Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rire moderne

 | 
Alain Vaillant
, 
Roselyne de Villeneuve

Le rire et l'imprimé

Modernités du rire de réemploi

Les « Physiologies » ou l’art d’accommoder les restes

Valérie Stiénon

Texte intégral

LE PROPRE DE LA « PHYSIOLOGIE »

  • 1 Voir par exemple la place que Julie Anselmini accorde au rire et au comique en ouverture de son ar (...)
  • 2 Voir à ce sujet le travail très bien documenté de Nathalie Preiss, Les Physiologies en France au x (...)
  • 3 [Preiss–] Basset Nathalie, « Les Physiologies au xixe siècle et la mode. De la poésie comique à la (...)

1La spécificité des Physiologies serait-elle d’être un « genre humoristique » ? Nombreux sont ceux qui en sont convaincus. Selon un présupposé récurrent, ce petit genre éditorial proliférant dans les années 1840 serait même par essence humoristique1. Bien ancré dans le métadiscours prenant en charge ce corpus, un tel constat semble d’ailleurs tenir de l’évidence lorsqu’on considère l’humour caricatural des Physiologies, qui dégradent avec une jubilation ostentatoire les valeurs nobles et les références convenues relevant très diversement des domaines de la science, des arts, de l’actualité culturelle et de la politique. Il n’y a pas seulement que ces textes font un emploi parodique de l’étiquette générique « physiologique » en manifestant une prise de distance à l’égard de la vision unitaire véhiculée par la physiologie médicale de la première moitié du xixe siècle2. Il y a aussi que les Physiologies thématisent certaines modalités du rire, en particulier celles de la « flouerie » (néologisme d’époque), cette rouerie financière recourant à la ruse mystificatrice, et du folklore carnavalesque, incarné dans certains types exprimant, par antonomase ou allégorie, une essence de la blague : Robert Macaire, Mayeux, Chicard. En outre, ces textes manifestent ce que Nathalie Preiss a nommé la « poésie comique3 ». Issue de la rhétorique et de la pragmatique publicitaires, celle-ci est repérable à travers certains procédés ludiques abondants, tels le calembour, la paronomase, l’amphibologie jouant sur les sens propre et figuré, la réactivation par « contre-catachrèse » d’expressions figées ou encore les procédés métarhétoriques, les jeux de mots étant pris en charge par un commentaire spécifique qui les met en évidence et réfléchit à partir d’eux (métadiscours, italiques, métaphore filée).

  • 4 Comme le rappelle Philippe Hamon dans L’Ironie littéraire, Paris, Hachette Université, 1996, p. 14 (...)
  • 5 Pour en savoir davantage sur le rire blagueur à l’époque des Physiologies, voir Preiss Nathalie, P (...)
  • 6 Auteur de la Physiologie du Bourgeois, paru en 1841 chez Aubert.
  • 7 Signalons tout de même que la Physiologie de la poire de Sébastien-Benoît Peytetel, antérieure à c (...)
  • 8 Rousseau James, Physiologie du Robert Macaire, Paris, Jules Laisné, 1842.

2Force est donc de constater la bigarrure et la profusion de ces ressources comiques, qui tendent à faire recette et à constituer la formule du genre. Mais il convient surtout de signaler leur complexité et leur statut équivoque. En effet, il y a d’abord que la blague, selon ses deux acceptions de parole plaisante et de parole trompeuse4, développe un traitement axiologique ambigu, entre appréciation biaisée et dépréciation cinglante de la cible, prise comme modèle ou repoussoir. Mode d’énonciation polyphonique, multiple et peu localisable, la blague œuvre paradoxalement au brouillage des singularités énonciatives au profit d’un espace de parole indifférenciée. À cet indécidable engendré par un rire blagueur5, se mêle le registre satirique, central dans les Physiologies, qui le manifestent principalement à travers la caricature d’un personnage archétypal, bouc émissaire concentrant sur lui les moqueries adressées à la classe sociale ou à l’ensemble des individualités socio-professionnelles qu’il représente. Ainsi du sempiternel bourgeois prudhommesque dont on doit d’ailleurs la pontifiante figure à un contributeur occasionnel à la mode physiologique : Henry Monnier6. Les lois sur la censure7 de l’image n’ont pas complètement adouci ces textes en les orientant dans le sens d’une lénifiante et inoffensive étude de mœurs destinée à remplacer, par son pittoresque, les attaques de la satire. Empruntant des chemins à peine détournés, la subversion demeure. Quitte, d’ailleurs, à user de la stratégie de la vignette montrée comme censurée, ainsi que le fait la « vignette supprimée par la censure » de la Physiologie du Robert-Macaire8, au moment d’aborder l’épineux chapitre du Robert-Macaire Ministre. À bien les considérer, on serait tenté d’apparenter les Physiologies au rire que définit Philippe Hamon en contraste avec le sourire :

  • 9 Hamon Philippe, L’Ironie littéraire, op. cit., p. 46.

C’est le monde du gag du film muet, de l’objectivation, du corps montré, mis en scène, exhibé, ouvert (la bouche), théâtralisé, monde ludique de la farce et de la tarte à la crème, du “mécanique plaqué sur du vivant” (Bergson) monté pour faire rire un spectateur “détaché”. La cible est ridiculisée, l’exclusion, la satire et la moquerie d’autrui peuvent se faire directement et explicitement agressives9.

3Ces composantes du rire semblent précisément à l’origine d’un malentendu fondamental et récurrent concernant ces textes : celui qui consiste à les considérer comme badins mais railleurs, inoffensifs mais critiques, fantaisistes mais lucides. En voici un exemple significatif, issu d’une étude récente sur la thématique de la nuit parisienne au xixe siècle. Son auteur insiste volontiers sur la présence d’un ton doucement moqueur, superficiel et désinvolte :

  • 10 Delattre Simone, Les Douze Heures noires. La Nuit à Paris au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 200 (...)

Le succès des physiologies est un exemple célèbre de la passion d’observer les mœurs parisiennes qui saisit le premier xixe siècle : le ton étant à l’ironie badine, la nuit y est souvent dédramatisée. [...] Paris devient rassurant et amusant, puisque tous les incidents quotidiens peuvent être rangés dans des tiroirs. La réalité urbaine se feuillette comme un livre d’images où règne la bonhomie, loin de tout discours savant-les physiologies miment davantage le regard superficiel du badaud que l’observation patiente de l’expert. Cette désinvolture vise en fait les couches intermédiaires de la société auxquelles on offre la version futile et sans conséquence des enquêtes sur la misère qui sont menées à la même époque, et alimentent la peur sociale10.

4Comme en témoigne l’extrait, il est question-on aura noté les quasi-oxymores-d’« ironie badine » et de « critique inoffensive ». Et, assurément, les Physiologies se situent entre le ton badin et la prétention sérieuse à investiguer un état de société. Cette ambiguïté est renégociée différemment selon les auteurs qui, tantôt, versent sans retenue dans le genre potache et la gaudriole et, tantôt, s’affirment comme des spécialistes, à la parole autorisée.

  • 11 Car il est possible de repérer des scansions historiques et contextuelles : celles du rire façon R (...)

5Constituant un des codes du genre, c’est une double logique du rire à l’œuvre dans le corpus qui est à l’origine de cette réception contrastée. Pour en rendre compte, il convient d’examiner comment se négocie, dans les procédés humoristiques manifestés par les Physiologies, le rapport entre une référence externe au dispositif textuel, de nature essentiellement politique et sociale (référence de seconde main généralement empruntée à la presse), et une référence interne, davantage textuelle et de type autotélique, reposant sur des procédés d’autoreprise et d’autocommentaire. En postulant qu’il y a là une importante clé de lecture de ces textes, il s’agit donc d’étudier la partition et les interactions entre portée politique du rire et innocuité de ses effets, entre polémique par subversion et neutralisation par autoréflexivité. Une telle approche se centre sur le dispositif textuel tout en le chevillant à un contexte politique et culturel. Elle permet donc de contourner, dans une certaine mesure, les délicates distinctions entre un rire d’époque, qui serait segmentable en grandes périodes historiques11, un rire significatif d’une démarcation distinctive stratégique et un rire caricatural de réaction au régime monarchique en place ou, plus généralement, à un état de fonctionnement de la société parisienne des années 1840. Déplacer de la sorte l’observation des caractéristiques d’une essence du rire vers l’étude de mécanismes formels diversement mobilisables selon la nature de la référence traitée, en texte ou hors texte, permet d’amorcer une considération plus générale des « dispositifs » textuels du rire.

DEUX LOGIQUES À L’ŒUVRE

  • 12 Huart Louis, Physiologie de l’Étudiant, Paris, Aubert, 1841, p. 76.
  • 13 Rousseau James, Physiologie du Viveur, Paris, Aubert, 1842, p. 104.
  • 14 [Anonyme], Physiologie du Calembourg, par un Nain Connu, Paris, Raymond Bocquet, 1841, p. 5.
  • 15 Huart Louis, Physiologie du Médecin, Paris, Aubert, 1841, p 16.
  • 16 [Anonyme], Physiologie des Cafés de Paris, Paris, Desloges, 1841, p. vii.

6Si contraignants que soient les interdits, il reste toujours possible de les contourner. Les Physiologies excellent à ce jeu. Si elle se fait rarement ad hominem et préfère l’implicite du texte à clés et de l’allusion, la subversion reste cependant suffisamment explicite pour que telle fraction sociale, par corps professionnels, se reconnaisse et soit atteinte. Ces cibles sont principalement touchées par la dégradation des valeurs et des références admises. Sans surprise, deux domaines se trouvent particulièrement égratignés : l’Académie, qui regroupe quelques vieillards inutiles imbus d’eux-mêmes, et le corps médical, qui se compose de charlatans plus habiles à ruser qu’à guérir. Ces textes se livrent ainsi au décryptage sans concession de toute habitude, attitude ou intention appréhendée sous l’angle privilégié de l’imposture. Par ailleurs, la satire stigmatise volontiers les fautes de langue et les « patois », qu’il convient plutôt de nommer parlures, pour les désancrer du seul critère régional de la variation diatopique et prendre en compte les variations diastratique et diaphasique, c’est-à-dire, respectivement, les variations par fractions sociales et par divergences stylistiques individuelles, selon des normes langagières et des registres plus ou moins admis. Car les à-peu-près et les approximations abondent pour signifier l’écart normatif. Ainsi de la grisette, cette jeune femme de modeste condition et de piètre alphabétisation, prononçant erronément « Mémorency » pour Montmorency12. Une telle prise en charge sociolinguistique participe activement au projet panoramique d’observation du corps social dans son ensemble. Enfin, après les grandes pointures désacralisées et le langage exhibé dans ses mésusages, c’est au tour du sens commun, tel qu’il est relayé par les proverbes et les sentences lapidaires, de se trouver dévalué. Ainsi du très vaudevillesque « Celui qui s’est réjoui par la casserole sera humilié par la poêle à frire », qui se substitue, dans la Physiologie du Viveur13, à l’implacable Celui qui se servira de l’épée périra par l’épée. La Physiologie du Calembourg nous offre, quant à elle, un savoureux passage : « le calembourg unit l’utile à l’agréable, utile dulci, comme l’a écrit, après Horace, un marchand de chocolat14. » Le fonctionnement du mode satirique repose sur la substitution d’une axiologie à une autre, par analogie ou par intertextualité déclassantes. C’est ainsi que procède la Physiologie du Médecin lorsqu’elle établit des comparaisons incongrues entre le médecin et le corbeau15. Quant à la Physiologie des cafés de Paris, elle raille en ces termes une métaphore biologique due à un célèbre médecin : « Nos idées viennent de l’estomac, comme Cabanis l’a probablement entrevu quand il a dit “Le cerveau digère la pensée”. Achevons et disons sans aucune espèce de métaphore : l’estomac digère la pensée [...]16. » On le voit : à partir du matériau analogique de la comparaison, de la métaphore et, plus généralement, du rapprochement imagé propice à la caricature, la Physiologie conteste en déformant.

  • 17 Rousseau James Physiologie du Viveur, Paris, Aubert, 1842, p. 90.
  • 18 Huart Louis, Physiologie du Médecin, op. cit., p. 68.
  • 19 Ibid., p. 64.
  • 20 Ibid., p. 68.

7Ce sont encore des trésors d’analogie que déploie la Physiologie du Viveur, lorsqu’elle décrit ce dernier se « cramponnant au passé comme un noyé aux branches d’un saule17 ». Le macabre ainsi pris en charge par le ton badin alimente un autre mode de dépréciation au service de la satire : le burlesque. Force est d’ailleurs de constater que de telles scènes, pléthoriques, prennent appui sur un comique de situation largement prélevé dans les vaudevilles dont les Physiologies sont proches, par leurs thématiques et certains aspects de leur dispositif générique comme par leurs auteurs, ces polygraphes étant pour la plupart feuilletonistes et vaudevillistes : Jacques Arago, Louis Couailhac, Eugène Guinot, Paul de Kock, Maurice Alhoy, pour ne citer que ceux-là. Le traitement burlesque se décline dans toute la gamme des registres qui vont de l’insistance sur l’absurdité de certaines scènes-ainsi la Physiologie du Médecin en arrive-t-elle, après maintes péripéties, au constat selon lequel « le noyé est mort parce qu’on ne l’avait pas pendu assez vite18 » –, jusqu’aux périphrases descriptives bouffonnes, qui consistent par exemple à invoquer, au sujet des « remèdes dits de bonnes femmes19 » pour le moins expéditifs, « le génie inventif des esculapes en bonnet à barbe20. » Les raisons de cette infiltration burlesque du rire physiologique ne manquent pas. D’abord, ce registre constitue un mode descriptif puissant, qui s’accorde bien au projet panoramique des Physiologies. Ensuite, le burlesque peut se glisser dans les micro-récits en s’accommodant d’une diégèse discontinue, celle de la narrativisation d’anecdotes développées par la fiction d’actualité que manifestent ces textes. Enfin, le burlesque vient animer la caricature par l’ajout d’une inflexion supplémentaire dans l’exagération déformante. Ces trois raisons en font donc un mode parfaitement adéquat au dispositif générique de la Physiologie.

  • 21 Genette Gérard, Palimpsestes. La Littérature au second degré, Paris, Éditions du Seuil, « Points E (...)
  • 22 Rousseau James, Physiologie du Viveur, Paris, Aubert, 1842, p. 65.
  • 23 Parue anonymement chez Desloges en 1841.
  • 24 Arago Jacques, Physiologie du Bonbon, Paris, Imprimerie Dondey-Dupré, 1842.
  • 25 Parue anonymement, Imprimerie de Worms, 1841.

8La seconde grande modalité du rire dans ces textes résulte de procédés ludiques exerçant un effet subversif moindre, voire inexistant. On n’entendra pas ici le « ludique » dans l’acception qu’en donne le Genette de Palimpsestes21, c’est-à-dire celle d’un régime incluant la parodie et le pastiche, situable (fût-ce provisoirement) entre les registres ironique et humoristique. Le ludique s’entendra ici, plus généralement, comme une modalité socio-discursive qui manifeste une créativité rhétorique et pragmatique valant pour elle-même. Cette fois, contrairement à la satire, il ne s’agit pas de substituer un système de valeur à un autre ou d’en confronter plusieurs, mais de neutraliser toute portée axiologique ou d’en livrer un traitement ambigu. À titre d’illustration, observons l’extrait suivant, issu de la Physiologie du Viveur : « Je demande humblement pardon pour le titre de ce chapitre [L’apprenti viveur]. Si je me sers de cette expression d’apprenti, c’est la faute de notre langue, qui ne m’offre pas d’autre mot pour rendre ma pensée22. » Il s’y manifeste une double prise en charge de l’énoncé par l’énonciation, à travers le cumul de la réflexion métalangagière et du commentaire de l’énonciateur sur son acte énonciatif. Ce condensé d’autoréflexivité intègre les considérations sur le dispositif paratextuel (le titre), le métalangage et la posture énonciative. De la sorte, s’opère une neutralisation de la portée subversive de ces textes par le retour de la Physiologie sur elle-même. En effet, le commentaire sur l’actualité socio-culturelle est rendu moins incisif dans la mesure où il se trouve pris dans le filtre d’un autocommentaire permanent. Celui-ci est bien souvent dépréciateur. Le summum de l’autodisqualification culmine dans la Physiologie des Physiologies23, cette « Physiologie » au carré parue en 1841 qui formule sur le mode autoparodique un discours contre-programmatique signifiant toute l’absence de projet esthétique de ces textes. Y est ainsi dénoncée la stratégie du titre racoleur colmatant à peine un remplissage textuel facile et négligent. À rebours de cette autodépréciation, notons toutefois la préparation effective d’une certaine forme de thésaurisation dans la réception de ces textes, comme en témoigne l’entreprise sérielle cumulative dans laquelle chaque type doit venir trouver sa place. Notons aussi la diffusion de ces textes dans les cabinets de lectures, ce qui les éloigne du statut de simples tracts distribués dans la rue, même s’il a effectivement existé une Physiologie du bonbon24, distribuée chez les confiseurs, et une Physiologie du Chapeau de soie et du Chapeau de feutre25 faisant la réclame d’une boutique de chapelier dirigée par un certain Charles Monier.

  • 26 Procédé abondant dans les pages de la petite presse. Voir à ce sujet Wagneur Jean-Didier, « Le jou (...)
  • 27 Lauster Martina, Sketches of the Nineteenth Century : European Journalism and Its Physiologies. 18 (...)

9Différents vecteurs d’autotélisme sont donc observables dans les Physiologies : le dispositif énonciatif, la facture matérielle du livre, l’identité auctoriale, les ressources rhétoriques. Ces petites monographies manifestent de la sorte une autoconnaissance de leur esthétique et de ce qui les façonne. Elles développent une autoscopie26 qui va jusqu’à surjouer un statut éphémère et une médiocre qualité. Dans son étude de l’esquisse textuelle et iconique née de la presse et des écrits panoramiques de 1830-1850, Martina Lauster a bien remarqué que ces textes constituent un métasystème encyclopédique qui élabore un nouveau réseau autoréférentiel insistant sur la dimension sérielle de production de la saynète ainsi que sur ses aspects commerciaux et périssables. Ceux-ci sont liés au journalisme et à la fonction du journal comme médium capable de populariser la physiologie moins comme un paradigme cognitif qu’en tant qu’indicateur idéologique d’un état de société27.

  • 28 Comme le rappelle Philippe Hamon, L’Ironie littéraire, op. cit., p 127-128.
  • 29 Migozzi Jacques, Boulevards du populaire, Limoges, Presses universitaires de Limoges, « Médiatexte (...)

10Le xixe siècle est assurément un siècle réflexif et inventeur de lui-même28, dans sa grandeur comme dans ses travers. Il convient toutefois de prendre pleinement acte des possibles biais épistémologiques du regard posé par le chercheur qui tend à discerner, dans des textes comme les Physiologies, un autotélisme susceptible de manifester les preuves d’une intelligence du dispositif physiologique et conférant à celui-ci un surcroît de valeur, sinon littéraire, du moins cognitive. Dans ses travaux sur la littérature populaire, Jacques Migozzi a pourtant bien précisé que seuls quelques rares textes de virtuoses du populaire comportent une telle autoréflexivité. Il a aussi remarqué qu’il semble s’exercer à propos de ces corpus minorisés un effet du regard savant du chercheur en littérature qui a « tendance à rédimer l’objet de son plaisir en l’auréolant à tout coup du lustre bakhtinien du charivari carnavalesque29. » Ajoutons que, dans le cas qui nous occupe, ce regard involontairement légitimant et rarement pensé comme tel se focalise prioritairement sur le repérage de procédés de désacralisation et de démystification développés par les textes eux-mêmes à des fins ludiques et parodiques. Tout l’enjeu d’une approche scientifique serait dès lors de prendre la mesure de ce qui appartient au texte et de ce que le chercheur tend prioritairement à y voir.

  • 30 Huart Louis, Physiologie du Médecin, op. cit., p. 52.
  • 31 Ibid., p. 112.
  • 32 Huart Louis, Physiologie de l’Étudiant, Paris, Aubert, 1841, p. 78-79.
  • 33 Ibid., p. 13-14.

11Cet autotélisme ambigu-et à certains égards problématique-se manifeste aux niveaux métalogique et métarhétorique. Les procédés métalogiques participent au parasitage interne d’un dispositif à prétention cognitive qui se présente sous les atours du traité scientifique mâtiné d’étude de mœurs et qui, au mieux, fait preuve d’une certaine sociologie spontanée dans sa collecte de données sociales à partir de l’observation de types. Le principal procédé du rire métalogique est celui de la méprise feinte, ressort comique courant et peu coûteux. En termes techniques, il s’agit de la fausse épanorthose, cette figure logique de correction du discours par laquelle les Physiologies parviennent à jouer sur deux sens d’un même mot ou à verbaliser explicitement des allusions latentes sous couvert de corriger une méprise imputée à une inadvertance prétendue. Ainsi, dans la Physiologie du Médecin : « la même scène de comédie, non, je veux dire de haute médecine30 », ou encore : « les boutiques des apothicaires,-pardon ! des pharmaciens31 ». Citons encore la Physiologie de l’Étudiant, qui se délecte de la méprise entre un âne et un voyageur32 ou encore de ce malentendu feint : « Quand l’étudiant est économe et qu’il tient absolument à faire usage de ce bifteck remarquable, il demande un morceau de papier au garçon, l’enveloppe soigneusement-le bifteck, pas le garçon33 ».

  • 34 Bergson Henri, Le Rire. Essai sur la signification du comique, Paris, PUF, 1964 (203e édition), p. (...)
  • 35 [Anonyme], Physiologie du Calembourg, par un Nain Connu, Paris, Raymond Bocquet, 1841, p. 6.
  • 36 Blismon [pseud. de Blocquel Simon], Physiologie complète du Rébus, Paris, Delarue, 1842.

12Un autre cas d’autotélisme bien représenté est celui, métarhétorique cette fois, du jeu sur les mots. Pour reprendre la distinction de Bergson34, rappelons qu’il ne s’agit pas du comique que le langage exprime, mais de celui qu’il crée. Cette seconde forme concerne les Physiologies dans la mesure où le ludique s’y développe principalement par le jeu sur la matérialité du langage et des mots, cette « poésie comique » dont Nathalie Preiss a bien souligné les caractéristiques. Ces jeux, non de mots mais sur les mots, sont très fortement liés à une thématique particulière, celle de la mode, qu’on pourrait généraliser à la rhétorique du discours publicitaire et de la réclame journalistique. Ce style publicitaire dont héritent les Physiologies au point d’en élaborer une poétique spécifique est un vecteur majeur d’autoréférentialité ludique et va bien au-delà de la seule description de situations comiques. Les deux Physiologies du Calembourg (« par un nain discret » et « par un nain connu ») et celle du rébus en sont particulièrement révélatrices. Elles cultivent les à-peu-près aptes à signifier une désinvolture valant pour l’indication même de la posture énonciative comique. De plus, ces trois textes constituent une manière de plaidoyer en faveur de ce type de rire, où la mise en pratique elle-même sert la revendication de cette pratique, comme l’indique le programme suivant, énoncé sous forme de calembour : « [...] en fait de calembourg, les sauts (sots) sont les bonds (bons) et les pluvieux (plus vieux) sont les plus frais35. » Il en va de même dans la Physiologie complète du rébus36, qui tourne à l’explication de l’art du rébus et se présente comme un catalogue en forme de mode d’emploi des signes les plus usuels. Il y est question de « science du calembour ». Le ludique est donc cadré et promu par l’intention didactique développée par ces singuliers petits traités, qui finissent par se prendre eux-mêmes pour objets et promouvoir le rire qu’ils manifestent.

PRATIQUES DU RIRE DE RÉCUPÉRATION

  • 37 D’ailleurs auteur de la Physiologie du Floueur, parue chez Aubert en 1842.
  • 38 Voir à ce sujet Huon Antoinette, « Charles Philipon et la Maison Aubert (1829-1862) », in Études d (...)

13En connexion avec la petite presse satirique illustrée, la mode physiologique des années 1840 filtre des thématiques communes et retravaille un même matériau rhétorique et iconique par la reprise de contenus d’articles et de gravures parues notamment dans La Caricature et Le Charivari, la jonction avec cette petite presse satirique illustrée étant efficacement assurée par Charles Philipon37 et la maison Aubert38. Puffisme, techniques de la réclame, à-peu-près, calembour, plagiat et autocitation sont autant de procédés dont la concentration et le traitement autoréflexif fournissent un matériau privilégié à l’écrivain mineur en quête de marques distinctives lui permettant de s’inscrire dans une mode formatée en grande partie par des collections éditoriales. Les causes de ce phénomène massif de reprise humoristique sont à chercher à la fois dans la relative absence de législation sur la propriété littéraire et dans l’adhésion des « Physiologies » aux protocoles de production de la presse. Ces modes de reprise humoristique ont une portée esthétique et une efficacité pragmatique qu’il reste à déterminer. En contribution à une poétique historique des formes comiques dévaluées, il convient à présent d’aborder les spécificités du rire physiologique en tenant compte de la provenance et des enjeux de ce qui pourrait être qualifié comme un rire de récupération.

  • 39 Preiss Nathalie, Les Physiologies en France au xixe siècle. Étude historique, littéraire et stylis (...)
  • 40 Ibid., p. 178-188.

14Vignettes, extraits, anecdotes, titres : tout peut faire l’objet d’une récupération, tant ces textes manifestent « l’art de vendre à des prix différents un même produit39 ». En témoigne d’ailleurs la réédition en format journal de certaines Physiologies à succès dans la « Bibliothèque pour rire » chez Aubert en 1850. Ce dispositif tentaculaire puise partout où il peut, et même où il ne peut pas. Ainsi de cet article de Balzac intitulé « Du gendarme » paru dans La Silhouette du 13 mai 1830 et repris le 20 mai 1830 sous le titre « Physiologie du gendarme » dans Le Voleur, journal pilleur cousin du Corsaire. Et c’est à double sens : inversement, les journaux récupèrent volontiers des extraits de Physiologies déjà publiées40. Le Charivari du 11 mars 1841 reproduit neuf vignettes de la Physiologie du garde national, en précisant leur origine ; le numéro du 20 avril 1841 en reproduit neuf autres issues de la Physiologie de l’Étudiant, occasion, au passage, d’en assurer la publicité en mentionnant Louis Huart, déjà autoproclamé inventeur du genre physiologique, comme « notre collaborateur ». Outre les manœuvres commerciales d’écoulement des invendus et les rivalités entre libraires-éditeurs très compétitifs, songeons encore aux collaborations et autres accointances qui motivent des reprises, voire des autorécupérations. Enfin, la gravure coûte cher et la technique de la gravure sur bois est une aubaine : elle permet de réemployer les bois pour les vignettes et les culs-de-lampe. Il n’est dès lors pas surprenant que ces procédés de reproduction et de pillage concourent à un phénomène d’« innutrition », acheminant le texte vers un contenu hétéroclite, qui se vide de toute substance, n’est rapportable à aucune source structurante et laisse parler le murmure du discours social dans ce qu’il peut avoir de plus désancré et de plus erratique. Il y a innutrition lorsque les références citées, retraduites, réélaborées, ne sont pas mentionnées. Ainsi, notamment, des emprunts massifs aux Fables de La Fontaine, intertexte de premier choix pour des monographies plaisamment moralisantes qui cherchent à cerner des essences, des caractères, des universaux, et puisent dans les études du monde animal d’utiles ressources caricaturales pour le genre humain.

  • 41 Lauster Martina, Sketches of the Nineteenth Century, op. cit., p. 290.

15Martina Lauster41 avance une hypothèse qui pourrait expliquer en partie le tropisme de la récupération qui fédère ces textes dans une même entreprise de pillage décomplexé et appuie leur élaboration d’un discours de ressassement des murmures du sens commun. Les nombreuses convergences du genre physiologique, cette vaste encyclopédie faite sottisier, suggéreraient un projet plus global, et resté latent, de collaboration à une parodie des Français peints par eux-mêmes, publication dans la veine panoramique lancée par Curmer de 1840 à 1842. Dès lors, il convient plutôt d’inscrire la pratique de la récupération physiologique dans celle de l’intertextualité. Au lieu d’un vol de matériau, il s’agirait de citations allusives renvoyant à un stock de références communes prises à la fois pour modèle et pour cible. Par ailleurs, s’il y a reprise, avouée ou non, il n’y a pas pour autant imposture, puisque la manifestation d’une originalité ne passe pas prioritairement dans ces textes par l’expression d’une individualité créatrice. Ce sont bien plutôt l’écriture collective et les cryptages identitaires de la pseudonymie et de l’anonymat qui prédominent. Au contraire, ce qui permet l’expression de la singularité d’un style, d’un thème ou d’une idée et donc, paradoxalement, ce qui autorise un auteur à se démarquer tout en s’inscrivant dans une mode et en se conformant à ses codes, c’est de se montrer le plus virtuose dans l’exploitation d’un matériau commun. Au départ de ce stock commun, il s’agit dès lors de donner dans la surenchère du rire, de la vacuité, de la posture autodépréciative et de la subversion de l’analyse sociale. Loin de nier l’identité auctoriale, l’art physiologique d’accommoder les restes permet au contraire ses expressions sous d’autres formes qui font pleinement jouer les processus de distinction au sein de collections éditoriales formatées.

  • 42 On emprunte cette notion à Genette Gérard, Palimpsestes., op. cit., p. 26.
  • 43 Principe bien connu depuis les travaux de Margaret Rose. Voir aussi Sangsue Daniel, La Relation pa (...)
  • 44 Pour reprendre une formule mise à la mode par l’essai de Fish Stanley, Quand lire c’est faire. L’A (...)

16Le rire est un phénomène modulable qui s’élabore à partir d’un matériau partagé et réexploitable. Plus il y a de stéréotypes et de clichés, plus il y a de points d’ancrage pour de la parodie ou du pastiche. Pas étonnant, dès lors, que les Physiologies soient constamment en situation d’autocitation dépréciative, d’autoparodie pourrait-on dire42. Mais ce qu’il convient surtout de souligner, c’est la dimension critique et heuristique du retravail du cliché et du stéréotype par ces textes, qui en font l’objet d’un traitement à la fois ludique et démystificateur. Ainsi humoristiquement retravaillés, ils participent au démantèlement et à la réorganisation d’un système de valeurs accrédité. Ils établissent une prise de distance avec le sens commun, selon le principe du « refonctionnement critique43 » qui fait d’eux un vecteur d’analyse. Et c’est là, sans doute, que de tels textes acquièrent leur véritable dimension cognitive : à travers leur filtrage distancié du répertoire topique du discours social du Paris de la monarchie de Juillet. C’est sans doute là aussi que réside la spécificité du rire des Physiologies : dans l’instauration d’un rire massif de connivence à dimension « publique », propre à fédérer certaines « communautés interprétatives44 », celles qui détiennent la compétence générique que les Physiologies programment dans leur réponse à un certain état de société, c’est-à-dire essentiellement les classes aisées de la petite et de la moyenne bourgeoisie instruite. Tout entière portée par une telle propension au rire, comment la mode physiologique aurait-elle pu durer plus de quelques années ?

Notes

1 Voir par exemple la place que Julie Anselmini accorde au rire et au comique en ouverture de son article « Physiologies : le journaliste et la grande ville », in Entre Presse et Littérature. Le Mousquetaire, Journal de M. Alexandre Dumas (1853-1857), Durand Pascal et Mombert Sarah (dir.), Genève, Droz, « Bibliothèque de la Faculté de philosophie et lettres de l’université de Liège », 2009, p. 155-177.

2 Voir à ce sujet le travail très bien documenté de Nathalie Preiss, Les Physiologies en France au xixe siècle. Étude historique, littéraire et stylistique, Mont-de-Marsan, Éditions InterUniversitaires, 1999, p. 211-257.

3 [Preiss–] Basset Nathalie, « Les Physiologies au xixe siècle et la mode. De la poésie comique à la critique », in L’Année balzacienne, 1984, p. 157-172.

4 Comme le rappelle Philippe Hamon dans L’Ironie littéraire, Paris, Hachette Université, 1996, p. 142.

5 Pour en savoir davantage sur le rire blagueur à l’époque des Physiologies, voir Preiss Nathalie, Pour de rire ! La Blague au xixe siècle ou la représentation en question, Paris, PUF, « Perspectives littéraires », 2002.

6 Auteur de la Physiologie du Bourgeois, paru en 1841 chez Aubert.

7 Signalons tout de même que la Physiologie de la poire de Sébastien-Benoît Peytetel, antérieure à ces lois répressives, paru en 1832. L’auteur finira guillotiné, en grande partie pour ses prises de position antimonarchiques, même si la sentence est justifiée par un double meurtre (qu’il n’aurait peut-être pas commis et qui a été ultérieurement reconnu comme une erreur judiciaire).

8 Rousseau James, Physiologie du Robert Macaire, Paris, Jules Laisné, 1842.

9 Hamon Philippe, L’Ironie littéraire, op. cit., p. 46.

10 Delattre Simone, Les Douze Heures noires. La Nuit à Paris au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 2000, p. 59-60.

11 Car il est possible de repérer des scansions historiques et contextuelles : celles du rire façon Romieu (la blague qui prend pour bouc émissaire le bourgeois sous la monarchie de Juillet), du rire façon Scholl (le mot d’esprit et la nouvelle à la main du rire de boulevard sous le Second Empire) et du rire façon Goudeau (le rire du cabaret sous-tendu par une logique de spectacularisation et de commercialisation). Voir le rappel qu’en fait Marie-Ève Thérenty : « De la nouvelle à la main à l’histoire drôle : héritages des sociabilités journalistiques du xixe siècle », Tangence, n° 80 (« Sociabilités imaginées : représentations et enjeux sociaux »), 2006, p. 42-43.

12 Huart Louis, Physiologie de l’Étudiant, Paris, Aubert, 1841, p. 76.

13 Rousseau James, Physiologie du Viveur, Paris, Aubert, 1842, p. 104.

14 [Anonyme], Physiologie du Calembourg, par un Nain Connu, Paris, Raymond Bocquet, 1841, p. 5.

15 Huart Louis, Physiologie du Médecin, Paris, Aubert, 1841, p 16.

16 [Anonyme], Physiologie des Cafés de Paris, Paris, Desloges, 1841, p. vii.

17 Rousseau James Physiologie du Viveur, Paris, Aubert, 1842, p. 90.

18 Huart Louis, Physiologie du Médecin, op. cit., p. 68.

19 Ibid., p. 64.

20 Ibid., p. 68.

21 Genette Gérard, Palimpsestes. La Littérature au second degré, Paris, Éditions du Seuil, « Points Essais », 1982, p. 45-46.

22 Rousseau James, Physiologie du Viveur, Paris, Aubert, 1842, p. 65.

23 Parue anonymement chez Desloges en 1841.

24 Arago Jacques, Physiologie du Bonbon, Paris, Imprimerie Dondey-Dupré, 1842.

25 Parue anonymement, Imprimerie de Worms, 1841.

26 Procédé abondant dans les pages de la petite presse. Voir à ce sujet Wagneur Jean-Didier, « Le journalisme au microscope. Digressions bibliographiques », Études françaises, n° 44, vol. 3 (« Microrécits médiatiques. Les formes brèves du journal, entre médiations et fiction »), Presses de l’université de Montréal, 2008, p. 23-44.

27 Lauster Martina, Sketches of the Nineteenth Century : European Journalism and Its Physiologies. 1830-1850, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007.

28 Comme le rappelle Philippe Hamon, L’Ironie littéraire, op. cit., p 127-128.

29 Migozzi Jacques, Boulevards du populaire, Limoges, Presses universitaires de Limoges, « Médiatextes », 2005, p. 183.

30 Huart Louis, Physiologie du Médecin, op. cit., p. 52.

31 Ibid., p. 112.

32 Huart Louis, Physiologie de l’Étudiant, Paris, Aubert, 1841, p. 78-79.

33 Ibid., p. 13-14.

34 Bergson Henri, Le Rire. Essai sur la signification du comique, Paris, PUF, 1964 (203e édition), p. 18-79.

35 [Anonyme], Physiologie du Calembourg, par un Nain Connu, Paris, Raymond Bocquet, 1841, p. 6.

36 Blismon [pseud. de Blocquel Simon], Physiologie complète du Rébus, Paris, Delarue, 1842.

37 D’ailleurs auteur de la Physiologie du Floueur, parue chez Aubert en 1842.

38 Voir à ce sujet Huon Antoinette, « Charles Philipon et la Maison Aubert (1829-1862) », in Études de presse, nouvelle série, vol. IX, n° 17, 1957, p. 67-76.

39 Preiss Nathalie, Les Physiologies en France au xixe siècle. Étude historique, littéraire et stylistique, op. cit., p. 174.

40 Ibid., p. 178-188.

41 Lauster Martina, Sketches of the Nineteenth Century, op. cit., p. 290.

42 On emprunte cette notion à Genette Gérard, Palimpsestes., op. cit., p. 26.

43 Principe bien connu depuis les travaux de Margaret Rose. Voir aussi Sangsue Daniel, La Relation parodique, Paris, José Corti, 2007, p. 76.

44 Pour reprendre une formule mise à la mode par l’essai de Fish Stanley, Quand lire c’est faire. L’Autorité des communautés interprétatives (1980).

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540