Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rire moderne

 | 
Alain Vaillant
, 
Roselyne de Villeneuve

Le rire et l'imprimé

Le rire sous (petite) presse : le cas du Corsaire-Satan (1844-1847)

Sandrine Berthelot

Texte intégral

  • 2 Feuilleton « Paris intellectuel », signé d’Alexandre Weill, in Corsaire-Satan, 13 septembre 1846.

1« La gravité, la lourdeur, l’absence d’imagination et d’esprit, tels sont les vices incurables de la presse de Paris », lit-on dans une charge du Corsaire-Satan contre la presse sérieuse sous la Restauration2. À rebours de la gravité des grands quotidiens, les petits journaux s’intéressent à une information de seconde importance ou traitent avec ironie une matière sérieuse. Ils se caractérisent par une certaine superficialité plaisante puisque leur propos porte principalement sur les spectacles et la vie culturelle et que leurs potins-nombreux-concernent le landernau parisienartiste. La petite presse semble bien s’être constituée contre la machinerie sérieuse de la grande presse : elle adopte l’ironie comme posture d’énonciation et l’oxymore comme trait stylistique. Ainsi, les petits journaux ne parlent pas sérieusement de politique, ils ne proposent aucune étude de fond, ils n’ont pas les moyens de mener des investigations rigoureuses ou des enquêtes documentées. Constituée de collaborateurs souvent occasionnels ou éphémères, sans formation, non hiérarchisés, mal rémunérés, la petite presse est le repère de jeunes littérateurs miséreux qui font leurs premières armes sous la coupe d’un directeur-mentor. Au regard de la grande presse, professionnelle pourrait-on dire, la petite presse est éphémère, jeune, artisanale et impertinente. Tout cela conditionne une rhétorique et fonde un nouveau rapport au rire et au comique.

2Le vide-ou du moins la légèreté de l’information-exige d’être compensé par une forme spirituelle. Les différents articles — nouvelles à la main (qui reposent sur des faits réels), chroniques (elles ont rapport aux bruits de la ville et aux faits du jour) feuilletons, faits-Paris (anecdotes scandaleuses)-existent tous en fonction de leur degré de spiritualité et de leurs trouvailles langagières. La petite presse est donc le règne du bon mot, du trait d’esprit, de l’ironie et de l’éreintement facile. Elle hérite de l’atelier l’esprit de blague que les Goncourt ont mis en scène dans Manette Salomon. Cette rhétorique spirituelle est maniée par des littérateurs volontiers jeunes et peu armés culturellement. C’est en effet dans la petite presse que de jeunes gens d’origines socioculturelles modestes font leurs premières armes. Cette pauvreté dominante du contenu, cette misère de l’homme de plume, cette méconnaissance de la rhétorique classique associée à la généralisation de la dérision conditionnent-elles un nouveau rapport au rire et au comique ? Telle est la question qui a guidé notre investigation. Nous avons souhaité étudier l’esprit de non-sérieux de la petite presse, son ironie systématique, pour tenter d’en mesurer la profondeur. On serait tenté de rapprocher cette ironie journalistique qui met à l’honneur un esprit de dérision généralisé des grandes postures ironiques du siècle. Ce rapprochement est-il pertinent ?

UNE ÉTUDE DE CAS : LE CORSAIRE-SATAN

3Plusieurs textes ont retenu notre attention et inspiré ce travail : cinq articles consacrés au Corsaire-Satan et à son pittoresque directeur paraissent dans La Silhouette dès les mois de mai-juin 1846, ils s’inscrivent dans une série consacrée aux « boutiques de Journaux » et confèrent une importance tout à fait remarquable à un petit journal relativement jeune puisque la fusion du Corsaire et du Satan date de 1844. Par ailleurs, un article de Théodore de Banville évoque en des termes éloquents l’esprit journalistique :

  • 3 Cf. note 1.

Alors ce fut le règne des gens d’esprit, de la race sacrée d’Aristophane, des petits-fils de Chamfort et de Rivarol. On vit de légers archers qui bandaient l’arc sans effort et envoyaient en plein dans le but leurs flèches sifflantes. Rapports inouïs et inattendus entre deux idées, épithètes et substantifs stupéfaits d’être accouplés ensemble, tropes délirants, ellipses grandes comme la vaste mer, phrases où les mots fulgurants couverts de topaze et de saphir étaient secoués comme les verroteries dans un kaléidoscope, tout cela éclata, se heurta, resplendit comme un feu d’artifice3.

  • 4 « La parole de M. Thiers vaut le silence de Sièyes. Ce sont deux calamités publiques », lit-on par (...)
  • 5 Les nouvelles à la main de Murger sont réunies en volume en 1858 : Propos de ville et propos de th (...)

4Nous avons eu envie d’entrer dans cette petite presse par le petit bout de la lorgnette, c’est-à-dire en procédant à une étude de cas. Parmi les petits journaux à l’existence éphémère qui fleurissent sous la monarchie de Juillet, nous avons choisi de nous intéresser au Corsaire-Satan dans sa période la plus prestigieuse : celle qui coïncide avec la direction de Lepoitevin Saint-Alme et la publication des Scènes de la bohème de Murger entre 1844 et 1849. Ce quotidien de quatre pages paraît de 1822 à 1852 et évolue au gré des aléas des fusions et des séparations. Il se présente comme un « Journal des spectacles, de la littérature, des arts, mours et mode ». Il s’agit d’une feuille spécialisée dans les anecdotes ou les éreintements (on décrypte souvent difficilement les références), qui propose également des feuilletons (le plus célèbre est celui des « Scènes de la bohème » de Murger), un programme des théâtres et des chroniques culturelles parisiennes. Nombre de commentaires politiques sont disséminés dans les différentes rubriques mais il ne s’agit jamais d’une étude de fond ou d’une analyse sérieuse. L’éditorial occupe la partie supérieure de la première page ; en pied de page figure le feuilleton qui se poursuit en page deux à la même place. La partie supérieure de la page deux est occupée par les « Nouvelles à la main ». Viennent en page trois les « Théâtres » et la fin du feuilleton. Souvent ironique et consacré à une actualité politique et sociale, l’éditorial se moque des bourgeois ou de ses porte-paroles (Guizot ou Thiers) ou tourne en dérision la politique en vigueur sans qu’on puisse déterminer nettement les opinions de l’éditorialiste. Après la révolution de 1848, l’éditorial pourfend régulièrement l’Assemblée nationale — il ironise sur George Sand et ses désirs de réforme, le 25 décembre 1848 par exemple. Les commentaires politiques sont aussi souvent occasions de bons mots4. La critique peut également être littéraire : les grands journaux (Journal des débats) ou les romanciers populaires (Dumas ou Sue) sont objets de quolibets. Quant aux nouvelles à la main, elles s’apparentent à de brèves anecdotes, à des conversations de boulevard relatant une saynète riche en bons mots-là encore est à l’honneur le plaisir du texte5. Les journalistes y commentent aussi les propos de leurs confrères puisque le Corsaire-Satan, emblématique à ce titre du petit journal, se met régulièrement en abyme et n’aime rien tant que de parler de la presse.

LEPOITEVIN DE SAINT-ALME ET L’ESPRIT « PETITE PRESSE »

5Le directeur du journal, Auguste Poidevin dit Lepoitevin de Saint-Alme, incarne cet « esprit-Paris » qui souffle sur toute la petite presse. Fils d’un acteur dramatique de renom, il embrasse la carrière d’écrivain vers 1820 avant de se tourner vers les affaires et le journalisme. Il dirige une fabrique de romans populaires et fait travailler Balzac. Il rachète en 1826, pour trois cents francs, Le Figaro, tout récemment fondé par Maurice Alhoy et Étienne Arago. Grâce à lui, le journal moribond devient prospère. Il embauche pour cela de nouveaux rédacteurs (Jules Janin, Michel Masson, Nestor Roqueplan) et insuffle un nouveau style au journal. Un an après, il revend le journal pour 30 000 francs. Après diverses entreprises, il crée, en décembre 1841, Le Nouveau Figaro qui disparaît six mois plus tard : en mai 1842, le journal s’associe aux Coulisses, qui se transmuent, le 16 février 1843, en Satan. Là encore, Lepoitevin souhaite faire un journal neuf et s’entoure de jeunes collaborateurs qu’il forme. Jules Viard, Henri Nicolle, Alfred Busquet ou Charles Baudelaire passent entre ses mains. Mais un procès perdu contraint en septembre 1844 le journal à une nouvelle fusion, avec le Corsaire cette fois : le Corsaire-Satan est né qui vivra jusqu’en mars 1847 avant de redevenir le Corsaire.

  • 6 « Le titre du journal indique assez que la feuille d’aujourd’hui est le résultat du mariage in ext (...)
  • 7 Ce chiffre est donné par Greham Robb dans sa présentation de quelques articles de La Silhouette (L (...)
  • 8 « Tableaux d’intérieur. Les boutiques de journaux », 3e série consacrée au Corsaire-Satan, in La S (...)

6La rencontre des deux journaux ne fut pas chose aisée6 : si le Corsaire, fondé en 1822, tournait en dérision le régime du juste-milieu et ne reculait guère devant la satire, il comptait nombre d’écrivains de renom parmi ses collaborateurs (A. Karr, Gozlan, Méry, Louis Reybaud, Paul de Musset, Jules Sandeau, Arnould Frémy, Audebrand, Caraguel.) et possédait une certaine notoriété, voire une honorabilité. Le Satan en revanche est un journal de jeunes plumitifs miséreux qui rivalisent de bons mots. Aussi disparate soit-il, le nouveau journal trouve un certain lectorat : en 1846, le CorsaireSatan se présente comme le journal le plus spirituel de Paris. Son tirage moyen à 856 exemplaires7 le place cependant loin de son rival Le Charivari (2 740 exemplaires). Il s’illustre par un certain esprit querelleur et franctireur qui a été dument glosé par ses collaborateurs : « on se dispute, on crie beaucoup et très-fort, et la discussion n’est close qu’alors que chacun a traité son voisin de crétin8 ».

  • 9 « Le Corsaire-Satan est avant tout un journal d’exploitation. Les jeunes intelligences que l’ombre (...)

7L’esprit du Satan semble l’avoir emporté sur le Corsaire et le journal est le repère de la bohème. Là se forment Champfleury et Murger qui mettront eux-mêmes en scène le petit journal et feront de son directeur charismatique un personnage de roman. Lepoitevin a été l’objet de nombreux commentaires et portraits, souvent dépréciatifs9. Sous son influence, le journal met en avant certaines valeurs qui révèlent les mutations de la presse sous la monarchie de Juillet : la liberté d’esprit, l’aptitude à l’éreintement, la capacité au retournement et l’indifférence aux idées politiques.

8Le rire médiatique tel qu’il s’élabore au Corsaire-Satan hérite de l’esprit aristocratique de l’Ancien Régime. Les références de Lepoitevin sont, sur ce point, emblématiques : Chamfort et Rivarol sont ses maîtres. Il choisit donc comme modèles deux littérateurs railleurs qui se sont illustrés dans une période décadente et troublée et qui sont marqués par l’idée du déclin d’une littérature et d’une société. Misanthrope pessimiste, Chamfort est un enfant naturel à l’esprit mordant et incisif ; il collabore au Mercure, journal royaliste, mais soutient la Révolution, avant de la railler et d’en pointer les abus. À la différence des grands moralistes, l’œ de Chamfort s’élève sur un refus de la société sans tentative de correction : il s’agit de railler, non de corriger. Ses maximes mêlent anecdotes et formules frappantes, elles sont empreintes de paradoxes et aussi inconséquentes et que semble l’avoir été Chamfort lui-même, gai-désespéré, profond-désinvolte, misanthrope défenseur de l’amitié. Lepoitevin publie dans le Corsaire-Satan des mois d’octobre-novembre 1846 un feuilleton qui se présente comme un livre de maximes et qui s’engage par un éloge de l’esprit. Une gaieté mâtinée de pessimisme va ainsi caractériser le journal. Il s’agit, comme le confesse Le Poittevin de Saint-Alme dans un article du 27 octobre 1846, d’apprendre au public « les roueries des uns, les vanités littéraire des autres, les intrigues industrielles de ceux-ci, les palinodies politiques de ceux-là, les impertinences de quelques-uns et les ridicules du plus grand nombre ».

9Les références dix-huitièmistes sont donc adaptées aux nécessités économiques. Ces brillants causeurs, Chamfort et Rivarol, sont aussi, ne l’oublions pas, des références communes des années 1830. Lepoitevin qui affirmait « avoir fait Balzac » est le représentant attardé d’un certain esprit romantique. Il côtoie d’ailleurs au Satan les frères Borel. L’esprit frappant et brillant du xviiie siècle s’enrichit donc d’un art romantique du paradoxe que Lepoitevin systématise comme une trouvaille d’écriture journalistique. Patron de presse expérimenté, Lepoitevin s’entoure de jeunes collaborateurs qu’il forme à son goût et dont il goûte peu les engagements. La seconde caractéristique de ce comique de la petite presse est en effet de ne rien défendre : l’éreintement doit être systématique. Loin de partager les éventuelles opinions littéraires ou politiques de ceux qu’il appelait ses « petits crétins », Lepoitevin accordait à ses rédacteurs une entière liberté de ton propice à l’éreintement :

  • 10 Ibid.

[...] il les laissait dire ; pourvu qu’ils fussent spirituels, il lui importait peu de quelle manière et aux dépens de qui c’était. Cette liberté d’allure avait son bon côté, si elle avait son inconvénient que le lecteur devait apercevoir au manque d’unité et d’idée principale dans la feuille satirique10.

  • 11 Viard Jules, « Mes Souvenirs sur Lepoitevin de Saint-Alme », in Le Figaro, 24 septembre 1854.
  • 12 Baudelaire consacre en 1846 un article à ce qu’il appelle « l’éreintage » (in Œs complètes, Paris, (...)

10Ainsi, seul compte l’esprit : il s’agit d’être inconséquent, de se montrer frivole et acerbe sans défendre aucune valeur, sans qu’existe une ligne directrice du journal ; Jules Viard, relatant ses souvenirs sur Lepoitevin rapporte ses paroles : « Mes opinions ? oh ! oh ! jeune homme, est-ce que je les connais mes opinions ! J’aime l’esprit, d’où qu’il vienne11 ! » L’art de l’éreintement12 systématique prend les allures d’un jeu de massacre gratuit (difficile à décrypter d’ailleurs pour le lecteur contemporain puisque les cibles lui restent souvent inconnues). Champfleury dans le féroce portrait qu’il dresse de Lepoitevin dans Les Aventures de Melle Mariette insiste sur ce point :

Il permettait les attaques les plus violentes contre tout homme célèbre, mais il n’aimait pas l’enthousiasme. Chaque rédacteur devait au moins livrer dix articles d’éreintement avant de pouvoir faire passer un article agréable à quelqu’un [et si un article aimable paraissait] en faveur d’un utopiste quelconque, pendant huit jours l’utopie devenait le sujet de cruelles plaisanteries dans le même journal.

11Le Corsaire-Satan, journal né d’une union mal assortie, est donc un potpourri d’idées paradoxales dont rien n’émerge, sauf le rire. Tous les témoignages insistent en effet sur la disparité du groupe des rédacteurs et l’on peut légitimement considérer que Lepoitevin aspirait à ce mélange, souhaitant rire de tout sans rien défendre. Champfleury, dans Les Aventures de Melle Mariette dresse le portrait de ces jeunes gens aux idées les plus diverses :

Les uns mélangeaient leurs idées littéraires d’idées politiques qui, dix ans plus tard, devaient amener la révolution. Les autres riaient de tout, se moquaient de tout, écrivaient sur tout. Il y avait de jeunes lyriques qui attaquaient sournoisement les grands poètes, et qui croyaient les détruire par des triolets et de satiriques quatrains ; il y avait des idolâtres qui ne connaissaient qu’un homme et ne touchaient à leur plume que pour parler de l’homme ; il y avait des esprits chagrins qui critiquaient tout ; il y avait de jeunes intrigants qui se glissaient partout à la faveur du journalisme, qui encensaient comédiens, poètes, peintres, persuadés qu’on fait son chemin par le thuriférariat ; il y avait des garçons de talent et des gens qui ne savaient pas l’orthographe.

12Cela confère au journal des allures de Protée et un comique virevoltant et vain en même temps. La Silhouette qui propose le 17 mai 1846 une étude critique du Corsaire-Satan, pointe ce mélange idéologique et esthétique :

Comment rendre la physionomie d’une feuille qui n’en a pas ? Aujourd’hui carliste, demain républicain, après-demain phalanstérien, sincère quelquefois, le Corsaire-Satan semble, ainsi que le vieux Protée, prendre, en politique comme en littérature, tous les aspects, toutes les formes. Ici une page éblouissante de poésie, de fantaisie, là une tartine de bas étage ; ici la jeunesse, l’enthousiasme, la foi, là la décrépitude ; ici Champfleury ou Henri Nicolle, là M. Laurent.

  • 13 « Henry [Murger] apprit peu de choses à l’école, et l’on s’accorde à reconnaître que son orthograp (...)
  • 14 Martino Pierre, Le Roman réaliste sous le second Empire, Paris, Hachette, 1913, p. 27.
  • 15 Genette Gérard, « Rhétorique et enseignement », in Figures II, Paris, Éditions du Seuil, 1969, p. (...)
  • 16 « [...] il manquera toujours à ses livres un parfum, je ne sais quoi de pareil à la race : ce sont (...)
  • 17 Goncourt (de) Edmond et Jules, Journal, 18 mai 1857, t. I (1851-1857), Cabanès Jean-Louis (éd.), P (...)
  • 18 Ibid., 1er juin 1856.

13Le vide idéologique et l’absence de valeurs communes du journal résultent probablement pour un part de la jeunesse des rédacteurs. Faiblement armés culturellement, socialement démuni et fort jeune : tel est le portrait-robot du journaliste du Corsaire-Satan. L’inculture de Champfleury ou Murger a souvent été relevée : le premier est un mauvais élève qui avoue dans ses Souvenirs et portraits de jeunesse qu’il détestait le latin et qu’il doit son éducation au Magasin pittoresque, le second avait une orthographe déficiente13 et ses carences culturelles ont été notées par tous : « Il ne songea jamais à refaire cette éducation manquée ; son ignorance fut très grande : il admirait avec respect et ingénuité un de ses amis qui avait lu Diderot », selon Pierre Martino14. Si l’ami en question est probablement Champfleury, aucun des deux pourtant ne connaît « l’art de la mise en tropes » pour reprendre le joli calembour de Genette15, aucun des deux ne maîtrise le latin16, aucun des deux n’a naturellement prolongé l’étude de la littérature par un apprentissage de l’art d’écrire comme cela se fait à partir de la classe de seconde au xixe siècle. Cela aussi conditionne un certain rapport à l’écriture et au comique. Les frères Goncourt pointent en des termes peu amènes la misère intellectuelle et sociale de ces « génies du rien17 », de ces « naïfs et les ignorants de la bohème18 ! » tout en se désespérant de constater qu’ils remportent un joli succès populaire. Dépourvus de lettres, ces jeunes littérateurs influençables choisissent Lepoitevin comme mentor et systématisent, sur ses conseils, l’art de la dérision. Cela se fait d’autant plus facilement que leurs projets littéraires n’en sont qu’à leurs balbutiements et qu’ils n’ont pas une haute idée de leur mission : il leur faut tirer à la ligne pour vivre ! La gaieté et l’insouciance de la jeunesse leur permettent aussi de se conformer assez facilement à l’esprit du journal. On comprend mieux alors l’évolution de Champfleury : épousant la noble carrière des lettres, il n’aura de cesse de s’émanciper du petit journal. Ses analyses rétrospectives seront donc féroces :

  • 19 Champfleury Jules, « De la bohème », in Champfleury Jules, Contes d’automne, Paris, Victor Lecou, (...)

En 1846, il arriva qu’une douzaine de jeunes gens se trouvèrent réunis dans un petit journal. Ces douze jeunes gens ne se connaissaient pas ; ils n’avaient entre eux que peu d’amitié, pas de camaraderie ; il n’y en avait pas deux qui s’entendissent en politique ; un faible lien de romantisme les faisait se réunir contre un vieillard, leur maître et rédacteur en chef, qui leur conseillait d’étudier Rivarol et Chamfort19.

14Les contemporains ont naturellement été sensibles à ce comique vide, à ce sens de la pochade sans fond ni conséquence. C’est du haut de leur tour d’ivoire que quelques grands auteurs fustigent les gens de presse, ces acteurs de la littérature industrielle dont Sainte-Beuve, dès 1839, pointait les dangers. Ils méprisent le journal,

  • 20 Goncourt (de) Edmond et Jules, Journal, t. II (1858-1860), 23 octobre 1859, op. cit., p. 285.

cette chose qui donne la grosse publicité, la jouissance de l’orgueil hebdomadaire et jusqu’aux compliments des sots, sans parler de la place matérielle qu’elle donne à votre individu [...] et de l’argent sonnant qu’elle vous met dans la poche20 !

LES « SCÈNES DE LA BOHÈME » DE MURGER

  • 21 Le rapprochement entre Murger et les brillants esprits du xviiie siècle est fréquent. Théophile Ga (...)
  • 22 Murger publie en quatre livraisons, entre le 27 février et le 21 avril 1849, « Son Excellence Gust (...)

15La réussite la plus éclatante de la ladrerie de Lepoitevin Saint-Alme fut la publication des « Scènes de la bohème » de Murger entre 1845 et 1849. Le texte a des allures d’art poétique journalistique et Murger semble magistralement mettre en œ les leçons de Lepoitevin : références romantiques et citations de Chamfort émaillent ses feuilletons21 ; l’on ironise aussi sur tout et sur son contraire en se moquant abondamment du bourgeois mais en ridiculisant aussi, un an après la révolution de 1848, l’éphémère Seconde République22. À travers les Scènes, on peut dégager les caractéristiques du style journalistique tel qu’il s’élabore dans les années 1830-1840 : ironie, excès, recherche du trait marquant et stupéfiant. Murger lui-même, dans la préface des Scènes de la vie de bohème ajoutée au texte lors de l’édition en volume en 1851, propose cette analyse :

  • 23 Edmond et Jules de Goncourt définissent l’esprit de Murger comme le « rapport burlesque et hurlant (...)

Tous les éclectismes de style se donnent rendez-vous dans cet idiome inouï23, où les tournures apocalyptiques coudoient le coq-à-l’âne, où la rusticité du dicton populaire s’allie à des périodes extravagantes sorties du même moule où Cyrano coulait ses tirades matamores ; où le paradoxe, cet enfant gâté de la littérature moderne, traite la raison comme on traite Cassandre dans les pantomimes ; où l’ironie a la violence des acides les plus prompts, et l’adresse de ces tireurs qui font mouche les yeux bandés ; l’argot intelligent quoique inintelligible pour tous ceux qui n’en ont pas la clef, et dont l’audace dépasse celle des langues les plus libres.

  • 24 L’étudiant en médecine, par exemple, abuse du vocabulaire médical, se cautérisant le cour avec « d (...)
  • 25 « [...] à partir de 1836, le journal est le dépositaire de vingt lexiques, le confident de cent ja (...)

16La publication en feuilletons oblige l’auteur à mettre en place une rhétorique de la surprise pour frapper et gagner son lectorat. À cela s’ajoute la recherche des dissonances et des alliances disparates qui caractérisent la petite presse des années 1830 et l’esprit du Corsaire-Satan. L’éloquence journalistique repose enfin sur une rhétorique de l’excès et de la prolifération verbale. Les Scènes de la bohème illustrent magnifiquement ce règne de l’hyperbole : le mauvais goût est à l’honneur, le mélange des genres de rigueur et la mesure classique est régulièrement tournée en dérision. Le langage se caractérise aussi par sa profusion et par la diversité de ses parlures24 — Georges Matoré25 a montré comment de nombreuses langues techniques pénètrent l’univers du journal qui se plaît à user de toutes les parlures et notamment de l’argot. Cette langue aux mille foyers de culture dérape souvent : barbarismes, incorrections et néologismes inutiles se rencontrent sous la plume de Murger. L’écrivain use d’un style accrocheur, gouailleur, optant pour des images surprenantes, recherchant les expressions suggestives qui foisonnent comme autant de trouvailles savoureuses : on « déménage par la cheminée » lorsqu’on se réchauffe en brûlant les meubles ; on va « faire sa Russie » lorsqu’on envisage une tournée lucrative de fin de carrière théâtrale. Cette langue qui traque les effets de familiarité et d’oralité ne recule devant aucun jeu de mots et met en scène des personnages qui usent de calembours et abusent de métaphores.

17À ce maniement ludique du langage s’assortit une thématique blagueuse qui privilégie l’auto-dérision : par un phénomène de mise en abyme extrêmement fréquent, c’est aussi de la presse que l’on parle dans ces Scènes de la bohème où on rit finalement moins du bourgeois que du petit journal. Protagoniste principal des Scènes, Rodolphe est un double de Murger. Ce journaliste-poète est bien peu assidu au journal, il vend ou achète des lignes, considère son activité comme un simple gagne-pain, et semble peu habité par une quelconque vocation littéraire. D’ailleurs, à la fin des Scènes publiées en volume en 1851, Murger prend soin d’ajouter un épilogue où les protagonistes tirent les leçons de ces années de petite presse et tournent la page en sortant de la bohème.

  • 26 « Ce que coûte une pièce de cinq francs », paru dans Le Corsaire, le 23 mai 1847.

18Une scène26 relate la conversation de Rodolphe avec un critique influent. Se dessinent alors une hiérarchie de la presse et une même vanité du contenu. Le critique en manque d’inspiration demande tout d’abord à Rodolphe un compte rendu de la pièce jouée la veille à l’Odéon. Ce dernier livre son avis en une phrase lapidaire et invite le grand journaliste à développer autour son opinion critique en plaçant un adjectif tous les trois mots. Devant le désarroi de ce dernier, Rodolphe lui propose ensuite de recycler ses idées sur la tragédie, en quarante lignes déjà imprimées trois fois et passablement éculées :

— Je dois vous prévenir, dit-il au critique, que mes idées ne sont pas absolument neuves. Elles sont un peu râpées, au coude. Avant de les imprimer, je les ai hurlées dans tous les cafés de Paris, il n’y a pas un garçon qui ne les sache par cour.
— Oh ! quéque ça me fait !... vous ne me connaissez donc pas ! Est-ce qu’il y a quelque chose de neuf au monde ? excepté la vertu.

19Comme il manque encore deux colonnes, le critique influent réclame quelques paradoxes :

Je n’en ai pas sur moi [répond Rodolphe] : mais je puis vous en prêter quelques-uns ; seulement, ils ne sont pas de moi ; je les ai achetés 50 centimes à un de mes amis qui était dans la misère. Ils n’ont encore que peu servi. [...] Et il écrivit une trentaine de lignes où on remarquait des balivernes sur les pianos, les poissons rouges, l’école du bon sens et le vin du Rhin, qui était appelé un vin de toilette.

20Moqueur à l’égard de la grande presse mais aussi vis-à-vis de lui-même, le petit journal semble pointer sa profonde vanité.

  • 27 Rappelons la présentation que Philippe Hamon fait de l’ironie romantique : « L’ironie devient un m (...)
  • 28 Schegel Friedrich, Fragments critiques, cité par Behler Ernst dans Ironie et modernité, Paris, PUF (...)

21Au terme de cette promenade rapide dans les bureaux de la petite presse, que conclure du comique dans le Corsaire-Satan ? Est-il réellement frondeur et anticonformiste ? Radicalisation maladroite des oxymores et des contrastes romantiques par des écrivains qui maîtrisent souvent mal la rhétorique, ce comique petite presse est souvent systématique : le paradoxe y est poussé jusqu’à l’absurde et mis au service d’une écriture lucrative. L’esprit de « non-sérieux » qui caractérise la petite presse semble alors révéler un vide profond : la charge n’existe que pour elle-même, nulle idée, nulle métaphysique, nul contrepoint sérieux ne se devine au revers de la charge. Cette ironie n’est pas ambiguë dans ses messages étant dépourvue de message. Le discours ironique, censé pointer les poses, est devenu pose lui-même c’està-dire convention. Ainsi, à la différence du grand comique romantique27 arrimé à la dialectique et qui, mêlant les genres, repose sur le lien indivisible entre bas et haut, rire et larmes, comique et sérieux, grotesque et sublime, le comique de la petite presse est vide et ne peut faire penser. Il radicalise l’ironie comme procédé journalistique, non comme rapport au monde ou ouverture à la métaphysique. Si l’ironie romantique se caractérise par un brouillage et une intrication des voix, si elle relève d’une philosophie, voire d’une métaphysique (la « bouffonnerie transcendantale28 » de Schlegel, le « comique absolu » de Baudelaire, « le grotesque triste » ou la « blague supérieure » de Flaubert) et si elle s’incarne dans une pensée, l’ironie journalistique au Corsaire-Satan semble être devenue un trope sans contenu.

22A-t-elle alors perdu tout sens et tourne-t-elle à vide dans de purs jeux formels ? Il nous faut noter ce que ces jeux formels ont de plaisant et de virtuose à la lecture. Noter aussi la puissance de ces trouvailles langagières en matière d’oralité. La langue de la petite presse, même vide, même éphémère, a changé la langue de la presse. Avec elle, s’imposent l’esprit de non sérieux et l’art de la dérision. Avec elle, naît une poétique qui s’apparente à une frivolité transcendante et qui rend compte, par delà le vide idéologique du propos, d’une jubilation de l’écriture, d’une vitalité du verbe et d’une virtuosité d’invention qui ne peuvent que séduire l’abonné. La langue de la petite presse a donc peut-être su mettre la littérature au premier plan : le plaisir du texte l’emporte sur la mission d’information du journal.

Notes

2 Feuilleton « Paris intellectuel », signé d’Alexandre Weill, in Corsaire-Satan, 13 septembre 1846.

3 Cf. note 1.

4 « La parole de M. Thiers vaut le silence de Sièyes. Ce sont deux calamités publiques », lit-on par exemple le 9 juillet 1846.

5 Les nouvelles à la main de Murger sont réunies en volume en 1858 : Propos de ville et propos de théâtre, Paris, Michel Lévy, 1856.

6 « Le titre du journal indique assez que la feuille d’aujourd’hui est le résultat du mariage in extremis de deux feuilles rivales autrefois, le Satan et le Corsaire. La fusion a été faite sous le régime dotal, et comme chacun des conjoints a pris bien soin de ne pas mêler ses apports, il a gardé son esprit et son humeur sans daigner faire de concessions à l’harmonie de la communauté, et qu’il en résulte toujours, entre deux articles dans le même numéro, un contraste frappant de jeunesse et de caducité, de bon et de mauvais goût, de style et de jargon [...]. » (« Tableaux d’intérieur. Les boutiques de journaux », 3e série consacrée au Corsaire-Satan, in La Silhouette, 3 mai 1846.)

7 Ce chiffre est donné par Greham Robb dans sa présentation de quelques articles de La Silhouette (Le Corsaire-Satan en Silhouette, le milieu journalistique de la jeunesse de Baudelaire, publication du centre W. T. Bandy d’études Baudelairiennes, n° 3, Nashville, 1985). À la même date, le tirage moyen du National : 4 280 et du Siècle : 32 885 exemplaires.

8 « Tableaux d’intérieur. Les boutiques de journaux », 3e série consacrée au Corsaire-Satan, in La Silhouette, 3 mai 1846. Dans Les Aventures de Melle Mariette de Champfleury, on lit : « Plus d’une fois les rédacteurs en vinrent aux coups et se jetèrent des chaises à la tête, qui témoignaient des ardeurs de la discussion. M. de Saint-Charmay, ancien garde du corps, aimait ces luttes et contribuait largement pour sa part à favoriser les tempêtes littéraires. Grand, fort et vert, malgré ses soixante ans, il criait plus haut que toute sa rédaction. »

9 « Le Corsaire-Satan est avant tout un journal d’exploitation. Les jeunes intelligences que l’ombre mortelle du vieux Satan atrophie sont les victimes de cette collaboration destructive de toute poésie, de toute foi, de tout enthousiasme. Satan les enchaîne par les caresses, les châtre par les éloges. Elles lui donnent pour une misérable rémunération qu’on dispute sol à sol tout ce qu’elles ont de vital, de bon, de fier, de jeune. » La Silhouette, 21 juin 1846.

10 Ibid.

11 Viard Jules, « Mes Souvenirs sur Lepoitevin de Saint-Alme », in Le Figaro, 24 septembre 1854.

12 Baudelaire consacre en 1846 un article à ce qu’il appelle « l’éreintage » (in Œs complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, p. 16). De même, dans l’étude du Corsaire-Satan proposé par la Silhouette, on trouve une leçon d’éreintement du directeur : « Voyez-vous, expliquait-il à ses élèves, il ne faut jamais dire à un homme dans un article : vous êtes une canaille. Dire vous êtes une canaille, ce n’est pas drôle. Mais insinuez-le par le doute. Demandez : Est-ce que par hasard monsieur *** serait une canaille ? ou : Qui donc avance que monsieur *** est une canaille ? Ce n’est pas nous qui voudrions prétendre que monsieur *** est une canaille. Voilà, mes petits crétins, une forme qui prête à l’esprit et qui empêche le monsieur de se plaindre. »

13 « Henry [Murger] apprit peu de choses à l’école, et l’on s’accorde à reconnaître que son orthographe était d’une indigence surprenante. Par la suite, il s’instruisit seul. En lisant les lettres qu’il écrivait entre vingt et vingt-deux ans, on peut juger du gros effort accompli par Murger : l’orthographe est correcte, de nombreuses citations attestent une réelle assiduité de lecture. Toutefois sa culture reste superficielle, et il eut souvent à souffrir de son ignorance. » (Boisson Marius, Les Compagnons de la vie de bohème, Mimi, Musette, Murger, Baudelaire, Schaunard, Champfleury., Paris, Tallandier, 1929, p. 11).

14 Martino Pierre, Le Roman réaliste sous le second Empire, Paris, Hachette, 1913, p. 27.

15 Genette Gérard, « Rhétorique et enseignement », in Figures II, Paris, Éditions du Seuil, 1969, p. 24.

16 « [...] il manquera toujours à ses livres un parfum, je ne sais quoi de pareil à la race : ce sont les livres d’un homme sans lettres. Il ne savait que le parisien, il ne savait pas assez le latin. » se désespèrent Edmond et Jules de Goncourt à propos de Murger, in Journal, 3 février 1861.

17 Goncourt (de) Edmond et Jules, Journal, 18 mai 1857, t. I (1851-1857), Cabanès Jean-Louis (éd.), Paris, Champion, 2005.

18 Ibid., 1er juin 1856.

19 Champfleury Jules, « De la bohème », in Champfleury Jules, Contes d’automne, Paris, Victor Lecou, 1854, p. 337-340.

20 Goncourt (de) Edmond et Jules, Journal, t. II (1858-1860), 23 octobre 1859, op. cit., p. 285.

21 Le rapprochement entre Murger et les brillants esprits du xviiie siècle est fréquent. Théophile Gautier écrit par exemple : « Son esprit, et personne peut-être depuis Rivarol et Chamfort n’en eut davantage, n’avait pas de pointe envenimée ; il piquait sans faire venir le sang et laisser le poison. Souvent il se raillait lui-même ; mais, à travers le rire, on entendait toujours la note tendre. »

22 Murger publie en quatre livraisons, entre le 27 février et le 21 avril 1849, « Son Excellence Gustave Colline ».

23 Edmond et Jules de Goncourt définissent l’esprit de Murger comme le « rapport burlesque et hurlant de deux expressions qui ne [se] sont jamais rencontrées » ; Journal, op. cit., t. I, 27 décembre 1857, p. 487.

24 L’étudiant en médecine, par exemple, abuse du vocabulaire médical, se cautérisant le cour avec « du nitrate pour cautériser les plaies ».

25 « [...] à partir de 1836, le journal est le dépositaire de vingt lexiques, le confident de cent jargons, depuis l’idiome anglomane des sports jusqu’au langage réticent et ampoulé de la diplomatie » (Matoré Georges, Le Vocabulaire et la société sous Louis-Philippe, Slatkine Reprints, Genève, 1967, p. 104).

26 « Ce que coûte une pièce de cinq francs », paru dans Le Corsaire, le 23 mai 1847.

27 Rappelons la présentation que Philippe Hamon fait de l’ironie romantique : « L’ironie devient un mode de pensée plus qu’un mode de discours, une attitude philosophique plus qu’une position éthique, et le “style-oxymore” devient, sous la plume des écrivains comme sous celle des critiques et théoriciens qui la décrivent, la seule manière adéquate, semble-t-il, d’en traiter : “gaieté mélancolique”, “fantaisie sérieuse”, “cruauté tendre”, “gravité bouffonne”, “gaieté sérieuse”, etc. » (L’Ironie littéraire, Paris, Hachette, 1996, p. 129).

28 Schegel Friedrich, Fragments critiques, cité par Behler Ernst dans Ironie et modernité, Paris, PUF, 1997, p. 33.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540