Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de nobles et de bourgeois

 | 
Jean Duma

Norbert Elias et La Société des individus

Jean Duma

Texte intégral

1Pour aborder la question des rapports entre individu et groupes sociaux, il n’est pas inutile de revenir sur quelques aspects de l’œuvre de Norbert Elias et notamment sur le livre qu’il a publié à Francfort en 1987 Die Gesellschaft der Individuen, et qui a été traduit en France en 1991 sous le titre La Société des individus.

2Norbert Elias occupe une place singulière dans le paysage historiographique français et international. Son parcours présente des traits particuliers. Son refus du nazisme l’a entraîné dans une carrière chaotique sur le plan académique et il a manifesté, parfois à son corps défendant, une certaine distance vis-à-vis des formes traditionnelles de la reconnaissance sociale et scientifique. Ses travaux, avec des publications espacées, sont restés longtemps confidentiels et à contre-courant des tendances générales de l’historiographie avant de faire l’objet d’une reconnaissance tardive et d’un succès médiatique qui a parfois occulté l’originalité de sa pensée et de sa démarche.

3C’est aussi un penseur singulier par la façon dont il s’insère dans son temps. Il n’a jamais été indifférent aux grandes controverses idéologiques, voire politiques, qui ont traversé le siècle et il a su prendre position dans ces débats. Cela ne l’a pas empêché pour autant de faire preuve tout au long d’une carrière souvent difficile, d’une profonde continuité et cohérence dans sa pensée. Éloigné de ce qu’il considérait comme des « compromis », des « idées dominantes » ou des « modes » qu’il rejetait, il s’inscrit dans une approche matérialiste de l’histoire, attentive aux évolutions et qui vise à donner tout son sens à ces évolutions, attentive aussi aux rapports de forces, aux actions des uns et des autres et se replaçant dans une vision structurelle de l’évolution des sociétés humaines.

4La Société des individus à sa manière porte témoignage de cette attitude aussi bien par les thèmes qu’elle aborde que par la façon de les aborder. C’est une réflexion dynamique profondément ancrée dans son temps qui montre qu’Elias a su évoluer tout en restant attaché à des fondamentaux qu’il a approfondi en permanence tout au long de sa longue vie. L’ouvrage est composé de trois textes qui s’échelonnent dans le temps.

5Le premier, qui reprend le titre général du volume, « La société des individus », a été rédigé dès 1939. Dans l’esprit de Norbert Elias, ce devait être la conclusion synthétique de l’ouvrage qu’il publie la même année, à Bâle, sous le titre Über den Prozess der Zivilisation.

6En raison de son caractère général, Elias retire finalement ce texte de l’ouvrage souhaitant en faire une publication séparée dans une revue suédoise. Celle-ci ne vit jamais le jour et le texte ne fit sa réapparition qu’en 1983, pour être publié en 1987. Il constitue le fondement théorique sur lequel est bâti l’ouvrage de 1939 qui ne connaît alors qu’une diffusion restreinte et peu de recensions. Il faut attendre 1969 et sa réédition en Allemagne pour que celui-ci trouve enfin un public. Ce « Procès de civilisation » est au moins aussi important que La Société de cour. Il est traduit en français et publié en deux livres séparés, La Civilisation des mours en 1973 et La Dynamique de l’Occident en 1975.

7Le deuxième texte, « Conscience de soi et image de l’homme », a été rédigé en plusieurs étapes dans les années 1940-1950 alors qu’Elias se trouve isolé et sans position universitaire. Cette élaboration est marquée, entre autres éléments, par sa participation à un groupe de réflexion réunissant un certain nombre de psychiatres autour de S. H. Foulkes, un proche d’Anna Freud. Elias s’intéresse alors beaucoup à la thérapie de groupe. Le texte montre le souci d’interdisciplinarité qui caractérise le travail d’Elias et la prise en compte de sa part de la dimension psychologique de l’individualité. C’est aussi durant cette période qu’il finit par trouver, en 1954, un poste stable comme lecturer de sociologie à l’université de Leicester.

8Enfin le troisième texte, « Les transformations de l’équilibre “nous-je” », est rédigé dans l’hiver 1986-1987 alors qu’Elias est depuis 1984 retiré à Amsterdam. En arrière-plan, on trouve l’écho de certains éléments qui caractérisent le contexte des années 1980 que ce soit l’affrontement États-Unis vs URSS, la construction d’une Europe supranationale et l’émergence de la question écologique avec la catastrophe de Tchernobyl.

  • 1 Elias Norbert, La Société des individus, Paris, Fayard, 1991, p. 32.

9Ces précisions sont importantes à apporter car, si le socle théorique de ces trois essais est le même – celui élaboré dans les années trente –, il est mis en œuvre dans des contextes et des situations différents et témoigne d’évolutions et d’inflexions dans la pensée de Norbert Elias. Ils s’inscrivent tous les trois dans une même démarche que Norbert Elias précise dans sa courte préface à l’ouvrage de 1987. Il met en avant le problème qu’il souhaite traiter, le rapport entre individu et société, en soulignant que ce rapport a souvent été perçu comme un couple antagonique alors qu’il entend élargir le problème en recherchant « une nouvelle conception de la manière dont les individus sont liés les uns aux autres en bien comme en mal, au sein d’une multitude qui est la société1 ». Ce problème lui apparaît fondamental pour la sociologie. Il y réfléchit depuis plus de cinquante ans ce dont rend compte la structure de son ouvrage qui reprend ces textes écrits à des moments différents de sa réflexion.

10Les remarques qui suivent s’attachent à préciser quelques points de cette démarche. Il s’agit pour l’essentiel de donner matière à débat.

Penser autrement le rapport entre individu et société

11Lorsqu’il aborde la question du rapport entre individu et société, Elias s’inscrit dans une critique des approches dualistes alors dominantes et trop souvent reçues, à son avis, comme des évidences. Une sorte d’expérience commune distingue en effet d’un côté l’individu et son moi propre et d’un autre côté, la société, le plus souvent perçue comme extérieure et hostile à l’individu.

12Cette dualité est présente en histoire, avec des modèles explicatifs qui soulignent le rôle de l’individu dont les actions, librement déterminées, apparaissent comme responsables des évolutions historiques. À ces modèles s’opposent des approches qui insistent sur la dissolution de l’individu dans une évolution historique générale marquée du sceau de la nécessité. Ce dualisme est aussi présent en sociologie avec l’opposition de théories qui postulent implicitement ou explicitement que l’individu est antérieur et extérieur à la société, celle-ci étant alors l’agrégation ou la somme des individualités, et celles qui appréhendent les sociétés comme de vastes mécaniques dont les fonctionnements sont indépendants des intentions des individus. La psychologie est aussi concernée par ce dualisme avec l’opposition entre psychologie individuelle, qui étudie le sujet singulier, et psychologie sociale, qui ne s’intéresse qu’au groupe.

13Dans ce contexte, la réflexion d’Elias s’organise autour de la nécessité de penser autrement le rapport entre individu et société et se veut une rupture par rapport à ces visions dualistes dominantes. D’emblée il délimite son terrain de recherche par une définition de la société.

  • 2 Ibid., p. 37.

La « société » est – nul ne l’ignore – ce que nous constituons tous ensemble, c’est la réunion d’une multitude de personnes. Mais la réunion d’une multitude de personnes en Inde ou en Chine produit un autre genre de société qu’en Amérique ou en Angleterre ; la société que formaient ensemble une multitude de personnes en Europe au xiie siècle était différente de celle du xvie siècle ou du xxe siècle. Et bien que toutes ces sociétés n’aient été et ne soient de toute évidence constituées de rien d’autres que d’individus isolés, ce passage d’une forme de vie collective n’a manifestement été programmé par aucun de ces individus. En tous cas, rien ne semble indiquer qu’aucun homme du xiie siècle ni du xvie siècle n’ait consciemment et délibérément ouvré en faveur de l’évolution vers la société industrielle que nous connaissons2.

14Il précise aussi l’orientation de son entreprise.

  • 3 Ibid., p. 41.

Ce qui nous manque – il faut bien s’en rendre compte – c’est un mode de pensée, une vision d’ensemble qui nous permette de comprendre, en réfléchissant, ce que nous avons en réalité sous les yeux tous les jours, qui nous permette de comprendre comment la multitude d’individus isolés forme quelque chose qui est quelque chose de plus et quelque chose d’autre que la réunion d’une multitude d’individus isolés – autrement dit, comment ils forment une « société » et pourquoi cette société peut se modifier de telle sorte qu’elle a une histoire qu’aucun des individus qui la constituent n’a voulue, prévue, ni projetée telle qu’elle se déroule réellement3.

15Il inscrit cette approche du rapport individu et société, la distinction entre un moi individuel et un moi social, dans ce qu’il appelle le processus de civilisation. Ce qui le conduit à prendre ses distances vis-à-vis des perceptions communes de cette question.

Une théorie sociologique de l'interdépendance

16Dans cette perspective, Elias utilise un concept qui est central dans toute sa démarche, celui de configuration. Il s’efforce, pour reprendre la formule qu’il avance dans La Société de cour, de construire en permanence une théorie sociologique de l’interdépendance. Pour préciser sa pensée, il multiplie les images. Ainsi dans La Société des individus, il prend l’exemple de la danse :

  • 4 Ibid., p. 55-56.

Que l’on se représente pour symboliser la société un groupe de danseurs, en songeant aux danses de cour, la pavane ou le quadrille, ou bien encore une ronde paysanne. Les pas et les révérences, tous les gestes et tous les mouvements qu’effectuent chaque danseur se règlent entièrement sur ceux des autres danseurs et danseuses. Si l’on considérait séparément chacun des individus qui participent à cette danse, on ne comprendrait pas la fonction des mouvements. La façon dont l’individu se comporte en l’occurrence est déterminée par les relations des danseurs entre eux. Il n’en va pas très différemment du comportement des individus en général. Que leur rapport soit celui d’amis ou d’ennemis, de parents à enfants, de mari et femme ou bien de seigneur à serf, de roi à ses sujets, de directeur à ses employés, le comportement qu’adoptent les individus est toujours déterminé par les relations anciennes ou présentes avec les autres. Et cela reste vrai même s’ils vont vivre en ermites, loin du reste des hommes – les gestes pour s’éloigner des autres tout comme les gestes pour s’en rapprocher sont des gestes par rapport aux autres. D’une danse, l’individu peut certes sortir assez facilement. En revanche, les individus ne sont pas liés uniquement à la société par le besoin du plaisir et de la danse. Ils sont liés à la société par les dispositions les plus élémentaires de leur nature4.

17Dans La Société de cour, il a recours au thème du jeu d’échecs :

  • 5 Elias Norbert, La Société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974, p. 152.

C’est exactement ce qu’exprime la notion d’interdépendance. Comme au jeu des échecs, toute action accomplie dans une relative indépendance représente un coup sur l’échiquier social, qui déclenche infailliblement un contrecoup d’un autre individu (sur l’échiquier social, il s’agit en réalité de beaucoup de contrecoups exécutés par beaucoup d’individus) limitant la liberté d’action du premier joueur5.

  • 6 Elias Norbert, Qu’est ce que la sociologie ?, Paris, Pocket, 1993, p. 157.

18Enfin dans Qu’est ce que la sociologie ?, il revient de nouveau sur ce thème en insistant sur l’idée que l’individu et la société ne sont pas deux éléments différents et contradictoires et cette fois il reprend l’image de joueurs de cartes qui font une partie6. La configuration, alors, est

la figure globale, toujours changeante que forment les joueurs. Elle inclut non seulement leur intellect mais aussi toute leur personne, les actions et les relations réciproques… [Elle] forme un ensemble de tensions.

19Les joueurs sont à la fois des alliés et des adversaires.

20Elias applique ce concept de configuration à des formations sociales de tailles très diverses. Certaines s’inscrivent dans un espace restreint et immédiatement perceptible, à l’image d’une classe ou d’un café, d’autres dans des espaces, comme le village ou la ville, à la fois plus vastes et plus indéterminés. Dans tous les cas, Elias refuse d’identifier le réel aux seules réalités matérielles et pour lui les réseaux de relations sont tout aussi réels que les individus qui les composent.

21Ce sont les dépendances réciproques qui, dans ces différentes configurations, construisent les individus eux-mêmes. Ils forment ainsi une sorte de tout marqué ou conditionné par ces dépendances. Ainsi, dans la société de cour, le roi, bien qu’au cour du dispositif, est tout autant soumis au système que les courtisans. Pour en rendre compte, Elias prend l’image du filet, mais un filet qui ne s’explique ni par un fil, ni par l’ensemble des fils mais par leur association et par les relations qui s’établissent entre eux.

22Cela conduit Elias à insister sur plusieurs idées. Il met l’accent tout d’abord sur le dynamisme de l’ensemble. Les relations d’interdépendance entre les individus se caractérisent par une densité et une complexité croissantes et cela résulte d’une différenciation de plus en plus marquée des fonctions sociales. Plus une société évolue et devient complexe, plus ces interdépendances deviennent elles aussi complexes. Il souligne ensuite que l’intensité et les modalités des liens d’interdépendance contribuent à structurer la personnalité. L’individu se construit dans son rapport à la société et cela nourrit la réflexion d’Elias sur l’équilibre entre l’identité du je et l’identité du nous, notamment dans le troisième texte de l’ouvrage. C’est ainsi qu’il conçoit le lien entre l’individu et la société dans laquelle ce dernier se situe.

23Enfin il insiste sur le rôle de l’équilibre de tensions propre à chaque configuration. C’est cette donnée qui ouvre à l’individu le champ de sa « liberté » en délimitant le champ de ce qu’il peut éventuellement faire.

  • 7 Elias Norbert, La Société des individus, op. cit., p. 91.

Mais les possibilités entre lesquelles l’homme peut ainsi choisir, ce n’est pas lui qui les crée. Elles sont données, définies par la structure spécifique de sa société et la nature particulière des fonctions qu’il exerce à l’intérieur de cette société7.

24Est en cause alors la capacité qu’a l’individu de peser sur le réseau d’interdépendances dans lequel il s’inscrit. Dans La Société de cour, en prenant l’exemple du roi, il souligne que ce roi est « grand » en raison de la place qu’il occupe dans la structure des rapports de dépendance ce qui lui donne une possibilité d’action importante.

Processus d'individualisation et processus de civilisation

25Norbert Elias inscrit les considérations générales et théoriques de sa Société des individus dans son approche du processus de civilisation. Il pense que l’on assiste à une modification de la structure de la personnalité des individus en fonction des contraintes ou des mutations entraînées par le développement de la civilisation des mours pour reprendre sa formule, c’est-à-dire par la mise en place de nouvelles modalités d’autocontrainte et de contrôle des pulsions. Pour lui, on constate de plus en plus, dans les sociétés des xixe et xxe siècles, l’existence d’une représentation d’un moi séparé du reste de la société, une forme d’individualisation. Il refuse cependant l’interprétation qu’en donne la philosophie classique qu’il a fréquentée au début de sa formation avant de se tourner vers la sociologie. Il refuse notamment la conception d’un homme extérieur et antérieur au monde social. Il refuse de dissoudre l’historicité des catégories de pensée et d’isoler l’individu de l’ensemble dans lequel il s’insère.

26Au contraire, il a une autre conception de ce processus d’individualisation et se fait de plus en plus le défenseur d’une approche qui s’attache à cerner les variations historiques des formes de la pensée et de la conscience de soi. Il souligne notamment que plus les dépendances réciproques qui lient les individus entre eux sont complexes et que plus elles se diversifient, plus cela ouvre des possibilités à l’affirmation de l’individu.

27Dans le deuxième texte de La Société des individus, « Conscience de soi et image de l’homme », il souligne notamment que

  • 8 Ibid., p. 186.

des êtres humains de plus en plus nombreux ont vécu dans un rapport d’interdépendance croissante en même temps que chaque individu devenait plus différent des autres. Les unités structurelles au sein desquelles les hommes se trouvaient réunis n’ont cessé de s’agrandir en même temps que l’organisation elle-même devenait de plus en plus compliquée8.

28Il tire des conclusions de ce processus en constatant que

  • 9 Ibid., p. 191-192.

non seulement les individus se différencient effectivement les uns des autres dans leur configuration, mais l’individu prend en même temps une conscience plus aiguë de cette différence. Et à partir d’un certain degré d’évolution sociale, on accorde aussi une certaine valeur à cette différenciation de l’individu par rapport aux autres. Plus la société se diversifie avec l’individualisation croissante de ses membres, plus cette différence d’un être par rapport aux autres occupe une place élevée dans l’échelle de valeurs des sociétés en question. Le fait de se différencier d’une manière ou d’une autre, de se distinguer des autres – bref, d’être différent – devient dans ces sociétés un véritable idéal personnel de l’enfant qui grandit et de l’adulte9.

29À propos de ce renforcement du processus d’individualisation, Elias met en avant l’idée qu’il s’inscrit dans l’écart ou la rupture qui se manifestent, dans les sociétés démocratiques actuelles, entre les « aspirations » sociales des individus, nourries par les multiples itinéraires qui s’ouvrent devant eux, et les limitations qui hypothèquent avec plus ou moins de force selon la position qu’ils occupent dans la société, leurs « chances de réussite » objectives. La compétition sociale repose désormais sur la capacité d’un individu à se singulariser dans un monde qui se veut plus égalitaire et qui refuse la légitimité de la différenciation qui caractérisait les sociétés d’ordres d’ancien régime.

30Cette approche, qui peut paraître paradoxale par l’association des contraires qu’elle implique – plus les interdépendances sont étroites et denses entre les individus, plus forte est la conscience qu’ils ont de leur autonomie, plus forte aussi est la volonté qu’ils manifestent de se différencier des autres –, n’est pas isolée dans l’œuvre d’Elias. On trouve une démarche identique dans La Société de cour lorsque qu’il évoque la distance hiérarchique très forte qui se manifeste entre le roi et les courtisans dans le cadre d’une proximité physique maximale dans l’espace curial, proximité qui s’accompagne de la disparition de la barrière entre privé et public.

31En fin de compte, la réflexion d’Elias est double dans cet ouvrage. Il réfléchit sur les conditions historiques qui ont porté l’émergence de la conception moderne de l’individu, fermé sur lui-même et séparé de la société. Il s’interroge sur le processus de civilisation qui a conduit à cette évolution et il est conduit à revenir sur certains caractères de ce processus de civilisation qui lui semblent essentiels.

32Il s’agit tout d’abord d’une avancée de la civilisation. La révolution scientifique du xviie siècle, et notamment les progrès de la physique, ont contribué à modifier le rapport de l’homme à la nature en permettant une domestication des forces naturelles. Il en résulte une différenciation plus importante des fonctions sociales conduisant à une plus grande individualisation des comportements. Cela aboutit à une plus grande interdépendance entre les hommes parce qu’ils sont ainsi conduits à mieux contrôler leurs pulsions.

  • 10 Ibid., p. 189-190.

Contrôle de la nature, contrôle social et contrôle individuel forment une sorte d’enchaînement en cercle ; ils constituent une trilogie fonctionnelle dont la vision peut servir de schéma fondamental à l’observation des problèmes humains ; aucun élément ne peut se développer sans les autres ; la mesure et la forme de l’un dépendant de la mesure et de la forme des autres ; et si l’un des trois s’effondre, les autres le suivent tôt ou tard dans sa chute10.

33Un autre caractère réside dans l’existence de décalages entre le développement de liens d’interdépendance entre les individus et les formes de leur habitus social. Formulé autrement il s’agit d’un écart qui peut se manifester entre l’échelle de l’intégration sociale et l’échelle de fixation de l’identité du « nous », c’est-à-dire de l’identité collective. Il en prend un exemple dans l’expérience qu’il a tirée de la connaissance de l’Afrique lorsqu’il enseignait au Ghana en soulignant la permanence des identités familiales ou ethniques – le « nous » de l’identité collective – qui continue à s’élaborer à un niveau inférieur et qui se heurte aux efforts pour construire un état national, forme que prend alors l’intégration sociale. Pour les périodes modernes ce serait poser la question de la pérennité des interdépendances familiales ou provinciales dans le cadre de la construction de l’état absolutiste, où se manifeste un écart similaire avec un affrontement autour de la question de la centralisation.

34Enfin Elias note la possibilité de régressions dans le cadre du procès de civilisation, des moments où les efforts de contrôle social ou psychologique connaissent des pauses et des reculs sur une moyenne longue durée et ne sont pas de simples accidents provisoires. La dynamique d’une évolution sociale ne présente pas de caractère linéaire. Il semble qu’Elias lorsqu’il développe ses réflexions sur ces points dans les années 1940-1950 ait présent à l’esprit la brutalité nazie, la marque de la guerre et de l’Holocauste.

35Cette approche des rapports entre individu et société reste souvent assez abstraite même si Elias a le souci de la nourrir d’exemples qu’il tire de son expérience personnelle (l’Afrique) ou des réalités auxquelles il a été confronté. Il essaie notamment d’analyser aussi bien l’expérience de la deuxième guerre mondiale que les formes d’une intégration, que l’on qualifie aujourd’hui de mondialisation, mais qu’il pressent dès les années 1970-1980. On peut préciser encore d’autres traits de sa démarche.

Les formes de l'individualisation

36Tout d’abord il convient de noter la diversité des préoccupations et des champs couverts par l’ouvrage. Deux exemples sont significatifs. Ainsi Norbert Elias avance l’idée qu’un mythe des origines est nécessaire, au moins à titre symbolique, à la construction de la conscience de soi. Il porte donc une grande attention à cette question des mythes qu’ils soient scientifiques ou religieux, sous leurs différentes versions ou formes. Comme en d’autres occasions, il accorde une certaine importance à la dimension anthropologique de sa démarche. Le deuxième exemple concerne la famille. Celle-ci occupe une place importante dans l’approche des interrelations. Il en résulte une réflexion sur la place de la famille dans la construction du processus d’individualisation à un niveau intermédiaire entre l’individu et la société. Cette place est déterminée par l’organisation sociale dans laquelle s’insère la famille et par les relations tissées entre ces deux éléments.

37Cependant ses réflexions tournent surtout, et en permanence, autour de deux thèmes centraux, l’individu, et le processus d’individualisation qui le modèle, et les interdépendances qui caractérisent une société. Les rapports qui existent entre ces deux éléments étant synthétisés et théorisés autour de la notion de configuration.

38Norbert Elias donne une définition dynamique de l’individualisation. Il s’agit du devenir permanent des individus au sein de la société. L’individu se construit au sein de la société. Il souligne ainsi que c’est la société qui fait le petit enfant.

  • 11 Ibid., p. 59.

Les contours exacts dans lesquels se fixeront les traits encore flous et malléables du nouveau-né ne dépend en aucun cas uniquement de sa constitution, mais toujours et systématiquement du fonctionnement des relations entre lui et les autres11.

39L’enfant n’est pas seulement influençable, il a besoin de l’influence des autres pour arriver à sa maturité psychique.

  • 12 Ibid., p. 63.

Pour devenir psychologiquement adulte, pour devenir un individu humain, l’enfant ne peut pas se passer de la relation avec d’autres plus âgés et plus puissants12.

40Les réflexions de Norbert Elias sur ces points restent parfois très générales, mais, dans leur mise en ouvre, permettent de nourrir des recherches concrètes. Il s’efforce de penser de façon globale les différents aspects du développement de l’individu qu’ils soient biologique, psychologique et sociologique. Il s’attache à interroger la spécificité psychologique de l’individu en voyant comment ça lui permet de s’insérer dans un ensemble plus global. Il insiste sur la nécessité de prendre en compte un itinéraire de vie de l’enfance à la vieillesse, L’identité n’est pas la même à vingt ans ou à cinquante ans et sa construction est une historisation.

41Elias élargit également son propos car son examen de la mise en place du processus de l’individualisation est étroitement lié à sa réflexion sur les interrelations. Pour lui l’individu pense son rapport à la société dans un cadre général imposé par la société. Il insiste sur le fait que l’individualisation de l’adulte est plus ou moins forte selon les types de sociétés et en fonction de leur développement plus ou moins important. Ainsi l’homme préhistorique ne peut vivre en dehors du groupe et les formes de l’individualisation sont alors très restreintes.

  • 13 Ibid., p. 232.

Un individu pour soi, sans groupe, n’avait pratiquement aucune chance de survie dans ce monde sauvage13.

42Il souligne également que les réseaux d’interdépendances se caractérisent à la fois par leur rigidité et leur souplesse, ce qui, lorsqu’ils se sont développés, ouvre de nouveaux espaces à la décision individuelle. Celle-ci se heurte cependant à un certain nombre de limites.

  • 14 Ibid., p. 91.

Les possibilités entre lesquelles l’homme peut ainsi choisir, ce n’est pas lui qui les crée. Elles sont données, définies par la structure spécifique de sa société et la nature particulière des fonctions qu’il exerce à l’intérieur de cette société. Et quelle que soit la possibilité qu’il saisisse, son action s’imbrique avec celle des autres ; elle déclenche d’autres enchaînements d’actions dont l’orientation et le résultat du moment ne dépendent pas de lui, mais de la répartition des pouvoirs et de la structure des tensions de tout le réseau humain mobile dans lequel il s’inscrit14.

43Dans ces conditions, l’individu lui-même, par son comportement, doit étouffer certains aspects de sa personnalité pour se couler dans les cadres généraux imposés par la société. Sont alors présents des thèmes que l’on retrouve dans La Société de cour ou dans ses autres ouvrages sur la maîtrise des sentiments et le rôle de l’autocontrôle, la nécessité d’être conforme à l’image que la société donne de vous. L’individu pense son rapport à la société dans un cadre général imposé par la société dans la mesure où celle-ci entreprend l’adaptation de l’individu à ses fonctions et à ses tâches d’adulte. Ce qui amène Norbert Elias à conduire une réflexion sur la place du système éducatif et de la formation.

44Il prend aussi position dans des débats plus généraux et rejette l’idée traditionnelle, de l’existence d’une série de contraintes « extérieures » qui pèsent sur l’individu. Il critique la « théorie du milieu » et met en cause la notion d’environnement qu’il considère comme un concept caoutchouc.

45Elias s’inscrit dans une vision dynamique du rapport société/individu. La structure du réseau humain et la structure de l’individu se modifient parallèlement et il pense que la sociologie traditionnelle n’est pas capable de penser et de comprendre les relations entre les individus. Pour cette dernière, les relations entre les individus possèdent des structures et des lois particulières, mais elles sont pensées comme les lois des unités elles-mêmes et non comme celles des relations entre ces unités. Il critique aussi les approches psychologiques et sociologiques qui font une distinction entre un pur moi, qui est l’objet des attentions de la psychologie, et une société, qui est au centre des préoccupations de la sociologie.

46Cette approche débouche sur un problème de délimitation de terrains et de compétences pour savoir ce qui est propre à l’individu et à la société dans ce processus. En outre, pour l’historien qui aborde ces thèmes, au-delà de la question des concepts auxquels il peut avoir recours, se pose aussi celle des sources qu’il convient de mobiliser pour aborder ces questions.

47La question des interrelations est en permanence au centre du propos d’Elias. Il utilise des termes nombreux et proches, entrecroisements, interdépendances. Il s’efforce de penser les choses dans leur dynamique avec l’idée et l’affirmation que l’individu n’est pas un commencement, que ses relations avec les autres ne sont pas davantage un commencement et qu’il faut penser les phénomènes comme un rapport. La configuration se construit en permanence dans un dialogue entre ses différents éléments. Dans La Société de cour, il précise une fois encore sa démarche :

  • 15 Elias Norbert, La Société de cour, op. cit., p. 151.

La théorie sociologique de l’interdépendance qui nous a servi de fil conducteur au cours de notre recherche et qui, chemin faisant, s’est précisée et clarifiée, tient mieux compte de la réalité. Elle se fonde sur l’observation que chaque individu est tributaire depuis son enfance d’une multitude d’individus interdépendants. C’est à l’intérieur du réseau d’interdépendances où l’homme s’insère à sa naissance, que se développe et s’affirme – à des degrés et selon des modèles variables – son autonomie relative d’individu indépendant. Si dans la recherche historique et sociale, on s’arrête, sur le plan mental, aux actes et décisions de personnes isolées, comme si elles pouvaient s’expliquer sans recours aux dépendances liant les individus, on se barre l’accès aux aspects des rapports humains qui fournissent le cadre à leurs « interactions15 ».

48Dans cette saisie des interrelations, Elias insiste également sur un aspect particulier.

  • 16 Elias Norbert, La Société des individus, op. cit., p. 207.

Nous utilisons des concepts différents selon que nous voulons parler de la personne humaine prise isolément ou des hommes réunis en groupe. Dans le premier cas nous qualifions le phénomène d’individuel, dans le deuxième de social. On emploie actuellement les deux termes avec des connotations éveillant le sentiment qu’il ne s’agirait pas seulement d’une différence mais d’une opposition16.

49Cela conduit Elias à distinguer une identité personnelle, le « je », d’une identité collective, le « nous ». Parmi d’autres exemples, il prend celui du double nom, prénom plus nom, qui montre que chaque individu est pris dans un ensemble. Mais, fidèle à sa démarche constante, il rejette une opposition entre les deux termes qui apparaissent comme complémentaires. Il n’y a pas d’identité du « je » sans identité du « nous ». C’est le rapport et l’équilibre entre les deux qui changent. D’ailleurs cette question de l’équilibre je/nous est au centre de la réflexion d’Elias sur le processus d’individualisation. Le je/nous constitue un couple profondément lié avec un rapport entre les deux mais un rapport et un équilibre qui sont évolutifs.

  • 17 Ibid., p. 104-105.

L’individu humain ne peut dire « je » qu’à la condition de pouvoir aussi dire « nous » et parce qu’il le peut en même temps. La seule idée du « je suis », et plus encore celle du « je pense », suppose l’existence d’autres hommes et la coexistence avec d’autres – bref l’existence d’un groupe d’une société17.

50Cette réflexion est étroitement liée avec celle sur l’individualité. Le moi le plus intime et le plus personnel se forme dans un réseau permanent de besoins, une perpétuelle alternance de désir et de satisfaction

  • 18 Ibid., p. 72.

et c’est l’ordre de ce réseau permanent qui ne commence nulle part, c’est l’histoire de ses relations qui font la nature et la forme de la personne individuelle. Même la nature et la forme de sa solitude, même ce que l’individu ressent comme son « intériorité » reçoivent l’empreinte de cette histoire – l’empreinte du filet de relations humaines dont il est l’un des nouds et au sein duquel il vit et accède à son individualité18.

51Cerner les voies de formation de l’individualité nécessite d’avoir une approche d’ensemble de la société. Individu et société sont étroitement liés par les interdépendances constituant une configuration.

52Finalement sur toutes ces questions, et notamment sur celle de l’interdépendance et des interrelations, Norbert Elias joue un rôle pionnier. Nombre de ses intuitions ont été reprises et nourrissent des recherches très diverses notamment à travers la théorie des réseaux et les divers usages qui en sont faits tant dans la recherche historique que sociologique. L’idée est reprise mais avec d’autres présupposés ou d’autres constructions de la réalité et Norbert Elias reste toujours au centre de débats et de discussions. On peut prendre l’exemple de la micro storia italienne. Alors que pour Elias, l’individu est pris dans une configuration, pour celle-ci l’individu construit cette configuration tout en se construisant lui-même. L’individu dispose d’une marge d’autonomie plus grande. Il n’est qu’en partie réductible à cette société. Les rapports sont plus complexes. Sont-ils pour autant plus dynamiques ?

53Pour l’historien, la lecture de Norbert Elias est toujours enrichissante, à lui de trouver ensuite les sources et les objets qui permettent de faire avancer la recherche et les débats qui l’accompagnent.

Notes

1 Elias Norbert, La Société des individus, Paris, Fayard, 1991, p. 32.

2 Ibid., p. 37.

3 Ibid., p. 41.

4 Ibid., p. 55-56.

5 Elias Norbert, La Société de cour, Paris, Calmann-Lévy, 1974, p. 152.

6 Elias Norbert, Qu’est ce que la sociologie ?, Paris, Pocket, 1993, p. 157.

7 Elias Norbert, La Société des individus, op. cit., p. 91.

8 Ibid., p. 186.

9 Ibid., p. 191-192.

10 Ibid., p. 189-190.

11 Ibid., p. 59.

12 Ibid., p. 63.

13 Ibid., p. 232.

14 Ibid., p. 91.

15 Elias Norbert, La Société de cour, op. cit., p. 151.

16 Elias Norbert, La Société des individus, op. cit., p. 207.

17 Ibid., p. 104-105.

18 Ibid., p. 72.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540