Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rire moderne

 | 
Alain Vaillant
, 
Roselyne de Villeneuve

Le rire et les spectacles

Le pince-sans-rire a-t-il le mot pour rire ?

L’exemple de Vincent Hyspa au cabaret

Carol Gouspy

Texte intégral

1Habituellement, un chansonnier écrit ses textes sur des mélodies célèbres et faciles à mémoriser. La plupart des chansons du xixe siècle reposent sur ce procédé largement usité dans un lieu de sociabilité tel que le cabaret, procédé consistant à mentionner le nom de l’air auquel l’artiste fait référence et que le public de l’époque connaît généralement par cour. Le chansonnier Vincent Hyspa a pour habitude d’emprunter des airs à succès appartenant au répertoire classique, citons par exemple la Ronde du brésilien d’Offenbach, Les Enfants de Massenet ou encore Toréador de Bizet. Si Vincent Hyspa effectue certains arrangements lui-même, il a également recours à des musiques composées par d’autres chansonniers, notamment par Émile Debraux, Béranger, Delormel, Jacques Ferny ou encore Paul Delmet. Vincent Hyspa ayant fait la connaissance du compositeur Erik Satie à l’Auberge du Clou, une amitié se noue entre les deux hommes, débouchant sur une collaboration artistique. Vincent Hyspa possède en effet le privilège d’avoir au sein de son répertoire des œuvres écrites par ce musicien, fait suffisamment rare pour être mentionné. Bénéficier du concours d’un compositeur pour mettre en musique ses textes est en effet un atout non négligeable car, à cette époque, seuls les cafés-concerts peuvent se permettre d’obtenir de nouvelles chansons en rétribuant leurs auteurs. Si les cabarets ne peuvent faire rêver leur clientèle par des airs nouveaux, ils peuvent néanmoins lui permettre de s’évader grâce au contenu poétique ou littéraire des œuvres interprétées. Par quelles techniques Vincent Hyspa parvient-il à divertir le public des cabarets ? évoquer la carrière artistique de ce chansonnier nous permettra tout d’abord d’étudier les moyens scéniques employés afin de susciter le rire du public, ce qui nous conduira ensuite à évoquer les particularités du répertoire satirique de Vin– cent Hyspa au travers de deux chansons composées par Erik Satie : « Un dîner à l’Élysée » et « Chez le Docteur ».

LA CARRIÈRE ARTISTIQUE DE VINCENT HYSPA AU CHAT NOIR

  • 1 Hyspa Vincent, « Souvenirs sur les cabarets de Montmartre », dixième fascicule de L’Esprit montmar (...)
  • 2 Ibid., p. 224.

2Né à Narbonne en 1865, Vincent Hyspa semble voué à la magistrature. Cependant, son destin se voit bouleversé lorsqu’il achète fortuitement un numéro du journal du Chat Noir. Intéressé par cette publication, il envoie ses vers adressés à Rodolphe Salis en signant « le Philosophe1 », ce qui donne naissance à une correspondance régulière entre les deux hommes. En 1887, Vincent Hyspa quitte sa ville natale sous le prétexte d’entreprendre à Paris des études de droit, mais il ne manifeste que peu d’intérêt pour cette discipline qu’il délaisse rapidement. Ayant déjà publié des vers dans la revue de L’Ermitage et Le Courrier français, Vincent Hyspa préfère se présenter en personne au cabaretier du Chat Noir. Salis lui fait une proposition inespérée : reprendre le répertoire de Mac-Nab, un chansonnier malade. Découvrant une nouvelle pratique artistique, Vincent Hyspa obtient un succès encourageant lors de ses débuts en présentant « L’expulsion des princes », « Le métingue du métropolitain » et « Le bal de l’Hôtel de Ville ». Mais un an plus tard, en décembre 1888, lassé d’interpréter ce répertoire, il refuse de se « parer des plumes du paon2 », si l’on se réfère à ses « Souvenirs sur les cabarets de Montmartre » publiés en 1938 dans L’Esprit montmartrois.

  • 3 Ibid., p. 226.
  • 4 Masson Armand, « Vincent Hyspa », in L’Album musical, IV, 33, mars 1906, p. 1-2.

3En conséquence, Vincent Hyspa déserte le cabaret artistique du Chat Noir pour un établissement concurrent, l’Auberge du Clou, où il fait une rencontre décisive, celle du compositeur Erik Satie3. Salis tente alors d’influer sur sa décision, allant même-fait extraordinaire pour un homme réputé pingre – jusqu’à lui offrir une rémunération de cinq francs par soirée afin de poursuivre son rôle de remplaçant. Cependant, Vincent Hyspa décline cette offre et se brouille avec lui pendant trois ans. Pourtant, en 1892, le chansonnier suit les conseils avisés du pianiste Albert Tinchant qui l’incite à retourner au Chat Noir, où Salis, à son arrivée, lui offre de l’engager. Lors de sa réintégration parmi l’équipe du cabaret, Vincent Hyspa envisage de renouveler son répertoire. L’article d’Armand Masson, paru en 1906 dans L’Album musical, souligne le désir de Vincent Hyspa d’accroître son répertoire d’humoriste et d’exprimer son talent dans un nouveau genre, la parodie4. Armand Masson remarque que, pour susciter l’hilarité du public, Vincent Hyspa succède en scène à Paul Delmet, un chanteur également compositeur, afin de détourner les chansons qu’il vient tout juste d’interpréter à l’auditoire :

  • 5 Ibid., p. 1.

Et quand Paul Delmet venait de faire pâmer les dames en leur susurrant le Vieux Mendiant ou Une Femme qui passe, rien n’était plus drôle que de voir surgir derrière lui son impitoyable parodiste, tenant à la main une feuille de papier à cigarette en guise de morceau de musique, en débitant à son tour, avec des sons comiquement filés, le Vieux Mendigot ou Un Noyau qui ne passe pas5.

  • 6 Bercy (de) Léon, « Le Chansonnier Vincent Hyspa », in La Bonne Chanson, n° 6, 1913, p. 226.

4L’emploi de la technique de travail du son filé consiste à émettre vocalement une note que l’on exécute tout d’abord piano, puis que l’on augmente progressivement jusqu’au forte, avant de revenir à la nuance piano initiale. Cette alternance du crescendo et du decrescendo permet de caricaturer l’effet emphatique des interprétations de Paul Delmet, un chansonnier dont le répertoire est constitué de chansons sentimentales désuètes. La reprise des romances de Paul Delmet est donc prétexte à l’utilisation de procédés parodiques qui reposent sur la transformation du texte original, l’ajout d’accessoire-la feuille de papier à cigarette remplace la partition –, la technique vocale et le registre. L’effet comique est en effet amplifié par la différence de registre des deux chanteurs : Paul Delmet est baryton6, tandis que Vincent Hyspa possède une voix de basse.

  • 7 Donnay Maurice « Préface », in Hyspa Vincent, Chansons d’humour, Paris, Enoch & Cie, 1903, p. 10.
  • 8 Bonnaud Dominique, « Vincent Hyspa », huitième fascicule de L’Esprit montmartrois, op. cit., p. 17 (...)

5La stratégie de Vincent Hyspa consiste à se différencier de l’ensemble des chansonniers en créant un style aisément identifiable sur scène. Tout d’abord, il importe de souligner le soin extrême qu’il accorde à sa tenue vestimentaire, constituée de vêtements trop grands. De par sa présence sur scène, il parvient à déclencher le rire de l’assistance. Pourtant, son attitude scénique ne varie pas. Tout d’abord, son entrée en scène est extrêmement décontractée. Puis, pour chanter ou réciter, il s’immobilise et conserve les yeux à demi-fermés ; procédé qui n’est pas spécifiquement novateur puisqu’il est déjà utilisé au café-concert par des chanteurs masculins, notamment par Dranem. Vincent Hyspa n’utilise pas de comique de geste, conservant les mains dans les poches de son immense pantalon, arborant un sourire complice. Maurice Donnay relate que ce chansonnier parvient à conserver son imperturbabilité devant un public hilare : « Pourtant, dans votre visage immobile, un sourire miclosait vos yeux malins et découvrait trente-deux dents blanches7 ». Le chansonnier Dominique Bonnaud, dans L’Esprit Montmartrois, constate qu’il possède une prononciation spécifique se caractérisant par un débit assez lent sur un ton particulièrement faible8. Cette lenteur fera d’ailleurs dire à certains auditeurs qu’il est Suisse.

  • 9 Bercy (de) Léon, « Le Chansonnier Vincent Hyspa », op. cit., p. 229.
  • 10 Bonnaud Dominique, « Vincent Hyspa », op. cit., p. 174.
  • 11 Bercy (de) Léon, « Le Chansonnier Vincent Hyspa », op. cit., p. 229.
  • 12 Ibid.
  • 13 Bonnaud Dominique, « Vincent Hyspa », op. cit., p. 174.
  • 14 Ibid.

6De plus, Vincent Hyspa joue de son apparence peu commune et conserve tout au long de sa prestation un air narquois : « Sa physionomie est un peu celle d’un mandarin barbu, joyeux et malin. Ses yeux sont bridés et rieurs mais la bouche a le sourire en dedans ». à la suite de cette description physique, Léon de Bercy, dans La Bonne chanson de 1913, nous informe sur les rapports qu’entretient Vincent Hyspa avec son public. Sa prestation achevée, ce dernier se retire sans saluer et ne revient en scène qu’à la demande de l’assistance, s’exécutant d’un pas las. Cette attitude semble être convenue par avance, faisant partie de sa stratégie scénique : « Il se passe les doigts sur l’œil droit, attend qu’on lui réclame une chanson qu’il sait d’avance devoir lui être demandée et... en chante une autre9 », explique Léon de Bercy. Connaissant les rituels propres à la scène, Vincent Hyspa s’amuse à les détourner. En ne répondant pas aux attentes de son auditoire, il lui adresse, à sa manière, un dernier clin d’œil avant de quitter la scène. Son flegme, son apparence détachée et son humour expliquent le succès de Vincent Hyspa parmi le public et les chansonniers de l’époque. Dominique Bonnaud compare l’attitude de Vincent Hyspa à celle d’un philosophe : « Il considère avec une curiosité narquoise et détachée le spectacle du monde, mais son scepticisme n’est pas du pessimisme. Ce sont les détails amusants qui le frappent surtout chez ses contemporains. Il les épluche, mais sans les décortiquer méchamment10 ». Les traits d’esprit ne contiennent pas de malveillance. Selon Léon de Bercy, « la blague chineuse sans prétention11 » de Vincent Hyspa s’oppose a la « satire cinglante12 » de Jacques Ferny. En revanche, Dominique Bonnaud oppose Vincent Hyspa au chansonnier Fursy qui affectionne les paroles « rosses13 ». Contrairement à ce dernier, Vincent Hyspa est, « indulgent : rien ne l’irrite mais tout le divertit14 ». Cherchant à épingler les défauts de ses contemporains dans son répertoire, Vincent Hyspa peut paraître, de par sa position d’observateur, vouloir rester en marge de la société. Cette volonté de rester en retrait lui permet de prendre le recul nécessaire pour analyser son époque et s’impliquer en son sein, notamment à travers la politique.

L’INTÉGRATION DE RÉFÉRENCES LIÉES À L’ACTUALITÉ

7C’est dans la chanson politique que Vincent Hyspa s’illustre, suivant ainsi le conseil de Rodolphe Salis. Si nous nous référons à l’ouvrage de Vincent Hyspa intitulé Chansons d’humour, nous constatons qu’il emprunte fréquemment des airs composés par d’autres chansonniers. Par exemple, la musique du « Toast du président » est d’Émile Debraux, tandis que celle du « Portrait présidentiel » est de Béranger. « Le carnet de l’ami » emploie une mélodie de Delormel alors que « L’interview au Sénat » reprend l’air de la « Disparition du Congo francais » de Jacques Ferny. Parmi les chansons du recueil intitulé Chansons d’humour, nous distinguons plusieurs cycles consacrés à trois présidents français : Félix Faure, Casimir-Périer et Émile Loubet. Les thèmes de ces chansons se rapportent à l’actualité politique de l’époque : « La Visite impériale » fait par exemple allusion au voyage de Nicolas II à Paris, « Le Banquet des maires » à l’Exposition universelle et « Les joies de l’exposition » à l’année 1900. Je m’intéresserai tout spécialement, au sein de ce recueil, à la chanson « Un dîner à l’Élysée ». Cette dernière n’est pas présentée dans son intégralité dans ce recueil ; on ne trouve en effet que les paroles de Vincent Hyspa et la mélodie du premier couplet, présentée sans accompagnement.

8La chanson intitulée « Un dîner à l’Élysée » est une charge comique. Comme l’indique ce titre, Vincent Hyspa permet à son auditoire d’assister à un repas donné à l’Élysée en l’honneur de « grands peintres français ». Or, dans ces couplets, il n’est nullement question d’art. Le chansonnier décrit en effet la conversation insipide du couple présidentiel davantage préoccupé par des désirs gastronomiques que par le talent des convives réunis à cette occasion. Dans ces vers, le chansonnier souligne la démagogie dont font preuve le président et sa femme. Au lieu de débattre de problèmes liés à l’art, ils ne s’enquièrent que de satisfaire la faim et d’étancher la soif de leurs invités lors de cette soirée. Dans cette chanson, la fonction et les responsabilités du chef de l’état ne sont pas mentionnées. Le président est présenté comme un maître de maison ne se préoccupant que du bien-être de ses hôtes. L’influence du Chat Noir et de son goût pour la contestation se fait clairement sentir ici. L’affection de Vincent Hyspa pour la satire politique le porte en effet à dénoncer ce qui le frappe chez ses contemporains. Les couplets d’« Un dîner à l’Élysée » sont accompagnés par une musique burlesque s’adaptant à l’esprit narquois de Vincent Hyspa. Lors du refrain, on assiste à la reprise de l’air de La Marseillaise. Cet hymne, interprété par la chanteuse patriotique Rose Bordas, connaît un véritable succès lorsqu’il est intégré au répertoire des cafés-concerts. La présence de l’hymne national paraît ici incongrue, en rupture avec la conversation du couple présidentiel. Les couplets de cette chanson sont systématiquement interrompus par le refrain sur La Marseillaise, qui intervient ainsi comme un rappel à l’ordre. La présence de cet hymne permet d’une part de renforcer l’aspect satirique du texte qui n’est plus chanté, contrairement aux couplets, mais parlé et, d’autre part, de remémorer le statut et la fonction du président. Cependant, l’audition de cet hymne n’influence nullement le discours présidentiel. L’emploi de La Marseillaise dans cette chanson paraît donc insolite et son utilisation produit un décalage qui accentue l’aspect satirique. L’idée d’utiliser cet hymne a vraisemblablement été suggérée par Vincent Hyspa car La Marseillaise apparaît à plusieurs reprises dans son répertoire. Mentionnée dans « La Marseillaise des épiciers », elle réapparaît dans « Souvenir de l’inauguration de l’Exposition », une chanson appartenant au cycle consacré au président Émile Loubet. Dans le cinquième couplet de cette chanson, l’aspect burlesque du texte réside dans les interrogations du président à la recherche de l’origine de cette musique familière jouée lors de l’inauguration de l’Exposition universelle :

  • 15 Hyspa Vincent, « Souvenir de l’inauguration de l’Exposition », in Chansons d’humour, op. cit., p. (...)

Dans une salle en construction,
Il dit : Messieurs, l’Exposition
Est ouverte. Alors éclata
La Marseillaise : il l’écouta :
Mais où diabl’, s’disait-Il tout bas,
Ai-j’donc entendu cet air-là15 ?

DEUX CIBLES : LA MÉDECINE ET LE PRÉSIDENT

  • 16 Hyspa Vincent, Satie Erik, « Chez le Docteur », in Satie Erik, Mélodies et chansons, Paris, Salabe (...)
  • 17 Grand Larousse en dix volumes, t. 3, Paris, Augé, Gillon, Hollier-Larousse, Moreau, 1960, p. 290.
  • 18 Hyspa Vincent, Satie Erik, « Chez le Docteur », op. cit., p. 51-53.
  • 19 Ibid.

9L’affection de Vincent Hyspa pour les références liées à la politique transparaît également dans une chanson burlesque intitulée « Chez le Docteur », fruit de la collaboration avec Satie. Vincent Hyspa y mentionne en effet un « petit père Combes16 », faisant ainsi référence à Émile Combes, homme politique français qui, à plus de trente ans, entreprend des études de médecine avant d’être appelé à la tête du gouvernement17. L’allusion politique se double ici d’une référence à la médecine, puisque le « père Combes18 » est la proie d’un médecin charlatan. Il est vrai qu’au début du xixe siècle, la médecine et ses progrès appartiennent aux préoccupations de l’époque. La chanson intitulée « Chez le Docteur » est donc aussi une satire de la médecine, dans laquelle Vincent Hyspa dépeint le médecin comme étant âpre au gain et incapable d’exercer son métier. À son manque de connaissances flagrant s’ajoute le but de s’enrichir au détriment de la santé de ses patients. Fabulant au sujet des maladies de ces derniers, il propose à l’un d’entre eux de lui ouvrir le crâne, pensant qu’il « y a peut êtr’quéqu’chose dedans19 ». Afin de souligner l’énumération cocasse des maladies par le charlatan et de suivre le débit rapide de paroles de Vincent Hyspa, Erik Satie crée une partition où le rythme à 6/8 se caractérise par sa vivacité. Parmi les procédés littéraires utilisés dans cette chanson, le chansonnier emploie l’à-peu-près dans le neuvième couplet. Désirant examiner l’estomac de son patient, le médecin, ne parvenant pas à le localiser, associe le nom de son malade, Combes, à l’expression « d’outre-tombe » afin de faire part de sa stupeur :

  • 20 Ibid.

Je ne le vois pas. — Regardez donc plus bas
S’écrie une voix d’outre Combes20.

  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid.
  • 23 Bercy (de) Léon, « Le Chansonnier Vincent Hyspa », op. cit., p. 228.

10Par ailleurs, Vincent Hyspa aime également à déformer des expressions populaires comme avoir l’estomac dans les talons. Ainsi, lorsque le médecin désire ausculter son patient et se met à la recherche de son estomac dans ce même neuvième couplet, il ajoute : « Il est rud’ment bas, il est sous vos talons21 ». Ce dernier étant usé, le médecin émet le diagnostic suivant : le faire « ressemeler22 » chez un cordonnier. Parmi les procédés employés par le chansonnier, le calembour figure en bonne place23. Par exemple, dans le troisième couplet de cette chanson, le Docteur désirant pratiquer une intervention au niveau de l’abdomen tente de rassurer son patient en lui promettant qu’il ne souffrira pas. En conséquence, il lui détaille la procédure de l’examen médical en employant un calembour sur le verbe sentir :

  • 24 Hyspa Vincent, Satie Erik, « Chez le Docteur », op. cit.

N’ayez pas peur, vous n’sentirez
Absolument rien, j’vais vous boucher le nez24.

  • 25 « M. Loubet à l’Exposition des Beaux-Arts », in Le Figaro, XXXXIV, 3e série, 120, 30 avril 1899, p (...)
  • 26 Hyspa Vincent, Chansons d’humour, op. cit.

11La politique est un des sujets de prédilection de Vincent Hyspa car elle lui permet de dépeindre le contexte de l’époque et de tourner en dérision les faits et gestes du président de la République alors en fonction. Dans le recueil Neuf chansons de cabaret et caf’conc’, Steven Moore Whiting introduit la chanson « Un dîner à l’Élysée » en expliquant que quelques lignes publiées dans les journaux sont à l’origine de cette chanson dans laquelle le chansonnier donne libre cours à sa verve caustique. Le dimanche 30 avril 1899, une annonce explique tout d’abord aux lecteurs du Figaro que le président Loubet assiste à l’exposition des Beaux-Arts accompagné d’un guide servile, Jean-Paul Laurens, le président de la Société des Artistes français25. D’autre part, dans l’ouvrage de Vincent Hyspa intitulé Chansons d’humour, une brève introduction, destinée à faciliter la compréhension du texte, précède la chanson et explique que le Président de la République et Mme Loubet ont justement invité, lors d’un repas, les comités de la Société des Artistes français et de la Société Nationale des Beaux-Arts26.

  • 27 Hyspa Vincent, Satie Erik, « Un dîner à l’élysée », in Erik Satie, Neuf chansons de cabaret et de (...)
  • 28 Hyspa Vincent, Satie Erik, « Un dîner à l’élysée », op. cit.
  • 29 Émile Loubet a exercé la fonction de président de la République de 1899 à 1906.
  • 30 Signalé par Whiting Steven Moore dans Satie Erik, Neuf chansons de cabaret et de caf’conc’, op. ci (...)

12Tout d’abord, Vincent Hyspa décrit cette réunion d’un point de vue général dans le premier couplet, tandis qu’il dépeint les convives présents lors de ce dîner dans le second. Parmi les invités, un homme politique français est présent, Georges Leygues, à l’époque ministre de l’instruction publique et des Beaux-Arts. Le manque d’estime que lui porte Vincent Hyspa transparaît sans ambiguïté au travers des mots suivants : « Ce sale Leygues27 ». Un autre convive se trouve également attablé, le peintre Jean-Paul Laurens, celui-là même que mentionnait Le Figaro, dont le style académique est particulièrement apprécié du chef de l’État puisque ses grandes peintures murales ornent l’Hôtel de Ville de Paris et le Panthéon. Ironisant en l’appelant « Monsieur28 », Vincent Hyspa rappelle ainsi sa fonction de peintre officiel et de membre de l’Académie des Beaux-Arts. Dans « Un dîner à l’Élysée », chaque couplet s’achève de façon satirique. Le premier couplet permet de présenter les différentes entrées composant le repas de cette réception et d’insister sur les extravagances du président Émile Loubet29 qui intègre des spécialités russes comme le caviar afin de s’attirer les faveurs de son allié30. La présence de ce mets sous-entend ici le renforcement de la signature de l’alliance franco-russe en août 1899, laquelle consiste à soutenir la Russie dans sa politique balkanique afin d’obtenir en échange de l’aide concernant l’Alsace-Lorraine.

  • 31 Ibid.

13D’après l’étude de Steven Moore Whiting, traduite par Ornella Volta dans Neuf chansons de cabaret et de café-concert, le chansonnier vise plus particulièrement la femme du président dans le second couplet, n’hésitant pas à souligner la platitude et le ridicule de sa conversation puisqu’elle cite une célèbre scie de café-concert : « En voulez-vous du z-homard31 ? » Si la femme du président est effectivement tournée en dérision de par l’aspect insipide de sa conversation, remarquons également qu’en reprenant le titre de ce succès, la femme du président commet une erreur en prononçant une liaison qui n’a pas lieu d’être. Il importe également d’ajouter que le principe de la scie de café-concert consiste à intégrer un message absurde au sein d’une chanson afin d’inquiéter les autorités. Cependant, Georges Leygues, alors ministre de l’instruction publique et des Beaux-Arts, ne semble guère affecté, que ce soit par la présence de cette scie ou par le niveau d’instruction de l’épouse du président. Par la présence de ce crustacé, Vincent Hyspa nous semble en outre glisser une allusion à la carrière d’officier de marine, autrefois envisagée par Georges Leygues avant de se lancer dans la politique.

  • 32 Hyspa Vincent, Satie Erik, « Un dîner à l’élysée », op. cit.
  • 33 Ibid.

14Délaissant le couple présidentiel, Vincent Hyspa examine ensuite les convives présents en faisant référence à la réputation d’alcooliques des artistes qui mènent une vie de bohème. La troisième strophe souligne en effet la stupéfaction du président constatant que les peintres possèdent une affection prononcée pour la boisson puisque les « liquides32 » viennent à manquer bien avant que le repas ne s’achève, ce qui nécessite un rapide réapprovisionnement en cours de soirée auprès du fournisseur habituel du président. Enfin, le quatrième couplet souligne l’hypocrisie déployée par les convives. Suivant l’usage, ces derniers remercient leurs hôtes obséquieusement, mais ce respect des convenances et du pouvoir n’est qu’une façade. Le dernier vers s’achève en effet de façon irrévérencieuse puisque ce repas provoque des borborygmes chez les convives. Malgré leur complaisance pour le pouvoir en place, les artistes entendent bien conserver leur indépendance. Aussi la « cuisine à l’huile33 » n’a-t-elle finalement que peu d’influence sur la peinture.

ANALYSE MUSICALE DE DEUX CHANSONS

  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.

15Les chansons écrites par Vincent Hyspa et composées par Erik Satie sont destinées à être interprétées le plus souvent au cabaret. Afin de rendre aisément compréhensible l’aspect humoristique des paroles, ces chansons ne s’embarrassent pas de développements importants. D’ailleurs, la chanson intitulée « Chez le Docteur » ne possède qu’un seul couplet, lequel est repris onze fois sans intégrer de modification et sans faire entendre de refrain. Ces constantes répétitions visent à privilégier le texte par rapport à la musique. Cependant, il n’existe pas de règles établies puisque Satie modifie la forme des chansons en fonction des textes de Vincent Hyspa. Par exemple, « Un dîner à l’Élysée » contient quatre couplets composés de six vers n’ayant pas le même nombre de syllabes. Elle repose sur un rythme à 2/4, et un refrain à 4/4. Si les couplets sont chantés, le refrain, quant à lui, est parlé sur un rythme « très lent34 » évoquant l’hymne national français. L’alternance de couplets satiriques et du refrain, dont la partie écrite pour piano reprend l’hymne de La Marseillaise, renforce l’aspect railleur de la chanson qui oppose une musique solennelle et militaire à un repas se caractérisant par l’aspect superficiel et saugrenu des conversations. Le fait de parler pendant La Marseillaise, met en évidence le manque de nationalisme des participants. D’ailleurs, les paroles sont sarcastiques puisqu’elles débutent de la façon suivante : «. Ça sentait bon _0 et le moment était suprême35 ». Pourtant, l’audition de la Marseillaise ne parvient pas à éveiller les sentiments patriotiques des convives.

  • 36 Ibid.

16Les couplets de la chanson « Un dîner à l’Élysée » reposent essentiellement sur l’exposition, la répétition ou l’alternance de rythmes simples, notamment la noire suivie de deux croches, mais aussi quatre croches suivies par une noire pointée et un demi-soupir. Cette utilisation répétitive traduit l’ennui des convives et l’aspect anodin de leurs conversations. La présence de syncopes dans cette mélodie est révélatrice. Par exemple, l’apparition d’une croche et d’une noire à la mesure 12 permet d’appuyer la première syllabe du mot « français36 », ce qui a pour effet de souligner le patriotisme du président. Un accompagnement nouveau apparaît pendant le refrain de la chanson « Un dîner à l’Élysée », lorsque débute le thème de La Marseillaise. Pendant trois mesures, un rythme agogique, employant une croche pointée suivie d’une double croche, crée un accroissement rapide de la tension. Le rythme mélodique confirme également cette tension par la descente vers le grave, laquelle se voit stoppée brutalement par quatre noires. Le rythme de ce refrain s’oppose à celui des couplets. Les deux premiers vers des couplets débutent en effet sur les temps forts de façon vigoureuse. L’allure du chant est dynamique afin de traduire l’aspect officiel de ce repas. Puis, à partir du troisième vers, la mélodie se développe sur des temps faibles afin de traduire l’ironie. Le côté solennel de la réception s’efface, tandis que le chant devient moqueur. L’utilisation de la syncope renforce les sarcasmes présents dans le texte et prépare la chute de la chanson. D’ailleurs, l’emploi d’un rythme agogique dans le dernier vers renforce l’effet burlesque. Cette tension, créée par deux doubles croches, appuie l’aspect satirique du texte de Vincent Hyspa.

Exemple : Dernier vers du couplet de la chanson intitulée « Un dîner à l’Élysée »

17Par ailleurs, dans « Chez le Docteur », le chant est également constitué de successions de croches afin de se rapprocher du langage parlé. Cette écriture rythmique correspond à un débit vocal rapide et permet au médecin d’inventer hâtivement au malade une succession de problèmes de santé. Les fins de vers contiennent soit des noires, soit l’enchaînement d’une noire pointée et d’une croche afin de traduire l’aspect conclusif. Une variante rythmique, composée d’une alternance de noires et de croches, est introduite dans le cinquième et le septième vers de chaque couplet. Cette modification du rythme initial correspond soit aux plaintes du patient, soit aux propos incohérents du médecin qui l’examine. La reprise du rythme composé d’un enchaînement régulier de croches permet d’accélérer le débit de la voix du médecin qui achève les phrases du sixième et du huitième vers par des inepties. Les propos les plus burlesques sont dits rapidement, à la fin de chaque couplet, sur un ton souvent exclamatif ou interrogatif.

Exemple de l’enchaînement régulier de croches : premier vers de la première strophe de la chanson intitulée « Chez le Docteur »

18L’emploi de petits intervalles se retrouve également dans la chanson intitulée « Un dîner à l’Élysée ». Cet usage des intervalles possède une signification littéraire. Cette mélodie conjointe utilise en effet de nombreuses notes répétées, ce qui souligne, par exemple à la mesure 13 et 14, la platitude du dîner et les conversations insipides des hôtes. En revanche, l’emploi d’intervalles plus importants dans la mélodie est moins fréquent, excepté dans l’avant-dernier vers des couplets afin de préparer et de souligner l’aspect cérémoniel de cette réception. L’emploi soudain d’intervalles plus larges s’oppose à l’ensemble de la mélodie qui évolue fréquemment par mouvement conjoint d’une part, et à la conclusion des couplets procédant par intervalles de secondes afin d’imiter le langage parlé d’autre part. La mélodie disjointe de l’avant-dernier vers évoque l’apparence solennelle du dîner, tandis que l’aspect conjoint du dernier vers met en valeur la tournure burlesque et abrupte de la chute.

Exemple : Avant-dernier vers du couplet de la chanson « Un dîner à l’Élysée »

19De même, dans la chanson intitulée « Chez le Docteur », Erik Satie joue de l’utilisation des intervalles afin de valoriser le texte du chansonnier. Bien que le premier et le dernier vers soient écrits de façon conjointe, des intervalles plus conséquents viennent rompre la régularité de la mélodie afin de traduire les plaintes du patient et les propos saugrenus du médecin. Ces sauts produits par le chant soulignent l’incohérence du texte. Ils servent en effet à appuyer le discours péremptoire du médecin qui, cherchant à accroître sa clientèle et ses revenus, démontre à l’un de ses patients que son organisme se détraque, ce qui nécessite maintes interventions chirurgicales.

20Des écarts mélodiques sont donc introduits pour appuyer les affabulations du Docteur. Dans les mesures 13 et 17, des tierces sont employées symétriquement afin de traduire l’extravagance de cet examen. D’ailleurs, afin de conclure les couplets et les propos interrogatifs et exclamatifs du médecin, Satie emploie une mélodie conjointe.

Exemple : Dernier vers de « Chez le Docteur »

21Force est de constater que la carrière artistique de Vincent Hyspa est celle d’un autodidacte. S’il ne suit pas d’enseignement artistique dispensé par une école, il est en revanche fortement influencé par l’esprit artistique du cabaret du Chat Noir. Son parcours le conduit tout d’abord à écrire des vers dans une veine humoristique. Délaissant la poésie, il débute en tant que chansonnier en se spécialisant dans la parodie, avant de se tourner vers les charges comiques et la satire politique. Son répertoire d’humoriste, son apparence physique, sa tenue vestimentaire, ses attitudes scéniques, son registre et son débit vocal lui permettent de se distinguer de l’ensemble des chansonniers, ce qui lui offre la possibilité d’accéder non seulement à divers cabarets montmartrois mais aussi à la scène de café-concert, parfois accompagné par Erik Satie au piano. Les accompagnements écrits par ce compositeur lui permettent d’inscrire ses chansons dans la mémoire de son public. L’affection de Vincent Hyspa pour le calembour, la déformation d’expressions populaires et le non-respect des codes qui régissent la poésie traduit son goût pour l’irrévérence. L’analyse de deux de ses chansons, « Un dîner à l’Élysée » et « Chez le Docteur », souligne les analogies du texte et de la musique. S’il n’existe pas de règles établies, on constate toutefois que la musique suit le débit vocal du chansonnier en utilisant des rythmes simples, que l’utilisation de rythmes agogiques permet soit de renforcer l’effet burlesque, soit d’accroître la tension, que les propos les plus comiques servent de chute musicale aux couplets et que l’utilisation d’intervalles conséquents vise à souligner l’incohérence du texte. De toute évidence, Erik Satie cherche à conserver la diction comique et naturelle du chansonnier en composant une musique qui se distingue par sa simplicité. Aimant à caricaturer son époque, Vincent Hyspa ne respecte ni les lois établies par la société, ni les convenances. C’est en ce sens qu’il conserve l’esprit et la tradition Chatnoiresque. Imprégné de l’ambiance humoristique qui règne dans ce lieu, il est d’ailleurs fréquemment caricaturé… sous l’apparence d’un chat.

Notes

1 Hyspa Vincent, « Souvenirs sur les cabarets de Montmartre », dixième fascicule de L’Esprit montmartrois, Joinville-le-Pont, Laboratoires Carlier, 1938, p. 220 (la pagination de cette série de dix fascicules est continue).

2 Ibid., p. 224.

3 Ibid., p. 226.

4 Masson Armand, « Vincent Hyspa », in L’Album musical, IV, 33, mars 1906, p. 1-2.

5 Ibid., p. 1.

6 Bercy (de) Léon, « Le Chansonnier Vincent Hyspa », in La Bonne Chanson, n° 6, 1913, p. 226.

7 Donnay Maurice « Préface », in Hyspa Vincent, Chansons d’humour, Paris, Enoch & Cie, 1903, p. 10.

8 Bonnaud Dominique, « Vincent Hyspa », huitième fascicule de L’Esprit montmartrois, op. cit., p. 176.

9 Bercy (de) Léon, « Le Chansonnier Vincent Hyspa », op. cit., p. 229.

10 Bonnaud Dominique, « Vincent Hyspa », op. cit., p. 174.

11 Bercy (de) Léon, « Le Chansonnier Vincent Hyspa », op. cit., p. 229.

12 Ibid.

13 Bonnaud Dominique, « Vincent Hyspa », op. cit., p. 174.

14 Ibid.

15 Hyspa Vincent, « Souvenir de l’inauguration de l’Exposition », in Chansons d’humour, op. cit., p. 120.

16 Hyspa Vincent, Satie Erik, « Chez le Docteur », in Satie Erik, Mélodies et chansons, Paris, Salabert, 1988, p. 51-53.

17 Grand Larousse en dix volumes, t. 3, Paris, Augé, Gillon, Hollier-Larousse, Moreau, 1960, p. 290.

18 Hyspa Vincent, Satie Erik, « Chez le Docteur », op. cit., p. 51-53.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Bercy (de) Léon, « Le Chansonnier Vincent Hyspa », op. cit., p. 228.

24 Hyspa Vincent, Satie Erik, « Chez le Docteur », op. cit.

25 « M. Loubet à l’Exposition des Beaux-Arts », in Le Figaro, XXXXIV, 3e série, 120, 30 avril 1899, p. 2 ; cité dans Satie Erik, Neuf chansons de cabaret et de caf’conc’, Whiting Steven Moore (éd.), Volta Ornella (trad.), Paris, Salabert, 1995, p. 6-7.

26 Hyspa Vincent, Chansons d’humour, op. cit.

27 Hyspa Vincent, Satie Erik, « Un dîner à l’élysée », in Erik Satie, Neuf chansons de cabaret et de caf’conc’, op. cit., p. 8-9.

28 Hyspa Vincent, Satie Erik, « Un dîner à l’élysée », op. cit.

29 Émile Loubet a exercé la fonction de président de la République de 1899 à 1906.

30 Signalé par Whiting Steven Moore dans Satie Erik, Neuf chansons de cabaret et de caf’conc’, op. cit., p. 6-7.

31 Ibid.

32 Hyspa Vincent, Satie Erik, « Un dîner à l’élysée », op. cit.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid.

Table des illustrations

Légende Exemple : Dernier vers du couplet de la chanson intitulée « Un dîner à l’Élysée »
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Exemple de l’enchaînement régulier de croches : premier vers de la première strophe de la chanson intitulée « Chez le Docteur »
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Exemple : Avant-dernier vers du couplet de la chanson « Un dîner à l’Élysée »
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3670/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Exemple : Dernier vers de « Chez le Docteur »
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3670/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Auteur

Université Lyon 2

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540