Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pédagogie et droits de l’homme

 | 
Véronique Champeil-Desplats

Quatrième partie. Chaire UNESCO : expériences nationales

L’éducation aux droits de l’homme : l’expérience italienne1

Maria Cristina Da Cicco

Texte intégral

  • 1 Traduit de l’italien par Eleonora Bottini, ATER en droit public à l’université Paris Ouest Nanterr (...)

1Chaque fois que je dois parler de l’expérience italienne concernant les situations existentielles, je me trouve en difficulté voire mal à l’aise. La situation italienne est devant les yeux de tout le monde et se commente, je crois, d’elle-même. L’Italie est apparemment en ligne avec les autres pays européens sous plusieurs aspects. Toutefois, la grande distance entre la théorie et la réalité émerge quand on s’intéresse à l’application concrète des normes.

  • 2 Parmi les premiers on peut signaler : Circulaire ministérielle du 28/10/1987, n. 316 « Enseignemen (...)

2Le thème de ce colloque en est un exemple concret. En ce qui concerne l’élaboration des normes en matière de droits de l’homme, les progrès et les résultats sont évidents. À partir de la fin des années soixante-dix jusqu’à aujourd’hui, les Actes du Ministère de l’éducation sur la pédagogie des droits de l’homme se sont succédés2. Je préciserais que le Ministère a introduit récemment, depuis l’année scolaire 2009, l’enseignement « Citoyenneté et Constitution » (loi 169 de 2008), avec des contenus propres mais qui s’intègrent « dans le domaine spécifique des disciplines des sections histoire-géographie et histoire-société » des établissements du secondaire.

  • 3 C. m. du 27/10/2010, n. 86.

3Le fait qu’il ne s’agit pas d’une discipline autonome ne constituerait pas en soi un obstacle ; mais le Ministère, dans cette situation comme dans beaucoup d’autres, n’est pas clair dans ses finalités et dans l’étendue de ses concessions. Cet enseignement, conformément aux instructions ministérielles3, rentre dans le volume horaire des disciplines précédemment indiquées, ce qui le place dans une situation subordonnée. En outre, l’année suivante, le Ministère a réduit les heures destinées aux sections histoire-géographie et histoire-société, et par conséquent les enseignants ont été obligés de réduire la place, déjà limitée, consacrée au nouvel enseignement. Le Ministère a réduit les heures, mais pas le programme : il est donc facile d’imaginer que pour réussir à mener à bien le programme ministériel, « Citoyenneté et Constitution » est destinée à devenir une matière sacrifiée.

4Cela ne signifie bien évidemment pas que rien n’a été fait dans les établissements italiens pour sensibiliser les élèves au respect des droits de l’homme. Le problème, en l’absence d’horaire spécialement dédié dans l’emploi du temps, est que l’initiative des enseignants compte pour beaucoup. Des projets sont menés dans plusieurs établissements, comme ceux en collaboration avec l’UNICEF (Scuola Amica) 44 ou le projet de la région Piémont5 où 41 établissements sont impliqués, celui organisé par la région Veneto ou encore les séminaires organisés à Milan avec la collaboration de l’ancien magistrat Gherardo Colombo. Mais cela reste tout de même limité à l’initiative et à la sensibilité de chaque enseignant.

  • 6 Sur ce point voir les excellentes pages de Cassese Antonio, I diritti umani oggi, Bari, Ed. Laterz (...)

5Il ne fait aucun doute qu’il faudrait sur ce point être plus actif puisque « le moment est arrivé d’arrêter avec la rhétorique des droits de l’homme et de donner une place à des actions dirigées vers des résultats concrets6 ».

  • 7 L’approche d’Amnesty International est éclairante : éduquer aux droits de l’homme signifie engager (...)

6Éduquer aux droits de l’homme signifie principalement faire réfléchir sur leur existence, leur contenu et leur effectivité, mais surtout éduquer au respect de soi et des autres7. Un exemple emblématique est celui de la violence juvénile, un phénomène malheureusement très présent dans les établissements italiens ; cette attitude peut, à l’âge adulte, se transformer en tendances au harcèlement moral ou sexuel, pour ne pas parler de la violence domestique, dans un cercle vicieux de violence et de manque de respect pour autrui.

7Néanmoins, en analysant certains projets sur la violence juvénile, on peut remarquer que la réaction se concentre sur la sanction et non sur la nécessité de rendre les élèves conscients qu’une société qui se veut civilisée ne peut pas se passer du respect des autres. Aujourd’hui plus que jamais, il est indispensable d’essayer d’installer un climat de respect des autres, dans la diversité des cultures et des religions, en s’opposant à toute forme de racisme et d’antisémitisme. À cette fin, l’engagement de tous est nécessaire particulièrement au moyen du devoir de mémoire : cette conscience, on le sait, participe à la construction d’un futur sans violence.

8La distance entre théorie et pratique à laquelle je faisais référence au début de cette analyse, apparaît également dans ce champ : le devoir de mémoire pour mettre un frein aux manifestations de racisme et d’antisémitisme est aussi proposé par le Ministère de l’éducation. Toutefois, il est prévu dans la suite du cycle scolaire, une séparation des étudiants étrangers et italiens dans des classes différentes, comme si la création d’un « ghetto » pouvait contribuer à l’intégration. En 2009, le sous-groupe « formation » du groupe de travail MIUR « Citoyenneté et Constitution » s’est réuni au Centre Droits de l’Homme de l’Université de Padoue pour approfondir le thème de l’éducation aux droits de l’homme. Les membres du Groupe ministériel ont approuvé à l’unanimité la nécessité de définir le contenu des programmes du nouvel enseignement « Citoyenneté et Constitution » selon l’approche de l’éducation globale fondée sur les droits de l’homme et selon les indications des Nations Unies, de l’UNESCO et du Conseil de l’Europe.

L’école, affirme-t-on, est le lieu principal où commencer à construire les conditions d’une citoyenneté démocratique, participative, active, solidaire, intégratrice, européenne, capable de reconnaître les différences et de les faire dialoguer à la recherche des fondements partagés du vivre ensemble8.

9C’est une approche excellente, mais dans la pratique, ces enseignements se résument souvent à une approche aseptisée des articles de la Constitution sans une participation active des étudiants.

10L’importance de l’éducation aux droits de l’homme est confirmée, si besoin est, par la préparation d’une Déclaration des Nations Unies sur l’éducation et la formation aux droits de l’homme à laquelle la France et l’Italie participent également.

11L’éducation aux droits de l’homme est étroitement liée à l’effectivité de ces droits. Toutefois, cette effectivité ne peut dépendre seulement des instruments mis à disposition par l’ordre juridique. Afin que les droits de l’homme, aussi difficilement acquis, soient effectifs et trouvent une mise en œuvre concrète, il est nécessaire que toute personne commence par les respecter en premier lieu et contribue donc à les protéger.

12Il est primordial de ne rien donner pour acquis : les droits ont été obtenus, mais l’impératif est maintenant de les conserver. Il est nécessaire pour cela que l’importance du respect soit enseignée dans les écoles, mais surtout à l’intérieur de la famille à partir du plus jeune âge. Il existe en effet une chose que les parents se doivent d’enseigner à leurs enfants : le respect de soi et surtout le respect des autres. Ce n’est pas un hasard si un grand philosophe affirme que si l’existence d’un ordre juridique comprenant une seule norme était possible, cette norme serait : neminem laedere.

13L’absence de respect s’exprime souvent par la violence, verbale ou, non moins dangereuse, psychologique. Éduquer aux droits de l’homme signifie prendre conscience de cela. En effet, à moins de rentrer dans une logique hypocrite, un ordre juridique et politique fondé sur le respect et la dignité de la personne humaine ne peut affirmer la démocratie dans la rue et l’intolérance dans la vie privée. La violence n’est pas, ou n’est plus, un fait privé, mais elle nous concerne tous. Nous ne pouvons donc pas nous taire face à la violence dans toutes les formes car notre silence contribue, d’une part, à justifier des comportements indignes et, d’autre part, à favoriser l’émergence et la perpétuation de la société violente dans laquelle on vit.

14Il n’est donc pas extravagant d’affirmer le lien étroit entre l’effectivité et l’enseignement des droits de l’homme. Mais il n’est pas suffisant d’enseigner les droits de l’homme, il est nécessaire de créer aussi une véritable culture de ces droits, avec des exemples concrets là où cela est possible. Il faut faire prendre conscience du fait que pour toute violation d’un droit, la dignité elle-même en ressort diminuée.

15On peut alors opter pour une transmission des enseignements comme s’il s’agissait d’un tout fermé, laissant à l’étudiant la réception des schémas proposés tels quels ; ou alors, on peut les transmettre en tant qu’ensemble ouvert d’informations, dans un mouvement d’évolution constante, ce qui inviterait le destinataire de ces informations à intervenir pour obtenir une nouvelle configuration ou une réélaboration des concepts proposés.

  • 9 Comme l’affirme Gherardo Colombo-un ancien magistrat impliqué dans la discussion théorique sur la (...)

16C’est dans ce domaine particulier qu’il est important de rompre avec la reproduction sans esprit critique des notions pour privilégier leur problématisation et le raisonnement dialectique. Partant, il s’agit non seulement d’« enseigner » les droits de l’homme mais surtout d’« éduquer » aux droits de l’homme9. En effet, l’enseignement de ces droits devient efficace (seulement) dans la mesure où l’on cherche à les respecter à partir de l’école. Dans ce sens, une hypothèse de travail concrète est celle de négocier avec les étudiants un ensemble de règles et de responsabilité pour la vie de la classe et de l’école : un projet qui pourrait contribuer à la lutte contre la violence juvénile.

17Construire une culture des droits de l’homme nécessite une connaissance des droits et des responsabilités de la part de tous et la volonté de les défendre. Pour cela, il est nécessaire de sensibiliser au fait qu’il faut tout d’abord regarder près de nous, car quand on discute des droits de l’homme en Italie, on a tendance à regarder loin, en Afrique ou en Asie, en oubliant que leur violation est chez nous un fait quotidien, même si on ne s’en rend pas compte.

  • 10 Sur ce point, il est indispensable de se référer à Perlingieri Pietro, Il diritto civile nella leg (...)

18Un autre aspect à prendre en considération est que l’on oublie souvent que parler de droits de l’homme ne signifie pas seulement réfléchir à leur reconnaissance. Le respect des droits de l’homme et, par conséquent, leur violation concernent aussi l’économie. Pour cette raison, il pourrait être important de sensibiliser les jeunes sur le fait que les droits fondamentaux, parmi lesquels se retrouvent énoncés les principes individuels et collectifs prévus par les constitutions modernes10, doivent influencer aussi le monde économique, un secteur complexe où s’impose l’intérêt économique des entreprises sur l’intérêt social des individus.

19Il est ainsi nécessaire que les jeunes puissent prendre conscience qu’il est possible de modifier la situation actuelle par la mise en œuvre concrète des droits, en permettant à la personne de prendre une place centrale dans le choix des stratégies d’entreprise. L’objectif serait de contribuer à la réduction des tensions sociales et des inégalités qui dérivent d’une gestion égoïste et utilitariste de l’activité économique. Les consommateurs se transformeraient de ce fait en sujets politiques capables de modifier, avec leurs préférences et leurs dépenses, les distorsions de l’économie actuelle.

  • 11 Cela a été bien souligné par Papisca Antonio, « Riflessioni in tema di cittadinanza europeae dirit (...)
  • 12 Ainsi Rodotà Stefano dans une interview de Miguel Mora pour le quotidien El País, 12 décembre 2010(...)

20Les valeurs-ou plutôt l’absence de valeurs-que les jeunes italiens perçoivent dans des attitudes qui proviennent « d’en haut » peuvent et doivent être éliminées par l’éducation et la famille. Le « désert culturel » de l’Italie d’aujourd’hui a pris de telles proportions qu’il faudra beaucoup de temps pour en sortir. S’il est vrai que « dans l’éclaircissement et la transmission des valeurs, il est nécessaire de faire comprendre que les valeurs ne sont pas des objets de contemplation mais doivent être transformées en objectifs pour l’action », il est tout aussi important de sensibiliser les jeunes aux droits de l’homme comme une priorité pour l’agenda politique. Outre des lois et des décisions juridictionnelles, la garantie de ces droits implique en effet de façon vitale la mise en place de politiques publiques et d’actions positives11. Cette considération permettrait de se garder du risque de marchandisation des libertés, de manière à ce que seuls ceux qui en ont les moyens, puissent y avoir accès12. La tendance de la culture juridique actuelle est en effet de vouloir progressivement dépasser les rapports de droit public pour faire entrer les conquêtes sociales dans les relations commerciales, dans les contrats de masse, dans l’exercice du droit de propriété, dans le contrôle des entreprises, voire de la famille. Malgré ces changements structurels de l’économie mondiale, il est nécessaire de tenir compte du fait que l’individu, élément subjectif principal et neutre du code civil, n’est pas réductible à la personne humaine, située au centre de l’ordre juridique dans son ensemble.

  • 13 Arendt Hannah, A condição humana (1958), 9e éd., Rio de Janeiro, Forense Universitária, 1999, p. 1 (...)

21Une véritable révolution sociale ne pourra être accomplie que si une protection totale de la personne humaine, à la fois dans l’espace privé et l’espace public, est garantie. Il est donc important de rappeler que cette victoire ne pourra être obtenue que si tout le monde s’y attache : l’école, la famille et les médias. L’enseignement aux jeunes et aux étudiants de « l’esprit européen » exige d’allier l’unité et la diversité (et donc le respect de la diversité), et rend ainsi toujours aussi actuel l’enseignement d’Hannah Arendt sur la pluralité humaine, à considérer entre égalité et différence13.

Notes

1 Traduit de l’italien par Eleonora Bottini, ATER en droit public à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense.

2 Parmi les premiers on peut signaler : Circulaire ministérielle du 28/10/1987, n. 316 « Enseignement de la religion catholique, activités alternatives, autres opportunités » ; C.m. du 15/07/1989, n. 246 « Raisons et perspectives du Projet Jeunes » ; C.m. du 8/09/1989, n. 301 « Insertion des étrangers dans l’enseignement obligatoire : promotion et coordination des initiatives pour l’exercice du droit à l’éducation » ; C.m. du 26/07/1990, n. 205 « L’enseignement obligatoire pour les élèves étrangers. L’éducation interculturelle » ; C.m. du 30/11/1990, n. 327 « Projet Jeunes 1993. Organisation des rencontres de discussion et synthèse des expériences » ; C.m. du 2/08/1991, n. 240 « Projet Jeunes 2000: premières orientations » ; C.m. du 2/08/1991, n. 241 « Projet Jeunes 93. Documentation et évaluation des initiatives de l’année académique 1990/91 : projets pour les activités de l’année académique 1991/92 ; C.m. du 27/04/1993, n. 138 « L’éducation interculturelle comme prévention du racisme et de l’antisémitisme » et avis du CNPI (Consiglio Nazionale della Pubblica Istruzione) concernant « Racisme et antisémitisme : le rôle de l’école » ; C.m. du 25/10/1993, n. 302 « Éducation à la légalité » ; C.m. du 2/03/1994, n. 73 « Dialogue interculturel et cohabitation démocratique : l’engagement actif de l’école » ; C.m. de 1995, n. 90 « Éducation civique, démocratie et droits de l’homme » qui transmet et signale l’avis du CNPI sur le sujet ; Directive du 8/2/1996, n. 58 « Nouvelles dimensions de formation, éducation civique et culture constitutionnelle »

3 C. m. du 27/10/2010, n. 86.

4 Pour plus de détails, voir http://www.unicef.it/doc/177/unicefscuolaitaliascuolaescuolalascuola.htm.

5 Projet du Bureau régional de l’éducation du Piémont en collaboration avec la Fondation Giovanni Agnelli, intitulé École, droits de l’homme et citoyenneté européenne. Parcours de formation et recherche-action dans les écoles du Piémont, Edizione della Fondazione G. Agnelli, 2005, voir http://www.fga.it/home/pubblicazioni/dettaglio-pubblicazione/article/scuola-diritti-umani-e-cittadinanza-europea-percorsi-di-formazione-e-ricerca-azione-nelle-scuole-d.html.

6 Sur ce point voir les excellentes pages de Cassese Antonio, I diritti umani oggi, Bari, Ed. Laterza, 2005.

7 L’approche d’Amnesty International est éclairante : éduquer aux droits de l’homme signifie engager les personnes et les encourager à être des citoyens actifs dans le champ des droits de l’homme. Le but est de réintroduire des standards des droits de l’homme, promouvoir la réflexion sur les valeurs dans nos sociétés et l’analyse des fondements éthiques et moraux du droit dans les droits de l’homme, et rappeler aux destinataires de la formation la nécessité absolue de garantir qu’à aucune personne ne soient niés les droits fondamentaux prévus par la Déclaration universelle des droits de l’homme.

8 Sur ce point, voir http://unipd-centrodirittiumani.it/it/news/Il-MIUR-al-Centro-diritti-umani-di-Padova-per-linsegnamento-Cittadinanza-e-Costituzione/1420.

9 Comme l’affirme Gherardo Colombo-un ancien magistrat impliqué dans la discussion théorique sur la justice, sur la relation entre règles et personnes et sur l’influence de cette relation sur la vie pratique de tous –, « les jeunes ont envie d’être impliqués, et il n’est point difficile de rentrer en contact avec eux si on reconnaît leur importance : il est nécessaire qu’ils se perçoivent comme des protagonistes et pas simplement des spectateurs ».

10 Sur ce point, il est indispensable de se référer à Perlingieri Pietro, Il diritto civile nella legalità costituzionale secondo il sistema italo-comunitario delle fonti, Naples, ESI, 2006.

11 Cela a été bien souligné par Papisca Antonio, « Riflessioni in tema di cittadinanza europeae diritti umani (Documento di lavoro per il MIUR) », in Pace diritti umani-Peace Human Rights, 2004, n. 1.

12 Ainsi Rodotà Stefano dans une interview de Miguel Mora pour le quotidien El País, 12 décembre 2010.

13 Arendt Hannah, A condição humana (1958), 9e éd., Rio de Janeiro, Forense Universitária, 1999, p. 188.

Auteur

Professeur associé de droit privé à l’université de Camerino (Italie)

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540