Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rire moderne

 | 
Alain Vaillant
, 
Roselyne de Villeneuve

Le rire et l'imprimé

Parodies de journaux ou journaux pour de rire

Marie-Ève Thérenty

Texte intégral

  • 2 Formule d’Alain Vaillant.
  • 3 On pourrait reprendre les expressions de Jean-Didier Wagneur pour définir le territoire de la peti (...)

1Si, au xixe siècle, le rire est « l’envers, joyeux et moqueur de l’espace i public qui est alors en structuration2 », il est logique que son principal lieu de manifestation et d’invention soit une presse qui se constitue de manière parallèle aux grands organes de construction de l’espace public, la grande revue et le journal d’opinion. Le rire moderne s’invente donc dans un champ périodique parallèle à la presse générale3 (sans que ces deux univers soient étanches d’ailleurs) tout au long du siècle que ce soit dans l’atelier de l’épigramme et de la caricature des journaux satiriques de 1830, dans la petite presse de boulevard du Second Empire du Figaro au Journal amusant en passant par La Vie Parisienne, ou encore évidemment dans la presse fumiste et décadente de la fin du siècle des Hydropathes au Chat noir. Ce rire, d’ailleurs, loin de rester cantonné dans la périphérie devient central au cours du siècle. L’un des signes du recentrement de ce rire est la présence de nouvelles à la main, de petites histoires drôles au cœur même de la une du journal d’information, que ce soit dans Le Figaro ou Le Matin.

2Le domaine du rire journalistique est, on l’aura compris, immense et pour l’embrasser avec un objectif compatible avec l’espace imparti, il nous a paru nécessaire de choisir un objet précis, en l’occurrence le véritable envers de la feuille publique : la parodie de journal. Il faut entendre par cette catégorie non pas un journal qui utilise la parodie de l’actualité pour faire rire mais un journal qui a véritablement pour ambition de parodier le journal. Dans cet objet incongru, on pourra à la fois circonscrire exemplairement quelques traits du rire moderne, mais aussi étudier un phénomène sui generis qui naît précisément à la confluence de l’invention de l’ère médiatique et de celle du rire moderne.

PHYSIOLOGIE DU JOURNAL PARODIQUE

3Le premier impératif est de circonscrire précisément l’objet. Faute de quoi, le travail de la parodie journalistique étant continu, on risquerait de se retrouver devant un corpus énorme et peu significatif réunissant tous les journaux satiriques du xixe siècle utilisant la parodie, de La Parodie de Gill au Père Duchesne de Vermersch. Pour que la notion de parodie de journal soit valide, notre corpus a été limité à deux catégories de journaux qui explicitent nettement leur projet parodique.

4D’une part, des journaux qui parodient un titre précis de la presse, par exemple, Le Constitutionègre paru le 27 janvier 1850, parodie du Constitutionnel, ou Le Petit Hanneton du 7 août 1864, copie du Petit Journal, ou Le Sommeil du 22 octobre 1865, envers du Soleil, ou enfin Le Moustiquaire, double du Mousquetaire, le journal d’Alexandre Dumas. Dans Le Moustiquaire, journal créé par Alfred Delvau et Antonio Watripon en février 1854, il est même explicitement fait allusion à un procès qu’aurait voulu faire Le Mousquetaire d’Alexandre Dumas pour contrefaçon et parasitisme. Ce procès n’a d’ailleurs existé que dans les rêves des petits journalistes du Moustiquaire – Alexandre Dumas, en fin connaisseur des mécanismes de la publicité, n’ayant pas fait de réclame pour son imitateur.

  • 4 Évidemment, ces deux catégories ou critères ne s’excluent pas.

5D’autre part, ont été également sélectionnés des journaux dont le caractère parodique était souligné par le dispositif de leur publication, la plupart du temps sous la forme d’une insertion à l’intérieur d’un journal satirique4. Beaucoup de feuilles parodiques, avec leur titraille propre, sont en effet intégrées dans des journaux satiriques. Nous avons repéré notamment trois séries manifestes : l’une publiée dans Le Figaro entre 1858 et 1862 (avec Le Fi-ga-ro, Journal politique et poétique de Kouang-Théou Fou (Canton), 8 avril 1858 ; La Casquette de Loutre, journal de l’éclectisme et de l’éreintement, 6 juin 1858 ; Le Bonheur, 18 septembre 1862 ; Le Guignon antipolitique et antilittéraire, 25 septembre 1862 ; La Gazette noire par un homme qui n’est pas blanc, 11 décembre 1862), une autre dans La Nouvelle Lune en 1880 due à André Gill (Le Nihiliste, journal des propres à rien (14 et 21 mars 1880), Le Cambronne, journal naturaliste (4 avril 1880), Le Biberon, journal des nourrices sèches (16 mai 1880), Le Journal des filous dédié à la société toute entière (25 avril 1880), Le Journal des maquillées. À l’usage des femmes de mauvaise mine (23 mai 1880)) et une très longue série dans La Bavarde (Le Lapin, organe des cocottes trompées (21 février 1883), Le Trottoir, feuille publique (3 mars 1883), Le Zola (17 mars 1883), La Fille d’Ève, journal des curieuses (14 avril 1883) qui donne en prime le petit guide de l’adultère) Notre corpus comprend donc une quarantaine de journaux parodiques parus entre 1850 et 1886. Visiblement le phénomène n’est pas exceptionnel même s’il est difficilement repérable à un siècle et demi de distance.

6À deux exceptions près, celle du Moustiquaire qui est publié régulièrement du 2 février à avril 1854 et celle du Nihiliste, journal des propres à rien, qui paraît deux fois les 14 et 21 mars 1880, tous ces journaux sont des singletons comme si une apparition unique, nous y reviendrons, épuisait leur potentiel réflexif et comique. À l’exception du Moustiquaire qui requiert en raison de sa périodicité (trihebdomadaire puis bihebdomadaire) une rédaction plus étoffée, tous ces journaux sont également des productions auctoriales, dues à la plume des premiers professionnels du rire. Les auteurs de ces journaux parodiques, Aurélien Scholl, Firmin Maillard, Léon Touchatout, Albert Robida, André Gill, Alfred Delvau, se sont aussi distingués par leur implication dans l’émergence du rire moderne. Cette première génération d’humoristes s’est en effet illustrée dans le journal comique, dans une forme de contre-presse, en inventant de nouvelles formes du rire. Ainsi Aurélien Scholl entre en 1857 au Figaro où il rédige pendant quatre ans une satire hebdomadaire des ridicules de l’époque intitulée « Les Coulisses », il fonde plusieurs journaux dont le plus connu est Le Nain jaune en 1863 et il est surtout l’un des propagateurs de la « nouvelle à la main » Second Empire. Léon Touchatout, auteur de l’Histoire de la France tintamarresque à partir de 1867 et directeur du Tintamarre à partir de 1872, est également responsable de l’hilarant Trombinoscope à partir de 1871. Alfred Delvau (1825-1867) fonde Le Moustiquaire mais il est aussi l’un des auteurs du Parnassiculet contemporain. Tous ces humoristes se sont épuisés dans la production d’un rire de connivence au point de n’avoir laissé souvent qu’une œuvre mineure, parfois réduite par la postérité, comme dans le cas de Scholl, à quelques anas. La présence de cette première génération d’humoristes dans la production de journaux au second degré n’est évidemment pas un hasard.

  • 5 Voir Sangsue Daniel, La Relation parodique, Paris, José Corti, 2007.
  • 6 Dousteyssier-Khoze Catherine, « De la parodicité : l’exemple naturaliste », in Poétiques de la par (...)

7Un des moments stratégiques du journal-pastiche, comme de toute œuvre parodique5, réside en son seuil. Dans le cas du journal, l’espace-clé du pacte parodique se trouve dans le bandeau-titre où doivent se manifester de manière indubitable les signes de la parodicité, pour reprendre la notion proposée par Catherine Dousteyssier-Khoze6. Si ces signaux n’existent pas, on a alors affaire à une mystification plus qu’à un journal parodique. Ainsi, dans le bandeau du Bonheur, des indices disjonctifs, extravagants (le prix de l’abonnement (un panier de fraises) et surtout les deux avertissements-« les annonces seront publiées gratuitement » et « Les articles non insérés seront payés plus cher que les autres et publiés en volume aux frais de l’administration ») manifestent que le lecteur est en régime ludique. D’ailleurs, symptomatiquement, le titre du journal hébergeur, Figaro, redouble le titre parodique. Lorsqu’un journal particulier est visé, l’enjeu est de copier de manière ostentatoire le dispositif du parodié. Par exemple la titraille du Mousquetaire est reprise par Le Moustiquaire. Le titre même repose sur une simple commutation de lettres, variation qui suffit à affecter le travesti d’une connotation péjorative. Surtout la chronique de tête du premier-numéro est décalquée littéralement de celle du premier numéro du Mousquetaire. Les lecteurs devaient s’en souvenir car dans le premier numéro du Mousquetaire, le 12 novembre 1853, Dumas avait inventé la causerie de rubrique de tête.

  • 7 Journal des Alphonses et des belles petites, in La Nouvelle Lune, 18 avril 1880.

8Tous les journaux parodiques adoptent ensuite le chemin de fer du journal, souvent condensé en une page. Les rubriques-phares du journal (notamment le feuilleton, les faits divers, les nouvelles à la main) se succèdent dans leur ordre canonique. Les noms de rubriques sont parfois repris tels quels mais le plus souvent subissent un décalage en miroir avec l’objet et le titre du journal : le premier-Paris devient le premier-trottoir dans Le Procureur, journal des Alphonses et des belles-petites7 et le premier-nihil dans Le Nihiliste ; les faits divers se transforment en faits d’hiver dans Le Nihiliste ; les coups de lancette chers au Figaro se métamorphosent en coups de casquette dans le journal La Casquette de loutre et en Moustiquades dans Le Moustiquaire.

9Les noms des journalistes sont souvent aussi l’occasion d’un dévoiement onomastique proche du mauvais calembour. Ces pratiques ne font d’ailleurs qu’accentuer un phénomène déjà caractéristique du journal satirique en général. Le rédacteur en chef de la Revue décadente et pessimiste du 6 mars 1886 est Tristan de Doublenoir. Le rédacteur du premier-trottoir du Journal des Alphonse de Gill paru le 18 avril 1880 s’intitule Roux Flaquette. Mais le journal parodique en sus de jeux de mots anodins multiplie aussi les personnalités. Le directeur du Sommeil, parodie du Soleil, est Morphée de Milo (allusion transparente à Moïse Millaud) ; le rédacteur en chef du Moustiquaire s’appelle Anténoir Dumanoir, double d’Alexandre Dumas (Le Moustiquaire ne se privant pas de lourdes plaisanteries sur les origines créoles de Dumas) ; le directeur du Cambronne se nomme E. Z’Hola.

10Beaucoup des articles insérés dans ces journaux et notamment dans les parodies de journaux littéraires sont des pastiches. Les nombreuses parodies de journaux naturalistes s’en donnent notamment à cœur joie tandis que Le Moustiquaire publie en feuilleton les mémoires d’Anténoir Dumanoir, décalqués de ceux de Dumas.

  • 8 « La guerre par correspondance », in Le Moustiquaire, no 3, 12 février 1854.
  • 9 Inséré dans La Bavarde.

11La plupart de ces journaux affirment leur volonté de faire rire avant tout. Même le Moustiquaire qui est sans doute de tous ces journaux celui dont la stratégie est la plus complexe (il veut visiblement exister en tant que petit journal, lancer une coterie de camarades littéraires tout en multipliant les attaques vers Le Mousquetaire) revendique de faire rire le lecteur et de porter « l’habit d’Arlequin, bariolé de toutes les couleurs8 ». La Vadrouille, journal du 5 mai 18839, porte en sous-titre « journal très drôle ». Dans La Baronne d’Ange, journal des scandales mondains, paru le 12 mai 1883, l’avis au lecteur affirme : « Il ne faut pas rire en égoïste, il faut rire pour faire rire ». Mais l’étude de leur fonctionnement montre qu’ils obéissent à un dispositif complexe en tourniquet.

LE FONCTIONNEMENT DE LA PARODIE DE JOURNAL

12La parodie de journal peut d’abord avoir un fonctionnement satirique classique en jouant sur des phénomènes de rires communautaires prenant pour cible une victime. Mais par ailleurs le journal-parodie a aussi toujours pour enjeu la machine médiatique qui constitue sans doute à partir de 1850 un sujet potentiel de rire partagé.

La satire : l’autre journal

  • 10 Le Cambronne, journal naturaliste, in La Nouvelle Lune, 4 avril 1880.
  • 11 Ce journal est inséré dans La Bavarde, 3 mars 1883.
  • 12 Paru dans Le Figaro, 8 avril 1858.

13Le journal parodique se positionne souvent idéologiquement par rapport à une cible externe qu’elle soit politique (les nihilistes), littéraire (les naturalistes avec Le Cambronne10 ou avec Le Trottoir, feuille publique, « rédactrice : Nana, administratrice : la fille Élisa11 »), de mœurs (les féministes avec le journal Le Trottoir libre. Journal des hommes coureurs et des femmes courues, 30 mai 1880), étrangère (les Chinois dans Le Fi-ga-ro, journal politique et poétique de Kouang-Théou Fou (Canton)12). La cible se confond le plus souvent avec l’émetteur fictif du journal. Feignant de défendre une cause, la parodie de journal la déconstruit en l’exagérant et en allant parfois jusqu’à l’absurde. Ses motivations ne sont pas toujours nobles. Journal des envers, à la démarche masquée, il se place parfois du côté des opinions rétrogrades, voire des démarches douteuses, xénophobes, misogynes ou racistes.

14Souvent liée à une question d’actualité, la parodie de journal en développe une version bouffe, fondée sur le procédé de l’hyperbole ou de l’antiphrase, véritable contre-journal avant l’heure. Il utilise la fiction et l’exagération, pour pousser à bout telle opinion, pour en faire ressortir le côté absurde avec une certaine mauvaise foi. Ainsi Le Nihiliste, journal écrit par André Gill, décrit le mouvement révolutionnaire russe, à travers des faits divers, des annonces, un roman-feuilleton, selon la double perspective suivante dont le caractère contradictoire crée évidemment des effets comiques : toutes les actions entreprises par les nihilistes manquent inéluctablement leur cible ; à cette maladresse répond celle du gouvernement russe absolument dépassé par un mouvement qui l’infiltre de partout. Une fois cette double règle posée, toutes les rubriques du journal peuvent provoquer le rire à cause de l’absurdité et de l’incongruité des situations d’abord, par la répétition des mêmes faits ensuite, une fois reconnu le dispositif initial. Dans ce cas, le rire se stratifie et profite de la structure double du journal. La partie informative et le feuilleton alimentent la mécanique du rire par des effets d’échos et de réduplications. Dans les faits divers, les entreprises des assassins nihilistes sont vouées à l’échec mais causent des dommages collatéraux majeurs :

  • 13 Le Nihiliste, journal des propres-à-rien, in La Nouvelle Lune, 14 mars 1880.

À Kiew, le général Muffoff passait en revue un régiment de cavalerie, en dépit des menaces de mort proférées contre lui par les nihilistes. Soudain une mine éclata. L’explosion fut effroyable. On ramassa les débris du régiment avec des cuillers. Seul le général n’a eu aucun mal13.

  • 14 Ibid.

Hier pour arriver à empoisonner le tzar, les nihilistes ont fait infuser du blanc de céruse et du sulfate de zinc dans le lait destiné à la capitale. Aussi 98 387 Moscovites sont-ils morts le soir même. Quant au tzar, il a mangé ce matin-là, à la place de son chocolat habituel, une succulente soupe à l’oignon14.

15Puis le lecteur lit le feuilleton fondé sur la récurrence de la même mécanique : surenchère grand-guignolesque dans la mort et l’attentat gratuit, contagion d’une doctrine jamais exposée mais seulement décrite par les effets tragiques qu’elle produit. Le feuilleton, hilarant, raconte donc la tentative d’assassinat du tsar par un militant nihiliste qui découvre que tout le monde, depuis la sentinelle jusqu’au général en chef, est nihiliste. Le comble, croit-on, de la surenchère est atteint lorsque le général en chef des armées lui fait le signe secret de reconnaissance nihiliste (il faut introduire son index droit dans sa narine gauche, renifler trois fois de la narine droite et se moucher d’un souffle nerveux tout en retirant sa chique du pouce) et lui permet d’approcher le tsar pour l’assassiner. Le feuilleton se termine ainsi :

  • 15 « Tous nihilistes !!! », ibid.

Chapitre X
Barlingdoff s’avança dans le cabinet impérial sans que le czar reconnut la supercherie.
Quand il fut à deux pas, il arracha vivement sa barbe, saisit l’empereur par la gorge, leva son poignard et…
Chapitre XI
Resta absolument abruti en voyant le czar en personne exécuter le plus purement du monde le signe de reconnaissance des nihilistes (voir plus haut)
Chapitre XII
Il lâcha son poignard, embrassa l’empereur et tous deux, pendant cinq minutes, se tapèrent sur le ventre, en s’appelant ma vieille branche.
Chapitre XIII
Un quart d’heure après, Barlindgoff Yvan était absolument fou. C’est lui l’auteur de cet article15.

16Beaucoup de journaux fonctionnent sur ce principe de la version bouffe de l’actualité. Mais quelquefois les cibles sont multiples, le tourniquet des significations s’emballe et pourrait bien susciter une réception plus pensive ou réflexive que rieuse. Parfois, le journal-parodie cache un journal satirique un peu primaire qui est lui-même en fait une machine ironique extrêmement subtile. Ainsi en est-il du Fi-ga-ro, journal politique et poétique de Kouang-Théou Fou (Canton) paru dans Le Figaro le 8 avril 1858. À première lecture, ce journal vise la Chine et les Chinois dans un contexte de politique impériale expansionniste. La mécanique raciste, assez grossière, est à entendre en écho avec les productions caricaturales de l’époque (voir notamment Daumier) et le discours colonialiste prédominant.

— On nous écrit de Yao-tchang que les troupes de Tao-Kouan (l’empereur de la Chine) viennent de livrer bataille aux insurgés sur les bords enchantés du fleuve Bleu. — Chose horrible à dire ! les troupes du Fils du ciel ont été battues à plate couture. C’est à n’y rien comprendre. La stratégie de notre généralissime Kouang-Ti était pourtant merveilleuse. Il avait habilement massé toute son armée en forme de carré, — et cela par une raison pleine de profondeur : c’est que la terre est carrée. Il avait aussi divisé ses soldats en cinq légions, ses légions en cinq brigades, ses brigades en cinq bataillons, ses bataillons en cinq compagnies et ses compagnies en cinq pelotons composés chacun de cinq hommes, — par cet autre et excellent motif qu’il y a cinq vertus cardinales, cinq points cardinaux, cinq couleurs. — De si sublimes calculs devaient le rendre invincible et il est vaincu ! — Expliquez ceci ! Expliquez ceci !

17Pourtant le journal parodique autorise une deuxième lecture plus cryptée que la première où finalement, ironiquement, le régime impérial français pourrait être visé. Ce petit fait-Canton inséré dans la chronique chinoise paraît assez suspect :

Le plus exquis des dîners est celui que nous a offert Pou-si-chen à l’occasion du bouton de corail rouge qu’il vient de mettre à son bonnet (signe des mandarins de Première classe).

18L’allusion à la légion d’honneur semble renvoyer dos à dos l’empire de Chine et le Second Empire, l’un servant de métonymie à l’autre. Surtout allant plus loin, le lecteur pourrait même être amené à voir dans la peinture de la censure chinoise une évocation à peine cryptée et drolatique du régime du Second Empire et de sa manière de contrôler la circulation de l’information :

Un faux bruit s’est répandu à Kouang-théou-fou (Canton). On prétend que notre ville a été prise d’assaut par les Français et les Poils rouges (les Anglais).
Que signifient ces paroles creuses ?-Rien de pareil n’est arrivé. On voit beaucoup de Poils rouges et de Français chez nous, c’est incontestable. Mais ils ne sont venus que pour s’agenouiller trois fois et se prosterner neuf fois aux pieds de notre vice-roi (tsun-tun).
On dit qu’ils ont tué trois cents Chinois. C’est incontestable. –Mais ils l’ont fait pour nous obliger, attendu que ces armes ne nous servaient absolument à rien et nous encombraient.

19Certes le journal politique et poétique de Kouang-Téou Fou ridiculise d’une manière odieuse certains traits pensés comme caractéristiques de la société chinoise mais il fait également la satire des modes de construction de l’information et des modes de coercition en régime autoritaire soit aussi sous le Second Empire. Ce dernier exemple manifeste un trait récurrent du journal-parodie : il parle de lui-même. En fait, le journal-parodie au-delà de toutes les cibles externes qu’il peut viser est surtout toujours réflexif. Il pointe avant tout une connaissance nouvelle de la matrice médiatique, de son fonctionnement qu’il exacerbe et radicalise.

La parodie : la démythification de la presse

20En effet, le journal-parodie se donne à lire comme un texte critique qui démythifie et le modèle journalistique et les objets de discours que ce dernier met en mots et en pages. Dans la parodie de journal, le dit disparaît souvent derrière un discours journalistique formaté qui dénonce l’illusion d’un discours journalistique authentique.

21Toute la matrice du journal, depuis son agencement typographique jusqu’à sa logique de médium en passant par la poétique des rubriques et le système général d’information qui l’encadre, se retrouve mise à nu dans la parodie de journal. Sous prétexte de chronique chinoise, c’est l’inanité de la chronique parisienne qui est dénoncée dans Le Figaro, périodique qui, comble de l’ironie, en a fait son fonds de commerce :

  • 16 Figaro, journal politique et poétique de Kouang-Théou Fou (Canton), 8 avril 1858, p. 6 et 7 du Fig (...)

Selon les rites de la chronique chinoise, je vous raconterai quatre choses : 1) le temps qu’il fait, 2) le menu du principal dîner donné à Kouang-théou-fou, 3) les mariages distingués qui ont eu lieu et 4) une anecdote d’une vénérable antiquité16.

  • 17 La Casquette de Loutre, journal de l’éclectisme ou de l’éreintement, 6 juin 1858 par Firmin Mailla (...)

22Systématiquement, la parodie de journal revient sur les stéréotypes journalistiques qu’elle souligne et dénonce. Dans La Casquette de Loutre, le chroniqueur écrit : « Au moment de mettre sous presse (ce n’est pas vrai mais cela se dit afin de donner une certaine fraîcheur à la nouvelle que l’on va annoncer)17 ». Ailleurs, dans Le Guignon, le feuilleton dénonce ses propres clichés :

  • 18 La Casquette de Loutre, journal de l’éclectisme ou de l’éreintement, 6 juin 1858 par Firmin Mailla (...)

Suivez-moi bien : la symphonie débute par un andante sfoggiatamente (ne vous arrêtez pas à cela ; j’emploierai de temps en temps quelques expressions baroco-italiennes, afin que les jeunes gens du Conservatoire ne m’accusent pas de juger une chose que je ne connais point) ; cet andante, dis-je, m’ouvrit immédiatement des horizons infinis18.

23La parodie de journal lorsqu’elle est réussie épuise en une fois l’essence de son modèle, et la dévoile d’autant plus nettement que cette structure est reliée à un contenu fantasque. Toute une part du rire, à un moment où tous les lecteurs de journaux satiriques participent de cette culture médiatique et en maîtrisent plus ou moins les ressorts, vient de cette critique du journal.

24La contrefaçon tend à devenir comme le patron paradigmatique, absolu et définitif de l’objet même qu’elle contrefait. Étant l’envers de l’envers, elle devient la matrice.

  • 19 Le Moustiquaire, 12 février 1854.
  • 20 Le Moustiquaire, 16 février 1854.
  • 21 Le Moustiquaire, 23 février 1854.

25D’où effectivement pour la parodie de journal la règle de s’en tenir à une production unique. Toute récurrence fait peser sur le journal parodique la suspicion, d’être, c’est un comble, un faux-journal parodique. C’est le cas pour Le Moustiquaire dont la lecture convainc que la parodie anti– Dumas sert de couverture à un projet littéraire. Dès les premiers numéros, il demande : « Qu’on sache désormais découvrir sous notre habit de paillasse, notre cocarde littéraire19 ». Lors du numéro quatre, il annonce qu’il ne sera plus seulement une feuille de polémique et de critique mais encore « le moniteur le plus fidèle du mouvement artistique et littéraire20 » et il prévoit un changement de périodicité. Le numéro 6 célèbre même en grande pompe la mort et l’enterrement d’Anténor Dumanoir : « Nous aurions pu entourer notre feuille d’un cadre noir, mais nous nous sommes contentés d’en enlever l’enseigne de rigueur : journal de MM. Dumanoir et Cie21 ». Ce journal parodique s’avère en partie mystification : en fait un petit journal satirique et littéraire a pris le visage d’un journal-parodie pour mieux entrer en scène et se faire un nom dans l’ombre de Dumas.

26Devant la complexité de cet objet qui cache quelquefois ses vrais enjeux, devant la variété des cas, journal ludique ou plus sérieux dans ses objectifs, il faut ultimement réfléchir aux conditions d’apparition du rire moderne.

LES CONDITIONS DU RIRE MODERNE : UNE LECTURE TRANSGRESSIVE

27Le rire se déclenche lorsque la crainte d’être dupé ne vient pas arrêter la mécanique du rire.

  • 22 Le Vrai-faux Journal de la RTBF. Les Réalités de l’information, Lits Marc (dir.), Bruxelles, Coule (...)

28Un frein à l’émission du rire peut résider dans le sentiment d’avoir été mystifié. Une étude très riche22, dirigée par Marc Lits, de l’émission parodique Bye Bye Belgium, émission-canular diffusée en 2007 à la télévision belge et qui annonçait, en respectant le protocole d’un flash spécial d’information, la scission de la Flandre a montré que le rire ne se produit pas lorsque le récepteur ne détecte pas immédiatement la parodie. La nouvelle présentée par le journal télévisé étant vraisemblable, beaucoup de lecteurs se sont fourvoyés et de nombreux procès d’intention ont été faits ensuite au réalisateur de l’émission. Dans notre corpus, toutes proportions gardées, la même incompréhension accompagne la sortie du Priape, parodie de journal pornographique de Touchatout. Dans un contexte de profusion de publications pornographiques, et alors que venait d’être saisi le premier numéro pornographique de la feuille Alphonse et Nana, Le Priape est lancé le 31 octobre 1880 par les marchands de nouveautés comme un nouveau journal, ce qui ne manque pas d’entraîner une campagne de presse lancée notamment par Le Petit Caporal, L’Estafette, La Petite Presse. En fait, ce journal parodique se composait d’une première page avec une gravure licencieuse et le début d’une nouvelle au titre égrillard, et d’une deuxième page où Touchatout flagellait avec une verve toute gauloise les lecteurs qui encouragent la publication d’écrits qui déshonorent la presse. Tout ceci inséré, à l’envers, en fin de numéro du Tintamarre. Le Tintamarre a donc été vendu à l’envers aux lecteurs pornographes sous couvert du Priape tandis que les lecteurs du Tintamarre découvraient en dernière page une parodie de journal pornographique. Touchatout rapporte dans une chronique que le rire des lecteurs du Tintamarre devant ce mundus inversus coïncida avec la mauvaise humeur de ceux qui avaient été bernés. Le geste qui consiste à retourner le journal pour le lire à l’envers paraît représentatif de la parodie de journal.

29Le rire se produit donc lorsque la transgression contre le dieu journal accompagne un discours immédiatement connoté comme impossible et donc quand le décrochage référentiel est le plus évident. Le médium journal a la capacité avec son système de rubricage, sa périodicité, son titre, son format, son article de tête de décrire dès sa première apparition un monde possible avec ses règles de fonctionnement. Les parodies de journaux les plus jubilatoires profitent de cette capacité du genre journalistique et peuvent, en quelques lignes, inventer un contre-monde qu’elles déclinent ensuite selon leur fantaisie. Les parodies de journal les plus amusantes sont fondées sur des discours carnavalesques, des phénomènes de mundus inversus ou de monde délirant qui se nourrissent de l’effet-support. Fait rire alors non seulement le caractère transgressif d’un dispositif, nous l’avons vu, qui remet en cause l’hégémonie des médias mais également la disjonction maximale entre le support et le contenu. Conscients du jeu, le lecteur entre dans un monde pour de rire, impossible, partageant avec le dispositif authentifiant la relation avec le réel, par l’intermédiaire du support, partageant avec la fiction la création d’un monde autonome, ici inversé et délirant. Le déchaînement du rire repose alors sur l’exercice jubilatoire d’une imagination déchaînée qui atteint cette sorte d’irréalité comique que Baudelaire nommait le surnaturalisme.

30Ainsi, le premier article de la Revue décadente et pessimiste de Robida, parue en 1886, déroule le programme du journal et la représentation du monde qu’elle défend.

  • 23 Revue décadente et pessimiste, in La Caricature, 6 mars 1886.

Le moment nous semble venu de lui donner un organe officiel. La Revue pessimiste va courageusement emboucher la grande trompette de la désespérance et répandre sur le monde l’amère semence du découragement, de l’aplatissement, des larmoyances décadentes et de toutes les navrances physiques. Elle va pousser chacun à la haine et au mépris de tous et de soi-même. La Revue pessimiste enfin va s’attacher à détruire ce qui reste de l’ancien concept de la vie fade et sirupeuse des idéalistes sucrés, elle n’aura pour ce faire qu’à découvrir toutes les réelles lugubrités de la vraie vie qu’à montrer sans pitié le vide, le creux de toutes choses23.

31Trois phénomènes garantissent le rire : l’absurdité en soi du discours, la disjonction entre le genre — la profession de foi d’un journal — et les propos tenus et enfin l’effet parodique du texte qui renvoie à des intertextes connus du lecteur.

  • 24 Ibid.
  • 25 Le Bonheur, in Le Figaro, 18 septembre 1862.

32Une fois ce monde posé, la Revue pessimiste peut dérouler une mécanique comique faite d’exagérations et de redondances à travers un échantillonnage de rubriques attendues mais prises à contre-pied. La Revue pessimiste fonde ainsi le prix Anti-Monthyon « pour des gens qui s’avoueront franchement canailles, selon les grandes lois de la nature, et qui prouveront leur ignominie par des attestations sérieuses, qu’une commission spéciale de vétérans du bagne contrôlera avec sévérité24 ». Dans Le Bonheur de Scholl, autre grande réussite de ce corpus, le lecteur entre également dans un monde nouveau régi par le principe du bonheur. La disjonction entre le contenu lénifiant et un support journalistique propagateur généralement de mauvaises nouvelles suscite le rire. Le premier-Paris, au lieu de divulguer des catastrophes, raconte l’avènement de la paix universelle : « Tous les canons viennent d’être fondus pour faire des cloches, des pendules à sujets, et des candélabres rayés25 ». Le fait divers aussi ne raconte que des anecdotes aussi joyeuses qu’improbables :

  • 26 Ibid.

Florence. Dans la nuit d’avant-hier, la diligence de Pescia a été arrêtée par des brigands qui ont donné de l’or à tous les voyageurs, après avoir forcé les dames à accepter des bagues et des bracelets.
L’une d’elles ayant une robe décolletée, un brigand lui a prêté son manteau afin que la pudeur des opérations ne pût être blessée26.

33Et dans la rubrique des brèves, on trouve la nouvelle suivante sous le titre « Télégraphie privée » :

  • 27 Ibid.

Eden, 8 heures du matin
Une scène touchante a eu lieu dans le Paradis terrestre. Caïn a fait des excuses à Abel27.

34Beaucoup des articles des journaux parodiques fonctionnent ainsi sur le principe du mundus inversus poussé jusqu’à l’absurde. Font rire alors le frottement entre le support informatif et l’information improbable ainsi que la transgression à l’égard de la presse à un moment où le monde médiatique tente de mettre en place les frontières fiction/non fiction.

35La parodie de journal a été développée de manière diffuse et erratique par la première génération d’humoristes professionnels français. Elle tranche avec un périodique classique par son auctorialité et par sa non-périodicité car en fait, elle feint d’être un périodique pour mieux se moquer du journal qui est toujours une de ses cibles. Les dispositifs les plus réussis fondent le rire sur la friction entre un support généralement destiné à rendre compte du réel et des contenus dépeignant souvent des mondes inversés, carnavalesques dont les principes de fonctionnement sont poussés à bout jusqu’à l’absurde. Plus que dans les canulars télévisuels, mystifications qui ne font pas rire leurs dupes, ces journaux ont connu des filiations dans les nombreuses émissions télévisuelles satiriques qui feintent d’être des journaux d’information (Groland, Le vrai journal, Le journal de les nuls) ou dans les journaux du groupe Jalons.

Notes

2 Formule d’Alain Vaillant.

3 On pourrait reprendre les expressions de Jean-Didier Wagneur pour définir le territoire de la petite presse : « Elle se veut un différentiel efficace, capable d’en déconstruire la lecture mais cherche simultanément à exister dans le paysage médiatique. Elle s’inscrit face à la presse générale, et face aux autorités des divers champs (politique, littéraire, artistique) dans un rapport d’outsider » (Wagneur Jean-Didier, « Le journalisme au microscope. Digressions bibliographiques », in Études françaises, vol. 44, n° 3 (« Microrécits médiatiques. Les formes brèves du journal, entre médiations et fiction »), 2008, p. 26).

4 Évidemment, ces deux catégories ou critères ne s’excluent pas.

5 Voir Sangsue Daniel, La Relation parodique, Paris, José Corti, 2007.

6 Dousteyssier-Khoze Catherine, « De la parodicité : l’exemple naturaliste », in Poétiques de la parodie et du pastiche de 1850 à nos jours, Dousteyssier-Khoze Catherine et Place-Verghnes Floriane (dir.), Bern, Peter Lang, « Modern French Identities », 2006, p. 68-69.

7 Journal des Alphonses et des belles petites, in La Nouvelle Lune, 18 avril 1880.

8 « La guerre par correspondance », in Le Moustiquaire, no 3, 12 février 1854.

9 Inséré dans La Bavarde.

10 Le Cambronne, journal naturaliste, in La Nouvelle Lune, 4 avril 1880.

11 Ce journal est inséré dans La Bavarde, 3 mars 1883.

12 Paru dans Le Figaro, 8 avril 1858.

13 Le Nihiliste, journal des propres-à-rien, in La Nouvelle Lune, 14 mars 1880.

14 Ibid.

15 « Tous nihilistes !!! », ibid.

16 Figaro, journal politique et poétique de Kouang-Théou Fou (Canton), 8 avril 1858, p. 6 et 7 du Figaro.

17 La Casquette de Loutre, journal de l’éclectisme ou de l’éreintement, 6 juin 1858 par Firmin Maillard.

18 La Casquette de Loutre, journal de l’éclectisme ou de l’éreintement, 6 juin 1858 par Firmin Maillard.

19 Le Moustiquaire, 12 février 1854.

20 Le Moustiquaire, 16 février 1854.

21 Le Moustiquaire, 23 février 1854.

22 Le Vrai-faux Journal de la RTBF. Les Réalités de l’information, Lits Marc (dir.), Bruxelles, Couleur Livre, 2007.

23 Revue décadente et pessimiste, in La Caricature, 6 mars 1886.

24 Ibid.

25 Le Bonheur, in Le Figaro, 18 septembre 1862.

26 Ibid.

27 Ibid.

Auteur

Université Montpellier III

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540