Version classiqueVersion mobile

Anthropologie des abris de loisirs

 | 
Gilles Raveneau
, 
Olivier Sirost

L'abri traditionnel reconfiguré dans une société des loisirs

Le kiosque de rivière à La Réunion. Abri du repas et des loisirs sportifs

Antoine Marsac

Texte intégral

  • 1 Le kiosque se présente comme un abri en bois muni d’un toit en bardeaux abritant une table et des b (...)
  • 2 Le cari est le repas créole souvent cuit dans des appareils électro-ménagers et parfois dans des ma (...)
  • 3 Passion qui consiste à transformer son automobile en rajoutant des accessoires en vue de la personn (...)

1Chaque dimanche, ils sont des dizaines à gagner les bords de la rivière. Là, installés dans le kiosque1, ils se réunissent auprès de l’eau. Ils, ce sont les membres des dernières familles créoles qui perpétuent la « tradition » dominicale du cari feu de bois2. Certains ont campé la veille, comme pour prendre possession des lieux aménagés par l’office national des forêts (O. N. F). À La Réunion, le kiosque favorise la proximité avec la nature car le traditionnel repas est pris sur la table de l’abri situé au bord de la rivière. Les loisirs corporels (randonnée, baignade, moringue, kayak) font également partie des activités pratiquées dans cet espace de retrait de la vie urbaine, matérialisé par les rives qui le délimitent. D’autres occupations viennent agrémenter la journée (vélo tout terrain-VTT -, tunning3).

  • 4 Bien que parlé selon l’INSEE par 82 % de la population. Les termes se rapportant au créole sont en (...)
  • 5 Tibère Laurence, « Manger créole : interactions identitaires et insularité à la Réunion », in Ethno (...)
  • 6 Balandier Georges, « Tradition, conformité, historicité », in L’Autre et l’ailleurs, hommage à Roge (...)

2Dans ce département d’Outre mer, pour définir ce que l’on entend par « tradition », on se réfère au langage. Or le créole réunionnais n’a pas réellement le statut de langue4. Il apparaît dominé par le français y compris dans certains foyers du centre de l’Ile. En revanche, la cuisine créole que l’on prépare près des kiosques apparaît davantage comme une « tradition » locale qui perdure. Le repas constitue donc l’expression de la créolité5. On peut définir le terme « tradition » en rapport au maintien d’une coutume dans la société. Mais, la lecture de Georges Balandier6 invite à dépasser cette posture qui consiste à réduire la « tradition » à « la survivance d’un folklore appauvri ».

  • 7 De Certeau Michel, L’Invention du quotidien, tome II, Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard, 1980, p. (...)

3Aussi, il faut considérer le repas traditionnel comme des manières de vivre, des « arts de faire », au sens de Michel de Certeau, apparues, créées ou recréées au profit d’une « mise en culture7 ». En ce sens, dans les usages du kiosque, les loisirs corporels succèdent aux pratiques culinaires créoles qui ont lieu à l’intérieur de l’abri. En se déroulant dans ce lieu, ces divertissements se trouvent à la charnière entre « tradition » du retour à la nature et sociabilités urbaines. En effet, les moments de convivialité lors du repas perdurent en marge des pratiques de loisirs sportifs prenant pour support la ville et les berges de rivière.

  • 8 Ville de l’Est de la Réunion, dont la population s’élève à 40 000 habitants et située dans une régi (...)

4Dans ce contexte, que signifie fréquenter un lieu public comme le kiosque de rivière à La Réunion ? Doit-on nécessairement aborder cette question autour de la notion d’habitude lors du repas ? Est-on en mesure d’approfondir l’étude des comportements qui se déploient autour des usages d’un lieu public ? Le travail de délimitation de l’objet passe par l’ethnographie des manières d’investir l’abri. Je décrirai donc ces usages, tant dans leurs dimensions habituelles, au cours de la préparation du cari, qu’au travers des loisirs sportifs qui prolongent cet instant. La description de ces étapes émane d’observations car j’ai assisté, en 2006, aux repas se déroulant dans un kiosque, aux abords de la ville de Saint-Benoît8.

5De fait, il s’agit de décrire l’organisation d’une journée ordinaire, se concentrant sur les usages du kiosque, lieu essentiellement fréquenté par les locaux. Le repas constitue un moment fort pour les Créoles en ce qu’il révèle les fondements d’une « tradition » qu’ils revendiquent. Investir l’abri de loisirs prend alors tout son sens dans un cadre insulaire marqué par des transformations sociales profondes : consumérisme, individualisme des jeunes Réunionnais, repli sur la sphère familiale. Ces comportements, relativement nouveaux, sont liés au passage d’une société de plantation sucrière à la modernité d’une société urbaine.

6J’avancerai donc la thèse selon laquelle dans ce contexte d’urbanisation, le kiosque réactive la notion de « tradition » à travers des pratiques investies par les Réunionnais sur un mode inter-générationnel : les activités sportives des jeunes (VTT ou loisirs se déroulant dans la rivière : baignade, kayak) succèdent au repas et aux activités des adultes (marche, jeux de boules). Toutes ont un caractère inhabituel qui vient rompre avec le quotidien du milieu urbain. À l’instar des campements métropolitains, l’abri de loisirs se conçoit alors comme espace de retrait social par opposition à la vie menée en ville.

7En m’appuyant sur l’observation de ces activités de loisirs se déroulant près du kiosque, j’aborderai la question de l’occupation de l’abri, par une description de ses dimensions culturelles et sociales avant de m’interroger sur le problème de la recomposition des « traditions » à l’ouvre dans la société réunionnaise. Non seulement, il s’agit de montrer que les revendications traditionnelles réactivent l’apport des cultures créoles aux mours insulaires, mais je dois également décrire comment, à l’aune des usages du kiosque, certains Réunionnais promeuvent la pratique des loisirs sportifs.

Le kiosque forestier : un « creuset » de sociabilités

8Il s’agit ici de montrer que ces usages sociaux de l’espace se posent en révélateurs des sociabilités insulaires. À travers la participation des générations au repas dominical, le kiosque s’inscrit comme un lieu symbolisant la revendication des « traditions » créoles comme le cari partagé dans la nature. En ce sens, l’abri de loisirs devient un espace de retrait des citadins qui favorise le regroupement de populations de jeunes et d’adultes. La fréquentation du kiosque par les locaux active, en quelque sorte, certains effets produits par la croissance des villes (rejet partiel de l’espace urbain incarné par le modèle métropolitain, urgence de maintenir la coutume créole du rassemblement familial). Dès lors, on se doit d’envisager cette question du rapport à l’espace social comme un élément indispensable à la compréhension des usages du kiosque au travers du déroulement du repas.

  • 9 Le processus de développement départemental a été amorcé à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La (...)

9De cette relation à l’espace insulaire, découle un mode de vie partagé entre les « traditions », que l’on vient d’évoquer car elles sont revendiquées par les Créoles. En effet, la créolité est mise à mal par l’établissement d’une domination métropolitaine qui perdure, en particulier dans l’aménagement des villes. Le déclin de l’économie sucrière a fait « basculer » la Réunion dans une société dans laquelle dominent la ville et les emplois du secteur tertiaire. En attestent les apports culturels contemporains émanant des jeunes, épris des valeurs urbaines dominantes9. Avant de rentrer dans les détails, il faut préciser que la société créole est en perpétuelle construction. Elle est passée d’un statut post-colonial à l’apparition partielle d’un espace public en quelques décennies. La modernité tend à évincer des habitudes comme les repas familiaux pris aux bords des rivières.

10À l’inverse, l’appropriation du kiosque rend compte d’une réaction à l’urbanisation. Le rivage entre en contraste avec l’intérieur du département caractérisé par ses cours d’eaux aux vallées profondes. C’est le cas de la rivière des Marsoins, de Takamaka à Saint Benoît qui offre des bassins sur les berges desquelles sont édifiés des kiosques. Implantés dans un écrin de verdure, l’abri se déploie alors dans un contexte d’aménagements des rives en aire de pique-nique.

  • 10 Augé Marc, Non-lieux, pour une anthropologie de la surmodernité, Paris, Éditions du Seuil, 1995, p. (...)

11Au regard de ses usages, le kiosque de rivière est un espace de repli, situé en retrait des « places fortes » du territoire insulaire. Espace symbolisant les loisirs, il s’inscrit dans une temporalité du hors-travail. Il fait partie des derniers lieux anthropologiques au sens de Marc Augé10 investis par les populations locales. Eloigné des imaginaires balnéaires du littoral, il offre un « entre soi » protecteur, un lieu de regroupement inter-générationnel, le temps d’une journée ou d’un week-end passé au bord de la rivière. De nombreuses familles s’y regroupent composées parfois d’une trentaine de convives. Jeunes et adultes occupent l’espace en s’appropriant symboliquement le kiosque, comme en témoignent les inscriptions en langue créole, gravées sur les poteaux en bois soutenant le toit. Les Réunionnais parlent avec délectation de « leur » emplacement pour désigner l’endroit où ils ont l’habitude de pêcher, de pique-niquer et de se baigner avec leurs enfants.

  • 11 Mais, l’art culinaire à l’ouvre dans le kiosque apparaît comme le gardien d’une « tradition » créol (...)
  • 12 Althabe Gérard, Libération et oppression dans l’imaginaire, Paris, Maspero, 1969, p. 14. L’auteur a (...)
  • 13 Le bivouac dans le kiosque n’est autorisé par l’ONF qu’une nuit en dehors des structures spécialisé (...)

12Cette notion d’habitude intervient dans le processus d’occupation du kiosque comme pour signifier que l’espace est dévolu aux « traditions » des Créoles qui se retirent du littoral surpeuplé. En effet, les populations locales choisissent de « gagner » les berges de rivière pour s’échapper de la ville, préférant la nature aux espaces aménagés du territoire balnéaire. Un certain sentiment de dépossession du rivage accentue l’appropriation du kiosque, « refuge » de créolité. En terme spatial, l’abri rend compte de la préparation du cari feu de bois et l’organisation des Créoles sollicite des ressources naturelles, indissociables des coutumes11. En ce sens, l’abri rappelle le « trano », c’est à dire le foyer malgache traditionnel. Cette continuité entre espace culinaire et espace des loisirs se retrouve dans la tradition de peuples côtiers de Madagascar qui se sont installés en retrait du rivage pour y édifier des constructions provisoires destinées à s’abriter de la pluie lors du travail de la canne à sucre12. L’usage précaire des abris se dissocie du rapport à l’habitation principale, au travers du cas des Créoles qui bivouaquent dans le kiosque, malgré l’infime tolérance du camping « sauvage » à la Réunion13.

13Dans l’espace rivulaire, le kiosque leur permet de sortir de leur habitation, le temps d’un week-end passé au bord de l’eau. Le retrait de la vie urbaine s’amorce pour les premiers arrivés sur les lieux. En effet, ces organisateurs du repas, souvent des adultes d’une quarantaine d’années y bivouaquent une nuit. Ils s’affranchissent alors des contraintes du quotidien pour mieux y revenir. En effet, pour les premiers « occupants » du kiosque, il s’agit d’anticiper sur la préparation de la journée du lendemain dans la mesure où l’accueil de trente convives nécessite une organisation pointilleuse !

14Il faut enfin rappeler que le campement ne concerne que les organisateurs, c’est à dire quatre à cinq personnes. Le kiosque leur sert alors d’abri provisoire, de lieu de campement, avant d’être « transformé » en espace de réception, de festivité, au cours de la journée du dimanche. La chaleur est perçue comme un désagrément de sorte que les Réunionnais cherchent des points d’ombre pour se protéger des rayons du soleil. C’est pour ces raisons que les locaux s’installent longtemps avant la préparation du carry afin de « réserver » le kiosque situé le plus à l’ombre et le plus proche de la rivière. Les journées débutent au grand matin !

Radiographie d’un dimanche au bord de l’eau

15La description des usages du kiosque implique de revenir sur les temps forts d’une journée ordinaire de fin de semaine. Cette organisation routinière correspond aux habitudes des convives du repas et à l’affirmation progressive de poursuivre la ferveur des festivités dans la pratique des loisirs.

16Sept heures : les campeurs ayant dormi dans le kiosque se réveillent afin de débuter les préparatifs du repas. Après un rapide petit déjeuner, ils vont chercher le bois nécessaire à la préparation du repas. Par groupe de deux ou trois, ils préparent petit à petit la table tandis que la cuisson de la viande débute à petit feu. À ce titre, l’abattage des arbres, indispensable au feu de bois, prend une dimension rituelle dans le moment qui précède la cuisson des ingrédients. Il fixe une grande partie de la famille autour de l’endroit où l’on va passer la journée lorsque le feu est allumé. Car couples et enfants resteront à proximité de l’abri, conservant « leur » emplacement tout au long du dimanche.

17Dix heures : les organisateurs commencent à décorer le kiosque qui ressemble à une « salle verte », s’apparentant en ce sens à un lieu de réception. En témoignent la préparation du repas par la femme du pêcheur, aidée des enfants qui partent puiser l’eau dans la rivière tandis que l’homme s’occupe de couper le bois pour faire le feu. Les autres servent déjà l’apéritif aux premiers convives arrivés sur les lieux.

18Onze heures : tout le monde est là, un verre à la main. Les adultes s’empressent de faire cuire la viande dans de grandes marmites tandis que le riz bout sur les flammes s’échappant des bûches ardentes. Les convives respirent des odeurs de cari.

19Treize heures : Les aliments cuits au feu de bois que l’on prépare dans le foyer, à proximité de la rivière, prennent soudain la forme d’un repas ! Le cari est servi dans le kiosque aux adultes tandis qu’en dehors de l’abri, des marmites sont destinées aux adolescents qui restent entre eux. Les convives sont donc séparés en deux parties : les enfants et « l’ancienne génération » dans l’abri et les jeunes demeurant à l’extérieur du kiosque.

20Quinze heures : les premiers occupants sortent de table. Les convives passent d’une station assise, marquée par la proximité des corps à une mobilité caractéristique des activités corporelles dans lesquelles chacun se disperse. En effet, c’est le moment où les enfants en profitent pour changer de tenue afin de s’adonner à l’exercice du sport et de la baignade.

21Au fur et à mesure du déroulement de la journée, le kiosque tend à se vider de ses occupants. La plupart d’entre-eux se rapprochent de la rivière, dans laquelle les enfants « se baignent » et jouent sur ses berges de galets. Le temps du repas laisse la place à celui des loisirs. Pour les adultes, il s’agit d’une continuité orchestrée par le soleil qui réapparaît après avoir été caché par les nuages.

22En revanche, certains adolescents et jeunes adultes quittent le kiosque, sitôt le repas terminé. On s’aperçoit que leur engouement pour ce rendezvous dominical est en partie limité par l’usage différencié entre générations : aux « anciens » la préparation du cari et le plaisir du « grand air », de la rivière/à la jeunesse, la « consommation » du repas ainsi que la pratique des loisirs sportifs ou du tunning !

23Dix-sept heures : il ne reste que les « organisateurs » du repas. Les convives sont tous partis. En rentrant chez eux, ils clôturent ce dimanche passé au bord de l’eau.

24À travers ce fonctionnement, on peut percevoir une séparation temporelle entre la vie urbaine menée durant la semaine et l’installation du samedi pour le pique-nique du dimanche. À cette temporalité différenciée s’ajoutent trois étapes constitutives de ce qu’on peut appeler « l’occupation du kiosque ». Ce processus, amorcé la veille du repas, prend fin le dimanche soir. En fait, « l’occupation du kiosque » renvoie à trois phases distinctes par leur intensité : le bivouac, le temps du repas que l’on vient de décrire et « l’après repas » qu’il reste à analyser.

25La préparation et le temps du repas constituent un moment sacralisé par une communion des cuisiniers avec les éléments naturels. Ensuite, l’accueil des convives et la dégustation du cari entraîne un partage de l’espace. Pendant le repas, les jeunes côtoient les adultes sans pour autant leur parler. Il en est de même durant les pratiques des loisirs sportifs se déroulant après manger. En ne siégeant pas dans l’abri, ils ne se mélangent pas aux hôtes pour qui l’usage culinaire marque la « propriété » du kiosque. En fin de compte, l’expression « abri de loisirs » prend ici tout son sens car le kiosque fait à la fois office de « refuge » pour les adultes et d’espace de détente pour les enfants qui se protègent de la pluie mais surtout du soleil qui se reflète sur la rivière. Les adolescents, quant à eux, sont de passage dans l’abri.

L’occupation différentielle du kiosque : de la tradition du repas aux loisirs sportifs

26En analysant les grandes phases de l’occupation du kiosque par les familles, on serait tenté de définir l’abri uniquement comme le gardien d’une mémoire à laquelle viennent se greffer des activités contemporaines. Ce serait alors annihiler le phénomène qui se trame derrière l’évitement des jeunes, lors du repas. Si l’on considère que les organisateurs orientent l’usage culinaire dans le kiosque, on se complet dans une lecture esthétisante du dimanche familial.

27Un autre biais consisterait à envisager uniquement l’aspect fonctionnel du site au regard de la signalétique forestière. À cet égard, les usagers peuvent appliquer les recommandations adressées par l’ONF aux promeneurs : « ce kiosque est destiné au pique-nique. Veuillez laisser cet endroit propre après votre passage ». Cette inscription sur un panneau inciterait les campeurs à renoncer au bivouac, les cuisiniers au repas, limitant la durée des festivités. ; le terme « passage » indiquant un usage temporaire de l’abri. Or, il n’en est rien. On a vu que les organisateurs prolongent leur occupation du kiosque jusqu’à s’en servir comme « vestiaire ».

28Pourtant, cette appropriation du kiosque par les adultes témoigne d’une organisation familiale mise à mal par l’individualisme contemporain. En effet, les usages actuels révèlent que la participation au repas est une habitude collective qui, pour la jeune génération, tombe peu à peu en désuétude. Le repas, qui fondait naguère le regroupement familial, au travers des composantes lignagères, ne joue plus le rôle de catalyseur des générations même si cette description des usages du kiosque pourrait le laisser croire. En filigrane du déroulement de la journée, se lit l’évolution temporelle et l’ajustement des usages de l’abri. L’appropriation spatiale du kiosque met en lumière les « résidus » d’une « tradition créole » qui puise ses origines dans le déroulement du repas, tout en se recomposant à travers la pratique des loisirs. Cette dissociation des pratiques par générations révèle l’évitement des « traditions » par les jeunes, préoccupés par « leurs » activités au détriment des habitudes culinaires des adultes. En fait, la ferveur suscitée par le repas décroît au fur et à mesure de la « désaffectation » du kiosque. Certains adolescents rentrent en ville. D’autres s’attardent dans le kiosque, tout en préparant leurs affaires et rentrant chez eux. Le kiosque et ses abords se vident donc peu à peu.

29En dehors des week-ends, le kiosque revêt d’autres usages. Je les ai identifiés lors de l’observation du cours d’eau local, dans le cadre de l’ethnographie des kayakistes réunionnais. Constatant que cette construction publique sert de lieu de regroupement aux jeunes locaux qui l’investissent quotidiennement, je suis amené à réappréhender l’abri comme un lieu de rendez-vous juvénile durant la semaine. En cas d’intempérie, le kiosque revêt également un rôle d’abri pour leur scooter étant donné la surface au sol et la robustesse du toit. Dans ce cas, les jeunes peuvent réparer le moteur de leur engin. Durant la semaine, ces usages relèvent d’une occupation du kiosque par ces jeunes. Des canettes vides, des mégots jonchent le sol et attestent de leur passage. Buvant, fumant et jetant les détritus dans l’abri, ils « marquent leur territoire », à la différence des adultes qui prévoient des sacs poubelles et font en sorte de ne rien laisser derrière eux.

  • 14 Mas Jean, « Des habitations à l’habitat : propos sur un foncier dans tous ses états », in Cherubini (...)
  • 15 Elias Norbert, La Société des individus, Paris, Fayard, 1991, p. 87.
  • 16 Ottino Paul, « La Réunion : l’organisation familiale des blancs des hauts », in Cherubini Bernard, (...)

30Si je parle au passé à propos de la cohabitation générationnelle, c’est en particulier parce que les Hauts sont en mutation14. L’occupation différentielle du kiosque vient révéler un changement au sein des familles réunionnaises. Jadis, l’économie sucrière organisait le travail selon des chaînes d’interdépendances réciproques15. Chaque enfant vivait à proximité du domaine familial s’aidant dans les travaux agricoles. En effet, les structures de la parenté dans les familles paysannes des « Hauts » de l’île correspondaient à un lien fort entre fratrie. Le repas du dimanche faisait office, en quelque sorte, de « ciment social » grâce à une cohabitation accentuée par le regroupement familial des terres16.

  • 17 Simonin Jacky, Watin Daniel et Wolf Eliane, « Une île en mutation », in Informations sociales, numé (...)

31À La Réunion, la diminution de l’économie sucrière et la paysannerie en voie d’extinction remettent en question les catégories usuelles de perception de l’espace. En effet, les berges de rivières « des Hauts », naguère perçues comme « bastions » familiaux, s’affranchissent désormais de toute vocation de regroupement. Les villes localisées dans les Bas, anciens refuges des « Timouns » et des petits blancs prolétarisés cèdent la place à un territoire façonné par des gestionnaires de l’urbain17. En effet, on observe un décalage dans les discours entre ville et espace rivulaire : l’expression « battre un carré près du kiosque » signifie que les créoles sortent de leur domicile pour investir l’abri.

  • 18 Expression employée lors de la période coloniale pour désigner les Populations d’origines africaine (...)
  • 19 Français d’origine métropolitaine, arrivé relativement récemment à l’île de la Réunion. Duret Pasca (...)
  • 20 Ces notions utilisées dans les rhétoriques des hommes politiques se présentent comme des lieux comm (...)
  • 21 Comme le montre ces sociologues locaux, l’espace public à la Réunion est apparu au cours des années (...)
  • 22 Cela s’oppose à une certaine hétéronomie morale insulaire à laquelle se référent ces sociologues lo (...)

32En ce sens, la mobilité imposée par la modernité18 supplante la sédentarité héritée des périodes de plantation dans un milieu rural subissant les métamorphoses de l’urbanisation. La figure du « Zoreil19 », représentant la domination française, rappelle les règles d’une cohabitation urbaine parfois difficile20. L’apparition récente d’un espace public21 impose les normes dominantes de la modernité : ubiquité, hédonisme, nécessité d’adopter des comportements en phase avec les politiques urbaines22, tandis que le kiosque s’érige en sanctuaire de créolité.

33Mais, ces jeunes Créoles adoptent un comportement qui relègue le piquenique hebdomadaire au rang de « tradition » désuète préférant fréquenter les aires urbaines de loisirs (terrain de football, cinéma multiplex). La génération adolescente emprise des modèles de la culture américaine du xxie siècle intègre de plus en plus difficilement le regroupement familial. Sans renier son ancrage créole, la « tradition » est mise entre parenthèse au profit de l’image et de la valorisation du soi individualiste. Plus on se rapproche des canons culturels américains, plus il serait facile d’évacuer ce qui rappelle la situation de domination. Il y aurait là une sorte de « contournement » identitaire qui se trame derrière le refus de participer aux « traditions » familiales, dont font partie les tablées du kiosque.

34En fait, le rapport à l’espace, à travers ces usages du kiosque, ne constitue pas un indicateur du délitement des « traditions ». De prime abord, l’incertitude quant au devenir des terres jadis destinées à la plantation tend à fragiliser la maîtrise de l’espace insulaire. Les derniers lieux arpentés exclusivement par les Créoles disparaissent au profit d’une « continuité territoriale » aux accents politiques. Avec la découverte touristique des « Hauts » et la spéculation immobilière, c’est tout un pan de « créolité » qui laisse place aux territoires de l’Ile tant convoités par les aménageurs. En effet, le littoral de l’Ile représente l’espace des grandes mutations (chantiers, projet de valorisation du rivage). Pour les élus et les administrations déconcentrées de l’Etat, cette transformation des territoires est complétée, dans ce sens, par les Hauts, périphérie dépendante de l’attractivité du littoral.

Le kiosque : refuge « naturel » des générations

  • 23 De Certeau Michel, L’Invention du quotidien, op. cit., p. 208.

35Parce qu’il suscite le regroupement familial, le kiosque, abri de loisirs, s’impose comme l’interface entre les coutumes « traditionnelles » du cari feu de bois et les loisirs sportifs largement diffusée y compris dans les espaces ruraux. Pour Michel de Certeau « un espace est un lieu pratiqué23 » ; de ce fait, le kiosque de rivière est également l’espace des activités contemporaines de loisirs urbains comme le tunning ! Au-delà de ces pratiques, que peuvent bien révéler ces usages de l’espace public ? L’occupation d’un kiosque comme lieu de repas dominical rend-elle compte des spécificités des groupes qui l’investissent ? Comment caractériser alors le rapport des Créoles à l’espace rivulaire ?

36Tout d’abord, ces différents modes de fréquentation renvoient à des temporalités qui s’opposent : le quotidien et le temps de loisirs. Le kiosque devient alors le réceptacle des transformations de la vie sociale : abandon progressif d’un mode de vie traditionnel, consumérisme des jeunes générations. Le lieu emblématique qu’est le kiosque révèle ainsi les fragments d’une culture créole dominée par le modèle métropolitain de la consommation. La présence des jeunes lors du repas dominical contribue pourtant à maintenir les cultures créoles au travers de leur « retour à la nature ». Mais, tout ceci n’est pas propre à la culture créole. On retrouve ces dimensions dans d’autres régions de France, sous des formes plus ou moins accentuées.

  • 24 Ibid., p. 46.

37Pourtant, l’image de ces rassemblements et des loisirs dans la nature montre un paradoxe ; la présence en masse des signes de la modernité : véhicules de sport, barbecues et radios aux rythmes musicaux contemporains ! La mobilité acquise par l’automobile remplace le symbole historique du campement « originel » marqué par la fin de la marche. Plusieurs générations se côtoient autour du kiosque : familles créoles, témoins de la Réunion Lontan et adeptes du « tunning » ! Par conséquent, on est en droit de considérer les autres usages (ceux qui ne concernent pas le repas) comme des « braconnages ». Michel de Certeau définit ce terme comme « art de bricoler les produits ou espaces imposés et de les faire fonctionner sur un autre registre24 ». La commensalité apparente du repas ne serait qu’une façade de fin de semaine masquant sous ces routines l’usage quotidien du kiosque par les adolescents. Dans l’occupation de l’abri, sorte de « braconnage », ils s’adonnent aux ruses de l’interdit (fumer du Zamal, l’herbe locale) sans se soumettre au contrôle des adultes 

  • 25 Les maîtres-nageurs locaux évaluent, à ce jour, à un tiers la proportion des Réunionnais qui ne maî (...)

38En fait, si le kiosque sert de repère aux enfants pour s’adonner aux activités dans la rivière : baignade, pêche pour le carry, ce n’est plus tout à fait le cas pour les adolescents. Ces jeunes s’autorisent aussi des usages du kiosque épurés du caractère « traditionnel » du repas (baignade, kayak dans la rivière). Le bain de rivière possède une particularité à La Réunion : il s’effectue en eau peu profonde car une grande partie de la population ne sait pas nager25. En effet, ce phénomène constitue un facteur limitant la pratique de ces loisirs aquatiques. Et pourtant, la proximité des berges et de la famille attablée dans le kiosque tendrait à rassurer les baigneurs. Or le bain se réduit souvent à un contact timide avec les eaux de la rivière.

39De même, la navigation en kayak reste limitée par le débit du cours d’eau. La dangerosité de la rivière s’apparentant à un torrent, chaque immersion d’un enfant nécessite une surveillance accrue. C’est la raison pour laquelle, ces activités dans la rivière se pratiquent à proximité du kiosque où l’on surveille et dispose leurs affaires auprès des convives attablés. Le kiosque devient un véritable « vestiaire » sportif.

40L’évolution des relations sociales qui prévalent dans le kiosque renvoie aux usages de loisirs contemporains : ubiquité des jeunes et appropriation de l’espace rivulaire. La recomposition des habitudes, portée par cette opération symbolique, érige le kiosque en emblème de l’ambivalence des « traditions ». Elles révèlent les valeurs contemporaines (augmentation du temps de loisirs, hédonisme). En ce sens, la pénétration des Métropolitains dans les territoires des « Hauts », leur accession à la propriété a modifié en profondeur les représentations de l’espace insulaire. Les lois d’aménagements du territoire ont donc une incidence sur les usages du kiosque malgré les usages du lieu emprunt de créolité. À ce titre, le kiosque, en tant que refuge inter-générationnel, vient réactiver le sentiment de possession des lieux par les locaux. L’abri de loisirs devient un instrument de revendication territoriale pour la génération des adultes et pour une partie des jeunes qui l’investissent.

41En fait, pour beaucoup de Créoles, il s’agit du seul lieu de regroupement familial en dehors du domicile. Sa localisation dans les « Hauts » imprime l’image forte d’un délitement du fonctionnement familial réunionnais. Ces éléments s’avèrent constitutifs du rapport entretenu par les créoles avec la nature. Car le kiosque ne se réduit pas à un lieu de délectation culinaire mais se pose comme emblème de l’hédonisme, du temps libre et du « retour à la nature ».

  • 26 Benoist Jean, « L’insularité comme dimension du fait social », in Actes du colloque « Insularités, (...)

42De ce fait, l’usage dominical du kiosque peut alors s’envisager comme un marqueur culturel, sorte d’interface entre une « tradition » créole s’éteignant et l’achèvement progressif de la modernité. Cette expérience provisoire de la vie précaire dans la nature s’enracine à travers le modèle du campement au bord des rivières. Il constitue un espace de « l’entre-deux » puisqu’il apparaît en rupture avec le quotidien urbain tout en participant aux sociabilités réunionnaises. À ce titre, il est possible d’envisager cette dimension insulaire d’un abri de loisir à la lumière de la lecture de Jean Benoist qui considère que « L’île est un lieu dont le social peut utiliser les limites pour baliser les frontières26 ».

Conclusion

  • 27 Jeu Bernard, Le Sport, l’émotion, l’espace, Lille, Presses universitaires de Lille, 1983, p. 28.

43Si l’on perçoit désormais la discontinuité entre lieu du repas et espace dévolu aux loisirs sportifs, on peut affirmer que le kiosque de rivière constitue un espace qui requalifie le rapport entretenu par les locaux entre la ville, emprise de modernité et les Hauts associés aux « traditions ». Son occupation principalement connue pour l’organisation du repas dominical ou comme « vestiaire » de sport ne constitue pas le seul usage de l’abri. De jeunes créoles s’y retrouvent, en dehors du foyer familial. Le kiosque de rivière à la Réunion se présente alors comme une sorte de « refuge » des adeptes des loisirs puisque son usage sportif émane d’une structuration de l’espace qui est également symbolique comme le souligne Bernard Jeu27. Par conséquent, la pratique des loisirs par les jeunes implique une rupture partielle avec la temporalité du repas.

  • 28 Carassou-Benjelloun Sandrine, « La place des langues dans l’analyse du fonctionnement spatial : la (...)

44Mon objectif n’était pas de faire l’éloge des usages exotiques d’un abri de loisir mais de montrer comment une construction insérée dans la société de loisirs peut constituer un lieu de tradition recomposé. Le kiosque se conçoit alors comme un véritable symbole des cultures réunionnaises28. Le déclin de la cohabitation générationnelle, le besoin grandissant de délimiter l’espace, la différenciation des temporalités urbaines et rivulaires, l’approfondissement d’autres usages du kiosque, l’accentuation de l’évitement entre jeunes et adultes montrent le caractère pluriel de l’occupation du kiosque.

45Cette distinction, opérée entre occupation et appropriation, rappelle combien chacun des deux processus revêt de degrés différents. Lorsque les convives mangent dans le kiosque, ils occupent le lieu, tandis que les organisateurs privatisent, en quelque sorte, l’espace public en se l’appropriant pour bivouaquer. Cette nuance révèle une spécificité d’usages des abris de loisirs qui oscillent constamment entre accommodations précaires et réajustement des limites. On voit que l’occupation du lieu dépasse le seul remplissage de l’espace et du temps ! Le kiosque de rivière à la Réunion devient dès lors le miroir de l’adhésion aux valeurs urbaines et plus globalement, l’indicateur de la réceptivité à ce qui constitue la société de loisirs.

Notes

1 Le kiosque se présente comme un abri en bois muni d’un toit en bardeaux abritant une table et des bancs.

2 Le cari est le repas créole souvent cuit dans des appareils électro-ménagers et parfois dans des marmites feu de bois, comme c’est le cas lors du repas pris dans le kiosque de rivière qui rappelle en cela la Réunion Lontan, c’est-à-dire les coutumes d’autrefois.

3 Passion qui consiste à transformer son automobile en rajoutant des accessoires en vue de la personnaliser.

4 Bien que parlé selon l’INSEE par 82 % de la population. Les termes se rapportant au créole sont en italique.

5 Tibère Laurence, « Manger créole : interactions identitaires et insularité à la Réunion », in Ethnologie française, n ° 36, juin-septembre 2006, p. 511.

6 Balandier Georges, « Tradition, conformité, historicité », in L’Autre et l’ailleurs, hommage à Roger Bastide, Poirier Jean et Raveau François (dir.), Paris, Berger-Levrault, 1976, p. 126.

7 De Certeau Michel, L’Invention du quotidien, tome II, Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard, 1980, p. 45.

8 Ville de l’Est de la Réunion, dont la population s’élève à 40 000 habitants et située dans une région sucrière.

9 Le processus de développement départemental a été amorcé à la fin de la Seconde Guerre mondiale. La modernité post-coloniale s’est installée durant les années 1960, c’est-à-dire bien après la décolonisation qui remonte à 1946. Une « modernité réunionnaise » demeure calquée sur celle de la Métropole comme en attestent certains indicateurs consommatoires (forte accession aux crédits modernes, renouvellement du parc automobile).

10 Augé Marc, Non-lieux, pour une anthropologie de la surmodernité, Paris, Éditions du Seuil, 1995, p. 45.

11 Mais, l’art culinaire à l’ouvre dans le kiosque apparaît comme le gardien d’une « tradition » créole concurrencée par la restauration rapide qui supplante parfois le « carry » lors du rendez-vous dominical. L’alimentation consommée sur le modèle des valeurs « américaines » s’oppose à cette tradition de la cuisine au feu de bois fort répandue dans cette région de l’Ouest de l’Océan Indien. En effet, la cuisson des épices dans des marmites à riz où l’on fait revenir la viande avant d’y ajouter des brèdes sont autant de signes qui rappellent la filiation culturelle malgache. Même si le terme carry provient d’un dialecte indien, on constate que la composition du repas est faite de multiples emprunts à la cuisine de Madagascar. De ces ingrédients se forme un savoir-faire, pour partie, hérité de la fabrication des épices comme le massalé, préparation culinaire à base de safran. Les épices sont cueillis sur les chemins de randonnées avant d’être ramenés dans le kiosque. Une coutume consiste à faire sécher les arômes sur les piliers du kiosque par un procédé dont certains Créoles détiennent le secret !

12 Althabe Gérard, Libération et oppression dans l’imaginaire, Paris, Maspero, 1969, p. 14. L’auteur a étudié l’organisation des villages Antemoro dans les années 1960. De ce fait, l’ouvrage repose sur une enquête de terrain menée dans ce peuple de la côte Sud-est de Madagascar, en étudiant les structures la société. Ce groupe possède des filiations avec certains Réunionnais.

13 Le bivouac dans le kiosque n’est autorisé par l’ONF qu’une nuit en dehors des structures spécialisées (gîtes, aires payantes de camping, aménagées sur les sentiers de randonnée).

14 Mas Jean, « Des habitations à l’habitat : propos sur un foncier dans tous ses états », in Cherubini Bernard, Le Monde rural à la Réunion, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 87.

15 Elias Norbert, La Société des individus, Paris, Fayard, 1991, p. 87.

16 Ottino Paul, « La Réunion : l’organisation familiale des blancs des hauts », in Cherubini Bernard, Le Monde rural à la Réunion, op. cit., p. 261.

17 Simonin Jacky, Watin Daniel et Wolf Eliane, « Une île en mutation », in Informations sociales, numéro spécial « Espace public », Paris, Caisse nationale des allocations familiales, 1994, p. 382.

18 Expression employée lors de la période coloniale pour désigner les Populations d’origines africaines.

19 Français d’origine métropolitaine, arrivé relativement récemment à l’île de la Réunion. Duret Pascal et Augustini Muriel, « Sans l’imaginaire balnéaire, que reste-t-il de l’exotisme à la Réunion ? », in Ethnologie française, n ° 34, juintembreseptembre 2001.

20 Ces notions utilisées dans les rhétoriques des hommes politiques se présentent comme des lieux communs.

21 Comme le montre ces sociologues locaux, l’espace public à la Réunion est apparu au cours des années 1980 avec la disparition des kartié, îlots de regroupements familiaux.

22 Cela s’oppose à une certaine hétéronomie morale insulaire à laquelle se référent ces sociologues lorsqu’ils évoquent l’évitement entre créoles et métropolitains.

23 De Certeau Michel, L’Invention du quotidien, op. cit., p. 208.

24 Ibid., p. 46.

25 Les maîtres-nageurs locaux évaluent, à ce jour, à un tiers la proportion des Réunionnais qui ne maîtrisent pas les techniques de la natation. Dans certaines écoles une majorité des élèves refuse d’apprendre à nager.

26 Benoist Jean, « L’insularité comme dimension du fait social », in Actes du colloque « Insularités, insularisme », Centre de recherche sur les espaces tropicaux, Institut de géographie de Bordeaux-III, 1987, p. 41.

27 Jeu Bernard, Le Sport, l’émotion, l’espace, Lille, Presses universitaires de Lille, 1983, p. 28.

28 Carassou-Benjelloun Sandrine, « La place des langues dans l’analyse du fonctionnement spatial : la mise à jour d’interactions systémiques. Etude de cas de la commune de Saint-Paul de la Réunion », in Les Cahiers d’Outre-Mer, n ° 234, 2006, p. 269.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search