Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre au corps

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

Quatrième partie. Corps du livre et poésie

Saint-John Perse : chair du livre et corps du monde

Guillaume Gomot

Texte intégral

1S’il est une œuvre qui démontre avec éclat la corporéité du langage et la nature organique du poème, c’est bien celle de Saint-John Perse : le livre y est un corps, sous plusieurs espèces.

  • 1 Saint-John Perse, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2004 (1re éd (...)

2La parole du poète transmue, en effet, les livres qu’elle invoque. Un imaginaire poétique les agrège parfois en une sorte de corpus sédimentaire, tombeau des « livres tristes1 », de toutes ces « cendres et squames de l’esprit » (187), où l’animal le cède au minéral, et où le livre est un corps mort, un organisme sec qui court le risque de la pulvérulence. Tout au contraire, le Livre persien, unique dessein du poète, défini par un réseau serré et ouvragé de riches métaphores (il est alternativement arbre, oiseau, terre, océan...), s’anime grâce au langage poétique et à la puissance de son souffle. Éventant la poussière des livres morts, Saint-John Perse n’a cessé de transformer ses poèmes en chair vivante. Et l’attention minutieuse, voire forcenée, qu’il porta à l’édition de ses œuvres dans la Bibliothèque de la Pléiade révèle justement l’idéal d’un livre absolu qui serait comme le corps et l’âme impérissables du poète.

3Le livre est bien alors un corps sensible, un organisme infiniment complexe, image réduite du cosmos qu’enflamme une véritable érotique de l’écriture. L’ambition démesurée et aboutie de Saint-John Perse a donc été, en menant le langage à son point d’incandescence, de recueillir le corps du monde dans un livre. Du plus infime corpuscule jusqu’à l’univers incommensurable, les mots et les pages figurent la matière vibrante des choses, la réalité « prise en son vif et dans son tout » (229), et incarnent la voix du poète.

LE LIVRE ET LE MONDE

  • 2 Camelin Colette, Éclat des contraires. La poétique de Saint-John Perse, Paris, CNRS Éditions, « Li (...)
  • 3 Gardes-Tamine Joëlle, Saint-John Perse ou la stratégie de la seiche, Aix-en-Provence, Publications (...)

4« Moi j’ai pris charge de l’écrit, j’honorerai l’écrit. Comme à la fondation d’une grande œuvre votive, celui qui s’est offert à rédiger le texte et la notice » (264) : les premières pages d’Amers proclament la souveraineté du poète et son désir d’écrire un livre qui soit comme un acte de dévotion, un texte fondateur célébrant le « monde entier des choses » (193). En effet, pour Saint-John Perse, l’écriture poétique permet d’embrasser dans son vaste cercle cet « Océan des choses » qui « nous assiège » (401). Elle est alors littéralement encyclopédique, selon le mot de Roger Caillois, et, par un retournement étonnant, elle fait que « tous les chemins du monde nous mangent dans la main » (79), pour reprendre cette image de La Gloire des Rois où se lisent l’autorité et la puissance poétiques à travers l’assimilation du monde au corps humain. C’est précisément ce que confirme Colette Camelin en interrogeant l’œuvre de Saint-John Perse : « Avant de révéler la chose, nommer est un acte par lequel le sujet affirme sa puissance. Comme le naturaliste, il sépare chaque espèce, ordonne la diversité du monde2. » L’écriture est alors « la conquête d’un ordre imposé au désordre3 », écrit dans la même perspective Joëlle Gardes-Tamine.

  • 4 Poulet Georges, Études sur le temps humain. Le point de départ, Paris, Pocket, « Agora », 2006, t. (...)

5La parole du poète, si elle est fondatrice, est aussi médiatrice, et elle réduit en quelque sorte le corps du monde aux dimensions d’un livre, comme dans cette « grande œuvre votive » qu’est Amers (261) : « Et c’est un chant de mer comme il n’en fut jamais chanté, et c’est la Mer en nous qui le chantera. » Traversé par les éléments naturels qu’il chante (on peut bien alors parler d’une « poésie de l’élémentaire4 »), le poète suit cette « même vague depuis Troie » (326) portée par le souffle des récits homériques fondateurs : c’est la vague de l’epos - vers épique, mais aussi parole, oracle et ligne d’écriture en grec. Outre les images épiques, des motifs bibliques désignent également le souffle de la parole et son animation dans le livre. Les poèmes précoces d’Images à Crusoé (1904) annoncent, en effet, l’attention que Saint-John Perse ne cessera de prêter au « Livre » et à ses « prophéties » (20). Dans Exil, le vocabulaire biblique est encore présent. Ainsi le matin mène-t-il « son doigt d’augure parmi de saintes écritures » (125) tandis qu’est évoquée « la naissance des grands Livres » (126). Pour celui qui a pris charge de l’écrit, le livre premier est sans conteste la Bible, poème inaugural et complet, alpha et oméga littéraire qui constituent aussi bien une cosmogonie qu’une eschatologie. Comme les « grands Livres » fondateurs des religions et les épopées antiques, les poèmes de Saint-John Perse voudraient donc, en quelque sorte, coucher le corps du monde sur une page. C’est ce qui explique peut-être son goût pour les catalogues, comme celui où, dans Anabase, il énumère « toutes sortes d’hommes dans leurs voies et façons » (112) et qu’il achève en citant « le Conteur qui prend place au pied du térébinthe » (113). Au début d’Éloges, on trouve semblable accumulation, où le conteur-poète invente une écriture sensible, charnue et quasi séminale. « Je m’éveille, songeant au fruit noir de l’Anibe dans sa cupule verruqueuse et tronquée » (36) : l’éclat des occlusives et l’insistante allitération en « r » s’ajoutent à la rareté du lexique et à la force de l’image pour donner corps et saveur à cette phrase et pour ensemencer la page poétique. Roger Caillois décrit ainsi la force matérielle de l’inventaire persien :

  • 5 Caillois Roger, Poétique de Saint-John Perse, Paris, Gallimard, 1987, p. 165.

Sensuel, exercé à réagir aux excitations les plus déliées, apte à les goûter, instruit à les distinguer, à les comparer, à jouir de leurs ressemblances ou de leurs contrastes, le poète se montre avide des ressources que lui offre sans compter l’inventaire inépuisable du monde5.

  • 6 Gardes-Tamine Joëlle, « Perse et les mots », in Europe, n° 799-800 (« Saint-John Perse »), novembr (...)

6Le goût des choses et celui de leur image verbale dans le livre ne font qu’un pour Saint-John Perse qui est d’abord, étymologiquement, « un amateur de mots6 », recherchant le plaisir du texte et la joie sensible des inventions lexicales.

  • 7 Aquien Michèle, Saint-John Perse. L’être et le nom, Seyssel, Champ Vallon, « Champ poétique », 198 (...)
  • 8 Ibid., p. 26.

7Il s’agit aussi pour le poète de trouver « un ïambe plus farouche à nourrir de [son] être » (127), et de « manier la fronde de l’accent » sur « la lourde phrase humaine, pétrie de tant d’idiomes » (241). Pour celui qui enclot le monde même dans un livre, décrivant l’Idée « comme un psylle à l’entrée de [ses] phrases » (142), et rêvant un « pur vélin rayé d’une amorce divine » (145), la fusion est complète entre la page et son sujet. Le livre devient le corps vivant du monde et, réciproquement, le monde est un livre : « Et nous lisions les peuples par nations » (242), écrit Saint-John Perse dans Vents. Si le monde entier est bien « pour Perse un univers à lire, élément par élément7 », comme le note Michèle Aquien, une telle entreprise poétique requiert une langue « organique, qui vive de la vie du monde comme c’est d’ailleurs sa nature profonde8 ».

8Chez Saint-John Perse, la tension réciproque entre les mots et les choses est telle qu’elle confine parfois à la confusion. Et le poète transcrit ce trouble essentiel (213) : « Ô Poète, ô bilingue, entre toutes choses bisaiguës, [...] homme assailli du dieu ! homme parlant dans l’équivoque ! » Il est de la race des « Enchanteurs », « Hommes imprévisibles. [...] Hommes nourris au vin nouveau et comme percés d’éclairs » (190), saisis par un mouvement dionysiaque.

LIVRE MORT ET LIVRE VIF

  • 9 Camelin Colette, Saint-John Perse. L’imagination créatrice, Paris, Hermann, 2007, p. 55.
  • 10 Richard Jean-Pierre, Onze études sur la poésie moderne, Paris, Éditions du Seuil, « Points Essais  (...)

9Dans l’imaginaire persien, le livre est une matière organique et la bibliothèque, « Basilique du Livre ! » (186), est le lieu de son délitement. S’y accumulent « les livres tristes, innombrables, par hautes couches crétacées » (186), posés « sur leurs claies comme servantes et filles de louage » (188). Le poète de Vents file alors la métaphore de leur pulvérisation. Il condamne ces « poudres des archives » (186), « cette pruine de vieillesse » (186) et « tout ce talc d’usure et de sagesse » (187). Poussières de l’esprit humain, les livres mornes des bibliothèques sont dispersés par le souffle vigoureux qui soutient la parole poétique (186) : « Ha ! qu’on m’évente tout ce loss ! Ha ! qu’on m’évente tout ce leurre ! » Mais que sont ces livres tristes qui se délitent inexorablement ? Pour Colette Camelin, « la décomposition de la matière des livres figure l’usure du savoir devenu académisme, répétition prudente de maximes usées, érudition stérile de salons9 ». Jean-Pierre Richard a également éclairci et développé cette métaphore dans son étude sur Saint-John Perse : « Calfeutré sur lui-même, inaéré, le savoir y tourne au radotage, la sagesse y devient littérale, s’y flétrit en codes et en gloses. Et tout cela se dépose matériellement en vétusté sur la tranche jamais essuyée des livres10. » Le poète, qui veut éventer la poussière des temps accumulés, n’adopte

  • 11 Camelin Colette, Gardes-Tamine Joëlle, Saint-John Perse. Vents, Chronique, Chant pour un équinoxe, (...)

ni l’attitude de l’archéologue, ni celle de l’historien. Même s’il lit leurs ouvrages, il ne cherche pas à reconstituer le passé, mais à ranimer, parmi les immenses trésors des civilisations humaines, ce qui peut servir à composer des œuvres en prise sur la réalité de son temps11.

10Comme le dit Saint-John Perse dans son discours de Stockholm, en 1960, évoquant la poésie moderne alors qu’il reçoit le prix Nobel de littérature (445) : « Il n’est rien de pythique dans une telle poésie. Rien non plus de purement esthétique. Elle n’est point art d’embaumeur ni de décorateur. »

  • 12 Levillain Henriette, Le Rituel poétique de Saint-John Perse, Paris, Gallimard, « Idées », 1977, p. (...)

11L’image des livres pulvérulents est renforcée par le motif liquide de l’aspersion lustrale. Qu’on songe à la « fange écarlate du langage » (1396) décrite au début de Sécheresse ou aux « grandes évacuations d’ œuvres mortes de ce siècle » (206) annoncées dans Vents, ou encore aux « eaux du large » (129) qui pourraient laver le « mot vain » (128) dans Exil. À l’eau putride s’oppose l’énergie explosive de flots nouveaux (246) : « Qu’on nous débonde tout cela ! Qu’on nous divise ce pain d’ordure et de mucus. Et tout ce sédiment des âges sur leur phlegme !/ Que l’effarvate encore entre les joncs nous chante la crue des eaux nouvelles. » Dans Vents, le poète porte sa dénonciation des livres morts « à un point tel de toxicité et de suffocation physique qu’il en vient à ressentir spontanément le besoin de faire une cure d’air et d’eau12 », comme le note Henriette Levillain.

12On mesure la richesse métaphorique déployée par Saint-John Perse pour dire l’effacement des livres ternes et inutiles. C’est avec un éclat poétique semblable qu’il célèbre les « œuvres nouvelles » (293), « œuvres vivaces et très belles » (293) qu’il espère voir se lever sous sa dictée. Ces livres seront « de grandes œuvres séditieuses, de grandes œuvres licencieuses » (293) que le poète personnifie pour montrer leur vivacité (250) : « Et nos poèmes encore s’en iront sur la route des hommes, portant semence et fruit dans la lignée des hommes d’un autre âge. » Le pouvoir germinatif du livre sur la pensée et la sensibilité humaines apparaît à nouveau à la fin de Vents, où la page et la feuille se confondent (251) : « Et un autre arbre de haut rang montait déjà des grandes Indes souterraines,/ Avec sa feuille magnétique et son chargement de fruits nouveaux. »

  • 13 Ventresque Renée, «L’incurable nostalgie du langage de l’origine », in Europe, n° 799-800 (« Saint (...)
  • 14 Levillain Henriette, «L’obscurité du visible ou le malentendu sur la propriété du mot », in ibid.,(...)

13Pour Saint-John Perse, l’idéal du livre vif se fonde sur la puissance créatrice du langage qui, portée à son comble, fait des mots les objets qu’ils désignent, comme la fin d’Amers le montre (378) : « Et mots pour nous ils ne sont plus, n’étant plus signes ni parures,/ Mais la chose même qu’ils figurent et la chose même qu’ils paraient. » Dans une œuvre vivace, c’est le monde qui prend vie, suivant ce bel art poétique (229) : « Non point l’écrit, mais la chose même. Prise en son vif et dans son tout. /Conservation non des copies, mais des originaux. Et l’écriture du poète suit le procès-verbal. » De la même manière, un oiseau peint par Braque est « la chose même dans son fait et sa fatalité » (411). On trouve bien chez Saint-John Perse « une conception cratyléenne du langage poétique13 » où est mise en valeur « la fonction mimétique du mot14 ». Une phrase célèbre du discours de Stockholm le confirme (444) : « Si la poésie n’est pas, comme on l’a dit, “ le réel absolu ”, elle en est bien la plus proche convoitise et la plus proche appréhension, à cette limite extrême de complicité où le réel dans le poème semble s’informer lui-même. » Comme dans un dessin, les mots tracés sur la page blanche s’animent et pullulent et c’est toute une agitation organique qui grouille dans le Livre rêvé par le poète. Une belle métaphore suffit à le prouver, dans Vents (202) : « Jusqu’à ces hauts récifs de chênes et d’érables, gardés par les chevaux de frise des sapins morts ». Les conifères, étendus à la lisière d’une forêt décrite comme un océan (on songe à « Marine » de Rimbaud, dans Illuminations), s’animent en « chevaux de frise », dans ce verset qui serait composé de deux alexandrins si Saint-John Perse ne l’avait terminé par le monosyllabe « morts », créant un décalage prosodique qui isole et met en valeur cette sombre clausule-le poème évoque ici l’Hiver et ses « mots de fer » (202).

LE LIVRE ET SES METAMORPHOSES

  • 15 Little Roger, Études sur Saint-John Perse, Paris, Klincksieck, « Bibliothèque du XXe siècle », 198 (...)

14L’aventure poétique est l’occasion de découvertes langagières et de fulgurations rhétoriques. Elle permet à Saint-John Perse « d’errer parmi les plus vieilles couches du langage » (162), comme il l’écrit dans Neiges, et de magnifier aussi le « très grand arbre du langage peuplé d’oracles » (180). Dans toute son œuvre, les métaphores se développent pour circonscrire les richesses de la langue, comme Roger Little, notamment, l’a très bien montré15.

15Le livre est une chair sensible, mais aussi une matière dont on peut se vêtir. Ne rencontre-t-on pas d’ailleurs au fil des poèmes un « Prince vêtu de [...] sentences » (65) et la « tunique ardente de la fable » (394) ? Porté à même la peau, « vaste bure » ou « ample cape » (401), le livre connaît toutes les métamorphoses. Les pages se meuvent et les mots forment des « vols d’insectes par nuées » (208) ou bien sont comparés à des oiseaux, dessinant dans le ciel « la plus large strophe errante que l’on ait vue jamais se dérouler au monde » (418).

16Si les pages sont des feuilles d’arbres et les mots des oiseaux, le livre devient donc, par un effet de projection métaphorique, un grand corps physique où se mêlent l’animal, le végétal et le minéral. Le livre-cosmos rêvé par Saint-John Perse semble contenir, en acte, le monde tout entier et la vie qui s’y agite. Il est fait de la matière même de la terre, tels ces « grands livres de pierre » (295), ou telles ces « écritures nouvelles encloses dans les grands schistes à venir » (185). La croûte terrestre est une page à déchiffrer, car « les textes sont donnés sur la terre sigillée » (214). Le poète le confirme (214) : « Là nous prenons nos écritures nouvelles, aux feuilles jointes des grands schistes. » Ces roches comprimées et feuilletées par les poussées tectoniques-reliures naturelles-composent le livre de « la terre mouvante » (402), que l’on peut voir et lire comme « le déroulement des plus beaux textes de ce monde » (199).

17La mer, comme la terre, figure également le livre persien. Cette « écume encore aux lèvres du poème » (153), dans Pluies, annonce la métaphore qui nourrit Amers : « Textuelle, la Mer » (295). L’étendue liquide, « en nous tissée, [...] en nous, tissant » (261), dessine à sa surface « mille fronces » (371), qui sont autant de lignes d’écriture redonnant au texte son sens étymologique de tissu. Ce « filet de mer » (371) forme une « tunique » de mots (371), et « maille à maille se répète l’immense trame prosodique » (371). Le poème est alors écrit par « la Mer elle-même, sur sa page, comme un récitatif sacré » (371). L’image du tissu marin complète celle des feuilles rocheuses pour faire du livre un grand corps à l’échelle du monde.

18Ce chant du monde que compose la poésie de Saint-John Perse est mû par le désir (180) : « “ Ô toi, désir, qui vas chanter. ” Et ne voilà-t-il pas déjà toute ma page elle-même bruissante. » Surface excitable, la page animée du livre-monde de Saint-John Perse aime à prendre la forme d’un corps féminin qui se confondrait avec la nature. Toute son œuvre est parcourue par cette présence féminine au cour du monde. Dans Amers, on lit que la femme « se fait et se défait avec la vague qui l’engendre » (328). Son corps étendu s’admire et se déchiffre comme on le ferait avec des « numérations stellaires » (332). Le même motif est filé dans Vents, où sont évoqués ces « pays du limon où cède toute chair, la femme à ses polypes, la terre à ses fibromes » (210). Ainsi certaines petites méduses ont-elles pour le poète une « forme d’ovaires, de matrices » (345) et certains paysages font-ils songer au sexe féminin : celui qui « se penche sur la mer antique [...] voit, dans un élclat de siècles ardoisés, l’immense vulve convulsive aux mille crêtes ruisselantes, comme l’entraille divine elle-même un instant mise à nu » (374). Cette chair minérale, qui est aussi une roche animale, démontre une transgression des règnes et des matières, et confère au poème sa puissance évocatoire aiguë, telle que Saint-John Perse l’appelle et la célèbre dans son ultime texte, Sécheresse (1974, p. 1400) : « Transgression ! transgression ! Tranchante notre marche, impudente notre quête. Et devant nous lèvent d’elles-mêmes nos œuvres à venir, plus incisives et brèves, et comme corrosives. » Cette image de la levée des livres renforce et parachève l’ample métaphore qui parcourt toutes les œuvres de Saint-John Perse et qui transmue les livres en organismes vivants, tout en décrivant le monde à la manière d’un immense texte à déchiffrer.

  • 16 « L’auteur, qui est en même temps sujet de l’énonciation et objet de l’énoncé, rend chaque détail (...)

19Une telle poétique du livre et de son corps trouve peut-être en partie son origine dans un souvenir d’enfance de Saint-John Perse. C’est le poète lui-même qui a rédigé la biographie qui œuvre l’édition de la Pléiade de ses Œuvres complètes - cette particularité a souvent été analysée16. Il y rapporte notamment cette anecdote, datant de 1899, après qu’il a quitté les Antilles pour se rendre avec sa famille en métropole (xi) :

Arrivée de la bibliothèque du père. Neuf grandes caisses doublées de zinc, chargées au port de Pointe-à-Pitre, avaient d’abord coulé en rade avec l’allège de transbordement, et la compagnie d’assurance américaine, confiante dans l’emballage, avait cru pouvoir faire repêcher ces caisses pour les réexpédier telles quelles par cargo. À leur arrivée à Pau, dans la cour de la demeure familiale, la puanteur était telle qu’il fallut recourir à l’aide de la police, et les déballeurs ne purent mettre au jour qu’une masse compacte et noire en pleine fermentation. La seule page encore lisible arrachée à cette pâte fut une feuille de titre des Fleurs du mal de Baudelaire, édition Poulet-Malassis. Le fils vit la tristesse muette du père et en garda, à jamais, une étrange aversion pour les livres.

  • 17 Ventresque Renée, Saint-John Perse dans sa bibliothèque, Paris, Honoré Champion, « Littérature de (...)

20Quelle que soit la véracité historique de cette scène, le sens profond n’en est pas moins fort et détermine l’imaginaire persien : les livres sont des corps, leur chair vivante peut s’altérer, se putréfier ; mais parmi les livres morts, pour lesquels le poète éprouve « une étrange aversion », on peut trouver quelques pages immarcescibles, véritables fleurs du mal détachées de la fange des ouvrages pourrissants et qui donnent vie aux poèmes de Saint-John Perse. L’étude attentive de sa bibliothèque personnelle a justement montré comment des emprunts livresques très variés ont pu innerver ses œuvres. Dans sa création poétique, en effet, « il recueille, engrange, et au besoin réutilise ce matériau textuel17 ».

  • 18 Camelin Colette, Gardes-Tamine Joëlle, Saint-John Perse. Vents, Chronique, Chant pour un équinoxe, (...)

21Comme on le sait, à la fin de sa vie, Saint-John Perse a concentré tous ses efforts sur l’édition de ses œuvres dans la Bibliothèque de la Pléiade, désirant ardemment y faire tenir avec éclat sa grandiose figure poétique. Colette Camelin et Joëlle Gardes-Tamine notent justement que « cette édition a été conçue pour prendre un caractère parfaitement achevé, tel un Livre, un Texte clos, un monument bâti pour l’éternité18 ». La reproduction du masque en bronze du poète, créé par Andras Beck et qui orne la couverture de l’édition de la Pléiade, confirme cette maîtrise apollinienne du livre, la volonté d’en faire un monument, une « œuvre votive », comme ce visage d’airain au profil aigu, la bouche entrouverte et prête à lancer la pointe incisive de son souffle poétique. Et pourtant-ce n’est pas le moindre des paradoxes propres à Saint-John Perse-le corps de ce livre n’est ni froid ni figé pour le lecteur qui s’y aventure. Animé d’élans dionysiaques, il est sensible, odorant, charnel. Son papier bible et sa reliure pleine peau dorée à l’or fin confondent dans cet objet réduit, à travers la cellulose, le cuir et l’or, les éléments végétaux, animaux et minéraux que les poèmes célèbrent. Et le format de poche de l’édition permet de prendre aisément le livre avec soi, en saisissant la fleur de sa peau. C’est aussi cette relation vivante du corps du livre avec celui du lecteur que le poète a voulu établir dans ses Œuvres complètes, réalisant le miracle littéraire d’une statue de papier qui prendrait vie, agitant le monde entier sous nos yeux et dans nos mains, à travers un incessant corps à corps poétique.

Notes

1 Saint-John Perse, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2004 (1re édition : 1972), p. 186. Toutes les références entre parenthèses, qui suivent les citations des œuvres de Saint-John Perse dans cet article, renvoient aux pages de cette édition.

2 Camelin Colette, Éclat des contraires. La poétique de Saint-John Perse, Paris, CNRS Éditions, « Littérature », 1998, p. 272.

3 Gardes-Tamine Joëlle, Saint-John Perse ou la stratégie de la seiche, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1996, p. 104.

4 Poulet Georges, Études sur le temps humain. Le point de départ, Paris, Pocket, « Agora », 2006, t. 3, p. 162.

5 Caillois Roger, Poétique de Saint-John Perse, Paris, Gallimard, 1987, p. 165.

6 Gardes-Tamine Joëlle, « Perse et les mots », in Europe, n° 799-800 (« Saint-John Perse »), novembre-décembre 1995, p. 110.

7 Aquien Michèle, Saint-John Perse. L’être et le nom, Seyssel, Champ Vallon, « Champ poétique », 1985, p. 21.

8 Ibid., p. 26.

9 Camelin Colette, Saint-John Perse. L’imagination créatrice, Paris, Hermann, 2007, p. 55.

10 Richard Jean-Pierre, Onze études sur la poésie moderne, Paris, Éditions du Seuil, « Points Essais », 1981, p. 47.

11 Camelin Colette, Gardes-Tamine Joëlle, Saint-John Perse. Vents, Chronique, Chant pour un équinoxe, Neuilly, Atlande, « Clefs concours. Lettres XXe siècle », 2006, p. 120.

12 Levillain Henriette, Le Rituel poétique de Saint-John Perse, Paris, Gallimard, « Idées », 1977, p. 69.

13 Ventresque Renée, «L’incurable nostalgie du langage de l’origine », in Europe, n° 799-800 (« Saint-John Perse »), novembre-décembre 1995, p. 107.

14 Levillain Henriette, «L’obscurité du visible ou le malentendu sur la propriété du mot », in ibid., p. 122.

15 Little Roger, Études sur Saint-John Perse, Paris, Klincksieck, « Bibliothèque du XXe siècle », 1984, p. 54-67 (« Les métaphores du langage chez Saint-John Perse »).

16 « L’auteur, qui est en même temps sujet de l’énonciation et objet de l’énoncé, rend chaque détail à la fois signifiant et suspect. Tout en prétendant à l’exactitude scientifique, ce volume est un atelier où le poète se forge une identité et une immortalité » (Rigolot Carol, « L’autobiographie de Saint-John Perse : une chanson de geste moderne », in Modernité de Saint-John Perse ?, Mayaux Catherine (dir.), Besançon, Presses universitaires franccomtoises, « Annales littéraires », 2001, p. 189).

17 Ventresque Renée, Saint-John Perse dans sa bibliothèque, Paris, Honoré Champion, « Littérature de notre siècle », 2007, p. 13.

18 Camelin Colette, Gardes-Tamine Joëlle, Saint-John Perse. Vents, Chronique, Chant pour un équinoxe, op. cit., p. 10.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540