Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de nobles et de bourgeois

 | 
Jean Duma

Clientèles et réseaux

Du réseau à l’individu. Quelques réflexions épistémologiques, à partir de trois exemples de réseaux égocentrés dans la seconde moitié du xvie siècle

Ariane Boltanski

Texte intégral

  • 1 Sur la définition d’une « relation personnelle », voir la mise au point de Testart Alain, Les Morts (...)

1La question du rapport entre « individu » et « réseau » constitue une problématique centrale des études menées en termes de réseaux, ces dernières décennies, en histoire et, plus largement, en sciences sociales. Cet article aborde cette question à partir d’un exemple concret : la manière dont un individu, Louis de Gonzague, duc de Nevers, s’inscrit dans trois types de réseau de relations personnelles1, un réseau de parenté, un (et même plusieurs) réseaux d’amitié, enfin un réseau de clientèle dont il est la tête en tant que puissant patron aristocratique.

2Comment l’insertion dans des réseaux, différents par la nature des liens qui les constituent, vient orienter les comportements, les stratégies d’un acteur et ce que l’on pourrait appeler son parcours biographique au sein d’une société, celle de la France de la seconde moitié du xvie siècle, elle-même très largement fondée sur les liens inter-personnels ? Comment alors le genre de relation, caractérisé par sa nature et par le contenu des échanges qu’il autorise, influe-t-il sur la configuration réticulaire (ce questionnement supposant une démarche distincte et presque inverse à celle de l’analyse de réseau développée par la sociologie contemporaine) ? Il est nécessaire, dans cette perspective, de comparer ces trois formes de relations personnelles et les réseaux qui en découlent. Mais encore faut-il, au préalable, s’interroger sur le type d’étude de réseau qu’il conviendrait de mobiliser dans ces cas de figure.

3Le problème de la place dévolue, respectivement, aux « relations » et aux « individus » dans l’analyse de réseau, telle qu’elle a été modélisée en particulier par la sociologie contemporaine, apparaît comme une entrée privilégiée pour évoquer les présupposés et certains des principaux concepts associés à cette approche, dans la mesure où il en constitue précisément une base épistémologique essentielle. Nous évoquerons ce problème général à titre préliminaire, en signalant, sans doute trop succinctement, les voies par lesquelles cette forme d’analyse a pu se développer au sein des sciences sociales, puis en mentionnant certaines des interrogations que peut poser la transposition de ce modèle dans le champ historique et, plus spécifiquement, dans des recherches portant sur la première modernité. Nous porterons ensuite notre attention sur l’exemple des réseaux personnels structurés autour du duc de Nevers, dans la seconde moitié du xvie siècle, en nous efforçant de décrire et d’analyser les types de relations à l’ouvre dans ces différentes configurations.

Les analyses de réseaux

  • 2 Voir, par exemple, Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, 2004, p. 3 (...)

4Les approches en termes de réseaux se sont multipliées, depuis les années 1970, dans les sciences sociales2 et il existe aujourd’hui un nombre considérable d’études, relevant de différentes disciplines, qui abordent cette thématique, parfois dans le prolongement direct de l’analyse de réseau (network analysis) sociologique, un courant particulièrement riche dans ce domaine, parfois de manière moins modélisée, sans se limiter pour autant à un usage métaphorique de cette notion. Sans entrer dans le détail d’une genèse de la construction du concept de réseau et des autres notions employées par les études de systèmes réticulaires, ce qui dépasserait très largement les possibilités d’un bref article, on mentionnera ici quelques étapes au sein de ce cheminement.

  • 3 Voir Scott John, Social network analysis. A handbook, Londres, Sage, 1991, p. 7-8. Dedieu Jean-Pier (...)
  • 4 Selon certains analystes (Michel Forsé et Simon Langlois par exemple), il convient d’insister sur l (...)

5Les analystes de réseaux rappellent fréquemment que la notion de réseau a d’abord été mise en valeur par ce que l’on pourrait désigner comme une génération de précurseurs. Parmi ces derniers, interviennent en particulier des anthropologues et des sociologues, notamment, autour de l’école de Manchester, dont James Clyde Mitchell est, entre autres, un important représentant3. Ces recherches se signalent d’emblée par l’insistance sur la description des liens sociaux et des réseaux relationnels, de manière à interpréter des phénomènes présentés comme négligés dans d’autres schémas, sociologiques ou anthropologiques, plus classiques4. James C. Mitchell donne d’un réseau social la définition suivante :

un ensemble particulier d’interrelations entre un ensemble limité de personnes, avec la propriété supplémentaire que les caractéristiques de ces interrelations, considérées comme une totalité, peuvent être utilisées pour interpréter le comportement social des personnes impliquées.

  • 5 Mitchell James Clyde, Social Networks in Urban Situations. Analyses of personal relationships in Ce (...)
  • 6 Barnes John A., « Class and Committees in a Norwegian Island Parish », in Human relations, t. 7, n° (...)
  • 7 Bott Elizabeth, Family and Social Network. Roles, Norms, and external Relationships in Ordinary Urb (...)

6Les comportements sociaux des individus reflèteraient ainsi leur inscription dans un réseau, ou encore le réseau, sa structure, la densité d’interrelations qu’il présente et leur agencement, permettraient d’expliquer les comportements de ses membres, en tout cas mieux que d’autres déterminants, comme l’appartenance à un groupe social ou à une institution5. John A. Barnes a, sans doute, parmi ces précurseurs, le premier, théorisé la notion de réseau social avec un article de 1954 dans lequel il examine ce qu’il appelle un « système social », opérant au sein d’une paroisse de l’ouest de la Norvège, Bremnes, animée essentiellement par l’activité de la pêche. Barnes s’efforce d’isoler des champs de relations et en distingue plus particulièrement trois : le territoire, structuré par des unités administratives hiérarchisées ; le travail, centré sur des unités organisées, elles aussi, au sein d’une hiérarchie découlant de la commande industrielle ; enfin, les liens de parenté, d’amitié et de connaissance, troisième champ, à propos duquel il élabore l’idée de « réseau social » (social network). Par le terme de réseau, il souligne qu’il souhaite évoquer d’abord l’image d’un ensemble de points, dont certains sont reliés par des lignes ; ces points représentent des individus, ou parfois des groupes, et ces lignes indiquent quels individus interagissent avec quels autres. Ce réseau est présenté comme ouvert, sans claires divisions internes6. L’étude d’Elisabeth Bott (1957) sur un groupe, certes réduit à une vingtaine de couples londoniens, a souligné, pour sa part, les liens entre la répartition des rôles sociaux et les réseaux dans lesquels s’insèrent les acteurs7.

  • 8 Le « sociogramme » élaboré par Moreno utilise des points et des lignes fléchées, établissant un sen (...)

7Par ailleurs, dans le domaine de la psychologie sociale, à partir des années 1930, les recherches sociométriques, plus particulièrement les travaux de Jacob Lévy Moreno, mettent au point des méthodes d’analyse dédiées à l’étude des interactions entre individus et, peut être plus important encore, élaborent des techniques de représentation (avec l’invention des sociogrammes) et d’interprétation des structures relationnelles, déjà fortement modélisées. Les études sociométriques contribuent à diffuser une première forme de cartographie des réseaux – ces images de réseaux étoilés dans lesquelles les relations sont figurées par des lignes orientées et les individus par des points – même si, sur le plan tant de la figuration des structures réticulaires, de la modélisation mathématique, que de l’élaboration des concepts clefs de l’analyse de réseau, la théorie des graphes permettra ensuite de développer et d’affiner considérablement ces premiers apports8.

  • 9 Sur la multiplicité de ces courants et, par exemple, l’importance des modèles connexionnistes dével (...)
  • 10 Voir, notamment, Goffman Erving, « L’ordre de l’interaction », in Goffman Erving, Les Moments et le (...)

8D’autres courants théoriques ont contribué, à partir des années 1950- 1960, à orienter l’intérêt des sciences sociales vers l’interprétation des dynamiques relationnelles, au détriment des paradigmes structuralistes et fonctionnalistes, comme des philosophies essentialistes9. L’approche « interactionniste » développée par exemple par le sociologue américain Ervin Goffman s’efforce de restituer les processus de construction des réalités sociales par les acteurs eux-mêmes en les considérant dans le cadre strict de leurs interactions (souvent concrètes et quotidiennes) au sein de situations données10. L’attention relativement nouvelle des analyses sociales sur les réseaux et, plus largement, sur les relations interprétatifindividuelles résulte donc sans doute d’une convergence de courants théoriques de différentes origines, convergence susceptible d’impulser un véritable tournant interprétatif, particulièrement sensible dans les recherches actuelles.

  • 11 Granovetter Mark, « Introduction pour le lecteur français », in Granovetter Mark, Le Marché autreme (...)
  • 12 Il s’agit bien ici de suggérer des étapes épistémologiques et non de décrire ces théories, évoquées (...)
  • 13 Granovetter Mark, « The Strength of Weak Ties », in American Journal of Sociology, 1973, t. 78, p. (...)
  • 14 Notamment, Burt Ronald S., Structural Holes. The Social Structure of Competition, Cambridge (Mass.) (...)
  • 15 Entre autres, White Harrison C., An Anatomy of Kinship, Englewood Cloffs, Prenice-Hall, 1963 ; Boor (...)

9Un intérêt spécifique à la structuration des réseaux et surtout une démarche véritablement systémique adaptée à leur description se développent avec la network analysis fondée par la sociologie américaine au tournant des années 1960 et 1970. Le groupe de Harvard, réuni autour d’Harrison White et auquel participe, notamment, Mark Granovetter donne alors une impulsion décisive à l’analyse de réseau, tant dans sa formalisation théorique, avec l’élaboration d’une méthode appuyée sur des modèles mathématiques, que dans sa diffusion au sein de la communauté scientifique, et il établit en particulier les fondements de la structural analysis (analyse structurale)11. Parmi les principaux jalons qui vont permettre de bâtir cette approche, éminemment complexe et dont il n’est guère possible d’évoquer en détail les différents apports12, on mentionnera, dans l’ordre, au premier titre, la théorie de « la force des liens faibles » par Mark Granovetter13, puis, dans le domaine de l’analyse structurale, celle des « trous structuraux » (Ronald Burt14) et, parallèlement, de « l’équivalence structurale » développée par H. White et plusieurs de ses collègues (tel que R. Breiger) et prolongée par l’élaboration de procédures de modélisation (avec le Blockmodeling ou modélisation par blocs15).

  • 16 Emirbayer M. et Goodwin J., « Network Analysis, Culture and the Problem of Agency », op. cit., p. 1 (...)
  • 17 Imizcoz Beunza José Maria, « Communauté, réseau social, élites. L’armature sociale de l’Ancien Régi (...)
  • 18 Imizcoz Beunza José Marin, ibid., p. 32. Également Lemercier Claire, « Analyse de réseaux et histoi (...)
  • 19 Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 93-97 ; Forsé Michel et Langlois Simon (...)

10L’analyse de réseau ainsi modélisée, par l’accent essentiel qu’elle place sur la dimension relationnelle des réalités sociales, s’est construite, initialement au moins, contre des approches antérieures, notamment contre une sociologie classificatoire qui privilégiait les « catégories ». Il s’agissait, aux yeux des analystes de réseau, de se libérer des outils conceptuels utilisés par la sociologie traditionnelle, tels que les « groupes sociaux », les « classes sociales », les « catégories socio-professionnelles », même les institutions et la domination des structures macrosociales16. C’est ce présupposé « anti-catégorie » qu’exprime ainsi José Maria Imizcoz Beunza, en introduction d’un article sur l’armature sociale de l’Espagne d’Ancien Régime, lorsqu’il souligne qu’il est nécessaire de privilégier une analyse relationnelle face aux études antérieures, axées sur des catégories (classes, couches, groupes sociaux) qui n’auraient qu’une valeur relative, parce que définies a priori par le chercheur, et tendraient à masquer les individus en tant qu’acteurs réels de la société17. Une évolution s’est cependant dessinée en la matière et les tenants de l’analyse de réseau (comme Imizcoz Beunza d’ailleurs) soulignent désormais plutôt la nécessité d’associer l’analyse classificatoire ou catégorielle et l’analyse relationnelle18. S’ajoute à cette orientation une double opposition essentielle au sein de la théorie sociologique des réseaux, d’une part, à des démarches associées à l’individualisme méthodologique, qui, aux yeux des analystes de réseaux, tendent à « atomiser » les individus, sans prendre en compte les relations qui les associent et, d’autre part, à des approches macrosociologiques et à des modes de description structuralistes19.

  • 20 Voir à ce propos Forsé Michel et Langlois Simon, « Présentation - Réseaux, structures et rationalit (...)
  • 21 Claire Lemercier (article cité supra) montre ainsi comment l’analyse de réseau a pu être utilisée e (...)
  • 22 Ces réseaux que la raison ignore, Callon Michel et al. (dir.), Paris, L’Harmattan, 1992. Degenne Al (...)
  • 23 Ces réseaux que la raison ignore, op. cit., p. 91. Sur cette distinction, voir aussi Mercklé Pierre (...)
  • 24 L’analyse structurale a, de ce point de vue, utilisé les techniques héritées notamment de la théori (...)
  • 25 Lemercier Claire, « Analyse de réseaux et histoire », op. cit., p. 91 ; Mercklé Pierre, Sociologie (...)
  • 26 Lemercier Claire, « Analyse de réseaux et histoire », op. cit., p. 92 et 94 ; Mercklé Pierre, Socio (...)

11La finalité de l’analyse de réseau est d’étudier l’implication des individus dans des dispositifs relationnels, selon une démarche présentée comme essentiellement empirique. Pour ce faire, le chercheur ne suppose pas que la société serait dominée par des structures pré-existantes et transcendantes qui s’imposeraient aux individus, exerçant sur leurs comportements un déterminisme d’ordre socio-politique. C’est l’analyse de réseau qui permet de déceler une structure sociale, sous la forme, par exemple, de relations plus stables, plus fréquentes20. Elle s’intéresse donc à la position des acteurs dans un réseau et, à travers une étude morphologique, à la structure du réseau dans son ensemble, en fonction par exemple, de sa taille et de la densité et de la régularité des liens. À cet égard, l’analyse de réseau formule bien une méthode instrumentale, mobilisable dans des recherches relevant de domaines variés21, même s’il serait évidemment réducteur de ramener la théorie des réseaux à une simple « boîte à outils », comme le souligne suffisamment l’importance des évolutions qu’elle a favorisées (voir supra), constituant, selon certains chercheurs, un nouveau paradigme sociologique22. Il est possible de mener, dans ce cadre, deux types d’études, cette distinction ayant également favorisé, on y reviendra, le développement de deux voies en partie divergentes au sein des travaux sur les réseaux : le chercheur peut procéder à l’étude d’un réseau dit « personnel » ou « égocentré », en examinant les relations directes nouées par un individu (dénommé « ego » dans l’analyse) et, secondairement, les relations que les individus reliés à « ego » entretiennent les uns avec les autres. Il peut également tenter d’entreprendre une analyse dite « structurale », portant alors sur des « réseaux complets », s’il est en mesure d’étudier les liens internes associant tous les individus entre eux dans une population définie et limitée23. L’analyse des réseaux, en particulier l’analyse structurale formalisée (mais pas exclusivement), vise à recueillir des données quantifiées, statistiques, précisément mesurables24. À côté des représentations en graphes, qui ont été parfois critiquées, notamment pour leur manque de lisibilité, l’analyse modélisée utilise des logiciels ad hoc (Structure, Ucinet, Pajek et autres), susceptibles de traiter une liste de relations ; pour ce faire, l’analyste aura au préalable défini strictement le ou les formes de relation, ainsi que le corpus (d’individus ou autres), considérés par l’enquête25. Pour parvenir aux finalités complètes de ce type d’étude, il existe, cependant, une contrainte, certes beaucoup plus présente en matière d’analyse structurale : le chercheur doit tendre à restituer la totalité des liens existants (ou, inversement, il devrait pouvoir déterminer avec certitude qu’il n’y a pas de liens), pour la ou les relations précisément prises en charge par l’étude, au sein de la population définie, dont les limites ont été clairement posées face à un « extérieur » du réseau26.

  • 27 Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 4 et 94 ; Forsé Michel et Langlois Sim (...)
  • 28 Ibid., p. 224 ; Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 90. Pierre Parlebas ex (...)

12Dans l’analyse de réseau, les individus ne sont pas seulement regardés comme des « points » unis par des relations, puisqu’on leur reconnaît un certain nombre « d’attributs » qui découlent de leurs différentes identités et appartenances (l’âge, le sexe, l’adhésion à un parti, la classe sociale, les croyances religieuses, l’appartenance ethnique, etc.). Ces « attributs » participent d’un « capital relationnel » investi dans les relations sociales qu’ils développent ; ils trouvent leur sens, variable en fonction de la relation, dans des interactions, ce qui tend à influer également sur la structure réticulaire. Ainsi, les comportements des acteurs et leurs interactions sont susceptibles de générer du réseau, donc de la structure sociale, tout comme la structure influe sur leurs comportements et leurs relations27. Il ne s’agit plus, dans cette perspective, de définir uniquement les acteurs par un ensemble de caractéristiques établies, qui dépendraient de leurs différentes identités et attachements sociaux. La dimension réticulaire peut sembler, de ce fait, nécessairement primordiale face à la dimension individuelle, regardée comme secondaire ; les relations sont essentielles face à un individu placé en retrait28. L’analyse de réseau n’avait peut-être pas, cependant, pour finalité dominante, à l’origine, de placer l’acteur et le domaine de l’action dans une position subordonnée, comme l’indique M. Granovetter. Revenant après coup (en 2000) sur les principaux positionnements théoriques de ce modèle, il souligne sa vocation à relier « action individuelle » et « structures macrosociales » et non à négliger ces deux dimensions, tout en mettant en évidence la condition induite par cette démarche, l’obligation d’observer ce niveau intermédiaire ou « méso » au détriment des deux autres :

  • 29 Granovetter Mark, « Introduction pour le lecteur français », op. cit., p. 35.

cela ne veut pas dire que les réseaux sont plus importants que les deux pôles qu’ils relient ainsi, mais plutôt qu’ils permettent de faire passer des relations de causalité d’un niveau à l’autre. Par ailleurs, puisque presque tous les travaux sociologiques s’intéressaient exclusivement, soit au niveau micro, soit au niveau macro, et négligeaient ce niveau intermédiaire fondamental qui permet de saisir les causes immédiates d’un très grand nombre d’actions sociales, il était légitime de s’y consacrer exclusivement29.

  • 30 Notamment, Stryker S., « Identity Salience and Role performance : The Relevance of Symbolic Interac (...)

13Face à un durcissement de cette perspective, favorisant notamment une tendance à la dépersonnalisation, plus sensible dans le cadre de l’analyse structurale et en particulier dans les recherches les plus abstraites et les plus mathématiques (ainsi dans la lignée des théories de l’équivalence structurale et du Blockmodeling), les tenants de l’analyse de réseau ont, dans certains domaines, évolué ces dernières années, de manière inverse, vers des positions nuancées. Certaines études historiques en particulier à propos des mobilisations sociales et militantes exploitent largement ainsi le concept d’identité, notamment à partir de la théorie élaborée par Sheldon Stryker30 d’une identité dominante, investie comme telle par l’acteur dans un certain contexte, au sein d’un ensemble d’identités hiérarchisées, et aboutissent alors à une forme de compromis entre primauté des déterminants individuels et primauté de la structure engendrée par le réseau.

Analyse des réseaux et histoire

14La transposition des apports de l’analyse sociologique des réseaux en histoire tend à suivre deux voies principales, relevant, pour ainsi dire, de deux volets des théories réticulaires, associés mais en partie distincts.

  • 31 Padgett John F. et Ansell Christopher, « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434 », in (...)
  • 32 Rentet Thierry, « Network Mapping : Ties of Fidelity and Dependency Among the Major Domestic Office (...)
  • 33 Descimon Robert, « Réseaux de famille, réseaux de pouvoir ? Les quarteniers de la ville de Paris et (...)

15La théorie des réseaux peut, en effet, être mobilisée essentiellement au sein d’une analyse structurale, modélisée, fréquemment informatisée, fondée sur des calculs matriciels et des résultats statistiques. Celle-ci portera son attention avant tout, on le sait, sur l’anatomie du dispositif réticulaire et sur les questions relatives aux positionnements des acteurs (des points), sans qu’il soit nécessairement indispensable de s’attarder sur leurs propriétés (ainsi quand il s’agit d’individus) et sur la différenciation éventuelle entre les formes de relations intervenant dans un même réseau. C’est probablement ce type d’étude structurale qui peut poser le plus de difficultés aux travaux historiques portant sur la première modernité, même si ces dernières ne sont pas toujours insurmontables (voir infra). Ces problèmes techniques tiennent d’abord aux sources, souvent lacunaires, fréquemment hétérogènes sur une étude donnée et non standardisées ; elles peuvent, à cet égard, apparaître relativement peu fiables pour une enquête statistique, tout en étant très abondantes pour la période moderne, ce qui entraîne des dépouillements considérables si l’on souhaite tendre à l’exhaustivité sur une population et sur une (ou plusieurs) relations données. Il s’avère fréquemment difficile, voire impossible, de répondre alors aux contraintes de l’analyse structurale, en particulier pour ce qui concerne l’établissement des limites de l’ensemble analysé et, peut être plus encore, la certitude, même relative, touchant la présence ou l’absence de relation à l’intérieur du réseau. Cette approche a, cependant, donné lieu à des applications et des recherches tout à fait pertinentes, dont l’exemple le plus caractéristique demeure sans doute l’étude réalisée par John Padgett et Christopher Ansell, notamment à partir de la théorie des trous structuraux, sur l’établissement au pouvoir de Cosme de Médicis à Florence dans le premier tiers du xve siècle31. Certaines recherches historiques, par exemple récemment celle de Thierry Rentet, suggèrent la possibilité de mener cette forme d’étude pour un échantillon relativement restreint au sein d’une configuration réticulaire plus vaste32. D’autres travaux montrent l’intérêt d’une étude de structure, sans en passer peut être par une approche aussi formalisée, ainsi l’enquête menée par Robert Descimon, que l’auteur place dans la lignée des perspectives ouvertes par Padgett et Ansell, sur les réseaux constitués, à Paris au xvie siècle, par certaines parentèles, notamment via l’alliance, pour contrôler le pouvoir municipal et, en particulier, les seize quartiers de la ville33.

16Par ailleurs, il convient de souligner l’intérêt d’un second volet de la théorie des réseaux. Cette dernière a contribué à préciser et à articuler différemment des concepts (tels que les notions de « capital relationnel », de « multiplexité » des liens, de « centralité », « d’intermédiarité », etc.) qui permettent de préciser largement l’analyse des contenus relationnels, et ce, en particulier, quand il s’agit de relations personnelles et non institutionnelles. Hervé Leuwers indique ainsi comment les vingt dernières années ont été marquées par un renouvellement des recherches sur les sociabilités, portant plus particulièrement sur le xviiie siècle et la période révolutionnaire, notamment du fait du passage d’un regard centré sur les institutions à des interrogations nouvelles sur les réseaux et espaces de sociabilité. Il souligne que la problématique des réseaux permet de donner :

  • 34 Leuwers Hervé, « Pratiques, réseaux et espace de sociabilité au temps de la Révolution française », (...)

une vision dynamique de l’échange [...], mettant au cour de l’étude la circulation des savoirs, des nouvelles ou des objets, voire les parcours personnels dans un « espace de sociabilité » où l’individu apparaît avec ses attaches diverses34 [...].

  • 35 Ibid., p. 47 pour la citation ; l’auteur montre que de nombreux travaux historiques récents portant (...)

17De cette seconde orientation, les historiens ont d’abord tiré, en se libérant d’approches trop strictement classificatoires et institutionnelles, une attention beaucoup plus poussée aux relations personnelles dans les sociétés anciennes et cela, comme l’indique H. Leuwers, au sein « d’une réévaluation globale de la place de l’individu dans le processus historique, de la part d’initiative qu’il peut prendre par rapport aux groupes dont il est membre et qui forgent en partie son identité35 [...] ». Ils y ont également gagné des outils susceptibles d’affiner considérablement la description et la différenciation de la nature des relations et des attachements noués par les individus, au sein d’une approche contextualisée des pratiques et des représentations d’Ancien Régime. C’est dans cette seconde perspective et donc dans le cadre d’une acception plus sémantique que formelle de la théorie des réseaux, favorisant une meilleure prise en compte des propriétés de l’acteur et du contenu de ses échanges relationnels, que nous souhaitons nous placer pour cette recherche.

Les réseaux de Louis de Gonzague

  • 36 Les données présentées ci-dessous sont largement tirées de nos recherches de doctorat sur la maison (...)

18Louis de Gonzague, duc de Nevers de 1565 à sa mort en 1595, prend part à plusieurs formes de réseaux égocentrés. Ces réseaux diffèrent en particulier par le type de lien – des relations de parenté, d’amitié et de clientèle – qui unissent cet individu-ego à leurs autres membres36. C’est à la nature et aux contenus de ces relations, à la manière dont elles orientent l’existence et l’action des individus pris dans ces différentes configurations, que nous allons plus particulièrement nous intéresser à présent.

  • 37 Il fait parti des « Grands » selon la définition qu’Arlette Jouanna donne de cette catégorie : Joua (...)

19Par son inscription dans un réseau de parenté, Louis de Gonzague tire d’abord une éminente dignité aristocratique, associée à sa « naissance » et à la position d’ordre statutaire qu’elle confère. Par la naissance, en effet, il n’est en rien indigne du beau mariage qu’il conclut en 1565 avec une riche et puissante héritière, Henriette de Clèves, union qui lui permet, avec la bienveillance et l’intervention du monarque, de prendre place à la tête de la maison de Nevers. Italien, troisième fils de Federico Gonzaga, duc de Mantoue, il appartient à une lignée de princes souverains, vassale de l’Empereur. Ses origines françaises sont, cependant, toutes proches, puisque, par Anne d’Alençon, sa grand-mère, ce cadet des Gonzague est issu du sang des Valois. Enfin, par sa mère, Marguerite Paléologue, marquise de Montferrat, il descend en droite ligne des Empereurs de Byzance. Cette haute dignité explique que ce « prince étranger37 » n’a pas été regardé, par la noblesse du royaume, comme un parvenu, parti de rien ou un favori, élevé par la seule grâce du souverain.

  • 38 Sur ce type de stratégie, voir également voir Nassiet Michel, « Réseau de parenté et types d’allian (...)

20Louis de Gonzague appartient à l’une des grandes maisons nobles italiennes, aux nombreuses ramifications (trois branches collatérales se distinguent au xvie siècle à côté de la lignée des ducs de Mantoue), elle-même alliée à d’autres familles illustres. La parenté attribue au duc un réseau de parents, proches et lointains, d’alliés et affidés. Ce réseau constitue un ensemble de ressources relationnelles, pour Nevers et, indirectement, pour son protecteur, le roi de France, ressources qui vont pouvoir être mises à profit sur le plan politique, diplomatique et même religieux. Mais la parenté suggère aussi un faisceau de contraintes, soulignant l’ambivalence des relations personnelles (peut être plus encore lorsqu’elles sont héritées), particulièrement sensible pour la noblesse. Ainsi, l’inscription dans ce réseau donne lieu à une série de déterminations sur l’itinéraire personnel de ce prince, à commencer par sa venue en France. Le cadeau par sa famille de Louis de Gonzague, alors âgé de dix ans, aux Valois s’explique notamment par sa position de cadet au sein de la lignée ducale. Entre autres impératifs, son établissement auprès de la maison royale (initialement pour y servir le dauphin), permet d’accommoder son destin, dans l’espoir qu’il pourra recueillir en France l’héritage de sa grand-mère, Anne d’Alençon ; il correspond également à une stratégie, récurrente chez les Gonzague, qui consiste à former, par segmentation du patrilignage, des branches cadettes qui, le cas échéant, pourraient succéder à la branche aînée si cette dernière se trouvait privée d’héritier direct en ligne masculine38.

  • 39 Voir la distinction par Pierre Bourdieu entre « parenté officielle » et « parenté usuelle » (p. 108 (...)
  • 40 Voir, à ce propos, Dedieu Jean-Pierre et Moutoukias Zacarias, « Introduction. Approche de la théori (...)
  • 41 En cela, les liens de parenté figurent bien au sein d’un faisceau de relations (amitiés, fidélités… (...)

21Ceci dit, ce que l’on pourrait appeler le réseau de relations familiales « utiles » de Louis de Gonzague ne s’identifie pas à la disposition lignagère de sa parenté, considérée ainsi par le biais de la généalogie et déterminée par une position d’ordre statutaire (voir supra) au regard de la structure de la parenté39. La parenté autorise, de ce point de vue, un échantillon très divers d’attitudes et de rapports sociaux, depuis l’absence totale de liens dans la pratique jusqu’à différentes formes d’opposition40, comme le suggère, par exemple, les conflits de succession qui opposent, pendant plusieurs décennies, le duc de Nevers à son frère, Guglielmo Gonzaga, duc de Mantoue, pour la dévolution du Montferrat, après la mort de leur mère. L’examen du réseau personnel va donc pouvoir compléter, voire invalider, une étude classique de la structure de la parenté. Certains des liens familiaux du duc de Nevers vont se trouver activés ou pas, en fonction des circonstances même de son itinéraire personnel ou de ce que l’analyse de réseau regarderait comme d’autres « attributs ». Ainsi, on peut constater, pour Louis de Gonzague, des relations ou des absences de relations significatives avec certains parents : en pratique, le duc n’entretient quasiment pas de lien avec son oncle paternel, Ferrante Gonzaga, un parent proche, probablement en raison de l’opposition qui caractérise leurs allégeances politiques (Ferrante est un serviteur fidèle des Habsbourg). Inversement, les relations répétées de Louis de Gonzague avec un parent pourtant éloigné, Francesco Gonzaga, issu de la branche collatérale de Sabbioneta, expliquent peut-être le fait que les Nevers s’impliquent de manière précoce dans certaines initiatives religieuses, plus précisément dans les questions qui ont trait directement à la réforme interne de l’observance franciscaine. Francesco Gonzaga est franciscain et il est ministre général de l’Ordre en 1579. Par ses relations avec des parents puissants, laïcs et politiques ou ecclésiastiques selon le cas, le duc bénéficie d’un capital relationnel41, susceptible de faciliter certaines transactions, comme certains transferts notamment d’ordre culturel et religieux.

  • 42 Voir notamment Rey Michel, « Communauté et individu : l’amitié comme lien social à la Renaissance » (...)

22Louis de Gonzague participe à un et même plusieurs réseaux d’amitié. Le duc désigne, dans sa correspondance, un certain nombre d’individus comme ses « amis ». Ces derniers ne disposent pas d’une fonction institutionnelle dans la maison de Nevers. Ils se différencient également des clients stricto-sensu, tout en étant d’une importance considérable pour le maintien de la puissance ducale. Encore faut-il s’entendre sur la signification de ces qualificatifs d’amitié dans la société française de la seconde moitié du xvie siècle. Les rapports noués entre Louis de Gonzague et ses « amis » n’ont rien de commun avec une forme d’attachement émotionnel, intime, unissant deux personnes par un sentiment réciproque. La description de ces liens, telle qu’elle apparaît dans ces échanges épistolaires, se réfère à une conception renaissante de l’amitié, encore très présente dans les dernières décennies du xvie siècle ; cette conception a été formalisée d’abord dans la pensée antique et, en particulier, aristotélicienne. L’amitié ou philia est pensée, dans ce cadre, comme une forme d’alliance sociale, qui règle notamment les rapports entre individus et fixe aux acteurs des obligations, des droits et des devoirs. L’amitié suppose une réciprocité des échanges et, parce qu’elle se décline en plusieurs types dans cette tradition aristotélicienne, elle n’exclut en rien la prise en charge de prestations intéressées pour la mutuelle satisfaction des parties42.

  • 43 Voir également, entre autres, Jouanna Arlette, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la ge (...)

23Nous avons pu observer le fonctionnement concret du réseau des amis de Louis de Gonzague, par exemple, à l’occasion de la querelle qui l’oppose en 1580-1581 au duc de Montpensier, Louis II de Bourbon. La querelle a pour point de départ les accusations formulées par Montpensier contre Nevers sur la manière dont ce dernier se serait comporté lors de l’épisode de la fuite de Monsieur, frère du roi, en 1575. Elle entraîne la mobilisation réciproque des amis des deux parties, comme l’intervention d’un arbitre suprême, le roi, qui va finalement y mettre fin, en avril 1581. Le recours aux réseaux d’amitié ne se limite pas, cependant, pour Nevers et pour les nobles plus généralement, aux seuls temps de conflits, mais se distingue comme l’un des moyens les plus répandus, pour favoriser le maintien d’une position de pouvoir. Les « amis » auxquels Louis de Gonzague fait appel contre Montpensier, en 1580-1581, ne sont pas en position d’égalité, par leur stature sociale, avec un prince étranger, duc et pair de surcroît ; mais ils n’en sont pas moins des personnages raisonnablement puissants (parmi eux apparaissent plusieurs nobles courtisans et conseillers politiques proches d’Henri III) et capables d’intervenir au bénéfice du duc, en tant qu’intercesseurs, auprès du roi, de la reine mère, d’autres Grands, etc. Il s’agit bien d’amitiés utiles, en fonction en particulier de la « qualité », d’ordre politique ici, des ressources relationnelles que les amis peuvent engager au profit du duc (la validité de l’amitié, en terme de capital social, ne relevant donc pas uniquement du nombre des amis ou même de la quantité de ressources à laquelle ils permettraient d’accéder). Ces relations d’amitié diffèrent d’ores et déjà des liens de clientèle par le fait qu’elles appartiennent exclusivement à la sphère publique et politique. En outre, les « amis » du duc ne sont pas des « égaux » socialement, mais ils entretiennent avec lui des rapports qui tiennent de l’égalité par la proportionnalité des services rendus. La distance entre les parties et leur contribution respective s’accroissant, la relation évolue alors vers le lien de clientèle et un dispositif de domination et de dépendance. La limite entre les deux types de lien demeure cependant relativement fluide43. Le réseau d’amitié du duc fonctionne d’abord comme un circuit communicationnel : il est organisé de manière à diffuser de l’information. En particulier, le réseau intervient pour défendre ou étendre la réputation de Louis de Gonzague au sein de diverses stratégies de publicité. Outre les fonctions de conseil, d’intercession, d’informateur qu’ils remplissent, le rôle des « amis », par exemple pendant la querelle contre Montpensier, consiste ainsi, tout particulièrement, à parler pour le compte du duc, souvent à partir de discours et d’informations que ce dernier leur fait parvenir, directement ou indirectement, de manière à défendre sa position au mieux.

24Il existe une imbrication relative entre réseau d’amitié et réseau de clientèle. Ainsi, certains clients jouent un rôle décisif dans le bon fonctionnement du réseau d’amitié de Louis de Gonzague. Ces hommes de confiance interviennent dans des missions hautement politiques, en tant qu’agents de leur patron et ils remplissent alors des tâches assez comparables à celles des amis, en particulier si, à côté de leur engagement clientélaire, ils disposent d’un emploi auprès du roi ou de multiples connexions à la cour. À cet égard, le réseau d’amitié de Louis de Gonzague, vu par exemple lors de la querelle avec Montpensier, est notablement plus hiérarchisé que sa clientèle. Il se structure à travers des chaînes de personnes qui, depuis les « amis des amis », remontent jusqu’au duc. Ce réseau fait aussi apparaître des phénomènes de « centralité » par le fait que certains clients y jouent la fonction de véritables courroies de transmission. Ils apparaissent comme des « nouds » ou des « opérateurs de communication », transmettant les informations et permettant les échanges entre leur patron et ses amis. Ils interviennent, ainsi, à des degrés d’importance divers, dans une vraie diplomatie ducale.

25Entre les rapports d’amitié et les liens de clientèle, on perçoit de nombreux points de convergence. Ces deux formes de relations entrent dans une représentation commune du lien social forgée à travers une conception de la philia d’inspiration aristotélicienne. Dans la pratique, ces deux types d’alliance sociale sont des éléments fondamentaux de la constitution et de la conservation de la puissance d’un grand seigneur. Pour autant, les liens de clientèle et d’amitié différent nettement par le type de contraintes entre les parties. La participation à des réseaux d’amitié enserre les nobles dans d’étroites obligations et ce, probablement quelle que soit la place occupée dans la hiérarchie nobiliaire. Comme les autres nobles, le duc de Nevers se trouve effectivement en position d’obligé, quand il obtient une faveur par le biais de son réseau d’amis. La correspondance permet d’approcher diverses situations dans lesquelles le duc déclare son obligation à tel ou tel, se disant débiteur pour un service et s’engageant à rembourser sa dette. Mais la contrainte ainsi établie entre amis se distinguait de celle qui unissait patron et client par le caractère ponctuel de l’obligation créée : même si ces liens d’amitié sont le plus souvent durables, il est toujours possible à court terme de se désobliger et de se libérer en restituant, comme dans un contredon, une faveur proportionnelle à celle que l’on avait obtenue. En cela, les liens qui associent le duc de Nevers et ses amis se fondent effectivement sur la symétrie et l’égalité. Or, ces caractéristiques disparaissent largement dans les relations de clientèle pour faire place à un système plus durable et asymétrique d’obligations, elles aussi réciproques. La différence de nature de ces types de relation semble également influer, nous l’avons vu, sur la structure de la configuration réticulaire, les réseaux d’amitié apparaissant a priori plus hiérarchisés, plus centralisés, tout en constituant des dispositifs, à la fois stable, si l’on considère la durée de nombreux liens d’amitié, et mouvants en fonction des situations particulières dans lesquelles ils interviennent.

  • 44 Les années 1970 ont été caractérisées par la modélisation d’une « théorie des clientèles », appuyée (...)
  • 45 Ibid., deuxième partie, dont p. 173-177, 275-279.

26Analyser la place tenue par un grand seigneur, tel que Louis de Gonzague, à la tête d’une clientèle suppose deux dimensions, fréquemment conjointes, mais également distinctes, on le sait (voir supra). Comme d’autres approches des réalités relationnelles, les études de clientèle n’excluent pas une réflexion en termes de structure, notamment quant aux composantes de ces édifices, à la logique interne et formelle de ce type de réseau ; mais elles tendent à privilégier, dans la suite des travaux fondateurs menés, dans ce domaine, en sociologie, en anthropologie et en sciences politiques à partir des années 197044, un examen d’ordre qualitatif des échanges clientélaires, matériels et symboliques, et de l’utilité socio-politique de ces liens dans la pratique des individus. En cela, les études de clientèles et, plus particulièrement, les nombreuses recherches centrées sur des clientèles nobles dans la France du xvie siècle et xviie siècle45, se situent sans doute davantage dans la seconde voie que nous avons eu l’occasion d’évoquer plus haut.

27La clientèle du duc de Nevers se décompose en fonction des différents lieux de pouvoir qui l’entoure. Elle comprend l’entourage domestique : l’hôtel des Nevers est l’enclos de fidélités multiples, soit qu’elles découlent de l’exercice d’une fonction précise ou de la simple commensalité. La clientèle incorpore les cadres locaux de l’exercice de l’autorité ducale (en particulier dans les domaines nivernais et champenois des Nevers), donc les membres des institutions seigneuriales (chambre des comptes ducale, bailliageriepairie, par exemple) et certains de ceux des institutions royales provinciales pour lesquelles le duc a un droit de nomination. Les Nevers disposent d’un personnel considérable par le nombre des charges auxquels ils peuvent nommer. Ils peuvent compter, en outre, sur de multiples protégés, disposant de fonctions au cour de l’administration monarchique. Cependant, le personnel associé à la puissance ducale doit être en partie distingué de la clientèle proprement dite et c’est d’abord en fonction de l’échange spécifique entre le duc et tel serviteur qu’il est possible de préciser s’il est ou n’est pas un client. L’étude de cette clientèle donne à voir un ensemble à la hiérarchisation modulaire, relativement peu intégré. Il s’agit d’un réseau dense, mais aussi multipolaire. À l’intérieur de cette structure, apparaissent des cercles de personnes, jouissant d’une plus ou moins grande proximité vis-à-vis d’un point central occupé par Louis de Gonzague et Henriette de Clèves, ce qui permet de souligner, plus particulièrement, le poids de l’hôtel domestique où se distingue une petite équipe formée d’un noyau de clients privilégiés et associant les serviteurs de la maison (l’intendant par exemple, les principaux secrétaires), les gestionnaires du conseil ducal et quelques autres commensaux.

28L’examen des rapports noués par les Nevers avec les membres de leur clientèle nous a permis de parvenir à quelques constatations dominantes. Même si les liens associant le duc de Nevers à ses clients sont loin de constituer des attachements indéfectibles, l’examen des carrières des membres de la clientèle révèle une tendance générale caractérisée par la constance des engagements auprès de cette famille. L’étude de cette clientèle dévoile, en effet, une organisation remarquablement stable pendant la seconde moitié du xvie siècle, mais également en amont (la première moitié du siècle) et en aval (le premier xviie siècle) de cette période. Il ne s’agit donc guère, dans ce cas, d’une forme d’association fragile, minée par la flexibilité nécessaire de liens purement intéressés et, en cela, les relations de clientèle contribuent à structurer cet édifice au-delà des itinéraires individuels. Cette pérennité de la clientèle témoigne déjà de la tendance de ce réseau à la fermeture, même si celle-ci n’est que relative et montre sa propension à se perpétuer en puisant à un même fonds de clients.

29Ainsi les liens de clientèle unissent les Nevers à un ensemble de familles dévouées, génération après génération. Cette solidité sur la longue durée de la clientèle s’appuie sur un dispositif héréditaire et familial, partagé par les protégés et les protecteurs (le duc et la duchesse héritent de leurs prédécesseurs et même d’autres parents de liens préexistants). Les plus belles réussites familiales, faites sous le patronage des ducs, résultent de la conjonction de différentes stratégies de dévouement héréditaire, par exemple de la mainmise d’une lignée sur un office ducal et, conjointement, de l’investissement de fonctions diverses auprès du patron par un groupe des parents, fonctions institutionnelles (dans l’administration ducale, l’hôtel, les institutions militaires sous leur contrôle) ou informelles. L’exemple nivernais, même s’il n’est pas le seul, est typique de cet ancrage familial et héréditaire de la clientèle : les Nevers ont pérennisé à la tête des institutions du duché, seigneuriales et royales qu’ils contrôlent en partie, une élite compacte, formée d’une centaine de familles. Cette vocation itérative du clientélisme est également soutenue par d’autres facteurs, ainsi le maillage dense des liens qui unissent les membres de la clientèle entre eux ou l’importance des domaines patrimoniaux des Nevers comme pourvoyeurs de clients. Elle contribue simultanément à inscrire dans le temps long les attachements individuels de ces protégés, si l’on considère, par exemple, la durée de l’engagement, fréquemment équivalente à la vie du client. Ces différents éléments favorisent la stabilisation, auprès des Nevers, d’un groupe limité de familles qui accumulent les charges et les bienfaits dérivant de leur protection et qui sont confortées dans des positions de pouvoir en contrepartie de leur loyauté et de leur efficacité dans la gestion des affaires.

  • 46 Sur cet aspect, voir Boltanski Ariane, « Une grammaire des comportements clientélaires. Un exemple (...)

30Le constat d’une forte stabilité de cette clientèle nous a amené, tout particulièrement, à nous interroger sur les motivations des engagements, à la fois des protégés et des protecteurs, et donc à nous pencher sur les contenus des rapports clientélaires, tant symboliques que matériels. Les discours échangés entre clients et patron, essentiellement au travers de leur correspondance, mettent en évidence un « langage de l’affection » qui révèle un tableau idéel des relations de clientèle (plus spécifiquement des obligations réciproques du patron et de ses clients). Ce tableau est construit sur un idéal de la fidélité, plus général dans la conception des relations personnelles au sein de la société du second xvie siècle, et constitue, non seulement un modèle de référence, mais encore un système de garanties, d’autant plus nécessaire, pour les deux parties, que les échanges clientélaires n’ont pas de base contractuelle et institutionnelle. Or, il n’existe pas de contradiction nécessaire, contrairement aux présupposés développés par une importante historiographie, entre cette idéalité des relations de clientèle et leur mise en pratique. Le langage employé par patron et clients joue plutôt comme une grammaire, associée à des codes communs à la société française de la seconde moitié du xvie siècle, et c’est précisément en tant que code que ce langage est utilisé. L’image idéalisée du rapport de clientèle donnée par les discours impose, en outre, pour les deux parties, des obligations et présuppose des avantages réciproques ; à cet égard, elle n’est pas contradictoire avec l’existence de stratégies individuelles, ordonnées notamment par le souci du bénéfice particulier46.

  • 47 Voir, notamment, Crouzet Denis, « Recherches sur la crise de l’aristocratie en France au xvie siècl (...)

31Pour les clients des Nevers, les récompenses accordées par leur patron, l’assistance qu’il leur apporte face à leurs aspirations à une légitime ascension sociale et économique constituent la continuation concrète de l’idéalité de ces liens. Les dividendes attendus et très réels du patronage figurent donc comme l’autre composante essentielle de la solidité des attachements à la maison ducale. L’octroi de ces avantages, au moins pour une partie d’entre eux et même, plus généralement, l’ensemble du dispositif clientélaire construit autour de la maison de Nevers, reposent sur les multiples échanges noués par ces Grands avec la monarchie et sur leur participation au fonctionnement de l’État. L’engagement au service du duc permet d’abord aux clients d’accéder à des avantages matériels substantiels. Il s’agit de rétributions souvent très classiques dans les clientèles nobiliaires (des appointements annuels, des pensions pour certains, des dons irréguliers, parfois des avantages en nature, des exemptions fiscales, etc.), auxquelles s’adjoignent des bénéfices liés à des phénomènes plus particuliers à l’histoire de la maison de Nevers, ainsi à la situation d’endettement presque continue qu’elle connaît à partir des années 156047. À cela, il convient d’ajouter l’accès à des positions de pouvoir recherchées, soit directement auprès des Nevers, soit, pour certains clients, au service, plus digne et plus rémunérateur, du souverain.

32Dans ce domaine, l’impact des échanges généralisés qui associent la puissance ducale et la monarchie sur le fonctionnement même de la clientèle est particulièrement notable. D’une part, sur le terrain provincial (en Nivernais, à un moindre titre en Champagne), la pratique fréquente par les clients du cumul de service ou d’une forme de service royal par médiation sous le contrôle effectif du duc apparaît comme l’une des clefs de la maîtrise de l’autorité locale, contribuant à faire de la clientèle un instrument de pouvoir, à la fois dans les mains d’un puissant feudataire et du monarque. D’autre part, il est possible de déceler diverses formes de passage au service du roi, bien au-delà de la sphère provinciale ; à cet égard, le poids des liens de patronage sur les carrières individuelles ou, plus souvent, sur les destinées des lignages impliqués dans ce réseau, apparaît déterminant (même si, certes, ces migrations n’ont concerné qu’une partie des familles associées aux Nevers). Dans bien des cas, les clients du duc passent alors au service du roi, non seulement sans rompre leur première loyauté et donc sans se départir de leur attachement à leur protecteur noble, mais encore en conservant la charge ou la position qu’ils ont acquise auprès des Nevers. Les membres de cette clientèle ont ainsi tendance de manière dominante à poursuivre des carrières doubles, en les adjoignant ou en les alternant. Le roi et le duc tendent à s’accommoder, tant que possible, de ces situations de double service ; elles peuvent générer des tensions, mais le souverain ne s’évertue pas à rompre, le plus souvent, l’attachement clientélaire des anciens familiers de la maison de Nevers. Pour le duc, les clients passés au roi tendent à devenir des intermédiaires, susceptibles de plaider sa cause : ce sont fréquemment ces derniers ainsi qui interviennent comme « nouds » entre réseau d’amitié et réseau de clientèle. L’existence de ces différents passages influe également sur la structure du réseau de clientèle, ouvert en cela sur l’extérieur et pris dans la trame plus générale des liens qui soudent cette maison aristocratique à l’État royal.

33La théorie des réseaux peut être développée dans deux directions différentes, même si elles se trouvent fréquemment associées. Elle peut donner lieu à une analyse structurale, essentiellement formelle, qui tient pour relativement secondaire les propriétés des acteurs et le type de connexions qui les unissent. Elle peut être introduite au sein d’une autre perspective, que nous avons choisi de privilégier dans cette étude, au sein de laquelle les caractéristiques des individus, la nature et le contenu des relations qui les lient, sont regardés comme plus essentiels, en particulier au regard de la structure et ce, d’autant que ces éléments interviennent directement sur la forme des configurations réticulaires dans lesquels les acteurs sont investis. L’exemple des trois réseaux personnels centrés sur le duc de Nevers montre à l’évidence l’obligation, dans une perspective historique et nécessairement contextualisée, de ne pas se limiter à une étude formelle et d’étudier les caractéristiques essentielles des relations (de parenté, d’amitié, de clientèle) dont nous avons pu voir qu’elles sont éminemment différentes, en partie par les représentations qui y sont attachées, peut-être plus encore par leurs effets sur les pratiques individuelles et par leur effectivité socio-politique dans le royaume de France de la seconde moitié du xvie siècle. Certes, les relations de parenté, d’amitié et de clientèle participent du capital social de ce Grand, mais au sein de formes d’association différentes, notamment par le degré de dépendance institué entre les parties. L’examen des relations familiales entretenues par le duc de Nevers permet de souligner la distinction nécessaire, au sein de la parenté, entre des liens statutaires et des liens « utiles » et activés, suggérant ainsi la manière dont ce réseau égocentré peut différer de la structure qui découle strictement de la généalogie. Les relations d’amitié nouées par Louis de Gonzague relèvent de la sphère publique et politique ; elles donnent lieu à des rapports personnels qui s’appuient sur une forme d’égalité et de symétrie entre leurs membres au sein de configurations mouvantes selon les situations dans lesquelles ces liens sont mobilisés. Les relations de clientèle sont également fondées sur des obligations réciproques et affectives, mais elles sont assises sur une inégale répartition de la dépendance entre des inégaux ; elles reposent sur une intrication forte entre le domestique et le politique, le public et le privé et dessinent, en particulier par la prépondérance ici d’engagements héréditaires et familiaux, un mode d’organisation d’une grande stabilité.

34Les approches en terme de réseaux et de relations offrent une grille de lecture révélatrice d’une caractéristique essentielle de la société d’Ancien Régime et, plus particulièrement, de la société de la seconde moitié du xvie siècle ; elles soulignent le poids des relations personnelles (des relations plurielles qu’il convient de différencier), aussi bien dans la constitution des dispositifs sociaux, dans les mobilisations collectives, dans le fonctionnement réel de l’État, que dans le développement des parcours individuels. Les études de réseaux mettent en valeur, de ce point de vue, la prépondérance de relations souvent ambivalentes (ce qui apparaît nettement ainsi pour les liens de clientèle, liens de protection et de dépendance), associant des individus et, peut-être plus encore des familles, de manière tant verticale qu’horizontale, au-delà des appartenances corporatives et institutionnelles, ou des notions contemporaines, induites par le chercheur, de groupes et de catégories. À ce titre, ces approches ont joué un rôle historiographique essentiel dans la réévaluation des rapports de pouvoir inhérents à la société française du xvie siècle. Elles ont contribué en particulier à nuancer la vision classique d’un État absolutiste où l’autorité royale aurait été en mesure de s’imposer en dehors des rapports sociaux dominants, en soulignant le poids des accommodements, des ajustements, des relations d’influence, mises en œuvre par les élites, tant avec l’État et ses représentants, qu’avec les autres milieux sociaux. La perspective introduite par la thématique des réseaux contribue, à cet égard, à réintroduire l’individu, avec les propriétés attachées à son être, comme un agent clef du changement historique au sein d’une théorie de l’action.

Notes

1 Sur la définition d’une « relation personnelle », voir la mise au point de Testart Alain, Les Morts d’accompagnement. La servitude volontaire I, Paris, Errance, 2004, chap. 6, p. 222-225 en particulier.

2 Voir, par exemple, Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte, 2004, p. 3 ; Forsé Michel et Langlois Simon, « Présentation – Réseaux, structures et rationalité », in L’Année Sociologique, t. 47, n° 1, « Les réseaux sociaux », p. 27-35, ici p. 27-28.

3 Voir Scott John, Social network analysis. A handbook, Londres, Sage, 1991, p. 7-8. Dedieu Jean-Pierre et Moutoukias Zacarias, « Introduction. Approche de la théorie des réseaux sociaux », in Réseaux, famille et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Castellano J. L. et Dedieu J. -P. (dir.), Paris, Éditions du CNRS, 1998, p. 7-30, ici p. 10.

4 Selon certains analystes (Michel Forsé et Simon Langlois par exemple), il convient d’insister sur le rôle d’initiateur, en matière de sociologie des réseaux, joué, dès le début du XXe siècle, par le sociologue et philosophe allemand, Georg Simmel. Même s’il n’utilise pas le terme de réseau, Simmel insiste sur le caractère fondamental d’une étude de ce qu’il désigne comme un niveau « méso » (un niveau mésosociologique, intermédiaire entre individu et société), soit les « formes sociales » découlant des interactions entre individus et il indique ainsi la nécessité d’échapper à une analyse, tant individuelle que macrosociologique : en particulier, Simmel Georg, Sociologie. Étude sur les formes de la socialisation, trad. fr. L. Deroche-Gurcel et S. Muller, Paris, PUF, 1999 (1908) ; Forsé Michel et Langlois Simon, « Présentation – Réseaux, structures et rationalité », op. cit., p. 27 ; Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 15-17. Et voir infra.

5 Mitchell James Clyde, Social Networks in Urban Situations. Analyses of personal relationships in Central African towns, Manchester, Manchester U. P., 1969, p. 2 : « a social network as a specific set of linkages among a defined set of persons, with the additional property that the characteristics of these linkages as a whole may be used to interpret the social behaviour of the persons involved ». Voir également Dedieu Jean-Pierre et Moutoukias Zacarias, « Introduction. Approche de la théorie des réseaux sociaux », op. cit., p. 14 ; Ferrand Alexis, « La structure des systèmes de relations », in L’Année Sociologique, t. 47, n° 1, p. 37-54, ici p. 37.

6 Barnes John A., « Class and Committees in a Norwegian Island Parish », in Human relations, t. 7, n° 1, p. 39-58, en particulier ici p. 42-44 ; également, Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 3 et 12 ; Emirbayer M. et Goodwin J., « Network Analysis, Culture and the Problem of Agency », in American Journal of Sociology, 1994, t. 99, p. 1411-1454, ici p. 1411.

7 Bott Elizabeth, Family and Social Network. Roles, Norms, and external Relationships in Ordinary Urban Families, Londres, Tavistock, 1957 ; Dedieu Jean-Pierre et Moutoukias Zacarias, « Introduction. Approche de la théorie des réseaux sociaux », op. cit., p. 13-14. Scott John, Social network analysis. A handbook, op. cit., p. 29.

8 Le « sociogramme » élaboré par Moreno utilise des points et des lignes fléchées, établissant un sens significatif d’un choix qui détermine la relation et qui résulte du test sociométrique opéré ; le premier est réalisé sur un ensemble constitué d’un peu plus de 500 demoiselles d’une même pension. Chaque membre d’un groupe a dû choisir, parmi les autres, ceux qu’il désirait avoir pour « compagnon » et ceux qu’il rejetait, en vue d’une opération donnée : Moreno Jacob Levy, Who shall Survive ? (1934), trad. fr. H. Lesage et P. -H. Maucorps, Fondements de la sociométrie, Paris, PUF, 1954 ; également, Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 18-28 ; Scott John, Social network analysis. A handbook, op. cit., p. 9-10.

9 Sur la multiplicité de ces courants et, par exemple, l’importance des modèles connexionnistes développés dans la philosophie française, Boltanski Luc et Chiapello Ève, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, notamment p. 218-220.

10 Voir, notamment, Goffman Erving, « L’ordre de l’interaction », in Goffman Erving, Les Moments et leurs hommes, textes recueillis et présentés par Yves Winkin, Paris, Éditions du Seuil/Les Éditions de Minuit, 1988 ; Goffman Erving, Les Cadres de l’expérience, trad. fr. d’I. Joseph, Paris, Les Éditions de Minuit, 1991 (1974) ; également Corcuff Philippe, Les Nouvelles sociologies, Paris, Nathan, 1995, p. 98-101.

11 Granovetter Mark, « Introduction pour le lecteur français », in Granovetter Mark, Le Marché autrement. Les Réseaux dans l’économie (un recueil d’études de cet auteur de 1973 à 1990, traduites en fr.) Paris, Desclée de Brouwer, 2000, ici p. 33. Scott John, Social network analysis. A handbook, op. cit., p. 33. Voir également infra.

12 Il s’agit bien ici de suggérer des étapes épistémologiques et non de décrire ces théories, évoquées dans une littérature considérable. Nous renvoyons, pour une synthèse, aux principaux manuels d’analyse de réseau : outre les ouvrages de Pierre Mercklé et John Scott déjà cités, Wasserman Stanley et Faust Katherine, Social Network Analysis. Methods and Applications, Cambridge, Cambridge U. P., 1994 ; Degenne Alain et Forsé Michel, Les Réseaux sociaux. Une analyse structurale en sociologie, Paris, A. Colin, 1994 ; Lemieux Vincent et Ouimet Mathieu, L’Analyse structurale des réseaux sociaux, Bruxelles/Sainte-Foy (Québec), De Boeck/Presses de l’université de Laval, 2004.

13 Granovetter Mark, « The Strength of Weak Ties », in American Journal of Sociology, 1973, t. 78, p. 1360-1380, trad. fr. I. This-Saint Jean, « La force des liens faibles », in Le Marché autrement, op. cit., p. 45-74.

14 Notamment, Burt Ronald S., Structural Holes. The Social Structure of Competition, Cambridge (Mass.), Harvard U. P., 1992.

15 Entre autres, White Harrison C., An Anatomy of Kinship, Englewood Cloffs, Prenice-Hall, 1963 ; Boorman S. A., Breiger R. L. et White H. C., « Social Structure from Multiple Networks : I. Blockmodels of Roles and Positions », in American Journal of Sociology, t. 80, p. 730-780.

16 Emirbayer M. et Goodwin J., « Network Analysis, Culture and the Problem of Agency », op. cit., p. 1414-1415 ; Degenne Alain et Forsé Michel, Les Réseaux sociaux. Une analyse structurale en sociologie, op. cit., p. 5-7 ; Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p 74-75 ; Boltanski Luc et Chiapello Ève, Le Nouvel esprit du capitalisme, op. cit., p. 216 et suiv., en particulier p. 221-223, 225 ; Gribaudi Maurizio, « Avant-propos », in Espaces, temporalités, stratifications. Exercices sur les réseaux sociaux, Gribaudi Maurizio (dir.), Paris, Éditions de l’EHESS, 1998, p. 6.

17 Imizcoz Beunza José Maria, « Communauté, réseau social, élites. L’armature sociale de l’Ancien Régime », in Réseaux, famille et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 31-66, ici p. 32 et 35.

18 Imizcoz Beunza José Marin, ibid., p. 32. Également Lemercier Claire, « Analyse de réseaux et histoire », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 52, n° 2, 2005, p. 88-112, ici p. 89.

19 Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 93-97 ; Forsé Michel et Langlois Simon, « Présentation - Réseaux, structures et rationalité », op. cit., p. 28-29 ; Gribaudi Maurizio, « Avant-propos », op. cit., p. 16 et suiv. Le présupposé « anti-structuraliste » était évidemment loin de concerner le seul domaine de la sociologie, comme l’a montré l’approche développée par Barnes dès l’origine et d’autres chercheurs associés à l’école de Manchester, comme l’a indiqué plus généralement la volonté pour un important courant au sein de l’anthropologie britannique de se démarquer des modes de description structuralistes et fonctionnalistes, plus nettement dominant chez les anthropologues français.

20 Voir à ce propos Forsé Michel et Langlois Simon, « Présentation - Réseaux, structures et rationalité », op. cit., p. 30 : « Si un réseau ne se réduit pas à une simple somme de relations, c’est que sa structure exerce une contrainte qui pèse sur les choix, les relations, les orientations, les comportements, les opinions, etc., des individus. Mais cette contrainte ne résulte pas d’une relation abstraite à une totalité. Elle est seulement formelle et n’a rien d’absolu. Nous sommes à l’opposé des analyses selon lesquelles les acteurs sont mus par des forcs qui d’une certaine manière les transcendent » : l’analyste ne prend donc pas en compte une causalité abstraite, mais « les relations concrètes entre individus qui dessinent cette structure ».

21 Claire Lemercier (article cité supra) montre ainsi comment l’analyse de réseau a pu être utilisée en histoire, souvent de manière complémentaire à d’autres approches, pour des recherches diverses, ce qui invite à étendre l’utilisation de cet outil.

22 Ces réseaux que la raison ignore, Callon Michel et al. (dir.), Paris, L’Harmattan, 1992. Degenne Alain et Forsé Michel, Les Réseaux sociaux. Une analyse structurale en sociologie, op. cit., p. 5-17. Lemieux Vincent, Les Réseaux d’acteurs sociaux, Paris, PUF, 1999, p. 4-5. Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 98-99 qui indique, pour sa part, que ce paradigme ne constitue pas un tout unifié.

23 Ces réseaux que la raison ignore, op. cit., p. 91. Sur cette distinction, voir aussi Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 32-38 ; Forsé Michel et Langlois Simon, « Présentation - Réseaux, structures et rationalité », op. cit., p. 30, Degenne Alain et Forsé Michel, Les Réseaux sociaux. Une analyse structurale en sociologie, op. cit., p. 35-74, p. 35 en particulier.

24 L’analyse structurale a, de ce point de vue, utilisé les techniques héritées notamment de la théorie des graphes et les possibilités offertes par l’algèbre linéaire et le calcul matriciel.

25 Lemercier Claire, « Analyse de réseaux et histoire », op. cit., p. 91 ; Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., notamment p. 29 et 33 ; Forsé Michel et Langlois Simon, « Présentation - Réseaux, structures et rationalité », op. cit., p. 29.

26 Lemercier Claire, « Analyse de réseaux et histoire », op. cit., p. 92 et 94 ; Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 32 ; Forsé Michel et Langlois Simon, « Présentation - Réseaux, structures et rationalité », op. cit., p. 29-30.

27 Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 4 et 94 ; Forsé Michel et Langlois Simon, « Présentation - Réseaux, structures et rationalité », op. cit., p. 30 ; Boltanski Luc et Chiapello Ève, Le Nouvel esprit du capitalisme, op. cit., p. 223-224.

28 Ibid., p. 224 ; Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 90. Pierre Parlebas expose, par exemple, à propos de la recherche sociométrique, mais en évoquant plus largement ici les réseaux de relations : « Ce seront les liaisons entre les sujets qui offriront le matériau de base : les individus seront caractérisés non pas par ce qui est en eux, mais par ce qui est entre eux » : Parlebas Pierre, Sociométrie, réseaux et communication, Paris, PUF, 1992, p. 100.

29 Granovetter Mark, « Introduction pour le lecteur français », op. cit., p. 35.

30 Notamment, Stryker S., « Identity Salience and Role performance : The Relevance of Symbolic Interaction Theory for Family Research », in Journal of Marriage and the Family, t. 30, 1968, p. 558-564. Plus largement sur ces questions, Lemercier Claire, « Analyse de réseaux et histoire », op. cit., p. 104-107, notamment à propos des travaux de R. V. Gould et D. Mc. Adam. Également, Mac Adam Doug et Paulsen Ronnelle, « Specifying the Relationship between Social Ties and Activism », in American Journal of Sociology, t. 99, n° 3, 1993, p. 640-667, ici p. 646-647, 656-658 et 662.

31 Padgett John F. et Ansell Christopher, « Robust Action and the Rise of the Medici, 1400-1434 », in American Journal of Sociology, t. 98, 1993, p. 1259-1319.

32 Rentet Thierry, « Network Mapping : Ties of Fidelity and Dependency Among the Major Domestic Officers of Anne de Montmorency », in French History, t. 17, n° 2, 2003, p. 109-126 ; Rentet Thierry, Anne de Montmorency, Grand Maître de François I er, Rennes, PUR, 2011, en particulier chapitre 2.

33 Descimon Robert, « Réseaux de famille, réseaux de pouvoir ? Les quarteniers de la ville de Paris et le contrôle du corps municipal dans le deuxième quart du xvie siècle », in Liens sociaux et actes notariés dans le monde urbain en France et en Europe, Ruggiu F. -J., Beauvalet S. et Gourdon V., (dir.), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2004, p. 153-186.

34 Leuwers Hervé, « Pratiques, réseaux et espace de sociabilité au temps de la Révolution française », in La Révolution à l’ouvre. Perspectives actuelles dans l’histoire de la Révolution française, Martin Jean-Clément (dir.), Rennes, PUR, 2005, p. 41-55, ici p. 46.

35 Ibid., p. 47 pour la citation ; l’auteur montre que de nombreux travaux historiques récents portant sur les sociabilités, en France au xviiie siècle, pendant la période révolutionnaire et post-révolutionnaire, et faisant intervenir des études de réseaux (dans la perspective par exemple des recherches de Jean-Luc Chappey) se situent dans cette seconde orientation.

36 Les données présentées ci-dessous sont largement tirées de nos recherches de doctorat sur la maison de Nevers dans la seconde moitié du xvie siècle et, notamment, sur les différentes formes de relations personnelles nouées par le duc, au premier titre des relations de clientèle. Pour conserver à cette présentation un format acceptable et, plus encore, pour mettre en valeur les éléments de comparaison et de distinction entre ces trois types de liens, nous avons volontairement privilégié la présentation des conclusions sur celle des exemples et de la narration des épisodes de l’histoire de ce personnage : nous renvoyons pour les détails de cette étude, comme pour l’essentiel des références bibliographiques et la description des sources à la version publiée de notre thèse : Boltanski Ariane, Les Ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (ca 1550-ca 1600), Genève, Droz, 2006.

37 Il fait parti des « Grands » selon la définition qu’Arlette Jouanna donne de cette catégorie : Jouanna Arlette, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Paris, Fayard, 1989, p. 35.

38 Sur ce type de stratégie, voir également voir Nassiet Michel, « Réseau de parenté et types d’alliance dans la noblesse (xve-xviie siècles) », in Annales de démographie historique, t. XXXIV, 1995, p. 105-123, notamment p. 106-108 ; Nassiet Michel, « Parenté et successions dynastiques aux xive et xve siècles », in Annales ESC, t. 50, n° 3, mai-juin 1995, p. 621-644.

39 Voir la distinction par Pierre Bourdieu entre « parenté officielle » et « parenté usuelle » (p. 108) au titre d’une « théorie de la pratique en tant que pratique » ; Bourdieu Pierre, Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de Trois études d’ethnologie kabyle, Paris, Éditions du Seuil, 2000 (1972), première partie, chap. III, en particulier ici p. 99-100 et 108-111.

40 Voir, à ce propos, Dedieu Jean-Pierre et Moutoukias Zacarias, « Introduction. Approche de la théorie des réseaux sociaux », op. cit., p. 9 et 15.

41 En cela, les liens de parenté figurent bien au sein d’un faisceau de relations (amitiés, fidélités…) qui participe du « capital social » d’un individu, au sens où l’entend Pierre Bourdieu, relations qui peuvent être activées si nécessaire : le capital social se distingue comme « l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’interconnaissance et d’interreconnaissance [...] » ; Bourdieu Pierre, « Le capital social : notes provisoires », in Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 31, 1980, p. 2-3, ici p. 2. La notion de capital social a été largement spécifiée et élargie dans le cadre de l’analyse de réseau : Mercklé Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, op. cit., p. 54-59 ; Degenne Alain et Forsé Michel, Les Réseaux sociaux. Une analyse structurale en sociologie, op. cit., p. 125-151.

42 Voir notamment Rey Michel, « Communauté et individu : l’amitié comme lien social à la Renaissance », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 38, 1991, p. 617-625 ; Aristote, Éthique à Nicomaque, (trad. et éd. par J. Voilquin), Paris, Garnier-Flammarion, 1965, livre VIII, en particulier p. 207-219.

43 Voir également, entre autres, Jouanna Arlette, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, op. cit., p. 65-79.

44 Les années 1970 ont été caractérisées par la modélisation d’une « théorie des clientèles », appuyée sur une description et une définition précise des liens clientélaires. Celle-ci présente certains concepts communs à l’étude des réseaux, par exemple l’idée d’intermédiarité, avec la figure du « broker » (intermédiaire ou courtier), notamment développée par Jeremy Boissevain (voir Friends of Friends. Networks, Manipulators, and Coalitions, Oxford, Blackwell, 1974). Mais il s’agit bien d’un autre modèle, distinct ainsi de l’analyse de réseau sociologique et appuyé sur une importante bibliographie : notamment, à ce propos, Boltanski Ariane, Les Ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (ca 1550 – ca 1600), op. cit., p. 175-177, 206, 276-277.

45 Ibid., deuxième partie, dont p. 173-177, 275-279.

46 Sur cet aspect, voir Boltanski Ariane, « Une grammaire des comportements clientélaires. Un exemple des relations patron clients dans la deuxième moitié du xvie siècle », in Clientèle guerrière, clientèle foncière et clientèle électorale : histoire et anthropologie, Lécrivain Valérie (dir.), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2007, p. 115-135.

47 Voir, notamment, Crouzet Denis, « Recherches sur la crise de l’aristocratie en France au xvie siècle : les dettes de la maison de Nevers », in Histoire, Économie et Société, t. I, 1982, p. 1-50.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540