Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie des abris de loisirs

 | 
Gilles Raveneau
, 
Olivier Sirost

La société face aux abris de loisirs

Le loisir de l’abri : des stratégies en zone touristique

Didier Theiller

Texte intégral

Le problème

1Les principales menaces pesant sur le littoral semblent être le développement du camping illégal et la cabanisation :

  • 1 Un squatter par définition est une personne sans abri qui occupe illégalement un logement vacant ou (...)
  • 2 Lewino Frédéric, «, avec mobil apparent », in Le Point, n ° 1710, 2005, p. 86.

Aujourd’hui, plus de 75 000 squatters1 colonisent abusivement le rivage français. Au début des années 90, l’indulgence des maires s’est transformée en effarement devant le raz de marée, mais c’était trop tard pour l’endiguer ! Comment exproprier des centaines, voire des milliers de squatters bien décidés à défendre leur bien2 ?

  • 3 Poulain France, L’Urbanisation du littoral par le camping-caravaning illégal sur parcelles privées. (...)

Plus de 90 000 campeurs ont installé de manière temporaire des habitats de plein air : caravanes, mobile homes et habitations légères de loisirs sur des parcelles agricoles ou naturelles. Leur sédentarisation participe ainsi à l’extension de l’urbanisation. Les nuisances environnementales qui en résultent sont importantes car cette pratique s’est développée en dehors des réglementations en vigueur. La pression populaire pour accéder au littoral est tellement forte qu’il serait vain de s’y opposer. Toute nouvelle contrainte serait aussitôt contournée par le flux3.

  • 4 Sirost Olivier, « ou l’expérience de la vie précaire au grand air », in Ethnologie française, n ° 2 (...)

Les campeurs sont confrontés depuis longtemps à une pratique « à la sauvette », assujettis aux autorisations officielles, aux compromissions de voisinage, au regard porté sur les marginaux. Les lois caractérisent le camping comme une pratique non pérenne, le campeur comme une personne de passage. Ce souci d’un habitat de loisirs qui ne saurait rester à demeure pose un problème politique. Le campeur, même s’il possède l’électricité et le tout-à-l’égout, doit être mis à l’écart d’un droit de vote potentiel. Le mitage occasionné par ces vacanciers ne doit pas mettre en péril une identité locale représentée par ses institutions. Pourtant, dans les faits, il s’agit de plus en plus d’un refuge de pratiques et de valeurs qui s’apparente à la résidence secondaire4.

2Pourquoi ce mode d’occupation de l’espace représente-t-il, en se développant, une menace et pour qui ?

Les causes

La réglementation

  • 5 Bersani Catherine, Bondaz Marianne et Ravail Bruno, Rapport sur les conditions d’application de la (...)

3L’occupation du sol et sa gestion demeurent une préoccupation de l’Etat. C’est de plus en plus le souci des collectivités locales et notamment de celles situées en zone touristique. Avec le maillage du droit de propriété, de la loi littoral, du code de l’urbaniste, du code de procédure pénale, les services de l’Etat eux-mêmes5 s’interrogent sur l’ampleur des sujétions attachées au nouveau zonage, au cour des tensions de l’application de la loi « littoral », qui conduirait à « fabriquer par qualification » des constructions illégales.

4Au départ, beaucoup d’élus ont été sensibles à la valorisation du territoire de leur commune. Mais, échaudés par les contraintes et les difficultés de gestion du fait de leur faible capacité d’expertise, leurs réticences se sont rapidement fait jour et conduisent à des discussions beaucoup plus dures lors des révisions. La contestation des périmètres retenus que l’enquête publique, trop formelle, est également impuissante à infléchir, ne trouve de mécanisme efficace qu’auprès des juridictions dont l’expertise devient alors paradoxale. L’intervention singulière du juge s’opère après une consultation réduite, voire inexistante, des élus locaux et sans aucun mécanisme de publicité pour les particuliers.

Le processus

5Plusieurs catégories de causes contribuent au développement du camping sur terrain privé :

    • 6 Roy Ève, «, concepts et développement de l’abri de loisir en France dans les années 60 », colloque (...)

    Le rêve de la plupart des citadins est de posséder un bien immobilier solide, ancré dans une région familière6.

  • Les terrains dévolus à la construction sont rareté et leur coût très élevé. Cela développe l’attractivité des espaces inconstructibles.

  • La convergence de besoins est forte entre le travail de la mer, le loisir et l’hébergement. Avec la diversification de l’offre de consommation, les cabanes de pêcheurs professionnels perdent progressivement leur caractère accessoire. De même, un abri estival précaire, tente ou caravane, voire un abri de jardin destiné au matériel de loisir, devient un peu plus confortable, une barrière isole la parcelle qui s’agrémente de raccordement à l’eau, l’électricité. L’amélioration du confort aidant, l’assiduité s’accroît jusqu’à la résidence permanente.

  • L’intervention des personnes publiques pour ménager la paix sociale est parfois équivoque dans le développement ou le maintien du lotissement sauvage.

  • La loi peut également être à l’origine des constructions ou installations illégales. Deux dispositions engendrent des effets pervers importants : la « bande des cent mètres » et les « espaces remarquables ». D’une part, toute construction existante hors des parties urbanisées des communes perd sa légitimité et ce sont des habitations, des terrains de camping ou de stationnement de caravanes qui sont placés dans des périmètres totalement interdits. D’autre part, se voir refuser un permis à côté de bâtiments existants donne une impression d’injustice insupportable. De l’ensemble surgit parfois la tentation de s’affranchir des procédures réglementaires.

Les accommodements

6Ils sont forgés par l’administration ou par le juge pour limiter l’impact social du poids significatif des illégalités qui procèdent de la loi.

7Des « accommodements » justifiés par le souci de l’équité.

  • 7 Le pastillage consiste à « » d’un zonage protecteur une construction dont l’existence ne peut être (...)

8Quelques exemples permettent de se faire une idée de la créativité de l’administration : le « pastillage7 », la reconnaissance d’un « droit d’entretien minimum » de campings existants, la dérogation par arrêté préfectoral du cam- ping sur des parcelles privées, toujours par convention préfectorale, le droit reconnu, mais non transmissible de jouir à vie d’une maison sur le domaine public maritime, le droit reconnu à deux époux, assorti d’une convention stipulant expressément l’absence d’héritage possible de ce privilège, de camper ou de faire stationner leur caravane jusqu’au décès de chacun d’eux.

Les effets

  • 8 Ni procès-verbal au-delà de la troisième année après la réalisation d’une construction en infractio (...)

9L’attribution d’une autorisation d’occupation temporaire du domaine public reste largement discrétionnaire et le régime du « ni... ni...8 » applicable pour réprimer les entorses au droit de l’urbanisme reste difficile à comprendre.

10Faute de règle claire, on aboutit à la méconnaissance banale de l’état de droit. Toutes sortes de dérives se multiplient de plus ou moins bonne foi par effet « boule de neige ». Ainsi des notaires assurent-ils des transactions sur des biens dont la consistance n’est pas vérifiée. De leur côté, les services publics (EDF, GDF) ignorent superbement le code de l’urbanisme qui interdit de procéder au raccordement sans permis de construire.

11Un marché clandestin des autorisations d’occupation du domaine public se développe avec des transactions atteignant plusieurs millions.

La réalité

12L’enquête qualitative est menée en 2006 sur la presqu’île de Quiberon auprès des représentants des deux communes Quiberon et Saint Pierre Quiberon ainsi que de « squatters » représentatifs.

La commune de Quiberon

La municipalité

  • 9 Quiberon commune de 9 km 2 et de 5 073 habitants permanents donc une densité de 575 h/km 2.
  • 10 Vlès Vincent et Clarimont Sylvie, Tourisme durable et intercommunalité dans le massif pyrénéen. Ana (...)
  • 11 24 000 résidents secondaires sur les 40 000 de la haute saison dont 6 200 de camping
  • 12 L’installation de plus de trois mois par an d’une caravane sur un terrain vous appartenant est subo (...)
  • 13 Le « » entouré d’aménagements divers, tels que des terrasses, des abris ou cabanons, des haies ou d (...)
  • 14 Dutrieux Damien, « Mobil-home ” et droit de l’urbanisme », in www. inventaires. fr, Université de V (...)
  • 15 Le Plan local d’urbanisme est le document de planification urbaine de base qui s’impose légalement (...)

13Un entretien avec l’adjoint à l’urbanisme et le responsable juridique du PLU à la mairie de Quiberon9 permet de recueillir les informations dont disposent les élus. D’après le recensement de 1999, les résidences secondaires10 représentent deux tiers de l’habitat de la commune11. L’usage de terrain non constructible pour le camping familial est une pratique historiquement ancrée sur des terrains agricoles organisés par héritages successifs en bandes étroites. La réglementation interdit cet usage en zone naturelle. Une tolérance de trois mois12, vite élargie d’avril à octobre, est accordée. En pratique un contrôle visuel superficiel, a lieu au début en juillet puis en septembre/octobre. On peut compter environ entre 300 et 400 terrains concernés (environ 1 500 campeurs). Une tentative de perception de taxe de séjour n’a pas été efficiente car la municipalité n’a aucun moyen de contrôle possible sur les présences. Les raccordements font désormais l’objet d’une autorisation municipale. L’absence de décret d’application pour les mobil home13 ne permet pas de réglementer14. Une pression foncière considérable se heurte à une réglementation ni claire ni applicable. La réflexion sur le Plan local d’urbanisme15 a démarré en 2001 et doit prendre fin par une enquête publique vers 2008. Une quinzaine de réunions de quartier réparties sur l’année a attiré à chaque fois une quinzaine de participants. L’intérêt principal est essentielle- ment pédagogique, il s’agit que chacun comprenne les difficultés liées à l’urbanisme et ne s’oppose pas à l’intérêt général.

Un exemple de stratégie significative

14Un couple de particuliers « campe » dans un mobil home sur un terrain contigu avec un village. En matière de réglementation, ils agissent par ouidire en attendant que l’administration bouge.

15Le quart supérieur de la parcelle est constructible mais ils bâtissent au départ et sans permis un cabanon de 15 m 2 avec salle de bain complète et fosse sceptique. L’électricité est raccordée et l’eau est fournie par un puits. Pendant une dizaine d’années une caravane est utilisée. Depuis quatre ans, un mobil home la remplace. Il est d’abord déplacé, comme l’ancienne caravane, vers la partie constructible pendant deux ans en fin de saison pour répondre à une obligation « imaginée ». Depuis deux ans il est immobile en partie centrale. L’occupation réelle est de 3 à 4 mois par an à la belle saison. La mairie signale l’infraction cette année et demande une régularisation rapide. Elle donne ensuite son accord pour un prolongement du stationnement dans la perspective de travaux de construction d’une maison (135 m 2).

16La mise en demeure constitue le facteur déclenchant de l’abandon du camping qui a perduré pour plusieurs raisons :

  • les satisfactions liées au sentiment de nid, de cabane ;

  • l’âge avancé des propriétaires peu compatible à priori avec un projet de construction ;

  • les incidences financières. Il faut rappeler que n’ont jamais été payées jusqu’à aujourd’hui ni taxe foncière, ni taxe d’habitation, ni taxe de séjour, ni d’ordure ménagère.

17Sortir le mobil home du terrain va poser un problème car depuis l’installation, la pose d’un lampadaire municipal limite le passage.

La commune de Saint Pierre Quiberon

  • 16 Saint Pierre Quiberon : 8 km 2 pour 2 165 habitants à l’année et donc une densité de 287 h/km 2.
  • 17 Le document d’objectif de l’opération Grand Site « » et de l’opération NATURA 2000 associée, fait l (...)
  • 18 15 % du territoire représente donc 1,2 km 2. Avec pour 1 000 m 2 environ par emplacement, cela peut (...)

18La municipalité Selon l’adjoint chargé de l’urbanisme à la mairie de Saint Pierre Quiberon16, il y a sur la commune une résidence principale pour douze résidences secondaires17 et 15 % du territoire de la commune font l’objet de « camping sauvage ». Il déclare que le camping sur propriété privée18 « c’est une plaie ». C’est à l’État de faire respecter la réglementation. Ce n’est pas l’ancienneté de la pratique et un certain laxisme antérieur qui justifient le maintien d’une occupation illégale.

  • 19 Cela explique en partie le passage d’un camping sur terrain privé en zone interdite faisant des cam (...)

19Le Plan d’occupation des sols a été revu en novembre 199519, le PLU sera obligatoire en 2010. Un souci supplémentaire dans cette partie étroite de la presqu’île est la loi Barnier qui rend toute zone inconstructible à moins de 100m de toute voie de circulation dense. Le Coefficient d’occupation des sols est variable de 1 à 0,40 ou 0,20 selon les villages, il va être uniformisé à 1 pour augmenter la densité dans les zones déjà construites et épargner le reste.

20La municipalité demande que certaines zones « visibles », particulièrement touchées par le camping, soient acquises par préemptions du conseil général ou du conservatoire du littoral.

  • 20 Le camping municipal est installé dans la zone littorale des 100 mètres pour selon le maire « bénéf (...)

21La fermeté législative est réclamée car ces campeurs sont une menace pour l’hygiène (ordure, eaux usées, tonte de pelouse), l’esthétique (cabane, évier, barbecue), l’environnement (plantation de haies exogènes) Ce sont également des tricheurs qui profitent des installations sanitaires du camping proche20. On cherche bien à les faire payer mais il n’y a pas de solutions réglementaires pour l’instant. Le nouveau calcul de la redevance pour ordures ménagères, par exemple, dépend de la taxe foncière qui s’applique sur le seul patrimoine bâti. La verbalisation en zone interdite s’est limitée à un propriétaire d’un mobil home, les autres campeurs disposant seulement de caravanes, bénéficient de la mansuétude du maire.

Les différents acteurs représentatifs

  • 21 Il habite dans la région et fait de fréquent séjour entre mai et septembre (5 mois de présence) et (...)
  • 22 Emplacement situé sur le Plan d’occupation des sols en zone pas autorisé au camping depuis 1986 anc (...)
  • 23 Les raccordements sont effectués par « » à partir des compteurs en partie anciennement installées e (...)
  • 24 Taxe de séjour sur déclaration d’environ 0,15 ? par jour et par personne.
  • 25 On peut estimer sans doute davantage à 600, avec 150 le nombre de parcelles impliquées à multiplier (...)

22Le président21 de l’Association des Campeurs Libres sur Terrain Privé de St Pierre Quiberon est en place depuis 30 ans. Son terrain22 dispose de l’eau et de l’électricité23 et d’une fosse septique, pour trois caravanes et un cabanon. Le coût est modique24. La taxe foncière, le forfait par emplacement et la taxe pour les ordures ménagères ne sont plus demandés depuis deux ans. Un conteneur à ordure a pourtant été mis à disposition mais le ramassage n’est plus effectué dans le chemin d’accès de toute la zone campeurs. L’association a été fondée en 1976. Elle a pour objet la défense du droit de camper sur son terrain. Elle comprend 87 adhérents. 400 personnes environ sont concernées par cet habitat en saison25. L’origine des campeurs est plutôt locale. Depuis 1990 un comité de liaison est mis en place avec des associations identiques (environ 40) de Brest à Noirmoutier. En 2006, c’est la création d’une fédération avec l’île de Ré et l’île d’Oléron.

23Le représentant de ces campeurs estime que la municipalité qui fonctionne avec un POS n’est pas pressée de passer en PLU car elle-même n’est pas dans la stricte légalité. Le cas du camping municipal installé sur la bande littorale constitue un motif de contre-attaque en cas de menace.

24Le conflit traité ci-dessous est connu mais le campeur n’est pas défendable car il n’a pas respecté la « légalité ». Son adhésion à l’association ellemême n’est pas possible dans ce cas.

25Un couple de « campeurs », qui ne connaît pas l’existence de l’association de défense, est en conflit avec la mairie de St Pierre.

26L’achat du terrain avec eau et électricité est réalisé en 1996 sans information sur sa nature. Deux caravanes et une fosse sceptique l’occupent. Ces caravanes restent sur place et sont bâchées hors saison sauf l’année précédente. Mis en demeure de les évacuer depuis un an, il dispose d’un an de délai pour raison de santé mais doit obtempérer fin septembre. Sa rencontre et ses demandes auprès de la mairie n’ont pas abouti à faire reconsi- dérer la décision. Son voisin dans la même zone dispose paradoxalement d’un grand hangar.

27Un autre campeur, en zone constructible, fait de la résistance. Il possède un terrain, constructible et raccordé à l’eau, l’électricité et au réseau d’égout. Ce terrain est dans la famille depuis plus de 200 ans. Il se trouve cerné de constructions récentes. Il ne construit pas pour deux raisons : le coût et la difficulté de partage d’un terrain en indivision. Il est satisfait du mode d’hébergement, trois caravanes et un fourgon aménagé avec cabanon, évier et wc en dur. La saison dure de mai à septembre. Des employés de la mairie sont passés, il y a deux ans pour lui demander de démonter son cabanon, il a refusé. Il n’y a aucun conflit avec la mairie. Il paye ses taxes de séjours, d’ordure.

Perspectives

28Pour des usagers, relativement nombreux en saison dont les profils et des modes d’occupation sont sensiblement identiques, les rapports à la collectivité vont de l’ignorance à l’affrontement en passant par une forme de complicité. Les modes de gestion sont différents pour chaque municipalité. Dans celle où un PLU est en cours, c’est l’occasion d’une concertation apparente mais sans mode réel de contrôle et avec donc peu d’efficacité. La meilleure stratégie est l’invisibilité. Dans l’autre, le POS est assorti d’une demande de classement de zone pour nettoyer la « plaie » avec une volonté affichée de mise en ordre qui coexiste aussi avec des arrangements. Dans cette commune où la menace semble la plus forte les campeurs se sont organisés pour se défendre. La tolérance est ainsi plus ou moins marquée en fonction du type d’emplacement, de sa « visibilité », de sa « régularité » et de l’ancienneté de l’installation. La pression de conformité s’exerce alors dans deux directions : construire ou partir.

  • 26 Tel il est qu’il est nommé dans le document d’objectif fusionnant l’Opération Grand Site « » et NAT (...)

29Dans la logique des déclarations de la plupart des décideurs, le « caravaning sédentaire26 » aurait finalement trois conséquences néfastes :

  • une grande consommation d’espace pour un temps d’utilisation court ;

  • une pollution liée à l’absence de raccordement au réseau d’épuration de la commune ;

  • le mitage de l’espace en bordure littorale.

  • 27 On peut estimer que cela concerne 1 000 terrains et 5 000 personnes au total mais pas en même temps (...)

30Envisagées objectivement ces conséquences semblent pourtant légères : La consommation d’espace est supérieure au regard de l’univers concentrationnaire des « campings légaux ». Elle ne l’est pas en regard de celle provoquée par « l’urbanisation secondaire » qui est d’une utilisation et d’un rapport limité avec un impact très fort du point de vue écologique. Le camping sédentaire propose justement un mode d’usage extensif27 mais non figé qui préjuge d’une adaptation aux besoins des touristes à venir.

  • 28 Nghiem Thanh, « métabolisme territorial », in Territoires 2030, n ° 2, « climatique, énergie et dév (...)

31La pollution n’est pas le fait du camping en soi mais du raccordement interdit pour éviter « l’enracinement ». Le tout à l’égout produit pourtant dans les stations touristiques une alternance de sur et de sous utilisation préjudiciable à l’environnement. Le principe de l’épandage bien maîtrisé est sans doute également une solution d’avenir tel que ré-envisagé dans le cadre d’un « métabolisme territorial28 ». Reposant sur deux compétences distinctes, il s’agit de programmer des solutions qui rendent possible et attrayant, un mode de vie durable pour les usagers, et des solutions qui optimisent les systèmes pour « refermer la boucle » (flux des matières, énergie, eau) localement.

32L’accusation de mitage de l’espace littoral est un vrai problème mais un faux procès à faire à la minorité relative de campeurs en période touristique. Un permis d’occupation temporaire peut faire avancer la situation en permettant de développer des modes d’occupation alternatifs. Cela ne fera pas disparaître la tentation d’« enracinement » mais cela peut faire évoluer une frange de la population vers une pérennité alternée. Une véritable politique foncière, conforme à un schéma de référence, permettrait de résorber les situations de « non-droit », et conduire, le cas échéant, une politique de réhabilitation des sites.

Conclusion

  • 29 Ibid.
  • 30 Roy Ève, «, concepts et développement de l’abri de loisir en France dans les années 60 », op. cit.

33En rêvant, le camping sur terrain privé peut devenir un des axes d’expérimentation et de développement durable pour une société migrant par nécessité et par envie d’une économie de la propriété vers une économie de l’accès29. Le type et la forme de l’abri semble second par rapport à la volonté du choix, temporaire ou permanent, du lieu de vie. C’est une des raisons de l’échec des tentatives d’innovation en matière de forme des habitats de loisir30. Quant la contrainte géographique professionnelle s’efface avec le loisir, la retraite ou le chômage, une certaine forme de liberté peut s’exprimer. Vouloir pour ne pas subir et défendre un choix de vie satisfaisant devient un objectif. C’est pourquoi il faut inverser la formulation et s’intéresser à une notion de loisir de l’abri concernant le lieu plus que l’esthétique. Sachant que les goûts de la majorité sont culturellement partagés, l’attractivité de certains territoires est communément ressentie. C’est d’abord à leur niveau que le durable dépend de comportements quantitativement significatifs. L’expression d’un désir de partage peut passer par une appropriation de l’espace plus légère, plus transitoire. Camper était une première réponse, elle satisfait de moins en moins l’exigence du loisir d’habiter. Cela passe par une réflexion sur la réglementation en vigueur. Son durcissement à des fins protectrices n’est plus favorable à l’éphémère et provoque des effets pervers.

Notes

1 Un squatter par définition est une personne sans abri qui occupe illégalement un logement vacant ou destiné à la destruction.

2 Lewino Frédéric, «, avec mobil apparent », in Le Point, n ° 1710, 2005, p. 86.

3 Poulain France, L’Urbanisation du littoral par le camping-caravaning illégal sur parcelles privées. Non-respect des lois d’aménagement et tolérance de pratiques illicites, Thèse, Études urbaines, aménagement et urbanisme, Université Paris 8 Vincennes Saint Denis, École doctorale « et environnement », 2003.

4 Sirost Olivier, « ou l’expérience de la vie précaire au grand air », in Ethnologie française, n ° 2001/4, 2001.

5 Bersani Catherine, Bondaz Marianne et Ravail Bruno, Rapport sur les conditions d’application de la loi « », destiné ministre de l’Intérieur et au ministre de l’Équipement, des Transports et du Logement, Conseil général des ponts et chaussées, 2000.

6 Roy Ève, «, concepts et développement de l’abri de loisir en France dans les années 60 », colloque international « des abris de loisirs », Nanterre, 25-27 octobre 2006.

7 Le pastillage consiste à « » d’un zonage protecteur une construction dont l’existence ne peut être justifiée. Si les pastilles sont nombreuses, il convient de s’interroger sur le caractère naturel de la zone.

8 Ni procès-verbal au-delà de la troisième année après la réalisation d’une construction en infraction, ni prescription pour une maison en situation illégale quelle qu’en soit l’origine.

9 Quiberon commune de 9 km 2 et de 5 073 habitants permanents donc une densité de 575 h/km 2.

10 Vlès Vincent et Clarimont Sylvie, Tourisme durable et intercommunalité dans le massif pyrénéen. Analyse comparée transfrontalière. Les mécanismes en ouvre dans l’articulation spatiale, sectorielle et temporelle des politiques publiques, Rapport intermédiaire au ministère de l’Écologie et du Développement durable, de l’Équi- pement, des Transports, de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de la Mer, Laboratoire «, environnement et territoire », UMR 5603, 2005. Les élus qui ont très bien intégré la logique de la fiscalité locale gardent souvent le réflexe du recours au développement immobilier de leur commune. Ces résidences secondaires ne sont occupées en moyenne que 44 jours par an.

11 24 000 résidents secondaires sur les 40 000 de la haute saison dont 6 200 de camping

12 L’installation de plus de trois mois par an d’une caravane sur un terrain vous appartenant est subordonnée à autorisation préalable de la mairie, sauf sur le terrain de votre résidence. L’autorisation, renouvelable, ne peut être donnée pour une durée supérieure à trois ans.

13 Le « » entouré d’aménagements divers, tels que des terrasses, des abris ou cabanons, des haies ou des clôtures, doit être considéré comme une habitation légère qui devrait, soit obtenir un permis de construire soit être l’objet d’une déclaration de travaux. Sinon il doit donc être considéré comme une construction illégale. Cette infraction connaît un délai de prescription de trois ans au-delà duquel la commune ne dispose plus de moyens juridiques pour exiger le retrait ou la démolition.

14 Dutrieux Damien, « Mobil-home ” et droit de l’urbanisme », in www. inventaires. fr, Université de Valenciennes, 2002.

15 Le Plan local d’urbanisme est le document de planification urbaine de base qui s’impose légalement à tous. Il obéit à des règles supra-communales, à des obligations de protections et de servitudes et évidemment aux lois régissant les occupations des sols et les risques. Il doit agir en faveur de l’économie d’espace, de la mixité sociale, du choix du mode de déplacement les moins polluants, le tout dans un souci de cohérence des politiques d’aménagement menées par les différentes collectivités. L’élaboration d’un PLU est encadrée par un projet d’aménagement et de développement durable qui exprime le projet politique des élus.

16 Saint Pierre Quiberon : 8 km 2 pour 2 165 habitants à l’année et donc une densité de 287 h/km 2.

17 Le document d’objectif de l’opération Grand Site « » et de l’opération NATURA 2000 associée, fait le bilan des dépenses touristiques selon les catégories d’hébergement : 14 ? par jour et par personnes en résidences secondaires, 22 ? pour le camping, 28 ? pour les meublés et gîtes, 52 ? pour les chambres d’hôtes et enfin 70 ? pour les hôtels.

18 15 % du territoire représente donc 1,2 km 2. Avec pour 1 000 m 2 environ par emplacement, cela peut concerner 1 200 emplacements. C’est impossible de savoir exactement mais l’adjoint accepte un chiffre de 600 emplacements à multiplier par 4 à 5 par emplacements et donc environ 3 000 campeurs.

19 Cela explique en partie le passage d’un camping sur terrain privé en zone interdite faisant des campeurs installés depuis plus de trente ans, des illégaux.

20 Le camping municipal est installé dans la zone littorale des 100 mètres pour selon le maire « bénéficier les couches populaires d’un emplacement privilégié », ce que dénoncent d’ailleurs les campeurs illégaux pour leur défense.

21 Il habite dans la région et fait de fréquent séjour entre mai et septembre (5 mois de présence) et possède par ailleurs un appartement sur la commune voisine Quiberon qu’il loue à des touristes.

22 Emplacement situé sur le Plan d’occupation des sols en zone pas autorisé au camping depuis 1986 anciennement zone autorisant le camping privé.

23 Les raccordements sont effectués par « » à partir des compteurs en partie anciennement installées en bordure de chemin.

24 Taxe de séjour sur déclaration d’environ 0,15 ? par jour et par personne.

25 On peut estimer sans doute davantage à 600, avec 150 le nombre de parcelles impliquées à multiplier pour une moyenne de 4 personnes.

26 Tel il est qu’il est nommé dans le document d’objectif fusionnant l’Opération Grand Site « » et NATURA 2000.

27 On peut estimer que cela concerne 1 000 terrains et 5 000 personnes au total mais pas en même temps, c’est à dire au maximum 1/10 ° de la population en haute saison.

28 Nghiem Thanh, « métabolisme territorial », in Territoires 2030, n ° 2, « climatique, énergie et développement durable des territoires », DATAR, La Documentation française, 2005.

29 Ibid.

30 Roy Ève, «, concepts et développement de l’abri de loisir en France dans les années 60 », op. cit.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540