Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie des abris de loisirs

 | 
Gilles Raveneau
, 
Olivier Sirost

L'abri traditionnel reconfiguré dans une société des loisirs

Les cabanons du bord de l’Oise

Armelle Maugin et Sylvie Perault

Texte intégral

1En 2006, le conseil général du Val d’Oise par l’intermédiaire de l’atelier de restitution pour l’ethnologie (ARPE), présente, en partenariat avec le musée départemental de l’éducation, une exposition sur le thème des Grandes vacances.

2L’objectif était d’aborder les habitudes liées à cette période particulière et d’appréhender, entre autre, l’habitat de loisirs. Les recherches concernaient exclusivement un territoire défini : le Val d’Oise. C’est au cours de ces investigations qu’Armelle Maugin effectua une enquête photographique assortie d’un questionnaire conséquent sur les cabanons du bord de l’Oise. Nous devions ensuite retourner sur les lieux à deux, près de deux ans après le début de ces investigations, afin d’effectuer un complément d’enquête destiné cette fois à ne traiter que des cabanons.

3Ces deux rencontres à plusieurs mois d’intervalles, l’une longue et solitaire de type ethnographique et l’autre courte et ponctuelle afin d’enrichir le regard, ont permis de constater maintiens et évolutions. Ainsi, nous pouvons désormais aborder plusieurs thèmes que nos interlocuteurs ont eux mêmes traité de façon quasi spontanée : les loisirs liés à l’origine du cabanon et à la façon de l’habiter, l’habitat, les contraintes naturelles et le voisinage.

4La notion de territoire est également importante car l’implantation du cabanon des origines est un rappel permanent de ce que fut autrefois le village dont ils dépendaient. Enfin la problématique en cours tourne autour de la façon actuelle d’habiter les cabanons : entre ceux qui veulent à tout prix gommer l’aspect originel, ceux qui sont dans une démarche de sauvegarde patrimoniale et à l’extrême, les nomades qui se sédentarisent par souci d’intégration, on peut se demander ce qu’il reste aujourd’hui de la notion de loisirs.

La rue des prés

5La rue des prés, d’un point de vue territorial, longe l’Oise et constitue de nos jours l’axe principal de l’endroit qui nous intéresse. Elle a en fait plusieurs fonctions, et c’est le dernier passage public praticable avant les bords de l’Oise situés à quelques mètres. Elle constitue une transition visible entre l’eau et la terre mais surtout, dans la mesure où des logis s’y répartissent de part et d’autre, elle est aussi le reflet de situations sociales spécifiques.

6Elle constitue en fait une véritable frontière entre deux façons de vivre très différentes bien que chaque habitant soit propriétaire.

7Le côté village présente quelques habitations cossues de construction récente sur des parcelles importantes. Les anciens cabanons n’apparaissent plus alors tant la transformation a été sévère : on a face à soi de coquets pavillons qui semblent se trouver dans une sorte de rivalité avec le neuf qui descend du village et « envahit » peu à peu les quelques surfaces constructibles.

8La répartition du village de Vauréal dont dépend la rue des prés, est d’ailleurs révélatrice à une plus grande échelle de l’évolution du territoire : le village ancien se trouve sur les flancs d’une colline et les cabanons situés en contrebas dépendaient autrefois d’une maison dudit village : le propriétaire avait ainsi « un port » au bord de l’Oise. Aujourd’hui le vieux village de Vauréal est dominé par une ville nouvelle éponyme encore en extension et où la construction « façon campagne » est proche du concept américain des environs de Disneyland Paris. Il y a donc eu un déplacement du cour du village. Le village ancien et la zone inondable constituaient une sorte de rempart mais les habitations nouvelles sont aujourd’hui étrangement présentes.

9Lorsque le promeneur a le fleuve sur sa gauche, son regard est immédiatement attrapé par le saisissant contraste de l’habitat. Au plus proche du fleuve, donc soumis aux risques naturels, les cabanons aménagés ou des maisonnettes issues de cabanons transformés : ce sont ceux qui sont dans la nature et jouissent d’une modeste parcelle de terrain. Celle-ci souvent bien organisée (arbres, haies, potager) permet de se dissimuler dans ladite nature. À droite, ceux qui donnent sur la nature, jouissant de grands terrains de plusieurs hectares et possédant des maisons de maître anciennes ou récentes.

10La position dominante au propre et au figuré annonce immédiatement le type de relation à l’environnement. C’est donc le côté fleuve qui retient particulièrement notre attention.

Entre l’eau et la route

  • 1 Bonte Pierre et Izard Michel, Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, PUF, 1991, (...)

11Une exploration plus poussée du petit habitat-en tenant compte que celle-ci est d’abord liée aux contraintes et aux possibilités du milieu environnant1 - permet de trouver trois types d’habitations permanentes :

- les habitations de fortune souvent sans confort, se résumant à une ou deux pièces mais logeant d’une à cinq personnes. Ces dernières sont occupées par des retraités, des salariés aux faibles revenus, des Rmistes.

- les maisons en « dur », minoritaires et situées sur les plus grandes parcelles dont les habitants ont des situations relativement aisées.

- enfin, les caravanes situées à l’extrême limite de la rue regroupées sur un espace qui semble s’apparenter à la communauté manouche sédentarisée.

12Ainsi, nous constaterons que cette zone inondable déclarée non constructible est devenue de fait la meilleure alliée contre la sévère spéculation immobilière des alentours. Ces espaces deviennent une sorte de « vitrine » vivante de l’habitat avant et pendant l’urbanisation d’un territoire. Cependant, les parcours individuels démontrent que les amitiés sont choisies et qu’à priori il n’existe pas d’esprit de communauté issu d’une façon de vivre édictée par l’environnement (les bords de l’Oise) bien qu’il existe une revendication farouche de possession du territoire.

Les habitants

13On distingue deux types d’habitants :

- ceux qui sont présents sur le site depuis la fin des années 1940 et au courant des années 1950. Nous les appellerons « les pionniers » car ils ont la particularité d’avoir vu et vécu les transformations du site in vivo et alentours. Ils sont tous retraités.

- ceux qui sont arrivés récemment-fin des années 1980 et jusqu’à 2000, « les nouveaux » qui-eux-sont arrivés avec un désir d’implantation permanente et de résidence principale. La majorité est en activité.

14Tous ont en commun une revendication très appuyée du territoire-par exemple Monsieur Bousch (pionnier) possède les noms de tous les anciens propriétaires depuis 1866 dont il parle comme s’il s’agissait d’une généalogie-et le fait d’être propriétaires car d’après les rencontres faites, il n’existe aucun locataire rue des prés.

15Cependant, si tous sont propriétaires, la notion de propriété est malmenée par rapport à ce qu’imagine le bon sens populaire.

  • 2 Rey Alain, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2000, p. 2979.

16En effet, si on considère comme le lexicographe Alain Rey que « le propriétaire désigne la personne qui possède un bien en propre, le mot englobe collectivement les propriétaires considérés du point de vue de leur importance économique2 », on suppose de fait que ladite personne a donc les ressources financières adéquates. Or nous allons voir que se côtoient dans cette marge des habitants aux statuts sociaux forts différents.

17Parmi les pionniers, ce sont souvent les grands-parents qui ont acheté. Les parents (aujourd’hui les retraités) sont ceux qui en ont le plus profité. Parmi les personnes rencontrées, même si celles-ci sont en couple, il y a peu d’enfants.

Les premiers cabanons : du cabanon des champs au cabanon de loisirs

18La notion abordée est celle de loisirs plutôt que les vacances, car les pionniers, arrivés dans les années 1950 avec leurs parents, ont des souvenirs de week-end et de transport quasi épique pour atteindre les bords de l’Oise. Mme Houdin se remémore :

  • 3 Aujourd’hui, c’est un vaste ensemble de cités, dont la fameuse dalle d’Argenteuil.

Je venais d’Argenteuil en vélo. Je passais par Neuville et puis après je rattrapais la N14, puis après je traversais les champs parce que à l’époque, il y avait des champs à la hauteur de Cormeilles, après c’était le Val d’Argenteuil. C’étaient des champs d’asperges avec des petites cabanes. C’était comme ça, des jardins ouvriers jusqu’à Argenteuil3 […] ».

19Pour M. Renard :

[Dans les années 1950] Les voisins n’avaient pas de voiture, donc ils venaient par l’autobus et à pied. Ils allaient faire leurs courses avec une charrette lorsqu’il y avait encore des petits commerçants dans le secteur.

20Selon Mme Renard :

[lorsque nous avons fait construire] on allait prendre le train à Conflans, je laissais la voiture là-bas puis, je prenais le train jusque Saint Lazare puis l’autocar jusqu’à quai d’Orsay.

21Mme Visse se souvient :

On est venus ici sans avoir l’A15, en passant par Bezons, Herblay, il n’y a pas de train par ici. Je crois qu’il y avait un bus qui faisait la liaison Pontoise/Saint Germain. Pour venir ici il fallait avoir une voiture, nous on l’a eue en 55. »

22Ces témoignages laissent penser que l’arrivée aux cabanons met en place une façon de les vivre et de les habiter. Le confort n’est pas recherché mais la vie à l’extérieur est primordiale.

23Les pionniers sont d’abord venus pour les loisirs. Les besoins édictés étant la pêche, la baignade, le canotage et le jardinage.

24Cependant si le cabanon est recherché pour le week-end, tous les habitants ayant les moyens financiers disent partir ailleurs en grandes vacances : c’est donc un lieu qui correspond à une façon de vivre définie mais qui n’exclue pas le départ vers d’autres destinations.

25C’est pourtant au cours de ces discussions que nous avons compris l’origine de ces cabanons. L’un des habitants (M. Prallet) nous explique qu’il venait se ravitailler pendant la seconde guerre mondiale auprès de maraîchers.

  • 4 Archives départementales du Val d’Oise, Cergy.

26En fait, tous les terrains étaient des terrains maraîchers, ce qui est soulevé dans l’entretien est confirmé par les actes notariés. Ces derniers permettent de retracer l’évolution des terrains de 1900 à nos jours. D’autre part, la consultation du cadastre de 18134 indique qu’il n’existait aucune habitation au xixe siècle.

27Avant de devenir cabanon de loisirs, ce dernier correspondrait au cabanon des champs qui existe encore en Provence et qui était un point de chute pour le paysan qui trouvait là un petit abri au cours de sa journée de travail. Mais il y en avait beaucoup moins, de nouveaux ont été construits lorsque des « ports » ont été installés.

28En bouleversant le mode d’occupation, vraisemblablement au cours des années 1950, décennie où la majorité des pionniers se sont installés, cet abri a donc changé une première fois de destination.

Les contraintes naturelles

29Qu’ils soient là à l’année ou pendant les vacances, c’est en général la proximité de l’eau et de la nature qui invite les passionnés à s’installer. Pourtant, l’eau peut vite devenir une ennemie car l’Oise déborde souvent et elle inonde les parcelles, d’où le statut particulier de cette zone territoriale. Car si le milieu était à l’origine aménagé pour l’habitat de vacances-on savait qu’il était possible que tout soit abîmé -, la mutation en résidence principale implique d’autres enjeux.

30Pour M. Prallet :

On peut passer l’hiver impeccable, sans trop de montée de l’Oise, sans trop d’eau. […] À l’époque lorsqu’on a construit la maison, tout ça c’était déjà prévu. On a construit en plein : faut armer au maximum, faut ceinturer, faut pas que ce soit creux. Et tout le bas en crépis ciment. En rez-de-chaussée, il n’y a rien qui risque, tous les meubles sont là-haut.

31M. et Mme Visse témoignent :

On aurait voulu avoir un bateau surtout lorsqu’il y a les inondations…. Il n’y en a pas tous les ans […]. Aux dernières grosses inondations, c’était il y a 4/5 ans tout était inondé mais pas dans la maison puisqu’elle est hors inondation, elle est aux côtes de l’inondation de 1910, c’est à dire qu’elle est construite au dessus de ce niveau là. […] C’est noté dans le permis de construire ».

32Mme Rasseneur :

En 1955, les Hirgel ont voulu construire. Ils ont vu le préfabriqué des Lhéritier, alors ils ont fait construire sur pilotis à cause de l’eau. »

33On acquiescera donc à ce que disent Bonte et Izard :

  • 5 Bonte Pierre et Izard Michel, Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, op. cit.

Une construction peut être considérée comme la synthèse formelle de choix successifs entre diverses possibilités, les facteurs naturels apparaissant souvent à l’analyse plus contraignants que déterminants5.

34La nature doit donc être prise en compte dans son aspect négatif ainsi que dans son aspect positif, ce dernier ayant décidé l’installation partielle ou permanente.

35Mme Oudin raconte :

On partait se balader en bateau d’ici, on a fait pas mal d’écluses jusqu’à Rouen, les Andelys, Vetheuil…. c’était magnifique.

36Les Visse se rappellent :

C’était pour la pêche que les gens venaient ici mais maintenant ce n’est plus pareil, comme pour se baigner. Avant il y avait plein de piscines au bord de l’Oise mais avec la pollution…

  • 6 Petit François, Du cabanon au pavillon ou le développement des lotissements sur le plateau d’Athis- (...)

37Les personnes rencontrées ont un vécu centré sur les loisirs avec ces différentes habitations. Ils ont pu choisir la transformation du lieu avec la transformation de leur statut. Alors qu’ils passent de la vie active à la retraite, le lieu passe du cabanon au pavillon6. Nous avons alors un autre changement de destination où l’action primordiale va être de domestiquer la nature dans la mesure du possible. Ces pavillons, qui gardent la structure du cabanon désormais transformé en maison d’habitation permanente, sont entourés de coquets jardins, de minuscules allées ordonnées, et témoignent d’une victoire momentanée sur la nature, tant que l’eau ne sort pas de son lit. Cela prouve aussi que l’habitant ne s’est pas laissé dominer par la nature et que l’équilibre fondamental nature-culture est toujours présent.

En marge

38Dans cette étroite bande de terre se joue désormais autre chose qu’une vie en marge du village, où le cabanon des origines se dessine au travers de transformations successives et où l’association aux loisirs et au plein air va de soi.

39Si les pionniers qui ont choisi de résister à l’habitat normé sont dans une réflexion quasi patrimoniale, certains parlent peu ou pas. Leur habitation a un aspect de dénuement accentué et indique ainsi le niveau social des habitants. Ils sont en marge au propre comme au figuré.

40Ils sont importants dans l’histoire de l’espace observé car ils sont souvent les premiers à y avoir vécu à l’année, même s’ils prétendent parfois le contraire et disent ne venir qu’aux vacances. C’est une façon de se supposer dans la norme alors qu’ils n’y sont plus : l’habitat de loisirs a une allure d’habitat temporaire mais est utilisé de façon permanente. Ils se dé- marquent donc mais déploient des trésors d’imagination pour ne pas être remarqués.

41Diverses installations indiquent la présence permanente : les différents lieux de vie possèdent un potager qui nécessite un entretien régulier. Ce dernier permet aussi la vie en autarcie.

  • 7 Corbin Alain, « Les balbutiements d’un temps pour soi », in L’Avènement des loisirs, Paris, Aubier, (...)

42Les cabanons sont régulièrement bricolés. La notion de bricolage7 (A. Corbin, 1995) dénote le statut social de ceux qui y demeurent ainsi que la frontière fragile avec le sans domicile. Une alternative à un habitat principal classique. En effet, bricoler, c’est résister à la nature avec de faibles moyens, les moyens du bord. C’est réduire le sauvage (F. Burgat, 1993).

43Comme si le fait d’être en difficulté sociale, dans un lieu où la nature peut reprendre ses droits quand bon lui semble, risquait de contaminer l’être humain affaibli. Il semblerait alors qu’une évolution inverse soit possible : l’homme retournerait à sa sauvagerie originelle. Il pourrait appartenir à la catégorie de l’homo ferus ou homme ensauvagé.

  • 8 Burgat Florence, « Réduire le sauvage », in Études rurales, n° 129-130, « Sauvage et domestique », (...)

44Une forme de distinction se met donc en place parmi les habitants : les personnes en difficultés réelles sont acceptées tant qu’elles ne dérangent pas. Et qu’il n’y a pas « remise en cause de la certitude de l’homme quant à sa définition, son statut8 ».

45Un autre type de distinction dans le sens que lui donnait Bourdieu existe aussi : la mise à l’écart, ou la plainte.

46Certains membres de la communauté manouche ont eu à subir ce type de reproche, bien qu’elles disent que « ici tout le monde se dit bonjour, et personne ne dit rien, tout va bien. Il suffit qu’une seule personne se plaigne et c’est parti ».

47Plaintes diverses pour de classiques reproches de bruits ou autres qui traduisent le fait d’être différent et de vivre différemment. Attaquer et porter plainte, c’est empêcher l’autre, depuis toujours en marge d’abord du village puis des cabanons, de pouvoir vivre selon son bon vouloir et lui faire grief de sa résistance à une régulation spécifique.

  • 9 Même système que les jardins ouvriers.

48Jean Pierre et Mimile disent avoir 15 ans de contentieux avec la mairie en raison d’un terrain dont ils ont été expropriés et qui est devenu un jardin familial9 : « Nous avons même fait une grande manifestation de caravanes en 2000. »

49On eût pu croire que l’environnement était propice à une sociabilité particulière. En fait, les personnes interrogées disent toutes vivre en bon voisinage mais, a priori, il n’existe pas de liens sociaux forts en dehors d’un mode de vie commun édicté par la nature et ses caprices. Les amitiés sont choisies, mais il semble qu’il n’existe pas d’esprit de village bien que l’un d’entre eux se soit nommé maire par rébellion envers l’urbanisme.

L’absorption

50Nous remarquerons que l’artère principale de cet espace particulier commence dans un village (Vauréal) pour se terminer dans un autre (Jouy le Moutier), où les municipalités respectives n’abordent visiblement pas de la même façon la construction et l’extension : les autorisations chez l’une sont des interdictions chez l’autre.

51Deux types d’absorptions se distinguent pourtant :

- les cabanons transformés en pavillon par un gommage total de l’aspect originel, un phénomène qui semblera plutôt classique ;

- la sédentarisation de nomades qui ont abandonné caravanes et/ou mobil homes pour un chalet.

52En effet, au début de l’enquête les parcelles habitées de la rue se terminaient sur un campement où étaient regroupées de grosses caravanes tractées par des utilitaires. Aux dires des voisins elles allaient et venaient en fonction des saisons, mais l’un des nomades était bien propriétaire.

53Lorsque nous sommes revenues, le campement avait laissé place à un chalet en bois dernier cri avec un sol entièrement dallé sur lequel trônent fièrement plusieurs réverbères à la parisienne : un aménagement neuf qui envoie un message particulier.

54Nous sonnons, une dame se décide à venir, elle ne nous fait pas entrer et nous parle par dessus la barrière. Il s’agit bien des mêmes propriétaires. D’abord méfiante, elle se détend et finit par nous raconter :

  • 10 Mimile fait partie de ceux-là, ainsi que sa sœur. Jean-Pierre, qui a été exproprié, installe sa car (...)

[…] notre aménagement est récent mais j’ai eu du mal à m’habituer à une maison après la caravane. Heureusement ce n’est pas trop grand. J’ai de nombreux enfants adultes. Deux d’entre eux ont des terrains par ici10.

55Les cabanons qui ont gardé l’aspect des origines sont cependant nombreux. En général il y a deux raisons à cela :

  • 11 Maffesoli Michel, Du nomadisme, vagabondages initiatiques, Paris, LGE, 1997, p. 23.

- la résidence secondaire n’a pas besoin du confort moderne exigé dans la résidence principale. Le cabanon renvoie aux loisirs, à la liberté à une sorte « d’inspiration au sauvage, comme un instinct qui nous viendrait de la nuit des temps11 ».

- la précarité pour les résidences principales : travailleurs « pauvres », chômeurs, RMistes ou retraités aux minces revenus, le cabanon est entretenu. L’aspect précaire est momentanément gommé aux beaux jours par la végétation :

  • 12 Sauvaget Michel, Cours élémentaire d’horticulture à l’usage des écoles primaires, Paris, Imprimerie (...)

La plus triste chaumière, si vous l’embellissez de fruits, de quelques fleurs, prendra presque aussitôt un air de gaîté, d’abondance ; au lieu de pierres amoncelées, de morceaux de bois épars, de cloaques et d’immondices, vous apercevrez un terrain nivelé, cultivé, soigneusement entouré de palissades12.

56La nature contre laquelle il a fallu se battre pour s’installer est devenue une alliée.

  • 13 Pointe orientale du littoral camarguais. Consulter le travail de Laurence Nicolas dans les cahiers (...)

57Mais de ces différentes façons de vivre le cabanon, aucune forme sociale particulière ne s’est mise-en place telle la communauté de Beauduc13. La société en marge eût pu devenir le lieu d’un fonctionnement social particulier. En fait, c’est uniquement dans le rapport à la nature et dans l’histoire du territoire qu’il y a bien un fonds commun.

58Les pionniers vont entrainer un changement involontaire et pacifique des fonctionnements sociaux en venant passer leur retraite sur place.

59Cependant, la lente pénétration des « nouveaux », en majorité des bourgeois bohèmes, fausse la donne : le lieu devient peu à peu à la mode, la marge est recherchée pour une originalité maîtrisée. La municipalité, quant à elle, souhaite récupérer peu à peu les différentes parcelles pour en faire une coulée verte (qui existe déjà en tant que telle) et changer les objectifs spéculatifs et immobiliers. La marge véritable serait alors repoussée vers un no man’s land non situé géographiquement après cette colonisation.

60Alors que les cabanons s’effacent peu à peu pour des habitations « en dur », les plus démunis qui avaient trouvé un refuge convenable sont aussi repoussés vers un improbable ailleurs.

Notes

1 Bonte Pierre et Izard Michel, Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, PUF, 1991, p. 76.

2 Rey Alain, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2000, p. 2979.

3 Aujourd’hui, c’est un vaste ensemble de cités, dont la fameuse dalle d’Argenteuil.

4 Archives départementales du Val d’Oise, Cergy.

5 Bonte Pierre et Izard Michel, Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, op. cit.

6 Petit François, Du cabanon au pavillon ou le développement des lotissements sur le plateau d’Athis-Mons (1896-1950), Centre culturel d’Athis-Mons, 1993.

7 Corbin Alain, « Les balbutiements d’un temps pour soi », in L’Avènement des loisirs, Paris, Aubier, 1995.

8 Burgat Florence, « Réduire le sauvage », in Études rurales, n° 129-130, « Sauvage et domestique », 1993, p. 2.

9 Même système que les jardins ouvriers.

10 Mimile fait partie de ceux-là, ainsi que sa sœur. Jean-Pierre, qui a été exproprié, installe sa caravane dans le jardin de sa mère.

11 Maffesoli Michel, Du nomadisme, vagabondages initiatiques, Paris, LGE, 1997, p. 23.

12 Sauvaget Michel, Cours élémentaire d’horticulture à l’usage des écoles primaires, Paris, Imprimerie V. Forest, 1860, p. 3.

13 Pointe orientale du littoral camarguais. Consulter le travail de Laurence Nicolas dans les cahiers de la DRAC PACA n° 7, décembre 1998.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540