Version classiqueVersion mobile

L'idéalisme dans l'infinitésimal

 | 
Julien Bernard

Chapitre III. La métrique physique 1. L'espace-temps-matière comme problème

1. L’espace-temps-matière comme problème

Texte intégral

1Notre chapitre II a présenté, développé et replacé dans leur contexte d’apparition, un certain nombre de notions qui participent, dans la pensée de Weyl, à l’élaboration de la notion mathématique d’espace. Son statut est a priori au sens où l’architecture de cette notion est dominée par un réquisit d’homogénéité qui est une condition de possibilité de l’objectivité géométrique, et parce que la nature de cet espace peut être fixée a priori une fois pour toutes par une axiomatique développant le groupe homogène des transformations préservant les structures spatiales. Nous avons insisté sur le fait que l’idéalisme de Weyl n’est pas à chercher dans le fait qu’il qualifie l’espace de « forme des apparences » ou « forme de notre intuition », mais plutôt (mais pas seulement) dans la fonction épistémique essentielle qu’il fait jouer à ce réquisit d’homogénéité, exigence pour satisfaire la raison.

2Que Weyl développe une position idéaliste de l’espace est étonnant, de prime abord, de la part d’un promoteur de la relativité générale. Il n’est certes pas le seul à proposer une lecture qu’on peut qualifier globalement d’« idéaliste » de cette théorie. Cependant, l’interprétation de la théorie dans Espace - Temps - Matière a ceci de particulier que Weyl place au cœur de sa réflexion le rapport qu’elle introduit entre d’une part les propriétés métriques et, d’autre part, les forces gravitationnelles agissant sur la matière. Autrement dit, le point de la théorie que Weyl met en exergue est précisément celui qui pose le plus de problème à une interprétation idéaliste. Car si les relations métriques sont les composantes essentielles de la notion d’espace alors, dans une interprétation idéaliste de la géométrie, ne devraient-elles pas être entièrement fixées par des principes a priori tout comme l’est la notion d’espace elle-même ?

  • 1 Nous verrons cependant plus bas que cette attribution de la métrique à l’espace-temps est en quelqu (...)

3En développant la façon dont Weyl comprend, au sein de la théorie de la relativité générale, les interactions entre la matière et la métrique spatio-temporelle, notre chapitre III va nous faire entrer dans les réflexions philosophiques sur l’aspect physique des relations métrique. Ce faisant, nous poserons les premiers éléments qui permettent de dénouer le paradoxe apparent d’une philosophie de l’espace-temps comme celle de Weyl qui mêle un idéalisme (transcendantal ?) de l’espace avec l’acceptation que les propriétés métriques de l’espace (-temps)1 sont déterminées par la réalité physique (par l’énergie-impulsion distribuée dans cet espace-temps). Cette tension entre, d’une part, un espace homogène fondé sur des principes a priori et, d’autre part, des relations métriques déterminées par la distribution hétérogène de la matière découverte a posteriori, ne sera cependant pleinement dépassée que dans notre dernier chapitre, quand la géométrie deviendra « infinitésimale pure ».

Notes

1 Nous verrons cependant plus bas que cette attribution de la métrique à l’espace-temps est en quelque sorte impropre selon Weyl. Car la solution qu’il adopte dans les paragraphes que nous allons développer consiste précisément à distinguer radicalement l’espace, qui est une forme de notre intuition sans propriété métrique, et la métrique qui est au contraire un champ dynamique, et n’est donc pas en tant que telle une propriété de l’espace comme forme de notre intuition.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search