Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pédagogie et droits de l’homme

 | 
Véronique Champeil-Desplats

Quatrième partie. Chaire UNESCO : expériences nationales

Pédagogie en matière de droits humains : éduquer pour la démocratie

Marcela Gutierrez

Texte intégral

  • 1 Instituto Interamericano de Derechos Humanos (IIDH), Manual de educación en derechos Humanos : nive (...)

[...] L’éducation relative à la connaissance et au respect des Droits humains peut inculquer les aspects fondamentaux d’une culture de paix dans l’esprit des individus1.

  • 2 Larreamendy-Joerns Jorge, Pensamiento histórico, educación y conflicto armado, Universidad Nacional (...)

1Éduquer pour la paix et la démocratie implique d’« éduquer dans le contexte et par des modes de relation interpersonnels qui respectent et valorisent l’identité émergente des enfants, leurs différences culturelles et leur dignité en tant qu’être humain2 ». Toute démarche pédagogique, en particulier en matière de droits humains, doit être construite sur la base du respect de la dignité humaine, de la cohérence du discours et de la pratique. Éduquer en matière de droits humains, à partir des droits humains, s’effectue dans le cadre général de politiques publiques que devrait garantir, dans les sciences sociales, le droit à l’éducation (I). On abordera, après l’exposé de ce cadre, le cas colombien (II).

I. Mise en perspective générale

  • 3 García Méndez Emilio, « Infancia, ley y democracia : Una cuestión de justicia », in Infancia, ley y (...)
  • 4 Art. 44 de la constitution politique de Colombie de 1991 : « Son derechos fundamentales de los niño (...)

2Le droit à l’éducation, « droit habilitant l’exercice d’autres droits », comme le définissait Emilio García Méndez3, est reconnu à l’article 28 de la Convention internationale sur les droits de l’enfant. Celle-ci fixe les conditions d’effectivité des droits dont les enfants et les adolescents peuvent se prévaloir progressivement et dans des conditions d’égalité des chances. Ces droits sont affirmés comme fondamentaux et prioritaires à l’article 44 de la Constitution colombienne4. La Constitution énonce également dans son article 67 que « l’éducation formera le Colombien en matière de droits humains, à la paix et à la démocratie. ».

3L’éducation indique une direction. À travers elle, peuvent être inculquées des valeurs ainsi qu’être promus la recherche de solutions pacifiques aux situations de conflit, la connaissance et le respect de droits humains. L’article 29 de la Convention internationale insiste sur le fait que « Les États parties » conviennent que l’éducation de l’enfant doit viser à :

  1. Favoriser l’épanouissement de la personnalité de l’enfant et le développement de ses dons et des ses aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités ;

  2. Inculquer à l’enfant le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, et des principes consacrés dans la Charte des Nations Unies ;

  3. Inculquer à l’enfant le respect de ses parents, de son identité, de sa langue et de ses valeurs culturelles, ainsi que le respect des valeurs nationales du pays dans lequel il vit, du pays duquel il peut être originaire et des civilisations différentes de la sienne ;

  4. Préparer l’enfant à assumer les responsabilités de la vie dans une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de tolérance, d’égalité entre les sexes et d’amitié entre tous les peuples et groupes ethniques, nationaux et religieux, et avec les personnes d’origine autochtone ;

  5. Inculquer à l’enfant le respect du milieu naturel ».

  • 5 Yepes Parra Antonio, « Significado de la educación : atraso nacional », in El Tiempo, « Lecturas do (...)

4La formation, le respect et la pratique des droits humains dans une démocratie qui se voudrait réellement participative et pluraliste sont les bases qui permettent de parvenir à la cohabitation sociale. Comme le souligne Antonio Yepes Parra5 : « Cette éducation pour le nouveau millénaire doit alors se fonder sur les quatre piliers que propose l’Unesco : apprendre à connaître, apprendre à vivre ensemble, apprendre à vivre avec les autres, apprendre à faire, apprendre à être ».

5La conférence mondiale sur les droits humains réunie à Vienne en 1999 considère que l’éducation, la formation et l’information publique en droits humains sont essentielles pour promouvoir-et pour parvenir à-des relations harmonieuses entre les communautés, ainsi que pour impulser la compréhension mutuelle, la tolérance et la paix. Comme le dit la Convention créant l’Unesco adoptée à Londres le 16 novembre 1945 : « les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix ».

6L’école devient alors un lieu stratégique. Au sein de l’école peut se réaliser notamment des exercices démocratiques, comme l’élection de délégués d’élèves qui représentent leurs compagnons de classe auprès des professeurs et de l’administration. Les élèves expérimentent ainsi le fonctionnement d’un système démocratique à l’intérieur de l’école qui peut se révéler n’être qu’un simple simulacre si ces représentants n’ont pas de pouvoir de décision à l’intérieur des établissements éducatifs.

7Dans le domaine des institutions dédiées à la pédagogie, l’éducation pour la démocratie doit dès lors maintenir une cohérence entre le discours et la pratique. Pour cette raison, les stratégies pédagogiques qui ne se construisent que d’une manière formelle et qui ne présentent que des dynamiques qui s’établissent dans les structures verticales et autoritaires traditionnelles de la famille et de l’école, ne sont la plupart du temps que des exercices vides de contenu. Il faut donc chercher à exclure ces structures autoritaires tout comme les restrictions à la liberté de croyance ou de pensée au sein des relations professeur-élève, parent-enfant ainsi que dans les diverses relations entre les acteurs de la communauté éducative. La restriction d’accès à de nouveaux savoirs n’a en effet aucune raison de ne venir que des enseignants. Il faut reconnaître que la pédagogie est en effet un chemin à double sens : c’est dans l’échange d’expériences que se crée la pensée, qui est tout à la fois un exercice de dialogue et de participation. Il est donc nécessaire d’inciter à une véritable participation dans la prise de décisions sur des aspects qui relèvent de l’intérêt des élèves, par la création d’espaces de discussion dans la tolérance et l’acceptation des différences.

8L’apprentissage de la cohabitation sociale est également une des meilleures pédagogies en matière de droits humains. À partir de la communauté éducative, il convient d’établir des projets pédagogiques qui la transcendent ainsi que des pratiques et des habitudes qui respectent les droits humains au-delà de l’école. Il serait véritablement purement formel et incohérent de pratiquer à l’école, qui s’insère dans une communauté et une société plus large, une pédagogie qui ne respecterait pas les valeurs démocratiques en général.

  • 6 Rojas Manuel, « Educación y conflicto », in Conflicto armado, niñez y juventud, Universidad Naciona (...)

9Par ailleurs, dans cette optique, l’école doit être à la disposition de tous les enfants en âge scolaire et éviter leur désertion par la mise en place de moyens motivant qui permettent d’étudier. Comme le souligne Manuel Rojas : « [...] le modèle scolaire en vigueur ne prévient pas la barbarie, et peut-être y contribue-t-il, en étant, [...] en de nombreuses occasions, une institution qui marginalise les plus défavorisés, les plus pauvres, les plus petits, ceux qui vivent dans des secteurs ruraux éloignés6 ».

10Enfin, il est souvent convenu que la pédagogie dans le domaine des droits humains doit refléter des valeurs telles que celles de la liberté, la justice et l’égalité pour tous. Ciro Angarita Barón, dans la décision T-064 de 1993 de la Cour constitutionnelle soulignait : « [...] le système éducatif a été considéré comme un microcosme de la société dans laquelle il se trouve. Ce n’est pas par hasard s’il reflète et reproduit les valeurs, tendances, conflits, inégalités et, en général, toutes les formes de comportement social considérées globalement ». On comprend donc que la communauté éducative peut reproduire des valeurs contraires à la cohabitation citoyenne ou, à l’inverse, promouvoir celles qui la permettent, en enseignant et dynamisant l’ensemble des droits et des valeurs de la majorité de la société, ou des multiples expressions de la diversité culturelle qui se sont construits au cours de l’histoire.

II. Pédagogie des droits humains en Colombie

  • 7 Arias Arias | Inés, Silencios históricos del siglo xix, Bogotá, Antares Impresores, 2002.
  • 8 Ibid., p. 47.

11Historiquement, en Colombie, l’éducation était religieuse-catholique –, belliqueuse et peu libérale7. La différence et le pluralisme culturel et religieux étaient niés. Autrement dit, la diversité de vie et d’opinion n’était pas respectée : était imposée une seule manière d’apprendre le monde et de recréer de l’ordre. L’école proposait de stabiliser « cet ordre et ses conséquences politiques, où le pauvre ou ignorant était assigné à un seigneur naturel, le convertissant en objet passif d’une relation d’autorité sui generis avec, donc, son seigneur ou son patron, relation naturalisée par la culture du lieu commun8 ».

  • 9 Defensoría del Pueblo : Plan Nacional de Educación en DDHH, Plan Nacional de formación en DDHH de l (...)
  • 10 Cela conduit à voir l’éducation comme un héritage qui permet aux enfants et aux jeunes de s’appropr (...)

12Dans son principe, ce temps est révolu. Depuis la Constitution politique de 1991, les décisions de la Cour constitutionnelle colombienne et des exercices de citoyenneté9, il est permis de parler d’une autre manière de cohabiter et de revendiquer la dignité des éducateurs et des élèves. Toutefois, en Colombie, ces propositions pédagogiques n’ont pas tenu compte du contexte social. Les différents contextes, et en particulier ceux de la violence politique, ont été ignorés dans les discours officiels et les programmes éducatifs formant les élèves et les étudiants. Ceux-ci ont tourné le dos à la réalité du conflit armé interne, ce qui très souvent a constitué un facteur de reproduction de la violence10.

13à cela, il convient d’ajouter que le maintien de dynamiques violentes dans les démarches pédagogiques, telle la punition comme forme de correction dans les institutions. Le dialogue comme manière de comprendre et de dépasser les erreurs des élèves n’a été introduit que depuis peu dans les milieux éducatifs. Le droit à la participation et à la consultation pour matérialiser une gouvernance scolaire a également été limité. Le PEI [Programme Educatif de l’Enfance] prétend y remédier. Toutefois, les manuels sur la cohabitation sociale ne sont pas conçus pour promouvoir la participation de tous, et ils s’apparentent davantage à des règlements sur les fautes et leurs sanctions. Or, ils auraient plutôt dû prendre la forme d’un carnet de bord élaboré par la communauté scolaire pour orienter vers le respect, la paix et la cohabitation en partant de la diversité (handicaps physiques ou mentaux, etc.), des contextes, des acteurs et des problèmes qui touchent la communauté éducative.

14Cette situation est liée à l’absence de cohérence des politiques publiques qui sont conçues et mises en place d’une manière désarticulée, sans être envisagée dans leur intégralité. En Colombie, les politiques pédagogiques restent étrangères à la question de la garantie des droits dont l’effectivité se réalise finalement au moyen d’autres politiques. La possibilité donnée aux élèves et à leurs familles d’entrer dans un véritable processus de formation exige en effet aussi la satisfaction des besoins en matière de santé, de logement décent, de travail pour les parents. Ces conditions sont toutes nécessaires pour la réalisation d’un véritable processus pédagogique.

15à propos des exercices démocratiques en milieu scolaire, on peut mentionner l’article 68 de la Constitution selon lequel « la communauté éducative participera à la direction des institutions d’éducation », de même que les parents d’élèves auront le droit de choisir le type d’éducation de leurs enfants. L’article 5. 3 de la Loi générale de l’éducation (Loi n° 115 de 1994) consacre, parmi les buts de l’éducation, « la formation afin de permettre la participation de tous dans les décisions qui les affectent dans la vie économique, politique, administrative et culturelle ». Il exige également : « [.] la formation au respect de la vie et autres droits humains, à la paix, aux principes démocratiques, de cohabitation, de pluralisme, de justice, de solidarité et d’équité au moyen de processus de participation véritable de la communauté dans les prises de décisions, de vigilance et de contrôle social, et enfin du fait de rendre des comptes ». On aspire notamment à ce que tous les collèges soient capables de créer, diriger et réguler leurs actions éducatives par la mise en ouvre effective de ces mécanismes.

  • 11 Monroy Henao Betty et Buitrago de Posada Josefa, Vida cotidiana, cultura y valores en educación, Bo (...)

16Par ailleurs, actuellement, les collèges doivent assurer une formation aux valeurs qui permettent que les enfants et les adolescents reconnaissent et respectent l’autre dans ses différences et ses particularités. Il s’agit de réduire la violence physique, mais surtout psychologique, qui a beaucoup augmenté dans les établissements scolaires en utilisant, entre autres, certains médias électroniques comme moyen d’intimidation. Dans cette perspective, la Faculté de science de l’éducation de l’Université Externado de Colombie signale dans le livre Vida cotidiana, cultura y valores en educación qu’il est nécessaire de promouvoir les valeurs des droits humains « comme proposition philosophique, politique et valorisante des différentes expressions culturelles à l’école. Pour cela, les processus éducatifs doivent offrir des expériences, contextes et occasions pour apprendre à valoriser l’enfant, c’est-à-dire à le discerner éthiquement dans le domaine personnel et social11 ».

  • 12 Quartier de la périphérie de la ville de Bogotá.

17Une enquête effectuée auprès de la communauté scolaire du quartier Egipto de Bogotá en 200212 par le Centre de recherche en politique criminelle a montré que les motifs fondamentaux des conflits sont l’intolérance et la différence. Les recommandations de cette étude sont posées en termes de développement d’une stratégie qui permette de renforcer la formation aux valeurs humaines à partir de la promotion des droits des enfants, non seulement dans la communauté scolaire, mais aussi comme alternative impliquant toutes les organisations sociales et communautaires présentes dans le quartier.

18S’agissant de la possibilité d’accès et de qualité de l’école, on constate qu’en Colombie, les efforts de la politique éducative se sont concentrés, d’un côté, sur la garantie pour les enfants et adolescents à pouvoir accéder et demeurer à l’école publique, de telle sorte qu’ils puissent terminer les cinq années de formation primaire et les six années d’enseignement secondaire. Cela est visible dans la politique éducative actuelle (2011-2014) : « Éducation de qualité, le chemin de la prospérité ». D’un autre côté, ces efforts situent « l’école » comme un espace consacré à l’acquisition de connaissances théoriques, techniques, technologiques et linguistiques pour que le pays soit chaque fois plus « compétitif » du point de vue de l’acquisition de savoirs de portée économique. À cette dernière préoccupation de la politique éducative, nous répondrons avec les mots de A. Novinsky, survivant de la Shoah :

Cher professeur,
Je suis un survivant d’un camp de concentration. Mes yeux ont vu ce dont aucun être humain ne devrait avoir à témoigner : des chambres à gaz construites par de fameux ingénieurs, des enfants empoisonnés par des médecins spécialisés, des nouveaux-nés assassinés par des infirmières diplômées, des femmes et des bébés brûlés par des personnes formées dans des écoles, des lycées et des universités.
Pour cela, cher professeur, je doute de l’éducation et je vous demande une chose : aidez vos étudiants à devenir des êtres humains. Votre effort, professeur, ne doit jamais produire des monstres érudits, des psychopathes et des Eichmann éduqués. La lecture et l’écriture ne sont importantes que si elles sont mises au service de faire de nos jeunes des êtres plus humains.

Notes

1 Instituto Interamericano de Derechos Humanos (IIDH), Manual de educación en derechos Humanos : nivel primario y secundario, San José, Varitec, 1999, p. 15.

2 Larreamendy-Joerns Jorge, Pensamiento histórico, educación y conflicto armado, Universidad Nacional de Colombia, Fundación Dos Mundos, Conflicto armado, niñez y juventud, Bogotá, Antropos, 2002, p. 221.

3 García Méndez Emilio, « Infancia, ley y democracia : Una cuestión de justicia », in Infancia, ley y democracia en América Latina, García Mendez Emilio et Beloff Mary (dir.), Bogotá, Temis, 1998, p. 14.

4 Art. 44 de la constitution politique de Colombie de 1991 : « Son derechos fundamentales de los niños : la vida, la integridad física, la salud y la seguridad social, la alimentación equilibrada, su nombre y nacionalidad, tener una familia y no ser separados de ella, el cuidado y amor, la educación y la cultura, la recreación y la libre expresión de su opinión. Serán protegidos contra toda forma de abandono, violencia física o moral, secuestro, venta, abuso sexual, explotación laboral o económica y trabajos riesgosos. Gozarán también de los demás derechos consagrados en la Constitución, en las leyes y en los tratados internacionales ratificados por Colombia ».

5 Yepes Parra Antonio, « Significado de la educación : atraso nacional », in El Tiempo, « Lecturas dominicales », 13 août 2000, extrait de CIPC [Centre de Recherche en Politique Criminelle], Motivos de ofensa y mecanismos de resolución del conflicto en la comunidad escolar del Barrio Egipto de la ciudad de Bogotá, Bogotá, Universidad Externado de Colombia, 2002.

6 Rojas Manuel, « Educación y conflicto », in Conflicto armado, niñez y juventud, Universidad Nacional de Colombia, Fundación Dos Mundos, Bogotá, Antropos, 2002, p. 234.

7 Arias Arias | Inés, Silencios históricos del siglo xix, Bogotá, Antares Impresores, 2002.

8 Ibid., p. 47.

9 Defensoría del Pueblo : Plan Nacional de Educación en DDHH, Plan Nacional de formación en DDHH de los personeros municipales, Red Nacional de promotores de DH, Aula virtual, etc.

10 Cela conduit à voir l’éducation comme un héritage qui permet aux enfants et aux jeunes de s’approprier une réalité historique.

11 Monroy Henao Betty et Buitrago de Posada Josefa, Vida cotidiana, cultura y valores en educación, Bogotá, Universidad Externado de Colombia, 2003, p. 48.

12 Quartier de la périphérie de la ville de Bogotá.

Auteur

Professeure à l’université Externado de Bogotá

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540