Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie des abris de loisirs

 | 
Gilles Raveneau
, 
Olivier Sirost

Dispositifs pédagogiques et sociaux du temps libre

Les campeurs universitaires et leurs abris de loisirs : histoire d’une utopie

Martine Lefeuvre-Déotte

Texte intégral

  • 1 Stevenson Robert Louis, Voyages avec un âne dans les Cévennes, Paris, Terre de Poche/Éditions de Bo (...)

La nuit est un temps de mortelle monotonie sous un toit ; en plein air, par contre, elle s’écoule, légère parmi les astres et la rosée et les parfums […]. Ce qui ressemble à une mort momentanée aux gens qu’étouffent murs et rideaux n’est qu’un sommeil sans pesanteur et vivant pour qui dort en plein champ1
Robert Louis Stevenson

  • 2 Ozouf Jacques, Nous les maîtres d’école. Autobiographies d’instituteurs de la Belle Époque, Paris, (...)

1Le Groupement des Campeurs Universitaires ou G. C. U. est une association fondée en 1937 par un unique corps de métier, marqué à cette époque par une forte identité, les maîtres d’école2. En ce début du vingt-et-unième siècle, fait étonnant, ce groupement constitué aux origines sur la volonté d’une vie simple et fruste dans la nature, les valeurs du mutualisme, du partage des biens et des savoirs, sur le bénévolat, existe toujours avec 50 000 adhérents et un patrimoine foncier de plus de cent terrains magnifiquement situés. La longévité de son histoire est déjà remarquable, puisque quatre générations de CU (campeurs universitaires) se sont succédé. Mais quid aujourd’hui de son fonctionnement et de ses valeurs ? Que sont devenues les intentions de ses créateurs, dans une société qui privilégie les lois du marché et le repli égoïste sur la sphère du privé ?

  • 3 Je reprends cette expression au numéro d’Ethnologie française, Habiter la nature ? Le camping, tome (...)
  • 4 Baubérot Arnaud, « nature éducatrice. La pédagogie du camp dans les mouvements de jeunesse protesta (...)

2Plus que de décrire et d’analyser finement dans la diachronie leurs différents abris destinés à « habiter la nature3 », ce qui me retiendra bien davantage, c’est leur mode singulier d’organisation de l’espace et du temps dans cette expérience collective de vie en plein air. Que veut dire, très exacte- ment, camper pour un CU ? Quels sont les représentations, les exigences, les usages, les fonctions de cette manière de vivre ensemble dans leurs abris de loisirs ? Réfléchissant sur la pédagogie du camp dans les mouvements de jeunesse protestants au début du vingtième siècle, Arnaud Baubérot l’affirme « camper, c’est en fait ici bâtir une cité utopique4 » (Baubérot, 2001). Les CU, au fil des décennies, vont eux aussi construire patiemment, méthodiquement, rigoureusement leur utopia. Ils vont définir les règles d’un vivre ensemble, édicter fermement les lois de la cité estivale et de son bon gouvernement. Celle-ci doit devenir un véritable refuge (autre acception du mot abri) pour ses habitants éphémères, c’est-à-dire les protéger, le temps d’un été, des maux de la société. Pour pasticher l’affirmation bien connue d’E. Morin, si les CU ont toujours accordé une grande valeur à leurs vacances, ils n’ont pas totalement congédié un certain nombre de grandes valeurs : le bien commun, le partage, l’organisation collective, la responsabilité. Chez eux, comme dans la plupart des associations de tourisme social notamment (les Auberges de jeunesse), organiser leurs temps libres dans leurs abris de loisirs a généré du lien, du faire ensemble, du penser ensemble, du débattre ensemble, de la solidarité. Cette cité estivale a donc longtemps été pensée par les CU comme « un foyer commun » susceptible d’être un rempart au capitalisme, à la montée de l’égoïsme, une résistance à la marchandisation des loisirs, au confort superflu, à la dégradation de l’environnement. L’abri est conçu chez eux comme une sorte de protection du monde ; bâtir « ce foyer commun » pour abriter « la grande famille », ces images sont récurrentes dans la rhétorique des CU. Si ces références au foyer, à la famille, renvoient immanquablement aux valeurs du privé et de l’intimité, il ne s’agit pas là pour eux d’un retrait, d’une sorte de vie restreinte, d’une exclusion sociale. Ce que vont chercher à édifier les CU, bien au contraire, c’est ce qui doit être commun, c’est-à-dire partagé, ce qui doit rassembler et unir. Ce « foyer commun » est fortement investi de sens, il correspond exactement à un lieu anthropologique au sens de Marc Augé (1992) : il se veut identitaire, relationnel et historique. Étrange paradoxe que ces terrains de camping, destinés au passage, conçus pour le nomadisme, acquièrent pour leurs habitants, la force d’une sorte d’enracinement et de véritable installation où se loge leur histoire. L’essentielle question est la suivante : comment et pourquoi ces maîtres d’école ont-ils pensé dès 1935 les règles de cette « cité-refuge estivale », quelles étaient les intentions des créateurs et quelle est aujourd’hui l’actualité de cette utopie ?

  • 5 Lefeuvre-Déotte Martine, Les Campeurs de la République. 70 ans de vacances utopiques, Paris, Éditio (...)

3Pour mieux analyser cette réalité, j’ai partagé leur vie pendant les vacances, pour saisir ce fameux « esprit » GCU toujours revendiqué par les adhérents, recueilli de nombreuses histoires de vie, scruté leurs photos, consulté les archives, notamment leur revue trimestrielle publiée dès le premier trimestre 19385.

4Plusieurs périodes et de nombreux défis vont jalonner la construction d’utopia.

La création

5L’histoire du GCU est intimement liée à celle de la MAAIF (Mutuelle d’assurances automobiles des instituteurs de France). En 1934, trois cents instituteurs du Centre ouest de la France, terre à forte tradition mutualiste paysanne, fondent leur Mutuelle contre les risques automobiles pour échapper aux assurances privées jugées trop onéreuses. C’est un instituteur anarcho-syndicaliste, membre du mouvement Freinet, qui lance le premier appel dans son journal pédagogique :

  • 6 Chaumet Michel, Maif, l’histoire d’un défi, Paris, Le Cherche-midi, 1998.

Trompés et grugés par les compagnies d’assurances, vous pourrez vous libérer de leur emprise. Essayez ! Il vous faut une société d’assurances mutuelles contre les risques que votre machine peut occasionner aux tiers… Les instituteurs, gens sensés et prudents, doivent pouvoir réussir la constitution d’une semblable société […]6.

6La Mutuelle appartient à tous les sociétaires, elle refuse le profit, elle n’utilise aucun intermédiaire, les éventuels bénéfices sont redistribués aux « camarades mutualistes ». En 1935, les militants s’interdisent également d’emprunter de l’argent au système bancaire et en regroupant leurs ressources, ils financent eux-mêmes la construction des bâtiments de ce qu’ils appelleront leur maison de Niort. Forts de cette réussite, animés par les mêmes idéaux, certains délégués de la jeune mutuelle vont se lancer dans la création du GCU.

7En 1935, deux maîtres d’école, fils de paysans formés à l’Ecole normale, lancent dans le bulletin de la MAAIF, un appel pour vanter à la fois les charmes de la vie bucolique mais aussi pour inciter à la création d’un groupement de campeurs. Ils bénéficient d’une longue période de congés, sont peu argentés et cherchent à s’approprier ce nouveau mode d’organisation du temps libre jugé soit trop onéreux, soit totalement extravagant. En effet, ils sont fascinés par la roulotte du Romanichel :

Lorsque, aux premiers beaux jours, écrit l’un des fondateurs, vous avez vu les roulottes des bohémiens s’égailler par les routes fleuries, n’avez-vous pas envié la vie errante de ces éternels voyageurs ? Certes, vous avez bientôt détourné les yeux, honteux d’avoir, vous, citoyen honnête d’une honnête République, laissé tomber un regard presque sympathique sur ce groupe suspect de va-nu-pieds. Mais, plus tard, votre sommeil n’a-t-il pas été hanté par le rêve millénaire des hommes : voir d’autres horizons, aller toujours plus loin, par-delà les coteaux et les plaines ? Ce rêve, le camping seul vous permet de le réaliser […].

  • 7 GCU, Bulletin trimestriel, 1938, 1er trimestre.

8Si le camping, seul, permet de voyager, les instituteurs restent intimidés par ce sport encore qualifié de bourgeois, signe distinctif à l’époque d’une certaine classe de loisir. Curieux de découvrir la France et les pays limitrophes, de gagner en mobilité à une époque d’extrême sédentarité, portés par la création de leur mutuelle, ils décident de constituer « une république de campeurs universitaires ». Après avoir créé le Groupement des campeurs universitaires de France, ils ne désespèrent pas de voir naître un jour la République internationale des campeurs universitaires, prélude, pensent-ils, de la grande république universelle7. C’est donc en avril 1937, dans l’élan du Front populaire, que l’association sera légalement fondée avec ces ambitions politiques.

9Quel est l’ethos de ces fondateurs ? Ils sont souvent espérantistes, francs-maçons, syndicalistes actifs, socialisants, mutualistes convaincus, laïcs, très proches encore des hussards noirs de la République tels que les analysent Jacques et Mona Ozouf dans Nous les maîtres d’école ou encore dans La République des instituteurs. La finalité de l’association à son origine est d’échapper aux « clubs bourgeois » qui cherchent à constituer une sorte d’élite du camping, en pratiquant des cotisations particulièrement élevées. Tout les sépare de cette aristocratie de l’argent et de la naissance qui les dédaigne et tente de les ridiculiser. Ils vont utiliser la force de leur réseau professionnel et militant, partager leurs savoirs et leurs compétences, pour découvrir des terrains à louer collectivement, en organisant simplement une vie estivale résolument active et sportive. Le CU n’est ni un nanti, ni un sybarite, là est sa distinction. À la lecture du cahier de camp de Luchon, tenu au cours de l’été 1938, on saisit bien comment se déroulaient leurs journées. Le responsable du terrain, sur un cahier d’écolier, a dressé la liste du simple matériel collectif : une boîte à lettres, un panneau GCU, un râteau, un étendoir, une cloche, une planche à laver. Chacun s’acquitte de son droit d’entrée et le dernier à quitter l’endroit doit envoyer les fonds collectés pendant tout l’été au secrétariat. Ils installent avec soin leur « villa » : au soleil levant, elle sera inondée de lumière, à midi le feuillage dense la protègera des ardeurs du zénith, le soir, elle permettra de contempler le panorama. Les CU se baignent dans l’eau glacée, organisent des cordées et le samedi soir, ils se retrouvent autour d’un feu de camp pour passer ensemble la veillée au son des pipeaux. Dans leur revue, c’est ainsi qu’ils se donnent à voir. Les photos mettent en scène non des individualités toujours singulières, mais un statut social ; nos instituteurs prennent la pause : hexis corporelle parfaite, ordre absolu, refus de l’indolence et de l’oisiveté. Leurs loisirs obéissent à de strictes règles.

  • 8 Code soleil, le livre des instituteurs (1959) SUDEL, p. 13.

10Si cette « cité-refuge » marquée par le solidarisme, qui entretient d’étroites relations avec le CLAJ notamment (Centre laïc des Auberges de Jeunesse) ou Vacances pour Tous, cherche à se différencier des « clubs bourgeois », elle énonce avec force un code de moralité, véritable parangon du Code soleil qui régit la bonne conduite des instituteurs dans leur « sacerdoce ». Travail et loisirs sont encore intimement liés à cette période. Nous ne sommes pas encore entrés dans l’ère de la mobilité de masse avec son nouvel ordre du temps, son rapport de plus en plus distancié au travail dont nous parle, par exemple, Jean Viard (2006). Le comportement du parfait CU est calqué sur l’enseignement proféré dans la « Bible » laïque des instituteurs, le Code soleil, ouvrage étudié dans les Ecoles normales. Ce dernier cherche à modeler entièrement le « serviteur de la nation », dans sa vie privée et publique, ses devoirs envers les élèves, à l’égard des familles, des autorités, ses relations avec les collègues ; il insiste enfin sur l’exigence de la neutralité religieuse et politique dans l’exercice du métier. Donnant toujours l’exemple, les maîtres d’école doivent incarner littéralement la morale laïque, que l’on peut résumer ainsi : « on n’enseigne pas seulement ce que l’on sait, on enseigne ce que l’on est8 ». Le temps de loisirs n’est alors qu’une prolongation du temps de travail et le campeur universitaire doit continuer à être un modèle de parfaite éducation. Cette organisation de la « cité-refuge » est bien là le résultat d’une inscription sociale et culturelle spécifique. Les rassemblements de campeurs seront également des foyers d’éducation mutuelle où l’on devra débattre des choix politiques, philosophiques et pédagogiques.

Camarades, écrit leur fondateur en 1938 dans leur bulletin, fermez les yeux, et regardez en vous… Rassemblés dans la fraîcheur du soir autour d’une lampe tempête, tels nos ancêtres de la préhistoire autour du foyer commun, vous écoutez l’un des nôtres discourir ardemment sur son sujet qui vous passionne. La clarté blanche de la lune descend entre les branches, une brise légère fait danser des ombres sur le sable. Les cigales lassées se sont tues, la mer pousse à peine au rivage son flot apaisé ; l’odeur balsamique des pins flotte mystérieusement autour de vous… Instants délicieux ! C’est une douce soirée d’été, dans un camp de vacances du GCU.

  • 9 Lire à ce propos, Chanial Philippe, Justice, don et association. La délicate essence de la démocrat (...)

11À la veille de la guerre, 572 familles adhèrent au groupement. Si l’association cesse ses activités entre 1940 et 1946, cette période de latence est pourtant essentielle dans la construction de son identité. Certains fondateurs s’engagent dans la Résistance, l’un d’entre eux trouvera la mort dans un camp d’extermination, d’autres seront fusillés. Ces hussards noirs fermement anti-capitalistes ont légué un héritage, une conception singulière d’un vivre ensemble marqué par les valeurs de l’échange, du bénévolat, du don9. Il conviendra impérativement de le relever, de le transmettre, de le faire perdurer, de reconstruire ce qu’ils appellent plus encore après la guerre, « leur foyer commun ».

  • 10 Cf. le témoignage émouvant d’une Ajiste, Maudet Suzanne, Neuf jeunes filles qui ne voulaient pas mo (...)

12Certains CU affirment avoir échappé à la folie en Poméranie par exemple, en s’occupant jour après jour, rituellement, au tracé de leur future caravane. Dessiner « la maison d’été », prévoyant pour chacun son alcôve, se projeter dans le futur, n’est-ce pas s’empêcher de sombrer ? On connaît l’importance pour résister à l’enfermement, de reconstruire un emploi du temps, de trouver une activité, si humble soit elle. Primo Lévi attribue sa survie à Auschwitz à une série de hasards, sa connaissance de l’allemand, qui lui permet de comprendre les ordres de ses gardiens, mais aussi le fait d’avoir été obligé de travailler comme maçon, puis comme chimiste. D’autres reconnaissent avoir survécu à la vie concentrationnaire grâce à leur expérience du camping, qui les a obligés à une incessante adaptation. Dresser son corps aux techniques de la marche et de la vie sous la toile, c’est connaître la fatigue, la précarité, apprendre l’endurance et rompre avec les contingences matérielles10.

Je tiens à dire, écrit l’un d’eux, que si je suis rentré d’un séjour d’un an d’affreuse captivité dans un des bagnes d’extermination, Neuengamme où je fus déporté, c’est peut-être grâce à l’habitude du camping et à une certaine facilité avec laquelle un vrai campeur s’adapte aux circonstances, même défavorables et sait en tirer le maximum de possibilités même dans les cas les plus mauvais.

13Après la guerre, ils passeront leurs vacances dans un camp, se rendant quotidiennement au bloc sanitaire et organisant des corvées. Ils le reconnaissent aujourd’hui, ces termes ne les ont pas effrayés, leurs terrains n’avaient strictement rien de commun avec les dispositifs nazis. Ce n’est que récemment qu’ils ont décidé d’expurger de leur langue ce sombre vocabulaire, mais les usages langagiers perdurent.

La fondation

14Dès le premier trimestre 1946, le bulletin reparaît et camper prend une nouvelle signification encore, il devient le signe de la liberté retrouvée : « Les Allemands sont partis. La liberté est revenue et avec elle, le désir de pouvoir enfin camper au bord de la mer ! ». Au fil des années, les CU solidifient la demeure : en 1946, ils achètent leur premier terrain dans les Pyrénées, en mémoire de l’un de leurs fondateurs, mort à Mauthausen. Mais pour échapper au système bancaire, ils mutualisent leurs ressources sous la forme de participations. On demande aux familles qui en ont la possibilité de donner 5 000 ou mieux 10 000 francs (somme importante à l’époque) en échange de la gratuité permanente sur les terrains. Avec ce premier système des participations, puis de l’emprunt près des adhérents, le GCU se rend propriétaire de plusieurs sites que des campeurs bénévoles aménageront simplement.

15Souvent aux vacances de printemps, ils travaillent sur « leur » propriété : ils ouvrent à la faucille, sur plusieurs centaines de mètres, un chemin d’accès, ils comblent un cassis, installent un lavoir protégé des vents pour le confort des lavandières, installent une pompe, plantent des arbustes etc. Tous doivent être responsables.

16Le nombre des adhérents ne cesse d’augmenter : 3 500 familles en 1952. Être un CU, à cette époque, c’est appartenir à un club corporatif et le village de toile doit correspondre à l’image de la cité parfaitement ordonnée : allées soigneusement tracées, puits forés, feuillées en bois déplacées périodiquement, élection des responsables par l’assemblée hebdomadaire. Partout, comme le souligne en 1950, un journaliste de la « Nouvelle République » de Bordeaux, on relève « l’ordre, la propreté, le bon goût ; des fleurs, une gaieté mesurée, une humeur discrète ». Comme dans le plan du village bororo décrit par Lévi-Strauss, le schéma de l’abri collectif transcrit spatialement le système des valeurs et l’imaginaire des CU.

La continuelle et difficile adaptation

17Dès les années 1970-80, le groupement doit relever plusieurs défis : flambée des effectifs (30 000 familles en 1986, époque du plus fort taux d’adhésions), mise aux normes des terrains, qui bouleverse les habitudes d’une manière de camper quasi sauvage et impose aux administrateurs bénévoles un important travail administratif, règne de la concurrence des marchands de loisirs et de leurs hôtelleries de plein air, création presque illimitée de nouveaux besoins, apparition de la figure du campeur consommateur et non plus militant. Comment perdurer en s’adaptant aux mutations de la société sans abandonner les valeurs fondatrices des pionniers ? La question va devenir lancinante, récurrente au sein de cette association. Ce projet d’organisation des loisirs peut-il encore fédérer un nombre important d’acteurs ?

18La référence au « foyer commun », à la grande famille laïque, à l’ethos enseignant fermement établi, à la cité-refuge estivale clairement dessinée, a-t-elle encore un sens ? N’est-ce pas là une rhétorique obsolète voire « ringarde » aux dires de nombreux militants inquiets ? Le consommateur n’attend-il pas aujourd’hui, sur son terrain de camping, une sorte de non-lieu désymbolisé, c’est-à-dire un simple espace de passage, uniquement fonctionnel et utile ? Si l’on peut décrire et analyser assez bien l’engagement politique des campeurs universitaires dans les premières décennies de leur histoire, aujourd’hui, la question est bien pour eux : comment résister à la loi du marché, à la concurrence sans disparaître ? Comment négocier sans abandonner les valeurs solidaristes des pères fondateurs ? Que transmettre aux générations futures pour l’organisation de la cité estivale, comment résister à l’égoïsme ambiant ?

19Depuis la fin des années 1980, le GCU enregistre annuellement une perte de ses effectifs (2% environ), il s’est ouvert à d’autres catégories professionnelles (40% des adhérents ne sont pas des enseignants), mais leur mode d’organisation de la propriété collective reste largement fondé sur le principe de la gestion mutuelle : seules quelques salariées travaillent au siège du groupement et quatre grands terrains du littoral embauchent l’été, depuis peu, des entreprises privées de nettoyage.

20Depuis 70 ans, le GCU, par la discussion incessante, a réussi à surmonter une liste importante de difficultés ; 200 bénévoles qui sont massivement des enseignants à la retraite, font vivre cette association. Il ne semble pas qu’à ce jour, elle soit sérieusement menacée. Ce qui les unit encore, mais pour combien de temps : une histoire commune déjà longue, une fidélité à des valeurs, une dette à rendre, une transmission à effectuer, un patrimoine à respecter, un imaginaire à partager. Non pas celui d’une maison onirique, telle qu’en parle Bachelard, mais d’un terrain d’élection, où se mêlent de génération en génération des souvenirs, des rêveries, un idéal. Un même projet les fédère : leur utopie reste sans cesse à édifier, à défendre, mais surtout à inventer. Ce dont ils sont certains, c’est qu’ils sont des légataires de lieux symboliquement chargés, ils les ont reçus en héritage et doivent eux aussi les transmette. Les plus jeunes le soulignent, sur « leurs » terrains, ils se mettent en vacances de leur milieu professionnel et de la société, ils cherchent à retrouver une qualité du lien social.

21Un seul constat : là où les utopies fondées sur l’autogestion ont échoué, à 50 000 ils ont résisté, nous faisant signe vers une autre manière de vivre ensemble et de nous abriter collectivement, c’est bien là leur horizon.

Notes

1 Stevenson Robert Louis, Voyages avec un âne dans les Cévennes, Paris, Terre de Poche/Éditions de Borée, 2002, p. 138.

2 Ozouf Jacques, Nous les maîtres d’école. Autobiographies d’instituteurs de la Belle Époque, Paris, Gallimard, 1967.

3 Je reprends cette expression au numéro d’Ethnologie française, Habiter la nature ? Le camping, tome XXXI, n ° 4, PUF, 2001.

4 Baubérot Arnaud, « nature éducatrice. La pédagogie du camp dans les mouvements de jeunesse protestants », in Habiter la nature ? Le camping. Ethnologie Française, tome XXXI, Paris, PUF, 2001.

5 Lefeuvre-Déotte Martine, Les Campeurs de la République. 70 ans de vacances utopiques, Paris, Éditions F. Bourin, 2006.

6 Chaumet Michel, Maif, l’histoire d’un défi, Paris, Le Cherche-midi, 1998.

7 GCU, Bulletin trimestriel, 1938, 1er trimestre.

8 Code soleil, le livre des instituteurs (1959) SUDEL, p. 13.

9 Lire à ce propos, Chanial Philippe, Justice, don et association. La délicate essence de la démocratie, Paris, La Découverte, 2001.

10 Cf. le témoignage émouvant d’une Ajiste, Maudet Suzanne, Neuf jeunes filles qui ne voulaient pas mourir, Paris, Arléa, 2004.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540