Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de nobles et de bourgeois

 | 
Jean Duma

Clientèles et réseaux

Les commis de la surintendance des Bâtiments du roi sous Jules Hardouin-Mansart (1699-1708)

Benjamin Ringot

Texte intégral

État des recherches

  • 1 Voir Barbiche Bernard, « Henry IV et la surintendance des bâtiments », in Bulletin monumental, n° 1 (...)
  • 2 Ringot Benjamin, Jules Hardouin-Mansart surintendant des Bâtiments du roi (1699-1708). Essai d’hist (...)

1Lorsque Jules Hardouin-Mansart est choisi par Louis XIV, le 7 janvier 1699, pour être le nouveau surintendant de ses Bâtiments, celui qui était d’ores et déjà premier architecte et Inspecteur général, se retrouve à la tête d’une institution ancienne et prestigieuse, ancrée dans la Maison du roi depuis deux siècles et à laquelle Colbert avait donné sa forme moderne1. Pour exercer ses nouvelles fonctions, Hardouin-Mansart hérite d’une structure centralisée, la surintendance des Bâtiments du roi, située à Versailles ; il est assisté dans sa gestion par un personnel administratif composé d’officiers généraux et de commis. Ces derniers, méconnus, font l’objet de recherches visant à leur identification et à celle de la nature de leur activité2 ; cette présente étude a pour but d’en exposer les premiers résultats.

  • 3 Furetière A., « Commis », in Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois (...)
  • 4 Sarmant Thierry, Les Demeures du soleil. Louis XIV, Louvois et la surintendance des Bâtiments du ro (...)
  • 5 Antoine Michel, « L’entourage des ministres aux xviie et xviiie siècle », in Origines et histoire d (...)

2Dans l’administration des Bâtiments du roi, les commis, définis par Furetière comme ceux « à qui le Supérieur a donné quelque charge, quelque employ, quelques maniement ou recouvrement à faire3 », étaient les véri- tables rouages sur lesquels « le gros des affaires roulait4 ». Employés sans provisions ni commission, les commis étaient chargés des écritures en général et du suivi quotidien des affaires ; ils constituaient, en grande partie, l’entourage des ministres d’État, contrôleurs généraux et surintendants, ainsi que le fut Jules Hardouin-Mansart les dix dernières années de sa vie5. On distinguait les premiers commis, dénommés parfois « chefs de bureau » dans notre langage actuel, qui bénéficiaient d’un pouvoir de décision et les commis au service des premiers, simples exécutants.

  • 6 Cette distinction avait été mentionnée par Sarmant Thierry, Les Demeures du soleil, op. cit., p. 11 (...)

3Il est nécessaire de spécifier ce que l’on doit entendre par « commis de la surintendance » : cette dénomination désigne les premiers commis et commis directement liés à l’administration, excluant ceux qui n’y étaient pas intégrés ; ces derniers assistaient les officiers (contrôleurs généraux, intendants généraux et trésoriers généraux6), les contrôleurs des résidences royales, ou les experts travaillant pour les Bâtiments du roi. Sont également écartés de la qualification de « commis de la surintendance », les secrétaires et greffiers liés aux écritures mais ayant une place distincte dans la hiérarchie des emplois.

  • 7 Voir cependant pour la période Colbert : Bonnefon Paul, « Charles Perrault, commis de Colbert et l’ (...)
  • 8 Pour le département de la guerre : Pénicaut Emmanuel, Faveur et pouvoir au tournant du Grand siècle (...)
  • 9 Voir toutefois la présentation de l’administration des Bâtiments du roi sous Hardouin-Mansart dans (...)

4Malgré l’importance de leur rôle, les identités et les carrières des commis de la surintendance des Bâtiments du roi sont méconnues7. Concernant le règne de Louis XIV, ce n’est que récemment qu’un éclairage nouveau a été rendu sur l’histoire de ce personnel administratif d’Ancien Régime8. D’autre part, il n’existe, à ce jour, aucune étude spécifique sur les commis des Bâtiments du roi, et ceci précisément entre 1699 et 1708 lorsque Jules Hardouin-Mansart, le Premier architecte, se mua en quasi-ministre9.

5Par le biais de la présentation des premiers résultats d’une recherche en cours, donc actuellement incomplète, il s’agit d’exposer le cheminement ayant permis de déterminer les identités des premiers commis et commis, puis de présenter successivement le monde des premiers commis et enfin celui des simples commis peuplant les bureaux de la surintendance des Bâtiments du roi.

Recherche et identification des commis de la surintendance des Bâtiments du roi

  • 10 Voir pour les lignes qui suivent les références de thèse, ouvrages et article cités note 7.

6En premier lieu, il convient d’aborder l’histoire des bureaux de la surintendance, avant la période où Hardouin-Mansart fut surintendant des Bâtiments du roi10. Cette entreprise comporte plusieurs objectifs : comprendre l’organisation des bureaux et son évolution afin de voir la nature de ce dont Hardouin-Mansart hérite en 1699, recenser nominativement les commis et obtenir des données dans un but comparatiste.

  • 11 Comptes des Bâtiments du roi, Guiffrey Jules (éd.), Paris, Imprimerie nationale, 1882-1900, 5 vol.  (...)
  • 12 Comptes des Bâtiments du roi, op. cit., vol. III, col. 641.
  • 13 Ibid., vol. IV, col. 271 : appointements pour 1697.

7C’est sous la surintendance de Colbert, entre 1664 et 1683, que les commis prennent de l’importance dans les Bâtiments du roi, les officiers ayant été mis à l’écart de la gestion quotidienne de l’institution. Réel adjoint de Colbert dans la gestion des Bâtiments royaux, Charles Perrault est l’un des trois principaux commis de la surintendance, à cette époque, avec François Bellinzani chargé des manufactures et Gentien Marigner « ayant le soin de la visite de tous les ouvrages ordonnez par Sa Majesté11 ». Ce dernier perçoit 2000 livres tournois des Bâtiments du roi pour ses activités et Bellinzani en perçoit 4000. La surintendance emploie vraisemblablement des « petits » commis mais ces individus ne sont jamais cités nominativement dans les archives. Lorsque Louvois prend la suite de Colbert à la tête des Bâtiments royaux en 1683, Perrault et Bellinzani sont remplacés respectivement par Henri Bessé, sieur de La Chapelle et Jean Fourestier de Merveilhaud ; Gentien Marigner est confirmé dans son emploi et assigné aux comptes ; Hilaire Piet de Beaurepaire est chargé des devis et marchés. La Chapelle perçoit 3000 lt des Bâtiments du roi, Merveilhaud a 1500 lt de gages, Beaurepaire reçoit 3000 lt et Marigner en perçoit 2000. Seul ce dernier a le titre de commis dans les Comptes, les autres individus, bien qu’ayant une activité de premiers commis, ne le sont pas en titre. Certains des commis qui les assistent sont connus, comme André Roger, commis de La Chapelle, avec des appointements de 500 lt. En 1691, Villacerf devenu surintendant, La Chapelle est le seul des premiers commis, liés à Louvois, à ne pas quitter son emploi avant 1694, année de son décès ; Marigner est alors conforté dans sa position comptable. En outre, de nouveaux hommes sont introduits par Villacerf à la tête des bureaux : Pierre Mesmyn devient le nouvel adjoint direct du surintendant ; Édouard Jolly et le sieur Frosne obtiennent des postes techniques en étant chargés, respectivement, des contentieux et des acquisitions de terres occupées par les travaux du roi ; un autre commis, Louis Marchant, apparaît avec pour tâche « d’avoir l’oil au bureau12 ». Marigner voit ses émoluments passer de 2000 lt à 4000 lt et un commis à 600 lt lui est adjoint officiellement en 1693 ; Mesmyn reçoit 4000 lt, Frosne a 3000 lt et Jolly 2000 lt ; Marchant, lui, reçoit 1000 lt. Chacun d’entre eux, à l’exception peut-être de ce dernier, a un commis qui lui est officiellement rattaché et payé 600 lt, tel un dénommé Cosette (ou Causette), « commis au bureau de la surintendance13 ».

8Ce rapide survol des bureaux de la surintendance des Bâtiments du roi depuis leur organisation par Colbert, permet de tirer quelques conclusions sur la structure dont hérite Hardouin-Mansart, lors de son entrée en fonction, en 1699. En effet, la forme des bureaux de la surintendance reste stable même si les noms de certains premiers commis changent et si les effectifs augmentent. On remarque aisément la différence entre premiers commis et simples commis au service des premiers, notamment par leur rémunération ; on peut noter également une différence au sein de ceux que l’on a réunis sous l’appellation de premiers commis : entre Marigner que l’on peut qualifier de « premier commis de la surintendance » et les hommes qui sont les collaborateurs directs des surintendants successifs, leur étant liés personnellement, et que l’on pourrait appeler « premiers commis du surintendant ». Les simples commis se caractérisent aussi par la méconnaissance que l’on peut avoir d’eux : rares sont ceux dont le nom apparaît dans les Comptes ou dans un quelconque document des Bâtiments du roi ; le plus souvent ils sont qualifiés par leur fonction de commis.

  • 14 Qu’il me soit permis de citer Mathieu Stoll qui m’a communiqué des noms et prénoms de commis liés o (...)
  • 15 Arch. nat., O1 1045 à 2805.
  • 16 Arch. nat., O1 1246, n° 03 à 06.

9Dans un deuxième temps, il convient d’identifier les commis en exercice sous Hardouin-Mansart14. Les archives des Bâtiments du roi15 conservent un document très important pour la compréhension des bureaux de la surintendance. En effet, lorsque Hardouin-Mansart prend le contrôle des Bâtiments du roi en janvier 1699, il rédige un règlement sur l’organisation des bureaux sous sa direction, fixant les attributions de son secrétariat et celles de ses plus proches collaborateurs16, ceux que nous avons appelés précédemment les premiers commis du surintendant. Dans ce texte, Hardouin-Mansart fixe les attributions de Jacques V Gabriel chargé du suivi des affaires de la surintendance, de certains magasins, des marchés et devis, et de la conservation des papiers de la surintendance ; celles de Robert de Cotte, chargé en général de l’activité artistique de la surintendance avec la garde des plans et dessins, les académies d’Arts, mais aussi les manufactures et les magasins de vitre et marbre ; et celles de Jacques Desjardins, chargé des acquisitions de terrains occupés par le roi, des questions d’hydrauliques et de la rivière de l’Eure. Identités et attributions des principaux collaborateurs de Hardouin-Mansart nous sont ainsi parfaitement connues dès 1699.

  • 17 Arch. nat., O1 2312 à 2321, registres des années 1700 à 1708.
  • 18 Comptes des Bâtiments du roi, op. cit., vol. IV et V.
  • 19 Claude Le Bas de Montargis est dit commissaire aux remboursements ; il s’agit vraisemblablement d’u (...)
  • 20 Comptes des Bâtiments du roi, op. cit., vol. V, col. 554.
  • 21 Ibid., col. 680.

10Deux sources permettent de compléter les données obtenues grâce au règlement de Hardouin-Mansart : les registres des États de la dépense ordinaire17 et, par souci de recoupement, les Comptes 1818, enregistrant la recette et la dépense des Bâtiments. Ces deux types d’archives présentent le double intérêt de montrer d’une part, les commis reconnus et inscrits officiellement dans le budget prévisionnel de la surintendance, avec l’intitulé de leur emploi et leur rémunération, d’autre part, la réalité des paiements, des gratifications et l’apparition de « petits » commis ou d’intitulés d’emplois différents pour une même personne. Les États de la dépense ordinaire donnent les noms et les fonctions de cinq premiers commis (Marigner, Gabriel, Cotte, Brunault et Claude Le Bas de Montargis19) et, entre 1700 et 1708, celle de neuf références éparses, à des emplois distincts ou non de commis, nominatifs ou désignés par leur fonction (le sieur Berge, de Lamotte, Delespine, le sieur Papillon, un commis « qui a ordre d’enregistrer les ordres du roi et les placets », un commis « du bureau où l’on délivre les ordonnances », un commis « au bureau des remboursements d’héritages », et deux commis rattachés à Marigner sans que leurs noms soient précisés). À partir de 1700, on remarque l’absence de Jacques Desjardins parmi ceux qui sont considérés comme travaillant dans les bureaux de la surintendance alors qu’il figure dans le règlement de Hardouin-Mansart de 1699. L’étude des Comptes des Bâtiments du roi confirme le résultat précédent, même si les intitulés des emplois y sont plus laconiques et si les petits commis y sont systématiquement rattachés à leur premier commis par la mention de leur fonction et non de leur nom. Mais les Comptes ont surtout permis d’obtenir plusieurs éléments très importants tel le nom d’un des deux commis de Marigner qui se révèle être son fils appelé « Marigner le jeune », en activité officielle à partir de 1706. Les Comptes ont permis également de comprendre l’absence de Desjardins : s’il opère en 1699, année où il est payé comme « commis en chargé du remboursement des héritages pris par le roi20 », il est visible qu’il est remplacé en 1700 par Claude Le Bas de Montargis21, ce qui explique que ce dernier apparaisse dans les États de la dépense ordinaire entre 1700 et 1708.

  • 22 Ibid., col. 193.

11Si les premiers commis apparaissent clairement, les simples commis sont plus difficilement recensables du fait même qu’ils ne soient pas reconnus par les Bâtiments du roi comme des employés permanents ou bien parce qu’ils étaient surnuméraires, n’ayant donc pas d’existence officielle. Mais certains ressortent au détour de paiements annexes, tel le sieur Martin, qui obtient une gratification de 300 lt pour « les écritures qu’il a fait depuis deux ans au bureau de la surintendance22 ». Mais, on remarque que les recherches n’ont pas révélé l’identité de tous les commis subalternes et que l’on ne possède que les noms de la plupart des commis de la surintendance et non leurs prénoms.

  • 23 Pénicaut Emmanuel, « Les commis et premiers commis des bureaux du département de la guerre sous Mic (...)

12Conjointement aux recherches visant à identifier les commis des Bâtiments du roi, l’élaboration d’une grille, permettant de collecter et d’exploiter les données sur l’activité, les carrières et les itinéraires sociaux de tous les commis découverts, fut envisagée, celle-ci devant permettre, ultérieurement, la formalisation des résultats au sein de fiches prosopographiques. La forme donnée par Emmanuel Penicaut aux fiches biographiques de ses commis de la Guerre23 apparaît particulièrement efficace pour recueillir les informations et les traduire dans un dictionnaire prosopographique, privilégiant une présentation par points précis et communs à toutes les fiches et non une description rédigée. Cet exemple servit de base de réflexion pour la création d’une fiche permettant la présentation et l’analyse des données relatives aux commis des Bâtiments du roi. Ce choix vise également à faciliter la comparaison entre les deux groupes.

  • 24 Voir la fiche témoin présentée en annexe.
  • 25 Nous avons choisi d’ajouter ce critère par rapport à la grille d’Emmanuel Penicaut car même si ces (...)

13Les critères retenus pour ces fiches sont, outre les noms et prénoms des commis et leur période d’exercice, au nombre de neuf24. Le premier point indique les informations relatives à la naissance du commis (date et lieu) et à sa parenté (noms et prénoms des père et mère, complétés par des indications de profession du père). Le deuxième critère renseigne les données concernant la fratrie avec les prénoms, les dates de naissance et de décès, et, si nécessaire, des informations complémentaires (profession, mariage, descendance, etc.). Le troisième point rapporte l’existence d’union (s) du commis indiquant la date et l’origine de la mariée (identité des parents, profession du père). Il suit un quatrième point où apparaissent les renseignements afférant aux enfants du couple avec leur union, leur profession et leur descendance. Le cinquième critère renseigne sur la condition sociale du commis (date, nature de l’anoblissement). Le sixième point concerne son activité : il s’agit d’indiquer, pour un premier commis, ses attributions et le bureau qu’il dirige, et, pour un simple commis, à quel bureau il est rattaché. Le septième point indique le salaire avec les appointements et autres revenus ou avantages attachés à cet emploi de commis25. Le huitième critère indique les autres emplois éventuels des commis et permet ainsi de saisir leur carrière. S’ajoutent, par ailleurs, d’autres informations paraissant pertinentes sur la carrière des commis. Le dernier point donne la date et le lieu de décès. Suivent les références d’archives ou les publications qui ont concouru à remplir la fiche.

  • 26 Arch. dép., Yvelines (78), série 3E : dans les minutes des notaires Sellier, De Court, Lamy, Brunea (...)
  • 27 Arch. nat., série Y.
  • 28 Arch. dép., Yvelines (78), série B.
  • 29 Jugie-Bertrac Sophie, Le Duc d’Antin, directeur général des Bâtiments du roi (1708-1736), thèse de (...)

14Le remplissage des fiches est effectué à partir des données collectées par des dépouillements aux Archives nationales et dans le Minutier central des notaires de Paris, des minutes des notaires de Versailles26, des volumes généalogiques de la BnF, des archives du Châtelet de Paris touchant aux scellés et clôtures d’inventaires après décès27, des archives de la prévôté et du bailliage de Versailles et Saint-Germain28, de la thèse de l’École des Chartes sur le Duc d’Antin surintendant des Bâtiments juste après Hardouin-Mansart29, des registres paroissiaux de Versailles, Saint-Germain, Marly et Villepreux, et de la consultation des dictionnaires prosopographiques et monographies de référence.

  • 30 Le second se trouvant être un garde magasin dans la résidence royale de Marly.

15Il est à noter que le dépouillement des registres paroissiaux de Versailles et de Marly a permis de découvrir deux individus se disant ou étant dits commis des Bâtiments du roi. Après enquête, seule une des deux personnes, Gaspard Pichon, a été identifiée comme pouvant être un petit commis de la surintendance30. Cette découverte présente un nouveau type de commis : jusqu’alors, les recherches avaient mis en avant des individus parfaitement identifiés et d’autres sans nom, connus par leurs fonctions ; ce nouveau commis dont on connaît l’identité est le seul dont on ignore à quel bureau de la surintendance il était lié.

16Les recherches actuelles, faisant état approximativement de la moitié du remplissage des critères des fiches d’enquête, permettent, malgré certains manques, d’en présenter les premiers éléments.

Les premiers commis de la surintendance des Bâtiments du roi

  • 31 Voir Fossier François, Les Dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France  (...)
  • 32 Voir Gallet Michel et Bottineau Yves, Les Gabriel, Paris, Picard, 2004.
  • 33 Fossier François, Les Dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France…, op. (...)
  • 34 Caffin-Carcy Odile, « Les Hôtels de la surintendance des Bâtiments à Versailles », in Revue de l’Hi (...)
  • 35 Arch. nat., O1 1246, n° 03 à 06.

17Lorsque Hardouin-Mansart prit les rennes de la surintendance des Bâtiments du roi le 7 janvier 1699, il hérita d’une organisation forgée depuis Colbert et d’un certain nombre de bureaux de premiers commis déjà établis. Seul, Gentien Marigner, en charge des comptes et plus largement des aspects financiers, fut confirmé dans son emploi. Tous les autres individus ayant servi Villacerf furent, soit limogés, soit quittèrent leur emploi, le premier d’entre eux, Pierre Mesmyn, étant soupçonné de malversations. Hardouin-Mansart plaça cinq nouveaux hommes à la tête des bureaux de la surintendance en remplacement de ceux de Villacerf : Robert de Cotte31, Jacques V Gabriel32, le sieur Brunault (ou Bruneau), Jacques Desjardins puis Claude Le Bas de Montargis. Seul Marigner portait officiellement le titre de premier commis de la surintendance. Les autres collaborateurs, premiers commis dans les faits, étaient désignés par leurs autres fonctions au sein des Bâtiments du roi. Ainsi, Robert de Cotte n’était pas mentionné dans la section « Bureaux » des registres des États de la dépense ordinaire, marque d’une position moins officielle de premier commis que d’architecte, à l’inverse de Marigner, Gabriel, Brunault et Montargis. L’expression « chef de bureau » parfois utilisée33 pour désigner ceux que nous avons nommés les « premiers commis du surintendant » n’était pas en usage à l’époque, mais reflète l’organisation avérée en « bureaux » au sein de la nouvelle surintendance construite par Hardouin-Mansart à Versailles34. Les attributions de Marigner étaient liées à la comptabilité en général sans qu’on en connaisse le détail, alors que les tâches de Cotte, Gabriel et Desjardins ont fait l’objet d’un règlement précis émis par Hardouin-Mansart35. Une différence de sta- tut entre ces premiers commis semble donc bien exister et cela rend l’observation sociale de ces individus particulièrement importante afin d’évaluer l’existence d’un groupe et son homogénéité ou hétérogénéité au travers d’aspects comme leur origine, leur carrière, leur salaire, leur fortune et leur place sociale.

  • 36 BNF, ms. fr. 21 156.

18Lorsque l’on observe les origines et les carrières des premiers commis, beaucoup d’éléments opposent le premier commis en titre aux autres chefs de bureaux. Marigner indique dans le préambule des Mémoires curieux tirés des comptes des Bâtiments du roi36 que son père, Gentien Marigner, était déjà employé par Colbert. Né à Beaugency dans le Loiret (45), seule son activité à partir de 1681, date de son apparition dans les Comptes des Bâtiments du roi, nous est connue. À cette date, il est déjà marié à Hélène Fleury et a déjà un fils, Louis Nicolas Casimir, né à Rennes (35). Sa carrière permet de le qualifier de « pré-fonctionnaire » ; il est devenu, au fil des années, bien plus l’homme de l’institution que du surintendant. Il ne part de l’administration qu’il a servie pendant trente ans, qu’en 1712 avec 6000 lt de pension, trois ans avant de décéder le 8 septembre 1715. Par ailleurs, Marigner n’appartient pas au même réseau que les autres, ceux-ci ayant tous, hormis Brunault, un lien de parenté avec Hardouin-Mansart : Robert de Cotte est son beau-frère et plus proche collaborateur depuis vingt ans, Jacques V Gabriel est un très proche cousin, Jacques Desjardins est un neveu par alliance, marié à la fille de Michel Hardouin, le frère décédé du surintendant, Claude Le Bas de Montargis est son beau-fils par son alliance en 1693 avec Catherine-Henriette Hardouin-Mansart. De plus, ils sont issus majoritairement du monde des Bâtiments : Robert de Cotte, fils de Charles de Cotte architecte, fut entrepreneur en bâtiments, mais en 1699, il est alors, avant tout, architecte et cela se confirme à la mort de Hardouin-Mansart, en 1708, par sa nomination au poste de premier architecte de Louis XIV ; Jacques V Gabriel, fils d’entrepreneurs en bâtiments, est, en 1699, un architecte en devenir et il sera le premier d’entre eux entre 1734 et 1742, après avoir été ingénieur des Ponts et Chaussées ; Jacques Desjardins est le fils du sculpteur Martin Desjardins, très souvent employé par les Bâtiments du roi. Il faut cependant remarquer que Robert de Cotte et Jacques V Gabriel semblent avoir poursuivi leur tâche de collaborateurs administratifs du surintendant jusque vers 1725. Si Le Bas de Montargis et le sieur Brunault (ou Bruneau) sont plus proches de Marigner par leur emploi spécialisé dans la surintendance, leurs carrières les éloignent aussi du premier commis en titre. Claude Le Bas de Montargis, fils de François Le Bas de Montargis conseiller secrétaire du roi et trésorier des Ponts et Chaussées, est trésorier de l’extraordinaire des guerres ; il quitte les Bâtiments du roi en 1708 et devient garde du trésor royal ; le sieur Brunault, qui semble être notaire, quitte lui les Bâtiments du roi en 1710.

19La hiérarchie de ces hommes peut être abordée à l’aide de l’échelle des salaires théoriques relevés dans les États de la dépense ordinaire : Marigner était appointé à 8000 lt, 2000 lt pour payer ses deux commis et 400 lt pour les frais de son bureau, une rémunération témoin de sa place prépondérante ; Robert de Cotte, Jacques Gabriel, Jacques Desjardins et Claude Le Bas de Montargis étaient appointés à 4000 lt et leurs commis étaient rémunérés en sus par les Bâtiments du roi (1000 lt) ; le sieur Brunault recevait quant à lui 3000 lt, sans que l’on sache si son salaire incluait un commis. Plus généralement, le système de rétribution parallèle par gratifications données directement par le surintendant ou des avantages en nature ou sur des ressources diverses nous échappe. Le cas de Jacques Desjardins pose problème car s’il est dépossédé de ses attributions en 1700 de premier commis en charge des remboursements rien n’indique qu’il ne reste pas jusqu’en 1708 chargé des Eaux en général et de la rivière de l’Eure, mais il se poserait dès lors le problème de l’absence dans les Comptes d’une rémunération en conséquence.

  • 37 Chiffres collectés dans les Comptes des Bâtiments du roi, op. cit., t. IV et V.

20Si dans cette hiérarchie théorique, Marigner semble se détacher nettement des autres premiers commis, il suffit de se pencher sur les autres rémunérations de ces derniers pour faire un constat différent37 : si en plus de ses appointements, Marigner touche une gratification de 2 000 lt par an, versé par le Trésor royal, Robert de Cotte, lui, est architecte ordinaire, contrôleur de Paris, contrôleur de l’Hôtel des Invalides, intendant général et perçoit en tout, avec son salaire de premier commis, 16 500 lt ; Jacques Gabriel est contrôleur général, contrôleur des dehors de Versailles, architecte du roi de seconde classe, et perçoit en tout, avec son salaire de premier commis, 13 500 lt ; Montargis et le sieur Brunault n’ont pas d’autres emplois dans les Bâtiments du roi. Quant à Desjardins, il ne devient contrôleur de Marly, avec des appointements de 5 000 lt, qu’à la fin de l’année 1699 sans que l’on puisse savoir donc s’il continue à toucher une rémunération de premier commis.

  • 38 Arch. nat., O 1 1253, n° 43.
  • 39 Sarmant Thierry, Les Demeures du soleil, op. cit., p. 118.
  • 40 Fossier François, Les Dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France..., o (...)

21En 1699, dans un document adressé à Hardouin-Mansart, Marigner se plaint de sa position. Il se dit marié, avec sept enfants, et ayant pour simple fortune une maison à Versailles et 800 lt de rente38. Or, en 1704, il s’achète un office de secrétaire du roi, revendu plus tard 80 000 lt39, et réussit des mariages honorables pour ses enfants : notamment, Louis Nicolas Casimir est marié avec la fille d’un notaire versaillais, Nicolas Lamy, et MarieAngéliqueHélèneAngélique est mariée à Gilbert-Casimir Le Brun Dubreuil, chevalier et seigneur de Champignolle en Bourgogne. Malgré une position plus confortable que Marigner veut bien la décrire, il existe une différence notable de fortune entre le premier commis de la surintendance en titre et les autres : par exemple, Robert de Cotte serait décédé avec une fortune huit fois supérieure à celle de Hardouin-Mansart, qui était déjà importante malgré son décès prématuré40 !

  • 41 Arch. nat., V2 38, le 4 septembre 1704 (achat de la charge de conseiller secrétaire du roi).
  • 42 Favre-Lejeune Christine, Les Secrétaires du roi de la grande chancellerie de France : dictionnaire (...)

22D’autre part, la position sociale de Marigner et celle des autres premiers commis ne sont pas comparables. Claude Le Bas de Montargis est issu d’une famille noble et Robert de Cotte, Jacques Desjardins et Jacques Gabriel sont anoblis par le roi, en 1702 pour le premier et en 1704 pour les deux autres ; Marigner, roturier, doit, quant à lui, s’acheter un office de conseiller secrétaire du roi en 170441 pour entrer dans un processus d’anoblissement grâce à la bien connue « savonnette à vilain42 ». Et, si les proches du surintendant placent leurs enfants, comme Robert de Cotte, dans les Bâtiments du roi à des places honorifiques ou ayant un relief particulier, aucun n’envisage d’en placer un à la tête des bureaux des Bâtiments du roi. À l’inverse, Gentien Marigner plaça son fils en tant que son propre commis et lorsqu’en 1712, il partit de son emploi, le père laissa son fils au poste de second commis de la surintendance, en charge comme son père de la comptabilité.

Les petits commis de la surintendance

23Le petit monde des simples commis de la surintendance est plus obscur que celui de leurs supérieurs. Contrairement à ces derniers, leur recensement n’a permis ni d’établir clairement leur nombre ni de les relier tous à un supérieur. En effet, les douze occurrences relevées dans les recherches sont de plusieurs types : soit un nom de commis et sa fonction sont clairement établis, c’est-à-dire que l’on connaît sous quel premier commis il travaillait, soit une fonction est sans nom mais on connaît le commis supérieur auquel elle est rattachée, soit une fonction est sans nom et sans référence à un supérieur, soit un nom est donné mais la fonction est inconnue, soit le nom et la fonction apparaissent mais sans donner connaissance du commis supérieur. Il est vraisemblable que parmi ces douze occurrences, il y ait des doublons. Certains ont déjà été identifiés pour des périodes précises tel un des deux commis de Marigner qui s’avère être son fils. On remarque aussi que, contrairement aux premiers commis dont le nom permet à lui seul, dans la majorité des cas, de les identifier, le recensement du seul nom de petit commis rend leur étude ardue, tel le sieur Berge dont l’identité complète est encore inconnue.

  • 43 Arch. nat., O1 1246, n° 05.

24On peut partiellement reconstituer la composition de certains bureaux de la surintendance. Le bureau de Jacques Gabriel comprend Jean de Lamotte, qualifié de second commis de M. Gabriel, et de Pierre Papillon, auxquels il faut peut-être ajouter le sieur Delespine en charge des placets et du registre des démolitions entre 1704 et 1705, tâches confiées initialement à Gabriel par Hardouin-Mansart, dans le règlement des bureaux de ses proches collaborateurs43. À noter qu’en 1700, il est simplement mentionné l’existence d’un commis chargé d’enregistrer les ordres du roi et les placets, tâches données à Gabriel et preuve peut-être d’une fluctuation des attributions dans le temps. Le bureau de Marigner était, lui, composé de deux commis dont l’un était son fils, Louis Nicolas Casimir, reconnu officiellement dans les Comptes en 1706, mais n’ayant jamais figuré dans les États de la dépense ordinaire où seuls sont mentionnés deux commis sous M. Marigner. Il faut vraisemblablement ajouter un troisième individu, qualifié en 1700 de commis « du bureau où l’on délivre les ordonnances [de paiement] », tâche qui incombait à Marigner. Les commis de Cotte, Desjardins, Brunault et Le Bas de Montargis ne sont jamais indiqués nominativement. La meilleure connaissance du bureau de Gabriel confirme à notre sens sa place centrale dans l’organisation de la surintendance sous Hardouin-Mansart.

  • 44 Le lien de parenté possible avec la famille Mansart pourrait expliquer cette différence.
  • 45 Chiffres collectés dans les Comptes des Bâtiments du roi, op. cit., t. IV et V et dans les États de (...)

25La majorité des commis touchaient 1000 à 1200 lt, voire même 2000 lt pour Delespine44, mais un seul d’entre eux, Pierre Papillon, apparaissant dans les archives, était payé 600 lt45. Ceci permet de saisir une différence de position au sein même du groupe des simples commis : Pierre Papillon ou le sieur Martin étaient de simples commis copistes, sans la moindre responsabilité, au service des premiers commis ou même à celui des simples commis. Ce type d’individu devait peupler les administrations d’Ancien Régime, mais il semble rare qu’on en reconnaisse l’existence officiellement en ajoutant une ligne dans les Comptes. On retrouve auprès des officiers ou des experts des Bâtiments du roi, ce type de commis copistes, appointés de 500 à 800 lt.

  • 46 Favre-Lejeune Christine, Les Secrétaires du roi de la grande chancellerie de France..., op. cit., p (...)

26Les origines et vies de ces commis restent obscures. Néanmoins, certains sortent de l’ombre : Jean de Lamotte, né en 1672 au Mans, est le fils de Jean de Lamotte, marchand pelletier au Mans et il se marie en 1708 avec Catherine Magnié, fille de sculpteur sur bois, avec qui il a cinq enfants46 ; Gaspard Pichon, né vers 1673, est le fils de Pierre Pichon, chef foulerie du roi et il se marie en 1702 avec la fille du procureur fiscal et contrôleur des Postes de Trappes, Claude Le Bigre ; Pierre Papillon, né en 1683, est le fils de Gabriel Papillon, le frère de Jacques Papillon banquier à Paris ; il se marie avec Marie-Françoise Lemerle, fille d’un bourgeois de Paris. Les conditions de leur recrutement restent globalement inconnues jusqu’ici, sauf pour le fils Marigner ou le sieur Delespine qui, dans les deux cas, sont issus de parentèles déjà insérées dans les bureaux.

  • 47 Arch. nat., Minutier Central, CV, 1005.

27L’étude des carrières des petits commis fait ressortir un cas particulier : le sieur Berge fut limogé pour une « proposition », dont on ne connaît pas la nature, faite à Dubois, valet de pied du roi et dont Hardouin-Mansart refusa de plaider la cause. Mais, dans l’ensemble, les carrières de ces commis ne semblent pas avoir subi de heurts. Marigner put introduire son fils dans les bureaux de la surintendance, ce qui lui permit d’être commis, puis second commis en 1712. Cependant, il ne retrouva pas, après la mort de son père, la place de ce dernier. Le sieur Delespine pourrait être celui que Mansart choisit, en 1706, pour devenir contrôleur de Monceaux, puis du département de la Machine de Marly en 1707. Parmi tous ces itinéraires, celui de Jean de Lamotte est singulier car de second commis de Gabriel sous Mansart, il devint secrétaire du duc d’Antin, puis premier commis des Bâtiments du roi en 1712. Il fut également intendant général des Bâtiments du roi, conseiller secrétaire du roi, chevalier de l’ordre de Saint-Michel et devint seigneur d’Orsonville (Beauce) et d’Esculy (Normandie). Son fils, Philippe Robert fut intendant des Bâtiments du roi à sa suite. Jean de Lamotte fut donc à même de passer de la catégorie de commis exécutant à celle de premier commis avec pouvoir de décision, mais il fut le seul dans ce cas. En 1728, témoin de son changement de statut, Lamotte maria sa fille Catherine Angélique au fils de Jacques Gabriel, Ange Jacques. Les interactions, sans être familiales, pouvaient être aussi d’ordre financier ; ce fut le cas pour Pierre Papillon qui constitua une rente par l’intermédiaire de Jacques Gabriel47.

28La présentation des résultats sur les identités, les carrières et les parcours sociaux des commis de la surintendance des Bâtiments du roi permet d’esquisser un premier tableau de ce personnel méconnu. Si une hiérarchie professionnelle entre les premiers commis et les simples commis peut-être aisément établie, il est visible qu’au sein de ces deux groupes existent des disparités qui viennent à l’encontre de l’unité théorique du statut de premier ou simple commis.

29Les premiers commis forment un groupe uni par leur pouvoir de décision face à des petits commis simples exécutants, qui dépendent des ordres de leurs chefs. Mais au-delà de cette compétence commune, beaucoup d’éléments tendent à séparer ce groupe en deux : entre le premier commis de la surintendance en titre et les autres, collaborateurs personnels de HardouinMansart. L’étude sociale marque également un écart entre Marigner et les autres qui cumulent le plus souvent des emplois dans les Bâtiments du roi et dont les fortunes semblent être plus élevées. Le rôle de la parenté est évident dans le recrutement effectué par Hardouin-Mansart dans ses proches collaborateurs, même si les compétences d’un Marigner, présent depuis vingt ans dans la surintendance, font de lui, dans cette administration, le seul pré-fonctionnaire dont le rôle est central. Pour Marigner, les bureaux de la surintendance forment l’essentiel de sa carrière, pour les autres, il ne s’agit que d’un passage ou que d’un emploi de plus. Il reste néanmoins de nombreux points à éclaircir notamment sur les recrutements, sur les origines de ces commis et sur les détails de leurs alliances et de leurs fortunes.

30On distingue également une différence entre les simples commis rémunérés officiellement et les petits copistes quasi inconnus, dont la présence nous est difficile à percevoir. On entrevoit aussi un mécanisme de recrutement au sein de la parentèle par les premiers commis : tel le fils de Marigner ou Delespine, même si l’on ne peut généraliser cette pratique à tous les simples commis sur la base des données actuelles. Les origines et les fortunes sont encore difficiles à apprécier, même si certains commis se distinguent, tel Jean de Lamotte. Ce dernier a eu un itinéraire social qui l’a placé à l’écart des autres petits commis : fortune, carrière et alliances le font passer d’une catégorie à l’autre ; il bénéficie d’une ascension sociale probablement imputable à l’appui de Jacques V Gabriel.

31L’étude des commis de la surintendance des Bâtiments du roi induit la poursuite de recherches complémentaires, nécessaires à la compréhension du rôle et du statut des collaborateurs de Jules Hardouin-Mansart, étude actuellement en cours.

Annexes

Annexe

Un exemple de fiche biographique : Gentien de Marigner, premier commis.

Marigner (Gentien de) v. 1681-1712

1. Né : à Beaugency, dans le Loiret (45).

Père : Gentien Marigner. Il aurait travaillé pour Colbert.

2. Sours : 1) Nicole, ép. Jacques Guillon en 1667. 2) Marie, ép. Michel Permant en 1686.

3. Ép. : Hélène Fleury, décédée le 6 mai 1718.

4. Enfants : 1) Louis-Nicolas-Casimir, né en 1681 à Rennes (35), commis de son père (v. 1706) puis second commis de la surintendance (1712), marié avec MarieAnne Lamy, fille de Nicolas Lamy, notaire à Versailles. [Enfants : 1) PierreEmmanuelLouisEmmanuel, né le 18 février 1715]. 2) Geneviève-Thérèse, née le 23 février 1687, baptisée le 10 septembre 1694. 3) une fille, née le 4 novembre 1689. 4) Marie-Louise, née le 23 octobre 1690. 5) Marie-Hélène Angélique, mariée à Gilbert-Casimir Le Brun du Breuil, chevalier et seigneur de Champignolle, en Bourgogne. 6) Denis-Cristofle.

5. Fonction : premier commis de la surintendance en charge de la comptabilité ; il est assisté de deux commis.

6. Autres fonctions : commis des Bâtiments en charge de la visite de tous les ouvrages ordonnés par SM et de l’exécution des ordres du surintendant (1681-1682), commis des Bâtiments en charge de tenir le registre de la dépense des Bâtiments (1682), auteur des « Mémoires curieux tirés des comptes des bâtiments du roi » [v. 1699], secrétaire du roi (1704), prend sa retraite en 1712 avec 6000 lt de pension.

7. Salaire : 8000 lt.

8. † : le 8 septembre 1715.

Arch. dép., Yvelines : BMS, Versailles, le 25 février 1687 (ondoiement de Geneviève-Thérèse), le 9 novembre 1689 (ondoiement d’une fille), le 26 octobre 1690 (baptême de Marie Louise), le 10 septembre 1694 (baptême de GenevièverèseThérèse), le 2 janvier 1703 (mariage de Marie-Hélène Angélique), le 16 septembre 1710 (mariage de Louis Nicolas), le 20 février 1715 (baptême de PierreEmmanuelLouisEmmanuel), le 9 septembre 1715 (inhumation de Gentien Marigner) ; 3E43, Lamy, 62 : 28 décembre 1702 (cm de Marie-Hélène Angélique et Le Brun Du Breuil) ; 3E45, Mabile, 57 : 15 septembre 1710 (cm Louis-Nicolas-Casimir et Marie-Anne Lamy, acte en déficit) ; V2 38 : 4 septembre 1704 (charge de secrétaire du roi) ; Y 15318 : le 6 mai 1718 (scellés après décès pour Hélène Fleury) ; BNF, ms. fr. 21156 : « Mémoires curieux… » ; Favre-Lejeune Christine, Les Secrétaires du roi de la grande chancellerie de France..., op. cit., p. 926 ; Sarmant Thierry, Les Demeures du soleil, op. cit., p. 114-115.

Notes

1 Voir Barbiche Bernard, « Henry IV et la surintendance des bâtiments », in Bulletin monumental, n° 142, 1984, p. 19-39 ; Ringot Benjamin et Sarmant Thierry, « La surintendance des Bâtiments du roi sous Jules Hardouin-Mansart », in Jules Hardouin-Mansart, Alexandre Gady (dir.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2009.

2 Ringot Benjamin, Jules Hardouin-Mansart surintendant des Bâtiments du roi (1699-1708). Essai d’histoire économique, sociale et politique d’une administration au temps de Louis XIV, thèse d’Histoire sous la direction de M. le professeur Jean Duma, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, en préparation.

3 Furetière A., « Commis », in Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts..., Paris, 1690.

4 Sarmant Thierry, Les Demeures du soleil. Louis XIV, Louvois et la surintendance des Bâtiments du roi, Seyssel, Champ Vallon, 2003, p. 112.

5 Antoine Michel, « L’entourage des ministres aux xviie et xviiie siècle », in Origines et histoire des cabinets des ministres en France, Genève, Droz, 1975, p. 15.

6 Cette distinction avait été mentionnée par Sarmant Thierry, Les Demeures du soleil, op. cit., p. 118.

7 Voir cependant pour la période Colbert : Bonnefon Paul, « Charles Perrault, commis de Colbert et l’administration des arts sous Louis XIV d’après des documents inédits », in Gazette des beaux-arts, 1908, n° 40, p. 198-214, 340-353, 426-433 et Guillemet Roger, Essai sur la surintendance des Bâtiments sous le règne personnel de Louis XIV. 1662-1715, Paris, Arthur Rousseau, 1912 ; pour la période Louvois : Sarmant Thierry, Les Demeures du soleil, op. cit., p. 112-119.

8 Pour le département de la guerre : Pénicaut Emmanuel, Faveur et pouvoir au tournant du Grand siècle. Michel Chamillart. Ministre et secrétaire d’État de la guerre de Louis XIV, Paris, École des Chartes, « Mémoires et documents de l’École des Chartes », 2004, p. 243-261 et Pénicaut Émmanuel, « Les commis et premiers commis des bureaux du département de la guerre sous Michel Chamillart », in Annuaire-Bulletin de la société de l’Histoire de France, année 2002, 2004, p. 77-130 ; pour le département des finances : Stoll Mathieu, Claude Le Peletier, contrôleur général des finances de Louis XIV, 1683-1691, thèse de l’École nationale des Chartes, 1999 et Stoll Mathieu, Pouvoir et administration au Grand siècle. Claude Le Peletier, ministre et contrôleur général des finances de Louis XIV, thèse, Histoire, Université Paris-Sorbonne, 2008.

9 Voir toutefois la présentation de l’administration des Bâtiments du roi sous Hardouin-Mansart dans Ringot Benjamin, Sarmant Thierry, « La surintendance des Bâtiments du roi sous Jules Hardouin-Mansart », op. cit., 2009.

10 Voir pour les lignes qui suivent les références de thèse, ouvrages et article cités note 7.

11 Comptes des Bâtiments du roi, Guiffrey Jules (éd.), Paris, Imprimerie nationale, 1882-1900, 5 vol. : vol. I, col. 120, 254 ; abrégé par la suite dans le texte Comptes.

12 Comptes des Bâtiments du roi, op. cit., vol. III, col. 641.

13 Ibid., vol. IV, col. 271 : appointements pour 1697.

14 Qu’il me soit permis de citer Mathieu Stoll qui m’a communiqué des noms et prénoms de commis liés ou désignés comme appartenant aux Bâtiments du roi rencontrés dans ses recherches ; qu’il en soit ici chaleureusement remercié.

15 Arch. nat., O1 1045 à 2805.

16 Arch. nat., O1 1246, n° 03 à 06.

17 Arch. nat., O1 2312 à 2321, registres des années 1700 à 1708.

18 Comptes des Bâtiments du roi, op. cit., vol. IV et V.

19 Claude Le Bas de Montargis est dit commissaire aux remboursements ; il s’agit vraisemblablement d’un titre de courtoisie accordé en vertu de son mariage avec la fille de Hardouin-Mansart.

20 Comptes des Bâtiments du roi, op. cit., vol. V, col. 554.

21 Ibid., col. 680.

22 Ibid., col. 193.

23 Pénicaut Emmanuel, « Les commis et premiers commis des bureaux du département de la guerre sous Michel Chamillart », in Annuaire-Bulletin de la société de l’Histoire de France, op. cit., p. 87-130.

24 Voir la fiche témoin présentée en annexe.

25 Nous avons choisi d’ajouter ce critère par rapport à la grille d’Emmanuel Penicaut car même si ces salaires ne représentent pas la totalité des rémunérations des commis, ils donnent une idée de la hiérarchie des emplois et de la place de leurs détenteurs.

26 Arch. dép., Yvelines (78), série 3E : dans les minutes des notaires Sellier, De Court, Lamy, Bruneau et Brisset.

27 Arch. nat., série Y.

28 Arch. dép., Yvelines (78), série B.

29 Jugie-Bertrac Sophie, Le Duc d’Antin, directeur général des Bâtiments du roi (1708-1736), thèse de l’École nationale des Chartes, 1986, 3 vol., 680 p. (dactyl.).

30 Le second se trouvant être un garde magasin dans la résidence royale de Marly.

31 Voir Fossier François, Les Dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France : architecture et décors, Paris, BNF/École française de Rome, 1997.

32 Voir Gallet Michel et Bottineau Yves, Les Gabriel, Paris, Picard, 2004.

33 Fossier François, Les Dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France…, op. cit., p. 45.

34 Caffin-Carcy Odile, « Les Hôtels de la surintendance des Bâtiments à Versailles », in Revue de l’Histoire de Versailles, t. 77, année 1993, p. 5-19.

35 Arch. nat., O1 1246, n° 03 à 06.

36 BNF, ms. fr. 21 156.

37 Chiffres collectés dans les Comptes des Bâtiments du roi, op. cit., t. IV et V.

38 Arch. nat., O 1 1253, n° 43.

39 Sarmant Thierry, Les Demeures du soleil, op. cit., p. 118.

40 Fossier François, Les Dessins du fonds Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France..., op. cit., p. 48.

41 Arch. nat., V2 38, le 4 septembre 1704 (achat de la charge de conseiller secrétaire du roi).

42 Favre-Lejeune Christine, Les Secrétaires du roi de la grande chancellerie de France : dictionnaire biographique et généalogique, Paris, Sedopols, 1986, t. II, p. 926 ; référence citée par Sarmant Thierry, Les Demeures du soleil, op. cit., p. 118.

43 Arch. nat., O1 1246, n° 05.

44 Le lien de parenté possible avec la famille Mansart pourrait expliquer cette différence.

45 Chiffres collectés dans les Comptes des Bâtiments du roi, op. cit., t. IV et V et dans les États de la dépense ordinaire.

46 Favre-Lejeune Christine, Les Secrétaires du roi de la grande chancellerie de France..., op. cit., p. 450-451.

47 Arch. nat., Minutier Central, CV, 1005.

Auteur

Doctorant, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CHISCO

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540