Version classiqueVersion mobile

L'idéalisme dans l'infinitésimal

 | 
Julien Bernard

Chapitre I. Le contexte intellectuel de la formation de Weyl

4. Annexe : textes de Weyl sur ses rapports à la philosophie

Texte intégral

  • 1 Michel Alain, « La fonction de l’histoire dans la pensée mathématique et physique d’Hermann Weyl » (...)

1Nous présentons ici la traduction des deux seuls textes d’Espace-Temps-Matière où Weyl thématise sa conception des rapports entre la philosophie, les sciences exactes, et leurs histoires respectives, à propos du cas particulier de la notion d’espace. Ces traductions étaient trop longues pour figurer en note de bas de page. Elles sont d’Alain Michel1. Nous les reproduisons de par leur importance pour la compréhension globale des rapports que Weyl entretient avec la philosophie.

  • 2 Weyl Hermann, Raum-Zeit-Materie, 4e édition, op. cit., p. 133-134.

2Le premier texte traduit apparait dans la quatrième édition de l’ouvrage2. Il clôt le chapitre II, et donc la partie purement mathématique de l’ouvrage. En fonction de la répartition des rôles que Weyl attribue aux mathématiques et à la physique, on y trouve le cœur des composantes a priori (« essentielles » préfère dire Weyl ci-dessous) de la notion d’espace. Voici la traduction :

Les recherches sur l’espace qui ont été menées dans ce chapitre II ont paru à l’auteur offrir un bon exemple de l’analyse de l’essence [Wesenanalyse] qui forme l’objet de la philosophie de Husserl, un exemple typique des cas dans lesquels nous considérons des modes non immanents. Le développement historique du problème de l’espace montre à quel point il est difficile aux êtres humains englués dans la réalité extérieure d’atteindre une conclusion déterminée. Une longue phase de l’évolution mathématique, à savoir le grand développement de la géométrie d’Euclide à Riemann, la découverte des faits physiques de la nature et de leurs lois à partir de Galilée, en même temps que les impulsions incessantes données par de nouveaux faits empiriques, finalement le génie de grands individus – Newton, Gauss, Riemann, Einstein – tous ces facteurs étaient nécessaires pour nous libérer des caractéristiques extérieures, accidentelles, non essentielles, qui autrement nous auraient maintenus captifs. Il est certain que, une fois qu’elle a adopté le véritable point de vue, la raison s’inonde de lumière, reconnait et juge ce qui lui est en soi intelligible. Cependant, bien que la raison soit, pour ainsi dire, toujours consciente de ce point de vue dans tout le développement du problème, elle n’a pas le pouvoir de pénétrer en lui par illumination. On doit adresser ce reproche à l’impatience de ces philosophes qui croient décrire adéquatement l’essence (le mode d’existence) à partir de simples actes de présentation typique [exemplarischer Vergegenwärtigung]. Ils ont raison en principe. Mais combien ils ont tort, si on se place du point de vue de la nature humaine ! Le problème de l’espace est en même temps un exemple très instructif de cette question de phénoménologie qui semble à l’auteur de la plus grande importance, à savoir dans quelle mesure la détermination des traits essentiels perceptibles dans la conscience exprime la structure particulière du domaine d’objets présentés, et dans quelle mesure elle relève d’une simple convention.

3On perçoit dans ce passage de nombreux traits de la pensée de Weyl qui ont été rapportés dans notre paragraphe I.2 :

  • L’appel à la phénoménologie husserlienne pour penser son travail conceptuel sur le problème de l’espace.
  • La faiblesse de la nature humaine qui ne nous permet pas de saisir immédiatement au sein de notre notion d’espace ce qui est « essentiel » et ce qui relève de conventions, de circonstances accidentelles, etc. Le terme « essentiel » renvoie ici aux composantes a priori de la notion d’espace.
  • Enfin, on y voit le recours à l’histoire des sciences pour pallier l’insuffisance de la nature humaine. La fin du texte donne les clefs pour concilier la forme d’idéalisme que défend Weyl, et son pragmatisme historique qui le pousse à toujours partir du développement concret des sciences. L’idée est simplement que le développement historique de la science épure progressivement les notions fondamentales (espace, temps, matière) des aspects conventionnels ou accidentels dont elles étaient pourvues. À la fin de ce processus d’épuration, il ne reste que la partie essentielle (a priori) que la raison reconnait après coup comme lui étant immanente. Alors, à l’issue de ce mouvement historique d’épuration, « la raison s’inonde de lumière ».
  • 3 Weyl Hermann, Raum-Zeit-Materie, 1re édition, op. cit., p. 2.

4Le deuxième texte est extrait de l’introduction et apparait dès la 1re édition3 :

La philosophie, les mathématiques et la physique ont chacune une part dans les problèmes qui se présentent ici. Nous nous intéresserons avant tout à l’aspect mathématique et physique de ces questions. Je ne toucherai que superficiellement aux implications philosophiques, pour la raison simple que, dans cette voie, on n’a rien atteint de définitif, et que, pour ma part, aux questions épistémologiques qui se posent, je ne suis pas en mesure de donner les réponses que ma conscience m’autoriserait à soutenir. Les idées développées dans cet ouvrage ne sont pas le résultat d’une spéculation sur les fondements de la connaissance philosophique, mais elles ont été développées dans le cours ordinaire du traitement de problèmes physiques concrets – problèmes qui ont émergé dans le développement de la science, un développement rapide qui a fait explosé l’ancienne coquille devenue trop étroite. Cette révision des principes fondamentaux ne fut entreprise que plus tard, et seulement dans la mesure exigée par les idées nouvellement formulées. Dans l’état actuel des choses, il n’y a pas d’autre alternative pour les différentes sciences que de procéder dogmatiquement selon leur propre voie, c’est-à-dire de suivre avec confiance les chemins dans lesquels des motifs raisonnables, propres à leurs méthodes particulières et à leurs limites spécifiques, les ont conduites. La tâche de porter la lumière philosophique sur ces questions est cependant une tâche importante, parce qu’elle est radicalement différente de celle qui revient à l’ensemble des sciences individuelles. C’est ici que le philosophe doit exercer son droit de regard (jugement). S’il ne perd pas de vue les frontières que tracent les difficultés immanentes à ces problèmes, il peut guider, mais il ne doit pas entraver le progrès des sciences dont le champ est limité au domaine des objets concrets.
Néanmoins, je vais commencer par quelques réflexions de caractère philosophique [...].

5Ce texte illustre avec force le double discours de Weyl qui, d’une part, prend acte de l’émancipation des sciences individuelles à l’égard de la philosophie pour ne pas être « entravées » et, d’autre part, indique que cet état de fait est peut-être seulement dû à une immaturité de la réflexion philosophique qui devrait, de droit, précéder la science. Weyl indique bien qu’il a pris le seul chemin valable dans l’état actuel des choses : poser les problèmes philosophiques en partant des résultats et questions concrets posés par l’avancée des sciences. Weyl semble regretter cet état de fait et insiste sur la tâche singulière qui est celle de la philosophie. Il ne se prononce cependant pas définitivement sur la possibilité que cette forme de « retard » de la philosophie sur les sciences puisse s’estomper dans un futur plus ou moins proche, ou s’il est le résultat inévitable d’une différence essentielle entre les modes de rapports à l’histoire de ces deux champs du savoir.

Notes

1 Michel Alain, « La fonction de l’histoire dans la pensée mathématique et physique d’Hermann Weyl », in Kairos, n° 27 (« Monde de la vie et histoire »), 2006, p. 212 et 215.

2 Weyl Hermann, Raum-Zeit-Materie, 4e édition, op. cit., p. 133-134.

3 Weyl Hermann, Raum-Zeit-Materie, 1re édition, op. cit., p. 2.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search