ministère de la Santé montrent que 77% des avortements étaient pratiqués à moins de huit semaines de grossesse en 2005 – ces avortements sont alors qualifiés de « régulation menstruelle » (Pham et coll., 2011). Selon les directives du Ministère de la Santé, les avortements pratiqués au second trimestre de grossesse doivent l’être dans les hôpitaux provinciaux et nationaux exclusivement, car ils requièrent des médecins formés à la technique utilisée, dite de dilatation et évacuation. Il semble cependant que ces avortements tardifs soient également pratiqués dans les structures privées, qui sont plus chères, mais également moins contrôlées (Bélanger et Khuât 2009).

17D’autre part, l’accès aux échographies s’est généralisé au Viêt Nam dans les années 2000, ce qui a probablement été le déclencheur du recours à la sélection sexuelle prénatale, en permettant de déterminer le sexe du fœtus avant la naissance. Ainsi, selon les données de l’École de Médecine de Hanoi, à la fin de l’année 2001, des services d’échographie, publics et privés, étaient accessibles dans la quasi-totalité des districts du pays, qu’ils soient urbains ou ruraux (Bélanger et Khuât 2009). De plus, Tine Gammeltoft (2007) décrit dans une étude à petite échelle effectuée dans la ville de Hanoi en 2007 que les femmes avaient recours à l’échographie en moyenne huit fois par grossesse. Grâce à la privatisation du système de santé, le Viêt Nam a pu importer plus facilement des appareils échographiques, mais également commencer à les fabriquer, ce qui a permis de faire baisser le prix des échographies. Ainsi, Christophe Z. Guilmoto et coll. (2009) expliquent, à partir des données du Ministère de la Santé, que le nombre d’échographies est passé de 1 million en 1998 à 3,7 millions en 2002 et 10,8 millions en 2007.

  • 13 Population Change and Family Planning Survey.

18Le pourcentage de femmes ayant connaissance du sexe du fœtus pendant leur grossesse grâce aux échographies a ainsi augmenté dans tout le pays durant la dernière décennie, à la fois dans les zones urbaines et rurales. Bang Pham et coll. (2011) expliquent que si cette connaissance était au départ plus répandue dans les zones urbaines que rurales (83,1% contre 56,6% en 2006), l’augmentation était cependant plus rapide dans les zones rurales. Ainsi, selon les données décrites dans l’enquête annuelle de l'Office général des statistiques13 en 2012, le pourcentage de femmes connaissant le sexe de leur fœtus est passé de 83,1% en 2006 à 86,7% en 2012 dans les zones urbaines, et de 56,6% en 2006 à 78,9% en 2012 dans les zones rurales ; 99% de ces femmes déclarent connaître le sexe grâce à une échographie, dont l’accès s’est ainsi généralisé dans l’ensemble du pays. Le propriétaire d’une clinique privée à Hai Duong raconte ainsi qu’une majorité d’échographies est pratiquée autour du troisième mois de grossesse, et que les femmes viennent souvent plusieurs fois autour de cette date afin de s’assurer du sexe du fœtus, ce dont témoigne également le recours répété à l’échographie décrit par Gammeltoft.

19La légalité de l’avortement au premier comme au second trimestre de grossesse, et l’accès généralisé aux échographies, dans un contexte de faible fécondité et de préférence traditionnelle pour les garçons, ont permis le recours par certains couples à la sélection sexuelle prénatale, ce qui a pour conséquence un déséquilibre du rapport de masculinité à la naissance de plus en plus marqué. Ces avortements sélectifs ne sont pas nécessairement des avortements tardifs, puisque selon Efrat et coll. (1999), la précision dans la détermination du sexe du fœtus augmente de 70.3% à 11 semaines de grossesse, à 98,7% à 12 semaines et 100% à 13 semaines de grossesse.

  • 14 Loi numéro 73/2006/QH11 du 29 novembre 2006.

20Comme nous l’avons expliqué précédemment, l’Assemblée nationale vietnamienne a mis en place une Ordonnance de Population en 2003 afin de prohiber l’identification du sexe du fœtus lors des échographies, et l’avortement sélectif. Ce document légal inclut un ensemble d’amendes et charges criminelles pour ceux qui violent la loi (Article 38), et le décret d’exécution de cette loi a été promulgué en octobre 2006 par le premier ministre (Bélanger et Khuât 2009). La loi sur l’égalité de genre14 date de cette même année, et stipule à son tour l’interdiction de  « choisir le sexe du fœtus sous quelque forme que ce soit », mais également « d’inciter ou de forcer quelqu’un à avorter en raison du sexe du fœtus ».  Cependant, il est extrêmement difficile de faire respecter cette prohibition, affichée sur les murs des hôpitaux et des cliniques privées, car elle dépend de la coopération des médecins. Si l’ensemble des praticiens de santé rencontrés le nie, il semble pourtant que la majorité des femmes connaisse aujourd’hui le sexe du fœtus. Ainsi, l’intégralité des femmes interrogées pendant les enquêtes qualitatives ayant des enfants de moins de 10 ans, à Ninh Thuân comme à Hai Duong, en zone urbaine comme en zone rurale - ainsi que les clients rencontrés dans les salles d’attente des cliniques privées-, a confié avoir eu connaissance du sexe du fœtus grâce aux échographies, car les praticiens de santé privés le révèlent sans hésitation.

La préférence pour les garçons

21Les nombreuses études effectuées sur la préférence pour les garçons se situent principalement dans la région du delta du fleuve Rouge, marquée par un système patrilinéaire et patrilocal fort dans l’ethnie majoritaire Kinh (85,7% de la population en 2009), en partie similaire au modèle culturel chinois (Haughton et coll. 1995, Bélanger 2002, 2006). Ces valeurs patriarcales, issues du confucianisme, sont enracinées dans la culture vietnamienne, et continuent de façonner les perceptions de genre, à la fois chez les hommes et chez les femmes. La colonisation chinoise, qui a commencé en 111 av. J.-C. et s’est étendue jusqu’à la moitié du Xe siècle, a eu un impact profond sur la culture et les traditions des familles vietnamiennes. Selon l’idéologie confucéenne, les femmes sont dépendantes des hommes tout au long de leur vie. Elles doivent pratiquer les « quatre vertus » confucéennes (Tứ Đức), exclusivement féminines, à savoir l’habileté au travail ménager, la beauté, la fidélité et la passivité, ainsi que les trois dépendances (Tam Tòng) au père, au mari puis au fils aîné après le décès du mari. Les femmes s’efforcent de légitimer leur statut en donnant naissance à un fils, qui est le seul habilité à rendre le culte aux ancêtres, garantissant ainsi la cohésion de la famille et la stabilité de la société vietnamienne (Scornet 2000, Bélanger 2006, Institute for Social Development Studies 2007, Bélanger et Barbieri 2009). Comme le montre le dicton traditionnel « Nhất nam viết hữu, thập nữ viết vô » (qui signifie : si tu as un fils alors tu as un descendant ; mais tu ne peux pas en dire autant, même en ayant dix filles), seul un fils peut assurer la continuité de la lignée familiale. De plus, engendrer un fils confirme la réputation d’un homme dans la communauté, ainsi que sa masculinité.

22Il faut cependant noter que le confucianisme tel qu’il est adopté au Viêt Nam se distingue du modèle chinois ; l’étude du code légal mis en place sous la dynastie Lê (1428-1788) révèle que si les femmes avaient un statut inférieur aux hommes, l’héritage était cependant partagé entre garçons et filles, et ces dernières pouvaient pratiquer le culte des ancêtres en l’absence d’un fils. De plus, la corésidence des fils mariés avec leurs parents était moins systématique qu’en Chine ; il n’était pas rare que les couples mariés s’établissent dans le village du mari, mais de manière autonome. En réalité, si les valeurs confucéennes furent adoptées par les membres de la classe aisée dans l’espoir d’améliorer leur statut social en se conformant à l’idéologie d’Etat, la majorité du peuple conserva durant cette période ses valeurs et ses pratiques traditionnelles, fondées sur un système de parenté bilatéral (Haines 1984, Yu 2008). Ce n’est en réalité que plus tard, sous la dynastie Nguyên (1802-1945), que le confucianisme fut renforcé. En outre, une part importante de l’ethnie Kinh actuelle, dans le sud du Viêt Nam, est composée de descendants de populations d’origines ethniques différentes, y compris de groupes qui ont longtemps été connus pour avoir des règles de parenté et des modèles de résidence bilatéraux comme ailleurs en Asie du Sud-est (Liljestrom et coll. 1991, Bélanger 2000). En effet, l’expansion progressive des Vietnamiens (et des Chinois) dans les territoires Khmer et Cham, connue sous le nom de « Marche vers le sud » (Nam tiến), ne date que du 17e siècle.

23Ce dernier facteur, la préférence de genre, est aussi le plus ancien – avant que la faible fécondité n’exerce une pression sur les couples, et que les nouvelles technologies permettent le recours aux avortements sexo-sélectifs, les couples continuaient de concevoir des enfants jusqu’à ce qu’ils aient atteint le nombre désiré de fils (Guilmoto 2012a). Ce phénomène peut être étudié grâce aux probabilités d’agrandissement, un indicateur que nous allons analyser un peu plus loin. D’autre part, c’est l’intensité de la préférence pour les fils, liée aux systèmes de parenté patrilinéaires ou mixtes, qui est le principal élément expliquant les disparités régionales que nous pouvons observer dans le graphique 1, le niveau de fécondité étant relativement faible dans l’ensemble des provinces vietnamiennes, et l’accès aux nouvelles technologies se développant rapidement dans l’ensemble du pays. Cette étude se propose donc de comparer deux provinces, afin d’analyser les différences dans la préférence pour les garçons. Si le système de parenté dans la province de Hai Duong apparaît fortement patriarcal, justifiant la nécessité de concevoir un fils qui accomplira le culte des ancêtres et continuera la lignée familiale, nous allons démontrer que la situation à Ninh Thuân est différente, car cette province comporte l’un des plus forts pourcentages de Cham dans le pays, un groupe ethnique ayant un système de parenté matrilinéaire.

Graphique 1. Rapport de masculinité à la naissance selon la région du lieu de résidence de la mère

Graphique 1. Rapport de masculinité à la naissance selon la région du lieu de résidence de la mère

Source : recensement de 2009

Données et méthodologie

Source quantitative

24Les statistiques présentées dans cette étude proviennent de l’analyse du Recensement général de la population et de l’habitat du Viêt Nam de 2009. Il porte sur 85,8 millions de personnes réparties dans 22,6 millions de ménages, mais les données (brutes) analysées sont issues du « questionnaire long », restreint à 15% de la population. Cet échantillon représente une base de données de 14 177 590 personnes (3 692 042 ménages), dont quatre millions de femmes âgées de 15 à 49 ans. Le rapport de masculinité à la naissance est calculé à partir des 247 603 naissances ayant eu lieu dans les 12 mois précédant le recensement.

Enquête sur les pratiques reproductives et la préférence de genre

  • 15 Source : données du recensement 2009 publiées par l'Office général des statistiques
  • 16 Source : ibid.

25Les enquêtes qualitatives se sont déroulées, en octobre 2012 et janvier 2013, dans deux provinces différentes, sélectionnées en raison de leurs particularités, et de leurs niveaux différents du rapport de masculinité à la naissance. La première enquête a eu lieu à Hai Duong, dans le Delta du Fleuve Rouge au nord du Viêt Nam, une province ayant l’un des rapports de masculinité à la naissance les plus déséquilibrés du pays (120,2 en 2009)15. La seconde s’est déroulée à Ninh Thuân, située sur la côte centrale du sud, car c’est l’une des provinces ayant le plus haut pourcentage de villages Cham – une minorité ethnique dont le système de parenté est matrilinéaire –, où le déséquilibre du rapport de masculinité à la naissance est moindre (110,8 en 2009).16

26Dans chaque province, l’enquête a été mise en place dans deux districts différents, l’un urbain et l’autre rural – Viêt Hòa et Thanh Hà dans la province de Hai Duong, et ville de Phan Rang et Ninh Hai dans la province de Ninh Thuân –, afin d’élargir les catégories socioéconomiques des personnes incluses dans l’échantillon.

Méthodologie de la collecte

27L’enquête repose sur des entretiens semi-directifs approfondis afin d’observer les pratiques reproductives et les intentions de fécondité des couples, ainsi que la préférence de genre et les différences entre garçon et fille au sein d’une fratrie. Les hommes et les femmes ont été interrogés séparément, à propos de leur profil socioéconomique, leur mariage, leur utilisation de la contraception et leur expérience de l’avortement, ainsi que sur des normes culturelles spécifiques (le culte des ancêtres, l’héritage et l’aide aux parents âgés), et leur connaissance de la problématique de la masculinité des naissances. Des entretiens collectifs exclusivement féminins ou masculins ont également été organisés afin d’analyser plus finement les rapports familiaux intergénérationnels, et la pression familiale et communautaire qui s’exerce autour du sexe de l’enfant à naître.

  • 17 Une sous-estimation du recours à cette pratique par les personnes interrogées est toutefois vraisem (...)

28Les personnes interrogées ont été sélectionnées directement par les travailleurs des centres communaux de santé, en lien avec les Comités provinciaux pour la Population et la Planification familiale de Hai Duong et de Ninh Thuân, à partir de plusieurs caractéristiques que nous avions établies : âge, genre, nombre et sexe des enfants. Les entretiens semi-directifs individuels ont eu lieu au domicile des enquêtés, tandis que les entretiens collectifs, organisés avec six hommes ou six femmes, ont été enregistrés dans la salle du Comité populaire du village enquêté. Chaque personne interrogée a signé un accord après une présentation détaillée du contexte de l’enquête, et la confidentialité des témoignages recueillis a été préservée, en s’assurant de la seule présence de l’enquêtrice et de l’interprète lors des entretiens, notamment en raison de l’illégalité du recours à l’avortement sexo-sélectif17. Il n’a jamais été demandé par les autorités, locales comme nationales, de parcourir ni de vérifier les données recueillies.

Les participants

29Les deux enquêtes ont des échantillons similaires regroupant des personnes ayant seulement des filles, interrogées séparément des personnes ayant un ou plusieurs fils. Huit entretiens individuels et quatre entretiens collectifs ont été effectués au total dans chaque province, avec autant d’hommes que de femmes interrogées. Dans la province de Hai Duong, l’intégralité des individus enquêtés était mariée et d’origine Kinh ; les seize femmes étaient âgées de 25 à 51 ans, et les seize hommes de 28 à 55 ans. L’échantillon à Ninh Thuân est plus varié : si tous les individus interrogés sont mariés, huit hommes de 30 à 43 ans et huit femmes de 33 à 41 ans sont Kinh, tandis que huit hommes de 28 à 44 ans et huit femmes de 25 à 44 ans sont Cham.

30Nous avons également rencontré un(e) chef de village dans chaque district – deux femmes à Hai Duong et deux hommes à Ninh Thuân –, et quatre chefs de clan, qui étaient exclusivement des hommes. De plus, nous avons visité des centres communaux de santé afin de vérifier les registres de naissance, et interrogé des praticiens de santé au sein des hôpitaux de province et des cliniques privées. Enfin, nous avons organisé des réunions avec des organisations civiles telles que l’Union des Femmes ou l’Union des Paysans, avec le Comité populaire au niveau provincial et communal, ainsi que le Comité provincial pour la Population et la Planification familiale, afin de cerner les politiques et les campagnes locales mises en place pour lutter contre la sélection sexuelle prénatale.

Méthodologie d’analyse

31Un des indicateurs de la préférence pour les garçons est la probabilité d’agrandissement à la parité n, c’est-à-dire la proportion de femmes avec n naissances qui ont une naissance supplémentaire, selon le sexe des enfants précédents. Contrairement aux variables d’opinions sur le nombre idéal d’enfants par sexe, cet indicateur permet de mesurer la sur-fécondité des couples en l’absence de fils, et met ainsi en évidence la « préférence révélée » des couples.

  • 18 Notons que cette méthode est transversale et non longitudinale ; en effet, les calculs sont effectu (...)

32La probabilité d’agrandissement est calculée à partir de la reconstruction des fratries : dans les données du recensement, les enfants et petits-enfants du chef de ménage sont identifiés en s’assurant des liens de parenté ; ainsi, les ménages où des cousins peuvent cohabiter sont éliminés (environ 6% de la population des fratries). Ensuite, seuls les enfants ayant entre 0 et 10 ans révolus sont gardés, afin de limiter les cas où un membre de la fratrie a déjà quitté le foyer. À partir de ces fratries, nous calculons la probabilité pour qu’un enfant ait un petit frère ou une petite sœur, selon son rang de naissance, son sexe et éventuellement celui de son ou ses aîné(s). Ce calcul peut ensuite être décliné selon différentes variables individuelles.18

33Autres indicateurs de préférence pour les garçons, les rapports de masculinité selon le rang de naissance de l’enfant et la présence éventuelle d’un frère aîné sont calculés à partir du fichier de reconstruction des fratries utilisé pour les probabilités d’agrandissement. Ils concernent donc les enfants âgés de moins d’un an au moment du recensement, et non les naissances ayant eu lieu dans les 12 mois précédant le comptage. Cependant, la variation entre les deux indicateurs est minime, en raison du faible niveau de mortalité infantile au Viêt Nam (16 pour 1000 en 2009).

Analyse comparative de deux provinces

34Les disparités régionales sont liées à l’intensité de la préférence pour les garçons, comme le montre l’analyse comparative de deux provinces : Hai Duong et Ninh Thuân.

La sur-fécondité des couples en l’absence de garçons

35Le tableau 1 montre les probabilités d’agrandissement pour l’ensemble du Viêt Nam, selon le rang de naissance et la composition sexuelle de la fratrie.

36Ainsi, au Viêt Nam, 30% des couples ayant deux filles auront un troisième enfant, contre 15% des couples qui ont au moins un fils parmi leurs deux enfants. La probabilité qu’un couple ayant deux filles ait un troisième enfant est donc deux fois supérieure à celle d’un couple ayant au moins un fils. Cette préférence pour les garçons peut également se retrouver en comparant les rapports de masculinité selon le rang de naissance de l’enfant et la présence éventuelle d’un frère aîné (tableau 2). Nous pouvons voir que le fait de ne pas avoir de fils influe fortement sur le rapport de masculinité des enfants de moins d’un an, c’est-à-dire sur le recours des couples à la sélection sexuelle prénatale, et ce d’autant plus que le rang de naissance augmente. 

Tableau 1. Probabilités d’agrandissement selon la taille de la fratrie et la présence antérieure d’un fils, enfants âgés de 0 à 10 ans révolus

Viêt Nam

Taille de la

Composition de la fratrie (%)

Total (%)

Ratio (%)

Effectif

fratrie

Sans garçon

Avec garçon(s)

1 à 2

51

47

49

109

1 061 997

2 à 3

30

15

19

200

889 389

3 à 4

33

19

22

174

315 595

4 à 5

36

24

25

150

191 798

Total

2 458 779

Ratio = probabilité d’agrandissement dans une fratrie sans garçon/ probabilité d’agrandissement dans une fratrie avec garçon(s)

Source: calculs de l'auteure, à partir de l'échantillon de 15% du recensement de 2009

Tableau 2. Rapports de masculinité des enfants âgés de moins d’un an, selon le rang de naissance et la présence d’un frère aîné

Viêt Nam

Rang de

Composition de la fratrie

naissance

Sans garçon

Avec garçon(s)

Effectif

2

108,8

106,2

88 839

3

125,1

106,4

28 669

4

133,9

103,8

9 430

Total

 

 

126 938

Source: calculs de l'auteure, à partir de l'échantillon de 15% du recensement de 2009

37Si nous comparons maintenant les probabilités d’agrandissement à Hai Duong et à Ninh Thuân (tableau 3), les résultats montrent que 25% des femmes ayant eu deux filles à Hai Duong ont eu un troisième enfant, contre seulement 4% des femmes qui ont eu au moins un garçon. Cependant, à Ninh Thuận, la différence est beaucoup plus faible : 37% des femmes ayant eu deux filles ont eu un troisième enfant, contre 29% des femmes ayant eu au moins un fils. Ainsi, la probabilité pour qu’une femme sans fils ait un troisième enfant est plus de six fois supérieure à Hai Duong, et seulement 1,3 fois supérieure à Ninh Thuân. Ces variations de probabilités d’agrandissement démontrent différentes intensités de préférence pour les garçons, que nous allons illustrer avec les témoignages recueillis lors des enquêtes de terrain.

38Les deux provinces étudiées ont un niveau de fécondité relativement faible, et un accès développé aux échographies et à la détermination prénatale du sexe du fœtus. Cependant, les données montrent différents niveaux de préférence pour les garçons. L’hypothèse que nous proposons ici est que ces disparités sont liées à des systèmes de parenté et des pratiques culturelles sous-jacentes, qui influencent finalement le rapport de masculinité à la naissance.

Tableau 3. Probabilités d’agrandissement selon la taille de la fratrie et la présence antérieure d’un fils dans les provinces de Hai Huong et Ninh Thuân, enfants âgés de 0 à 10 ans révolus

Province de Hai Duong

Taille de la

Composition de la fratrie (%)

Tota (%)l

Ratio (%)

Effectif

fratrie

Sans garçon

Avec garçon(s)

1 à 2

50

45

47

111

18 454

2 à 3

25

4

9

625

16 972

3 à 4

25

2

8

1250

3 566

4 à 5

24

2

7

1200

549

Total

39 541

Province de Ninh Thuân

Taille de la

Composition de la fratrie (%)

Total (%)

Ratio (%)

Effectif

fratrie

Sans garçon

Avec garçon(s)

1 à 2

53

54

53

98

9 327

2 à 3

37

29

31

128

8 236

3 à 4

36

29

30

124

4 669

4 à 5

35

27

28

130

4 339

Total

26 571

Ratio = probabilité d’agrandissement dans une fratrie sans garçon/ probabilité d’agrandissement dans une fratrie avec garçon(s)

Source: calculs de l'auteure, à partir de l'échantillon de 15% du recensement de 2009

Province de Hai Duong

39Dans la province de Hai Duong, les couples qui n’ont que des filles sont moqués au sein de leur communauté et subissent une forte pression de la famille paternelle étendue. Les pères sans fils sont invités à s’asseoir à des tables différentes, qui correspondent à un statut moins élevé, et les femmes sont encouragées par leurs beaux-parents à avoir un troisième voire un quatrième enfant, et à essayer différentes méthodes afin de concevoir un fils. Ces méthodes se déclinent sous différentes formes : recours à un voyant ou à un calendrier chinois qui indique, selon l’âge de la mère, quand avoir des rapports sexuels afin de concevoir un enfant du sexe désiré, prise de médicaments traditionnels qui, mixés avec de l’alcool de riz, renforceraient les spermatozoïdes Y, ou encore régimes alimentaires.

« Les femmes doivent être plus faibles que les hommes pour qu’un garçon puisse être conçu ». (Entretien collectif avec six femmes ayant des fils, district urbain de Việt Hòa, province de Hai Duong).

40Deux éléments semblent être à l’origine de la préférence pour les garçons. D’une part, la transmission du nom de famille, et plus globalement la continuation de la lignée patrilinéaire explique le « besoin » d’un fils. En effet, une femme mariée n’appartient plus à son clan familial, mais à celui de son époux – elle n’est souvent pas inscrite dans le « livre du clan ».

«  Le clan familial dure moins longtemps avec des filles qu’avec des fils ». (Entretien collectif avec six hommes ayant des fils, district rural de Thanh Hà, province de Hai Duong).

  • 19 En réalité, les citoyens vietnamiens ne possèdent pas de terre, mais un « droit d’utilisation de la (...)
  • 20 Cependant, plusieurs personnes interrogées ont expliqué que dans leur famille, le fils aîné était p (...)

41Ainsi, seuls les fils peuvent hériter des terres de leurs parents19, et un couple sans descendant masculin sera considéré comme ayant « construit une maison par charité ». Il existe pourtant au Viêt Nam depuis 2000 une loi sur le mariage et la famille prescrivant que l’héritage soit distribué également entre frères et sœurs. Cependant, à Hai Duong, le fils aîné reçoit traditionnellement la majorité des biens, des terres cultivables ainsi que le terrain de résidence, tandis que le ou les cadets héritent du reste des terres. Cette pratique s’explique notamment par le culte des ancêtres, pris en charge par le fils aîné, qui reçoit alors les terres de ses parents sous forme de « compensation » (Bélanger et Li, 2009). Ce culte est réglementé par différentes coutumes, telles que des dates précises pour les offrandes, au milieu du mois lunaire et lors des anniversaires de mort, des lieux dédiés au sein de chaque maison, mais également une « maison des ancêtres » transmise de fils aîné en fils aîné20. Comme l’explique Xin, âgé de 73 ans et chef de clan, il existe une hiérarchie des différentes « branches », et seuls les fils aînés sont en charge de rendre le culte à l’ensemble de la famille, tandis que les cadets s’occupent uniquement de leurs parents directs. Les travaux anthropologiques de Hy Van Luong, cités par Bélanger et Khuât (2009), montrent « une augmentation dans la pratique de ces rituels depuis le début des années 90, qui a renforcé la nécessité d’avoir un fils ».

42D’autre part, avoir un fils est l’assurance pour des parents d’un support économique dans le futur, dans un contexte où le versement de pension aux personnes âgées est quasi inexistant. Pourtant, les hommes et les femmes interrogés expliquent que leurs filles prennent soin d’eux – parfois mieux que leurs fils – lorsqu’ils sont malades ou âgés. Par exemple, Nhu et Thai, deux femmes âgées respectivement de 39 et 45 ans, ont migré 3 et 5 ans pour travailler à Taïwan, et aider leurs parents financièrement - ce système de versements, effectués à la fois par les fils et les filles, est un support intergénérationnel qui se développe, et pallie partiellement l’absence de corésidence entre les parents âgés et leur fils (Barbieri 2009). S’il y a une préférence marquée pour les garçons, il n’y a pas « d’aversion » pour les filles : les couples désirent des enfants des deux sexes. Cependant, il est rare que des parents vivent avec leur fille et leur gendre, ce dernier ayant peur de perdre la face (UNFPA 2011). Ainsi, si l’on considère l’ensemble des ménages du Delta du Fleuve Rouge, 16,1% des couples résident avec leur(s) enfant(s) marié(s), mais seulement 14,1% de ces enfants sont des filles (données du recensement 2009).

43Il est intéressant de noter que selon les données du recensement, le rapport de masculinité des naissances de rang 1 – qui constituent une part importante de l’ensemble des naissances, toutes parités confondues – est élevé, à 111,5 garçons pour 100 filles au niveau national (enquête annuelle de l’Office Général des Statistiques, 2012). Ce phénomène, unique en comparaison des autres pays connaissant un déséquilibre des naissances en faveur des garçons, est d’autant plus étonnant que le rapport de masculinité des naissances de rang 2 est moins élevé (110,1 en 2012). Différents couples interrogés ont ainsi expliqué qu’avoir un fils en premier est considéré comme une « assurance » pour les grands-parents d’avoir au moins un petit-fils, afin de continuer la lignée familiale et de pratiquer le culte des ancêtres, mais également pour les femmes.

« C’est l’attitude commune chez les femmes, avoir un fils la première fois est une sécurité ». (Entretien individuel avec la mère de deux garçons, 30 ans, district urbain de Việt Hòa, province de Hai Duong).

44En réalité, plusieurs femmes interrogées se sentent obligées de mettre au monde un fils « pour » leur mari, et redoutent que celui-ci entretienne une relation extra-conjugale afin de « déposer un fils » et concevoir un héritier. Cette pression exercée sur les femmes provient également de la belle-famille.

« Ma sœur a deux filles, et son mari est le fils aîné. Son beau-père a été direct avec ma sœur, si elle ne pouvait pas avoir de garçon, il trouverait une autre femme pour son fils. » (Entretien collectif avec six femmes ayant seulement des filles, district urbain de Viêt Hòa, province de Hai Duong).

45En effet, le sexe de l’enfant à naître est considéré comme la responsabilité de la femme, et celles qui n’ont pas de fils sont estimées être « incapables de donner naissance ». Ce témoignage se retrouve dans l’étude de Danièle Bélanger sur la préférence pour les garçons dans un village du nord Viêt Nam (Bélanger, 2002). Mais il semble que la pression soit encore plus grande du fait de l’accessibilité des échographies, et donc de la sélection sexuelle prénatale, les femmes ayant alors moins de raison de ne pas « réussir » à avoir un fils.

« A ma génération, les choses étaient plus simples ». (Entretien individuel avec la mère d’un garçon et d’une fille, 45 ans, district urbain de Viêt Hòa, province de Hai Duong).

46Dans ce contexte, nombreux sont les exemples d’avortements sexo-sélectifs rapportés par les femmes interrogées.

« Près de chez moi, un couple avait trois filles et vient d’avoir un fils. Avant ce garçon, ma voisine a avorté d’une fille. Même si elle a 40 ans, elle a continué d’essayer jusqu’à ce qu’un fils naisse. Elle ne voulait pas continuer, mais elle a dû essayer à cause de ses beaux-parents, pas à cause de son mari». (Entretien individuel avec la mère de deux garçons, 35 ans, district rural de Thanh Hà, province de Hai Duong).

47Si aucune expérience individuelle n’a été directement mentionnée, l’acte étant illégal, chaque femme et chaque homme interrogé à Hai Duong connaît une voisine, une sœur ou une cousine qui a eu recours à la sélection sexuelle prénatale.

« Ma cousine a deux filles de 11 et 6 ans. Cette année, elle a essayé d’avoir un fils, mais elle a dû attendre que le fœtus ait 12 semaines pour connaître le sexe. Elle a fait une échographie, qui a montré que c’était une fille. Elle n’a pas cru au résultat. A la 14e semaine de grossesse, elle a vérifié encore et a trouvé le même résultat. Elle ne le croyait toujours pas. Pour être sûre, elle est allée voir une voyante qui lui a aussi dit que c’était une fille. A la fin, elle a décidé d’avorter. » (Entretien collectif avec six hommes ayant des fils, district rural de Thanh Hà, province de Hai Duong).

Province de Ninh Thuân

  • 21 Malheureusement, les données désagrégées du recensement en notre possession ne permettent pas d’ide (...)
  • 22 La province de Ninh Thuận, dernier bastion du royaume Cham, s’appelait Panduranga, jusqu’à sa prise (...)

48Contrairement à la province de Hai Duong, nous pouvons voir une différence marquée s’établir entre le milieu urbain et le milieu rural en termes de préférence pour les garçons (tableau 4). En effet, la probabilité pour qu’un couple sans fils ait un troisième enfant est presque deux fois supérieure à celle d’un couple ayant au moins un fils en zone urbaine. Ce rapport est seulement 1,15 en zone rurale. Ce résultat n’est pas étonnant : si les zones urbaines sont peuplées à 95% de Vietnamiens Kinh, les zones rurales comptent 34% de Vietnamiens issus de minorités ethniques, soit des Cham et des Raglay, dont le système de parenté matrilinéaire n’induit pas de préférence pour les garçons21. En effet, les données issues de l’enquête approfondie dans la province de Ninh Thuân montrent au contraire une préférence pour les filles chez les Cham. Cette minorité ethnique représente aujourd’hui seulement 11,9% de la population de la province, mais c’était, jusqu’au début du XIXe siècle, le groupe dominant22.

Tableau 4. Probabilités d’agrandissement selon la taille de la fratrie et la présence antérieure d’un fils dans la province de Ninh Thuân, en milieu urbain et rural, enfants âgés de 0 à 10 ans révolus

Urbain

Taille de la fratrie

Composition de la fratrie (%)

Total (%)

Ratio (%)

Effectif

Sans garçon

Avec garçon(s)

1 à 2

48

47

47

102

2 521

2 à 3

31

16

19

194

2 168

3 à 4

32

19

21

169

827

4 à 5

15

17

17

88

518

Total

6 034

Rural

Taille de la fratrie

Composition de la fratrie (%)

Total (%)

Ratio (%)

Effectif

Sans garçon

Avec garçon(s)

1 à 2

55

56

56

98

6 806

2 à 3

39

34

35

115

6 068

3 à 4

37

31

32

119

3 842

4 à 5

40

29

30

138

3 821

Total

20 537

Ratio = probabilité d’agrandissement dans une fratrie sans garçon/ probabilité d’agrandissement dans une fratrie avec garçon(s)

Source: calculs de l'auteure, à partir de l'échantillon de 15% du recensement de 2009

49Dans le district de Ninh Hai, où les entretiens individuels et collectifs ont été effectués, la majorité des Cham pratique la religion Bani, qui combine des influences musulmanes, hindoues et bouddhistes. Dans ces villages, la plupart des jeunes mariés résident dans la famille de la femme jusqu’à ce qu’ils puissent construire une nouvelle maison. Comme nous l’ont expliqué les anciens, « la tradition ici est que la femme se marie à l’homme, et non le contraire ». Les parents de la future mariée apportent des offrandes à la famille de l’époux et font une proposition de mariage.

« Si la famille accepte, ils le ramènent à la maison pour célébrer le mariage, puis [l’époux] reste. Il devient un membre du clan familial de sa femme ». (Entretien individuel avec un chef de clan âgé de 61 ans, père de quatre filles et trois fils, district rural de Ninh Hai, province de Ninh Thuân).

  • 23 Ce culte est très simplifié en comparaison des pratiques des Kinh, il se fait seulement au moment d (...)

50Ici, la plus jeune fille des familles Cham porte les mêmes responsabilités que le fils aîné dans les familles Kinh du Delta du Fleuve Rouge. Communément, la dernière fille et son mari résident chez ses parents pour prendre soin d’eux jusqu’à leur mort, puis ils héritent de la « maison principale », où l’autel des ancêtres se situe, pour prendre en charge le culte des ancêtres23. Dans ce cas, la dernière fille hérite de la plupart des biens familiaux : la maison, les animaux, les biens, et les terres cultivables.

51Ainsi, nous avons trouvé dans cette zone des caractéristiques marquées de la préférence de genre, mais cette fois-ci biaisées envers l’autre sexe. Par exemple, il est considéré comme essentiel d’avoir au moins une fille, de préférence en premier. C’est ici aussi considéré comme une « assurance », et cela réduit la pression sur le sexe des futurs enfants. Les pères et les mères interrogés n’ayant que des fils racontent subir les moqueries de leur entourage familial et amical pendant les fêtes. Cependant, beaucoup ont mentionné une solution à l’absence de descendante : l’adoption d’une fille – généralement une nièce du clan maternel –, qui peut « hériter des biens et prendre soin [d’eux] ». Ces filles sont soit légalement adoptées et élevées par le couple, soit désignées dans le testament comme héritières de la maison principale pour rendre le culte aux ancêtres.

« J’ai beaucoup de nièces, donc pour l’instant je n’ai pas de plan concret, mais quand je serai vieux, je réfléchirai à qui je donnerai tout. » (Entretien individuel avec le père de trois fils, 44 ans, district rural de Ninh Hai, province de Ninh Thuân).

52Cette solution n’a jamais été évoquée dans les autres villages d’enquête – aucun Kinh n’a mentionné l’éventualité d’adopter un garçon au sein du clan paternel. De plus, aucun recours à l’avortement sexo-sélectif n’a été énoncé durant les entretiens. L’étude du tableau 5 nous indique en effet que la préférence de genre, si elle est biaisée envers les filles, n’induit pas de comportement reproductif différencié en fonction du sexe chez les minorités ethniques de Ninh Thuân contrairement à ce que l’on observe chez les Kinh. Chez les minorités ethniques de Ninh Thuận, les probabilités pour un couple d’avoir un enfant supplémentaire sont égales quelle que soit la composition de la fratrie ; on note seulement un léger biais dans la probabilité d’avoir un cinquième enfant lorsque les quatre enfants précédents sont des filles.

53Une autre particularité intéressante de cette société réside dans la terminologie utilisée pour désigner les grands-parents et les petits-enfants dans le langage vietnamien : “nội” signifie intérieur, domestique et “ngoại” signifie extérieur. Pour les Kinh, “ông bà nội” et “cháu nội” sont utilisés pour se référer respectivement aux grands-parents et petits-enfants de la branche paternelle. Mais chez les Cham, ces termes sont utilisés pour désigner les grands-parents et petits-enfants de la branche maternelle.

54Ces signes clairs d’un système de parenté matrilinéaire sont toutefois contrebalancés par quelques pratiques patrilinéaires. Ainsi, le nom de famille est transmis de père en fils, les chefs de clan sont exclusivement des hommes et, si le culte des ancêtres est pratiqué pour les membres familiaux du clan maternel, c’est en réalité le mari qui est en charge des rituels.

55Quant aux villages Kinh enquêtés dans la province de Ninh Thuận, ils témoignent d’un système de parenté patrilinéaire mais avec des pratiques bilatérales. Par exemple, l’héritage est partagé entre les filles et les garçons, et si le culte des ancêtres doit être effectué de préférence par le fils, une fille et son mari peuvent également être en charge de ce culte sans que cela pose réellement problème. Ainsi, un chef de clan âgé de 82 ans et résidant dans la ville de Phan Rang nous a expliqué rendre le culte aux ancêtres aux parents de sa femme, puisque celle-ci n’a pas de frère. Cependant, la corésidence des enfants mariés avec les parents semble en majorité patrilocale.

56Notons ici que 4 personnes sur les 16 individus Kinh interrogés à Ninh Thuân sont de religion catholique, et ont donc exprimé leur opposition fondamentale au recours à l’avortement, mais également une préférence de genre peu marquée, puisque chaque enfant peut hériter et pratiquer le culte des ancêtres (dans une version extrêmement simplifiée), quel que soit son sexe. Seul Cuong, un homme catholique âgé de 37 ans et père de 3 filles puis d’un fils, a expliqué avoir conçu quatre enfants afin d’avoir un fils qui pratique le culte des ancêtres.

57Il existe donc globalement une préférence pour les garçons, pour les mêmes raisons que celles exprimées dans les villages Kinh du Delta du Fleuve Rouge, mais la pression familiale semble bien moins marquée ; des arrangements sont trouvés en l’absence de descendance masculine.

Tableau 5. Probabilités d’agrandissement selon la taille de la fratrie et la présence antérieure d’un fils à Ninh Thuân dans les populations appartenant à une minorité ethnique et celles appartenant à l’ethnie Kinh, enfants âgés de 0 à 10 ans révolus

Ninh Thuân (minorité ethnique)

Taille de

Composition de la fratrie (%)

Total (%)

Ratio (%)

Effectif

la fratrie

Sans garçon

Avec garçon(s)

1 à 2

57

59

58

97

3 191

2 à 3

43

43

43

100

2 811

3 à 4

39

39

39

100

2 091

4 à 5

39

35

35

111

2 552

Total

 

 

 

 

10 645

Ninh Thuân (ethnie Kinh)

Taille de

Composition de la fratrie (%)

Total (%)

Ratio (%)

Effectif

la fratrie

Sans garçon

Avec garçon(s)

1 à 2

52

51

51

102

6 136

2 à 3

33

21

24

157

5 425

3 à 4

34

21

23

162

2 578

4 à 5

31

19

20

163

1 787

Total

 

 

 

 

15 926

Ratio = probabilité d’agrandissement dans une fratrie sans garçon/ probabilité d’agrandissement dans une fratrie avec garçon(s)

Source: calculs de l'auteure, à partir de l'échantillon de 15% du recensement de 2009

58L’analyse des probabilités d’agrandissement chez les Kinh de la province le confirme : la probabilité des couples sans fils d’avoir un enfant supplémentaire est supérieure à celle des couples ayant un ou plusieurs garçons. Cependant, ces chiffres sont très largement inférieurs à ceux de Hai Duong, où la probabilité d’avoir un troisième enfant est plus de six fois supérieure pour un couple sans fils, alors qu’elle est seulement 1,5 fois supérieure chez les Kinh de Ninh Thuận.

59La province de Ninh Thuân illustre donc une trajectoire différente de la masculinité des naissances au Viêt Nam. Les Cham émergent comme un groupe relativement important, et leur structure de parenté matrilinéaire tend à réduire le besoin en héritiers mâles. Les Vietnamiens Kinh de la province eux-mêmes rapportent certaines pratiques bilatérales – nous pouvons faire l’hypothèse que les mariages mixtes entre les Cham et les Kinh suite à l’expansion du territoire vietnamien au sud (Nam tiến) ont influé sur leur modèle de parenté. De plus, la présence de catholiques Kinh réduit la préférence pour les garçons, mesurée par les probabilités d’agrandissement, dans l’ensemble de la population. Si aucun cas d’avortement sexo-sélectif n’a été rapporté durant les entretiens, le rapport de masculinité à la naissance apparaît tout de même déséquilibré dans cette province, témoignant du recours à la sélection sexuelle prénatale d’une partie de la population.

Conclusion

  • 24 Selon l’enquête annuelle de l’Office Général des Statistiques portant sur l’ensemble du pays en 201 (...)

60Avec la généralisation de l’accès à l’échographie durant la dernière décennie, à Hai Duong comme à Ninh Thuận, la population peut recourir à la sélection sexuelle prénatale. Contrairement à certaines prénotions, la plupart des femmes en ruralité (78,9%) ou peu éduquées (73,3%) connaissaient le sexe de leur enfant à venir en 201224. Les enquêtes qualitatives confirment cette tendance, puisque toutes les personnes interrogées ont eu recours aux échographies. De plus, si le faible niveau de fécondité constitue un facteur de pression, celui-ci n’est pas suffisant pour expliquer les écarts du rapport de masculinité dans les deux provinces étudiées. En effet, la probabilité de ne pas avoir de garçon, entre la province de Hai Duong avec un indice de fécondité à 2 enfants par femme, et Ninh Thuân avec 2,4 enfants par femme, varie seulement de quelques décimales. Il semble donc que le troisième facteur, celui de la préférence pour les garçons, soit décisif pour expliquer les différences du rapport de masculinité à la naissance entre les deux provinces. L’intensité de cette préférence pour les garçons, qui pousse certains couples à recourir à la sélection sexuelle prénatale, est principalement liée à des facteurs culturels comme le système de parenté ou la religion.

61Ces deux provinces illustrent bien les disparités régionales qui existent au Viêt Nam en termes de préférence pour les garçons. Tandis que le Delta du Fleuve Rouge est marqué par un système de parenté patriarcal et patrilinéaire, dans lequel avoir un fils apparaît indispensable, la situation au sud du Viêt Nam apparaît plus complexe, avec une préférence pour les garçons moins marquée et un système de parenté à tendance bilatérale, notamment grâce à la présence de minorités ethniques. Un brassage culturel entre les Khmer et les Cham ayant des structures de parenté respectivement bilatérales et matrilinéaires, et la population Kinh traditionnellement patrilinéaire s’est opéré au cours des derniers siècles dans plusieurs régions du centre et du sud du pays.

62Au Viêt Nam, les fortes disparités régionales du rapport de masculinité à la naissance sont en partie dues aux différences de niveau de fécondité et de richesse. Les changements démographiques et socioéconomiques en cours affectent les régions encore défavorisées ; par la diffusion de l’information, l’expansion des échographies et de la détermination sexuelle prénatale, ils entraînent une détérioration de leurs rapports de masculinité à la naissance. Ainsi, les ratios sont globalement en augmentation dans l’ensemble du pays depuis six ans. Cependant, il semble peu probable que certaines provinces au sud du pays atteignent de hauts niveaux de déséquilibre (comme on peut le voir dans le delta du Fleuve Rouge), en raison des résistances à la patrilinéarité.

63Le gouvernement vietnamien a mis en place différents projets pour lutter contre la sélection sexuelle prénatale, qui consistent principalement en la diffusion de campagnes de communication sur la prohibition des avortements sexo-sélectifs et les conséquences à venir du déséquilibre du rapport de masculinité à la naissance. Si la problématique semble moins connue dans les villages enquêtés de la province de Ninh Thuận, particulièrement chez les Cham, la totalité des personnes rencontrées à Hai Duong est consciente du problème, et connaît les conséquences possibles de ce déséquilibre, à travers l’exemple de la Chine.

64En effet, en Chine et en Inde, le déséquilibre du rapport de masculinité à la naissance, aggravé par la négligence de soins envers les petites filles, entraîne une masculinisation de la population générale qui se fera ressentir mécaniquement dans les 50 ans à venir avec le vieillissement de la population (Croll 2000, Das Gupta et coll. 2003, Attané et coll. 2007). Lorsque ces générations déséquilibrées seront en âge de se marier, le surplus démographique d’hommes provoquera un goulot d’étranglement et conduira donc à un retard obligatoire de l’âge au mariage masculin et une croissance prévisible du volume du célibat définitif parmi les hommes - celui-ci étant encore traditionnellement très faible, à la différence de l’Europe. Le phénomène étant très récent au Viêt Nam, ce problème de marché matrimonial ne se posera toutefois pas avant la prochaine décennie.

  • 25 Selon les projections de population effectuées par les Nations Unies, ce sex ratio de la population (...)
  • 26 Ce calcul est le résultat de la comparaison entre la population féminine actuelle, et la population (...)

65En 2010, il était estimé que 245 000 femmes environ manquaient au Viêt Nam, en grande partie à cause de la sélection sexuelle prénatale, bien que le rapport de masculinité de la population générale soit encore légèrement déséquilibré en faveur des femmes en raison des forts taux de mortalité masculine durant la guerre25 (Guilmoto 2012b).26 Nghiêm, dans le district de Viêt Hòa à Hai Duong, conclut ainsi : « Nous avons deux fils. Mes amis s’amusent souvent à me dire que dans le futur, mes deux fils devront se partager une femme ».

Bibliographie

Attané Isabelle, Guilmoto Christophe Z. (éd.), Watering the neighbour's garden: The growing demographic female deficit in Asia, Paris, Cicred, 2007, 425 p.

Attané Isabelle, Veron Jacques, Gender discriminations among young children in Asia, All India Press, Pondicherry, IFP/Ceped, 2005, 314 p.

Banens Mark, Vietnam: a reconstitution of its 20th Century Population History, Institute of Economic Research, Tokyo, Hitotsubashi University, 2000, 47 p.

Barbieri Magali, « Doi Moi and the ederly: intergenerational support under the strain of reforms” in Reconfiguring Families in contemporary Vietnam, Magali Barbieri and Danièle Bélanger eds, Contemporary issues in Asia and the Pacific, Stanford University Press, 2009, p. 133-165.

Bedi Arjun Singh, Bare branches and drifting kites: tackling female infanticide and feticide in India, Institute of Social Studies Public Lecture Series N°5, The Hague, The Netherlands, 2008, 33 p.

Bélanger Danièle, « Regional differences in household composition and family formation patterns in Vietnam » , in Journal of Comparative Family Studies, n° 2/31, 2000, p. 171-189.

Bélanger Danièle, “Son preference in a rural village in North Vietnam », in Studies in Family Planning, n° 4/33 2002, p. 312-334.

Bélanger Danièle, « Indispensable Sons: Negotiating reproductive desires in rural Vietnam », in Gender, Place & Culture, n° 3/13, 2006, p. 251-265.

Bélanger Danièle, Barbieri Magali « Introduction : state, families and the making of transitions in Vietnam » in Reconfiguring Families in contemporary Vietnam, Magali Barbieri and Danièle Bélanger ed., Contemporary issues in Asia and the Pacific, Stanford University Press, 2009, March, pp. 1-44.

Bélanger Danièle, Khuât Thi Hai Oanh, Second trimester abortions and sex-selection of children in Hanoi, Vietnam”, in Population Studies, n° 2/63, 2009, p. 163-171.

Bélanger Danièle, Li Xu, « Agricultural Land, Gender and Kinship in Rural China and Vietnam: A Comparison of Two Villages », in Journal of Agrarian Change, n° 2/9, 2009, p. 204-230.

Coale Ansley J., Banister Judith, “Five Decades of Missing Females in China”, in Demography, n° 3/31, 1994, p. 459-479.

Croll Elisabeth, Endangered Daughters: Discrimination and Development in Asia, London, Routledge, 2000, 221 p.

Das Gupta Monica, Zhenghua Jiang, Li Bohua, Xie Zhenming, Chung Woojin, Bae Hwa-Ok, « Why is son preference so persistent in East and South Asia? A cross-country study of China, India, and the Republic of Korea », in The Journal of Development Studies, n° 2/40, 2003, p. 153-187.

Duthé Géraldine, Mesle France, Vallin Jacques, Badurashvili Irena et KUYUMJYAN Karine, « High sex ratios at birth in the Caucasus. Modern technology to satisfy old desires » , in Population and Development Review, n° 3/38, 2012, p. 487–501.

Efrat Zeev, Akinfenwa Olayinka O., Nicolaides Kypros H. « First-trimester determination of fetal gender by ultrasound », in Ultrasound in Obstetrics and Gynaecology, n° 5/13, 1999, p. 305-307.

Gammeltoft Tine, Nguyên Hanh Thi Thuy, « The Commodification of Obstetric Ultrasound Scanning in Hanoi, Viet Nam », in Reproductive Health Matters, n° 29/15, 2007, p. 163-171.

Goodkind Daniel, « Abortion in Vietnam: measurements, puzzles and concerns », in Studies in Family Planning, n° 6/25, 1994, p. 343-352.

Guilmoto Christophe, « The Sex Ratio transition in Asia », in Population and Development Review, n° 35/3, 2009, p. 519–549.

Guilmoto Christophe, « Son preference, sex selection, and kinship in Vietnam », in Population and Development Review, n° 1/38, 2012a, p. 31-54.

Guilmoto Christophe, Sex Imbalances at birth. Trends, Differentials and Policy Implications, UNFPA, Bangkok, 2012b, 84 p.

Guilmoto Christophe, Hoang Xuyên, Ngo Van Toan, « Recent Increase in Sex Ratio at Birth in Viet Nam », in PLoS ONE, n° 2/4, 2009, p. 1-7.

Haines David, « Reflections of Kinship and Society under Vietnam’s Lê Dynasty », in Journal of Southeast Asian Studies, n° 2/ 15, 1984, p. 307-314.

Hardy Andrew, Cucarzi Mauro, Zolese Patrizia, Champa and the archaeology of Mỹ Sơn (Vietnam), Singapour, NUS Press, 2009, p. 440.

Haughton Jonathan, Haughton Dominique, « Son preference in Vietnam », in Studies in Family Planning, n° 6/ 26, 1995, p. 325-337.

Henshaw Stanley, Singh Susheela, Haas Taylor, « The incidence of abortion worldwide », in International Family Planning Perspectives, vol. 25, Supplement, éditeur, 1999, p. S30-S38.

Institute for Social Development Studies, New « Common Sense »: Family-Planning Policy and Sex Ratio in Viet Nam, Findings from a qualitative study in Bắc Ninh, Hà Tây and Bình Định, 2007, 4th Asia Pacific Conference on Sexual and Reproductive Health, Hyderabad, 28 p.

Kiernan Ben, « Chams », in The Encyclopeadia of Islam, Third Edition, Leiden, Kate Fleet, Gudrun Kramer, Denis Matringe, John Nawas, Everett Rowson (ed.), Brill, 2010, p. 173-180.

Liljestrom Rita, Lai Tương (éd.), Sociological Studies on the Vietnamese Family, Hanoi, Social Sciences Publishing House, 1991, p.192.

Ministry of Planning and Investment, General Statistics Office, The 1/4/2012 time-point Population Change and Family Planning Survey Major findings, Hanoi, General Statistics Office, 2012, 316 p.

Nakamura Rie, « The Cham Muslims in Ninh Thuân Province, Vietnam », in Islam at the Margins: The Muslims of Indochina, Center for Integrated Area Studies, discussion paper number 3, 2008, p. 7-23.

National Committee for Population, Family and Children, Vietnam Demographic and Health Survey 2002, Hanoi, September, 2003, General Statistics Office, ORC Macro, 124 p. + 94 p. appendices.

Papin Philippe, Passicousset Laurent, Vivre avec les Vietnamiens, Paris, L’Archipel, 2010, p. 373.

Pham Nguyên Bang, Hall Wayne, Hill Peter Stewart, « Indirect evidence of the contribution of prenatal sex selection practices to the high sex ratio at birth in Vietnam”, in Journal of Population Research, n°4/28, 2011, p. 293-299.

Scornet Catherine, « Un exemple de réduction de la fécondité sous contraintes: la région du delta du fleuve Rouge au Viêt Nam », in Population, n° 2/55, 2000, p. 265-300.

Scornet Catherine, « State and the Family », in Reconfiguring Families in Contemporary Vietnam, Barbieri Magali, Belanger Danièle (éd.), Stanford, Stanford University Press, (« Series on Contemporary Issues in Asia and the Pacific »), 2009, p. 47-74.

UNFPA, Sex Ratio at Birth Imbalances in Viet Nam: Evidence from the 2009 Census, 2010, Hanoi, UNFPA Vietnam, 35 p.

UNFPA, Son Preference in Viet Nam: Ancient Desires, Advancing Technologies. Qualitative research report to better understand the rapidly rising sex ratio at birth in Viet Nam, 2011, Hanoi, UNFPA Viet Nam, 58 p.

UNICEF, The ‘rights’ start to life. A statistical analysis of birth registration, New York, UNICEF, 2005, p. 35.

Yu Insun, « Myth and Reality: the Confucian influence on Northern Vietnamese society during the Le Dynasty (1428-1788) », in Monde du Viêt Nam – Vietnam World, Hommage à Nguyên The Anh, Mantienne Frédéric & Taylor Keith (éd.), Paris, Les Indes Savantes, 2008, p. 505-524.

Notes

1 Source: Office général des Statistiques, chiffres donnés pour l’année 2012.

2 Comme le montrent les chiffres de l’Enquête Démographique et de Santé de 2001-2002, la mortalité infanto-juvénile est en réalité plus élevée chez les garçons vietnamiens car, en raison de facteurs biologiques, les garçons en bas âge sont plus vulnérables. C’est pourquoi la surmortalité est ici définie comme l’excès de morts chez les petites filles âgées de moins de 5 ans, comparé au ratio moyen mortalité masculine/mortalité féminine, lorsqu’il n’y a pas de discrimination de genre (environ 123 garçons pour 100 filles âgées de moins de cinq ans, dans les pays ayant la même espérance de vie à la naissance que le Viêt Nam) (National Committee for Population, Family and Children 2003).

3 Multiple Indicator Cluster Survey.

4 L’indicateur synthétique du niveau de vie du ménage a été calculé à partir de multiples variables : possession de biens (moto, air conditionné, etc.), d’équipements (eau courante, toilettes, etc.) et matériaux de construction de la maison (toit, murs).

5 Ces projets consistent principalement en la diffusion de campagnes de sensibilisation sur la problématique de la masculinité des naissances, et de prévention visant à améliorer le statut des petites filles.

6 Vietnam Household Living Standards Survey 2010.

7 Cette « ligne de pauvreté » est déterminée à 400 000 VND (soit environ 20 dollars US) par personne et par mois en zone rurale, et 500 000 VND (environ 25 dollars US) par personne et par mois en zone urbaine. Les ménages ayant un revenu inférieur sont considérés comme pauvres.

8 Il semble exister peu de différences entre les zones rurales et urbaines en termes de préférence pour les garçons : la probabilité pour qu’un couple sans fils ait un troisième enfant est 5,7 fois supérieure à celle d’un couple ayant au moins un fils en zone urbaine, et 5,4 fois supérieure en zone rurale. De même, les témoignages recueillis diffèrent peu entre les districts urbain et rural.

9To make audiences realize and accept the view that either of the two is also one’s born child and deserves one’s love. The most important thing is not to have a son or a daughter or many children, but how the child/children are brought up and grow up” Article 3 de la « Strategy for information education : Communication of population and family planning 1992-2000 » du Comité national pour la Population et la Planification familiale. Cité par Scornet (2009).

10 Ces chiffres sont issus respectivement de l’Enquête de Démographie et de Santé de 1988 et des enquêtes annuelles du Comité national sur la population et la planification familiale de 1998 et 2011.

11The new ideology was instilled by socialist-style propaganda campaigns, and became an internalized preference”.

12 Selon l’article 44 de la loi sur la protection de la santé publique, datée du 30 juin 1989.

13 Population Change and Family Planning Survey.

14 Loi numéro 73/2006/QH11 du 29 novembre 2006.

15 Source : données du recensement 2009 publiées par l'Office général des statistiques

16 Source : ibid.

17 Une sous-estimation du recours à cette pratique par les personnes interrogées est toutefois vraisemblable.

18 Notons que cette méthode est transversale et non longitudinale ; en effet, les calculs sont effectués sur des femmes qui n’ont pas forcément atteint leur descendance finale.

19 En réalité, les citoyens vietnamiens ne possèdent pas de terre, mais un « droit d’utilisation de la terre » pour un nombre d’années défini. Ce droit, transmis des parents aux enfants, est réévalué périodiquement en fonction de la taille du ménage.

20 Cependant, plusieurs personnes interrogées ont expliqué que dans leur famille, le fils aîné était parti s’installer avec sa femme dans un nouveau foyer. C’est alors le fils benjamin qui hérite de la maison des parents et prend la responsabilité du culte des ancêtres.

21 Malheureusement, les données désagrégées du recensement en notre possession ne permettent pas d’identifier précisément l’origine ethnique ; nous savons seulement si les individus sont « Kinh » ou « d’autre origine ethnique ». Cependant, les données publiées officiellement par l'Office général des Statistiques montrent que les Vietnamiens non Kinh dans la province de Ninh Thuân sont très majoritairement Cham ou Raglay.

22 La province de Ninh Thuận, dernier bastion du royaume Cham, s’appelait Panduranga, jusqu’à sa prise par les Vietnamiens en 1832 (Hardy et coll. 2009).

23 Ce culte est très simplifié en comparaison des pratiques des Kinh, il se fait seulement au moment de la nouvelle année, qui a lieu pendant le septième mois du calendrier lunaire.

24 Selon l’enquête annuelle de l’Office Général des Statistiques portant sur l’ensemble du pays en 2012, 78,9% des femmes en milieu rural (contre 86,7% en milieu urbain) et 73,3 % des femmes n’ayant pas terminé l’école primaire (contre 83,2% des femmes ayant terminé le collège) ont eu connaissance du sexe du fœtus lors de leur dernière grossesse (Ministry of Planning and Investment et coll. 2012).

25 Selon les projections de population effectuées par les Nations Unies, ce sex ratio de la population générale va cependant s’inverser en faveur des hommes dans les cinq prochaines années, et ce en raison de la masculinité des naissances.

26 Ce calcul est le résultat de la comparaison entre la population féminine actuelle, et la population estimée si la distribution par âge était identique à celle du reste du monde, c’est-à-dire l’ensemble des pays auxquels ont été soustraits les pays indiquant un déséquilibre du rapport de masculinité à la naissance.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Rapport de masculinité à la naissance selon la région du lieu de résidence de la mère
Crédits Source : recensement de 2009
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4399/img-1.png
Fichier image/png, 48k

Auteur

UPD CEPED

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter