Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

À la recherche du rameau d'or

 | 
Marianne Cojannot-Le Blanc

Annexe

Sources du xviie siècle sur le Ravissement de saint Paul

Volltext

1. Jean Nocret, conférence académique du 6 décembre 1670

1Texte repris de Jacqueline Lichtenstein et Christian Michel, Conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 2006, p. 391-394.

2N. B. : La présente édition ne revient pas sur le parti de modernisation de la graphie, choisi par les éditeurs pré-cités. Des paragraphes ont en revanche été ajoutés, afin de rendre l’argumentation de l’orateur plus perceptible.

3« Messieurs,

4Les images que l’esprit invente et qui, par les choses qu’il signifie (à mon sens) sont les symboles de nos pensées, n’ont point de règle plus assurée ni plus universelle qu’une vraie imitation des mémoires de l’Antiquité. Celui qui a eu la disposition de pouvoir bien examiner et concevoir facilement les règles infaillibles des arts par ses soins et par la recherche qu’il en a faite, quoiqu’il n’en soit qu’un simple imitateur, ne laisse pas de suivre la piste et la trace des plus célèbres auteurs. Pour arriver à ce point, il est très difficile, quelque avantage que vous ayez par la naissance, sans y apporter vos veilles et vos soins, que vous vous mettiez au nombre de ceux de qui l’on fait une particulière estime. Il est très juste, Messieurs, de rappeler en nos mémoires les noms de ceux qui s’immortalisent par leurs belles œuvres.

5Quelque soin que j’aie pu apporter pour chercher des remarques convenables sur le sujet de cette noble assemblée, je ne fais que vous renouveler en cette conférence une portion des parties que cet art possède. Vous savez, Messieurs, les peines que vous avez bien voulu prendre pour faire voir par des démonstrations infaillibles la manière qu’il faut tenir pour mettre en usage cet aimable exercice. Vous n’avez rien oublié sur toutes les parties, tant de peinture que de sculpture, qui ont servi non seulement aux étudiants mais encore aux plus savants. Vous avez fait connaître la manière de bien traiter les contours, savoir bien poser une figure, observer les principales lumières et les ombres, donner l’intelligence du fort au faible, examiner les passions, donner à entendre la manière qu’il faut traiter les proportions et enfin beaucoup d’autres instructions qui vont à l’infini.

6Il est vrai qu’à bien considérer ceux qui en cet art ont eu l’avantage d’avoir produit des ouvrages dignes de se faire admirer, j’ai trouvé à mon sens tant et de si rares qualités en notre illustre feu Monsieur le Poussin, que j’ai cru (sans préjudice du respect que je dois aux autres) le pouvoir estimer un des grands peintres de son temps et l’honneur de sa patrie. Ce sera, Messieurs, de la beauté de son ouvrage que je prendrai la liberté de vous entretenir (assisté de vos secours) pour faire remarquer à nos étudiants quelques lumières et connaissances sur les rares parties de cet excellent tableau.

7Quoique cet admirable tableau ait peu d’étendue, il ne laisse pas d’avoir en son espèce beaucoup de parties fort considérables, lesquelles nous fourniront de matière et de nobles idées tant par la disposition de ce groupe que par l’alliance des couleurs à l’union de la masse entière. Comme cet excellent maître a fait les choses avec un grand raisonnement et qu’il s’était attribué une règle infaillible aux pensées qu’il avait envie d’exécuter, il s’en était rendu le maître si absolu que tous les ouvrages que l’on voit de sa main ne sont que pure entente, comme nous voyons ici sur la pensée de cet admirable tableau.

8Il a disposé le derrière de son groupe d’une teinte fort douce, discrètement éclairée et d’une nuée légère et transparente, pour donner l’avantage aux parties supérieures de se détacher sans confusion. Le lointain qu’il fait paraître ici en peu d’espace nous démontre un terrain d’une assez grande étendue par les contrastes des lumières qu’il donne à propos, tant sur son horizon que sur les terrasses qui s’approchent de notre vue. Il forme un grand jour sur l’escalier de devant, qui chasse par son opposition d’une teinte plus brune, ledit paysage ou lointain, qui demeure en arrière par le secours que ledit escalier soutient, l’un et l’autre joints à quelques pilastres d’architecture et autres, qui participent aux éloignements de la vue.

9Cette belle représentation étant composée de quatre figures fort soigneusement agroupées, représentant le ravissement de saint Paul porté par trois anges qui l’élèvent au ciel. Leurs attitudes sont en différente beauté et si bien concertées l’une avec l’autre, tant par des changements de couleurs bien assorties que celles des passions qui sont merveilleusement bien exprimées. L’on ne s’aperçoit point par les actions de ces intelligences que le poids dont ils sont chargés leur donne la moindre incommodité par la satisfaction qu’ils ont d’être employés à une si haute aventure. Ce glorieux saint, dans son abandonnement, quelque transport qu’il ait, ne laisse pas de faciliter autant qu’il le peut et témoigner à son action, l’ardeur dont son cœur est engagé, haussant les bras et les yeux au ciel, comme ressentant quelque impatience de ne pouvoir arriver assez tôt au comble de son bonheur.

10Ces trois divins anges qui l’accompagnent sont revêtus de plusieurs couleurs différentes. Celui qui est sur le derrière lui montre le chemin de son heureux voyage et semble même par son action l’entretenir sur le comble de sa félicité ; lequel est habillé d’une petite étoffe de couleur de lin, fort discrètement éclairée, qui se va noyant insensiblement sur le champ dont elle participe. La tête de ce grand saint est exposée sur cette douce lumière qui, par le contraste de la noirceur de ses cheveux, la renvoie au dehors et la détache, quoiqu’elle ne soit peinte que de demi-teinte, par l’assistance de son ombre qui porte sur la même draperie, et de quelques jours qui se rencontrent, s’opposant à l’ombre du col. Les bras, étant élevés et par conséquent plus proches de notre vue, reçoivent leur jour et leur ombre suivant l’endroit où ils sont situés. Particulièrement le bras droit et la main se trouvant plus proche de la lumière reçoivent également la distribution qu’ils doivent avoir du jour et de l’ombre, et par conséquent toutes les parties fuyantes à discrétion suivant leur endroit. La draperie rouge qui sert de manteau à cette figure est composée de plusieurs grands plis fort étendus, tant pour le ménagement du nu et des jointures que par les grandes parties de jour et d’ombre qu’il a si soigneusement observées, voulant aussi représenter, ce [me] semble, une étoffe plus forte que celle de sa robe dont les plis se trouvent plus serrés, laquelle robe est peinte d’une couleur verte, fort accomodantes aux carnations qu’il sépare, particulièrement sur le genou et un peu de la jambe de cette belle figure, dont le bras de l’ange qui a toute son étendue se détache, par la participation de l’ombre où cette draperie est exposée. Et comme il a trouvé lieu de continuer l’ombre de la même draperie pour y exposer la plus grande lumière et la plus apparente qui est celle qui domine généralement sur tout le tableau, car c’est une règle que la plupart des fameux auteurs ont fort observée, de n’avoir jamais deux commandans aux sujets que l’on veut facilement exécuter, tellement qu’il n’y a point de partie, quelque inférieure qu’elle puisse être, qui n’ait dans son espèce, la même autorité que la plus forte pourrait avoir.

11Je reviens à la continuation de mon discours pour vous faire entendre, le mieux qu’il me sera possible, les rares parties dont je n’ai encore fait aucune mention. L’ange qui se trouve dans l’obscurité et qui ne reçoit aucune clarté que par quelques rayons faibles qui s’échappent par hasard au travers des ouvertures et qui viennent à rencontrer quelques extrémités sur les bras et un bout de manche retroussée, proche de l’épaule, comme aussi quelques autres endroits où la clarté a si peu de force qu’elle ne fait qu’anoblir tout ce qui l’environne sans faire tot à aucune partie. Il a fait ladite draperie d’un bleu assez doux quoiqu’il soit ombré, afin de distribuer les carnations avec plus de tendresse, bien qu’elle ne soit éclairée que par échappée, suivant que les parties avancent ou reculent. C’est une dégradation de couleur si soigneusement observée, tant par les jours, les ombres et les reflets, que je ne vois pas un endroit qui n’ait sa légitime retraite pour anoblir la masse de son tableau et chatouiller la vue des regardants. Il a richement orné l’ange qui est le plus à nos yeux d’un vêtement jaune doré fort léger comme un taffetas transparent accompagné d’une étole qu’il aceinte autour de son corps, les bouts échappés représentant l’autorité divine, laquelle draperie est d’un agencement admirable et éclaircie d’une entente merveilleuse sans rien confondre des belles proportions de son corps.

12La physionomie de cette aimable figure, aussi bien que des autres, fait voir que l’art ne se peut étendre davantage par les soins de cet admirable auteur, lequel n’y pourrait rien augmenter puisque nous voyons qu’il a réduit ce bel ouvrage dans une perfection si admirable et si bien concertée, tant par la disposition que la correction du dessein, le mélange des couleurs, la belle entente des lumières et la soigneuse distribution des ombres, que le tout ensemble fait une harmonie surprenante. »

2. CHARLES LE BRUN, CONFÉRENCE ACADÉMIQUE DU 10 JANVIER 1671

Texte repris de Jacqueline Lichtenstein et Christian Michel, ibid., p. 394-401.

13« Discours sur le tableau du ravissement de saint Paul

14Messieurs,

15Nous avons tâché de faire entendre dans les assemblées précédentes combien de choses étaient nécessaires aux peintres, mais l’on ne s’était point encore imaginé qu’ils eussent une théologie muette et que, par leurs figures, ils fissent connaître les mystères les plus cachés de notre religion.

16Néanmoins, cela n’est pas nouveau. Les Égyptiens, les Grecs et les Romains n’ont pas ignoré cette belle partie ; toute leur théologie était représentée sous des figures que les peintres et les sculpteurs avaient inventées.

17Il ne faut donc pas s’étonner si je prétends aujourd’hui de vous faire voir que Monsieur le Poussin a aussi parfaitement imité ces grands hommes dans cette partie toute mystérieuse, qu’il les a suivis dans la justesse de leurs proportions et la beauté de leurs contours. Le tableau que j’apporte ici de ce fameux peintre sera un exemple de cette partie toute spirituelle où chaque figure cache autant de mystères. C’est, Messieurs, ce que je me suis proposé de vous faire voir dans la suite de cet entretien.

18Il faut premièrement remarquer dans ce tableau pourquoi Monsieur le Poussin n’a mis que trois figures d’anges pour soutenir saint Paul, et pourquoi il les a peints dans l’aspect et dans l’action où ils sont, et d’où il vient qu’il les a vêtus de la manière et de la couleur que nous les voyons. Toutes ces choses méritent un peu d’application pour en faire les remarques que nous voulons faire.

19Nous commencerons donc par l’ange qui est le plus apparent. Cette figure paraît toute de profil. Son visage regarde en haut. Toutes les parties de son corps paraissent fortes et robustes. Son bras droit est étendu et soutient avec violence la jambe droite de saint Paul.

20Cet ange est vêtu d’une draperie qui paraît d’une étoffe déliée. Sa couleur est d’un jaune doré. Il a une étole fort riche qui lui ceint le corps. Ses jambes semblent encore soutenir la figure du saint.

21L’autre figure d’ange qui est au côté gauche de saint Paul paraît presque toute dans l’ombre. Il a le visage de trois-quarts et il regarde en haut. Son bras gauche soutient doucement la jambe gauche du saint, qui est comme tombante en bas. Le vêtement de cet ange est d’un bleu obscur. Sa manche est retroussée sur son bras et toute son action paraît moins forte et moins violente que celle du premier, et tous ces deux anges ne montrent que chacun un bras.

22Le troisième ange est élevé au-dessus des autres a le visage droit et presque tout de front, et tout ce qui paraît de son corps est en la même situation que son visage. Il a les yeux baissés pour regarder saint Paul auquel il montre de la main droite la lumière de la gloire ; et de l’autre il soutient doucement la main gauche de saint Paul. Son vêtement est de la couleur de la lumière qui éclaire tout le tableau, et cette même lumière éclaire particulièrement cet ange qui la reçoit tout à plein.

23Le saint paraît tout ravi. Son visage est élevé vers le ciel. Ses yeux regardent en haut. Sa tête est tournée du côté de l’ange qui est le plus élevé, et semble s’appuyer un peu sur le sein de cet ange. Il a les deux bras ouverts et le corps presque tout droit. Sa jambe droite est élevée ; la gauche est pendante en bas. Toute cette figure est couverte d’un grand manteau rouge qui lui environne le corps. Sa robe de dessous est verte, dont on ne voit qu’une partie autour de la jambe et autour des bras.

24Toute la couleur de l’air qui environne les figures paraît lumineuse et enflammée.

25Au bas de ce tableau, on voit une épée couchée sur un livre.

26Après avoir examiné ces figures, je n’y vois rien qui ne me paraisse mystérieux.

27Les trois anges qui élèvent saint Paul figurent trois différents états de la grâce.

28Le premier ange qui est vêtu de jaune représente l’effet de cette grâce que les théologiens appellent prévenante et efficace, qui tira saint Paul du péché pour en faire le flambeau de l’Église de Jésus-Christ.

29Et comme cette grâce est toute forte et puissante et qu’elle est pleine de lumière, Monsieur le Poussin, pour en représenter la force, a peint un jeune homme robuste qui fait une action violente pour enlever le saint qu’il soutient, et qui par cet effort semble l’arracher de la terre pour l’élever au ciel, et exprimer par cette action les paroles que ce saint entendit à l’instant de sa conversion : Il t’es dur de regimber contre l’aiguillon, ou Il t’est difficile de résister au mouvement de ma grâce qui te presse pour te convertir. L’étole que cet ange porte autour de son corps montre la puissance de cette grâce, car l’on sait que l’étole est une marque de puissance et d’autorité, et Monsieur le Poussin ne pouvait pas mieux représenter le pouvoir efficace de la grâce que par ce symbole.

30Quant au vêtement jaune dont cet ange est couvert, il faut considérer que comme cette couleur représente celle de l’or et de la lumière, l’on peut dire aussi que par ce vêtement le peintre a représenté la lumière et la pureté de la grâce dont ce saint fut rempli au moment de sa conversion. Mais comme cette grâce n’est que dans son commencement et n’a pas encore atteint en lui l’état de la perfection, aussi Monsieur le Poussin a situé cette figure d’une manière où elle ne montre qu’une partie de son corps et de son bras. Si cet ange regarde en haut, l’on peut dire que Monsieur le Poussin lui a donné cette action pour montrer que la grâce qu’il représente vient du ciel.

31Le second ange qui paraît dans l’ombre figure l’état de cette grâce comitante ou aidante, qui n’est pas si éclatante que la première, et qui ne nous soutient pas avec tant de force, nous abandonnant à nous-mêmes pour nous faire connaître notre infirmité. Ainsi l’action de cet ange ne paraît pas si violente que celle du premier.

32La jambe du saint qui descend en bas exprime le penchant que ce saint avait au péché, comme il le dit lui-même en plusieurs endroits dans l’Épître aux Romains en ces termes : Je suis charnel et vendu sous le péché : je n’approuve pas ce que je fais, parce que je ne fais pas le bien que je veux et je fais le mal que je ne veux pas.

33La main de l’ange qui soutient la jambe de ce saint représente le secours qu’il recevait de la grâce lorsqu’il était près de tomber, comme il l’exprime par ses paroles de Jésus-Christ, dans la seconde épître aux Corinthiens : Ma grâce te suffit, car la vertu se perfectionne dans la faiblesse, et c’est ce qui est encore fort bien figuré par la situation de cet ange qui est vu de trois-quarts, pour montrer que le second état de la grâce est plus parfait que le premier, encore qu’il ne soit pas si brillant ni si visible.

34Cet ange est vêtu d’un bleu brun, parce que cette couleur représente celle de l’air lorsqu’il est agité et brouillé. Monsieur le Poussin ne pouvait pas mieux représenter l’état des tribulations que ce grand saint sentait en lui-même lorsqu’il disait : Je vois une autre Loi en mes membres qui résiste à la Loi de mon entendement et me rend captif sous la Loi du péché qui est en mes membres (aux Romains, chapitre 7).

35Le troisième ange qui a le corps droit et le visage presque de front, qui regarde saint Paul en lui montrant de la main droite la lumière de la gloire, et qui de l’autre bras soutient la main de ce saint, figure l’état parfait et constant de cette grâce abondante et triomphante qui accompagne les élus en cette vie, qui les soutient et les regarde toujours pour les conduire à une fin bienheureuse.

36La grande lumière qui éclaire cet ange et la couleur de son vêtement montrent que la grâce qu’il représente est toute divine, et que ceux qui en sont remplis jouissent dès cette vie de la félicité des saints, et c’est ce que saint Paul exprime par ces paroles : Je connais un homme en Christ qui a été ravi jusqu’au troisième ciel, soit en corps, soit en esprit, Dieu le sait, mais je sais bien que cet homme a été ravi jusqu’en paradis et a ouï des mystères ineffables qu’il n’est pas permis à l’homme de dire (2e épître aux Corinthiens, chapitre 12, V, 2, 3, 4).

37Le saint apôtre qui a les bras ouverts, la tête et la jambe droite levée, n’exprime-t-il pas très parfaitement le désir ardent qu’il avait de s’élever à Dieu par des actions correspondantes aux mouvements de la grâce qui le soutenait, et la jambe baissée qui paraît dans l’ombre ne marque-t-elle pas l’infirmité humaine dont ce saint se plaint si souvent ?

38Le manteau rouge qui couvre tout le corps de cet apôtre ne représente-t-il pas bien, par sa couleur rouge, l’ardente charité dont il était embrasé, lorsqu’il disait ces paroles pleines d’amour pour ces frères : Je souhaite d’être moi-même anathème pour mes frères.

39Sa robe verte qui ne couvre que le haut de la jambe droite et le tour des bras ne figure-t-elle pas l’espérance qu’il avait de s’élever à Dieu par ses œuvres ?

40L’épée qui est couchée sur un livre n’est pas là sans raison. Monsieur le Poussin n’ignorait pas que saint Paul n’avait pas encore souffert le martyre quand il fut ravi, et par conséquent qu’il n’en pouvait pas porter des marques. Mais comme tout est mystérieux dans ce tableau, je crois que cette épée n’a été mise là que pour montrer que ce grand apôtre avait été le défenseur de l’Église, qu’il avait soutenu le nom de Jésus-Christ aux dépens de sa vie, et qu’il avait retranché par le glaive de ses écrits toutes les hérésies qui commençaient à se former dans l’Église.

41L’air échauffé qui paraît autour des figures n’est pas sans mystères. Je crois qu’il est ainsi pour montrer que ceux qui veulent s’élever sans la grâce ne doivent point être tièdes, mais qu’il faut qu’ils soient ardents et échauffés pour profiter de la grâce.

42Il y aurait encore bien des choses à vous faire remarquer dans ce tableau. Mais je crois que j’en ai dit assez pour vous faire connaître que les peintres ne travaillent pas seulement de la main, ni que leurs ouvrages ne sont pas faits seulement pour le plaisir des yeux, mais qu’ils peuvent encore satisfaire et instruire l’esprit par cette belle partie tout spirituelle que Monsieur le Poussin a fait entrer si heureusement dans tous ses ouvrages.

Remarques à faire sur diverses choses qui n’ont pas encore été observées

43Premièrement, quels sont les mouvements qui expriment le ravissement, et ce que c’est que le ravissement ?

44C’est l’effet d’un transport que élève l’âme au-dessus d’elle-même pour la joindre et l’unir à l’objet qui en est la cause, et il arrive que, lorsqu’elle est en cet état, toutes les parties du corps suivent ce même mouvement, et particulièrement celles du visage, comme pour goûter avec elles les douceurs dont elle jouit ; et c’est pour cela que ce saint a les sourcils et les yeux élevés du côté de la gloire, et que toute le reste de son visage suit ce même mouvement, car on voit les coins de la bouche et ses joues qui s’élèvent en haut, et tout le visage qui paraît dans un air tranquille et content ; ce saint a les deux bras ouverts et élevés vers le ciel. Ses mains tout de même sont ouvertes et élevées. Enfin toute son action et tous ses mouvements marquent un parfait ravissement.

45Si j’ai remarqué que la tête de ce saint penche sur le sein lumineux de l’ange qui le soutient, c’est que je me suis imaginé que Monsieur le Poussin a voulu représenter la force de la grâce par l’ange vêtu de jaune, il faut remarquer qu’il a peint cet ange avec le front relevé et les sourcils enflés qui couvrent un peu les yeux. Il a le nez grand, droit et bien formé, les épaules grosses et les jointures et toutes les extrémités bien articulées. Ses cheveux même paraissent durs et forts en ce qu’ils se soutiennent droits, quoique la tête de l’ange soit renversée, de sorte que toute cette figure selon les règles de la physionomie paraît n’être faite que pour marquer la force.

Observation sur le visage de l’ange qui montre la gloire

46Cet ange a le front uni, les sourcils droits, les paupières grandes, inclinées du côté des joues et l’angle de l’œil élevé du côté du nez. Les deux coins de la bouche penchent en bas, et le milieu est élevé. La lèvre du dessous surmonte celle de dessus. Toutes ces parties d’enhaut, selon les physionomistes, expriment la tranquillité et la douceur, et celles d’en-bas le mépris et l’aversion.

47C’est pourquoi, Messieurs, je me suis imaginé que Monsieur le Poussin a voulu figurer par le mouvement des parties d’en-haut du visage de cet ange la douceur et la tranquillité dont jouissent ceux qui sont dans l’état parfait de la grâce, et par les parties d’en-bas le mépris et l’aversion qu’ils ont pour les choses du monde.

48Si Monsieur le Poussin n’a fait paraître qu’un bras à chacun des deux premiers anges, c’est pour faire voir que l’état de la grâce qu’ils représentent n’est pas encore dans sa perfection ; on peut dire aussi que leurs jambes représentent que, dans ce premier état, il faut cheminer et travailler encore pour s’avancer dans la perfection, et si ces jambes sont entrelacées l’une dans l’autre et font des mouvements contraires, c’est que le peintre s’est souvenu de ces paroles que le saint apôtre qu’il représente dit au chapitre 5 de l’épître aux Galates : Cheminez selon l’esprit, et vous n’accomplirez point les désirs de la chair, car la chair convoite contre l’esprit, et l’esprit contre la chair, et ces choses sont contraires l’une à l’autre, tellement que vous ne faites point ce que vous voulez. Toutes lesquelles choses Monsieur le Poussin a merveilleusement bien exprimées par les jambes qu’il a données à ces anges et les contrastes qui se trouvent en elles.

49Mais parce que la perfection est dans le dernier état de la grâce et qu’il n’y a que du repos et de la tranquillité, Monsieur le Poussin n’a point fait voir de jambes au troisième ange qui représente cet état parfait et constant de la grâce, mais bien les deux bras pour montrer que l’état de cette grâce est plus accompli que celui des deux premiers.

50On pourrait encore dire que le pilastre qui est dans ce tableau est un autre symbole de la solidité des écrits du saint apôtre et de la fermeté de sa foi, comme aussi il y a grande apparence que les degrés que nous voyons auprès montrent que ce saint s’est toujours élevé de plus en plus dans la grâce, et que par ce progrès continuel il s’est ouvert un passage pour parvenir à la gloire, ce qui semble être aussi figuré par cette porte ouverte qui se voit aussi dans ce tableau.

Avertissement aux étudiants et aux amateurs de la peinture.

51Cependant Messieurs, quoique j’aie donné à cette partie de la peinture dont je viens de parler l’honneur et l’avantage d’être toute spirituelle, je n’entends pas pour cela qu’on la considère comme une chose principale, ni que ceux qui aiment la peinture condamnent les tableaux comme tout à fait mauvais lorsque cette partie ne s’y rencontrera pas. Je veux seulement qu’on la regarde comme l’éclat et le poli de l’or quand il est appliqué sur de bon or et non pas sur du cuivre, je veux dire que quand un tableau est bon en toutes ses principales parties, comme celui que je montre ici, s’il arrive que cette partie spirituelle s’y rencontre, alors elle donnera un grand éclat à tout l’ouvrage et le rendra parfait, et que ceux qui travailleront de cette sorte imiteront ce grand homme, et ils s’acquerront comme lui par leurs travaux une gloire immortelle. »

3. André Félibien, Tableaux du Cabinet du roy. Statues et bustes antiques des maisons royales, t. 1, Paris, Imprimerie royale, 1677, p. 10-11

« XXe tableau. Saint Paul enlevé au troisième ciel, du Poussin.

52Le Poussin ayant voulu représenter saint Paul enlevé jusques au troisième ciel, il a traité ce sujet si merveilleux de luy-mesme, d’une manière noble et relevée. Ce grand Apostre des Gentils est soutenu et porté par trois anges, qui font ensemble un groupe de quatre figures, où l’on découvre tout ce que l’art et la science d’un grand peintre peut faire voir de plus beau dans la disposition de quatre corps dont les attitudes sont différentes. L’ange qui est le plus élevé montre à saint Paul le ciel ouvert et les deux autres qui le soutiennent, paroissent dans une sainte admiration. L’on voit sur le visage de ce grand saint une expression admirable de l’extase et du transport où il se trouva pendant son ravissement. Outre les belles expressions et la grandeur du dessein que l’on y remarque, le peintre a conduit ce tableau dans une harmonie de couleurs si douce et si agréable qu’il ne manque rien de tout ce que l’on peut désirer pour la perfection d’un si bel ouvrage. Il le fit en 1649 pour le sieur Scaron si connu par ses ouvrages de poësie, de qui le sieur Jabac l’ayant acheté, le vendit au duc de Richelieu, dont le roy l’a eu. »

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540