Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pédagogie et droits de l’homme

 | 
Véronique Champeil-Desplats

Première partie. Éduquer et enseigner

L’enseignement des droits de l’homme d’une perspective littéraire

Zeynep Turhalli

Texte intégral

1Actuellement, il existe un fort attrait pour les méthodes narratives dans les spécialités des sciences sociales. Beaucoup d’universitaires utilisent ces méthodes, telles que des biographies, des journaux intimes, nouvelles et romans dans lesquels les expériences personnelles sont décrites et mises en lumière afin d’obtenir des connaissances plus profondes qui ne peuvent être acquises par des méthodes déterministes.

  • 1 Généralement, les études sur la narration et les droits de l’homme peuvent être catégorisées sous (...)
  • 2 Sur la relation particulière du roman avec les droits de l’homme, voir ainsi : Slaughter Joseph, H (...)

2Il existe une même tendance dans les matières du Droit car les narrations, particulièrement les romans et les nouvelles, nous livrent des aperçus de la diversité de la condition humaine, ce qui s’avère très important pour une culture juridique1. Or, parmi les différents domaines juridiques, les droits de l’homme entretiennent des relations privilégiées avec les textes narratifs2.

  • 3 Le mot « dialogique » est un terme littéraire introduit par Mikhaïl Bakhtin dans les années 1960. (...)
  • 4 Bazerman Charles, « Intertextualities Volosinow, Bakhtin, Lietarary Theory and Lliteracy Studies » (...)

3Le présent article traite de cette relation particulière mais sera aussi consacré à la relation entre les droits de l’homme et le roman en tant que genre dialogique et littéraire3. En nous concentrant sur cette relation spécifique, nous démontrerons l’absence de méthodes dialogiques de sensibilisation dans l’enseignement actuel des droits de l’homme, celles-ci étant néanmoins présentes dans la théorie littéraire et narrative4.

  • 5 Anderson Benedict, L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Dau (...)

4Dans la première partie, le rapport entre l’apprentissage des valeurs et la narration, à savoir les méthodes dialogiques et narratives, sera abordé. Puis nous évoquerons les avantages liés à une telle pratique. Dans la seconde partie, l’importance du roman en tant que genre dialogique littéraire fera l’objet de développements plus spécifiques. Ses avantages, tels que les effets de la lecture des romans sur la conscience et les sentiments des individus, qui doivent être pris en compte dans la formation d’une culture juridique, seront mis en exergue. Nous évoquerons ensuite le rapport entre le roman et les droits de l’homme à l’aide des thèses de Mikhaïl Bakhtine sur la théorie du roman en tant que genre littéraire dialogique ainsi que celles d’Ian Watt sur le développement du roman dans son évolution historique. Enfin, sera soulignée la coïncidence historique entre le roman en tant que genre littéraire dialogique et les droits de l’homme dans leur évolution historique. Pour ce faire, un autre aspect développé par Walter Benjamin et utilisé par Benedict Anderson, le philosophe Charles Taylor ainsi que l’historienne Lynne Hunt sera évoqué, avant, in fine, de dépasser la théorie de Benedict Anderson sur la « communauté imaginée » pour envisager l’hypothèse de Lynne Hunt et sa théorie sur « l’empathie imaginée5 ».

I. L’enseignement des droits de l’homme et les méthodes dialogiques et narratives

  • 6 Chateau Jean, L’Humanisation, ou les premiers pas des valeurs humaines, Bruxelles, Mardaga, « Psyc (...)
  • 7 Bakhtinian Perspectives on Language, Literacy and Learning, op. cit., p. 3-29.
  • 8 Bakhtine Mikhaïl, Discourse in the Novel, in The Dialogical Imagination : four essays by M. M. Bak (...)
  • 9 West Robin L., Narrative, Authority and Law, op. cit., p. 257.

5Les droits de l’homme ont souvent tendance à être considérés comme une sous-catégorie du droit public. Quelles que soient les préférences doctrinales ou politiques à ce sujet, dans la pratique, l’approche juridique plutôt positiviste ignore les liens altruistes des droits de l’homme. La culture juridique contemporaine ne permet pas de comprendre le droit en tant que discipline et pratique ouverte aux interactions. Pourtant, outre une catégorie juridique, les droits de l’homme sont aussi un questionnement de la morale, des sentiments ainsi que des valeurs humaines6, qui ne peuvent pas ignorer l’existence et les besoins des autres. De plus, se pose la question des attitudes et des comportements humains qui demandent du temps pour développer un réflexe de conscience et d’empathie en vue d’un changement effectif. À cet égard, la pratique de l’enseignement reste directe et autoritaire. Comme celle-ci exclut le processus indirect de sensibilisation, ledit enseignement est limité dans sa finalité7. De leur côté, les textes narratifs, comme les nouvelles et les romans, créent des atmosphères imaginaires dans un processus dialogique8. Cette atmosphère suffisamment étalée dans le temps et qui souligne la complexité des émotions et des conditions humaines, enrichit l’imaginaire des personnes et permet d’établir une empathie envers les autres9. Nous expliquerons ainsi la théorie narrative, l’approche dialogique et la notion d’intertextualité qui ont été développées dans la littérature (A), pour mieux comprendre la relation du texte avec les différents éléments de la culture et du droit (B).

A. Les méthodes dialogiques et narratives

  • 10 Ricœur Paul, Temps et récit, t I : « L’intrigue et le récit historique », Paris, Éditions du Seuil (...)
  • 11 Dufays Jean Louis, Lisse Michel, Meurèe Christoph, Théorie de la Littérature, Louvain-la-Neuve, Br (...)
  • 12 Richardson Laurel, « Narrative and Sociology », in Journal of Contemporary Ethnography, n° 19. 1, (...)

6L’être humain se caractérise particulièrement par sa capacité à raconter. Comme l’a expliqué Ricœur10, c’est même grâce aux récits, ceux que l’individu lit mais aussi ceux qu’il transforme en expérience humaine, qu’il se construit une identité. Il se pose comme le sujet d’un certain nombre de quêtes et donne ainsi sens à sa vie. De ce fait, il n’est pas étonnant que le récit fédère toutes les sciences humaines, de la philosophie à la sociologie en passant par l’anthropologie et le droit11. Selon les académiciens qui utilisent les moyens de la théorie narrative, celle-ci permet de mettre en lumière l’expérience personnelle et humaine tout en laissant également les autres participer à l’histoire12. De cette façon, elle nous aide à développer un imaginaire qui permet d’amplifier une sorte d’empathie nécessaire pour le respect de droits de l’homme. Après avoir expliqué la théorie narrative (1) dans la littérature, nous aborderons l’approche dialogique et la notion d’intertextualité (2).

1. Théorie narrative

  • 13 Sommers Margaret R. et Gibson Gloria D., « Reclaiming the epistemological other : Narrative and th (...)

7Les individus et les communautés perçoivent leur identité, leur place dans la société et leur passé au sein d’un récit historique. Les récits sont si importants que toutes les perceptions sociales et la pensée se construisent comme un roman, comme une histoire. Or le sens de la vie, la perception du passé, prennent toujours leur signification dans le cadre de cette histoire13.

  • 14 Propp Vladimir, Morphologie du conte, suivi de Les transformations des contes merveilleux et de l’ (...)
  • 15 Dufays Jean Louis, Lisse Michel, Meuree Christophe, Théorie de la Littérature, op. cit., p. 103.
  • 16 Ibid.
  • 17 Law’s Stories : Narrative and Rhetoric in the Law, Brooks Peter et Gewirtz Paul (dir.), New Haven, (...)

8La théorie de la narrativité est un domaine interdisciplinaire qui reconnaît le narratif comme une caractéristique omniprésente de la vie sociale. Il a été introduit dans la théorie littéraire par le spécialiste russe du formalisme et de la « narratologie », Vladimir Propp14. Se fondant sur l’étude d’un corpus des contes merveilleux russes, Propp établit une forme d’enquête dans laquelle il recherche les démarches communes aux œuvres dans tel cas précis de narration15. Il montre qu’au-delà de leurs différences superficielles, ces récits sont gouvernés par une structure commune consistant en trente et une actions types, baptisées « fonctions » narratives. Selon Vladimir Propp, ces fonctions, dont le nombre est fini et qui reviennent chaque fois dans un ordre identique, forment les unités de base du récit16. Cette étude reste pertinente et précieuse de nos jours. Elle a permis de penser une analyse fine des actions récurrentes du conte russe et de leurs nombreuses variantes jusque dans des textes non-narratifs tels que ceux produits dans le cadre d’une argumentation juridique17.

2. L’approche dialogique

  • 18 Bakhtine Mikhaïl, Discourse in the Novel, in The Dialogical Imagination : four essays by M. M. Bak (...)
  • 19 La version française de l’ouvrage, Bakhtine Mikhaïl, L’Ouvre de François Rabelais et la culture po (...)
  • 20 Kristeva Julia, « Bakhtine, le mot, le dialogue et le roman », in Semiotiké : recherches pour une (...)
  • 21 Kristeva Julia, « Bakhtine, le mot, le dialogue et le roman », op. cit. p. 82-112. Sur l’intertext (...)

9Un autre théoricien littéraire russe, Mikhaïl Bakhtine, a creusé l’étude du narratif par l’introduction du point de vue dialogique. Il a contesté l’approche structuraliste et la vue « monologique » de la narration qui sont proposées18. Dans la vision structuraliste, le lecteur d’un texte est considéré comme étant passif et le texte lui-même est perçu comme un ensemble homogène. Mikhaïl Bakhtine, qui a introduit les concepts de dialogique et d’hétéroglossie dans la théorie littéraire notamment en étudiant le travail de Rabelais19, revendique un modèle dialogique dans lequel le récit et la narration sont considérés comme un processus ouvert marqué des allers-retours, des explorations et des questionnements20. Selon Mikhaïl Bakhtine, le sens du texte ne se trouve pas seulement dans le texte lui-même, mais aussi dans les circonstances historiques dans lesquelles s’insèrent le lecteur et le texte. Le modèle dialogique voit l’individualité comme un processus communicatif en déroulement. Ici, les récits de la vie personnelle ne sont jamais des histoires propres, mais une co-construction issue des individus ainsi que du bagage culturel et des connaissances de chacun21.

  • 22 Dufays Jean Louis, Lisse Michel, Meuree Christophe, Théorie de la Littérature, op. cit., p. 26.

10L’approche que nous qualifions de dialogique à la suite des travaux de Mikhaïl Bakhtine et Tzvetan Todorov revient à mettre en évidence soit une intertextualité au sens large, c’est-à-dire un carrefour de citations, d’allusions, de parodies, etc., soit le caractère dialogual de la littérature-spécifiquement le roman –, c’est-à-dire la polyphonie, l’entrelacement des voix des divers personnages22.

  • 23 Kristeva Julia, « Bakhtine, le mot, le dialogue et le roman », op. cit., p. 84 ; voir aussi Todoro (...)
  • 24 Kristeva Julia, « Bakhtine, le mot, le dialogue et le roman », op. cit., p. 84.

11Toutefois, la notion d’intertextualité23 n’est jamais utilisée par Bakhtine. C’est un concept mis en lumière par Julia Kristeva lorsqu’elle a analysé les différents travaux de Bakhtine sur le dialogue et le roman. Dans son article sur le sujet24, elle indique les trois éléments de l’espace textuel au sein duquel les différentes opérations des ensembles sémiques vont se réaliser. Ces trois dimensions sont le sujet, le destinataire et les textes extérieurs. Selon Julia Kristeva, ces trois éléments de texte sont constamment en dialogue.

B. Récit et droits de l’homme

1. Récit et Droit en général

  • 25 Ward Ian, Law and Literature : A Continuing Debate. ; Law and Literature : Possibilities and Persp (...)
  • 26 Ibid., p. 6.

12À travers l’histoire de toutes les cultures, il existe une relation directe entre les récits et le droit. Des histoires bibliques jusqu’aux contes indiens, nombreux sont les textes qui visent à organiser la vie sociale sous la forme de récits25. De plus, dans toutes les traditions juridiques, la métaphore, les paraboles et autres formes du récit et de fiction sont considérées comme des textes juridiques fondamentaux. Par exemple, pour les Indiens, les paraboles sont considérées comme les principales sources juridiques. La Charia dans l’islam et le Talmud dans le judaïsme ont été formatés de la même façon dans une série de métaphores et de paraboles26. L’Ancien Testament, les Psaumes et le Coran évoquent les conséquences du non respect par les êtres humains des règles édictées. Dans ces textes, la littérature est donc la loi.

13Pourtant, la théorie juridique contemporaine rejette souvent toutes relations entre ces formes de récit et le droit. Selon Robert Cover, on ne peut cependant pas détacher la loi de toute influence narrative ou de toute métaphore. En effet, il affirme que même s’il existe une distance visible entre le droit positif et les narrations, la mise en œuvre des métaphores et des fictions est indispensable pour les juges. Toutes les cultures juridiques ont leurs formes de narration, et les juges fondent leurs décisions sur celles-ci ; elles leur permettent d’interpréter le sens de la loi27. Par conséquent, on ne peut pas parler d’une neutralité de la loi qui serait épargnée de toute influence narrative car, comme la littérature, le droit utilise aussi la langue et l’interprétation. Il ne peut pas ignorer les outils linguistiques que sont les métaphores ou les narrations28.

2. L’empathie à travers les récits et droits de l’homme

  • 29 Decety Jean et Jackson Philip L., « The Functional Architecture of Human Empathy », in Behavioral (...)
  • 30 « L’empathie implique au moins trois processus différents : sensation de ce qu’une autre personne (...)

14Les êtres humains se distinguent des autres espèces par leur capacité à l’empathie. L’empathie prend part à l’expérience subjective d’origine naturelle, et facilite une concordance entre les sentiments exprimés par soi et les autres29. Elle est une forme complexe de l’inférence psychologique dans laquelle l’observation, la mémoire, les connaissances et le raisonnement sont combinés pour donner un aperçu des pensées et des sentiments des autres30.

  • 31 Ibid., p. 71.

15L’empathie existe structurellement chez tous les individus mais elle a besoin d’être amplifiée à travers l’interaction avec autrui. On peut la ressentir dans une situation donnée, notamment à partir d’une photographie, en lisant un roman, ou simplement par l’imagination31.

  • 32 Ibid.

16Les psychologues considèrent qu’une telle capacité à comprendre les autres et leurs sentiments illustre le fait que la nature sociale de l’individu est intersubjective32. La notion de l’intersubjectivité nous ramène au domaine de l’intertextualité. Cette dernière fut expliquée via les approches dialogiques des textes narratifs développées par Julia Kristeva et Tzvetan Todorov en travaillant sur les ouvrages de Mikhaïl Bakhtine. Les textes narratifs sont souvent l’expression de telles situations intersubjectives et ils peuvent provoquer une empathie envers les personnes que nous observons dans le monde du texte par les moyens dialogiques d’expression.

  • 33 West Robin, Narrative, Authority and Law, op. cit., p. 257-260.

17Ainsi l’appréhension des droits de l’homme dépend d’une certaine imagination dialogique et de la capacité à « ressentir l’autre ». La métaphore et la narration sont souvent les moyens par lesquels nous arrivons à comprendre et à mettre l’emphase sur ce qui nous était initialement indifférent33.

18Les relations sociales que nous rencontrons dans la littérature nous obligent à reconnaître les besoins des autres et augmentent notre sensibilité à leur égard en développant notre capacité à l’empathie. La connaissance de soi par la situation des autres ne donne pas seulement la capacité de comprendre les autres, mais développe aussi la capacité d’agir en harmonie avec des principes de l’ordre juridique d’une nature spécifique : les droits de l’homme.

II. L’émergence du roman en tant que genre dialogique littéral et sa coïncidence historique avec l’idée des droits de l’homme

19En général, la conscience des droits de l’homme implique de comprendre les autres, particulièrement ceux en difficulté. Dans la première partie, on a vu que cette conscience développée grâce à notre faculté empathique est à la fois le produit d’une bonne observation mais aussi d’une bonne lecture qui permettent à l’imagination de s’amplifier. À cet égard, l’art du roman, qui aborde simultanément la pensée et les émotions, renforce intensément cette relation. À l’aide des sentiments et de la pensée, l’imagination peut s’épanouir si bien que l’on comprend mieux les autres. Pourtant, au-delà de cette relation particulière, il existe aussi un lien historique entre l’idée des droits de l’homme et l’émergence du roman dans la littérature. D’abord, ces deux phénomènes sont des créations de l’imagination et de la pensée moderne. De plus, ils sont apparus sous leur forme actuelle dans l’Europe du xviiie siècle. Après avoir abordé la question de l’émergence du roman en tant que genre dialogique littéral (A), nous étudierons sa coïncidence historique avec l’idée des droits de l’homme (B).

A. L’émergence de roman en tant que genre dialogique littéral

20On abordera ici l’émergence du roman dans la littérature et sa structure dialogique qui le distingue des genres qui le précédent. Au cœur des présents propos figurent les thèses d’Ian Watt et de Mikhaïl Bakhtine. Ceux-ci ont démontré que dans le roman, l’atmosphère, les protagonistes et la perception du temps diffèrent radicalement de ces autres genres littéraires. Par cette teneur spécifique, le roman influence aussi tous les genres ultérieurs ainsi que la pensée et l’émotion humaines.

  • 34 Watt Ian, Rise of the Novel. Studies in Defoe, Richardson and Fielding, Londres, Pimlico-Random Ho (...)
  • 35 Ibid., p. 13.
  • 36 C’est peut-être grâce à des considérations similaires qu’il existe, au sein de la Déclaration univ (...)

21Selon Ian Watt, le roman se symbolise par son approche réaliste. Il voit la vie depuis son côté visible et essaie de dessiner toutes les variétés de l’expérience humaine. Le réalisme moderne commence par l’idée que la réalité peut être découverte par l’individu à travers ses sens34. La détermination de Descartes qui recommande d’oublier les traditions du passé et de poursuivre la vérité par ses propres observations individuelles est aussi le critère primaire du roman, attaché à l’expérience individuelle souvent unique et inédite35. Par sa fidélité à l’expérience humaine, le roman rejette toutes les formes narratives précédentes (épopées, contes, etc.) ainsi que les enchaînements traditionnels des évènements. Par ailleurs, dans les romans, les évènements devront être réalisés par des protagonistes particuliers dans des circonstances particulières, et non par des types généraux et uniformes comme dans les traditions romanesques précédentes. Ensuite, toujours selon Ian Watt, la donnée temporelle est généralement importante pour édifier une identité individuelle. Locke a défini cette dernière comme l’identité de la conscience à l’aune du temps : l’individu est ultimement en contact avec sa propre identité, sa mémoire et sa propre perception du passé. Selon Ian Watt, un tel point de vue est la caractéristique même du roman, dans lequel l’exploration de la personnalité et de l’identité par le protagoniste36 est un thème récurrent.

  • 37 Bakhtine Mikhaïl, Discourse in the Novel, in The Dialogical Imagination : four essays by M. M. Bak (...)
  • 38 Ibid., p. 11.
  • 39 Ibid.

22Ainsi Mikhaïl Bakhtine décrit-il le roman comme un genre dialogique37. Jusqu’à l’apparition du roman, les genres monologiques tels que les épopées, les légendes et les contes dominaient l’imagination littéraire38. Dans ces formes archaïques, les héros se trouvent dans un cadre spatio-temporel inimaginable pour nous. Ils ne peuvent être touchés, ils ne nous entendent pas, et ils ne sentent pas notre existence en tant qu’auditeur ou lecteur. Ils se trouvent simplement dans un autre monde39.

  • 40 Hunt Lynne, Inventing Human Rights, a History, op. cit., p. 39.
  • 41 Ibid., p. 35-69.

23Enfin, un roman est un imprimé accessible qui peut être lu par beaucoup de personnes et en influencer nombre d’autres40. De nombreux romans font appel aux sentiments collectifs41. Parfois, ils peuvent même créer des sentiments. Grâce à son architecture dialogique, la lecture des romans peut changer l’imaginaire du public. De cette façon, même un roman neutre, apolitique, peut procurer une conscience des droits de l’homme.

B. La coïncidence historique entre l’idée des droits de l’homme et l’émergence du roman

  • 42 Anderson Benedict, L’Imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, op (...)
  • 43 Benjamin Walter, « Über Den Begriff der Geschichte », in Illuminationen Ausgewählte Schriften 1, F (...)

24Pour finir, nous aborderons l’aspect commun du roman et de l’idée des droits de l’homme. Il s’agit d’un aspect plutôt historique, développé par Benedict Anderson sur « la communauté imaginée » dans son livre Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme42. Cette idée a été empruntée à Walter Benjamin qui évoque l’idée d’un temps vide et homogène43. L’idée de la « communauté imaginée » a également été développée par l’historien Lynne Hunt s’agissant de l’« empathie imaginée ». Avant d’évoquer cette approche, nous voudrions mentionner quelques aspects importants concernant le développement du roman et l’idée de l’individu.

1. L’individu

  • 44 Watt Ian, Rise of the Novel. Studies in Defoe, Richardson and Fielding, op. cit., p. 9-4.
  • 45 Ibid., p. 12.
  • 46 Bloch Ernst, La Société féodale, p. 131-133, cité par Anderson Benedict, L’Imaginaire national : r (...)

25Le rationalisme et le siècle des Lumières apportent une nouvelle façon de penser. L’explication exclusivement religieuse de l’existence de l’homme et de la Terre est dépassée, et commence l’ère de l’épistémologie empirique et déterministe44. Le monde est alors découvert par l’individu et ses observations45. Déjà avant cette époque, une nouvelle classe de marchands avait fleuri, apportant une nouvelle éthique commerciale en Europe. La circulation des personnes et des biens, le développement de l’imprimerie, des journaux, l’émergence de lecteurs et d’écrivains de différents pays ont des conséquences sur la vie et l’imagination des individus46. « Autrui » devient une notion qui imprègne peu à peu la vie des individus.

2. La perception du temps et de la communauté

  • 47 Anderson Benedict, L’Imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, op (...)
  • 48 Ibid., p. 37.
  • 49 Bloch Ernst, La Société féodale, p. 131-133, cité par Anderson Benedict, L’Imaginaire national : r (...)
  • 50 Anderson Benedict, L’Imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, op (...)

26Selon Benedict Anderson, pendant la transition du Moyen âge à la Renaissance, l’évolution de la notion de temps et celle de la place de l’individu ont donné naissance à l’idée de nationalisme et ont permis l’emergence des philosophies modernes que sont les droits de l’homme et la démocratie47. À l’origine, Benedict Anderson a emprunté à Walter Benjamin l’idée d’un temps vide et homogène. Elle développe l’idée selon laquelle, autrefois, s’imposait une vision du temps où la simultanéité est, pour ainsi dire, transversale, inter-temporelle, et se mesure par l’horloge et le calendrier48. Selon Benedict Anderson qui cite aussi Ernst Bloch49, le nouveau contexte économique et social de la fin du Moyen-Âge détruit petit à petit le vieux sentiment d’espace et de temps. De ce fait, l’« Autre », entité alors invisible, a désormais une signification dans la vie d’un individu. Alors qu’auparavant, l’individu pouvait mener sa vie sans avoir besoin de penser à l’existence des autres, il ne peut désormais ignorer leurs destins à partir du moment où il a connaissance de leur existence dans le temps. Cette vision permet à Benedict Anderson de développer l’idée de la « communauté imaginée ». Celle-ci prend parfaitement corps avec l’idée de « Nation », l’imaginaire d’un groupe de personnes qui partagent la même destinée à travers l’histoire : ils marchent tous ensemble50.

  • 51 Ibid.
  • 52 Taylor Charles, Sources of the self the Making of the Modern Identity, Cambridge, Cambridge Univer (...)

27Selon Benedict Anderson, si l’on veut comprendre l’importance de cette transformation pour la naissance de la « communauté imaginée » qu’est la Nation, il convient de se pencher sur la structure élémentaire des deux formes littéraires qui fleurissent en Europe au xviiie siècle : le roman et la presse. Ces formes fourniront les moyens techniques permettant la représentation d’une communauté telle que la Nation51. Charles Taylor, comme Benedict Anderson, soutient que le roman facilite la compréhension d’événements sans lien mais qui surviennent simultanément dans l’espace et caractérisent la même histoire52.

  • 53 Hunt Lynne, Inventing Human Rights, a History, op. cit., 2007.
  • 54 Ibid., p. 32.
  • 55 Ibid., p. 32-33.
  • 56 Ibid., p. 33-34.

28Lynne Hunt, dans son livre53, va un peu plus loin. Elle défend l’idée qu’au xviiie siècle, une « communauté imaginée » ne s’est pas seulement construite par la lecture de romans, ce qu’affirmait Benedict Anderson, mais qu’elle est aussi née d’une « empathie imaginée54 ». En lisant surtout des romans épistolaires, les individus ont approfondi leur sens de l’introspection car dans ces textes, les protagonistes expriment plus fréquemment leurs sentiments55. Ensuite, elle rappelle que ces romans sont lus par un large public56. Ce faisant, les gens constatent qu’ils ont une conscience similaire : cela permet plus facilement de développer en commun un sens de l’empathie.

29Si l’enseignement des droits de l’homme a une mission de transmission des valeurs humaines, il ne peut pas ignorer la nature dialogique de la conscience humaine. La transmission des valeurs humaines ne peut se faire par les moyens didactiques et monologiques, car la personne humaine est un être composite qui, de surcroît, vit dans une société structurée par la complexité des relations et des comportements humains. Il faut donc mettre en œuvre les méthodes dialogiques plutôt que monologiques. On a vu que les nouvelles et les romans nous permettent de comprendre les différents aspects de la vie. Le roman, par son architecture dialogique et son utilisation des temps, invite à aller plus loin. Il n’a pas seulement influencé les autres genres littéraires mais a aussi contribué à changer l’existence de la personne humaine. Nous pouvons dire qu’il a changé l’architecture intérieure des humains, ce qui leur permet d’accueillir les idées, les valeurs et les émotions relatives aux droits de l’homme.

Notes

1 Généralement, les études sur la narration et les droits de l’homme peuvent être catégorisées sous le domaine interdisciplinaire de « droit et littérature ». Le mouvement « droit et littérature » s’est développé au début des années 1970 aux États-Unis, comme une alternative au positivisme qui prédominait dans la théorie juridique. Cela couvre deux volets : « droit dans la littérature » et « droit comme littérature ». Le mouvement « droit dans la littérature » se réfère à la situation juridique et aux questions juridiques qui sont traitées par les textes littéraires. En revanche, « droit comme littérature » essaye d’analyser les textes juridiques avec les techniques de la théorie littéraire. Malgré des perspectives et méthodes différentes, ces deux aspects ont des motifs similaires dans le fond : ils essayent de surmonter la distance entre les juristes et les citoyens. Pour le mouvement du « droit et littérature », voir ainsi White James, The Legal Imagination. Studies in the Nature of Legal Thought and Expression, Boston, Little, Brown and Co. 1973 ; Interpreting Law and Literature : A Hermeneutic Reader, Levinson Stanford et Mailloux Steven (dir.), Evanston, Northwestern University Press, 1988 ; Weisberg Richard, Poethics : Toward a Literary Jurisprudence. Poethics and Other Strategies of Law and Literature, New York, Columbia University Press, 1992 ; West Robin L., Narrative, Authority and Law, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1994 ; Ward Ian, Law and Literature. A Continuing Debate. Law and Literature : Possibilities and Perspectives, Cambridge, Cambridge University Press 1995 ; Nussbaum Martha, Poetic Justice, Boston, Beacon Press, 1995 ; Law’s Stories ; Narrative and Rhetoric in the Law, Brooks Peter et Gewirtz Paul (dir.), New Haven, Yale University Press, 1996 ; Law and Literature ; Text and Theory, Ledwon Lenora (dir.), New YorkLondres, Garland Publishing Inc., 1996.

2 Sur la relation particulière du roman avec les droits de l’homme, voir ainsi : Slaughter Joseph, Human Rights Inc. The world novel, narrative form, and international law, New York, Fordham University Press, 2007 ; Hunt Lynne, Inventing Human Rights, a History, New York-Londres, Norton Company, 2007.

3 Le mot « dialogique » est un terme littéraire introduit par Mikhaïl Bakhtin dans les années 1960. En tant qu’approche pédagogique, il suppose un processus ouvert, marqué par des allers-retours, des explorations et des questionnements entre locuteur et destinataire. Il a donc contesté l’approche « monologique » qui considère les interlocuteurs comme des sujets passifs. Dressman Mark, « Dewey and Bakhtin in Dialogue », in Bakhtinian Perspectives on Language, Literacy and Learning, Ball Arnetha F., Warshauer Freedman Sarah (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 34 à 35.

4 Bazerman Charles, « Intertextualities Volosinow, Bakhtin, Lietarary Theory and Lliteracy Studies », in Bakhtinian Perspectives on Language, Literacy and Learning, op. cit. p. 53-65.

5 Anderson Benedict, L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Dauzat Pierre Emanuel (trad.), Paris, La Découverte, 1996 p. 23-46 ; Hunt Lynne, Inventing Human Rights, a History, op. cit., p. 21-69.

6 Chateau Jean, L’Humanisation, ou les premiers pas des valeurs humaines, Bruxelles, Mardaga, « Psychologie et sciences humaines » 1985, p. 29-30.

7 Bakhtinian Perspectives on Language, Literacy and Learning, op. cit., p. 3-29.

8 Bakhtine Mikhaïl, Discourse in the Novel, in The Dialogical Imagination : four essays by M. M. Bakhtin, Holquist Michael (éd.), Austin, University of Texas Press, 1994, p. 314.

9 West Robin L., Narrative, Authority and Law, op. cit., p. 257.

10 Ricœur Paul, Temps et récit, t I : « L’intrigue et le récit historique », Paris, Éditions du Seuil, 1983, p. 13-17.

11 Dufays Jean Louis, Lisse Michel, Meurèe Christoph, Théorie de la Littérature, Louvain-la-Neuve, Bruylant Academia, 2009, p. 97.

12 Richardson Laurel, « Narrative and Sociology », in Journal of Contemporary Ethnography, n° 19. 1, 1990, p. 116-135.

13 Sommers Margaret R. et Gibson Gloria D., « Reclaiming the epistemological other : Narrative and the Social Constitution of the Identity », in Social Theory and the Politics of identity, Calhoun Craig (dir.), Cambridge, Blackwell, 1994, p. 38.

14 Propp Vladimir, Morphologie du conte, suivi de Les transformations des contes merveilleux et de l’étude structurale et typologique du conte, Todorov Tzvetan (trad.), Paris, Éditions du Seuil, 1973 ; voir aussi en français Todorov Tzvetan, Théorie de la littérature : textes des formalistes russes : réuni, présentés et traduits, Paris, Éditions du Seuil, 2001 ; Dufays Jean Louis, Lisse Michel et Meuree Christophe, Théorie de la Littérature, op. cit., p. 103.

15 Dufays Jean Louis, Lisse Michel, Meuree Christophe, Théorie de la Littérature, op. cit., p. 103.

16 Ibid.

17 Law’s Stories : Narrative and Rhetoric in the Law, Brooks Peter et Gewirtz Paul (dir.), New Haven, Yale University Press, 1996, p. 3-7.

18 Bakhtine Mikhaïl, Discourse in the Novel, in The Dialogical Imagination : four essays by M. M. Bakhtin, op. cit., p. 259-422.

19 La version française de l’ouvrage, Bakhtine Mikhaïl, L’Ouvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen-Âge et sous la Renaissance, Robel Andrée (trad.), Paris, Gallimard, 1970. Voir aussi Todorov Tzvetan, Mikhaïl Bakhtine, le principe dialogique, Paris, Éditions du Seuil, 1981, p. 103.

20 Kristeva Julia, « Bakhtine, le mot, le dialogue et le roman », in Semiotiké : recherches pour une sémanalyse (Extraits), Paris, Éditions du Seuil, 1969 p. 82-88.

21 Kristeva Julia, « Bakhtine, le mot, le dialogue et le roman », op. cit. p. 82-112. Sur l’intertextualité : Stierle Karl Heinz, « Werk und Intertextualität », in Dialog der Texte, Wolf Schmidt et Wolf Dieter Stempel (dir.), Wien Institüt für Slawistik der Universität Wien, Wiener slawistischer Almanach, Sonderband 11, 1983, p. 7-26.

22 Dufays Jean Louis, Lisse Michel, Meuree Christophe, Théorie de la Littérature, op. cit., p. 26.

23 Kristeva Julia, « Bakhtine, le mot, le dialogue et le roman », op. cit., p. 84 ; voir aussi Todorov Tzvetan, Mikhail Bakhtine, le principe dialogique, suivi de Écrits du Cercle Bakhtine, Paris, Éditions du Seuil, 1981, p. 95.

24 Kristeva Julia, « Bakhtine, le mot, le dialogue et le roman », op. cit., p. 84.

25 Ward Ian, Law and Literature : A Continuing Debate. ; Law and Literature : Possibilities and Perspectives, Cambridge, Cambridge University Press 1995, p. 5.

26 Ibid., p. 6.

27 Cover Robert, Nomos and Narrative, 1982 (voir la version en ligne : http://www.bepress.com/ils/iss8/Cover_Nomos.pdf, p. 6, date de la dernière consultation 15 décembre 2011).

28 Ibid., p. 2.

29 Decety Jean et Jackson Philip L., « The Functional Architecture of Human Empathy », in Behavioral and cognitive Neurosciences Review, 2004, p. 71-100.

30 « L’empathie implique au moins trois processus différents : sensation de ce qu’une autre personne ressent, sachant ce que l’autre personne ressent, et ayant l’intention de répondre avec compassion à une autre personne », ibid., p. 73.

31 Ibid., p. 71.

32 Ibid.

33 West Robin, Narrative, Authority and Law, op. cit., p. 257-260.

34 Watt Ian, Rise of the Novel. Studies in Defoe, Richardson and Fielding, Londres, Pimlico-Random House, 2000, p. 11-12 [1re édition de l’ouvrage : Chatto & Windus, RU, 1957].

35 Ibid., p. 13.

36 C’est peut-être grâce à des considérations similaires qu’il existe, au sein de la Déclaration universelle des droits de l’homme, le droit au développement de la personnalité : voir l’article 22 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, Paris, 10 décembre 1948 (Résolution 217 A (III) d’Assemblée Générale de l’ONU).

37 Bakhtine Mikhaïl, Discourse in the Novel, in The Dialogical Imagination : four essays by M. M. Bakhtin, op. cit. p. 41-83.

38 Ibid., p. 11.

39 Ibid.

40 Hunt Lynne, Inventing Human Rights, a History, op. cit., p. 39.

41 Ibid., p. 35-69.

42 Anderson Benedict, L’Imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, op. cit., p. 23-46.

43 Benjamin Walter, « Über Den Begriff der Geschichte », in Illuminationen Ausgewählte Schriften 1, Frankfurt am Main Suhrkamp, erste Auflage 1977, p. 197.

44 Watt Ian, Rise of the Novel. Studies in Defoe, Richardson and Fielding, op. cit., p. 9-4.

45 Ibid., p. 12.

46 Bloch Ernst, La Société féodale, p. 131-133, cité par Anderson Benedict, L’Imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, op. cit., p. 36.

47 Anderson Benedict, L’Imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, op. cit., p. 33-39.

48 Ibid., p. 37.

49 Bloch Ernst, La Société féodale, p. 131-133, cité par Anderson Benedict, L’Imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, op. cit., p. 36.

50 Anderson Benedict, L’Imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, op. cit. p. 37.

51 Ibid.

52 Taylor Charles, Sources of the self the Making of the Modern Identity, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 286-289.

53 Hunt Lynne, Inventing Human Rights, a History, op. cit., 2007.

54 Ibid., p. 32.

55 Ibid., p. 32-33.

56 Ibid., p. 33-34.

Auteur

Doctorante en droit public au CREDOF

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540