Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mutations démographiques et sociales du Viêt Nam contemporain

 | 
Maria E. Cosio Zavala
, 
Myriam de Loenzien
, 
Bich-Ngoc Luu

Introduction

Danièle Bélanger et Xavier Oudin

Texte intégral

1Il y a près de trente ans, le Viêt Nam initiait sa transition vers une économie mixte avec l’adoption de la politique du Doi moi ou Renouveau. Trente années sont une période équivalente à celle écoulée entre les années 1954 et 1985. Cette étape de l’histoire du Viêt Nam a été le théâtre de grands bouleversements historiques dont l’indépendance et la partition du pays en 1954, la réforme agraire et la collectivisation des biens de production et de l’agriculture au Nord, la guerre entre le Viêt Nam et les États-Unis, qui prendra fin en 1975, avec la réunification du pays, puis l’invasion du Cambodge et la guerre avec la Chine en 1979.

2Alors que les générations précédentes avaient été marquées par la colonisation, les conflits armés et les difficultés économiques généralisées, la génération qui a aujourd’hui trente ans a grandi dans un pays qui a connu une croissance économique extraordinaire, une amélioration considérable du niveau de vie, une ouverture sur le monde, une entrée dans une économie mondialisée, une transition démographique accélérée et une insertion économique dans des réseaux régionaux et internationaux. S’ils ont été à la fois les témoins, les artisans et les bénéficiaires d’avancées remarquables, les jeunes de trente ans vivent au sein d’une société qui fait face à de nouveaux défis. C’est l’univers social, démographique et économique de cette génération charnière que décrivent et analysent les neuf chapitres de cet ouvrage. Au fil des résultats de recherches, nous prenons la mesure des succès, des questions, des défis, des incertitudes et des obstacles qui marquent aujourd’hui la société vietnamienne. Organisés autour de trois grands thèmes – structure et hétérogénéité de la population, enjeux sanitaires et sociaux et migrations, urbanisation et développement – les neuf chapitres de cet ouvrage brossent un tableau du chemin parcouru au cours des dernières décennies et rendent compte de phénomènes nouveaux ou émergents, dont certains sont encore peu étudiés.

Sources et qualité des statistiques sociales

3Les analyses présentées dans cet ouvrage tirent profit des multiples enquêtes, à la portée des chercheurs tant vietnamiens qu’étrangers, qui ont vu le jour au fil des années 1990 et 2000 et qui touchent de nombreuses thématiques. Les chapitres de cet ouvrage offrent principalement des analyses qui couvrent la dernière décennie, et, dans certains cas, présentent des comparaisons avec les années 1990 et 1980.

4En 1989, le Viêt Nam réalisait un recensement de population qui demeure aujourd’hui une référence majeure. S’ensuivront dans les années 1990, des enquêtes de fécondité et sur les niveaux de vie (VLSS 92-92 et 97-98). En 1999, à la suite d’un nouveau recensement, de nombreuses enquêtes sont effectuées et offrent désormais des données sur de multiples sujets pour l’étude de la population et de la société. Dans les années 2000, le système statistique national s’étoffe avec des enquêtes niveaux de vie tous les deux ans, des enquêtes emploi devenues permanentes (mensuelles), des enquêtes agricoles et recensements industriels réguliers, etc.

5Les chapitres présentés ici font ainsi usage des recensements de 1999 et de 2009 et de diverses enquêtes nationales pour l’analyse des tendances démographiques, sociales et économiques. Plusieurs auteurs ont recours aux données des enquêtes du Bureau national des statistiques (General Statistics Office, GSO) dont les Enquêtes sur les changements démographiques et la planification familiale (Luu Bich Ngoc), l’Enquête emploi (Luu Bich Ngoc, Le Thi Thuy Linh et al,), l’Enquête sur les entreprises familiales et le secteur informel (2007 et 2009, en collaboration avec l’Institut de Recherche pour le Développement, IRD) et l’Enquête sur les migrations de 2004 (Nguyen Thi Thiêng et Luu Bich Ngoc). Les enquêtes ménages sur les niveaux de vie (Vietnam Households Living Standards Surveys ou VHLSS, en plusieurs vagues dont 2002, 2004 et 2006) sont citées par Luu Bich Ngoc alors que Nguyen Huu Chi (chapitre 9) utilise un panel extrait de ces enquêtes pour des analyses originales économétriques sur les revenus par secteur (agricole et non agricole) et les types d’emploi (salariés et travailleurs indépendants, secteur formel et informel). Catherine Scornet cite des résultats des enquêtes SAVY (Survey Assessment of Vietnamese Youth, financées par un consortium de partenaires) de 2003 et de 2010 effectuées auprès des jeunes.

  • 1 Voir aussi Gubry Patrick, Lê Thi Huong et Nguyên Thi Thiêng, 2011.

6Toutefois, après 25 ans de production de données statistiques, c’est la question de la qualité des données qui s’impose et qui, dans le futur, devrait davantage interpeller les analystes. Pincus et Sender publiaient en 2008 un article qui relevait le manque d’autocritique chez les chercheurs ayant recours aux Enquêtes Ménage sur les niveaux de vie dans le cadre d’analyses sur la pauvreté. La méthode d’échantillonnage de ces enquêtes, qui constituent la principale source pour le suivi des taux de pauvreté, n’inclut pas une vaste population mobile non enregistrée sur son lieu de résidence. Selon les auteurs, cette situation mène à une sous-estimation non négligeable de la pauvreté urbaine (Pincus et Sender, 2008)1. La question de l’échantillonnage et de sa représentativité, de la qualité des opérations de collecte et des conclusions que l’on peut tirer des résultats sont au cœur de leur critique. A partir d’une enquête la plus exhaustive possible sur une petite aire géographique, ils montrent à quel point les enquêtes VHLSS sont biaisées en faveur de certaines catégories de ménages et mettent en doute leur représentativité statistique. Le développement économique du Viêt Nam et la réussite du pays dans de nombreux domaines ne doivent pas empêcher les chercheurs de garder un œil critique sur les données mises à leur disposition. Les vérifications des données, que ce soit leur exhaustivité, la validité des échantillons ou la qualité de la collecte pourraient se développer davantage. L’étude des inégalités, de la pauvreté ou de l’exclusion et de la marginalisation requièrent des données fiables, une garantie encore fragile dans le cas du Viêt Nam.

7Au-delà des problèmes d’échantillonnage et d’exhaustivité, la mesure de la pauvreté et des inégalités s’avère particulièrement délicate. Elle est effectuée à partir des enquêtes VHLSS, mais celles-ci ne mesurent pas correctement les revenus. On a recours à un expédient, à un « proxy » qui est le niveau de dépenses des ménages, qu’on pense être un peu plus réaliste. Même avec cette mesure, il est très difficile de savoir si les inégalités augmentent au Viêt Nam et il faut rester prudent sur les diverses mesures de la pauvreté.

8Les informations sur les revenus peuvent cependant être utilisées de façon relative pour comparer le niveau de vie des uns et des autres, avec néanmoins une limitation concernant les revenus non salariaux. Il est en effet probable que la sous-estimation des revenus est plus importante pour les revenus non salariaux qui concernent les trois quarts de la population active. Cela conduit à sous-estimer les revenus du secteur informel et les revenus de l’agriculture. Cependant, l’étude d’un panel sur trois vagues, comme le propose Nguyen Huu Chi, apporte une certaine robustesse aux analyses sur des données fragiles. Son analyse économétrique des différentiels de revenus fournit ainsi des résultats fins quant aux trajectoires de sortie de la pauvreté pour les paysans pauvres.

9En complément des enquêtes nationales, de nombreux chercheurs ont réalisé eux-mêmes des enquêtes de terrain sur des sujets spécifiques et à portée régionale ou locale, contribuant ainsi à l’essor et à la diffusion de statistiques sociales sur une multitude de thématiques au cours des dernières années. Les collaborations entre chercheurs vietnamiens et étrangers ont favorisé la production de données originales quantitatives et qualitatives tandis que le système statistique national prenait de l’ampleur, encouragé par la Banque Mondiale et d’autres donneurs. Ainsi, dans cet ouvrage, nous retrouvons des analyses novatrices basées sur des données d’enquêtes de terrain qualitatives de Myriam de Loenzien sur le SIDA, de Catherine Scornet sur la sexualité, de Valentine Becquet sur le désir d’avoir un fils, de Nguyen Thi Thiêng, Bui Thi Hanh et France Lert sur les aides reçues par les familles avec un enfant séropositif, de Lê Thi Huong et coll. sur les questions d’environnement urbain. Ces données ponctuelles viennent enrichir les analyses au niveau national proposées par d’autres chapitres.

10Enfin, les études présentées signalent aussi des lacunes en matière de données. Elles soulignent notamment des besoins urgents en données rigoureuses et exhaustives sur la santé reproductive et la sexualité des hommes en général et des femmes non mariées, sur l’avortement, sur les migrants internes non enregistrés dans la localité où ils ont migré, sur le secteur informel, sur les questions de santé, sur les populations marginalisées et vulnérables, sur les parcours d’emploi, sur l’environnement et sur le vieillissement démographique.

Une transition démographique rapide

  • 2 L’indice synthétique de fécondité est passé de 6,8 (1965-1969) à 2,5 enfants par femme (1995-1999). (...)

11C’est en premier lieu sur les changements survenus en matière démographique ces dernières décennies, et particulièrement depuis quelques années que ce livre met l’accent. La transition démographique, avec une chute de la fécondité spectaculaire en trente ans, comme le rappellent plusieurs des auteurs, a été très rapide2.

12Le premier chapitre, de Luu Bich Ngoc, propose un bilan des opportunités et défis que présente la structure de la population du Viêt Nam des années actuelles. Les données des recensements de 1989, 1999 et 2009 montrent bien l’amélioration des conditions de vie, les taux très élevés d’alphabétisation, la chute de la fécondité et l’augmentation des migrations internes. Depuis 2007, le Viêt Nam est entré dans une période de dividende démographique avec moins de 50 individus d’âge non actif pour 100 d’âge actif (15 à 64 ans). Cette partie est documentée à partir de projections et analyses originales établies par l’IPSS (Institute of Population and Social Studies) auquel appartient l’auteure, et qui n’étaient pas disponibles pour le public non vietnamophone.

  • 3 Voir aussi Bélanger, Danièle, Nguyen Thi Ngo Lan et Nguyen Thi Thuy Oanh. 2011

13S’il est un enjeu important relatif à la population, c’est bien celui de tirer parti du dividende démographique comme l’ont fait d’autres pays d’Asie de l’Est avant le Viêt Nam. Toutefois, sans une augmentation de la qualité de la main-d’œuvre, le Viêt Nam pourra difficilement bénéficier des avantages du dividende démographique. Or, en 2009, les trois quarts de la population active étaient sans qualification. Le chapitre souligne également à quel point la question du vieillissement est au cœur des enjeux démographiques et requiert une attention accrue. L’auteure note également la diminution des inégalités entre hommes et femmes en matière d’éducation, d’emploi et de mortalité3.

14Depuis le milieu des années 2000, le Viêt Nam attire l’attention par l’augmentation du rapport de masculinité à la naissance, ce qui montre une augmentation de la sélection des grossesses en fonction du sexe du fœtus (Guilmoto, 2012). Cette tendance est étudiée dans le chapitre 2 de manière fine par Valentine Becquet. A partir d’une analyse comparative de deux provinces, elle souligne d’abord les différences régionales en matière de comportement quant à la sélection du sexe des enfants. Les probabilités d’agrandissement des familles selon le sexe des enfants antérieurs s’avèrent très différentes dans les provinces de Hai Duong, près de Hanoi, et Ninh Thuan dans le sud (voir Carte 1 en tête d’ouvrage). Elle explique ces spécificités de manière qualitative en montrant bien comment la structure de la parenté est liée à la préférence pour les garçons. La structure de parenté patrilocale et patrilinéaire de la province Hai Duong entraîne un recours beaucoup plus fréquent à la sélection selon le sexe que dans la province de Ninh Thuan, qui tend à avoir une structure de parenté matrilinéaire. Cette analyse originale montre à quel point l’étude des causes sous-jacentes, bien illustrée ici par une analyse régionale comparative, contribue à une meilleure compréhension du phénomène.

15Les témoignages recueillis par Valentine Becquet et d’autres travaux sur le sujet font allusion à la construction sociale d’une maîtrise « scientifique » de la fécondité qui non seulement permet le contrôle du nombre d’enfants et de l’espacement entre les naissances, mais également celui du sexe de l’enfant. La commercialisation de moyens de contrôle du sexe des enfants et la construction sociale de la femme moderne et scientifique qui réussit à produire l’enfant du sexe désiré au moment désiré – dès la première naissance par exemple– sont des facteurs peu étudiés dans les analyses des causes de l’augmentation du rapport de masculinité à la naissance. Les méthodes qui permettraient de contrôler le sexe des enfants à concevoir prolifèrent au Viêt Nam et inspirent la possibilité d’une maîtrise de cet aspect de la fécondité. Les livres populaires, les médicaments traditionnels, les diètes, les prescriptions sur le moment idéal de la conception, le recours fréquent à l’échographie et l’avortement donnent lieu à une économie et une science de la production d’un enfant mâle. Or, ce développement de la pseudoscience de la production d’enfants du sexe désiré, principalement destinée aux femmes dans le but d’avoir un fils, entraîne une pression sociale considérable bien au-delà de la pression traditionnelle des belles-mères sur leurs belles-filles, ou du mari sur son épouse. Ainsi, le désir d’avoir au moins un garçon n’est plus seulement une tradition, mais également un objectif témoignant de l’appartenance à une ère moderne et scientifique.

16La question du genre est également abordée par Catherine Scornet dans son chapitre sur la sexualité chez les jeunes (chapitre 6). L’auteure cherche à voir dans quelle mesure nous assistons à des « transformations des représentations, des attitudes et des pratiques sexuelles dans le contexte d’une transformation rapide de la société vietnamienne ». Sa conclusion montre, d’une part, une rupture entre la reproduction et la sexualité et l’apparition d’expériences sexuelles plus diversifiées et, d’autre part, la continuité de représentations et de pratiques inégalitaires entre jeunes hommes et jeunes femmes. Dans ce contexte, Catherine Scornet souligne la vulnérabilité des jeunes femmes, qui demeurent sujettes aux grossesses non désirées, en général suivies d’avortement, et à la peur d’être perçues comme « des filles faciles ».

17Catherine Scornet décrit également la politisation de la sexualité, c'est-à-dire l’irruption de la sexualité dans le débat public. Elle explique que « la politisation de la sphère privée et de l’intimité » est l’une des conséquences du Doi moi, mais aussi de l’influence des organisations internationales. « La sexualité est devenue un objet politique légitime en lien avec la santé ». Mais dans le même temps, on assiste à l’extension du domaine privé ou intime. Le Parti ne s’immisce plus dans les affaires privées, par exemple pour les autorisations de mariage. Les Vietnamiens n’ont plus à subir de pression politique pour leurs agissements dans la sphère privée et une plus grande tolérance est de mise concernant les pratiques sexuelles. On est passé d’un cadre normatif imposé à un élargissement des libertés individuelles. Ce paradoxe est une illustration des évolutions sociales en cours et des profonds changements qui affectent la société vietnamienne. Le politique évolue, même si le système reste remarquablement stable.

Opinions et perception des individus et des ménages

18Dans ce cadre, une évolution majeure est l’importance croissante donnée à l’opinion des citoyens et à leur participation aux affaires publiques, notamment au niveau local. Cela est rappelé dans nombre de directives du Parti, et est inscrit dans la loi. Et pour les chercheurs, la connaissance de l’opinion et de la perception des citoyens sur les thèmes étudiés fait partie de la démarche de recherche en sciences sociales.

  • 4 PAPI : Provincial Governance and Public Administration Performance Index (CECODES , Front de la Pat (...)

19La multiplication des enquêtes permet certes d’accumuler une information factuelle d’une grande richesse. Mais ces enquêtes sont aussi le média d’une expression d’opinions et de mesure de la perception de questions diverses par la population. Les questions « subjectives » sont maintenant fréquentes dans les enquêtes. S’il y avait bien eu une première enquête sur les valeurs en 1991, c’est surtout depuis le début des années 2000 que les questions portant sur l’opinion ou la perception des individus se multiplient, avec un certain nombre d’enquêtes plus particulièrement spécialisées dans ce domaine. La montée en puissance de certains thèmes de recherche, comme la mesure de la gouvernance et la lutte contre la corruption ont certainement favorisé ce type d’enquêtes. Ainsi, la grande enquête annuelle PAPI est-elle principalement basée sur la perception de la qualité des services publics4. Des enquêtes sur les valeurs (World Values Survey), sur la corruption (Transparency International), ont déjà été menées à plusieurs reprises.

20L’opinion n’est pas seulement quelque chose de subjectif. Elle est objet de recherche et d’analyse en soi. Elle est également, du point de vue gouvernemental, le moyen de mesurer l’approbation par la population des politiques mises en œuvre, de connaitre les besoins ou les récriminations des citoyens afin d’améliorer l’efficacité de l’action publique. Les résultats d’enquêtes sont utilisés par le gouvernement pour identifier les provinces ou les services déficients ou au contraire performants. L’enquête PAPI citée plus haut est ainsi devenue un indicateur quasiment officiel de la qualité des administrations provinciales. Les enquêtes sont également le principal outil de connaissance de la corruption, grâce notamment aux enquêtes auprès des entreprises (VCCI, Vietnamese Chamber of Commerce and Industry) ou à de nombreuses enquêtes ponctuelles souvent financées par des sources gouvernementales en association avec des donneurs. Grâce à ces travaux, on a une meilleure connaissance de la perception de la corruption par les ménages, des administrations considérées comme les plus corrompues, à défaut de mesure de la corruption elle-même.

21Plusieurs chapitres de ce livre s’appuient sur des opinions de personnes collectées au cours d’enquêtes. Myriam de Loenzien (chapitre 4) recueille ainsi les opinions de personnes séropositives ou de leur entourage, ce qui lui permet d’expliquer certains comportements concernant le recours aux tests de dépistage du sida. L’étude de Lê Thi Huong, Nguyên Thi Thiêng et Patrick Gubry (chapitre 8) repose presque entièrement sur une étude des opinions des citoyens de Hanoi et de Ho Chi Minh Ville. C’est à partir d’une enquête originale réalisée en 2007 que ces auteurs étudient la perception des problèmes environnementaux des habitants de ces deux villes, donnant ainsi la parole à la population sur des questions qui ne font pas souvent l’objet d’un débat public. Sur ce thème de l’environnement du quartier, les citoyens sont volontiers critiques (ce qui n’est pas le cas dans d’autres enquêtes d’opinions sur les problèmes du pays), le nombre de réponses défavorables l’emportant sur les réponses positives. Ils citent les nombreuses difficultés auxquelles ils sont confrontés: pollution sonore, olfactive, de l’air, inondations et problèmes de sécurité. Les problèmes d’évacuation des eaux usées, les problèmes de santé en lien avec la forte pollution de l’air et les craintes en matière de sécurité sont perçus comme étant en forte augmentation et requérant une attention urgente des pouvoirs publics. Les villes du Viêt Nam comptent parmi les plus polluées au monde et il ne fait pas de doute que la question de l’environnement deviendra de plus en plus une préoccupation majeure des habitants et que le débat public va se développer. Cette recherche montre déjà une prise de conscience des citoyens sur les questions liées à leur environnement.

22Le chapitre de Le Thi Thuy Linh, Mireille Razafindrakoto et François Roubaud (chapitre 3) exploite de façon originale les réponses à des questions ouvertes en proposant une analyse quantitative textuelle des mots utilisés par les répondants. Avec pour objectif de décrire les caractéristiques et la diversité des situations des entrepreneurs dans le secteur informel, les auteurs mettent en évidence, outre l’importance de celui-ci au sein du marché du travail (un quart des emplois), sa forte hétérogénéité. Une analyse quantitative textuelle d’entretiens leur permet de dégager cinq types d’entreprises familiales : ‘the impervious, the optimistic, the desolate, the precarious and the streteous’. Cet exercice de catégorisation, basé sur les termes utilisés par les enquêtés eux-mêmes pour parler de leur situation, montre l’étendue de la précarité au sein du secteur informel et souligne la nécessité de mettre en œuvre des politiques d’intervention et de soutien en fonction des modes de fonctionnement et des difficultés rencontrées par ces différents groupes. Ce chapitre innove au niveau méthodologique en exploitant des données textuelles issues de questions ouvertes traitées par des outils statistiques tels que l’analyse en composantes principales ou la constitution de « clusters ».

23Donner la parole aux personnes concernées qui n’ont pas forcément les moyens de se faire entendre permet d’humaniser les thématiques étudiées. Les recherches présentées ici en offrent plusieurs exemples. A propos de la stigmatisation et de l’exclusion vécues par les séropositifs, le parent d’un enfant séropositif dit au chercheur « je souhaiterais que cette maladie soit une maladie normale, comme les autres maladies ». Cette citation résume bien la souffrance et les difficultés vécues par les adultes responsables d’enfants séropositifs dans une société où la stigmatisation envers le VIH demande encore à être combattue, en dépit d’améliorations au cours des dernières années. Catherine Scornet relate l’histoire d’une adolescente démunie devant sa propre grossesse dont elle ne savait rien. Cet exemple illustre les conséquences d’un manque encore criant d’information et d’éducation en matière de sexualité destinées aux jeunes célibataires. Myriam de Loenzien rapporte les propos d’un parent qui s’impose à son jeune fils afin que celui-ci aille se faire faire un test de dépistage du VIH dans un contexte et une période (milieu des années 2000) où le dépistage intervient surtout quand la maladie a déjà commencé à faire son œuvre. Le travail de Valentine Becquet comporte des témoignages éloquents quant au rôle de la pression sociale sur les jeunes femmes jugées sur leur capacité à concevoir un enfant mâle.

Précarité, vulnérabilité et pauvreté

24Ces derniers exemples mettent en exergue les conditions précaires d’existence d’une partie importante de la population. Certes, la pauvreté a beaucoup diminué au Viêt Nam, mais il reste de nombreuses personnes en situation de vulnérabilité. Les personnes vulnérables sont celles qui, même si elles ne sont pas (ou plus) pauvres, sont susceptibles de retomber dans la pauvreté, notamment en cas de choc économique. Ces chocs sont souvent des problèmes de santé dans la famille, des drames familiaux ou des revers de fortune.

25La vulnérabilité est liée à la précarité de l’emploi. Comme nous l’avons vu, plus des trois quarts de la population active n’a aucune garantie concernant la stabilité de son emploi et de ses revenus. Tous les travailleurs non-salariés (et donc la quasi-totalité des agriculteurs) ainsi qu’une partie non négligeable des travailleurs salariés (ceux qui n’ont ni contrat ni sécurité sociale) sont dans une situation d’emploi précaire et, pour la plupart d’entre eux, vulnérables à un choc économique ou de santé.

26La vulnérabilité de certains ménages en cas de problème de santé est illustrée dans le chapitre de Nguyen Thi Thiêng, Bui Thi Hanh et France Lert sur les adultes qui ont un enfant ayant le SIDA à leur charge. Le chapitre souligne le fossé entre les coûts remboursés par les assurances et ceux déboursés par les familles. Malgré l’élargissement des régimes d’assurances santé et des coûts pris en charge, les familles font face à des frais supplémentaires qui demandent, comme le signalent les auteurs, à « être caractérisés ». Ce chapitre traite de la marginalisation et de la stigmatisation dont sont victimes les familles ayant un enfant séropositif. Le gouvernement vietnamien a longtemps considéré certains groupes indésirables comme étant associés à des fléaux sociaux à éliminer. Les campagnes de propagande associaient le SIDA à la mort (jusqu’en 2003, voir chapitre de Myriam de Loenzien), l’utilisation de drogue et la prostitution à la criminalité. Depuis les années 2000, de nombreux projets du gouvernement et d’ONG ont tenté de réduire les préjugés et la stigmatisation à travers des formations et une meilleure information. Depuis quelques années, des politiques sociales basées sur la réduction des conséquences négatives (harm reduction approach), plutôt que la criminalisation, ont commencé à voir le jour, témoignant d’une amorce de changement d’idéologie politique. Malgré ces avancées, les auteurs montrent comment la peur qu’un enfant soit stigmatisé fait en sorte que les parents ou les adultes responsables de cet enfant tendent à soigneusement cacher la maladie. Cet isolement diminuait la possibilité de chercher un soutien psychologique. Le désarroi et la souffrance de ces adultes confrontés à la maladie de leur enfant montrent l’urgent besoin d’accroître les campagnes d’information et de sensibilisation concernant le SIDA et ses modes de transmission. Comme le soulignent les auteurs en conclusion, la question de la fréquentation scolaire des enfants séropositifs requiert une attention particulière dans un tel contexte.

27Le chapitre de Myriam de Loenzien documente également la prévalence de la discrimination et de la stigmatisation à l’égard du VIH-Sida et aborde ces phénomènes comme de ‘puissants freins au dépistage’. L’étude des processus de dépistage entre 2006 et 2008 est révélatrice de plusieurs aspects sociaux et sanitaires en lien avec la gestion et la construction sociale du VIH-Sida de ces années. Cette étude documente la faible proportion de personnes testées, le recours au test de dépistage à des fins de diagnostic plutôt que préventives, le non-respect de la confidentialité des consultations, et le rôle primordial de la famille dans le dépistage et la prise en charge de ceux affectés par la maladie. L’auteure souligne que son étude capte un moment spécifique de l’histoire du VIH/Sida, un moment qui précède la mise en place de normes standardisées internationales en matière de dépistage, de traitement et de prise en charge. Cet épisode rend compte des stratégies familiales déployées pour encourager le dépistage et organiser la prise en charge à une période de faible investissement et implication des pouvoirs publics. La politique de socialisation des coûts des soins, ou la responsabilité et responsabilisation de la famille est ici illustrée par un exemple sur le dépistage du sida.

28Nguyen Thi Thieng et Luu Bich Ngoc étudient également la précarité de l’emploi chez les migrants (absence de contrat, non-accès à des assurances, etc.) et notent la méconnaissance qu’ont les migrants de leurs droits. Nombreux sont ceux qui ne demandent pas de certificat de résidence même s’ils pouvaient y avoir accès. Destiné au départ à contenir les migrations et les déplacements de population non encadrés (ce qui a fonctionné jusqu’au début des années 1990), le certificat de résidence est devenu de fait un obstacle à l’intégration et à la sortie de la précarité pour nombre de migrants.

29L’emploi et les trajectoires de sortie de la pauvreté (‘pathways out of poverty’) sont traités dans le chapitre de Nguyen Huu Chi « Are non-farm jobs better for rural workers? A Panel Data Analysis of Earning Gaps in Vietnam ». L’auteur montre qu’en dépit de la présomption d’une réponse positive à cette question, les résultats scientifiques sont loin d’être clairs et univoques. A partir d’analyses sur les enquêtes sur les niveaux de vie (VLSS 2002-2004-2006) Nguyen Huu Chi évalue les écarts de revenus entre les emplois agricoles et non agricoles (toutes choses étant égales par ailleurs) afin d’étudier si l’emploi non agricole peut favoriser la ‘sortie de la pauvreté’. Ses conclusions montrent des résultats différenciés selon les quintiles de revenus et selon le genre (hommes ou femmes). De manière générale, les travailleurs ruraux ayant un emploi non agricole tendent à avoir de meilleurs revenus que ceux qui ont un emploi agricole. Toutefois, cette association est particulièrement robuste au sein des quintiles de revenus inférieurs et moins significative pour les quintiles supérieurs. De plus, les femmes retirent systématiquement moins d’avantages que les hommes de l’occupation d’un emploi non agricole. En conclusion, l’auteur relève la nécessité d’étudier la question des réseaux pour mieux comprendre les relations entre emplois, revenus, et les trajectoires de mobilité socioéconomiques permettant de sortir de la pauvreté. En effet, la recherche sur les relations entre emploi, opportunités et pauvreté ne peuvent progresser sans l’inclusion du rôle des réseaux et de la corruption, deux réalités incontournables quant à l’insertion sur le marché du travail5.

30Des avancées importantes ont été accomplies depuis quelques années concernant la couverture des soins de santé par les régimes d’assurance maladie. Mais, dans le même temps, qu’il s’agisse de l’accès aux soins de santé ou à l’éducation, les ménages sont appelés à débourser des sommes élevées, notamment s’ils recherchent des prestations de qualité, ce qui soulève des questions importantes quant aux effets bénéfiques de l’extension de la sécurité sociale. L’introduction des politiques de « socialisation » (xa hoi hoa), selon lesquelles la société et les familles doivent contribuer aux coûts économiques et sociaux de l’éducation et de la santé, laissent place à une zone grise peu reconnue et peu étudiée (London, 2004).

Diversité régionale

31Les analyses présentées dans cet ouvrage montrent de façon éloquente à quel point l’étude du Viêt Nam doit prendre en compte les différences régionales. Qu’il s’agisse de différences nord-sud, entre les milieux ruraux et urbains, entre les différentes régions administratives, entre les villes de Hanoi et de Ho Chi Minh ville, entre les zones habitées par différents groupes ethniques, les résultats des études et des analyses de ce livre illustrent bien que le Viêt Nam est un pays de contrastes, d’inégalités, et de différences.

32En premier lieu, ces différences régionales sont un facteur explicatif des migrations à l’intérieur du pays. Le chapitre de Nguyen Thi Thieng et Luu Bich Ngoc montre toute la complexité de la réalité démographique migratoire interne. La première partie, basée sur le recensement de 1999 et de 2009, souligne la forte augmentation des migrations telle que mesurée par la question sur le lieu de résidence 5 ans avant le recensement. Même si elles sous-estiment la mobilité interne, ces données indiquent une augmentation de 30% de la population de migrants internes entre 1999 et 2009. Le recensement de 2009 mesurait une population totale de migrants de 6 725 000, soit 8% de la population totale du pays (davantage pour la population adulte). Le pouvoir d’attraction des régions a été modifié en une décennie : les hauts plateaux du Centre sont devenus moins attrayants tandis que les régions industrielles du Sud-est ou du delta du fleuve rouge le sont davantage. Ce sont les provinces les plus industrialisées qui attirent le plus de migrants, ce qui tend à prouver que les flux migratoires sont principalement liés à des emplois dans l’industrie. Les données montrent aussi que les femmes sont plus nombreuses à migrer que les hommes (109 femmes migrantes pour 100 hommes migrants en 2009). A partir d’enquêtes spécifiques, dont celle de Patrick Gubry relatée dans le chapitre 8, les auteures documentent les multiples raisons à la fois économiques, environnementales et celles en lien avec les études et la famille, qui poussent les gens à la mobilité interne. Elles analysent des difficultés rencontrées par les migrants. L’enregistrement sur le lieu de résidence, auquel sont rattachés les droits et l’accès aux services, demeure un obstacle majeur. En dépit de l’assouplissement en 2007 du contrôle de résidence et de l’existence de quatre types d’enregistrement de résidence, dont une résidence temporaire à court terme (enregistrement de type KT4), un nombre important de migrants demeurent non enregistrés. Les enquêtes nationales excluent les ménages non officiellement enregistrés ainsi que les migrants vivant dans des résidences collectives, comme les dortoirs des usines. Or, comme nous l’avons vu, ces exclusions biaisent les échantillons et donc les analyses sur la relation entre migrations et pauvreté.

33C’est aussi un contraste saisissant entre deux provinces du Viêt Nam, l’une au nord dans le delta du fleuve Rouge, l’autre au centre-sud, avec des peuplements différents qui sous-tend l’analyse de Valentine Becquet sur la préférence pour les garçons à la naissance (voir Carte 1 en tête d’ouvrage). En raison d’histoires de peuplement différentes (il y a une forte minorité Cham dans la province du centre), on constate des comportements opposés concernant la sélection des fœtus en fonction du sexe.

34Le contraste est moins marqué dans l’étude sur la perception des problèmes d’environnement par les habitants de Hanoi et d’Ho Chi Minh ville. Certes, les réponses diffèrent dans les deux villes, mais cela est dû à des différences dans l’environnement des quartiers. Par exemple, il y a une plus grande sensibilité aux inondations à Ho Chi Minh ville.

35En revanche, les contrastes entre milieu urbain et rural peuvent être relevés dans plusieurs chapitres de ce livre, à des titres divers. L’accès aux soins, surtout de façon anonyme pour des malades du sida ne se pose pas du tout dans les mêmes termes pour les habitants des campagnes et ceux des villes. Sur les différences de niveau de vie entre milieu rural et milieu urbain, on relèvera surtout l’analyse de Nguyen Huu Chi concernant la sortie de la pauvreté des travailleurs ruraux (et agricoles) qui se dirigent vers des emplois non agricoles et (pas toujours) urbains.

36Les diversités géographiques ne sont pas le sujet des différentes recherches proposées dans cet ouvrage, mais elles sont omniprésentes et enrichissent les analyses.

37« Dynamique de la population et transformations de la société dans le Viêt Nam contemporain » propose un tour d’horizon sur plusieurs thématiques pertinentes et actuelles. Utilisant des méthodes d’investigations diversifiées, qualitatives ou quantitatives, et le plus souvent des données de première main collectées à l’initiative des chercheurs eux-mêmes, cet ouvrage au titre modeste aborde les thèmes de l’emploi, de la santé, de la sexualité, des jeunes, du vieillissement, des migrations, des inégalités hommes femmes et de l’environnement qui sont au cœur des enjeux sociaux et démographiques du Viêt Nam contemporain. Cet ouvrage présente des résultats inédits et éclairants tout en dressant un ordre du jour pour la recherche à venir.

Bibliographie

Bélanger Danièle, Nguyen Thi Ngo Lan et Nguyen Thi Thuy Oanh, « Vers la réduction des disparités entre les genres au Viêt Nam: une analyse des recensements de 1989, 1999 et 2009 » in Rapport publié par l’Observatoire de l’espace démographique et statistique francophone, ODSEF, Québec, Canada, Université Laval, 2012, p. 48.

CECODES, VFF-CRT et UNDP, “The Viet Nam Governance and Public Administration Performance Index (PAPI) 2012”, in Measuring Citizens’ Experiences. A Joint Policy Research Paper by Centre for Community Support and Development Studies (CECODES), Centre for Research and Training of the Viet Nam Fatherland Front (VFF-CRT), and United Nations Development Programme (UNDP), Hanoi, Viet Nam, 2013, p. 126 [En ligne, consulté le 21 février 2015].

gubry Patrick, Thi Huong et Nguyên Thi Thiêng, « L'urbanisation au Viêt Nam : que sait-on de la "population flottante" ? » in Séminaire « Population, santé publique et développement au Viêt Nam après 25 ans de Renouveau »in Hanoi, IPSS, ARCUS, 10 octobre 2011.

Guilmoto, Christophe, “Son preference, sex selection, and kinship in Vietnam » in Population and Development Review, 38 (1), 2012, p. 31-54.

London Jonathan, “Rethinking Vietnam’s mass education and health systems” in Rethinking Vietnam, McCargo Duncan (dir.), London, Routledge Curzon, 2004, p. 127-142.

Pincus Jonathan et Sender John, “Quantifying Poverty in Vietnam : Who Counts?” in Journal of Vietnamese Studies, Vol. 3, No. 1, 2008, p. 108-150.

Tran Thi Tuyet, Graduate Employability in Vietnam : A Loose Relationship Between Higher Education and Employment Market, Anchor Academic Publishing, 2014, p. 188.

Notes

1 Voir aussi Gubry Patrick, Lê Thi Huong et Nguyên Thi Thiêng, 2011.

2 L’indice synthétique de fécondité est passé de 6,8 (1965-1969) à 2,5 enfants par femme (1995-1999). Il est en dessous de 2,0 en 2009 (voir chapitre 2).

3 Voir aussi Bélanger, Danièle, Nguyen Thi Ngo Lan et Nguyen Thi Thuy Oanh. 2011

4 PAPI : Provincial Governance and Public Administration Performance Index (CECODES , Front de la Patrie, PNUD) .

5 Voir aussi : Tran Thi Tuyet, 2014.

Auteurs

Université Laval, Québec, Canada

IRD-DIAL

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter