Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de nobles et de bourgeois

 | 
Jean Duma

Entre affirmation et déclassement

Revers de fortune : appauvrissement et déclassement dans la mercerie parisienne de la fin du xviie siècle à la Révolution

Laurence Croq

Texte intégral

  • 1 Les périodes de crise économique sont les années 1679-1681, 1689-1694, 1715-1716 (« probablement la (...)
  • 2 Sur la mercerie et les merciers parisiens, les publications sont très nombreuses car ils bénéficien (...)
  • 3 Coquery Natacha, La Boutique à Paris au xviiie siècle, habilitation à diriger des recherches, juin (...)
  • 4 Antonetti Guy, « La crise économique de 1729-1731 à Paris d’après les réglements de faillites », op (...)
  • 5 Demars-Sion Véronique, « Contribution à l’histoire de la faillite : étude sur la cession de biens à (...)
  • 6 Revel Jacques, « Les corps et communautés », in The French Revolution and the Creation of Modern Po (...)
  • 7 Turrel Denise, « Le juge et le bonnet vert : les valeurs des notables urbains au Grand Siècle », in(...)
  • 8 Sur les séparations de biens, voir Savoie Sylvie, « La rupture du couple en Nouvelle-France : les d (...)
  • 9 de Certeau Michel, « La formalité des pratiques. Du système religieux à l’éthique des Lumières (xvi (...)
  • 10 Ces réflexions s’inscrivent dans la continuité de celles présentées dans Croq Laurence, « Les front (...)
  • 11 « requête... présentée [au prévôt des marchands et aux échevins en 1629] par le corps des marchands (...)

1Les aléas de la conjoncture économique1, la mauvaise tenue des comptabilités et le recours habituel au crédit expliquent la fragilité des commerces, tout particulièrement dans la mercerie parisienne2. Les procédures mises en œuvre par les créanciers pour obtenir le recouvrement des sommes avancées comprennent souvent un acte d’atermoiement (échelonnement de son remboursement) et une remise au débiteur d’une partie de sa dette. Elles impliquent donc rarement la renonciation au commerce quand il s’agit d’un premier accord3. Mais les marchands surendettés ne peuvent pas toujours respecter l’échéancier et doivent de nouveau convoquer leurs créanciers. Au bout du compte, ils doivent alors céder tous leurs biens, meubles et immeubles, marchandises et dettes actives pour solder leur dette. Ainsi, François Vingtant déclare en 1729 un passif de 241 262 £ pour un actif de 220 000 £. De sa retraite secrète, il donne procuration à sa femme pour qu’elle traite avec ses créanciers, elle obtient une remise des deux tiers de la dette, et le paiement du troisième tiers en un an et demi. Mais le 24 avril 1730, le contrat d’atermoiement est remplacé par un abandon de biens. Les créanciers se paient sur la totalité des marchandises, argenterie et créances, plus la moitié des meubles4. Les faillites5 sont donc plus nombreuses que les cessations d’activité forcées. Celles-ci contraignent les marchands de facto sinon de jure à sortir du corps de la mercerie6, et, jusqu’à la fin du xviie siècle, à porter un bonnet vert7, marque d’infamie qui disparaît au temps des Lumières ; les séparations de biens8 sont affichées au consulat. Quels sont les parcours géographiques et sociaux des hommes que leurs banqueroutes empêchent de poursuivre leur activité commerciale, même sous le nom de leur femme, car ils ont été obligés de faire abandon de leurs marchandises et biens à leurs créanciers ? Ils sont moins documentés que les ascensions sociales, mais le travail de glanage dans les archives notariées a permis de constituer un corpus d’une centaine de merciers et de voir comment, sous la contrainte (et quand ils ont résisté au désespoir), ils inventent leur nouvelle place dans la société. L’optique est comparative. Contrairement à l’historiographie qui identifie l’identité nobiliaire à l’être et celle de la bourgeoisie à l’avoir (la richesse) et au faire9, cette étude postule que l’identité de chaque groupe social associe les trois, mais selon des modalités différentes ; le capital social personnel d’un acteur intègre bien sûr son capital symbolique, mais il peut être décomposé en capital culturel (une aptitude professionnelle, un savoir-être à la cour), capital économique et capital familial10. L’honneur des nobles ruinés et pauvres n’est pas atteint par les contingences économiques des fortunes, les enfants peuvent se marier en se mésalliant, c’est-à-dire en apportant un beau nom, une famille ancienne tandis que le conjoint sera très largement doté. Les grands nobles privés de fonctions politiques par le développement de l’absolutisme n’en continuent pas moins de dominer la société par leur nom, leur fortune. Ceux qui ont des charges mais sont très endettés voire dont les biens sont gérés par une direction de créanciers continuent à tenir le haut du pavé. Les magistrats comme les nobles d’épée ne sont pas mis au ban de la société car seul leur capital économique a été affecté, ils conservent leurs capitaux symbolique, culturel et familial. Qu’en est-il dans la marchandise, en particulier dans la mercerie parisienne ? Les merciers sont entre 2 500 et 4 000 au xviiie siècle. Ce sont des notables potentiels, car ils font partie avec les drapiers, les épiciers, les orfèvres, les bonnetiers et les pelletiers des Six Corps parmi lesquels que sont recrutés nombre de marguilliers, d’échevins et de consuls. Un petit nombre d’entre eux sont effectivement élus à ces charges11, ils constituent l’élite socio-politique de la ville. Les plus importants travaillent dans le secteur du luxe, en particulier vestimentaire (marchands de soie, de dentelles, de galons), les moins riches sont de petits bourgeois tenant boutique, intégrés dans leur quartier. Les hommes sont déjà à la tête d’un commerce quand ils prennent femme, l’alliance leur permet d’augmenter le volume de leurs affaires sans recourir au crédit, elle leur procure aussi une force de travail. Le mari dirige le commerce, mais sa bonne marche repose sur le travail et l’argent du couple. Quand il est obligé de s’absenter pour un voyage d’affaires, il fait établir devant notaire une procuration déléguant à sa conjointe la responsabilité de la gestion du commerce. Les veuves dirigeant seules des entreprises sont rares, elles sont en général associées à un fils ou à un gendre. La marchandise n’est pas une profession de solitaire. Les faillites frappent les notables comme les tout petits merciers.

  • 12 Il ne s’agit pas d’une enquête sur les faillites, nous n’avons pas consulté les dossiers conservés (...)

2Les actes des notaires et des commissaires au Châtelet nous renseignent sur les pertes subies par les merciers et leurs familles, les mobilités géographiques et sociales qu’elles induisent, et les conséquences sur les couples et les enfants12.

Capitaux économiques et symboliques

3La diminution drastique des capitaux économiques va de pair avec celle du capital symbolique.

  • 13 Voir sur ce sujet, Croq Laurence, « La vie familiale à l’épreuve de la faillite : les séparations d (...)
  • 14 Anne Milleret veuve de François Maroy, créancière de la succession en vertu de la sentence de sépar (...)
  • 15 La sentence de séparation du 24 juillet 1723 et le procès-verbal de vente des biens du 26 septembre (...)
  • 16 Arch. nat., MC, X 339, 16 septembre 1719, rétablissement de communauté entre Pierre Monnory, marcha (...)
  • 17 Arch. nat., Y 15052 B, 28 octobre 1748, scellés après le décès de Marguerite Deneux veuve Jean Peng (...)

4Un failli doit payer ses créanciers, c’est-à-dire les dettes qu’il a contractées dans le cadre de sa vie professionnelle. Après que le Châtelet a rendu une sentence de séparation de biens, il doit aussi restituer la dot de sa femme et les héritages qu’elle a touchés depuis son mariage. Pour ce faire, ses biens sont vendus aux enchères. Si la procédure apparaît simple, sa mise en œuvre rencontre de multiples difficultés13. Les réticences à l’exécution de la sentence apparaissent de plusieurs façons : la vente n’est pas réalisée14, elle est retardée15, quand ce n’est pas l’épouse qui rachète les biens de son mari et les met à sa disposition16. Et les épouses ne réussissent pas forcément à récupérer leur fortune, ce qui les contraint à intervenir quand les parents dont leur mari est héritier décèdent : en 1748, Marie Anne Baudeau épouse de Jean Pingore demande au commissaire d’apposer les scellés sur les biens de sa belle-mère car elle « est créancière de son mari » ; en 1753, Mme Lachaise intervient dans la succession de son beau-frère « comme cessionnaire de tout ce qui pourra revenir à son mari » ; en 1783, Elisabeth Sabatault, dotée de 60 000 £ lors de son mariage avec Duboc en 1762, est présente lors de l’apposition des scellés sur la succession de sa belle-mère, elle rappelle que son époux lui doit encore 48 250 £17. Les rétablissements de communauté sont beaucoup plus rares que les séparations, et cantonnés aux mariages célébrés avant 1740. Les rares acteurs qui peuvent le faire semblent vouloir abolir le temps qui s’est déroulé depuis la séparation, même symboliquement. Quand Pierre Charpentier rétablit la communauté en 1751, cela fait 36 ans qu’il se présente habituellement dans les actes notariés comme « munitionnaire » ou comme « ancien valet de chambre du roy » ; il fait rayer cette dernière qualité et indiquer dans la marge « marchand bourgeois de Paris » qualité qu’il prenait entre son mariage en 1708 et sa faillite en 1715.

5La faillite met aussi à mal l’honneur du commerçant, c’est-à-dire concrètement son crédit dans la communauté marchande. Philbert Bignon raconte ainsi ses malheurs :

  • 18 Factum pour Philbert Bignon, marchand mercier à Paris..., 1722. BNF, FOL-FM-1481.

En 1715, l’intimé fut obligé par le malheur des temps&la grandeur de ses pertes de composer avec ses créanciers, qui lui firent une remise du quart,&lui donnèrent du temps pour payer le reste…
L’appellant, devenu plus libre du costé de ses créanciers par les paiements qu’il leur avait faits, voulut rétablir son ancien crédit18.

6Voilà pour un marchand ordinaire. Même s’il rembourse intégralement ses créanciers et réussit à « rétablir son ancien crédit », il ne pourra d’exercer des charges de notabilité :

  • 19 Préambule de l’édit de juin 1706. Voir aussi le mémoire du Bureau de la Ville à M. Amelot envoyé le (...)

Le moindre soupçon ou contrat d’atermoiement [...] suffisent toujours pour exclure ceux qui pouvaient prétendre à la qualité d’échevin19.

  • 20 Registre des délibérations et ordonnances des marchands merciers de Paris 1596- 1696. Manuscrit inc (...)

7Quand les difficultés financières apparaissent alors que le mercier exerce déjà une responsabilité dans un lieu de pouvoir urbain, l’ordonnance du commerce de 1667 lui impose d’abandonner toutes ses charges. Des gardes de la mercerie démissionnent ainsi d’eux-mêmes : Antoine Quiquebouf, grand garde, demande le 4 octobre 1680 à être relevé de ses fonctions à cause de son grand âge et de ses incommodités, en fait, il est mal dans ses affaires et plusieurs sentences ont déjà été rendues contre lui20.

  • 21 Réflexions des conseillers de ville et des quartiniers sur la lettre de M. Amelot du 9 mars 1777, A (...)
  • 22 Arch. nat., K 989, n° 84, lettre du 27 juillet 1703.
  • 23 Arch. nat., H 1930, minutes de l’Hôtel de Ville de Paris.

8Pour les échevins,a priori, la situation est la même, puisque « le moindre soupçon connu sur (leur) conduite et (leur) honneur » pouvait les contraindre à la démission21. Mais certains résistent. Philippe Henrion, conseiller de ville depuis 1700, se plaint en 1703 : il explique ses difficultés financières dues à la guerre, il affirme qu’il a réglé ses créanciers à l’aide de sa famille, regrette de ne pas être invité aux cérémonies de la ville... et demande à être réintégré dans ses droits et honneurs22. Il ne vendra son office qu’en 1708. Jean-Baptiste Joseph Gayot, conseiller de ville à la suite de son père depuis 1700, fait intervenir en sa faveur Pontchartrain : le 28 mars 1714, le contrôleur général des finances envoie une lettre à la municipalité où il explique que Gayot est chargé du privilège exclusif du commerce du castor de Canada, que le roi lui a accordé deux arrêts de surséance à l’occasion de ce commerce, et que Gayot a acquitté pour près de 2 millions de dettes dont la colonie était chargée23. La recommandation du ministre est moins forte que la pression sociale, Gayot vend son office au mois d’août suivant. Les officiers de justice semblent moins contraints (l’élection du notaire Clément-Denis Poultier est repoussée d’une année à cause de l’état de ses affaires en 1763).

  • 24 Chaudron a appris que « le sieur Aubry l’un de ses créanciers abusant du malheur qui venait de lui (...)

9La majorité des banqueroutes semblent subies par les marchands, le parlement ne sanctionne que rarement les faillites frauduleuses. Les créanciers qui en accusent un failli peuvent obtenir son emprisonnement24, les marchands s’en défendent en expliquant les raisons de leur faillite.

10La faillite peut toucher des notables au faîte de leur carrière dans les institutions urbaines, elle affecte aussi bien sûr des hommes plus modestes qui se sont établis et mariés avec quelques milliers de livres, des fils de maîtres comme des hommes reçus par suffisance.

Un déclassement réel mais limité

  • 25 Postel se dit « intéressé dans les affaires du roi ». Arch. nat., MC, LXXII 142, 6 août 1696, bail. (...)
  • 26 Arch. nat., MC, XCIX 510, 9 août 1751, inventaire après décès d’Anne Houel épouse de Jean-Baptiste (...)
  • 27 Kaplan Steven L., Les Ventres de Paris. Pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime(...)
  • 28 Arch. nat., MC, XCIX 504, 22 octobre 1749, transport de rente par Louis Barnabé Roussel, cy devant (...)
  • 29 Factum pour Philbert Bignon, marchand mercier à Paris, op. cit.
  • 30 Arch. nat., MC, XVIII 550, 13 décembre 1739, mariage Drelly-Sarrazin.
  • 31 Arch. nat., MC, notaire Benard, 31 mars 1737, mariage Dubois-Lutton. Y 9045, 20 novembre 1743, sent (...)
  • 32 Arch. nat., MC, LXVII 594, 14 août 1755, inventaire après décès de MarieMadeleine Bingant épouse de (...)
  • 33 Arch. nat., MC, CI 449, 23 décembre 1751, procuration par Pierre Chrysostome Grimprel, employé dans (...)
  • 34 Arch. nat., MC, CXV 539, 18 mars 1743, inventaire après le décès de Louis Poirier, mercier ; un de (...)
  • 35 Arch. nat., MC, XXVIII 375, 2 septembre 1761, depôt de procuration par un bourgeois de Marseille à (...)
  • 36 Arch. nat., MC, CV 1271, 23 avril 1760, inventaire après décès de Jean Baptiste Crose, mercier [reç (...)
  • 37 En 1789, il se présente comme « chirurgien major des hôpitaux de la marine du roi ». Arch. nat., Y (...)
  • 38 Arch. nat., MC, CXII 725, 1er juin 1761, dépôt d’une procuration établie à Düsseldorf par Nicolas D (...)
  • 39 Louis de Baran, ancien gendarme du roi et ancien marchand mercier [reçu fils de maître en 1757], es (...)
  • 40 Crow Thomas, L’Atelier de David. Émulation et Révolution, Paris, Gallimard, 1997, p. 17-18.
  • 41 Louis Maurice David, employé dans les aides, absent, est un des héritiers de son oncle. Arch. nat., (...)
  • 42 Arch. nat., MC, CVIII 519, 16 février 1757, autorisation et procuration. CVIII 525, 19 mai 1758, re (...)
  • 43 Marraud Mathieu, De la ville à l’État. La bourgeoisie parisienne xviie-xviiie siècle, Paris, Albin (...)
  • 44 Arch. nat., MC, LXXXVI 690, 1 er juin 1761, quittance, délai et délégation.
  • 45 Gazon de Maisonneuve, failli en 1731, est « agent des plaisirs du fermier général La Poupelinière » (...)
  • 46 Arch. nat., MC, XCVIII 538, 8 juin 1757, procuration par Sauveur Boucher, écuyer ancien officier du (...)
  • 47 Sur les identités, voir Identités, appartenances, revendications identitaires (xvie-xviiie siècle),(...)

11L’avenir professionnel des faillis révèle les savoirs et les compétences maîtrisés par ces anciens marchands. Au mieux, ils deviennent des hommes d’affaires (Postel, Charpentier25) ou de modestes financiers (Jacquot de Villeneuve26). Ces parcours sont comparables à celui de Nicolas-Louis Martin, riche marchand de grain de la Halle qui devient, après sa faillite, facteur en grains puis courtier à la farine27. L’acquisition d’une petite charge évite de se dire « bourgeois de Paris » (Roussel, Bance et Faucquet, Vallery28). Certains deviennent marchands à l’étranger ou dans les colonies, sans doute dans l’espoir de revenir une fois fortune faite : Bignon est à Cadix de 1718 à 172229, Sarrazin est de 1734 à son décès en 1752 à Saint-Domingue30, île où Dubois est aussi parti en 174931. Ces hommes conservent apparemment leur indépendance économique. Mais, au xviiie siècle, la majorité devient salarié comme employé dans une manufacture (Ruel32), dans les affaires du roi (Pinot, Grimperel33), dans les fermes (deux David, Poirier, Brion, Duhuquette, Tixier34), dans une administration royale (Roux Gandil35) ou dans les services de l’armée (Crose36, Delavaud37, Decaudin38). Un seul s’engage pour combattre (Baran39). Le parcours de Louis-Maurice David, père du peintre néo-classique, illustre bien ces reconversions, même si son interprétation traditionnelle est erronée : il aurait « acheté la charge de commis aux aides du département de Beaumont », ce qui représenterait « une voie normale d’accession à la noblesse pour les familles ambitieuses de condition moyenne40 ». En fait, le père de David a liquidé son commerce avant de quitter Paris pour exercer un petit emploi salarié dans une administration fiscale au début de l’année 1756, son épouse Marie Geneviève Buron a déposé le 8 juillet sa demande de séparation, laquelle a été prononcée le 29 décembre41. De passage à Paris en février 1757, il lui passe procuration pour qu’elle perçoive l’héritage de ses parents, il décède à BeaumontAugeenAuge au mois de décembre et son fils renonce à sa succession en mai 175842. Ces exemples s’ajoutent à ceux repérés par Mathieu Marraud : Morisse finit sa vie « en gérant les affaires parisiennes d’un grand chambellan polonais, qui le rémunère grassement, et en servant encore de courtier, à l’occasion, pour son beau-frère » ; Louis Judde devient à 60 ans « commis de premier ordre » de la Compagnie des Indes à Lorient, Pierre-Louis Judde « salarié de son père », et Louis-Nicolas Judde sous-garde des magasins de la compagnie des Indes à Pondichéry43. Devenir salarié dans une administration est moins humiliant que de devenir domestique. L’ancien failli qui n’a pu échapper à ce type de condition tente de masquer sa dépendance : Antoine Dumontier se présente comme « ancien marchand mercier actuellement praticien au Châtelet », dans les faits, il est le commis d’un huissier et d’un commissaire priseur au Châtelet44. Même ceux qui exercent des responsabilités importantes pour le compte d’un riche particulier le taisent : Gazon qui est au service du fermier général La Poupelinière se présente comme « ancien marchand bourgeois de Paris45 ». Rares sont ceux qui portent des titres de complaisance (Boucher et Charpentier46). Parfois aussi l’ancien marchand est désigné ou il se désigne seulement par son nom et son prénom auxquels est accolé au mieux « bourgeois de Paris », ce silence sur l’ancienne appartenance corporative ne facilite pas les recherches. Ces jeux sur les identités déclarées trahissent la souffrance sociale née du décalage entre l’identité choisie qui se rattache à un passé révolu et l’identité assignée qui résulte de l’amoindrissement de la fortune et de l’exclusion de la notabilité47.

  • 48 Ainsi, Thomas Tardif habite quasiment toute sa vie dans la rue Saint-Denis (en 1669-1672, 1679-1706 (...)
  • 49 Le conseiller de ville Henri Michel Paulmier demande à pouvoir s’absenter une année pour aller en A (...)
  • 50 Arch. nat., MC, CXII 683, 18 octobre 1740, notoriété.
  • 51 Arch. nat., MC, LXXV 619, 8 et 18 juillet 1751, notoriétés.
  • 52 « Marguerite Marolles, du village d’Antoni, avoit épousé, en 1753, Hubert Martinet [reçu fils de ma (...)
  • 53 Arch. nat., CXVII 381, 23 juillet 1731, renonciation par Marie Claude Chardin épouse de Claude Mich (...)
  • 54 Arch. nat., MC, LVII 540, 12 août 1778, liquidation : Pierre Desclers, bourgeois de Paris, est le f (...)
  • 55 Arch. nat., MC, XXIV 689, 19 juillet 1742, dépôt du testament de Marguerite Foucault par Catherine (...)

12La mobilité géographique va de pair avec la mobilité sociale pour une partie des faillis. Elle succède à un enracinement dans un quartier qui n’excluait des formes de micro-mobilité48 et allait de pair avec des voyages d’affaires49. Après la faillite, la majorité des anciens merciers restent à Paris. Les départs sont parfois liés aux projets de reconversions professionnelles, mais la mort n’attend pas toujours leur mise en ouvre : en 1730, Jacques Seraphin Courtois s’est embarqué en Angleterre sur un vaisseau anglais pour aller aux îles de Saint-Domingue, le vaisseau a mouillé à l’île de la Jamaïque où Courtois s’est trouvé incommodé « à cause de laquelle incommodité il est resté chez le sieur Galdy banquier français où il est mort50 ». Des faillis cherchent aussi délibérément à brouiller les pistes et à se faire oublier. Il faut deux actes de notoriété pour établir que Jean-Baptiste Alexandre Duplessis, reçu mercier par suffisance en 1736, parti aux îles via Dieppe et Le Havre en février 1749, « avait formé le dessein aussitôt son départ de Paris de changer de nom » et qu’il ne forme qu’une seule et même personne avec Jean-Baptiste Legrand, natif de Lyon, inhumé sur la paroisse Saint-Louis de la ville du Fort Royal île de la Martinique le 21 septembre 174951. Hubert Martinet se fait passer pour mort à Amsterdam52, trois maris sont absents sans que leur adresse soit connue53, et personne ne sait ce que Dubois est devenu une fois parvenu à Saint-Domingue. Partir en province ou dans un pays frontalier ne signifie pas forcément disparaître sans laisser de nouvelles. Jean-Pierre de Varennes est à Hambourg en 1778, en Ukraine en 178154. Ceux qui partent en province gardent un contact avec leur famille, même épisodique (Brion, Duhuquette, Foucault, Dairaines, Lachaise, Darget et Belichon55).

Couples sous tension

  • 56 Arch. nat., Y 11125, 16 avril 1697, scellés après le décès de Jean Vinx.
  • 57 Arch. nat., Y 9044, 23 mars 1743, sentence de séparation de biens ; MC, XXVII 302, 4 mai 1761, inve (...)
  • 58 En 1789, Anne Louise Desvantes demeure rue Jean de l’Epine, Delavaud rue des Francs-Bourgeois. Angé (...)

13Les couples mariés avant 1740 continuent à vivre ensemble dans leur grande majorité. Dans leurs domiciles, leurs biens sont mêlés ou bien le maigre mobilier des hommes est regroupé à part : à la mort de Jean Vinx en 1697, son épouse déclare au commissaire que les effets du défunt sont regroupés dans un cabinet56 ; il en est de même pour ceux de Jean Henri Marchand (marié en 1704) en 1735, de Charles Robert Jobert (marié en 1721) et de Jean-Baptiste Douceur (marié en 1734) en 176157. Seule la moitié des ménages unis après 1740 cohabitent. Les épouses qui n’ont pas récupéré leurs dots malgré la séparation de biens habitent Paris et ont une résidence différente de leur époux : Marie Anne Baudeau vit chez son père, Pierre Lachaise est à Villeneuve les Avignon, et Jean-Jacques Belichon finit sa vie chez le curé de Saint-Laurent de Michery dans le diocèse de Sens. Cinq autres couples sont Parisiens mais ont des domiciles séparés58. La mobilité géographique des hommes n’est donc pas la seule responsable. La localisation du domicile des conjoints est un indice intéressant de la qualité de leurs relations, mais leur séparation n’implique pas de rupture. Marie Thérèse Boyer paie le loyer de la chambre de son époux qu’elle a meublé avec quelques affaires personnelles. Surtout, même si la justice autorise les épouses séparées de biens de leur mari à agir sans requérir son autorisation, nombre d’entre elles s’en prévalent quand elles passent un acte notarié qui engage leur fortune : si le mari réside à Paris, il décline ses qualité et domicile et signe l’acte ; s’il est dans les colonies ou en province, il a fait rédiger devant le notaire local une procuration qui autorise son épouse à agir. Dans les cas contraires, la séparation est non seulement mentionnée, mais la date de la sentence est indiquée et l’autorisation de la justice dûment spécifiée. Le modèle social dominant reste donc celui de l’épouse agissant avec l’accord de son mari, ce qui relativise l’autonomisation des femmes séparées.

  • 59 Arch. nat., Y 14572, 11 août et 28 octobre 1782, plaintes déposées par Marie Madeleine Delangle épo (...)
  • 60 Arch. nat., MC, LXIV 341, 28 novembre 1751, dépôt du testament olographe de Marie Anne Dalimbre veu (...)
  • 61 Arch. nat., MC, LXX 410, 17 juillet 1761, testament.

14Celle-ci est pourtant réelle, qu’elles aient conservé ou non des relations correctes avec leur époux. Car le mari qui trouve à s’employer le fait pour lui seul, et il en tire des revenus faibles. En attendant, elles sont souvent contraintes de travailler pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants. Elles tirent alors profit de la solidarité de leurs parents pour trouver un travail. Marie-Madeleine Delangle, récemment séparée de biens de son mari, se fait « loueur de carrosses à la place de son père59 ». Anne Louise Desvantes travaille avec son père dans sa boutique de mercerie, puis reprend son commerce à son décès. La mère et le beau-père de Françoise-Elisabeth Labatte lui transportent la gestion de la location des chaises dans l’église du couvent des carmes déchaussés de la rue de Vaugirard qui leur avait été concédée. Les femmes les plus isolées se tournent aussi vers les activités de service. Mme Corre gère un petit commerce de mercerie dans une boutique du palais de justice ; en 1751, ayant des difficultés à payer son loyer, elle s’associe pendant trois ans avec un chirurgien et son épouse qui apportent 1 500 £, à charge pour les deux femmes de tenir la boutique. MarieleineMadeleine Delangle, après que son époux l’a contrainte à vendre le commerce de location de carrosses, tient « un petit commerce de mode dans l’enclos de l’abbaye de Saint-Germain où elle [occupe] une échoppe ». Marie Anne Dalimbre est présentée comme « ouvrière en linge » et veuve de Denis Guy Pradat « gagne-deniers60 », mais, avec un couple de « bourgeois de Paris », elle est aussi principale locataire d’une maison dont elle occupe quatre pièces et une petite boutique. Une fois veuves, rares sont celles qui se remarient : Claude Fleury veuve Pierre Darget, qui est décédé totalement démuni à La Rochelle, épouse ainsi Pierre Raymond Dumartin, commissaire de la marine, mais elle reconnaît dans son testament que ses « biens ne consistent qu’en mobilier qui est modique61 ». Ces femmes restent au-dessus de la frontière symbolique qui sépare les chefs d’entreprise des salariés. Les plus appauvries disparaissent probablement de nos sources.

Et les enfants ?

  • 62 . Favre-Lejeune Christine, Les Secrétaires du roi de la grande chancellerie de France. Dictionnaire (...)
  • 63 Vente maison 3 juin 1756 (XCVIII-534) par les enfants de Sauveur Boucher, officier du roi d’Espagne (...)

15La reproduction sociale est donc rare, le déclassement, même léger, est rarement évitable. Si les enfants ont été établis avant la faillite, leur avenir est moins compromis que s’ils sont encore mineurs. Le couple Parastre avait marié une de ses filles en 1717 avec une dot de 10 000 £, leur petit-fils JeanBaptiste-Denis Nesme sera munitionnaire général des vivres puis secrétaire du roi en 176462. Antoine Sauveur Boucher devient maître particulier des Eaux et forêts de Tours63. Le sauvetage de la fortune maternelle induit au mieux une mobilité horizontale. Le fils Vinx est teinturier, ce qui lui assure son indépendance économique, mais l’empêche de devenir un notable (les teinturiers ne font pas partie des Six Corps et sont donc exclus de la grande majorité des lieux de pouvoir parisiens). Les deux garçons de Charpentier sont des hommes d’affaires, comme leur père.

  • 64 Ils s’ajoutent à Louis-Nicolas Judde qui devient sous-garde des magasins de la compagnie des Indes (...)
  • 65 Arch. nat., MC, VII 334, 8 juillet 1761, inventaire après décès de Jean-Baptiste Douceur. LXXXII 40 (...)
  • 66 Arch. nat., Y 11 340, 10 mai 1762, scellés après le décès de Gazon de Maisonneuve (d’après Cucuel G (...)
  • 67 Généalogie et Histoire de la Caraïbe, n° 37, avril 1992, p. 564.

16Les fils, comme les pères, dédaignent les métiers manuels (un seul devient artisan – Brion tabletier). Ils sont parfois tentés de partir à l’étranger64. En 1743, le Châtelet a prononcé la séparation de biens des parents de Jean Henri Douceur et de Jacques Antoine de Visigny ; au début des années 1760, Jean Henri est employé à la régie de la loterie impériale et royale dans la ville de Bruxelles et Jacques Antoine réside à Vienne en Autriche65. On compte aussi quelques départs en Amérique. Le fils de Gazon de Maisonneuve est parti aux Indes vers 1740, on ne sait ce qu’il est devenu en 176266. Claude Alexandre Duparquier de Grandchamp arrive en Louisiane en 1747, puis se marie ; en 1755, il se présente comme « garde-magasin au fort des Alibamas » ; vers 1762, il s’établit à Saint-Domingue comme « habitant du Cap Français, fournisseur général des troupes de terre et de mer » ; son fils, premier lieutenant au régiment d’artillerie des colonies, se marie à Saint-Malo en septembre 1785 ; Claude Alexandre gagne lui aussi Saint-Malo en 1787, il « deviendra le premier maire républicain de Saint-Servan67 »... Ce bel établissement fait figure d’exception.

  • 68 Arch. nat., Y 14054, 9 mars 1719, scellés après le décès de Marie Madeleine Brillon veuve Denis Pos (...)
  • 69 Il s’est enrichi à la suite de son parcours professionnel, commencé par une inscription au barreau (...)
  • 70 Arch. nat., MC, LXXXIII 610, 2 mai 1782, mariage David-Pecoul.
  • 71 Jean-Baptiste Louvet, dit Louvet de Couvray (1760-1797), est le quatrième et dernier enfant du coup (...)
  • 72 Cottret Monique, « Rousseau transfuge et relaps, itinéraire d’un converti », in Mobilité et transmi (...)

17Les administrations royales servent aussi de refuge : Thomas Denis Postel est « écrivain de vaisseau » ou « commissaire de la marine68 », Jean Henri Marchand est censeur royal pour la jurisprudence en 1752, avocat du conseil de la ferme générale en 1757, enfin conseiller au conseil souverain du duc de Bouillon en 177069, Claude Etienne Darget est secrétaire des commandements du roi de Prusse, puis secrétaire du conseil et garde des archives de l’École militaire. Les professions à fort capital culturel sont aussi investies : la peinture (Jacques-Louis David70), l’architecture (Charles de Wailly), l’écriture (Jean-Baptiste Louvet71). Ces orientations sortent ces hommes de l’anonymat. Alors que leurs pères menaient une vie discrète, ils ont une vie sociale intense, ils sont intégrés dans les conflits politiques de leur époque : dans les années 1750-1760, Marchand est un écrivain engagé dans le camp des anti-Lumières, alors que Darget est un ami de Voltaire ; David et Louvet s’impliqueront dans la vie politique révolutionnaire. Leur parcours social est à cet égard comparable à celui de Jean-Jacques Rousseau72.

  • 73 Louis François Godinot épouse en 1761 sa cousine germaine. Arch. nat., MC, CXV 624, 26 février 1761 (...)
  • 74 Arch. nat., MC, CXII 562, 18 septembre 1753, mariage Godefroy, mercier – Callou : chacun se marie a (...)
  • 75 Arch. nat., MC, LIII 372, 29 avril 1761, mariage Boiston-Huet ; LIII 521, 30 novembre 1775, mariage (...)
  • 76 Arch. nat., MC, LXXXIV 474, 21 janvier 1761, mariage Guibert, pâtisisier – Belval.
  • 77 L’ensemble des apports de l’époux entre dans la communauté, alors que la future épouse n’y met que (...)
  • 78 Arch. nat., MC, XLVI 327, 14 janvier 1751, apprentissage ; 29 janvier 1751, mariage Francey-Boulang (...)
  • 79 Arch. nat., MC, LXVI 534, 3 juillet 1761, dépôt de procuration.
  • 80 Arch. nat., MC, LXXV 629, 13 juillet 1753, vente ; X 511, 7 juillet 1754, mariage Reveillon-Maroy.

18Le célibat est la condition la plus fréquente, nous avons trouvé quatorze mariages (y compris celui du peintre David avec Mlle Pecoul fille d’un entrepreneur de bâtiments). Dans deux cas, l’alliance est contractée entre deux personnes issues de familles de faillis, l’une consanguine73, l’autre non74, ce qui rend peut-être moins douloureux le déclassement. Deux filles convolent avec des officiers du roi, Marie Anne Marguerite Gazon avec Jacques Tailhardat de Perdechat, lieutenant général de bailliage à Montaigut en Combrailles, la fille de Pierre Charpentier avec Pierre-Benjamin Trevet, écuyer chevalier de Saint-Louis, capitaine à Saint-Aubin sur Gaillon. Les plus mal dotés semblent attirés par des conjoints issus de familles d’artistes : Venant épouse la fille d’un sculpteur (un Pajou), la fille de Darget un certain Dangerville, ordinaire de la musique du roi, M lle Huet un sculpteur, Elisabeth Florence Magdelain un maître de clavecin75. Les mariages des filles sont dans leur majorité hypogamiques à cause de la petite dot qu’elles se constituent avec leurs gains et épargnes et quelques maigres héritages76. Mais, même quand les mères ont sauvé tout ou partie de leur fortune, les filles de merciers ruinés qui se marient dans la marchandise épousent des hommes au capital social et économique inférieur au leur. L’écart est sensible quand en 1740, l’orpheline Eleonore Geneviève Courtois est mariée par son oncle, un drapier ou un mercier, avec Louis Blaise de Villiers, mercier fils de mercier mais dont les apports au mariage ne sont pas précisés77. Il est plus important encore dans les trois derniers cas. Le 21 août 1734, Sarrazin autorise son épouse Catherine Marguerite de Baran à marier leurs deux filles par une procuration établie devant un notaire de Saint-Domingue ; cinq ans plus tard, leur fille aînée, dotée de 8537 £, épouse le fils d’un marchand de Rouen qui n’apporte que 3000 £, Catherine Marguerite de Baran a péniblement trouvé un gendre docile qui devienne son associé. La fille de Pierre Boulanger épouse en 1751 Francey, modeste commis qui devient l’apprenti de son père et rachète son fonds de commerce uniquement pour le liquider78 ; dix ans plus tard, Francey est « munitionnaire des vivres à Brest79 ». En 1754, la fille de Maroy épouse Réveillon qui a racheté, l’année précédente, le fonds de commerce de son père failli80 ; la jeune femme est dotée de 8000 £ par ses père et mère selon la formulation du contrat, mais la quittance révèle que la dot a été en fait prélevée uniquement sur la fortune de sa mère. Reveillon, fils d’un simple « bourgeois de Paris » (probablement un domestique), apporte 3000 £ de ses gains et épargnes. Comparons ces mariages au scénario de La brouette du vinaigrier de Louis-Sébastien Mercier (la fille du riche négociant peut épouser le fils méritant du vinaigrier enrichi parce que le père de la demoiselle a fait faillite). Le déclassement subi par les faillis est plus dramatique dans la réalité que dans la fiction, non seulement les promis des filles Sarrazin et Maroy sont d’un rang social inférieur à leurs futures épouses, mais ils sont nettement moins riches.

  • 81 Elle est une des 220 femmes entretenues recensées dans Benabou Erica-Marie, La Prostitution et la p (...)
  • 82 Métayer Christine, Au tombeau des secrets. Les écrivains publics du Paris populaire, xviie-xviiie s (...)

19Les filles célibataires doivent travailler comme leurs frères. Quelques-unes préfèrent devenir des femmes entretenues, telle la fille d’un « marchand mercier mort bon pauvre à Bicêtre81 ». Les autres n’échappent probablement pas à la domesticité ou au travail manuel à l’instar des trois demoiselles Le Saint-Père dont le père était avocat au parlement. Ces ouvrières en modes, installées sous la galerie du charnier des Saints-Innocents, conservaient de leur origine sociale quelques consommations considérées comme extravagantes par une partie de leurs voisins (des vêtements très soignés et des déplacements en carrosses82). Devenues des femmes du peuple économiquement, elles s’en démarquaient en conservant quelques traits de leur habitus bourgeois.

  • 83 À titre de comparaison, voir Fischer Torsten, Y a-t-il une Fatalité d’hérédité dans la Pauvreté ? D (...)
  • 84 Les aumônes distribuées par le corps de la mercerie montent en 1755 à 12 214 £ sur un total de dépe (...)
  • 85 Cahen Léon, Le Grand bureau des pauvres de Paris au milieu du xviiie siècle, Paris, Société nouvell (...)
  • 86 L’hôpital du Saint-Esprit accueille ainsi quelques enfants de merciers. Robin-Romero Isabelle, Les (...)

20L’avenir des autres pères, mères, filles et garçons nous est inconnu. Certains ont sans doute sombré dans la misère et bénéficient de l’assistance réservée aux pauvres honteux en recevant des aumônes83, de la mercerie84 ou de leur paroisse85, ou en étant logé dans un hôpital86. Ils décèdent dans l’anonymat, mais leur dénuement matériel a été atténué par les pratiques urbaines de la charité.

  • 87 Arch. nat., MC, CIX 642, 4 mai 1761, transport de rente : la fille de Jean Pingore est propriétaire (...)
  • 88 Marraud Mathieu, De la ville à l’État. La bourgeoisie parisienne xviie-xviiie siècle, op. cit., p. (...)
  • 89 Arch. nat., MC, XVIII 56, 28 novembre 1760, tontine.
  • 90 Arch. nat., MC, LXXXIII 610, 2 mai 1782, mariage David-Pecoul.

21Celles-ci prennent-elles une place plus importante que les solidarités familiales ? Les ascendants et les collatéraux sont au mieux présents comme témoins lors des mariages, leur solidarité avec les faillis et leurs enfants ne s’exprime pas par une aide financière sous la forme d’une part de dot mais par des legs testamentaires dont la propriété est substituée à leurs enfants : l’objectif est de leur assurer des revenus qui leur permettent de subsister87. Les couples étudiés dans le corpus n’appartiennent pas à des familles autocentrées où les cousins riches secourent les pauvres, ils ne bénéficient pas de dons de parents plus ou moins éloignés qui leur permettraient de se rétablir88. L’exemple du peintre David révèle cependant les limites de nos sources : après le décès de son père, il aurait été pris en charge par ses oncles maternels Buron, sa marraine Marie Françoise David constitue en sa faveur une rente viagère en 176089 ; or dans son contrat de mariage, toute trace de ce soutien familial a disparu, puisque David déclare se marier avec 15 046 £ pour ses tableaux, études de sa composition et meubles et deniers comptants, outre une maison héritée de ses aïeux90. L’absence de détails sur la provenance de la richesse du peintre suggère un souci de discrétion, car, habituellement, les acteurs précisent si les sommes apportées sont des héritages, des avances d’hoirie, le fruit des gains et épargnes, ou bien des donations faites par des personnes dont l’identité et l’adresse sont précisées. Ce silence ne peut être interprété comme une preuve d’indifférence, il vise peut-être à désamorcer des conflits potentiels, comme les clauses de certains testaments qui précisent que les héritiers du testateur ne pourront rien demander pour les nourritures et frais d’hébergement de l’enfant, du petitfils ou de la petite-fille qui vit auprès de lui. C’est peut-être là que se cachent les pratiques d’entraide familiale, non pas sous une forme monétaire, mais en offrant gîte, couvert et éventuellement éducation à ceux qui sont dans la peine, en contrepartie éventuellement d’un travail non rémunéré dans la famille ou dans la boutique.

Conclusion

  • 91 Croq Laurence, « Les chemins de la mercerie, le renouvellement de la marchandise parisienne (années (...)

22Le corps de la mercerie est un organisme intensément renouvelé. Il est alimenté par l’incorporation de nouveaux merciers91 qui compense des flux de sortie, les départs des anciens qui ont choisi de prendre leur retraite ou d’accéder à des fonctions plus estimées (secrétaires du roi…), et de ceux qui sont contraints par leurs créanciers de renoncer au commerce. Quand on compare la situation des marchands et des nobles ruinés, on voit que la supériorité sociale des premiers disparaît très rapidement quand l’avoir et le faire ne soutiennent plus l’être. Les trois sont étroitement liés, au contraire de la noblesse qui peut continuer à être sans faire ni avoir (en tout cas quelque temps). Ainsi peut s’expliquer cette image réductrice du bourgeois comme l’homme qui fait et qui possède. Ceux qui ne supportent pas ce déclassement s’enfuient loin des témoins de leur ancien rang. Les autres deviennent des employés dans des administrations où ils occupent des positions subalternes, leurs fils suivent parfois leurs pas. Mais les uns et les autres, mal dotés en capital économique et familial, inventent leur position sociale grâce à leurs capitaux culturels.

23Il est fascinant de voir le grand nombre d’amortisseurs dans la dégringolade économique et sociale vécue par ces hommes, leurs épouses et leurs enfants. Par de multiples éléments, ils restent au-dessus des milieux populaires : refusant la domesticité et le travail manuel, la prostitution, ils sont au pire des pauvres honteux, c’est-à-dire aidés par les multiples formes de la charité urbaine à laquelle ils contribuaient avant leur déchéance.

Notes

1 Les périodes de crise économique sont les années 1679-1681, 1689-1694, 1715-1716 (« probablement la plus grave du xviiie siècle »), 1730-1731, 1742, 1770... Antonetti Guy, « La faillite dans la pratique notariale à Paris aux xviie et xviiie siècles », in Le Gnomon, septembre 1988, n° 63, p. 8. Antonetti Guy, « La crise économique de 1729 à 1731 à Paris d’après les règlements de faillites », in Études & documents, n° 2, 1990, p. 135-181. Pour une comparaison avec la situation parisienne, voir Dardel Pierre, « Crises et faillites à Rouen et dans la HautedieNormandie, de 1740 à l’an V », in Revue d’histoire économique et sociale, n° 1, 1948, p. 53-71. Chassagne Serge, « Faillis en Anjou au xviiie siècle, contribution à l’histoire économique d’une province », in Annales ESC, n° 25-2, mars-avril 1970, p. 477-497.

2 Sur la mercerie et les merciers parisiens, les publications sont très nombreuses car ils bénéficient de recherches des historiens de l’économie et de l’art dont les problématiques recoupent partiellement les nôtres. Duru Léon et Vidal Pierre, Histoire de la corporation des marchands merciers, grossiers, joailliers, le troisième des six-corps des marchands de la ville de Paris, Paris, Honoré Champion, 1912. Verlet Pierre, « Le commerce des objets d’art et les marchands merciers de Paris au xviiie siècle », in Annales ESC, n° 13, 1958, p. 10-29. Kaplan Steven L., « The luxury guilds in Paris in the eighteenth century », in Francia, 1981 (9), p. 273-295. Sargentson Carolyn, Merchants and Luxury Markets : The Marchands Merciers of Eighteenth-Century Paris, London, Victoria and Albert Museum in association with the J. Paul Getty Museum, 1996. Glorieux Guillaume, À l’enseigne de Gersaint. Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont Notre-Dame (1694-1750), Seyssel, Champvallon, 2002. Bouthier Alain, « Le négoce de quelques marchands de fer parisiens au début du xviiie siècle », in Autour de l’industrie histoire et patrimoine. Mélanges offerts à Denis Woronoff, Jean-François Belhoste, Serge Benoît, Serge Chassagne et Philippe Mioche (dir.), Paris, CHEFF, 2004, p. 47-62. Castellucio Stéphane, Le Commerce des meubles et des objets d’art par les marchands merciers parisiens pendant le règne de Louis XIV, habilitation à soutenir des recherches, décembre 2007 (non consulté).

3 Coquery Natacha, La Boutique à Paris au xviiie siècle, habilitation à diriger des recherches, juin 2006, chap. 8, p. 401-484.

4 Antonetti Guy, « La crise économique de 1729-1731 à Paris d’après les réglements de faillites », op. cit., p. 143. Un exemple très bien développé dans Velinov Daniel, Pratiques financières et fonctionnement de 4 maisons de commerce parisiennes à un moment de crise (1776-1781). La faillite de Pierre Prudence Brunet et de ses associés, mémoire de maîtrise, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Cabantous Alain et Bottin Jacques (dir.), 2001-2002 [Brunet a été reçu mercier par suffisance en 1759, puis libraire en 1774].

5 Demars-Sion Véronique, « Contribution à l’histoire de la faillite : étude sur la cession de biens à la fin de l’Ancien Régime », in Revue historique de droit français et étranger, janvier-mars 1997, p. 33-91.

6 Revel Jacques, « Les corps et communautés », in The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, vol. I, (« The Political Culture of the Old Regime »), Baker Keith (éd.), Oxford, Pergamon Press, 1987, p. 225-242. Kaplan Steven L., La Fin des corporations, Paris, Fayard, 2001, p. 122-124.

7 Turrel Denise, « Le juge et le bonnet vert : les valeurs des notables urbains au Grand Siècle », in Les Sociétés urbaines au xviie siècle, Angleterre, France, Espagne, Poussou Jean-Pierre (dir.), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2007, p. 75-94.

8 Sur les séparations de biens, voir Savoie Sylvie, « La rupture du couple en Nouvelle-France : les demandes de séparation aux xviie et xviiie siècles », in Canadian Woman Studies/Les Cahiers de la femme, hiver 1986, vol. 7 (4), p. 58-63. Maillard Brigitte, « Désordres conjugaux en ville à la fin de l’Ancien Régime », in Regards sur les sociétés modernes xvie-xviiie siècles. Mélanges offerts à Claude Petitfrère, Turrel Denise (dir.), Tours, Presses universitaires François Rabelais, 1997, p. 411-420. Hardwick Julie, « Seeking Separations : Gender, Marriages, and Household Economies in Early Modern France », in French Historical Studies, n° 21-1, hiver 1998, p. 157-180. Schneider Zoë A., « Women before the Bench : Female Litigants in Early Modern Normandy », in French Historical Studies, n° 23-1, hiver 2000, p. 1-32. Murphy Gwénaël, « Les violences conjugales dans le Poitou sous l’Ancien Régime », in Revue historique du centre-ouest, t. III, 1er semestre 2004, p. 107-128. Beauvalet-Boutouyrie Scarlett, La Solitude xviie-xviiie siècle, Paris, Belin, 2008 (chap. 5 sur les femmes séparées).

9 de Certeau Michel, « La formalité des pratiques. Du système religieux à l’éthique des Lumières (xviie-xviiie siècles) » (chap. IV), in L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, « Folio histoire », 2002 (1975), p. 228 en particulier.

10 Ces réflexions s’inscrivent dans la continuité de celles présentées dans Croq Laurence, « Les frontières invisibles : groupes sociaux, transmission et mobilité sociale dans la France moderne », in Mobilité et transmission dans les sociétés européennes (xvie-xviiie siècles), Bellavitis Anna, Croq Laurence et Martinat Monica (dir.), Rennes, PUR, 2009, p. 25-48.

11 « requête... présentée [au prévôt des marchands et aux échevins en 1629] par le corps des marchands merciers grossiers joailliers..., contenant comme étant l’un des plus grands corps de ladite Ville, aussi en icelui il y a nombre de personnes d’honneur et de considération, lesquelles pour avoir fait la marchandise honorablement et avoir servi au public ont eu l’honneur d’avoir été appelé et de passer par les charges d’Echevins, Juges et Consuls, gardes dudit Corps et de receveurs généraux des pauvres… », Duru Léon et Vidal Pierre, Histoire de la corporation des marchands merciers, grossiers, joailliers, le troisième des six-corps des marchands de la ville de Paris, op. cit., p. 351.

12 Il ne s’agit pas d’une enquête sur les faillites, nous n’avons pas consulté les dossiers conservés aux archives de la Seine.

13 Voir sur ce sujet, Croq Laurence, « La vie familiale à l’épreuve de la faillite : les séparations de biens dans la bourgeoisie marchande parisienne aux xviie-xviiie siècles », in Annales de démographie historique, n° 118 (« Familles et justices à l’époque moderne »), 2009/2, p. 33-52.

14 Anne Milleret veuve de François Maroy, créancière de la succession en vertu de la sentence de séparation du 10 janvier 1750, précise ainsi : « laquelle séparation lad dlle veuve Marois déclare néanmoins n’avoir point été suivie de saisie exécution et vente de meubles » (Archives nationales–désormais Arch. nat. –, Minutier central des notaires–désormais MC –, X 517, 15 décembre 1755, inventaire après décès de François Maroy). Louis Louvet déclare en 1789 : « Néanmoins lad défunte n’a point été mise en possession desd effets à elle adjugés et qu’aux termes d’une transaction faite entre elle et le comparant le 4 janvier 1764 lad défunte a consenti de laisser en la possession du comparant toutes les marchandises composant led fond de commerce pour par led sr Louvet comparant le continuer et vendre lesdites marchandises à la charge de les remplacer au fur et à mesure de la vente par d’autres de même nature ; qu’elle lui a aussi laissé en sa possession tous les meubles meublants ustensiles de ménage et de boutique à elle adjugée ainsi que différents objets énoncés aud acte à la charge par led sr Louvet comparant qui s’y est soumis d’en demeurer dépositaire et d’en user et s’en servir en bon père de famille » (voir acte devant le notaire Lapille 4 janvier 1764) (Y 15101, 20 février 1789, scellés Marie Louise Louvet femme de Louis Louvet).

15 La sentence de séparation du 24 juillet 1723 et le procès-verbal de vente des biens du 26 septembre 1731 sont mentionnés dans Arch. nat., Y 12729, 3 avril 1735, scellés après le décès de Jean Henri Marchand. Antoinette Elisabeth Moulin et Pierre Louis Laurent ont été séparés par sentence du 15 juin 1756, laquelle Pierre Louis Laurent veuf a dit avoir été exécutée par la vente du 1e avril 1758 (MC, III 988, 2 octobre 1761, inventaire après décès d’Antoinette Elisabeth Moulin).

16 Arch. nat., MC, X 339, 16 septembre 1719, rétablissement de communauté entre Pierre Monnory, marchand, et Louise Polliard : « il a été procédé à ce qu’ils croient à la vente des meubles que lad dlle Monnoury avait fait saisir sur led sieur son mari et qui lui ont été adjugés. reconnaissant led sieur Monnoury avoir toujours été en possession de tous les meubles et effets qui peuvent avoir été adjugés à lad dlle son épouse et n’en avoir point été dépossédé et qu’il n’a rien payé à lad dlle son épouse sur les sommes à elles adjugées par lad sentence de separation ».

17 Arch. nat., Y 15052 B, 28 octobre 1748, scellés après le décès de Marguerite Deneux veuve Jean Pengore. MC, LXXV 629, 4 juillet 1753, compte et partage de la succession de Jean-Baptiste Lachaise. Y 10803 B, 1er juin 1783, scellés après le décès d’Antoinette Sautreau veuve François Duboc.

18 Factum pour Philbert Bignon, marchand mercier à Paris..., 1722. BNF, FOL-FM-1481.

19 Préambule de l’édit de juin 1706. Voir aussi le mémoire du Bureau de la Ville à M. Amelot envoyé le 4 mars 1777 : « Quant à la qualité et les services exigés de ceux qui se présentent pour être échevins, les ordonnances n’exigent que la réputation la plus entière dans l’exercice de leur profession et dans leur commerce, et on ne requiert, pour y parvenir, aucun service public. » (Arch. nat., K 996, n° 494).

20 Registre des délibérations et ordonnances des marchands merciers de Paris 1596- 1696. Manuscrit incendié aux Archives de la Ville le 24 mai 1871, reconstitué… par Saint-Joanny Dominique-Gustave, Paris, Leon Willem éditeur, 1878, p. 144 (un autre exemple avec le grand garde Jacques Raguienne page 159).

21 Réflexions des conseillers de ville et des quartiniers sur la lettre de M. Amelot du 9 mars 1777, Arch. nat., K 996, n° 45/1. En 1788 le Breteuil déplore les « deux événements de commerce » qui ont touché deux officiers de ville et exige que désormais les candidats au rachat des offices de quartiniers ou de conseillers de ville lui soient présentés.

22 Arch. nat., K 989, n° 84, lettre du 27 juillet 1703.

23 Arch. nat., H 1930, minutes de l’Hôtel de Ville de Paris.

24 Chaudron a appris que « le sieur Aubry l’un de ses créanciers abusant du malheur qui venait de lui arriver a voulu le faire passer pour banqueroutier frauduleux », et, sous prétexte de son absence, a obtenu un décret de prise de corps. Il a obtenu un sauf-conduit de 3 mois du roi, et, devant le parlement, il a été reçu appelant de toutes les procédures criminelles. Ses créanciers assemblés affirment qu’il n’est pas coupable de banqueroute frauduleuse. Arch. nat., MC, LIX 291A, 26 décembre 1767, procuration par les créanciers de Jacques Chaudron, marchand bijoutier.

25 Postel se dit « intéressé dans les affaires du roi ». Arch. nat., MC, LXXII 142, 6 août 1696, bail. L’épouse de Charpentier, témoin à un contrat de mariage en 1741, le présente comme « entrepreneur et régisseur général des vivres de la viande de l’armée de Bavière », lui-même se dit « munitionnaire pour la viande pour les armes en Bohême et en Bavière » en 1751. Arch. nat., MC, XLI 476, 20 octobre 1741, mariage Allain-Chauvin. XXXV 667, 5 juillet 1751, transaction.

26 Arch. nat., MC, XCIX 510, 9 août 1751, inventaire après décès d’Anne Houel épouse de Jean-Baptiste Jacquot de Villeneuve : le couple n’a plus de domicile parisien personnel, il vit à Champceil car l’époux est receveur du duché de Villeroy qui fait partie des domaines du roi, même si, lors de son remariage le 17 août suivant, il se présente comme « marchand bourgeois de Paris ».

27 Kaplan Steven L., Les Ventres de Paris. Pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1988, p. 161-163. Jacques Bottin me signalait aussi que Gérard de Malines (vers 1585-1641), auteur d’un manuel de comptabilité marchande, était un ancien marchand mercier ruiné devenu courtier.

28 Arch. nat., MC, XCIX 504, 22 octobre 1749, transport de rente par Louis Barnabé Roussel, cy devant marchand mercier et actuellement officier du roi. LXVII 579, 24 décembre 1751, procuration par Étienne Claude Bance, huissier audiencier du consulat de la ville. LXXXV 529 et 530, 8 octobre et 16 septembre 1751, quittances à Pierre Cesar Faucquet, huissier priseur commissaire aux ventes au Châtelet. Vallery, mercier marié en 1732 (CV 1177), séparé de biens de son épouse avant 1751, se présente comme « chef des fruiteries royales » en 1768.

29 Factum pour Philbert Bignon, marchand mercier à Paris, op. cit.

30 Arch. nat., MC, XVIII 550, 13 décembre 1739, mariage Drelly-Sarrazin.

31 Arch. nat., MC, notaire Benard, 31 mars 1737, mariage Dubois-Lutton. Y 9045, 20 novembre 1743, sentence de séparation. Un avis de recherche est lancé en 1752 pour retrouver la trace de Dubois. « Le sieur Pierre Dubois, md mercier à Paris, rue S. Antoine, au grand S. Paul, & qui était retiré depuis quelques années, est décédé en cette même ville, le 18 juin 1750, laissant une succession assez considérable à partager entre ses enfans ; l’un desquels nommé Charles Dubois, aussi Md mercier de Paris, où il tenoit la boutique de son père, est parti du Havre sur le vaisseau Frédéric, Capitaine Jore, pour aller à Saint Domingue, & est arrivé au Cap le 20 novembre 1749 ; là il s’est rembarqué sur un vaisseau qui alloit du côté de Leogane, & on n’a pu découvrir s’il y étoit arrivé, en sorte que l’on ne sçait ce qu’il est devenu. Il est actuellement âgé de 45 ans ; sa taille est de 5 pieds 5 pouces, mais il se courbe & son ventre creuse. Il a les cheveux, sourcils, & barbe noirs ; les yeux aussi noirs & couverts, le nez & le visage long ; lorsquil partit, il portoit en bourse ses cheveux peu frisés, & naturellement plats : il avoit un habit de Camelot Gris-blanc, Veste de meme, ou de Basin Col noir, & bas de cotton blanc… Cherche connaissance, certificat de vie ou extrait mortuaire les addresser à la veuve Lutton, rue Ste Anne butte saint Roch. » Annonces, affiches avis divers, 6 avril 1752, p. 213-214. Un avis de recherche à peu près identique est publié dans le Mercure de France, 1754, p. 214.

32 Arch. nat., MC, LXVII 594, 14 août 1755, inventaire après décès de MarieMadeleine Bingant épouse de Thomas François Ruel marchand bourgeois de Paris : un document conservé dans les papiers atteste que les entrepreneurs de la manufacture de savon du faubourg Saint Honoré ont nommé le sieur Ruel garde magasin aux appointements de 100 pistoles.

33 Arch. nat., MC, CI 449, 23 décembre 1751, procuration par Pierre Chrysostome Grimprel, employé dans les affaires du roi, à son épouse Marie-Thérèse Boyer ; VI 745, 6 avril 1761, procuration générale par Sébastien Pinot, employé dans les affaires du roi à sa femme Jeanne Nicole Buron.

34 Arch. nat., MC, CXV 539, 18 mars 1743, inventaire après le décès de Louis Poirier, mercier ; un de ses héritiers est Louis François Poirier employé, aux fermes du roi (habite Paris). CXII 700, 1er avril 1749, notoriété avec un extrait du 24 novembre 1748 tiré des registres mortuaires de l’Hôtel-Dieu de la ville de Pouance diocèse d’Angers, de « honorable homme maître Marcelin Joseph Brion employé dans les fermes du roi ». André Jacques Robin Duhequette, « brigadier dans les cinq grosses fermes, demeurant au bourg et paroisse de Monthoir évêché de Nantes province de Bretagne », passe procuration à son épouse le 23 août 1761 pour qu’elle puisse participer au partage de la succession de ses parents (XVI 748, 16 septembre 1761, partage de la succession d’Etienne François Quirot et Marie Antoinette Ducrocq). Y 12228, papiers divers dont vente devant Dutertre le 10 septembre 1770 à Jacques Denis David, employé aux fermes [mercier reçu par suffisance en 1757]. MC, XLII 472, 20 février 1761, reconstitution de rente par Etienne Pierre Laplace, maître potier d’étain et Catherine Françoise Malencourt subrogés de Louis Tixier, brigadier des fermes, époux d’Agnès Marguerite Pinard, demeurants à Versailles [Tixier reçu mercier avant 1729].

35 Arch. nat., MC, XXVIII 375, 2 septembre 1761, depôt de procuration par un bourgeois de Marseille à Martin Joseph Roux Gandil [mercier reçu par suffisance en 1753] bourgeois de Paris, employé au bureau des poudres paroisse Saint Paul.

36 Arch. nat., MC, CV 1271, 23 avril 1760, inventaire après décès de Jean Baptiste Crose, mercier [reçu mercier fils de maître en 1751] : il est en fait décédé le 5 décembre 1757 « temps auquel il a été inhumé en l’église catholique d’Hanovre où il servait dans l’armée du Bas Rhin employé par Mrs les entrepreneurs des hopitaux de lad armée ».

37 En 1789, il se présente comme « chirurgien major des hôpitaux de la marine du roi ». Arch. nat., Y 15101 A, 1789, scellés après le décès d’Anne Louise Desvantes épouse Delavaud.

38 Arch. nat., MC, CXII 725, 1er juin 1761, dépôt d’une procuration établie à Düsseldorf par Nicolas Decaudin, « employé dans les vivres de l’armée de mgr le maréchal prince de Soubise sur le bas Rhin ».

39 Louis de Baran, ancien gendarme du roi et ancien marchand mercier [reçu fils de maître en 1757], est inhumé sur la paroisse Saint-Etienne de Toulouse le 15 octobre 1788. S’y ajoute peut-être René Moreau (LXXXVI 69, 6 mai 1761, inventaire après décès de Nicole Fortin veuve René Moreau, marchand mercier, qui est décédé le 10 décembre 1760 à l’hôpital militaire des carmes de Francfort sur le Main).

40 Crow Thomas, L’Atelier de David. Émulation et Révolution, Paris, Gallimard, 1997, p. 17-18.

41 Louis Maurice David, employé dans les aides, absent, est un des héritiers de son oncle. Arch. nat., Y 13763, 29 mai 1756, scellés après le décès de Jean Baptiste David, mercier. Y 9062, 29 décembre 1756, sentence de séparation de biens de Marie Geneviève Buron femme de Louis Maurice David, à la suite de sa requête du 8 juillet.

42 Arch. nat., MC, CVIII 519, 16 février 1757, autorisation et procuration. CVIII 525, 19 mai 1758, renonciation de Jacques Louis David à la succession de son père. Agius d’Yvoire, « Chronologie », in Schnapper Antoine et Serullaz Arlette, Jacques Louis David 1748-1825, catalogue d’exposition 1989-1990, Paris, Réunion des musées nationaux, 1989, p. 559 et suiv. (reprend et complète les documents trouvés par Daniel et Guy Wildenstein).

43 Marraud Mathieu, De la ville à l’État. La bourgeoisie parisienne xviie-xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 2009, p. 283-284, 288-294.

44 Arch. nat., MC, LXXXVI 690, 1 er juin 1761, quittance, délai et délégation.

45 Gazon de Maisonneuve, failli en 1731, est « agent des plaisirs du fermier général La Poupelinière » jusqu’à sa mort en 1762. Cucuel George, La Poupelinière et la musique de chambre au xviiie siècle, Paris, Librairie Fischbacher, 1913, p. 168. Arch. nat., MC, XXXIX 398, 3 mars 1749, procuration.

46 Arch. nat., MC, XCVIII 538, 8 juin 1757, procuration par Sauveur Boucher, écuyer ancien officier du roi d’Espagne et alii. Pierre Charpentier se dit à plusieurs reprises « ancien valet de chambre du roi ».

47 Sur les identités, voir Identités, appartenances, revendications identitaires (xvie-xviiie siècle), Bellavitis Anna, Belissa Marc, Cottret Monique, Croq Laurence et Duma Jean (dir.), actes du Colloque international organisé par le CHISCO à Nanterre, 22-24 avril 2003, Paris, Nolin, 2006. ?

48 Ainsi, Thomas Tardif habite quasiment toute sa vie dans la rue Saint-Denis (en 1669-1672, 1679-1706) passant de la paroisse Saint-Jacques de la Boucherie à celle de Saint-Leu Saint Gilles, mais entre temps il a séjourné rue de la Champverrerie sur la paroisse Saint-Eustache.

49 Le conseiller de ville Henri Michel Paulmier demande à pouvoir s’absenter une année pour aller en Angleterre pour ses affaires personnelles (congé lui est donné le 8 mai 1789). Bimbenet-Privat Michèle et Krakovitch Odile, Registres des délibérations du bureau de la ville de Paris, Paris, Histoire générale de Paris, 1990, p. 178.

50 Arch. nat., MC, CXII 683, 18 octobre 1740, notoriété.

51 Arch. nat., MC, LXXV 619, 8 et 18 juillet 1751, notoriétés.

52 « Marguerite Marolles, du village d’Antoni, avoit épousé, en 1753, Hubert Martinet [reçu fils de maître en 1752]. [...] dès l’année suivante, il y eut sentence de séparation de biens & renonciation de la femme à la communauté. Martinet s’absenta ; & après avoir donné pendant quelques temps de ses nouvelles à sa femme, il cessa de le faire. Le 27 avril 1757, acte de notoriété passé devant les notaires d’Amsterdam, où différens témoins attestent que Martinet étoit péri en mer, sur un vaisseau commandé par un capitaine dénommé dans l’acte. Le 24 janvier 1758, à l’âge de vingt-un ans, Marguerite Marolles épouse François Nollet.... En cet état & le 6 mai 1774, Nollet & sa femme apprennent qu’Hubert Martinet vivoit & qu’il étoit à Paris... » Denisart Jean-Baptiste, Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence, t. 3, Paris, chez la veuve Veuve Desaint, 1784, p. 614.

53 Arch. nat., CXVII 381, 23 juillet 1731, renonciation par Marie Claude Chardin épouse de Claude Michel Bulte, de lui séparée quant aux biens par sentence du 21 avril 1725, à la succession de son père ; une autre sentence du Châtelet du 21 juillet 1731 constate l’absence de son mari depuis 1725. Jal Auguste, Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, Paris, Plon, 1872, indique que Bulte est décédé à Amsterdam en 1748. XCI 1215, 13 août 1783, inventaire après le décès de Françoise Elisabeth Labatte, son époux René Lepelletier est dit absent. LXXXIV 474, 21 janvier 1761, mariage Guibert-Belval : le père de la future épouse n’est pas présent, il n’a pas donné de procuration à son épouse.

54 Arch. nat., MC, LVII 540, 12 août 1778, liquidation : Pierre Desclers, bourgeois de Paris, est le fondé de pouvoirs de Jean-Pierre de Varennes, cy devant marchand d’étoffes de soie, d’après une procuration établie à Hambourg le 30 avril 1778. LXXIII 1021, 18 juin 1781, inventaire après décès de son père Pierre de Varennes : Jean-Pierre de Varennes est absent car il est dans la province d’Ukraine.

55 Arch. nat., MC, XXIV 689, 19 juillet 1742, dépôt du testament de Marguerite Foucault par Catherine Jeanne Gouallard femme séparée de biens de Jacques Foucault (par sentence du 27 février 1737) demeurant rue et paroisse Saint-Christophe ; 14 août 1742, inventaire de Marguerite Foucault, en l’absence de Jacques Foucault neveu et seul héritier de sa tante, de présent à Rennes. Jacques Dairaines, décédé à Ligueil en Touraine, laisse quelques objets dans une malle (Arch. nat., MC, IV 519, 3 septembre 1742). Pierre Darget est « décédé à La Rochelle en 1719 insolvable et sans avoir laissé de meubles » (LXX 410, 10 juin 1761, inventaire après décès). Belichon, après l’emprisonnement de son épouse au début de l’année 1744, s’est réfugié chez le prieur de Saint-Laurent de Michery dans le diocèse de Sens où il décède en 1759 (X 577, 16 juillet 1764, notoriété justifiant des décès des sieurs Jean-Jacques Belichon père et fils). Lachaise établit en 1753 une procuration à son épouse chez un notaire de Villeneuve-les-Avignon.

56 Arch. nat., Y 11125, 16 avril 1697, scellés après le décès de Jean Vinx.

57 Arch. nat., Y 9044, 23 mars 1743, sentence de séparation de biens ; MC, XXVII 302, 4 mai 1761, inventaire après décès de Charles Robert Jobert ; VII 334, 8 juillet 1761, inventaire après décès de Jean-Baptiste Douceur.

58 En 1789, Anne Louise Desvantes demeure rue Jean de l’Epine, Delavaud rue des Francs-Bourgeois. Angélique Gilles habite rue de la Calandre paroisse SaintGermain le Vieil, Etienne Corre rue Saint-Denis paroisse Saint-Germain l’Auxerrois (MC, LXXV 619, 3 juillet 1751, bail et société). Marie-Gabrielle Tremeau réside grande rue du faubourg Saint-Antoine paroisse Sainte-Marguerite, Denis Vavasseur carrefour de la Croix Rouge paroisse Saint-Sulpice (XXVIII 322, 1e juillet 1751, bail). Grimperel habitait rue du Temple, son épouse Marie Thérèse Boyer paroisse Saint-Eustache (LXXV 666, 4 mars 1761, inventaire après le décès de Grimperel). Edmée Denise Blanchot résidait dans l’enclos des Quinze-Vingt, son époux Pierre Leroux marchand de vins et mercier rue de Poitou paroisse Saint-Nicolas des Champs (LXV 378, 4 février 1773, inventaire après décès).

59 Arch. nat., Y 14572, 11 août et 28 octobre 1782, plaintes déposées par Marie Madeleine Delangle épouse Joseph Fistiony.

60 Arch. nat., MC, LXIV 341, 28 novembre 1751, dépôt du testament olographe de Marie Anne Dalimbre veuve Denis Guy Pradat.

61 Arch. nat., MC, LXX 410, 17 juillet 1761, testament.

62 . Favre-Lejeune Christine, Les Secrétaires du roi de la grande chancellerie de France. Dictionnaire biographique et généalogique (1672-1789), Paris, Sedopols, 1986, t. 2, p. 1003-1004.

63 Vente maison 3 juin 1756 (XCVIII-534) par les enfants de Sauveur Boucher, officier du roi d’Espagne, et Elisabeth Perot.

64 Ils s’ajoutent à Louis-Nicolas Judde qui devient sous-garde des magasins de la compagnie des Indes à Pondichéry. Marraud Mathieu, De la ville à l’État. La bourgeoisie parisienne xviie-xviiie siècle, op. cit., p. 292-294.

65 Arch. nat., MC, VII 334, 8 juillet 1761, inventaire après décès de Jean-Baptiste Douceur. LXXXII 405, 16 juillet 1762, transport de droits successifs et partage des biens de Geneviève de Visigny épouse Antoine Nouchet, officier mouleur de bois.

66 Arch. nat., Y 11 340, 10 mai 1762, scellés après le décès de Gazon de Maisonneuve (d’après Cucuel George, La Poupelinière et la musique de chambre au xviiie siècle, op. cit.).

67 Généalogie et Histoire de la Caraïbe, n° 37, avril 1992, p. 564.

68 Arch. nat., Y 14054, 9 mars 1719, scellés après le décès de Marie Madeleine Brillon veuve Denis Postel ; MC, LXX 258, 3 avril 1719, inventaire après décès.

69 Il s’est enrichi à la suite de son parcours professionnel, commencé par une inscription au barreau en 1728. En 1752, il apparaît comme censeur royal pour la jurisprudence, devient en 1757 un des avocats du conseil de la ferme générale, charge qui, selon Collé, lui rapporte « cent mille écus d’appointements sans avoir rien à faire ». Vers 1770, il est nommé conseiller au conseil souverain du duc de Bouillon. Il a conservé ces trois fonctions jusqu’à sa mort. Voir Croq Laurence, « La noblesse de robe, le Marais et la modernité dans le Paris des Lumières », in Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne (xvie-xviiie siècles), Descimon Robert et Haddad Elie (dir.), Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 257-275.

70 Arch. nat., MC, LXXXIII 610, 2 mai 1782, mariage David-Pecoul.

71 Jean-Baptiste Louvet, dit Louvet de Couvray (1760-1797), est le quatrième et dernier enfant du couple Louvet, il est l’auteur des Amours du chevalier de Faublas.

72 Cottret Monique, « Rousseau transfuge et relaps, itinéraire d’un converti », in Mobilité et transmission dans les sociétés européennes (xvie-xviiie siècles), op. cit, p. 159-172.

73 Louis François Godinot épouse en 1761 sa cousine germaine. Arch. nat., MC, CXV 624, 26 février 1761, mariage Godinot-Duparquier.

74 Arch. nat., MC, CXII 562, 18 septembre 1753, mariage Godefroy, mercier – Callou : chacun se marie avec une dot constituée principalement d’une partie du fonds du douaire de leur mère qui est encore vivante et sans aucun apport du côté paternel.

75 Arch. nat., MC, LIII 372, 29 avril 1761, mariage Boiston-Huet ; LIII 521, 30 novembre 1775, mariage Lainé-Magdelain.

76 Arch. nat., MC, LXXXIV 474, 21 janvier 1761, mariage Guibert, pâtisisier – Belval.

77 L’ensemble des apports de l’époux entre dans la communauté, alors que la future épouse n’y met que 1000 £ et que le futur lui promet un douaire de 3000 £. Arch. nat., MC, CXII 683, 12 octobre 1740, mariage.

78 Arch. nat., MC, XLVI 327, 14 janvier 1751, apprentissage ; 29 janvier 1751, mariage Francey-Boulanger et vente du fonds de boutique.

79 Arch. nat., MC, LXVI 534, 3 juillet 1761, dépôt de procuration.

80 Arch. nat., MC, LXXV 629, 13 juillet 1753, vente ; X 511, 7 juillet 1754, mariage Reveillon-Maroy.

81 Elle est une des 220 femmes entretenues recensées dans Benabou Erica-Marie, La Prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle, Paris, Perrin, 1987, p. 345.

82 Métayer Christine, Au tombeau des secrets. Les écrivains publics du Paris populaire, xviie-xviiie siècle », Paris, Albin Michel, 2000, p. 173-174.

83 À titre de comparaison, voir Fischer Torsten, Y a-t-il une Fatalité d’hérédité dans la Pauvreté ? Dans l’Europe moderne : les cas d’Aberdeen et de Lyon, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2006, p. 75, qui cite les cas de recteurs ex-consuls de Lyon devenus des « pauvres honteux » et bénéficiant des « aumônes secrètes » de la Charité.

84 Les aumônes distribuées par le corps de la mercerie montent en 1755 à 12 214 £ sur un total de dépenses de 153 796 £, soit près de 8 % (Arch. nat., V 7 435, compte de l’année 1755 contrôlé le 13 mars 1767).

85 Cahen Léon, Le Grand bureau des pauvres de Paris au milieu du xviiie siècle, Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition, 1904. Sur les compagnies de charité paroissiales, voir Lyon-Caen Nicolas, « Marchands de miracles ». La bourgeoisie janséniste parisienne au xviiie siècle, thèse de doctorat d’histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, février 2008, 507 pages, chap. 6.

86 L’hôpital du Saint-Esprit accueille ainsi quelques enfants de merciers. Robin-Romero Isabelle, Les Orphelins de Paris. Enfants et assistance aux xvie-xviiie siècles, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2007, p. 91.

87 Arch. nat., MC, CIX 642, 4 mai 1761, transport de rente : la fille de Jean Pingore est propriétaire de ladite rente comme appellée à la substitution dont a été grevée son père par le testament de ses aïeux (passé devant Bouron le 6 mai 1733, avec codicilles des 4 mai 1740 et 27 mars 1744). LXXXIV 474, 21 janvier 1761, mariage Guibert, pâtissier – Belval : la jeune femme se constitue en dot 1000 £ de ses gains et épargnes et elle déclare que, par le testament de défunt Antoine Belval son grandoncle paternel, officier du duc d’Orléans, rédigé le 12 février 1737 et déposé chez le notaire Bailly le 26 mai 1737, Antoine Belval a légué au sieur Belval père de la demoiselle son neveu 200 £ de rente au principal de 4000 £ et 3000 £ qui ont été substituées au profit des enfants dudit sieur Belval. CXII 562, 18 septembre 1753, mariage Godefroy-Callou : les biens du mari consistent dans la moitié du fonds du douaire de sa mère encore vivante (500 £ de rente) « à prendre sur les biens de la succession du défunt sieur Godefroy si aucuns restent » et dans sa part dans la succession de Marie Anne Godefroy sa tante veuve Marcelin Breavoyne, marchand mercier, comme son légataire universel avec sa soeur à la charge de la substitution mentionnée audit testament établi devant Delafosse le 21 juillet 1747.

88 Marraud Mathieu, De la ville à l’État. La bourgeoisie parisienne xviie-xviiie siècle, op. cit., p. 73-104 (La famille protégée).

89 Arch. nat., MC, XVIII 56, 28 novembre 1760, tontine.

90 Arch. nat., MC, LXXXIII 610, 2 mai 1782, mariage David-Pecoul.

91 Croq Laurence, « Les chemins de la mercerie, le renouvellement de la marchandise parisienne (années 1660-1760) », in Mobilité et transmission dans les sociétés européennes (xvie-xviiie siècles), op. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3895/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k

Auteur

Maître de Conférence, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CHISCO

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540