Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de nobles et de bourgeois

 | 
Jean Duma

Clientèles et réseaux

Henri de La Tour et ses réseaux

Romain Marchand

Texte intégral

1Henri de La Tour est un personnage méconnu de l’historiographie actuelle des guerres de religion et de la Régence. Né en 1555, le fils de François III de La Tour, vicomte de Turenne, et d’Éléonore de Montmorency, perdit très vite ses parents et fut pour cette raison élevé par son grand-père le connétable Anne de Montmorency. Après avoir passé de longues années à la Cour, il partit dans le sud-ouest du royaume pour soutenir Henri de Navarre en pleines guerres de religion. Il y révéla des talents militaires et diplomatiques qui firent sa renommée. Récompensé de ses services en 1591 par le mariage avec Charlotte de La Marck, héritière du duché de Bouillon et de la principauté souveraine de Sedan, il continua à rendre d’importants services à Henri IV. Son attitude fut par la suite extrêmement controversée jusqu’à sa mort en 1623, sa participation réelle, supposée voire fantasmée à la plupart des complots contre Henri IV et Louis XIII à partir de 1602, a conduit à un jugement très sévère de ses contemporains dont Henri de La Tour lui-même était conscient, comme le montre cette lettre adressée à Le Vasseur qui est alors à la cour :

  • 1 Arch. nat., R2 53 fol. 206, lettre écrite par Henri de La Tour de Sedan le 25 avril 1621.

Il vous a dit qu’il a esté parlé de moy en un certain conseil ou j’avois esté recogneu avoir des qualitez propres à servir le Roy&l’Estat : mais on y représenta que mes volonté estoient très mauvaises en plusieurs affaires, et qu’il ne se présentoit occasion ; ou ceux qui vouloient brouiller et desplaire au Roy ne vinssent recevoir mes conseilz, lesquels rendoient les affaires pires qu’elles n’estoient auparavant ; et que si on se pouvoit asseurer de moy et que ie voulusse promettre au Roy de n’avoir autres intentions que les siennes, et d’employer mon soing à toutes les choses que ie jugerois lui estre plaisantes advantageuses et honorables au bien de son Estat, qu’il me falloit donner toute sorte de contentement [...].
Quant à ce qu’on dit, que ceux qui ont voulu brouiller sont venus à moy pour avoir de mes conseilz, je n’ay peu empescher cela, et mesmes ay estimé qu’au contraire de ce qui est dit cy dessus qu’il y alloit de l’utilité des affaires du Roy et du Royaume, qu’ils voulussent se servir de mesd. conseilz : lesquelz ont esté pour les affaires generales ou pour la conduite de quelques particulieres. Au premier, je puis les garantir quand on les voudra examiner, d’y avoir eu tousiours un respect special de la manutention de l’authorité du Roy, de la manutention de son estat et de la durée de la paix. Au second, ou les particuliers me les demandoient ne fissent choses contraires à ce qui est dit, ny contrariant à leur honneur. Ainsy donc je n’estime point que la faute soit en moy : mais à l’interprétation ou concours des affaires qu’avoient avec respectz qui ne m’estoient pas cogneuz : en quoy ie pourrois avoir eu des conseilz dissemblables mais non contraires au bien du service du Roy.
[...]
Voilà donc ce que vous aurez à respondre et de quoy on se peut asseurer fermement, et qui tant qu’on estimera que le plus ou le moings de bienfaicts me facent advancer ou départir de mon debvoir on se trompera mon honneur et ma parole devant servir de veue à quiconque voudra iuger de l’advenir de mes actions, ainsy dittes à M. de Sceaux qu’il peut asseurer le Roy de mon service entier qui sera rendu agrablement, quand ie verray qu’on l’estimera estre faict par un vray devoir, et non par une apparente corruption1.

  • 2 Gœthe, Faust, acte I, Cabinet d’étude, vers 1338-1339.

2Ces vives critiques, dont Henri de La Tour se défend ici, expliquent la présentation actuelle du personnage par les historiens, et qui s’appuie sur un nombre limité d’épisodes et fait apparaître un homme à deux visages, construit sur les traits de Janus ou de Méphistophélès. Ses qualités exceptionnelles sont largement reconnues : compétences militaires tant au combat que comme organisateur d’une armée et meneur d’hommes, compétences diplomatiques illustrées à maintes reprises par d’âpres négociations (en particulier lors des accords de Nérac avec Catherine de Médicis, pendant l’automne et l’hiver 1578-1579) ou des ambassades aux réussites inespérées auprès des souverains protestants étrangers ayant pour résultat l’afflux de subsides et d’hommes vitaux pour l’effort de guerre d’Henri IV, compétences politiques dans le gouvernement de la principauté souveraine de Sedan qu’il dota d’un corpus de lois sans précédent et qu’il transforma en forteresse imprenable tout en mettant en place les conditions d’une période d’intense activité économique. L’autre versant de l’image est en fait une antithèse : comploteur, renégat, ingrat, Henri de La Tour est présenté par nombre de ses adversaires – en particulier par Sully dans les Oeconomies royales, mais aussi dans nombre de pamphlets – comme un diviseur. On lui confère toutes les caractéristiques propres au diable à tel point qu’en les lisant on y reconnaît les traits que Méphistophélès se donne : « Je suis l’esprit qui toujours nie, et c’est avec justice, car tout ce qui existe est digne d’être détruit2. » C’est donc à une véritable malédiction à laquelle on assiste, malédiction née par la rumeur et de son vivant qui projette de nos jours encore ses images.

3Dans cette lettre, deux aspects paraissent particulièrement importants. Tout d’abord une tentative par Henri de La Tour de se défendre : ses intentions et ses actes ont toujours été purs et ce qu’on dit de lui n’est que calomnie. À ce titre, cette lettre entre dans une stratégie épistolaire pour se justifier auprès de maintes personnes à la cour. Le deuxième aspect fondamental est l’évocation implicite des réseaux, dans la mesure où la calomnie repose sur l’interprétation des conseils qu’il a pu donner, ou est censé avoir donné, à ceux qui sont venus lui demander conseil. Sa faculté même de donner des conseils à un nombre ici indéterminé de personnes qui viennent le voir à cette fin lui fournit un potentiel d’action important qui est présenté dans le cadre de la calomnie comme un potentiel de nuisance politique exclusivement, le caractère non chiffré des personnes impliquées accroissant le caractère menaçant de cette capacité de conseil, d’autant que certains personnages comme le comte de Soissons y ont eu recours, c’est d’ailleurs le seul nom cité par Henri de La Tour dans cette lettre.

4L’étude des réseaux paraît donc ici comme un enjeu essentiel pour comprendre comment et pourquoi cette malédiction est née et quels étaient ses enjeux. On peut supposer que la puissance sociale, et donc politique, d’Henri de La Tour, était appuyée sur de tels réseaux qu’elle inquiéta ses contemporains, d’autant qu’il fut fortement impliqué dans la vie du royaume sous six rois successifs : Henri II, François II, Charles IX, Henri III, Henri IV et Louis XIII. Les rumeurs persistantes suscitèrent la propagande hostile au duc de Bouillon dans les années 1616-1617. Ce dernier est alors comme la plupart des grands en pleine révolte, mais plus que tout autre il est critiqué par les pamphlétaires royaux. Cela s’explique peut-être par le fait que tant de personnes entourent Henri de La Tour, du Sud-Ouest du royaume à Londres, des Pays-Bas à Genève, des plus humbles communautés locales aux grandes familles, de la cour au parti protestant, de la cour du roi de France aux cours étrangères, qu’un homme aussi puissant, quand il devient dissident, constitue une terrible menace car ses réseaux peuvent lui assurer des soutiens considérables dans tous les domaines. Malgré son ralliement au roi au début des années 1620, la rumeur et la propagande persistent et l’utilisation récurrente de l’image négative du duc de Bouillon sert à le paralyser progressivement sur le plan politique puisqu’elle l’oblige à se défendre préalablement à toute action alors qu’il ne réside plus à la cour, immobilisé physiquement par des attaques de goutte fréquentes et violentes.

  • 3 Le corpus total fin décembre 2008 de ces lettres est le suivant : 355 lettres écrites par Henri de (...)
  • 4 Arch. nat., R2 52. Archives municipales de Sedan, fonds Gourjault 65 J.

5La rumeur peut donc être utilisée comme un indicateur de la puissance sociale d’Henri de La Tour : cette dernière devait être colossale puisqu’elle fit peur. Il convient maintenant de se demander comment il a constitué cette puissance et d’étudier ces réseaux afin d’en comprendre la structure et les évolutions. Cette étude n’a jamais été tentée sur ce personnage et s’appuiera sur le croisement de plusieurs sources : étude statistique et qualitative de la correspondance3 – même si cette dernière présente le défaut d’être parfois très ponctuelle –, les mémoires de ses contemporains, en particulier Sully – même si ces derniers sont parfois très orientés ou limitatifs –, ses propres mémoires qui reposent sur une construction sur la longue durée mais ont été rédigés vingt ans après, et des sources notariées ou comptables4. Le croisement des sources peut permettre de pallier les insuffisances de chacune.

6Trois types de réseaux successifs et complémentaires apparaissent dans la vie d’Henri de La Tour : tout d’abord un réseau familial et curial, puis un réseau centré sur le Sud-Ouest du royaume et caractérisé par une identité religieuse forte autour du protestantisme, enfin un réseau qui se développe particulièrement à l’étranger et qui confère au personnage une puissance importante.

1555 – milieu des années 1570 : un réseau familial et curial

  • 5 de Turenne Henri, « Mémoires de Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, depuis duc de Boui (...)
  • 6 En effet, les dix premières années de sa vie sont évoquées en une demie page dans l’édition Michaud (...)

7Pour appréhender cette première phase des réseaux d’Henri de La Tour, la source la plus précieuse est ses Mémoires 55. Même s’ils sont écrits à la fin des années 1610 et même si les passages consacrés à son enfance sont réduits6, ils permettent de cerner les contours d’un réseau qui a deux caractéristiques principales : il est structuré autour de la famille Montmorency et se développe surtout à la cour.

  • 7 Ibid., p. 1.

8Né à Joze, dans les possessions auvergnates du vicomte de Turenne, Henri de La Tour se retrouve à l’âge de trois ans orphelin de père et de mère. Son grand-père maternel, le connétable Anne de Montmorency, décide alors de le faire venir à Chantilly courant 1558 pour l’élever. C’est un des facteurs principaux qui permet d’expliquer l’importance de la famille Montmorency dans les réseaux du tout jeune Henri de La Tour : le connétable, sa femme Madeleine de Savoie, leurs enfants. Leurs rôles sont aussi multiples que variés. Ils contrôlent les agissements du curateur Marcelin de Champetières et du tuteur François le Roy Chavigny, ces derniers nommés par Henri II ayant pour mission d’entretenir le patrimoine de la succession jusqu’à la majorité d’Henri de La Tour et de sa sour, et de leur donner les moyens de vivre selon leur rang. Les choix des Montmorency dans l’éducation d’Henri de La Tour sont décisifs : Madeleine de Savoie aurait décidé de ne pas trop pousser les études humanistes de peur qu’il ne devienne huguenot7. Ce sont aussi eux qui mettent en place progressivement le train de vie du jeune vicomte, sa maison, qui se développe peu à peu et finit par coûter 12 000 £ par an.

  • 8 Ses dix ans correspondent à l’année 1565 donc précisément à ce voyage entrepris par le roi.

9Cette familiarité constituée à Chantilly avec les Montmorency va marquer ses années à la cour. Il y est présenté à l’âge de dix ans par le connétable, sûrement au cours du tour de France royal de Charles IX et Catherine de Médicis même s’il n’en parle pas8. Ses années à la cour ont surtout pour cadre la région parisienne et il fut très apprécié par la famille royale :

  • 9 Ibid., p. 2.

Avec cette induction et mon esprit qui estoit assez relevé, j’observois non seulement ce qui convenoit à mon âge et aux occupations convenables, mais aux plus sérieuses affaires, ce que je pouvois facilement faire, n’y ayant aucune porte fermée, ny conseil où je n’entrasse, comme un enfant qui avoit bien de la bienveillance du Roy, de la Reine et de Messieurs9.

  • 10 Ibid., p. 9.

10Néanmoins, il est avant tout pendant cette période un témoin plus qu’un acteur des évènements politiques : il ne prend guère part au processus de prise de décision en raison de sa jeunesse. Il en va ainsi des conseils, de la surprise de Meaux en 1566, et même de la Saint-Barthélémy « où je ne fus ni massacré ni massacreur10 ».

  • 11 Ibid., p. 6.
  • 12 Ibid., p. 5. Ce fut Damville qui la choisit.

11C’est alors avant tout une période d’apprentissage politique et de constitution de réseaux de relations, en particulier autour de François d’Alençon, mais aussi de « huict ou dix jeunes hommes de bonne maison, entre lesquels estoient le puiné de Crevecoeur, deux de Bressieux et le cadet de Saint-Suplice11 ». Cet apprentissage se concrétise par le choix d’une maîtresse qui doit parfaire son éducation en le reprenant pour ses incivilités et en l’amenant à exceller : ce fut M elle de Châteauneuf dont il fut fort satisfait12.

12En réalité donc, il tire de sa proximité avec les Montmorency et François d’Alençon une position particulière à la cour : il est membre d’un tiers parti, indépendant de celui des Guise et de celui de Coligny. Cependant, la cohérence de cette période centrée sur un rôle d’apprenti et de spectateur, prend fin au cours des années 1572-1577 : cette période est un temps de basculement dont ses Mémoires rendent parfaitement compte, puisque ces années totalisent plus de la moitié de la longueur de ce document qui retrace pourtant sa vie sur 31 ans. Ces années correspondent à une maturation accélérée d’Henri de La Tour, qui passe alors le cap de la vingtaine, et fait des choix qui vont le marquer pour le reste de sa vie.

  • 13 Ibid., p. 8.
  • 14 Cette conjuration avait pour objectif de libérer François d’Alençon et Henri de Navarre.

13C’est à partir de l’année 1572 que des ruptures successives et de nature différente vont peu à peu remettre en cause le type de réseau, familial et curial, mis en place auparavant : remise en cause de son attachement à François d’Alençon par Henri d’Anjou qui tente de se rattacher Henri de La Tour mais échoue, en 157213 ; la même année, premier contact avec l’étranger, lors de l’ambassade de son oncle Montmorency à Londres au cours de laquelle il rencontra Elisabeth I re ; mais aussi premier complot avec François de La Noue et le prince de Condé, pendant le siège de la Rochelle en 1573, échec de la conjuration des jours gras en mars 157414... Peu à peu tout bascule pour Henri de La Tour, et dans ses mémoires commence à émerger un personnage dont le rôle était réduit auparavant : Henri de Navarre [voir Fig. 1 page suivante]. Parallèlement, la frustration née de la préférence de François d’Alençon pour Bussy d’Amboise est de plus en plus mal vécue.

14Au cours de ces années, la puissance sociale d’Henri de La Tour ne fait aucun doute pour les observateurs étrangers, ce qui tend à prouver que cette phase de maturation est aussi celle d’un développement de ses réseaux, comme tend à le souligner Jérôme Lippomano ambassadeur vénitien en France 1576-1577 :

  • 15 Tomaseo, Relations des ambassadeurs vénitiens, t. 2 p. 645.

le vicomte de Turenne, cousin de Montmorency, a la réputation d’un vaillant chevalier, très entreprenant ; il a des partisans à sa suite autant qu’il veut15.

  • 16 de Turenne Henri, « Mémoires de Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, depuis duc de Boui (...)
  • 17 Ibid., p. 32.

15Cette période clé est marquée par trois choix décisifs : départ de la cour pour la vicomté de Turenne en 157416, conversion au protestantisme, et rupture volontairement spectaculaire avec François d’Anjou et ralliement à Henri de Navarre en 157617.

Fig. 1. Nombre d’occurences par année d’Alençon, d’Anjou et de Navarre dans les mémoires du duc de Bouillon

Milieu des années 1570-1591 : un réseau rebelle, protestant et ancré dans le sud-ouest

  • 18 Les négociations de la paix de Nérac visent le retour à la paix civile entre protestants et catholi (...)

16La conversion d’Henri de La Tour a suscité dès son vivant une polémique : il se serait converti par intérêt et aurait rompu avec François d’Anjou car ce dernier frustrait son ambition démesurée en comblant Bussy d’Amboise de bienfaits alors qu’Henri de Navarre et le parti protestant lui ouvraient les sentiers de la gloire. Cette présentation des faits semble erronée : ce n’est pas parce qu’il a acquis une grande renommée quelques années plus tard, ce que rendent évidentes les négociations de la paix de Nérac18 au cours desquelles il est le plénipotentiaire d’Henri de Navarre, que cette dernière était offerte au départ.

17Bien au contraire il perdit beaucoup de soutiens au moins dans un premier temps :

  • 19 Advis donné au Roy par escript, par la Royne et par Monseigneur, sur le fait de la guerre et de la (...)

Il est à croire que le viconte de Turaine, le conte de Vantadour et autres ses parens, amys et serviteurs, qui ont beaucoup de moien, l’ayant suivy pour leur perte et ruyne, par plus forte raison reviendront avecques luy pour leur conservation, et se remettre en la bonne grâce de leur Roy19.

18C’est ainsi que son départ précipité de la cour et de Paris, sa rupture avec François d’Anjou et son ralliement à Henri de Navarre sont jugés début 1577 par la reine mère et François d’Anjou lui-même. La ruine est alors évidente : le parti d’Henri de Navarre est en pleine recomposition après sa décapitation lors de la Saint-Barthélémy et le rythme des conversions fait alors penser à son futur échec.

19Il n’a donc pas changé de réseau par intérêt, mais par conviction et par attachement à Henri de Navarre. C’est sa formidable capacité à se constituer un réseau dans le nouveau parti qu’il a choisi qui va lui permettre d’acquérir une grande puissance politique : au cours de cette période comme au cours de la précédente il est célibataire, on ne peut donc pas estimer que ces réseaux lui ont été spontanément acquis par un mariage dont le capital social aurait été important.

  • 20 de Turenne Henri, « Mémoires de Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, depuis duc de Boui (...)
  • 21 Ainsi Chananac qu’Henri de La Tour a chargé des fortifications de Saint Bauzire, lui écrit 16 juill (...)
  • 22 Comme Monsieur de Juzols le 22 octobre 1590 (R2 53 fol. 45).
  • 23 Comme les habitants de Bergerac (R2 54 fol. non numéroté).
  • 24 De 1574 à 1590, il reçoit 167 lettres (recensement jusqu’en décembre 2008) dont les deux tiers four (...)

20Le premier espace de la constitution de ce nouveau réseau est la vicomté de Turenne, qui va lui servir de base arrière pour toutes ses opérations dans le Sud-Ouest pendant les quinze années suivantes. Cela s’explique en partie par les droits particuliers du vicomte de Turenne, qui convoque et préside les états de la vicomté, qui est le garant des privilèges de cette dernière et jouit par la même d’une très grande autonomie. Les liens qu’il noue sur place sont d’emblée indépendants de sa conversion puisque dès son arrivée il est visité par « toute la noblesse catholique » et par nombre de protestants en 157420. Leur soutien est fondamental : ils lui permettent d’éviter d’être fait prisonnier par le sieur de Maignanne, venu spécialement à ClermontFerrand pour l’arrêter, de tenir des places fortes et d’éviter la saisie de certains de ses biens. Leur rôle est aussi primordial dans la collecte de renseignements : le moindre des agents de la vicomté21, le moindre gentilhomme membre de ce réseau22, la moindre communauté villageoise23, lui écrit et fournit au passage des informations très précieuses sur les mouvements de troupes ennemies, ce qui lui permet d’anticiper et de coordonner les opérations24. Les lettres de demande de protection, de services, de grâces diverses, sont aussi très souvent de précieuses sources d’information sur les opérations militaires dont Henri de La Tour est très bien informé.

21Le deuxième pilier du nouveau réseau qu’il se constitue est le prince qu’il a choisi et son parti : Henri de Navarre et le parti protestant. Très vite il devient dans l’entourage du roi de Navarre un homme de premier rang : dans les lettres de Catherine de Médicis adressées à Henri III lors des négociations des accords de Nérac au cours de l’automne et de l’hiver, il apparaît le plus souvent comme le seul nom cité, ou tout au moins le premier, lorsqu’elle rencontre Navarre et sa Cour, et ce de façon systématique. Ainsi dans sa lettre à Henri III du 4-5 octobre 1578, elle évoque une rencontre avec Henri de Navarre et son conseil :

  • 25 Lettres de Catherine de Médicis, t. VI 1578-1579, p 50 à 56.

Toutesffois, estant entré sur cela mondict filz le roy de Navarre avecques nous, et après l’avoyr prié fayre entrer ceulx de son Conseil qu’il vouldroit, aiant appellé avec luy ledict sieur de Turenne, sondict chancelier, Guitry et Ségur25 [...].

  • 26 D’octobre 1578 à avril 1579, Catherine de Médicis écrivit 52 lettres, la plupart à Henri III, pour (...)
  • 27 Dans ses mémoires, t. 1, p. 136-138, Sully raconte qu’il avait eu un conflit avec Frontenac, gentil (...)
  • 28 C’est Catherine de Médicis qui leur demande d’intervenir dès le jour du duel, comme le montre sa co (...)
  • 29 R2 53 fol. 24-26 : lettre de Serres à Henri de La Tour, 20 août 1589.
  • 30 De novembre 1590 à octobre 1591, il est envoyé dans une grande ambassade par Henri IV auprès d’Elis (...)

22Turenne devient pendant l’hiver 1578-1579 l’unique plénipotentiaire de Navarre auprès de Catherine de Médicis pour les négociations26. Il est alors apprécié par Duplessis-Mornay qui parle souvent de lui à sa femme, par La Trémoille. C’est cependant à cette époque qu’il se forge des ennemis farouches et durables, comme le jeune Rosny en 1576 lors de l’affaire Frontenac27, mais aussi Duras. En 1579, le duel avec ce catholique à Agen faillit lui coûter la vie et remettre en cause le fragile équilibre sorti des accords de Nérac tout juste négociés après six mois de discussion. Henri de Navarre et son entourage, Catherine de Médicis, Henri III et Damville intervinrent pour dissocier ce duel du conflit religieux et pour interdire toute vengeance, en particulier de la part des protestants, afin d’éviter des affrontements sanglants28. Les angoisses de Catherine de Médicis et d’Henri de Navarre sur une reprise du conflit, et le retentissement de l’affaire, soulignent le rôle central d’Henri de La Tour dans le parti d’autant que nombre de communautés protestantes lui écrivent, soit pour lui demander des services, soit pour lui donner des informations, le soutenir, l’encourager, le remercier pour les services rendus. Il en est ainsi en août 1589, le régicide à peine annoncé, Serres29 écrit à Henri de La Tour pour souligner le caractère providentiel de sa mission et en profite pour lui donner un tableau précis de la situation militaire dans le sud-est. Ce réseau se développe donc partout dans le royaume, et pas seulement dans le sud-ouest, et il s’étoffe aussi à l’étranger où Henri de La Tour multiplie les ambassades, en Angleterre, en Hollande, auprès des princes allemands30, en Suisse, pour aller chercher les hommes et les subsides nécessaires à l’effort de guerre d’Henri de Navarre.

23Son attachement à ce dernier est alors sans faille et il n’est pas du tout remis en cause par les tentatives de ralliement lancées par le roi en janvier 1587 vers Condé, Turenne, et Montmorency-Damville. Henri de La Tour est alors la tête d’un réseau qui lui permet de regrouper des informations venues de tout le royaume, de la cour comme des communautés, de ses agents comme du roi de Navarre. Il est alors de toute évidence l’un des personnages les mieux informés du royaume, ce qui lui confère une grande puissance.

1591-1623 : un réseau international et surpuissant ?

  • 31 Il y retourne au printemps 1596 et Élisabeth de Nassau l’y rejoint en février 1597 pour être présen (...)

24À partir de 1591, la structure du réseau d’Henri de La Tour change beaucoup. D’abord parce que sa fidélité et ses services sont récompensés par une principauté souveraine, Sedan, et un duché, Bouillon, grâce à son mariage avec Charlotte de la Marck, unique héritière de ces terres, alliance matrimoniale mise sur pied par Henri IV. Henri de La Tour quitte alors ses terres du Sud-Ouest, avec lesquelles il garde néanmoins des contacts privilégiés31, et s’installe à Sedan, principauté protestante. Jusqu’à sa mort, on peut distinguer trois phases dans l’évolution des réseaux du duc de Bouillon.

  • 32 Comme pour la vicomté de Turenne et les terres limousines, une étude systématique des réseaux d’Hen (...)
  • 33 Ce second mariage a été jugée de façon très noire, comme un temps de basculement entre les deux ver (...)
  • 34 Henri de La Tour avait rencontré Elisabeth Ire en 1572 lorsqu’il accompagna son oncle Montmorency e (...)
  • 35 Avec qui il échange une correspondance abondante.
  • 36 Ce dernier est le beau-frère d’Henri de La Tour : il a épousé Charlotte Brabantine, la sour d’Élisa (...)

25De 1591 à 1600, le réseau se développe et atteint son apogée car le statut de prince souverain et duc de Bouillon lui permet de diversifier les modes de construction de réseau et lui donne des moyens accrus. Du fait de sa nomination il devient le protecteur de tout un réseau de Sedanais32, qu’il s’agisse des notables membres du conseil souverain, des échevins, des pasteurs, des habitants, ou encore des protestants qui viennent se réfugier à Sedan. Pour tous il est la garantie des privilèges commerciaux octroyés par le roi de France. Sedan étant un refuge et un carrefour pour les protestants de toute nation, Henri de La Tour incarne désormais la protection de ces derniers, tant dans la principauté qu’à l’étranger, notamment en France, surtout après la conversion d’Henri IV. Le changement de sa situation géographique avec un basculement du centre gravité de son espace de vie du sud-ouest (pendant les quinze années précédentes) vers le nord-est (pour les trente deux années suivantes) explique aussi ce basculement, avec une ouverture sur les terres qui entourent la principauté et les États situés au nord ou à l’est du royaume, phénomène accentué par le mariage avec Élisabeth de Nassau33 puisque des membres de la famille Nassau sont installés à la tête de nombreux États : Hollande, Palatinat, Bavière. Ses deux mariages successifs, avec Charlotte de la Marck d’abord, avec Élisabeth de Nassau ensuite, sont l’occasion de la captation du réseau social contrôlé par ses deux belles-familles. Son statut de prince souverain lui permet enfin de développer de façon officielle un réseau d’ambassades et de liens avec les princes étrangers dont il bénéficie largement : le soutien de l’Angleterre est alors inconditionnel34, et les liens nombreux avec Maurice le Savant35, les cantons suisses, la famille d’Orange... Dans le même temps, sa clientèle parisienne est importante, soit pour affaires, soit pour lui transmettre des informations. Une étude est à mener sur la clientèle militaire qu’il a pu se constituer après sa nomination comme maréchal de France en 1592 et en raison de ses commandements, comme l’armée contre l’Espagne en 1595. L’année 1597 semble être une année d’apogée de ce réseau : il reçoit alors au moins36 lettres qui touchent à ses affaires personnelles, mais aussi à des affaires diplomatiques ou militaires : Pays-Bas, Espagne, guerre du Saint Empire contre la Turquie, paix de Vervins… L’intensité de cette correspondance est un signe du renforcement du réseau d’Henri de La Tour après le mariage avec Élisabeth de Nassau. Henri de La Tour dispose alors d’informations fraîches sur des espaces géographiques diversifiés, ce qui est un grand atout, notamment pour les négociations de la paix de Vervins auxquelles il est associé en tant que prince souverain.

  • 37 Biron allié avec le duc de Savoie et l’Espagne avait mis au point une tentative d’assassinat au for (...)

26De 1600 à 1606, le réseau d’Henri de La Tour est durement mis à l’épreuve mais reste solide. Les preuves sont encore insuffisantes, mais il semble que dès 1600, et peut-être même avant, Henri de La Tour n’était plus aussi bien en cour qu’auparavant et qu’une sorte de disgrâce le frappait. Sa situation ressemblerait alors à celle de Duplessis-Mornay, ou du duc de la Trémoille37. Malgré tout, son réseau est alors en pleine expansion, avec notamment la création de l’académie de Sedan en 1602 qui lui permet de se poser comme le protecteur des lettres et des professeurs protestants. Cependant l’épreuve la plus dure reste les soupçons qui ont pesé sur lui dans le complot du maréchal Biron et la tournure prise par le règlement de l’affaire. Soupçonné avant tout d’avoir connu les agissements de Biron 37 sans les révéler au roi, il refusa de se présenter à Henri IV qui voulait le rencontrer pour une franche explication d’homme à homme sans enjeu judiciaire. Le duc de Bouillon partit de Turenne pour Castres, se présenta devant la chambre de l’édit pour être jugé, et devant l’incompétence de ce tribunal prononcée par le roi, quitta le royaume pour la Suisse et Heidelberg avant de revenir vers Sedan. La fin de l’affaire est connue : le duc de Bouillon intervint dans la révolte du Limousin à l’été 1605 qui fut durement réprimée par le roi. En avril 1606, ce dernier marcha sur Sedan pour soumettre son infidèle cousin et obtint sa capitulation.

  • 38 Le 20 octobre 1603, le synode national protestant réuni à Gap répond à la lettre adressée par le du (...)
  • 39 Henri de La Tour a été informé en 1606 du contenu d’une discussion au cours de laquelle seuls Henri (...)
  • 40 Lettre d’Élisabeth de Nassau à Charlotte Brabantine duchesse de La Trémoille, 12 avril 1605, 1 AP 4 (...)

27L’affaire compte moins ici que l’occasion qu’elle procure d’observer un réseau dans une période de mise à l’épreuve et de constater qu’il ne craque pas, bien au contraire, même si Henri de La Tour perd très progressivement, et surtout sur la fin de l’affaire, nombre d’alliés. Tout au long de l’affaire, par des lettres qui pourtant les compromettaient, ses soutiens manifestent leur conviction de son innocence, en Auvergne et en Limousin, dans le parti protestant (notamment pendant le synode national de Gap en 160338), à la cour (d’où on l’informe des intentions du roi39), et à l’étranger notamment de la part des Pays-Bas, des cantons suisses et des princes protestants allemands40. L’analyse des Oeconomies royales de Sully montre que ce dernier, pour affaiblir Henri de La Tour, a procédé par étape pour le dissocier de ses réseaux : le réseau protestant, d’abord, lors du synode de 1605, le réseau étranger, ensuite, par une intense activité diplomatique déployée vers l’Angleterre, les Pays-Bas, la Suisse, le Saint Empire, le réseau limousin enfin par l’écrasement de la révolte de 1605.

  • 41 Sully, Mémoires de Maximilien de Béthune, duc de Sully, principal ministre de Henri-Le-Grand. Mis e (...)

28Les étapes de ce travail de démontage de la puissance d’Henri de La Tour montrent que les réseaux de clientèles d’Henri de La Tour sont constitués de branches autonomes les unes des autres, même si elles communiquent entre elles, l’Electeur Palatin ayant écrit, de l’aveu même de Sully, aux protestants assemblés à Gap en 160341 pour les assurer de son soutien au duc de Bouillon. Elles montrent aussi que le réseau constitué par Henri de La Tour était bien trop puissant et trop complexe pour être attaqué frontalement. C’est pour cette raison qu’Henri de La Tour n’est attaqué qu’au printemps 1606, une fois ce travail de neutralisation et de destruction sociale, politique et diplomatique achevé.

29Cependant, le pardon royal, octroyé lors de la soumission d’avril 1606, permet au duc de Bouillon de retrouver une situation normale au sein de l’entourage du roi et de la cour.

30Il est important de noter en l’occurrence que le réseau a tenu bon, que ses alliés n’ont jamais douté de son innocence comme l’indique cette lettre :

Monseigneur,
Encores que nous n’ayons iamais revocqué en doubte vostre innocence quelque poids que l’on ayt voulu donner aux calomnies que vos ennemis ont tasché de ietter contre vous, sy avons esté fort aysé d’entendre par la remonstrance que Monsieur Antoine Remold a faict icy touchant vos affaires

  • 42 Jean de Nassau, lettre adressée au duc de Bouillon le 25 janvier 1604 (Sedan, Archives municipales, (...)

31et apportant des preuves concrètes de l’innocence du duc de Bouillon42.

  • 43 Pour une étude détaillée de ces négociations voir Marchand Romain, « Le roi pardonne au duc de Boui (...)

32Cela plaide en sa faveur, et malgré la perte de son rôle « redistributeur » de la grâce royale entre 1602 et 1606, il a gardé des réseaux importants. Tous alors auraient pu l’abandonner au profit de ceux qui à la cour récupéraient le potentiel qu’il avait perdu. Mais ils sont restés fidèles jusqu’à la dernière heure. Leur soutien permit de maintenir tout au long de ces quatre longues années de disgrâce et d’éloignement, des négociations régulières entre le roi de France et le duc de Bouillon. Contacts non officiels avec des proches du roi, ambassades hollandaises, suisses ou allemandes pour demander des négociations, envoi d’émissaires, lettres des princes étrangers au roi de France43.

  • 44 Ces privilèges sont confirmés par lettres patentes le 10 juin 1606 et de nouveau en septembre 1611.
  • 45 Le 12 août, Henri IV prend un arrêt ordonnant la vérification des comptes des trésoriers de la Mais (...)
  • 46 Au cours de la guerre de la mère et du fils, Marie de Médicis le tient informé des déplacements de (...)
  • 47 Du 2 janvier 1621 au 3 janvier 1623, le duc de Bouillon écrit 25 lettres à Louis XIII dont 12 conce (...)
  • 48 Il est ainsi contraint de se justifier à la demande de Louis XIII en septembre 1621 sur les agissem (...)

33À partir de 1606 et jusqu’à sa mort en 1623, la donnée fondamentale qui marque les réseaux d’Henri de La Tour est le rapport de ce dernier au roi : son ralliement connaît alors des fortunes et des infortunes qui ont des enjeux importants. Les années 1606-1614 sont celles d’un fructueux ralliement au roi : en 1606 le pardon royal même s’il implique l’installation d’une garnison et d’un gouverneur français à Sedan, s’accompagne de la confirmation des privilèges des Sedanais44, de nouveaux versements d’argent et de l’arrêt du gel des pensions45. Les activités de l’académie et la création de l’Académie des Exercices en 1607, qui est une école militaire, permet l’afflux de jeunes nobles soucieux d’une formation militaire de qualité. En 1610 il s’associe avec ses réseaux comme tous les grands à la régente et au jeune roi. Pendant la régence, comme ses pairs, il va chercher à empêcher qu’un seul capte toute la grâce royale, tel Concini à la chute duquel il contribue. Comme tous les grands, le tarissement de la faveur royale et sa concentration aidant, il entre en révolte contre le roi en 1614 et fait le choix de soutenir la mère contre le fils. C’est au cours de cette période que son attitude est particulièrement décriée alors qu’elle est proche de celle de ses pairs. La propagande met de nouveau en avant ses agissements dans l’affaire Biron et on considère que malgré le pardon royal et son propre serment il est relaps et parjure – deux figures diaboliques –, que sa volonté de détruire l’autorité du roi, qui a échoué avec Henri IV, se déchaîne désormais contre Louis XIII. La rumeur et la propagande s’étoffent pour faire de lui un diable, et ce malgré sa fidélité à Marie de Médicis46, et son ralliement à Louis XIII, à partir de 1619-1620. Ce soutien se matérialise, entre autres, par un rôle d’intermédiaire avec les communautés protestantes pour aider le roi à mener sa politique dans les années 1620 et pour sauver la paix47. Malgré cela la rumeur persiste et concerne toutes les branches de son réseau à toute occasion : ainsi, quand on ne lui reproche pas d’utiliser ses agents à Londres contre les intérêts du roi, il est soupçonné de lever des hommes, ou de vouloir organiser un complot avec les invités du mariage de son fils48, les suspicions sur son ralliement alimentant aussi bien des critiques sur son infidélité supposée comme sur sa traîtrise envers les protestants…

Conclusion

34Les réseaux mis en place successivement par Henri de La Tour lui permirent de rallier dans ses clientèles un grand nombre d’individus et de communautés, situés en France ou à l’étranger, et de rangs sociaux divers. Ces réseaux furent de toute évidence perçus à l’époque comme colossaux et extrêmement dangereux, notamment par ses adversaires politiques, qui ne purent, pour l’affaiblir, que mettre en œuvre deux méthodes pour le neutraliser. La première est le combat frontal très bien préparé, ce qui impliquait de bien cloisonner les différentes composantes du réseau, comme le firent le roi et Sully en 1605-1606. La seconde est l’utilisation de la rumeur pour l’obliger à se justifier constamment et à se mettre sur la défensive. Cette seconde méthode a permis de le maudire de son vivant, et après sa mort, et a permis de construire la figure dominante du personnage dans l’historiographie actuelle.

35Malgré cela, on peut noter qu’Henri de La Tour est avant tout un homme fidèle dans ses alliances, un homme pragmatique qui a un haut sens de l’honneur, et un homme qui a une immense capacité à entretenir et constituer des réseaux. Des champs entiers de cette capacité et des enjeux mêmes de ces réseaux sont encore à étudier, en l’absence de travaux sur les réseaux de la vicomté de Turenne, des terres limousines et périgourdines des La Tour, sur ceux de Sedan et des terres de souveraines, ainsi que de Paris.

Notes

1 Arch. nat., R2 53 fol. 206, lettre écrite par Henri de La Tour de Sedan le 25 avril 1621.

2 Gœthe, Faust, acte I, Cabinet d’étude, vers 1338-1339.

3 Le corpus total fin décembre 2008 de ces lettres est le suivant : 355 lettres écrites par Henri de La Tour, 457 lettres qui lui sont adressées, 602 lettres qui l’évoquent. Manuscrites ou imprimées, elles sont consultables aux Archives nationales, à la Bibliothèque nationale de France, aux archives départementales des Ardennes, aux archives municipales et à la médiathèque, section du Patrimoine de Sedan.

4 Arch. nat., R2 52. Archives municipales de Sedan, fonds Gourjault 65 J.

5 de Turenne Henri, « Mémoires de Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, depuis duc de Bouillon, adressés à son fils le Prince de Sedan », in Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, première série, t. XI, annotations par Michaud Joseph-François et Poujoulat Jean-Joseph-François, Paris, chez l’éditeur du commentaire analytique du Code civil, 1838, 80 p.

6 En effet, les dix premières années de sa vie sont évoquées en une demie page dans l’édition Michaud-Poujoulat.

7 Ibid., p. 1.

8 Ses dix ans correspondent à l’année 1565 donc précisément à ce voyage entrepris par le roi.

9 Ibid., p. 2.

10 Ibid., p. 9.

11 Ibid., p. 6.

12 Ibid., p. 5. Ce fut Damville qui la choisit.

13 Ibid., p. 8.

14 Cette conjuration avait pour objectif de libérer François d’Alençon et Henri de Navarre.

15 Tomaseo, Relations des ambassadeurs vénitiens, t. 2 p. 645.

16 de Turenne Henri, « Mémoires de Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, depuis duc de Bouillon, adressés à son fils le Prince de Sedan », op. cit., p. 21-22. Il est poursuivi tout au long de son trajet par les agents du roi.

17 Ibid., p. 32.

18 Les négociations de la paix de Nérac visent le retour à la paix civile entre protestants et catholiques.

19 Advis donné au Roy par escript, par la Royne et par Monseigneur, sur le fait de la guerre et de la paix, 2 janvier 1577, BNF, « Cinq cents de Colbert », vol. 29, fol. 321. Il s’agit du ralliement de Turenne et Ventadour à Henri de Navarre.

20 de Turenne Henri, « Mémoires de Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, depuis duc de Bouillon, adressés à son fils le Prince de Sedan », op. cit., p. 22.

21 Ainsi Chananac qu’Henri de La Tour a chargé des fortifications de Saint Bauzire, lui écrit 16 juillet 1587 et l’informe des mouvements de troupe à partir des données qu’il a pu recueillir (R2 53 fol. 34).

22 Comme Monsieur de Juzols le 22 octobre 1590 (R2 53 fol. 45).

23 Comme les habitants de Bergerac (R2 54 fol. non numéroté).

24 De 1574 à 1590, il reçoit 167 lettres (recensement jusqu’en décembre 2008) dont les deux tiers fournissent des informations sur les opérations militaires. Cette proportion se retrouve dans l’échantillon de lettres publiées par Baguenault de Puchesse avec les mémoires du duc de Bouillon : 69,9 % des lettres adressées par Henri de Navarre à Turenne ont pour objectif de l’informer de la situation militaire (Mémoires du Vicomte de Turenne depuis duc de Bouillon, édition Baguenault de Puchesse, Paris, Librairie Renouard, 1901).

25 Lettres de Catherine de Médicis, t. VI 1578-1579, p 50 à 56.

26 D’octobre 1578 à avril 1579, Catherine de Médicis écrivit 52 lettres, la plupart à Henri III, pour faire un point quasi quotidien sur les négociations concernant l’application de l’édit (Lettres de Catherine de Médicis, t. VI, 1578-1579, édition du comte de la Ferrières, Imprimerie nationale, 1880). Dans chacune de ces lettres elle évoque Henri de La Tour comme son principal voire unique interlocuteur.

27 Dans ses mémoires, t. 1, p. 136-138, Sully raconte qu’il avait eu un conflit avec Frontenac, gentilhomme catholique de l’entourage du roi de Navarre. Turenne pourtant protestant aurait soutenu Frontenac ce qui contribua à scinder la cour du roi de Navarre en deux clans opposés mêlant catholiques et protestants. Ce conflit exaspéra le jeune marquis de Rosny qui voua une haine tenace au duc de Bouillon et le présenta dans les Oeconomies Royales comme l’homme responsable des maux du royaume. Chacune de leur rencontre est présenté comme un duel, le plus souvent verbal, cet épisode étant le premier de la série et constitue un archétype.

28 C’est Catherine de Médicis qui leur demande d’intervenir dès le jour du duel, comme le montre sa correspondance de la seconde moitié du mois de mars 1579.

29 R2 53 fol. 24-26 : lettre de Serres à Henri de La Tour, 20 août 1589.

30 De novembre 1590 à octobre 1591, il est envoyé dans une grande ambassade par Henri IV auprès d’Elisabeth Ire (il arrive à Londres le 15 novembre 1590), de Messieurs les états de Hollande et de l’Électeur Palatin (qu’il rencontre en février 1591).

31 Il y retourne au printemps 1596 et Élisabeth de Nassau l’y rejoint en février 1597 pour être présentée à la clientèle de la vicomté. Élisabeth de Nassau fait de nombreux séjours dans les terres limousines et périgourdines de son époux : fin 1598-début 1599, puis de 1600 à 1603 (à cette occasion Henri de La Tour la rejoint avant de partir à Castres puis en exil en raison de son implication dans l’affaire Biron), en 1614-1615, fin 1616-1617, en 1619 et en 1620. Les séjours d’Élisabeth sont toujours très longs et compensent dans les années 1610 l’incapacité d’Henri de La Tour à se déplacer en raison de la goutte. Dans l’intervalle les affaires sont administrées depuis Sedan, où les agents de la vicomté viennent rendre les comptes.

32 Comme pour la vicomté de Turenne et les terres limousines, une étude systématique des réseaux d’Henri de La Tour est en projet.

33 Ce second mariage a été jugée de façon très noire, comme un temps de basculement entre les deux versants du personnage : le brillant lieutenant d’Henri IV serait alors devenu un personnage diabolique, avide de pouvoir et de complots.

34 Henri de La Tour avait rencontré Elisabeth Ire en 1572 lorsqu’il accompagna son oncle Montmorency en ambassade à Londres : « Cette grande princesse commencoit à me donner des arres des grandes obligations que vous, mon fils, et moy avons de porter honneur à sa mémoire, ainsi que vous l’entendrez par la suite du discours de ma vie. » (de Turenne Henri, « Mémoires de Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, depuis duc de Bouillon, adressés à son fils le Prince de Sedan », op. cit., p. 8). Elisabeth I re l’a assuré de toute sa vie de son soutien.

35 Avec qui il échange une correspondance abondante.

36 Ce dernier est le beau-frère d’Henri de La Tour : il a épousé Charlotte Brabantine, la sour d’Élisabeth de Nassau. Ce lien familial mais aussi la grande affection qui unissent ces quatre personnages explique une intense correspondance : Henri de La Tour a écrit 115 lettres à sa belle-sour entre 1595 et 1620, Élisabeth de Nassau a écrit 276 lettres à sa sour de 1595 à 1623.

37 Biron allié avec le duc de Savoie et l’Espagne avait mis au point une tentative d’assassinat au fort Sainte Catherine pendant la guerre de Savoie en 1601. Pardonné par Henri IV à Lyon, il avait de nouveau été impliqué dans des projets de complots menés par l’Espagne, ce qui explique son arrestation à Fontainebleau en juin 1602 et son exécution en août.

38 Le 20 octobre 1603, le synode national protestant réuni à Gap répond à la lettre adressée par le duc de Bouillon le 11 septembre précédent et dans laquelle il clamait son innocence dont ils sont convaincus (Sedan, Bibliothèque municipale, section du Patrimoine, ms. 53, p. 443-448).

39 Henri de La Tour a été informé en 1606 du contenu d’une discussion au cours de laquelle seuls Henri IV, Sully, Dom Joan de Médicis et Errard étaient présents. Sully, Mémoires de Maximilien de Béthune, duc de Sully, principal ministre de HenriLe-Grand. Mis en ordre, avec des Remarques, Londres, 1778, t. 6, livre 23, p. 292.

40 Lettre d’Élisabeth de Nassau à Charlotte Brabantine duchesse de La Trémoille, 12 avril 1605, 1 AP 433 fol. 48 : elle évoque l’ambassade commune de quatre cantons suisses, de l’Électeur palatine et de plusieurs princes allemands non cités « de fasson que de longtemps l’on a veu un pareil envoye ». La mobilisation diplomatique autour d’Henri de La Tour est donc importante.

41 Sully, Mémoires de Maximilien de Béthune, duc de Sully, principal ministre de Henri-Le-Grand. Mis en ordre, avec des Remarques, op. cit., t. 5, livre 16, p. 143.

42 Jean de Nassau, lettre adressée au duc de Bouillon le 25 janvier 1604 (Sedan, Archives municipales, fonds Gourjault 26 P).

43 Pour une étude détaillée de ces négociations voir Marchand Romain, « Le roi pardonne au duc de Bouillon, avril 1606 », in Conciliation - réconciliation. Moyen âge, temps modernes, journée d’étude du CHISCO (11 octobre 2008), à paraître.

44 Ces privilèges sont confirmés par lettres patentes le 10 juin 1606 et de nouveau en septembre 1611.

45 Le 12 août, Henri IV prend un arrêt ordonnant la vérification des comptes des trésoriers de la Maison du roi, qui auraient suspendu le payement des gages du maréchal de Bouillon, Arch. nat., série E, 11b fol. 126 r°. Un arrêt ordonne le payement d’une somme de 1500 £ due au duc et maréchal de Bouillon pour ses gages de premier gentilhomme de la Chambre durant l’année 1605, le 10 mars 1607, Arch. nat., série E, 12b fol. 64 r°.

46 Au cours de la guerre de la mère et du fils, Marie de Médicis le tient informé des déplacements de ses propres troupes et des projets d’attaque, alors que ce type de correspondance est extrêmement risqué pour elle.

47 Du 2 janvier 1621 au 3 janvier 1623, le duc de Bouillon écrit 25 lettres à Louis XIII dont 12 concernent la situation du parti protestant. Il exhorte le roi à ne pas tenter le coup de force avec les protestants et évoque les conséquences funestes des bains de sang dont il a eu l’expérience par le passé. En 1622, il publie par deux fois une Déclaration aux assemblées de la Rochelle et de Montauban touchant l’obéissance deue au Roy pour le bien de la paix par le Comte de la Tour cy devant de la RPR, et un Manifeste du duc de Bouillon envoyé à Messieurs de la Religion.

48 Il est ainsi contraint de se justifier à la demande de Louis XIII en septembre 1621 sur les agissements de Le Blanc, accusé d’avoir profité d’un voyage pour négocier au nom du duc de Bouillon. Le Blanc n’étant que gruyer il n’avait pas de rang pour négocier et le voyage avait été entrepris à titre privé (R2 53 fol. 212, lettre du duc de Bouillon à Louis XIII, 21 septembre 1621).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Nombre d’occurences par année d’Alençon, d’Anjou et de Navarre dans les mémoires du duc de Bouillon
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540