Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pédagogie et droits de l’homme

 | 
Véronique Champeil-Desplats

Avant-propos

Collectif des contributeurs du CREDOF sous la direction de Véronique Champeil-Desplats

Texte intégral

  • 1 Danvers Francis, 500 mots-clés pour l’éducation et la formation tout au long de la vie, Villeneuve (...)

La pédagogie est-elle une philosophie, une morale, un art, une discipline, [une] méthode d’enseignement1 [...] ?

  • 2 Ibid., p. 424. L’auteur emprunte l’expression que Daniel Hameline emploie dans l’ouvrage : Houssaye (...)

1Associer les termes « pédagogie » et « droits de l’homme » peut, de prime abord, sinon surprendre du moins interpeller. Communément, la pédagogie renvoie à l’enseignement, à la didactique, et nullement au droit, et encore moins aux droits de l’homme. Pourtant, à y regarder de plus près, ce « mot bâtard2 », comme certains aiment à le qualifier, recouvre de multiples facettes. En raison de son caractère éminemment polysémique, ce terme soulève une multitude d’enjeux et de réflexions relatifs au droit-et plus particulièrement aux droits de l’homme. D’ailleurs, on peut rappeler l’importance qu’a pu revêtir la question de l’éducation chez certains révolutionnaires, tel que Condorcet, ou auparavant dans l’Émile de Rousseau, comme facteur d’apprentissage et d’imprégnation des valeurs humanistes.

  • 3 Rey-Debove Josette et Rey Alain, Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire de la langue française, nouv (...)

2Traditionnellement définie comme la « science de l’éducation des enfants, et par [extension] de la formation intellectuelle des adultes3 », la pédagogie implique deux dimensions : l’une éthique (enseignement de valeurs), l’autre cognitive (enseignement d’un savoir). Transposée dans le champ juridique, la pédagogie désignerait donc l’éducation au et l’enseignement du droit – et des droits de l’homme pour ce qui nous intéresse ici. Il va en effet de soi que pour être compris, assimilés et par là même respectés, les droits de l’homme gagnent, comme tout autre objet de connaissance, à être enseignés par des pédagogues.

3La pédagogie ne saurait toutefois se limiter aux domaines de l’éducation et de l’enseignement. Cette notion renvoie également à l’idée de promotion et de diffusion de valeurs et de savoirs. À cet égard, une « récupération » du terme pédagogie dans de nombreux pans de la vie sociale a pu être constatée ces dernières années. Le droit ne fait pas exception. Cette récupération s’inscrit notamment dans la thématique générale de l’accès au droit.

  • 4 Vanderlinden Jean, « Pour l’enseignement du droit », in Journal des procès, n° 23, 1983, p. 30 à 32 (...)
  • 5 Ibid., p. 14

4L’introduction du terme pédagogie au sein du champ juridique répondrait à une exigence de démocratisation du droit selon laquelle « au-delà de l’école, la formation juridique se doit d’investir l’activité humaine dans tous les endroits où elle est susceptible de toucher l’intéressé4 ». Pour les promoteurs de cette démocratisation, le droit ne doit pas être l’apanage des seuls universitaires chargés de l’enseigner, ni celui des seuls praticiens chargés d’assurer la médiation entre les institutions juridiques et le profane : « le droit doit réintégrer le tissu social dont il a trop longtemps été écarté5 ». L’irruption du terme pédagogie semble donc correspondre à une prise de conscience : les formes traditionnelles d’enseignement et d’éducation au droit-et aux droits de l’homme-ne suffisent pas pour en assurer l’effectivité, il faut aussi pour cela les diffuser et les promouvoir.

5Mais la récupération de la pédagogie dans le monde juridique peut aller au-delà d’une volonté salutaire de faciliter l’accès au droit. La pédagogie peut aussi apparaître comme un outil de légitimation et être alors employée pour convaincre. Dans les discours doctrinaux comme dans ceux des acteurs juridiques, la pédagogie pourra, tout à la fois, venir servir la cause des droits de l’homme ou apparaître comme une façade rhétorique.

6Mettre ainsi en relation le terme « pédagogie » avec les droits de l’homme soulève donc nombre de réflexions. Dès lors, les différents contributeurs ont moins cherché à forger une analyse homogène et univoque qu’à brosser chacun, par petites touches et en fonction de leurs recherches personnelles, un vaste tableau de cette thématique ô combien protéiforme. Procéder de la sorte permet en effet de saisir pleinement toutes les richesses de ce champ de recherche. Au surplus, cette démarche invitait à relever un véritable défi collectif, expérience non dénuée en elle-même de vertus pédagogiques pour ceux qui y ont participé. Ceci n’est sans doute pas le moindre des apports pour les contributeurs doctorants.

7En suivant les différents axes de réflexion évoqués, cet ouvrage collectif propose donc, tout d’abord, une première série de contributions consacrée à l’étude des problématiques relatives à l’enseignement et à l’éducation. Sont distingués l’enseignement des droits de l’homme, d’une part, et l’éducation par les droits de l’homme, d’autre part (chapitre I). Une deuxième série de contributions aborde la question de la promotion et de la diffusion des droits de l’homme, notamment sous le prisme de la pédagogie critique en France et en Amérique Latine (chapitre II). Une troisième série de contributions envisage la pédagogie comme outil de légitimation au sein des discours théoriques et doctrinaux, ainsi que son maniement dans le discours des acteurs juridiques aux fins de persuader et de convaincre leurs auditoires respectifs (chapitre III). Ces différentes thématiques sont pour finir illustrées et éclairées par les expériences nationales italienne, colombienne et brésilienne exposées par les partenaires universitaires associés à la Chaire UNESCO « Droits de l’homme et violence : Gouvernement et gouvernance » (chapitre IV) de laquelle est membre le Centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, à l’origine de la journée d’étude du 2 novembre 2011, ici publiée.

Notes

1 Danvers Francis, 500 mots-clés pour l’éducation et la formation tout au long de la vie, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2003, p. 425.

2 Ibid., p. 424. L’auteur emprunte l’expression que Daniel Hameline emploie dans l’ouvrage : Houssaye Jean, Soëtard Michel, Hameline Daniel [ et al.], Manifeste pour les pédagogues, Issy-les-Moulineaux, ESF, 2001.

3 Rey-Debove Josette et Rey Alain, Le Nouveau Petit Robert. Dictionnaire de la langue française, nouvelle édition du Petit Robert de Paul Robert, Éditions Dictionnaire Le Robert, 2000, p. 1816.

4 Vanderlinden Jean, « Pour l’enseignement du droit », in Journal des procès, n° 23, 1983, p. 30 à 32, cité par Orianne Paul, Apprendre le droit. Éléments pour une pédagogie juridique, Paris, Éditions Frison-Roche, 1990, p. 14.

5 Ibid., p. 14

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540