Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la publicité en France

 | 
Marc Martin

Presse, publicité et grandes affaires sous le Second Empire1

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été publié dans la Revue historique, t. 256, fasc. 2 (520), octobre-décembre 1976, p. 3 (...)

1Quand le capitalisme moderne, les grandes Compagnies de chemins de fer, font irruption dans la France du Second Empire, ils trouvent en face d’eux une presse forgée dans et pour la société traditionnelle des notables. Alors unique appareil des moyens de communication de masse, la presse avait représenté tout au long de la première moitié du XIXe siècle le moyen privilégié d’expression et de formation de l’opinion. Autour du problème de sa liberté ou de son contrôle par l’État, s’étaient déroulées quelques-unes des principales batailles politiques depuis 1815, et le nouveau régime impérial a commencé par s’assurer sa fidélité. Comment cette force s’est-elle comportée devant le capitalisme en plein essor ? D’un côté il est d’usage de glorifier la révolution, effectuée en 1836 par Émile de Girardin qui aurait, en créant La Presse, inauguré une nouvelle forme de gestion du journal fondée sur l’appel aux ressources publicitaires, liant ainsi démocratisation de la presse et progrès du capitalisme. D’un autre côté, on a justement opposé, pour la fin du XIXe siècle, le faible développement de la publicité de presse en France, à sa vigueur dans la presse anglo-saxonne. Qu’en est-il donc exactement, dans cette période cruciale du Second Empire, où se créent les bases techniques et industrielles de la presse à grand tirage de la fin du siècle ? La presse française a-t-elle seulement vu, dans les grandes entreprises, une source de recettes publicitaires d’une ampleur toute nouvelle, à la mesure des capitaux qu’elles brassaient et de leurs profits ?

2On peut aussi poser la question à l’envers et se demander comment la grande entreprise et le grand capitalisme naissants se sont accommodés d’une presse ancienne, tournée vers les problèmes politiques, étroitement liée au monde des notables, mais, sinon étrangère, du moins faiblement rattachée aux milieux des grandes affaires. Les secteurs dynamiques qui ouvraient leur domination sur l’économie, l’aristocratie nouvelle de la banque et de la grande industrie, pour consolider et étendre leur influence, avaient besoin de la presse, soit dans une perspective immédiatement utilitaire, pour faire adopter une disposition conforme à leurs intérêts, soit dans une perspective idéologique plus large, pour convaincre le public des vertus et de la supériorité du grand capitalisme. Ainsi s’explique que le monde des affaires ait acquis de nouvelles positions dans les conseils d’administration d’un certain nombre de grands journaux, entre 1852 et 1870. Mais s’est-il borné à ces conquêtes ? Sa pénétration n’a-t-elle pas été à la fois plus profonde et plus subtile ? C’est la question que l’essor de la presse économique et financière, la place désormais prise par ses journalistes spécialisés, conduisent à se poser. Pour finir, cette interrogation sur les formes de l’adaptation de l’appareil d’information, hérité, aux besoins des secteurs et des entreprises de pointe du capitalisme en plein essor nous ramène au cour des questions que les historiens se posent aujourd’hui sur le Second Empire : modernité ou tradition, ou plus précisément : adaptation réussie ou non, originale, en quoi ?

  • 2 Gille Bertrand, « État de la presse économique et financière en France », in Histoire des entrepri (...)

3Nous apportons ici les résultats d’une enquête, plutôt que ceux d’une recherche approfondie. Plus que des conclusions, nous avancerons des hypothèses explicatives. Mais la pénurie de travaux sur ce sujet, pour une époque où pourtant se développent parallèlement et avec un dynamisme comparable le grand capitalisme et la presse, autorisait cette approche. Il y a quinze ans, dans un article pionnier, Bertrand Gille a bien attiré l’attention des historiens, dans un article pionnier, sur un aspect des problèmes qui nous intéressent ici, la presse économique et financière2. Mais bien peu ont mis depuis leurs pas dans les siens.

  • 3 Surtout F 18-295, donnant des renseignements abondants sur les titres économiques et financiers en (...)
  • 4 Parmi les dossiers conservés, une vingtaine sont ceux de journaux économiques et financiers. Au no (...)

4Nos sources, mieux que tout, permettent de préciser les perspectives et les limites de notre propos. C’est, tout d’abord, la sous-série F 18 aux Archives nationales, où sont les papiers du Bureau de la librairie et de la presse : quelques dossiers contenant des renseignements généraux sur la presse économique et financière3, et ceux des principales publications spécialisées4.

5Ces documents ont été bien souvent utilisés, mais comme sources annexes ou par les historiens politiques, intéressés par les grands journaux ; aussi réservent-ils à l’historien des rapports entre la presse et l’économie d’heureuses surprises. Ce premier ensemble donne les points de vue du gouvernement et de l’administration sur les différents titres, sur les problèmes de l’information financière.

  • 5 Aux Archives nationales, 48 AQ.
  • 6 Caron François, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau. La Compagnie du chemin de fer du Nor (...)
  • 7 Dans le t. III de l’Histoire générale de la presse française, Paris, PUF, 1972, notamment p. 169-1 (...)
  • 8 Les dossiers de publicité sont dans la série annuelle du secrétariat général, 48 AQ 5653 (1845) à (...)

6Un second est constitué par les archives d’une grande entreprise, la Compagnie du chemin de fer du Nord5. Les travaux de François Caron ont révélé leur richesse6 et Pierre Albert a utilisé leurs dossiers de publicité pour la connaissance de la presse financière de la IIIe République7. Cette documentation apparaît dès les débuts de l’exploitation en 1845. Plus ou moins abondante suivant les années-de quelques dizaines à plusieurs centaines de pages-elle forme une intéressante série8. On y trouve les traités de publicité passés par la Compagnie avec les Sociétés fermières d’annonces des grands journaux parisiens, une correspondance abondante avec les rédactions ou les journalistes. Les dépenses annuelles de publicité dans les grands quotidiens sont irrégulièrement mentionnées, mais le compte des subventions attribuées à la presse financière est méticuleusement tenu et sont indiquées certaines dépenses correspondantes des autres compagnies, notamment celles d’Orléans et du PLM. On voit ainsi apparaître la politique publicitaire de l’ensemble des compagnies de chemins de fer et les liens de la nouvelle presse financière avec les grandes affaires, ou plutôt avec un type de grande affaire.

La publicité de la Compagnie du chemin de fer du Nord dans la presse d’information générale

7Les bureaux de la Compagnie traitaient séparément deux formes de publicité : celle des journaux financiers, sur laquelle nous reviendrons, et celle de la presse d’information générale, quotidiens politiques, grandes revues, à quoi s’ajoutait un petit nombre de feuilles littéraires ou satiriques, ainsi que quelques feuilles quotidiennes d’annonces à tirage important comme La Gazette des Tribunaux. Cette publicité était, pour l’essentiel, une publicité commerciale : tableaux d’horaires, réclames pour les « trains de plaisir », « faits divers », en apparence rédactionnels, vantant ou plus souvent défendant la ligne du Nord.

  • 9 Particulièrement celle payée à la presse provinciale. Plus importante fut la publicité dans les jo (...)

8Pour apprécier l’importance des dépenses publicitaires de la Compagnie du Nord dans la presse d’information générale, on dispose de trois séries de chiffres, malheureusement toutes incomplètes : quelques bilans annuels donnant le montant global des annonces, des indications plus nombreuses sur les sommes versées à un consortium publicitaire des grands quotidiens parisiens à diffusion nationale, enfin le minimum des dépenses prévues en faveur de ces derniers par le contrat passé avec la Société fermière. À ces chiffres, il faudrait ajouter la publicité payée à des journaux provinciaux ou étrangers, mais celle-ci semble avoir été minime9. Le rapprochement de ces données permet des observations intéressantes [tableau 1] ; Les variations annuelles de la publicité n’apparaissent guère. L’effondrement de 1848 est visible ; de même la crue de 1862, liée à la campagne commerciale pour imposer la ligne du Nord vers l’Angleterre contre celle de Dieppe. La Compagnie du Nord saisit l’occasion de l’Exposition de Londres cette année-là. Par contre les expositions de Paris de 1855 et 1867 n’ont guère profité à la presse parisienne, mais peut-être y a-t-il eu plus de crédits pour les journaux belges et anglais.

Tableau 1. L’évolution des dépenses de la Compagnie du chemin de fer du Nord pour sa publicité dans la presse d’information générale parisienne

  • 10 Caron François, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau., op. cit., p. 571.
  • 11 La Compagnie du chemin de fer de Rouen dépensait en 1853 environ 14 000,00 F pour ses annonces dan (...)

9Le plus remarquable est la faiblesse persistante des dépenses publicitaires. D’un minimum de 22 409 francs à un maximum de 30 242 F en 1868 elles ne s’accroissent guère ; elles sont insensibles à l’augmentation des recettes et du produit net de la Compagnie. Par rapport à l’ensemble des dépenses, les sommes allouées à la presse représentaient un pourcentage dérisoire : moins de 0,30 % en 1852, moins de 0,10 % en 1968, années cependant de bon cru publicitaire10. Cette situation ne paraît pas avoir été propre à la Compagnie du Nord. Le chemin de fer de Rouen, le PLM semblent avoir été aussi parcimonieux11.

  • 12 48 AQ 3687, 3799, 3694.
  • 13 48 AQ 3883, lettre de la rédaction du Siècle.

10Est-ce à dire que les compagnies accordaient peu de prix à leurs relations avec la presse et à l’image que celle-ci donnait d’elles au public ? La correspondance avec les rédactions conservée dans les archives du secrétariat général fourmille de preuves du contraire. Une question, en particulier, poussait à se la concilier, celle des accidents. Alors que le public ne semble pas les avoir particulièrement redoutés, les administrations et les ingénieurs ont été longtemps hantés par la crainte des effets qu’un déraillement ou une collision pourraient avoir sur l’opinion. Au Nord, les relations des accidents dans les journaux étaient de la responsabilité de l’ingénieur en chef de l’exploitation qui dépouillait la presse le lendemain d’un accident grave. Le secrétariat rédigeait sous son contrôle des comptes rendus qui étaient adressés aux rédactions pour être insérés dans les « faits divers ». On en garde des brouillons12. Les journalistes avisés, comme ceux du Siècle, demandaient des « détails précis » et des « explications » avant de prendre la plume13. En réalité, on craignait moins une désaffection de la clientèle de la ligne que des suites judiciaires trop coûteuses et des difficultés dans le règlement du contentieux. Dans cette période où la législation était encore incomplète, la jurisprudence incertaine, il pouvait être dangereux que l’opinion s’émût d’une catastrophe et s’intéressât de trop près à un procès et aux indemnités versées aux victimes.

11Ces remarques faites, la faiblesse des dépenses publicitaires des Compagnies de chemins de fer n’en paraît que plus insolite. C’est avant tout du côté des journaux qu’il faut chercher, à notre sens, l’explication, dans certains traits archaïques ou originaux de la presse française. Très révélateur à cet égard est l’épisode de la constitution du consortium des grands journaux parisiens pour obtenir, dès les débuts de l’exploitation de la ligne, le monopole de la publicité commerciale du chemin de fer du Nord.

  • 14 Dubuc André, « Charles-Louis Havas (1783-1858) organisateur de la première agence internationale d (...)

12La Compagnie traita pour la première fois avec le consortium en 1846. Il réunissait alors quatre journaux : Les Débats, Le Constitutionnel, La Presse et Le Siècle. Ils avaient confié la gestion de leur publicité à la Compagnie générale des annonces, fondée en 1845 par Charles Duveyrier, et qui donna naissance en 1857, après plusieurs changements de raison sociale à la Société générale des annonces, avant de devenir en 1865 la branche publicité de l’agence Havas14.

  • 15 48 AQ 3862.

13Pour l’année 1850, on a conservé des lettres et des rapports préparant le contrat publicitaire signé entre le Nord et la CGA ainsi que la copie de l’acte passé devant notaire. Les quatre journaux ont alors essayé de se réserver les annonces de l’ensemble des Compagnies de chemins de fer. Il s’agissait bien d’une tentative systématique et concertée pour s’approprier la totalité de ce marché publicitaire. En effet, un traité analogue était signé à quelques semaines d’intervalle avec la Compagnie du chemin de fer d’Amiens à Boulogne puis avec celle du Nord, représentée par Émile Péreire. Une clause significative des intentions prévoyait que, si dans les deux mois les mêmes conditions n’étaient pas acceptées par deux au moins des trois Compagnies de Strasbourg, d’Orléans et de Rouen, le traité serait dénoncé par les journaux sans indemnité. L’enjeu de ces grandes manouvres était l’exclusivité de la publication des horaires qui fut donc acquise aux grands journaux en 1850 et leur fut maintenu jusqu’en 1852, au moins par la Compagnie du Nord15. C’était pour eux un succès publicitaire mais il faut préciser en quel sens : ils acquéraient ainsi une sorte de droit de propriété sur certaines informations, une amélioration de leur contenu à laquelle leurs lecteurs seraient sensibles, c’était en définitive le moyen d’étendre leur audience au détriment de leurs confrères plus que de gagner de l’argent.

14Ainsi, au début de leur exploitation, les compagnies de chemin de fer, loin d’imposer leur loi à la grande presse parisienne, semblent plutôt avoir subi la sienne. Elles ont trouvé en face d’elles des journaux moins marqués par l’ouvre de Girardin qu’on pouvait le penser, et qui restaient plus friands d’attirer les nouvelles que de vendre leurs colonnes. Profitant de l’avantage que leur donnaient leurs tirages-60 % de ceux de la presse parisienne-ainsi que leur diffusion nationale, les quatre grands se sont coalisés pour se réserver non pas une manne publicitaire mais un secteur de l’information. Ils conservaient, même Le Siècle, même La Presse, un comportement traditionnel, sans mesurer la nouveauté et l’avantage que pouvait apporter sur le marché publicitaire l’apparition des grandes sociétés capitalistes. Au contraire, les grandes compagnies bénéficièrent de l’archaïsme relatif des moyens d’information de masse.

15L’attitude des journaux provinciaux, telle qu’elle apparaît au travers des archives de la Compagnie du Nord, révèle une indifférence plus grande encore aux revenus publicitaires. Leurs directeurs n’ont même pas les exigences de leurs confrères parisiens. Ils sollicitent annonces, horaires, tableaux de prix, réclames pour les billets touristiques, mais ne demandent aucune rémunération, tout au plus de menus services en contrepartie. Dans les journaux des villes desservies par la ligne Amiens, Arras, Lille, Abbeville, Boulogne,

  • 16 48 AQ 3677 (1849).

ces insertions sont entièrement gratuites le Comité ayant accordé en échange le transport des boîtes contenant la correspondance, et quelquefois des permis de circulation pour les rédacteurs16.

  • 17 Par exemple La Liberté de Lille en octobre 1848, 48 AQ 3670.
  • 18 En 1853, Le Journal de la Charente, demandant le cliché de la réclame pour les voyages en Hollande (...)

16Mais quand un journal ne recevait pas les annonces adressées à ses confrères, il protestait et les réclamait17. Pour ces feuilles locales, fabriquées artisanale- ment, souvent par un ou deux rédacteurs et un imprimeur, peu coûteuses, la publicité commerciale était un supplément. Elles ne voyaient pas dans la Compagnie une source de revenus et l’occasion de transformer leur gestion, mais un moyen d’informer mieux leurs abonnés18.

17À ces raisons pour ainsi dire structurelles, liées à la nature des entreprises de presse en France, à leurs traditions rédactionnelles et commerciales, s’ajoutent, pour expliquer la faiblesse de cette publicité, des causes plus politiques et conjoncturelles, qui apparaissent dans quelques documents datant de la IIe République, notamment dans une lettre de l’administrateur du quotidien parisien Le Pays, Baraton, au Conseil d’administration de la Compagnie du Nord, en septembre 1851. Il exprimait clairement que son journal attendait de petites faveurs publicitaires de son soutien à la cause des chemins de fer, et que son attitude tenait en priorité à ses choix politiques :

  • 19 48 AQ 3687.

Le journal Le Pays a entrepris la défense de l’industrie privée. La faveur publique qui s’est attachée à la politique toute d’ordre et de conservation qu’il soutient et défend rend utile pour l’industrie générale des chemins de fer une défense qui tend à réformer les préjugés, les erreurs que renferme l’esprit public empoisonné par de mauvaises publications [...]. Nous ne pouvions penser que des administrateurs que tout le monde s’accorde à reconnaître si intelligents et si dévoués aux intérêts qui leur sont confiés consentiraient à donner leurs annonces et à faciliter les journaux qui comme Le Siècle, Le National, etc., les injurient journellement, nuisant aux actionnaires du chemin de fer, et refuseraient ces mêmes annonces au seul organe sur lequel la grande industrie des chemins de fer puisse réellement compter19.

18L’argumentation était à double tranchant : pourquoi payer une presse qui s’offrait ? Il est donc plausible d’avancer que la peur sociale de 1848, qui entraîna le resserrement des rangs de la bourgeoisie, eut aussi pour effet plus particulier d’assurer autour des grandes Compagnies, symbole du capitalisme grandissant et de l’ordre économique et social à conserver, la cohésion de la majorité des journalistes et des organes de presse. Une solidarité idéologique doublait ainsi les liens d’intérêt.

  • 20 48 AQ 3913. En 1867, Le Siècle, qui avait toujours été le journal le plus coûteux et recevait plus (...)

19Dans leurs relations avec la grande presse, les Compagnies de chemins de fer ont donc été servies, à l’origine, par les circonstances. Alors que leur interlocutrice avait l’avantage, elle n’en a pas profité et elles ont pu obtenir son appui au meilleur compte. À partir de 1852, au fur et à mesure qu’elles se consolidaient, elles retournèrent progressivement la situation à leur profit. Les dépenses consacrées à la publicité stagnent en chiffres absolus, c’est-à-dire régressent par rapport aux dépenses globales de la Compagnie du Nord, on l’a vu, de 1852 à 1870. Plus significatifs encore sont l’évolution et la répartition des annonces entre les titres, et le recul des grands journaux. Les Débats, Le Constitutionnel, La Presse, Le Siècle, doivent admettre de nouveaux venus dans le club des grands : en 1855 Le Pays, en 1862 La Patrie, en 1866 L’Opinion Nationale, La France, Le Temps et L’Union, ce qui portait leur nombre à dix alors que les sommes qui sont allouées au Consortium vont plutôt en décroissant ou se stabilisent. Au contraire la part des autres publications, qui était d’un dixième en 1846 passe à un tiers en 1858 et dépasse la moitié en 186820. La Compagnie a mené alors une politique visant à distribuer assez également ses annonces, sans égards à leur tendance, mais aussi à réserver une part plus importante à des périodiques non politiques, comme La Gazette des Tribunaux, La Gazette des Beaux-arts, ou à de grandes revues culturelles comme La Revue des Deux Mondes et La Revue Contemporaine.

  • 21 Albert Pierre, op. cit., p. 170-171.
  • 22 Après avoir obtenu l’abaissement à 12 000 francs du prix de la totalité de ses annonces dans les g (...)
  • 23 48 AQ 3773 et 3799.
  • 24 48 AQ 3883.

20Correspondant à l’évolution générale de la presse les grands journaux chers perdent après 1865 le monopole de fait qu’ils avaient initialement obtenu sur les réclames et les informations concernant les horaires et les trains saisonniers au profit des titres nouveaux à 5 centimes. L’évolution est accentuée par les nouvelles conditions de négociation des contrats et par la réorganisation du marché publicitaire. En premier lieu les compagnies s’épaulent en face des principaux quotidiens parisiens. La coordination de leurs politiques publicitaires a commencé tôt, dès 1852, bien avant la constitution d’un fonds commun entre les grands réseaux en 187221. Elle a d’abord consisté dans l’échange d’informations entre le Nord, Orléans, le chemin de fer de Rouen, le Paris-Lyon, sur les rabais obtenus dans les négociations22. En 1859 et 1860, une caisse commune fut temporairement instituée, elle disposait de 40 000,00 F, provenant des contributions de toutes les grandes compagnies ; Bartholony, président du Conseil d’administration de l’Orléans était chargé de la gestion de ce fonds. Celui-ci était destiné à soutenir une campagne pour défendre le droit pour les compagnies d’instituer pour leurs gros clients des tarifs préférentiels23. Au cours des années 1860, les lignes qui entraient en concurrence cessèrent de se faire une guerre des réclames et cherchèrent des accords amiables : la dernière campagne du Nord contre la ligne de Dieppe date de 1862 ; à partir de 1867 la Compagnie du Nord et celle de l’Est substituent à leurs publicités concurrentes pour les « Voyages sur les bords du Rhin » une publicité unique pour « le voyage circulaire des bords du Rhin24 ». En face d’une entente qui groupait de si puissantes entreprises, la position des grands journaux était déjà peu favorable.

  • 25 Pour les cinq puis six « grands journaux », la ligne : [48 AQ 3825]

21En second lieu, ceux-ci ne paraissent pas avoir été toujours bien servis par leur fermier d’annonces. La Société générale des annonces, qui a succédé en 1857 à la Compagnie générale des annonces, joue un jeu douteux. Apparemment les contrats ne sont guère modifiés. Ils accordaient à la Compagnie du Nord des rabais considérables sur le tarif ordinaire des insertions, qui restent à peu près constants durant toute la période, de 20 à 40 % en moyenne, mais ils atteignent en fin de notre période 80 % pour le tableau quotidien des horaires publiés dans Les Débats, Le Constitutionnel, La Presse et Le Siècle, « en raison de leur nature, de l’intérêt qu’ils pourraient avoir pour le public ». En 1837 ces rabais dépassent 32 % pour les annonces, 36 % pour les placards et pour les « faits divers », c’est-à-dire pour la publicité rédactionnelle, 29 %. En 1862, ils étaient portés respectivement à 40 %, 56 % et 37,5 %25. En contrepartie, l’annonceur s’engageait à servir à chaque journal les mêmes annonces et surtout à garantir un montant minimum de dépenses publicitaires.

  • 26 48 AQ 3864, 3883 et 3898.
  • 27 48 AQ 3913.

22Ici intervient la nouveauté des années soixante. Jusqu’alors cette condition paraît avoir été respectée, sauf en 1848, ce qui était explicable. En 1866, le contrat que la SGA signe avec la Compagnie du Nord prévoit un minimum de dépenses de 24 000,00 F, en échange de quoi l’annonceur bénéficie d’une remise générale de 45 % sur tous les tarifs. Or les dépenses réelles de 1867 et 1868 ont à peine dépassé 14 000,00 F26. Le traité a cependant été renouvelé dit un rapport du secrétariat de la Compagnie, « sans difficulté avec la même réduction de 45 % sur le tarif ordinaire des annonces27 ». Peut-on tirer des conclusions fermes de cet épisode isolé ? Il est tout de même permis de se demander si la SGA, consolidée par son rapprochement avec l’agence Havas et par la concentration d’une grande partie de la publicité française entre ses mains, n’a pas usé de sa position, pour servir les intérêts des compagnies au détriment de ceux des entreprises de presse. Cet épisode est très intriguant.

23Quoi qu’il en soit, l’initiative en matière de contrats publicitaires était désormais entièrement entre les mains des Compagnies. Elles dictaient leurs conditions. Leurs préoccupations d’économie et de rentabilité expliquent désormais la médiocrité constante, l’affaiblissement même de leur publicité commerciale.

  • 28 Cette pratique fut au cour de la politique menée par les sociétés de chemins de fer pour conserver (...)
  • 29 « Aucune demande de cette nature ne doit être adressée sans ma participation au nom de la rédactio (...)

24Ceci ne signifie pas un affaiblissement des liens entre la presse et les Compagnies. Celles-ci pour conserver de bonnes relations avec elle, obtenir en cas de besoin son concours ont en effet développé à partir de là une politique d’avantages aux journalistes28. En particulier elles accordaient des permis de circulation qui étaient très recherchés. Les rédacteurs chassaient le permis, mais les directeurs, les gérants des journaux, les rédacteurs en chef prétendaient se les réserver29. Le profit n’était pas négligeable, les voyages étaient chers. La Compagnie du Nord, par exemple, savait se montrer généreuse :

Chaque fois qu’une demande de permis de circulation lui est adressée en faveur d’un des rédacteurs du journal avec lesquels elle entretient de bons rapports, elle est toujours disposée à y donner une suite favorable,

  • 30 Lettre au Journal du Crédit public, 29 décembre 1857, 48 AQ 3744.
  • 31 Elle refusa, en 1863, de payer en permis de circulation une annonce hebdomadaire dans Le Moniteur (...)
  • 32 AQ 3701. Le rédacteur chargé de couvrir l’événement, dont la demande était parvenue après celles d (...)

25écrivait-elle à un directeur30. Mais elle voulait être sollicitée. Elle s’est lors, à la différence de ce qui se passera plus tard, à ce que ces distributions deviennent automatiques. Elle s’est toujours opposée à ce que ces attributions deviennent régulières. Elle s’est attachée à leur conserver un caractère de libéralités31. Le procédé lui permettait en effet de substituer aux relations avec l’administration des journaux des relations personnelles avec les journalistes, aux concessions faites aux grandes entreprises de presse, des gratifications individuelles. D’où un double profit : cette petite corruption était moins coûteuse et même les célébrités ne la dédaignaient pas : en 1862, le directeur du Figaro, Henri de Villemessant put visiter en famille avec ses deux gendres, gratis, l’Exposition de Londres grâce aux trois permis qu’il avait sollicités et la Compagnie put obtenir les bonnes grâces d’un grand périodique pour 255 F32. En second lieu elle était plus discrète : elle n’apparaissait pas dans la comptabilité des journaux ni dans celle des Compagnies. L’importance prise par cette liaison parallèle entre le monde de la presse et les grandes affaires se rattache, sans aucun doute, à l’archaïsme déjà des structures de la presse française, aux traits encore pré-capitalistes qui s’y conservaient.

26À cette adaptation, d’un système d’information hérité, aux besoins nouveaux des grandes entreprises capitalistes, le développement d’une presse économique et financière après 1852 devait aussi contribuer.

L’essor de la presse financière sous le Second Empire

27Nous n’entendons parler ici que de la presse économique ou financière pour praticiens, celle qui était destinée à procurer aux actionnaires, industriels, banquiers, spéculateurs, des renseignements immédiatement utiles à leurs activités, à l’exclusion donc de la presse de réflexion théorique dont le plus célèbre représentant fut à cette époque Le Journal des économistes.

  • 33 Gille Bertrand, « État de la presse économique et financière en France », op. cit., p. 61.
  • 34 Herapath’s Railway magazine, 2 avril 1842.

28Pendant longtemps, cette information économique pratique est restée associée, dans la presse, à l’information générale. Vers la fin de la Restauration, il n’existait pas encore de presse spécialisée ; Le Journal du commerce, malgré son titre et la place faite aux informations industrielles et commerciales, restait un quotidien d’information générale. La presse financière n’apparut en France que sous la Monarchie de Juillet « après 1835, au moment de la première grande euphorie pour la nouvelle richesse que constitue l’action33 ». Elle semble avoir été précédée de quelques années par une presse économique, commerciale surtout et industrielle. Comme l’a bien montré Bertrand Gille, l’apparition du Journal des chemins de fer, en janvier 1842, peu avant le vote de la loi sur les chemins de fer, représente une étape décisive dans cette histoire. Le nouveau périodique allait en effet fixer les formes du journal économique et financière : périodicité hebdomadaire, format in-quarto ou petit in-folio, contenu mixte d’analyses de la conjoncture et d’avis aux actionnaires, place importante faite aux Compagnies de chemins de fer et à la construction des lignes. La plupart des feuilles postérieures l’imitèrent. Le Journal des chemins de fer n’avait d’ailleurs pas inventé sa formule. Son fondateur, l’Anglais Whitelock, avait copié celle d’un journal londonien, le Herapath’s Railway Magazine assez servilement, dessins du bandeau compris, ce qui amena le journal anglais à annoncer avec humour la naissance d’« un frère » à Paris34.

  • 35 Sur ces questions, voir Gille Bertrand, Recherches sur la formation de la grande entreprise capita (...)

29Désormais, l’information économique et financière est partagée entre les quotidiens et les journaux spécialisés. La famille de ces derniers s’agrandit d’abord très rapidement : l’année 1842 fut particulièrement prolifique : Le Moniteur des Chemins de Fer (de Michel Chevalier), Paris Industriel et Commercial, Chemins de Fer, furent fondés dans un intervalle de quelques semaines : les batailles politiques qui se livraient, depuis 1839-1840, autour de la question de l’importation des fers et des locomotives, autour des droits de douane, ainsi que la fondation du « Comité des Intérêts métallurgiques » et du « Comité des Constructeurs de machines », n’étaient pas étrangères à cette floraison35. D’autre part, les quotidiens parisiens avaient ajouté à la publication des cours de bourse, et parfois des denrées, un bulletin régulier de commentaires : celui de La Presse était plutôt économique ; mais à partir de 1838, Isaac Pereire tint dans Le Journal des débats, et jusqu’en 1840, un bulletin financier hebdomadaire. Cette pénétration de la grande presse par l’information économique répondait aux mêmes sollicitations qui faisaient naître la presse financière, mais elle rencontrait vite ses limites. En effet, dans cette période où les quotidiens cherchaient à grossir leurs tirages par l’élargissement et la diversification de leur public, leur politique commerciale posait des bornes à la spécialisation du contenu. L’évolution générale de la presse, de même que les conditions économiques générales, a donc contribué à la réussite de cette presse spécialisée. Cependant, dans les premières années, les feuilles furent souvent éphémères. La crise de 1847, puis la Révolution en firent disparaître la plupart.

  • 36 À partir des archives de la série F 18, des publicités et des mentions de feuilles économiques dan (...)

30Mais, bien plus que la Monarchie de Juillet, le Second Empire fut propice aux publications économiques et financières. Un recensement très incomplet rassemble plus d’une soixantaine de titres36. On distingue, de 1852 à 1870, trois temps forts dans l’histoire de cette presse spécialisée : les années 1852-1853, années d’essor où l’administration établit les règles de son comportement à l’égard des publications financières, une période de crise en 1856-1858 et enfin une phase de renouvellement et de progrès dans les derniers temps de l’Empire.

31En 1852-1853 on observe son rapide développement. La prospérité des affaires consolida les anciennes feuilles comme Le Journal des Travaux publics, Le Moniteur des chemins de fer, ranimé par la Compagnie générale des annonces, et surtout Le Journal des chemins de fer. Celui-ci avait été racheté en 1848 par Moïse Millaud et Mirès. Ce dernier devait bientôt en devenir le seul propriétaire et en faire son instrument jusqu’aux dernières années de l’Empire. Une dizaine de nouveaux titres apparurent ; parmi eux, quelques-uns des principaux journaux spécialisés : L’Industrie, fondée en 1852 par Vergniolle, Le Dock, créé année sous les auspices des Péreire, qui devient ensuite, sous le nom de Journal des actionnaires, la feuille de Millaud. La promotion de la presse économique et financière au rang d’une des principales presses date de ces années-là. C’est précisément en fonction de ces progrès que l’administration impériale fut amenée à la considérer avec plus d’attention.

32En principe, la législation sur la presse s’appliquait aux journaux économiques et financiers qui étaient donc soumis à l’autorisation préalable, devaient payer le timbre et verser un cautionnement de 30 000 F, considérable pour des publications qui étaient alors hebdomadaires. Leur surveillance était assurée par les services de la direction de l’imprimerie, de la librairie et de la presse, dans les mêmes conditions que pour la presse d’information générale. Elle comportait un aspect préventif, les enquêtes effectuées avant chaque autorisation préalable sur le gérant et le propriétaire, pour connaître notamment leur passé politique. La Préfecture de Police en était chargée, mais, d’autre part, la direction de la presse prenait ses propres renseignements, probablement dans les milieux de la Bourse et de la Finance, pour connaître les dessous de l’entreprise et les véritables instigateurs.

  • 37 À propos de L’Industrie, juin 1853, F 18-362.
  • 38 F 18-362, 6 mai 1857.
  • 39 F 18-373, octobre.

33Une autre surveillance s’exerçait à des fins répressives. Dans les Bureaux de la librairie, certains fonctionnaires étaient spécialement chargés du dépouillement de la presse économique, sur laquelle ils rédigeaient des rapports hebdomadaires, dont on retrouve des éléments dans les dossiers des journaux. Certains de ces rapports témoignent d’une certaine compétence financière et d’une connaissance approfondie du monde des affaires comme ceux que signait P. Hébrard en 1857. Le critère principal d’appréciation paraît cependant avoir été le conformisme politique de la publication, et le qualificatif le plus élogieux : « journal qui respire l’optimisme37 ». Le contrôle policier de la presse s’aidait des dénonciations. Parmi celles qui visaient la presse économique, certaines provenaient de sociétés qui s’estimaient malmenées : la Compagnie de chemins de fer de l’Est se plaignait d’un article de L’Industrie qui avait gonflé les dépenses de la Compagnie, fait redouter des pertes aux actionnaires, et se trouvait ainsi à l’origine de « la baisse énorme que cette publication (avait) produit à la Bourse38 » ; la Banque générale suisse accusait Le Journal du Crédit public d’avoir déformé défavorablement un rapport d’assemblée générale39. Les exemples de cette collaboration ne sont pas fréquents. Toutefois, ils sont intéressants en ce qu’ils montrent que l’administration était considérée comme garante de la confiance du public ; ses rigueurs tutélaires ne paraissaient pas moins nécessaires aux grandes affaires qu’au pouvoir politique désireux d’ensommeiller le pays.

34Il y eut cependant quelques flottements avant que la direction de la librairie et de la presse précise sa doctrine à l’égard de la presse économique et financière. C’était en effet un secteur de l’information d’importance encore secondaire et surtout nouveau ; les traditions de censure n’y étaient pas fixées. Le décret du 17 février 1852 prévoyait que le cautionnement s’appliquait à tout journal contenant des articles « traitant de matière politique ou d’économie sociale ». Il prêtait à interprétation, « l’économie sociale » ne se confondait pas exactement avec l’information économique ; elle ajoutait aux « faits » une réflexion sur l’articulation de l’économie et de l’organisation sociale et politique ; sans aucun doute, le législateur avait plus pensé, en rédigeant ce texte, à la presse des doctrinaires et des chapelles socialistes de la première moitié du siècle et de 1848 qu’à la presse économique. Du reste celle-ci est restée une presse non cautionnée pendant plus d’un an après le décret de février ; ce qui illustre, dans un domaine où l’Empire autoritaire fut pourtant particulièrement sourcilleux, le constant décalage entre la loi et son application.

  • 40 F 18 367.
  • 41 F 18 362.
  • 42 F 18 366, novembre 1853.

35Le premier, et pendant un temps le seul journal cautionné fut Le Journal des chemins de fer, qui avait déposé sa caution en application de la loi du 16 juillet 1850, mais le 5 juillet 1851 seulement40. Ni Le Journal des Travaux publics, ni Le Dock, ni L’Industrie, n’étaient cautionnés en 1852. C’est à l’été 1853 que l’administration durcit ses exigences. Les journaux dont la formule calquait celle du Journal des chemins de fer furent jugés en situation irrégulière. Le gérant de L’Industrie, Vergniolle, demanda opportunément en mai 1853, de traiter des questions d’économie sociale ; sans doute avait-il été prévenu, grâce à ses relations dans les milieux impérialistes ; en effet, il avait collaboré à des feuilles bonapartistes et il était dévoué au régimes41. Le Dock, dont la rédaction était suspecte parce elle comptait d’anciens républicains et qu’elle était liée au Siècle ne fut pas ménagé ; cité devant le tribunal de la Seine, son gérant fut condamné à un mois de prison. Le journal survécut, grâce à l’intervention des Péreire, mais il lui fallut déposer sa caution et le propriétaire-gérant, Louis Amail, dut proposer à la direction de la presse de mettre sa publication au service du gouvernement, en échange de subventions et d’annonces administratives c’est-à-dire se compromettre assez pour offrir toutes garanties42.

36Néanmoins, même après cette date, il subsista tout un ensemble de feuilles non-cautionnées : Le Journal des Travaux publics le resta jusqu’en 1855. Le Journal des Mines, Le Divan qui se fonda en 1853, Le Siècle industriel en 1855, paraissent n’avoir jamais déposé de cautionnement bien qu’ils aient paru pendant tout l’Empire. L’administration n’a jamais défini de critères pour distinguer ces deux catégories de presse : l’imprécision de leurs droits était aussi un moyen de pression. Il semble que l’on se soit déterminé plus en fonction de la taille et de l’influence des publications que de leur contenu. Les périodiques non cautionnés étaient soit les organes très spécialisés d’une branche de commerce ou d’industrie, comme Le Journal des Mines, soit des bulletins boursiers comme La Bourse, Le Moniteur de la Bourse ou La Cote. La Cote, créée en 1857 par Alfred Périn et Jules Paton était seulement autorisée à traiter des questions non politiques et étrangères à l’économie sociale ; elle publiait les cours de la Bourse de Paris, quelques nouvelles des bourses étrangères, des avis aux actionnaires ; mais on trouvait aussi une sorte d’instantané présentant les tendances de la Bourse du jour entre 14 et 15 heures et un « bulletin financier et industriel » traitant d’un problème boursier ou économique. Le commentaire n’était donc pas absent. La différence avec les périodiques cautionnés tenait surtout à ce que La Cote n’ayant que quatre pages, ses analyses étaient très succinctes.

  • 43 F 18-295, rapport du commissaire inspecteur de la Librairie Paillard.

37Une autre originalité de ces publications non cautionnées provenait de leurs tirages qui étaient plus réduits. Selon une note de la direction de la presse d’octobre 1857, les tirages des périodiques financiers cautionnés variaient de 3 000 à 7 000, tandis que ceux des feuilles non-cautionnées ne dépassaient jamais 2 000, et pour la plupart, n’excédaient pas 60043. Il est donc vraisemblable que l’administration autorisait comme publications non politiques celles qui étaient destinées à un public limité de spécialistes d’une activité industrielle ou de la finance, reconnaissables aux conditions de leur distribution et à leur langage technique. Celles qui s’adressaient à une clientèle plus large étaient astreintes à déposer les 30 000 F réglementaires.

38À partir de 1855, la presse financière connut pendant une brève période une prospérité sans précédents. En 1855, quatre journaux nouveaux se fondèrent, sept en 1856, six en 1857. La prospérité économique, le développement des affaires entraînèrent cette floraison stimulée sans doute par l’Exposition universelle de 1855. En octobre de cette année le banquier Prost lança Le Journal du Crédit public, qu’utilisaient les Péreire, et qui fut bientôt la plus importante par le tirage des feuilles cautionnées. Mais le mouvement continua après l’apparition des premières difficultés boursières en 1856, et se poursuivit pendant toute la durée de la crise économique de 1857. Celleci, loin d’éclaircir les rangs de la presse économique et financière, les a donc renforcés. L’apparition de nouvelles publications devint alors, bien souvent, la manifestation d’une méfiance à l’égard des anciennes, un indice non de prospérité mais de difficulté. Dans la plus célèbre des feuilles fondées dans cette période, La Semaine financière, le gérant, Ferdinand Martin exprimait clairement son intention de combattre l’influence néfaste de certaines autres publications et d’empêcher les détenteurs de capitaux de

  • 44 La Semaine financière, 17 janvier 1857.

se laisser aller aux souscriptions irréfléchies, dont le résultat doublement pernicieux est de compromettre ce capital dans les mauvaises affaires et de priver les bonnes du concours qu’elles ont le droit d’attendre de lui44.

39Les années 1856-1858 marquèrent ainsi le début d’une mutation qui se poursuivit sur plus d’une décennie et qui transforma, profondément, la nature de la presse financière ; celle-ci prit alors les caractères qu’elle possède encore et fixa ses fonctions dans leurs formes contemporaines.

  • 45 F 18 295. Les chiffres sont complets pour huit journaux à partir de février 1858 jusqu’en août 185 (...)

40On dispose d’un document tout à fait exceptionnel pour mesurer les répercussions de la crise économique sur les journaux financiers et la désaffection qu’elle entraîna dans une partie de leur public. Les archives de la direction de la presse conservent en effet une enquête, mois par mois sur les tirages et la diffusion parisienne et provinciale de tous les cautionnés-ils étaient alors neuf-entre janvier 1858 et 185945 [tableau 2].

Tableau 2. L’évolution des tirages et de la diffusion des journaux financiers cautionnnés en 1858-1859

41Il faut d’abord remarquer l’importance des chiffres atteints au début de 1858 : des tirages compris entre 35 000 et 40 000, une diffusion de 35 000 exemplaires environ, si l’on ajoute aux huit titres utilisés pour le graphique La Semaine financière qui vendait 3 000 exemplaires. La presse économique et financière était devenue une force. Elle touchait, une fois ou deux seulement par semaine il est vrai, un public qui représentait 15 à 20 % de celui de la presse quotidienne parisienne, et qui était particulièrement apte à redistribuer l’information. Toutes proportions gardées elle avait un poids supérieur à celui de la presse économique et financière parisienne d’aujourd’hui. Cette audience était un phénomène entièrement nouveau : en novembre 1853, alors que les titres, cautionnés ou non, étaient infiniment moins nombreux, Le Journal des chemins de fer tirait à 2 700, L’Industrie à 1 000 ; en février 1858, ils étaient passés, respectivement à 5 650 et 5 000 exemplaires.

42Au début de 1858 le reflux avait cependant commencé. Il se poursuit sans discontinuer jusqu’en août 1859. Mais il faut distinguer deux temps. Jusqu’en janvier 1859 la baisse est rapide : deux campagnes de diffusion gratuite, l’une en mai, du Conseiller, l’autre en août du Journal du Crédit public, ne parviennent pas à l’enrayer. Les tirages reculent de 35 200 à 28 500, la diffusion de 32 600 à 26 300. En 1859, la vente en province est enfin stabilisée ; les chiffres de Paris continuent seuls à décroître. On touche ici à l’une des mutations qui a affecté cette presse à la faveur de la crise de 1857-1858. Parisienne autant que nationale à l’origine, la diffusion est devenue, en deux ans, essentiellement provinciale. Ainsi fut perdue une bonne partie du public de spéculateurs et de boursicoteurs, et conservés les lecteurs éloignés, moins téméraires dans leurs placements. Ce fut peut-être un facteur qui engagea la plupart de ces organes à la pondération, dans les années suivantes.

43La première cause des difficultés de la presse économique et financière tient évidemment à la conjoncture. Le marasme des affaires, la crise boursière de 1857 détournent des périodiques spécialisés. Mais cette désaffection ne se produit qu’en fonction de la nature de ces entreprises de presse et du rôle qu’elles tenaient dans les mécanismes de l’économie.

44Presque tous ces journaux et de ce fait c’est cette image que le public avait d’eux-étaient liés à des « Caisses », c’est-à-dire à une sorte d’établissement bancaire qui opérait, pour le compte de ses clients, l’achat, ou la vente, de valeurs ou d’effets publics, recevait leurs titres en dépôts, percevait pour eux le montant des coupons échus, les représentait dans les assemblées générales d’actionnaires, faisait des avances sur compte et proposait des crédits. La plupart de ces Caisses, par exemple celle du Journal des chemins de fer, étaient aussi de véritables banques d’affaires : elles souscrivaient à des émissions d’actions ou d’obligations, soumissionnaient des emprunts ou des adjudications de travaux publics, bref, de leur propre secteur industriel et financier. En 1858, parmi les journaux cautionnés, cinq étaient liés à des Caisses.

  • 46 F 18 570, note des Bureaux de la direction de la presse, avril 1958.
  • 47 AN Minutier central des notaires de la Seine, étude de Maître Gossart, CXVI794. Le capital était e (...)

45La première a été celle du Journal des chemins de fer, créée le 15 juin 1853, par Mirès : la société prit alors le nom de « Caisse et Journal des chemins de fer ». Elle fut par la suite l’un des instruments principaux des affaires de Mirès, échappé à l’orbite des Péreire. Le capital, qui était de 12 millions lors de la constitution de la société, fut porté à 50 en 1856, ce qui donne une idée de sa surface, au moins apparente46. L’Industrie possédait aussi sa caisse de même que Le Journal des actionnaires qui était entre les mains de Moïse Millaud. En octobre 1855, le banquier Prost, pour servir la Compagnie générale des Caisses d’Escompte, créa Le Journal du Crédit public afin « d’établir entre (ses) clients disséminés sur tous les points du territoire et le centre des négociations, un lien tutélaire, un contact permanent47 ». Un peu plus tard une Caisse s’établit à côté du Conseiller. Seuls restaient indépendants Le Journal des Travaux publics, ses engagements envers l’administration dont il publiait les annonces et quelques publications plus commerciales et industrielles que financières.

  • 48 Voir Bouvier Jean, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882. Les années de formation d’une banque de dépô (...)
  • 49 F 18 382.

46Cette première presse financière française avait donc essentiellement pour rôle de mettre en vedette certaines affaires et de rabattre vers elles les souscripteurs. Dans une période où le marché des capitaux est instamment sollicité par l’essor du grand capitalisme, la construction des chemins de fer notamment, elle a servi à faire appel à l’argent inemployé, à drainer vers les grandes industries nouvelles les fortunes dormantes, que seuls pouvaient encore atteindre l’administration quand elle lançait des emprunts, « ou alors le journal48 ». Elle était le substitut d’un réseau de dépôts dont la France était encore dépourvue. Son efficacité était médiocre, mais elle était instantanée ; en outre, elle coûtait peu ou rien. Elle s’est donc trouvée d’être l’instrument de la fraction la plus affairiste de la « nouvelle banque », les Mirès, Prost, Millaud. Aussi son crédit fut-il atteint par la crise dans la mesure déjà où celle-ci contredisait son optimisme général et ses belles promesses. Plus grave, la crise fit parmi les Caisses des victimes. La Compagnie des Caisses d’Escompte de Prost sombra au printemps de 1858 ; le banquier et le gérant du Journal du Crédit public s’enfuirent49. Or, la feuille de Prost avait le plus important tirage des périodiques financiers ; elle fut sérieusement touchée, et sa vente est passée de 7 000 au début de 1858 à 3 800 en août 1859. À la même époque, la Caisse des actionnaires de Millaud battait de l’aile et ses actions s’effondraient ; le tirage du Journal des actionnaires tombait de 5 000 à 3 800.

  • 50 Girard Louis, op. cit., p. 176 et suiv.
  • 51 F 18 367, pièce 334.
  • 52 Le Journal des chemins de fer reçoit un avertissement le 21 mai 1857, un autre, orel, le 21 juille (...)
  • 53 F 18 371.
  • 54 F 18 570, avril 1858.

47La méfiance spontanée du public fut renforcée par l’attitude du gouvernement et celle de la haute banque. Rouher, devenu ministre des Travaux publics, avait inauguré sa politique de resserrement du crédit qui heurtait les intérêts spéculatifs des Caisses50. Il était très hostile aux journaux financiers, comme le montre un rapport à son collègue de l’Intérieur sur Le Journal des chemins de fer : il accusait Mirés d’avoir publié des articles « combinés de manière à amener successivement la hausse et la baisse sur différentes valeurs industrielles », d’avoir ainsi vendu au prix fort les titres déposés à sa Caisse, puis de les avoir rachetés avantageusement51. La crise le confirma dans l’idée qu’il fallait brider cette presse. Il fut à l’origine d’un ensemble de mesures administratives à son encontre : surveillance renforcée-grâce à laquelle nous connaissons ses tirages-avertissements, poursuites judiciaires52. L’entrave la plus gênante fut sans doute l’interdiction, début 1857, de la publication d’une correspondance dans les journaux économiques : tous avaient pris l’habitude de répondre dans leurs colonnes aux lettres de leurs lecteurs ils leur conseillaient certains achats, certaines valeurs. Cette rubrique avait pris, dans tous les périodiques une place importante. C’était à la fois une publicité déguisée et un lien avec les lecteurs. En le coupant, l’administration pensait affaiblir l’influence des journaux financiers notamment en province. En même temps qu’il utilisait la rigueur contre la presse spéculative, le gouvernement impérial semble lui avoir suscité des rivaux. En septembre 1855, Le Journal des Travaux publics d’Amédée Sellier déposa un cautionnement et changea sa formule ; il devenait un journal financier. Or, il était très étroitement dépendant des ministères, notamment de celui de Rouher, dont il publiait les avis d’adjudications, et dont il reçut, en 1856, un monopole53. Le Journal des Travaux publics était donc à cette date l’organe du gouvernement. Un peu plus tard, en 1857 la création de L’Agriculture devenue bientôt Le Conseiller semble Aussi avoir bénéficié des mêmes encouragements, et une note de la Librairie qualifiait d’« organe spécial, très dévoué au gouvernement54 ».

  • 55 Sur cette affaire, voir Girard Louis, op. cit., p. 267 et suiv.

48Sur ce terrain de la lutte d’influence contre la presse des Caisses, la politique de Rouher convergeait avec celle de la haute banque. Cette rencontre était naturelle, puisque l’un et l’autre attribuaient à l’excès de spéculation l’origine de la crise, mais elle n’était pas concertée. La Semaine financière fut fondée en novembre 1856 pour combattre à la fois Le Journal des chemins de fer de Mirès, moins touché par le discrédit que les journaux et les Caisses de Prost ou de Millaud. Elle avait pour rédacteur en chef Eugène Forcade, qui était chargé à La Revue des Deux Mondes du bulletin politique hebdomadaire. Plutôt que celui des Rotschild, trop prudents pour s’exposer à être mêlés directement aux polémiques sur la place publique, La Semaine financière était l’instrument de la « Réunion financière », le syndicat des banquiers constitué au début de 1856 par James de Rothschild avec le concours de tous les ennemis des Péreire : Talabot, Bartholony, Vernes, Schneider55. Une véritable offensive, d’une double origine, a donc contribué, en 1857-1858, à bloquer les progrès de la presse financière, à la faire reculer même, à Paris.

  • 56 Bouvier Jean, Les Rothschild, Paris, Le Club français du livre, 1960, p. 154-155.

49Mais celle-ci n’a pas été seulement touchée dans son audience. Elle a commencé une mutation dont l’issue, dès ces années-là, n’était pas douteuse. En définitive, à partir de la crise de 1857 la presse des Caisses est condamnée. Certes, quelques-unes se fondèrent encore, à côté d’un journal, ou plus souvent des Comptoirs, comme celui de La Semaine financière ; ces comptoirs n’étaient surtout que des centres de dépôt et de gestion des titres. Mais les grandes Caisses disparurent ou s’effacèrent les unes après les autres. La dernière, la Caisse des chemins de fer, fut victime de l’affaire Mirès, qui éclata en 1860 et qui révéla comment ces établissements utilisaient les valeurs déposées par leurs clients pour jouer à la Bourse56. Aboutissement révélateur : lorsque la Caisse des actionnaires est liquidée, le 18 mars 1862, deux lots sont vendus séparément aux enchères : le Journal et la Caisse. Ainsi, après avoir progressivement relégué à l’arrière-plan ses fonctions commerciales et industrielles, cette presse financière se dépouillait des fonctions bancaires dont avaient voulu la doter Mirès et Millaud. Elle allait intervenir désormais dans l’orientation des capitaux, non plus dans l’organisation de leur marché.

50La dernière phase marquante de son histoire, sous le Second Empire, correspond aux dernières années du régime. Elle est caractérisée tout d’abord par l’éclosion de nouveaux hebdomadaires ; L’Universel, de François Ducuing, en 1868, Le Journal des finances d’Auguste Vitu, et Le Rentier d’Alfred Neymarck, lié aux Say et aux Rothschild, en 1869, Le Courrier des chemins de fer, de Maurice Block, dans les premières semaines de 1870. Cette multiplication des titres correspond évidemment à la libéralisation du régime de la presse par la loi du 11 mai 1868 qui supprimait l’autorisation préalable et réduisait le droit de timbre. Mais s’est-elle accompagnée d’un élargissement du public, d’un renforcement de l’influence de la presse financière ? Pour répondre on ne dispose pas d’enquête sur ses tirages, analogue à celle de Rouher. Cependant, il semble bien que cette fois-ci, augmentation du nombre des titres et extension du public allèrent de pair. Les nouveaux journaux sont en effet bien meilleur marché, à peu près à moitié prix des anciens : alors que l’abonnement d’un an au Journal des chemins de fer ou à La Semaine financière coûte, en 1870, 10 F, celui du Journal des finances coûte 6 F, celui du Rentier 4 F.

  • 57 La collection de la BNF ne commence qu’en 1868.
  • 58 Cette fondation suivait peut-être le changement de direction de La Semaine financière, à la fin de (...)

51C’est la manifestation d’une concurrence dont les lecteurs des feuilles anciennes sont l’enjeu, mais aussi d’une pénétration dans de nouvelles couches de la moyenne et de la petite bourgeoisie. Mais la nouveauté principale des dernières années de l’Empire, c’est l’apparition du premier quotidien économique et financier français, Le Messager de Paris, en 1865. L’importance de cette fondation, souvent mal datée57, n’a pas été suffisamment soulignée58. Elle montre d’une part que la presse financière est désormais promue à la dignité de grande presse ; d’autre part, elle révèle la division de son public en un public de professionnels, chefs d’entreprises, banquiers, cadres financiers et un public plus large de porteurs de titres, cette division reflétant la complexité accrue des mécanismes boursiers et financiers et l’élargissement des bases du capitalisme.

  • 59 F 18 379.

52La réussite du Messager de Paris avait été précédée d’une tentative malheureuse. En novembre 1856 avait été créé, Le Lloyd français, lié aux milieux d’assurances et plus industriel que financier. Ce premier quotidien spécialisé disparut au début de 185759.

53Le Messager de Paris eut lui-même quelque peine à trouver la stabilité. Il trouve son titre avant sa formule définitive : à l’été 1858, la société du journal républicain L’Estafette, qui venait d’être supprimé, loua ses presses à la société éditrice d’un nouveau journal impérialiste, Le Messager de Paris. Ce premier Messager était un quotidien politique d’information générale. Après de mauvaises affaires, il fut racheté, en 1862, par Jules Paton, longtemps bulletinier financier des Débats, et Alfred Périn, qui le réunirent à leur publication boursière non cautionnée, La Cote. Mais ce n’était encore qu’un petit in-folio de quatre pages, plus proche des feuilles boursières que des grands hebdomadaires. Le Messager de Paris devient enfin, en 1865, propriété d’Eugène Rolland qui le publia à partir de septembre et qui lui donna la forme définitive d’un grand quotidien, consacré à une information économique et financière diversifiée, analysée et commentée chaque jour. En quelques années, il allait devenir le grand organe qui dominait le reste de la presse spécialisée ; son renom fut particulièrement grand dans les débuts de la IIIe République et jusqu’en 1914, mais il parut jusqu’en 1943.

54Pas plus qu’au renouvellement de la presse hebdomadaire en 1857, le gouvernement impérial n’est resté étranger à la fondation de ce premier quotidien financier. Jules Paton, quand il demanda l’autorisation de publier un quotidien financier en 1861, fut appuyé par le ministre des Finances, Magne. Celui-ci écrivait à son collègue de l’Intérieur

qu’il n’avait jamais cessé de demander lui-même un organe plus particulièrement placé dans la main du gouvernement pour diriger l’opinion publique dans les questions industrielles et financières

  • 60 F 18 382.
  • 61 48 AQ 3898 et 3913.
  • 62 48 AQ 3851.

55et qu’en conséquence il encourageait cette initiative. Un peu plus tard, Eugène Rolland était soutenu de la même façon parce que, « dans sa ligne financière et politique, il [s’était] jusqu’ici toujours montré dévoué au gouvernement60 ». Le 13 juin 1867, le directeur du Messager de Paris sollicitait le directeur du cabinet du ministre de l’Intérieur d’intervenir auprès des Compagnies de Chemins de fer pour leur recommander le journal afin qu’elles le subventionnent. Les archives de la Compagnie du Nord montrent que cela fut fait. Il semble même que le Nord fut, pour une fois, à l’avant-garde ; en tout cas, il a soutenu financièrement Le Messager de Paris avant la Compagnie d’Orléans qui, ordinairement, était plus dynamique publicitairement61. Dans les dossiers du secrétariat général, une note, probablement d’un administrateur, justifie ainsi cet appui : « Je vous recommande la lettre ci-jointe, M. Rolland s’étant toujours bien montré pour les sociétés affaires patronnées par MM. de Rothschild62. » Sans que l’on puisse affirmer qu’il ait été inspiré par la haute banque, il paraît donc établi que Le Messager premier quotidien financier français, en était proche, des Rothschild particulièrement.

56Les circonstances de cette création sont aussi révélatrices d’une évolution de l’attitude du pouvoir impérial vis-à-vis de la presse économique et financière. La sollicitude dont il entoure les débuts du premier quotidien financier confirme ce que laissait déjà paraître son comportement lors de la crise de 1856-1858 : l’information économique et financière est au rang de ses préoccupations parce qu’elle est devenue une des grandes composantes de l’information générale, que ses supports se sont diversifiés et multipliés, que son public s’est élargi. Mais il y a un changement révélateur dans le comportement du gouvernement impérial, de 1857 à 1867, d’une période de renouvellement de la presse financière à une autre. En 1857, l’Empire autoritaire était intervenu directement pour combattre la presse des Caisses ; la haute banque avait pris des mesures parallèles mais distinctes. Dix ans plus tard, Le Messager de Paris, bénéficie des appuis coordonnés du gouvernement et des grandes affaires, les ministres de l’Empire libéral ne se font plus tant les tuteurs du journal financier que les intermédiaires entre lui et les grandes entreprises. Au moment où la liberté de la presse allait cesser d’être confisquée, c’était une façon de l’organiser dans un secteur important.

Les compagnies de chemins de fer et la presse financière

  • 63 « Réorganisation de la Société, Caisse et Journal des chemins de fer », le 24 février 1854, étude (...)

57Les archives du Nord sont plus révélatrices sur les dépendances de la presse économique et financière à l’égard de la Compagnie que sur celles de la grande presse. Je suis tenté d’interpréter ce déséquilibre de la documentation comme révélant une distance plus grande entre la Compagnie et les quotidiens, mais pas forcément une indépendance plus grande de ceux-ci. En effet la presse spécialisée était un canal de communication entre l’entreprise et la presse d’information générale, mais elle était aussi un masquage de ces relations. Les révélations qu’apportent des archives d’entreprise sur le patronage dont bénéficient les publications financières sont d’autant plus précieuses que l’on n’a pas d’archives des sociétés qui les publient. Avant 1860, celles-ci nous sont encore assez bien connues grâce aux rapports de la direction de la presse. En raison surtout de la prépondérance de la presse des Caisses, les hommes d’affaires, des parvenus, qui l’animaient n’avaient guère d’assise financière, leur force tenait à leur prestige personnel, ils cherchaient la publicité tapageuse. Aussi la faisaient-ils ouvertement pour leurs affaires dans leur journal, Prost dans Le Journal du Crédit public, Millaud dans Le Journal des actionnaires. À partir de 1854 et pendant plusieurs années, Mirés, qui était le principal commanditaire de la Société, devint même gérant de la Caisse et du Journal des chemins de fer63.

58À partir de la crise des Caisses et de leurs journaux, tout change. Les archives de la Librairie n’apprennent plus grand-chose. Les journaux se font discrets. Dès lors, l’ombre entoure les véritables inspirateurs des feuilles financières. Illustration de ce changement, la société propriétaire de La Semaine financière se fonde par acte sous seing privé en 1856, ce qui retire à l’historien la possibilité de le retrouver ; on a vu que ce sont des indices convergents et des recoupements qui permettent de la placer dans la mouvance des Rothschild. Désormais les fondations de sociétés par actes sous seing privé seront fréquentes.

59Dans les archives de la Compagnie du Nord les subventions attribuées aux feuilles économiques sont enregistrées régulièrement et avec grand soin. Cette publicité financière, à l’inverse de la publicité commerciale dans la presse d’information générale, prit de l’importance de 1852 à 1870.

  • 64 48 AQ 3660 et 3694.
  • 65 48 AQ 3709 et 3728.

60Le Journal des chemins de fer fut le premier, et pendant plusieurs années, le seul à en bénéficier : en 1846 il reçut ses premiers subsides, mais il en percevait déjà de la Compagnie d’Orléans. Le montant de l’allocation accordée par le Nord fut porté à 2 600 F en 185164. L’Industrie commença d’émarger en 1853, Le Journal des actionnaires en 185565. À partir de 1856, le comité de direction ou même le conseil d’administration de la Compagnie prirent l’habitude de décider eux-mêmes, dans une des dernières réunions de l’année, des sommes allouées à chaque publication : preuve de l’importance désormais accordée à cette forme de publicité. Le mon tant des sommes distribuées n’était que de 2 600 F au début du Second Empire, il dépassait 5 000 F en 1856, atteignait 7 000 F en 1860. Il s’accroissait jusqu’à 16 000 F en 1869, dépassant alors notablement les dépenses de publicité commerciale engagées en faveur des dix « grands » quotidiens parisiens. Ainsi, après avoir témoigné sur la médiocrité des dépenses de publicité commerciale, les archives de la Compagnie du chemin de fer du Nord montrent l’importance-toute relative-prise par la publicité dans les journaux financiers. Mais en tout état de cause, la divergence entre l’évolution de la publicité dans la presse d’information générale et celle dans la presse économique spécialisée-stagnation d’un côté, accroissement rapide de l’autre-démontre que le problème des relations entre les grandes affaires et les moyens de communication de masse ne peut être envisagé d’un seul bloc.

Tableau 3. L’évolution des subventions de la Compagnie du chemin de fer du Nord à la presse financière (au-dessus de chaque colonne, nombre de journaux subventionnés)

61Au travers des archives d’une entreprise, il n’est pas plus possible de reconstituer le public d’un journal financier qu’il était possible de le faire à l’aide des dossiers des Bureaux de la librairie et de la presse. Mais, si l’on ignore les destinataires, les rapports ou les notes du secrétariat général, et la correspondance échangée par périodes avec les rédactions, permettent de retrouver les objectifs et les cibles que la Compagnie visait par le moyen du journal. Ainsi peut-on, en ajoutant les indications glanées dans les publications et dans les dossiers de l’administration impériale, reconstituer les fonctions de cette presse spécialisée, restituer ses catégories de destinataires, préciser son rôle dans l’élaboration et la distribution de l’information économique et financière.

62Du point de vue de leurs fonctions, deux types de publications doivent être distinguées et deux schémas de communication proposés. Le premier correspond aux journaux à public diversifié de capitalistes actionnaires ou obligataires. C’est le cas le plus répandu : entrent en effet dans cet ensemble tous les grands hebdomadaires financiers, les journaux des Caisses et tous ceux qui ont eu les tirages les plus élevés : Le Journal des chemins de fer, Le Journal des actionnaires, L’Industrie, Le Journal du Crédit public, Le Conseiller, La Semaine financière, et à la fin de la période, Le Rentier. Le seul quotidien, Le Messager de Paris, est également de ce type.

  • 66 Westley Bruce H. et Mclean Malcolm S., « A conceptual model for communications research », in Jour (...)

63Le schéma [tableau 4, page suivante], que nous avons établi en nous inspirant des modèles de Westley et McLean et d’Abraham Moles fait apparaître deux circuits de diffusion et deux publics distincts, parisien et provincial66. Il existe en effet, dans chaque cas, des catégories de destinataires originales, et les conditions comme les effets de la communication sont assez différents. De ce fait, les fonctions du journal, même si elles sont assez largement communes, ne se recouvrent pas totalement en province et à Paris.

  • 67 F 18 285.

64L’une des particularités principales de la diffusion parisienne, c’est son aptitude à produire des effets boursiers, en raison de la facilité et de la rapidité avec laquelle les lecteurs peuvent réaliser les opérations conseillées, du fait de la présence aussi, parmi eux, d’un contingent important d’habitués de la spéculation boursière, professionnels ou non. Ainsi se comprend le rôle spéculatif joué par Le Journal des chemins de fer de Mirès, et l’hostilité de Rouher à son égard, notamment pendant la crise de 1856-1857 ; plus de la moitié de ses abonnés, 55 % à 60 % de sa vente, étaient parisiens67. Un tel organe était donc, autant qu’un auxiliaire de la collecte des capitaux pour les nouvelles affaires, un instrument rêvé pour provoquer la hausse et la baisse artificielles des valeurs. Seul parmi ses confrères, Le Journal des actionnaires de Millaud avait une diffusion parisienne aussi forte, mais pour aucun journal de Caisse, elle n’était négligeable, et tous étaient lus à la Bourse.

  • 68 48 AQ 3744.
  • 69 Bouvier Jean, Le Crédit Lyonnais…., op. cit.
  • 70 Journal du Crédit public, n o 1, 6 octobre 1855.

65Par contraste avec les lecteurs parisiens, ceux de province recherchaient moins la mobilité que la solidité des placements. C’étaient des rentiers, propriétaires, industriels, gros commerçants, membres des professions libérales, médecins notamment, parmi eux, des notables politiques. L’influence des feuilles économiques en province était plus étendue qu’il pourrait paraître à première vue. Une partie des abonnements étaient en effet souscrits par des cafés et des cercles de lecture qui constituaient autant de petits centres de rediffusion de cette information financière. Des campagnes publicitaires faisaient d’ailleurs connaître les journaux, et rabattaient les lecteurs vers eux ou vers les cabinets de lecture : ainsi, à partir du 1er mars 1857, Le Journal des actionnaires fut adressé pendant plusieurs semaines, en supplément hebdomadaire, à tous les abonnés de La Presse dans les départements68. D’autre part, les destinataires provinciaux, du fait de leur profession, de leur position sociale, de leur rôle politique parfois, étaient des agents de pénétration de l’information et de l’idéologie que véhiculaient les publications financières, dans leurs clientèles professionnelles ou politiques. Cette forme de rediffusion apparaît avec une évidence particulière dans le cas des banquiers locaux. Bien que la banque locale soit restée dans l’ensemble attachée à ses pratiques anciennes et aux modes traditionnels d’utilisation des capitaux69, elle n’est pas demeurée entièrement étrangère aux nouvelles formes de placements, dans certaines régions peut-être plus que dans d’autres. Ainsi Le Journal du Crédit public informait et unissait tout un réseau de banquiers, pour qu’ils puissent orienter leurs capitaux et ceux de leurs clients vers les affaires soutenues par la Compagnie générale des Caisses d’Escompte ; en 1855, ils étaient 35 dans les départements, surtout dans le Jura (3), dans le Centre et le Centre-Ouest (3) et dans l’Ouest (12). Ces abonnés n’étaient pas des lecteurs ordinaires, mais des porte-voix, qui répercutaient chacun des dizaines de fois le contenu du journal70.

Tableau 4. Schéma de la communication dans le cas d’un journal à public diversifié d’actionnaires (type Journal des chemins de fer)

66Troisième secteur important de diffusion, que l’on trouve à la fois dans le public parisien et le public provincial, celui des journalistes. Le nombre des exemplaires qui parviennent dans les rédactions est minime, mais ce nombre est peu significatif. Nous allons revenir sur ce point, particulièrement important, des relations entre la presse financière et la presse d’information générale. Fonction boursière, fonction économique directe d’auxiliaires du fonctionnement des sociétés par actions et du marché des capitaux, fonction idéologique de justification du capitalisme, voilà les trois grands rôles du journal à public diversifié d’actionnaires. Mais il existe, parmi les journaux financiers, un autre type de publication, moins répandu il est vrai. Il s’agit en particulier du Journal des Travaux publics et du Courrier des chemins de fer. Le premier était, on l’a vu, l’instrument du ministère des Travaux publics. Le second fut fondé beaucoup plus tardivement, à la veille de la guerre de 1870, par Maurice Block, l’économiste statisticien. Il se présentait comme « l’organe des actionnaires et des obligataires des voies ferrées », en fait, une lettre de Maurice Block, conservée dans les archives du Nord, révèle très précisément l’origine de l’initiative et l’inspiration :

  • 71 48 AQ 3926.

Les attaques fréquentes et souvent injustes dont les chemins de fer sont l’objet, m’ont fait penser qu’il conviendrait de fonder une publication périodique destinée à défendre leurs intérêts.
Cette idée a été soumise successivement à MM. les Directeurs des grandes Compagnies françaises de chemins de fer autres que le Nord et a obtenu leur approbation [...]. Les colonnes du Courrier seront toujours ouvertes aux communications officielles et officieuses des Compagnies de chemins de fer, qui n’auront rien à payer pour ces insertions, et [...] aucun article hostile aux chemins de fer ne peut y trouver place71.

67Le journal était donc l’organe des grandes Compagnies ; créé à l’initiative d’une de celles qui semblent avoir été, publicitairement, les plus dynamiques, l’Orléans, ou le PLM, il obtint très vite l’appui de toutes, y compris du Nord, qui décida, en février 1870 de lui verser 2 500 F et de lui prendre 166 abonnements pour des destinataires dont la liste est conservée.

68En dépit des différences apparentes, tenant à la nature des groupes de pression qui agissent par leur entremise-dans un cas, les ministères, dans l’autre les grandes entreprises d’un secteur clé du capitalisme - Le Journal des Travaux publics et Le Courrier des chemins de fer appartiennent au même type de publications. Ils ont en commun d’avoir pour cible principale non un public d’actionnaires mais deux ensembles qui se côtoient, l’ensemble double de l’administration centrale parisienne et des administrations préfectorales dans les départements : Le Journal des Travaux publics est pour elles un instrument de travail ; Le Courrier des chemins de fer est servi aux ministères, aux préfectures des départements traversés par les lignes de la Compagnie. Second ensemble, les élus sénateurs, députés, mais plus encore les élus cantonaux, et les maires des grandes communes ; c’est ainsi que le journal de Maurice Block est adressé aux frais de la Compagnie du Nord à tous les conseillers généraux du Pas-de-Calais, de la Somme, du Nord, de l’Oise, parmi lesquels on retrouve la plupart des députés et sénateurs de la région, ainsi qu’une quarantaine de hauts fonctionnaires et de magistrats.

69Il existait donc des publications économiques et financières, ne se distinguant apparemment pas des autres, diffusées moins largement, et souvent gratuitement, qui visaient à agir sur l’appareil d’État, au travers des élus, des magistrats, des cadres fonctionnaires. Pour les Compagnies, cette pression sur les membres influents de l’administration, de la magistrature, des assemblées élues, permettait d’orienter la réflexion des juristes, celle des bureaux ministériels, de contribuer ainsi à la préparation et à l’élaboration de la jurisprudence, de la législation ou de la réglementation des chemins de fer ; localement de justifier les solutions qui leur étaient les plus favorables, à propos des dessertes ou de l’implantation d’une gare. En France, où les lignes avaient été concédées à des sociétés privées, mais où l’État intervenait constamment pour déterminer les conditions de l’exploitation, la nécessité de tels organes était particulièrement ressentie par les Compagnies.

  • 72 Levy-Leboyer Maurice, Les Banques européennes et l’industrialisation internationale…, op. cit., p. (...)

70Dans cette perspective, Le Journal des Travaux publics peut paraître poser un problème. Comment comprendre que le ministère des Travaux publics ait jugé utile de financer une feuille particulière, pour influencer sa propre administration ? Il faut remarquer d’abord qu’il n’était pas seul à l’utiliser : il servait également aux Compagnies qui la subventionnaient comme la Compagnie du Nord. À cet égard le journal illustre combien était profonde, en dernière instance, la complicité liant le pouvoir impérial et les grandes entreprises. Quant à la nécessité de disposer d’un organe d’influence sur la haute et la moyenne administration, elle est le résultat de l’orientation nouvelle de l’État, au service d’un développement vigoureux du capitalisme. L’Empire soutient désormais les efforts des nouveaux groupes privés qui cherchent à renouveler et à développer les moyens de production. Mais toute réticence n’est pas bannie des milieux de l’administration dont les tendances antimodernistes et malthusiennes, héritées des vieilles traditions monarchiques, avaient entravé les tentatives de renouvellement économique sous la Monarchie de Juillet72. C’est précisément à elle, notamment aux ingénieurs des Ponts et Chaussées, dont le corps ne se renouvelle que lentement, et aux entrepreneurs en contact avec eux, que s’adresse Le Jour- nal des Travaux publics. Celui-ci fut donc un instrument de persuasion, doublant la voie hiérarchique, qui a contribué, dans une phase nouvelle du développement économique, à conformer l’appareil d’État aux besoins solidaires du pouvoir d’État et du grand capitalisme.

  • 73 Marx Karl, L’Idéologie allemande, Paris, Éditions sociales, 1968, p. 108 : « Chacun tient son méti (...)

71Les journaux financiers de ce type, en employant le langage professionnel des catégories visées, technique ou juridique selon le cas, en détachant leur discours de sa source, situaient leur argumentation sur le seul plan du métier, et lui donnaient une valeur d’universalité qu’elle n’aurait pas eue autrement. Il semble que l’on soit ici en présence d’un processus d’élaboration et de diffusion idéologiques lié à la division du travail, dans les milieux d’intellectuels et de fonctionnaires et à la spécialisation accrue au sein de l’appareil d’État73.

72Les organes d’influence possédaient d’autres fonctions. Ils pouvaient avoir, comme Le Journal des Travaux publics un public d’abonnés peu nombreux. Ils étaient aussi utilisés en direction de la presse d’information. Mais l’essentiel restait cette orientation vers l’administration qui en faisait une catégorie originale.

73Les services que les Compagnies de chemins de fer demandaient aux publications financières variaient suivant les journaux. Mais il est possible de donner une vue d’ensemble de leur utilisation. Elles avaient recours à eux d’abord pour les insertions légales : convocations et comptes rendus des assemblées générales d’actionnaires ; pour annoncer les émissions ou les distributions d’actions et d’obligations, les appels de fonds, les paiements de coupons, faire connaître les numéros de titres amortissables. Elles y publiaient leurs recettes hebdomadaires, qui étaient leur bulletin de santé. Elles pouvaient ainsi remplir leurs obligations-par exemple les trois avis de convocation d’une assemblée générale d’actionnaires-économiquement, la publicité des journaux financiers étant moins coûteuse que celle des grands quotidiens nationaux.

  • 74 F 18 362 et 48 AQ 3744.
  • 75 48 AQ 3709, à propos de L’Industrie.
  • 76 48 AQ 371, Journal des actionnaires.

74Considérant leur fonction boursière, elles furent conduites à subventionner les journaux financiers pour éviter qu’ils lancent à contretemps des nouvelles susceptibles de perturber la cote de leurs valeurs. La Compagnie du Nord accorda pour la première fois 1 000 F à L’Industrie en 1856 après que l’hebdomadaire eut provoqué une baisse des actions de la Compagnie des chemins de fer de l’Est par des articles qui démontraient qu’elle sous-estimait ses dépenses et surévaluait ses bénéfices à venir74. L’argument du secrétariat, quand il proposait un nouveau journal aux largesses du Comité de direction, était immanquablement qu’il avait « toujours soumis à (son) examen préalable les articles qui intéressaient la Compagnie du Nord75 », ou qu’il « soumettait avant leur publication les articles concernant le chemin de fer du Nord76 ».

  • 77 Caron François, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau…, op. cit., p. 78-79.

75C’est donc de l’image que la presse financière donnait d’elles que les Compagnies tenaient à s’assurer afin de pouvoir à tout moment faire appel avec succès au marché des capitaux. À une époque où elles avaient substitué à l’émission d’actions celle d’obligations77 et où elles s’adressaient à un public soucieux de la régularité et de la stabilité de ses revenus, il était d’autant plus nécessaire d’éviter les poussées de fièvre de la Bourse. Il y a là une raison fondamentale de l’élargissement du soutien financier aux feuilles économiques, dans les années 1860. Des objectifs immédiats, très concrets-éviter l’affaiblissement temporaire des cours, confirmer les actionnaires et les prêteurs dans l’opinion qu’elles offraient un placement sûr-conduisaient les Compagnies, à ce contrôle de l’information.

76Mais en contrepoint de la défense de l’entreprise, il y avait toujours celle du système économique et social, l’affirmation qu’il ouvrait la route du progrès et que les crises qui l’affectaient n’étaient que le résultat de maladresses ou du manque de confiance. Quand le directeur du Messager de Paris, Eugène Rolland, s’adressa à la Compagnie du Nord, en août 1866, pour être subventionné, c’est ce rôle de guide de l’opinion capitaliste qu’il mettait en valeur, parlant

  • 78 F 18 382.

de la tâche que nous nous sommes donnés soit d’être les défenseurs persévérants des doctrines conservatrices au point de vue économique et politique, soit de lutter sans relâche d’une part contre les entraînements malhonnêtes d’une spéculation malsaine, de l’autre contre l’esprit de dénigrement systématique qui exerce depuis plusieurs années une si fatale influence sur les dispositions des capitaux français78.

77L’intervention en faveur de l’entreprise débouchait sur la promotion d’une idéologie globale, imprégnée de conservatisme social et de confiance dans la libre entreprise.

78Voilà qui nous ramène à l’importante question des relations entre la presse économique et la presse d’information générale et au rôle de la première dans l’élaboration d’une information économique de grande diffusion répandue ensuite par les journaux à plus grand tirage. Dans la presse quotidienne parisienne, le lieu principal de cette information était le bulletin.

79À la fin de notre période, il n’en est guère qui ne cite chaque semaine un ou plusieurs journaux financiers, soit pour fonder sa propre argumentation, soit pour combattre les feuilles spécialisées : en 1868, le chroniqueur financier du Figaro, René Révarol fait d’un grand nombre de ses bulletins des articles de combat contre La Semaine financière. Les périodiques économiques étaient ainsi devenus l’un des creusets de production de l’information économique. Ce n’était pas le seul, et il convient de ne pas en surestimer l’importance : les bulletins des quotidiens, les agences d’information, Havas surtout, qui disposait depuis 1856 d’un monopole presque complet sur le marché des nouvelles, y contribuaient aussi. Entre la presse spécialisée et les autres lieux d’élaboration de l’information économique, il y avait une circulation à double sens, des échanges réciproques.

80La contribution des journaux financiers n’était guère d’apporter des nouvelles : leur périodicité hebdomadaire, au moins jusqu’à la fin de l’Empire, ne le leur permettait guère. Ce qu’on leur empruntait, c’étaient d’abord les comptes rendus des assemblées d’actionnaires, les bilans, publiés par les entreprises, mais aussi leurs analyses, de l’état du marché financier, leur présentation des mouvements du commerce et de la production, leur jugement sur les émissions nouvelles, leurs études sur les sociétés qui faisaient appel au crédit.

81Les liens personnels favorisaient l’influence de la presse spécialisée sur la grande presse. Les journalistes collaboraient fréquemment à plusieurs publications, une spécialisée et une de plus grande diffusion. Fr. Ducuing, qui dirigeait Le Conseiller, rédigeait le bulletin financier dans Le Courrier de Paris et écrivait dans L’Opinion nationale, Vergniolle, de L’Industrie, dans les quotidiens impérialistes, Le Dix Décembre, Le Pays, Louis Jourdan, rédacteur en chef du Journal des actionnaires en 1856, était un collaborateur du Siècle, Eugène Forcade, fondateur de La Semaine financière, écrivait régulièrement dans La Revue des Deux Mondes, proche comme on le sait, du Journal des débats ; Paradis, rédacteur au Crédit commercial, était journaliste au Constitutionnel, Auguste Vitu, collaborateur du Journal des chemins de fer, puis fondateur du Journal des finances était rédacteur en chef du quotidien impérialiste L’Étendard. En 1855, pour expliquer de petites faveurs au Journal du Crédit public, le secrétariat de la Compagnie du Nord indiquait :

  • 79 48 AQ 3719.

Le journal Le Crédit public n’a pas jusqu’à présent une grande importance, mais il compte dans sa rédaction quelques personnes écrivant dans d’autres journaux, que la Compagnie peut avoir intérêt à se concilier79.

  • 80 F 18 382.

82Ces liens personnels entre rédactions se doublaient parfois de liens entre les entreprises ; la même société gérait Le Journal du Crédit public et le quotidien L’Estafette80 ; Mirès possédait Le Journal des chemins de fer, mais aussi Le Pays et Le Constitutionnel, et Solar, qui le remplaça à la tête de la vieille feuille économique, acquit La Presse en 1859. On multiplierait aisément les exemples. Dans le jeu des reflets réciproques entre la presse d’information générale et la presse spécialisée, cette dernière apportait nécessairement, du fait de sa richesse, de sa diversité, de sa spécialisation précisément, une contribution essentielle à l’information économique.

  • 81 F 18 328. Selon l’un des propriétaires du Conseiller, Alexandre Barrot, en 1857.
  • 82 48 AQ 3 744. Duport participait d’autre part à la Société générale des annonces dont on a vu les l (...)

83En raison de sa proximité, la presse parisienne était la plus pénétrée. Pourtant, la presse provinciale l’était aussi, soit parce qu’elle répercutait à son tour, avec retard, et dans des formes dégradées, la grande presse parisienne, soit parce qu’elle s’inspirait directement des feuilles spécialisées : certaines de celles-ci pratiquaient en effet des échanges d’abonnements avec des journaux de province81. D’autres inspiraient de petites correspondances de presse destinées à la presse départementale comme Le Courrier du commerce, publication non cautionnée, plus économique que financière il est vrai, dont les éléments étaient repris dans La Correspondance générale de l’industrie de Duport, servie en 1857 à 125 journaux de province82.

84L’essor de la presse économique sous le Second Empire est donc important aussi pour l’histoire de la presse d’information générale et des appareils idéologiques en ce qu’il contribua à établir entre la bourgeoisie d’affaires et la grande presse des liens nouveaux. Les journalistes représentaient encore dans l’ensemble, vers 1850, une couche d’intellectuels dépendante des catégories traditionnelles de la bourgeoisie des notables. Les rédacteurs des journaux financiers étaient, eux, en relations avec le monde de la grande entreprise. Par leur rôle personnel dans la rédaction des grands journaux, où on les retrouvait aussi, par leur influence idéologique d’émetteurs-relais, ils ont contribué à faire passer, dans les années 1860, le groupe social des journalistes parisiens, de la mouvance de la bourgeoisie des notables à celle de la bourgeoisie industrielle et financière. Toute l’évolution allait dans le même sens, mais il y a là un facteur de ce procès efficace et discret. Si les entreprises pouvaient, par un canal détourné atteindre la grande presse, la présence d’un intermédiaire masquait ces liaisons.

  • 83 48 AQ 3913.

85L’attention portée par la Compagnie du Nord à ses relations avec la presse financière et aux subventions qu’elle lui versait s’explique donc bien. Il faut remarquer que tous les hebdomadaires importants (tous ceux qui étaient cautionnés notamment), et l’unique quotidien, étaient subventionnés. La distinction souvent faite dans les journaux économiques entre « presse sérieuse » et « presse vénale » ne se justifie donc pas. La Semaine financière et Le Messager de Paris, généralement qualifiés de « sérieux », touchaient et protestaient de leur dévouement comme les autres. Parfois plus que les autres. En 1859-1860, lors de la campagne menée par les grandes Compagnies sur les tarifs différentiels, Eugène Forcade, rédacteur en chef de La Semaine financière, reçut à titre personnel, en plus des subventions habituelles versées par chaque compagnie à son journal, 3 000 F pour des articles qu’il y avait écrits, et d’autres publiés dans La Revue contemporaine et dans La Revue des Deux Mondes. Quant au Messager de Paris, quotidien il est vrai, il recevait annuellement de la Compagnie du Nord plus qu’aucune autre feuille financière, 6 000 F à partir de 1868 ; à compter du début de 1869, la Compagnie d’Orléans le subventionna aussi ; les autres firent sans doute de même83.

86En fait, la presse financière tout entière était, à cette époque, liée aux affaires, chaque journal ayant non pas un seul soutien, mais un éventail de bailleurs de fonds, ce qui lui assurait une certaine stabilité et le mettait à l’abri en cas de brouille avec l’un de ses annonceurs ou de difficultés de celui-ci ; c’est ainsi que les journaux de Mirès, de Prost ou de Millaud survécurent à la déconfiture de leur Caisse. Il convient donc de se méfier des contemporains, dénonçant telle ou telle feuille comme l’organe d’une affaire ; au moins en ce qui concerne les publications durables, elles étaient bien plutôt les instruments d’un ensemble d’entreprises, d’un ou plusieurs secteurs capitalistes. La presse « sérieuse » semble en réalité rassembler les titres liés à la haute banque, aux Rothschild, à des affaires solides : on a vu les liens de La Semaine financière et du Messager de Paris avec eux. C’est donc à des catégories établies par les contemporains qu’il faut faire remonter cette distinction presse sérieuse/presse vénale. Elle correspond non pas à des pratiques différentes dans les relations avec les entreprises, mais à des points d’ancrage différents dans le monde des affaires.

  • 84 48 AQ 3883 et 3913.

87Attribuées assez aisément les subventions de la Compagnie du Nord sont néanmoins d’un montant bien médiocre. Même si la publicité financière est, toutes proportions gardées, moins négligée que la publicité commerciale, on retrouve une caractéristique déjà observée à propos de la presse d’information générale. L’emprise de la Compagnie sur les rédactions de journaux spécialisés était réelle : elle pouvait utiliser à volonté le journal pour ses annonces aux actionnaires, ses comptes rendus d’assemblées générales ; aucun article important à son sujet n’était publié sans l’avis du secrétariat général. Aucun contrat ne liait les deux parties, à la différence de ce qui se passait dans les relations avec la grande presse. Et pourtant, ces modestes prébendes étaient suffisantes pour assurer une docilité permanente : de 1847 à 1869, la Compagnie du chemin de fer du Nord a versé 101 subventions annuelles : j’ai relevé un cas unique de mécontentement, en 1865, à l’encontre du Journal des actionnaires il fut rayé de la liste des bénéficiaires ; il y fut inscrit à nouveau en 1867 après les excuses et les promesses de dévouement de son directeur, Jules Brisson84. Par contre, les protestations de servilité au secrétariat de la Compagnie, les attestations de satisfaction de celui-ci abondent.

  • 85 Notamment Audebrand Philibert, Souvenirs de la tribune des journalistes (1848-1852), Paris, E. Den (...)

88Cette presse, dont le rôle était apprécié et important, s’achetait donc-ou se vendait-bon marché. Comment expliquer cette vénalité de gagne-petit ? On peut entrevoir deux raisons. En premier lieu un facteur idéologique : ces journalistes, chargés de diffuser une image favorable des grandes affaires et du capitalisme, étaient eux-mêmes intimement persuadés des vertus du système, enfermés dans les représentations dont ils se faisaient les propagateurs. Tout les encourageait dans cette attitude, pour commencer les réussites industrielles et l’essor extraordinaire du marché financier dans ces vingt années. À cet égard, les idées venues de l’école saint-simonienne ont joué, dans la formation de ces intellectuels, gravitant autour de la grande bourgeoisie, un rôle fondamental observé par les contemporains85.

  • 86 Pratique qui n’était pas possible aux États-Unis, ni dans les mêmes conditions dans le Royaume-Uni (...)

89Cette conversion au culte de la production, du profit et de l’argent se comprend mieux encore si l’on se réfère à l’origine du plus grand nombre de ces publicistes. Le journalisme financier-peut-être même, plus généralement le journalisme spécialisé -, si l’on excepte quelques rares noms connus, comme ceux de Vitu, ou de Forcade, était un terrain d’essais pour les nouveaux venus. Les débutants, pas tous jeunes, y sont nombreux : Nouette Delorme, rédacteur en chef en 1861 du Journal des Travaux publics vient du commerce de demi-gros, Villars, qui succède à Vergniolle à la direction de L’Industrie fait ses débuts dans le journalisme, Auguste Vitu lui-même collabora d’abord au Journal des chemins de fer à partir de 1848, avant d’entrer dans le grand journalisme. Alfred Neymarck avait 22 ans quand il fonda Le Rentier en 1870, tout comme le rédacteur en chef du Journal des chemins de fer, Devina, en 1857. Plus souvent encore, la presse financière accueillait des provinciaux « montés » à Paris : la quasi-totalité de ceux dont on peut suivre la carrière-une trentaine-venaient des départements, très souvent de la France du Midi ; beaucoup avaient fait leurs premières armes dans des journaux de province : Louis Jourdan, rédacteur en chef du Journal des actionnaires avait été rédacteur dans un journal de Toulon, Jules Brisson, qui lui succéda avait été journaliste à La Tribune de la Gironde à Bordeaux, Henri Privat, fondateur du Lloyd français était l’ancien rédacteur en chef du Courrier de Marseille ; Chauvet-Charolais, qui fut le premier rédacteur en chef du Messager de Paris venait du Courrier de la Loire. La presse, plus particulièrement la presse spécialisée était le chemin d’une possible promotion sociale. Expliquer la médiocrité des exigences de ces publicistes revient, pour une part, à montrer la facilité avec laquelle la grande bourgeoisie parisienne a pu, au XIXe siècle, puiser pour élargir ou renouveler les couches d’intellectuels à son service, dans de nombreuses catégories de la petite et moyenne bourgeoisie provinciale86.

***

90La première de nos conclusions est d’ordre méthodologique : c’est l’intérêt que peuvent présenter, pour l’historien, des rapports entre la presse et l’argent, les archives des grandes entreprises, bancaires ou industrielles ; s’il veut éclaircir les attitudes de certains journaux, avoir les preuves d’une dépendance ou la comprendre, c’est là que l’historien de la presse doit prendre l’habitude d’aller chercher-si toutefois c’est possible. Avec du moins plus de chances de réussite que s’il se bornait à recourir aux archives du journal, généralement disparues, dans le meilleur des cas les plus soigneusement expurgées, personne plus que l’intéressé n’ayant, cela va de soi, le souci de sa respectabilité. Il n’y a pas, à notre sens, d’histoire des relations entre la presse et l’appareil économique qui puisse se faire unilatéralement, sans recours à certaines sources de l’histoire économique.

91Pour la période allant de la fin de la Monarchie de Juillet à la fin du Second Empire, les archives de la Compagnie des chemins de fer du Nord attestent la faiblesse extrême des dépenses de publicité commerciale à une époque où pourtant se créait le trafic. Il est possible que la Compagnie, servie par l’implantation de ses lignes dans des régions fortement industrialisées, marquée par le style que les Rothschild imposaient à leurs affaires, se soit montrée plus réservée encore que d’autres en ce domaine. Mais ce n’est qu’une question de nuances. Les documents qui touchent à la publicité commerciale des autres Compagnies laissent entrevoir que toutes furent aussi pingres. Ces observations confirment donc ce que l’on savait déjà de la médiocrité des ressources publicitaires de la presse française, comparées à celles dont disposaient la presse anglaise ou la presse américaine.

92Sans aucun doute, le régime des concessions exclusives, les efforts des Pouvoirs publics pour éviter les lignes concurrentielles, la densité des régions desservies rendaient en grande partie inutiles les dépenses publicitaires. Mais la presse a contribué elle-même à créer cette situation : les rédactions, y compris celles des grands quotidiens parisiens, s’intéressaient avant tout aux nouvelles et aux lecteurs, et n’attachaient un grand prix qu’aux annonces qui apportaient une information attendue par le public. L’image d’une presse révolutionnée, dans ses pratiques et son esprit, donnée par Émile de Girardin apparaît ainsi en grande partie fausse. La tradition dominait encore son comportement, et à aucun moment les grands journaux ne semblent avoir entrevu, dans une manne publicitaire déversée par les entreprises nouvelles, le moyen de transformer leurs conditions d’exploitation.

93Mais il est douteux que cet archaïsme ait beaucoup gêné le grand capitalisme naissant. Les grandes Compagnies semblent même l’avoir tourné à leur profit, en réservant d’abord à certaines feuilles leurs horaires, en échange de leur neutralité ou de leur soutien, en substituant, à la distribution de crédits publicitaires aux journaux, l’attribution d’avantages personnels aux journalistes, qui ne leur coûtaient guère. La limitation des dépenses de publicité est ainsi très vite devenue, pour elles, une règle qu’un véritable front uni leur a permis d’imposer avec rigueur. Si l’on considère le rôle, moteur à tant d’égards, que les Chemins de fer ont joué dans le développement du capitalisme français, on peut se demander s’ils n’ont pas aussi, dans le domaine de la publicité, créé dès le Second Empire un comportement modèle, et s’ils n’ont pas été, directement et indirectement, à l’origine du décollage si tardif de la publicité commerciale en France. Des recherches, dans les archives privées d’autres secteurs, par exemple ceux de la métallurgie ou de la banque, permettraient de savoir si cette attitude fut typique, en France, de la grande entreprise capitaliste en général et quelle place il faut accorder à l’imitation des grandes Compagnies.

94Dans le même temps où celles-ci prenaient l’habitude de maintenir au plus bas leurs dépenses de publicité commerciale, se développait la presse économique et financière. Apparue sous la Monarchie de Juillet, celle-ci a connu sous le Second Empire un rapide essor, qui conduisit le gouvernement et l’administration à s’y intéresser de près. Elle est alors tout entière sous l’emprise des milieux d’affaires. La principale rupture, dans les premières décennies de son histoire, semble avoir été celle de 1856-1858, années à partir desquelles la presse des « Caisses » est frappée à mort, tandis que la haute banque gagne des positions solides avec la fondation de publications « sérieuses ». Cette chronologie reproduit à peu près celle de la conjoncture économique générale ; dans la mesure où l’on pourrait observer une légère discordance, elle serait plutôt dans le sens d’une antériorité de l’évolution de la presse économique par rapport à l’époque des pleins effets de la crise de 1857, qui ne furent atteints qu’en 1858 ou même en 1860. Preuve qu’il faut considérer sans mécanisme les relations entre les faits économiques et les phénomènes idéologiques et tenir compte de la sensibilité extrême des seconds aux plus légers indices de changement, voire de leurs possibilités d’anticipation. Les fonctions de cette presse économique et financière sont infiniment plus complexes qu’il apparaît de prime abord. Certes, elle joue le rôle d’un organe technique, visant un public spécifique, celui des actionnaires et des obligataires, public plus provincial que parisien après 1856- 1858. Mais elle a aussi une action beaucoup plus générale : politique, en premier lieu, par son influence directe sur certains rouages de l’appareil d’État ; idéologique surtout parce qu’elle est l’un des lieux principaux où s’élaborent sous l’inspiration directe des grandes entreprises, et notamment à cette époque, des grandes Compagnies de chemins de fer, les images de la machine économique que répercuteront ensuite l’administration, les entreprises, dans leur personnel et chez les clients, les notables, et la grande presse. À ce titre, la presse économique et financière mériterait d’être étudiée dans son contenu pour voir comment s’alimente et se renouvelle l’idéologie économique de grande diffusion, pour voir par exemple, dans le cas français, quels arguments la grande entreprise avance pour se justifier et justifier les progrès de la concentration.

95Par la liaison qu’elle établissait entre les rédactions, où les journalistes économiques avaient désormais leur place, et l’administration des entreprises, où ils avaient leurs entrées, la presse financière était, d’une certaine façon, une contrepartie à la faiblesse de l’emprise publicitaire des grandes affaires sur les grands journaux. Elle servait de zone de contact, protégée de la curiosité du grand public, entre le monde des journalistes et celui des affaires ; ainsi, l’influence de ce dernier sur la presse ne venait-elle pas seulement par la tête, les propriétaires, membres des conseils d’administration, gérants. C’était en réalité tout un corps social qui se trouvait gagné à elle.

96On peut donc conclure que les grandes affaires ont su, sous le Second Empire, créer les pratiques et les rouages nouveaux capables de plier la presse à leurs besoins, et de l’entraîner, dans son ensemble, dans leur sillage.

97L’originalité de la solution française tient à la recherche et à la mise en place de mécanismes de transmission discrets : de là, la préférence aux avantages personnels sur les dépenses publicitaires tapageuses, l’effort pour modifier le moins possible le visage de la presse ancienne. Il n’est pas douteux que les nouveaux maîtres de l’économie ont dû et su tenir compte d’un demi-siècle de luttes, en France, pour la liberté de la presse : alors que la France sortait d’une révolution marquée par les revendications ouvrières et les aspirations socialistes, quand grandissait, dans les années soixante, l’exigence de l’indépendance de la presse à l’égard du pouvoir politique, n’était-il pas plus prudent, plus efficace, tout compte fait, d’agir dans l’ombre ou la pénombre ?

98Aussi peut-on se demander si l’on ne fait pas fausse route quand, voulant traiter des rapports entre les grandes affaires et la presse, on met l’accent sur « l’abominable vénalité » de cette dernière, et sur les scandales. Cette façon de poser la question ne contribue-t-elle pas à masquer les mécanismes permanents, les causes sociales et idéologiques qui font, pour l’essentiel, du système d’information, un élément et un auxiliaire du système économique, c’est-à-dire, dans la seconde moitié du XIXe siècle, du capitalisme ascendant ?

Notes

1 Ce texte a été publié dans la Revue historique, t. 256, fasc. 2 (520), octobre-décembre 1976, p. 343-383.

2 Gille Bertrand, « État de la presse économique et financière en France », in Histoire des entreprises, n o 4, 1959, p. 58-76.

3 Surtout F 18-295, donnant des renseignements abondants sur les titres économiques et financiers en 1857, 1858 et 1859.

4 Parmi les dossiers conservés, une vingtaine sont ceux de journaux économiques et financiers. Au nombre des lacunes fâcheuses, celle de La Semaine financière, l’une des plus importantes feuilles spécialisées, sur laquelle on ne possède aucune pièce.

5 Aux Archives nationales, 48 AQ.

6 Caron François, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau. La Compagnie du chemin de fer du Nord (1846-1937), Paris / La Haye, Mouton, 1973.

7 Dans le t. III de l’Histoire générale de la presse française, Paris, PUF, 1972, notamment p. 169-174.

8 Les dossiers de publicité sont dans la série annuelle du secrétariat général, 48 AQ 5653 (1845) à 3926 (1870), avec deux lacunes pour 1846 et 1870.

9 Particulièrement celle payée à la presse provinciale. Plus importante fut la publicité dans les journaux belges, allemands (4 000 francs en 1950, 3 000 en 1851) et surtout anglais. Il fallait attirer le trafic au détriment des concurrents : chemin de fer de l’Est et chemin de fer de Rouen. Mais ces efforts restent limités et temporaires.

10 Caron François, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau., op. cit., p. 571.

11 La Compagnie du chemin de fer de Rouen dépensait en 1853 environ 14 000,00 F pour ses annonces dans la presse d’information générale. Paris-Lyon en 1852 obtint que le minimum de dépenses imposé par le contrat avec les grands journaux soit ramené de 24 000 à 12 000 F, 48 AQ 3709 et 3694.

12 48 AQ 3687, 3799, 3694.

13 48 AQ 3883, lettre de la rédaction du Siècle.

14 Dubuc André, « Charles-Louis Havas (1783-1858) organisateur de la première agence internationale d’information », in Études de presse, nouvelle série, 1957-1968, p. 23-37 et Albert Pierre, op. cit., p. 288-289.

15 48 AQ 3862.

16 48 AQ 3677 (1849).

17 Par exemple La Liberté de Lille en octobre 1848, 48 AQ 3670.

18 En 1853, Le Journal de la Charente, demandant le cliché de la réclame pour les voyages en Hollande écrit qu’il l’insérera gratis car il ouvre ses colonnes « à tout ce qui peut contribuer à la satisfaction de ses abonnés », 48 AQ 3825.

19 48 AQ 3687.

20 48 AQ 3913. En 1867, Le Siècle, qui avait toujours été le journal le plus coûteux et recevait plus que les autres pour une même quantité d’annonces, venait encore en tête avec 2 077 francs, devant Le Moniteur, 1 943 francs, L’Opinion nationale, 1 584 francs, Les Débats, 1 575 francs. En 1868, le mieux servi était Le Figaro, avec 2 586 francs.

21 Albert Pierre, op. cit., p. 170-171.

22 Après avoir obtenu l’abaissement à 12 000 francs du prix de la totalité de ses annonces dans les grands quotidiens parisiens, le Paris-Lyon en informa les autres compagnies, 48 AQ 3694.

23 48 AQ 3773 et 3799.

24 48 AQ 3883.

25 Pour les cinq puis six « grands journaux », la ligne : [48 AQ 3825]
Image

26 48 AQ 3864, 3883 et 3898.

27 48 AQ 3913.

28 Cette pratique fut au cour de la politique menée par les sociétés de chemins de fer pour conserver de bonnes relations avec la presse jusqu’au xxe siècle, Martin Marc, Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 136 et suiv.

29 « Aucune demande de cette nature ne doit être adressée sans ma participation au nom de la rédaction du journal » écrivait le 31 juillet 1859 le rédacteur en chef du Courrier de Paris, 38 AQ 3744.

30 Lettre au Journal du Crédit public, 29 décembre 1857, 48 AQ 3744.

31 Elle refusa, en 1863, de payer en permis de circulation une annonce hebdomadaire dans Le Moniteur Universel, bien qu’on lui demandât seulement 100 F de permis pour une insertion de 300 F, 48 AQ 3701.

32 AQ 3701. Le rédacteur chargé de couvrir l’événement, dont la demande était parvenue après celles de son directeur, dut se contenter d’un billet à prix réduit.

33 Gille Bertrand, « État de la presse économique et financière en France », op. cit., p. 61.

34 Herapath’s Railway magazine, 2 avril 1842.

35 Sur ces questions, voir Gille Bertrand, Recherches sur la formation de la grande entreprise capitaliste (1815-1848), Paris, SEVPEN, 1959, p. 135-143, et Levy-Leboyer Maurice, Les Banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, Paris, PUF, 1964, p. 380 et suiv.

36 À partir des archives de la série F 18, des publicités et des mentions de feuilles économiques dans les grands journaux parisiens.

37 À propos de L’Industrie, juin 1853, F 18-362.

38 F 18-362, 6 mai 1857.

39 F 18-373, octobre.

40 F 18 367.

41 F 18 362.

42 F 18 366, novembre 1853.

43 F 18-295, rapport du commissaire inspecteur de la Librairie Paillard.

44 La Semaine financière, 17 janvier 1857.

45 F 18 295. Les chiffres sont complets pour huit journaux à partir de février 1858 jusqu’en août 1859, à l’exception d’avril et mai de cette année. Seuls manquent ceux de La Semaine financière.

46 F 18 570, note des Bureaux de la direction de la presse, avril 1958.

47 AN Minutier central des notaires de la Seine, étude de Maître Gossart, CXVI794. Le capital était en partie fictif.

48 Voir Bouvier Jean, Le Crédit Lyonnais de 1863 à 1882. Les années de formation d’une banque de dépôts, Paris, Imprimerie nationale [puis] SEVPEN, 1861, 2 vol., t. 1, p. 303 et suiv.

49 F 18 382.

50 Girard Louis, op. cit., p. 176 et suiv.

51 F 18 367, pièce 334.

52 Le Journal des chemins de fer reçoit un avertissement le 21 mai 1857, un autre, orel, le 21 juillet, F 18 367. Le Journal des actionnaires est poursuivi en janvier 1858, F 18 371.

53 F 18 371.

54 F 18 570, avril 1858.

55 Sur cette affaire, voir Girard Louis, op. cit., p. 267 et suiv.

56 Bouvier Jean, Les Rothschild, Paris, Le Club français du livre, 1960, p. 154-155.

57 La collection de la BNF ne commence qu’en 1868.

58 Cette fondation suivait peut-être le changement de direction de La Semaine financière, à la fin de l’été 1868. Eugène Forcade, devenu fou, ayant dû être écarté, son journal devint l’instrument du triumvirat d’affaires Girardin, Jenty, Gibiat, et en fait l’organe par lequel Girardin faisait son entrée dans la presse financière.

59 F 18 379.

60 F 18 382.

61 48 AQ 3898 et 3913.

62 48 AQ 3851.

63 « Réorganisation de la Société, Caisse et Journal des chemins de fer », le 24 février 1854, étude de Me Gossart, AN, Minutier central des notaires, CXV /, 794.

64 48 AQ 3660 et 3694.

65 48 AQ 3709 et 3728.

66 Westley Bruce H. et Mclean Malcolm S., « A conceptual model for communications research », in Journalism Quarterly, 1957 ; Moles Abraham A., Sociodynamique de la culture, Paris/La Haye, Mouton, 1967.

67 F 18 285.

68 48 AQ 3744.

69 Bouvier Jean, Le Crédit Lyonnais…., op. cit.

70 Journal du Crédit public, n o 1, 6 octobre 1855.

71 48 AQ 3926.

72 Levy-Leboyer Maurice, Les Banques européennes et l’industrialisation internationale…, op. cit., p. 700-707.

73 Marx Karl, L’Idéologie allemande, Paris, Éditions sociales, 1968, p. 108 : « Chacun tient son métier pour le vrai. Au sujet du lien de leur métier avec la réalité, ils se font d’autant plus nécessairement des illusions que la nature du métier le veut déjà. En jurisprudence, en politique, etc., ces rapports deviennent-dans la conscience-des concepts… »

74 F 18 362 et 48 AQ 3744.

75 48 AQ 3709, à propos de L’Industrie.

76 48 AQ 371, Journal des actionnaires.

77 Caron François, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau…, op. cit., p. 78-79.

78 F 18 382.

79 48 AQ 3719.

80 F 18 382.

81 F 18 328. Selon l’un des propriétaires du Conseiller, Alexandre Barrot, en 1857.

82 48 AQ 3 744. Duport participait d’autre part à la Société générale des annonces dont on a vu les liens avec l’agence Havas.

83 48 AQ 3913.

84 48 AQ 3883 et 3913.

85 Notamment Audebrand Philibert, Souvenirs de la tribune des journalistes (1848-1852), Paris, E. Dentu, 1867, p. 162-173, et Un café de journalistes sous Napoléon III, Paris, E. Dentu, 1888.

86 Pratique qui n’était pas possible aux États-Unis, ni dans les mêmes conditions dans le Royaume-Uni, ce qui peut aussi contribuer à expliquer la différence d’ampleur de la publicité commerciale en France et dans les pays anglo-saxons, dans la mesure où celle-ci n’est pas exclusivement explicable par des préoccupations mercantiles.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. L’évolution des dépenses de la Compagnie du chemin de fer du Nord pour sa publicité dans la presse d’information générale parisienne
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3988/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Tableau 2. L’évolution des tirages et de la diffusion des journaux financiers cautionnnés en 1858-1859
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3988/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Légende Tableau 3. L’évolution des subventions de la Compagnie du chemin de fer du Nord à la presse financière (au-dessus de chaque colonne, nombre de journaux subventionnés)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3988/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Tableau 4. Schéma de la communication dans le cas d’un journal à public diversifié d’actionnaires (type Journal des chemins de fer)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3988/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 843k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540