Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre au corps

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

D’un colloque à sa publication : le livre est un corps

Marc Perelman

Texte intégral

1Les mots ont leur importance qui désignent d’emblée le livre associé au corps, à commencer par ce mot même de « corps », soit la taille d’un caractère d’imprimerie. Colonne, en-tête, en-pied, nerfs, dos, face, coiffe, main, nain, oil, tête. sont les mots d’un vocabulaire organiquement lié au livre et exprimant la corporéité immédiate du livre, son essence corporelle. C’est ainsi que nous avions présenté le colloque « Le livre au corps » qui aujourd’hui s’est concrétisé par cette publication éditée sous le même titre. Nous avions énoncé un certain nombre d’éléments qui nous paraissaient alors sinon englober la totalité d’une interrogation sur les liens plus ou moins consubstantiels entre le livre et le corps. Nous les détaillons à nouveau cette fois pour le lecteur de ce livre.

2Le livre est comme un corps vivant avec une naissance – « À quoi ressemble un enfant dans le ventre de sa mère ? À un livre plié » (Talmud) –, un développement, une mort et parfois une résurrection ; il est, comme le dit Michel Melot, « putrescible, combustible, comestible ». Le livre, dans un puissant retournement dialectique, un effet de miroir, devient ce lecteur selon George Steiner « le livre nous lit » mieux que nous ne le lisons ; il est notre intimité même, la chair de notre chair. « Il me dit : “Fils d’humain, nourris ton ventre, emplis tes entrailles avec ce rouleau que Moi je te donne.” Je mange. Et c’est dans ma bouche comme une douceur de miel » (Ézéchiel).

3Le livre est l’enjeu de métaphores corporelles mais il est surtout la partie intégrante de notre identité corporelle et mentale. Le livre est comme un corps protégé par sa couverture adaptée en tant que surface d’isolation de la partie sensible, de cette chair feuilletée et mise à vif que constitue le papier de la page, cette peau plus ou moins fine, granuleuse, lisse, que les doigts caressent tout en la déchiffrant.

4Dans ce qui constitue sa matière première à savoir son contenu de texte (et parfois d’images), un corps est mis au jour et présent par le truchement d’un auteur visible parce que son nom est révélé au public, mais un auteur qui est tout autant invisible car il est le fantôme du livre, un corps absent à tout le moins dissimulé dans la page de cet « objet investi d’esprit » pour reprendre Husserl.

5Le livre est incarné par ce lecteur, un corps vivant, nomade ou sédentaire, l’un des protagonistes d’une très longue chaîne d’intervenants fédérés par des métiers ou des corporations : éditeur, maquettiste, imprimeur, parfois relieur, traducteur, correcteur, libraire, bibliothécaire. Le livre est ainsi manipulé, pris en mains, passé de mains en mains au fur et à mesure de son élaboration et de sa constitution mais il est constamment mis en ouvre par des corps agissants qui le façonnent à leur image. Le livre est de fait une façon de prolongement ou d’extension du corps propre, mais non pas à la manière d’une prothèse comme le téléphone portable. Il se définit encore comme une projection non organique du corps.

6Dans le domaine typographique, on assiste avec Geoffroy de Tory, au moment de la Renaissance, et plus tard avec Karol Teige au début du xxe siècle, à une mise en forme corporelle de la lettre, voire même avec celui-ci à la sexualisation soft de la typographie sous le régime d’une association de la lettre au corps sportif féminin. Si, par exemple chez Tory, les organes génitaux de l’homme sont barrés par la ligne médiane de la lettre « A » ou « H » dans l’alphabet1, chez Teige l’alphabet devient un lieu de désir grâce à la présence d’un corps féminin associé, parfois même accouplé au dessin de la lettre elle-même2. C’est alors que la dualité homme/femme redouble la dualité lettre/corps. Le corps de la femme est alors censé reproduire la lettre ou lui donner une autre consistance, moderne, plus vivante, moins statique grâce à la plasticité supposée de son corps et de ses courbes désirables. La typographie, et sans aucun doute le livre, auront donc aussi fixé une image du corps à moins que cela ne soit le corps même de l’image.

7Nombre de textes que l’on va lire dans notre ouvrage sont parfois éloignés des thèmes de cette présentation initiale. Ils abordent ce rapport du livre au corps sous des angles originaux et parfois déroutants. C’est bien sûr tout l’intérêt de ces contributions que d’ouvrir à de nouvelles pistes de recherche non balisées ou non encore empruntées.

Auteur

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540