Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rire moderne

 | 
Alain Vaillant
, 
Roselyne de Villeneuve

Le rire et la littérature

Rodolphe Salis et Émile Zola : rencontres chatnoiresques

Catherine Dousteyssier-Khoze

Texte intégral

  • 1 Voir Dousteyssier-Khoze Catherine, « Zola and Le (s) Chat (s) Noir (s) », in Australian Journal of (...)

1Les romans d’Émile Zola ont suscité de très nombreuses parodies et caricatures dans la presse de la seconde moitié du xixe siècle, en particulier à la fin des années 1870 et au début des années 1880, lors des succès de scandale de L’Assommoir et Nana. Il s’agit d’examiner ici un cas particulier de cet acharnement parodique, à savoir les liens complexes qui se sont tissés entre Zola et la célèbre revue du Chat noir, créée en 18821. Sous l’égide du fondateur du cabaret et directeur de la revue, Rodolphe Salis, on assiste en effet à la mise en place d’un dispositif parodique complexe et foncièrement moderne visant Zola et l’esthétique naturaliste. La parodie, qui se décline selon des genres et tonalités très divers dans Le Chat noir (pseudo-romans naturalistes, pseudo-petites annonces, fausses interviews, feuilletons populaires figurant Zola en anti-héros, etc., se répondant de numéro en numéro et mélangeant allégrement ludique, satirique, absurde), va parfois franchir les pages de la revue, et les murs du cabaret, pour s’infiltrer dans la rue, se transformer en carnaval moderne, absurde et grinçant. C’est ce rire brouillé, loufoque, provocateur, souvent parfaitement absurde, de la parodie chatnoiresque qui, bien loin de la couleur ouvertement satirique qui caractérise de nombreuses productions parodiques de l’époque, va retenir notre attention. Comme nous le verrons, Le Chat noir prendra systématiquement pour cible Zola, ses romans et l’esthétique naturaliste au cours des années 1882-1883.

LE « RIRE MODERNE » DU CHAT NOIR

  • 2 Voir par exemple Les Poètes du Chat noir, Velter André (éd.), Paris, Gallimard, « Poésie », 1996.
  • 3 Goudeau Émile, Dix ans de bohème (1888), Golfier Michel, Wagneur Jean- Didier et Ramseyer Patrick (...)

2L’histoire du cabaret du Chat noir, fondé à Montmartre en décembre 1881, est célèbre. Rodolphe Salis, peintre raté, s’improvise gentilhomme-cabaretier » avec le succès que l’on sait. Le cabaret devient bien vite le lieu de rendez-vous de toute une partie de la bohème littéraire qui hantait le Quartier latin quelques années auparavant : poètes, musiciens, peintres, caricaturistes, écrivains de tous crins se retrouvent au 84, boulevard Rochechouart2. Le premier numéro de la revue du Chat noir paraît le 14 janvier 1882, probablement à l’initiative d’Émile Goudeau, fondateur du club des Hydropathes en 1878 et rédacteur en chef de la revue L’Hydropathe, puis du Tout-Paris, de janvier 1879 à juin 1880. Goudeau publiera ses mémoires intitulées Dix ans de bohème en 18883.

  • 4 Voir Grojnowski Daniel et Sarrazin Bernard, L’Esprit fumiste et les rires fin de siècle, Paris, Jo (...)
  • 5 Lemaitre Jules, Les Gaîtés du Chat noir, Paris, Paul Ollendorff, 1894, p. VI.

3Alphonse Allais est un autre pilier du cabaret. Ses contes souvent absurdes, publiés régulièrement dans la revue du Chat noir, illustrent particulièrement bien l’humour fumiste. Le Chat noir est un peu en effet le quartier général de l’humour fin de siècle ou fumiste, analysé par Daniel Grojnowski et Bernard Sarrazin4. Rodolphe Salis, Alphonse Allais, Charles Cros, Franc-Nohain, Maurice Mac-Nab pour n’en citer que quelques-uns, partagent un goût pour ce type de rire grinçant qui fascinera, entre autres, les surréalistes (rappelons qu’Allais occupe une bonne place dans l’Anthologie de l’humour noir de Breton). Les collaborateurs du Chat noir, sous l’égide de Rodolphe Salis (directeur) et d’Émile Goudeau (rédacteur en chef) tournent en dérision les mouvements et personnalités littéraires de leur époque. Or, l’« école » naturaliste de Zola, avec ses prises de position théoriques, ses prétentions scientifiques, son sérieux, représente une cible de choix pour les fumistes du Chat noir, toujours tentés par la dérision et la parodie. Jules Lemaitre écrit dans sa préface aux Gaîtés du Chat noir que Le Chat noir « a été des premiers à discréditer le naturalisme morose, en le poussant à la charge5 ». La « rencontre » Chat noir/Zola et Chat noir / naturalisme était donc inévitable et suscite une extraordinaire inventivité. Jeux de mots, parodies de romans, caricatures, pseudo- « petites annonces » abondent dans la revue du Chat noir. Zola se retrouve au cœur d’un jeu parodique filé, d’un dispositif mystificateur qui se construit de numéro en numéro avec son système d’échos, et qui, en dépassant le cadre de la revue, va explorer et faire exploser les frontières entre fiction et réalité.

4La première salve parodique paraît moins d’un mois après le lancement de la revue, le 11 février 1882. Intitulée « Mounard dit la Trique, simple document » et signée « Émile Zola », elle vise l’esthétique ou le genre naturaliste. Le sous-titre « simple document » constitue une variation parodique sur la rhétorique zolienne du « document humain » et « Mounard » possède le même suffixe péjoratif en « –ard » que « Macquart ». Le parodiste (s’agit-il de Salis ?) a recours à un procédé littéraire éculé, celui du manuscrit perdu :

  • 6 Le Chat noir, 11 février 1882.

Je fais souvent le pélerinage de Médan, cette Mecque des naturalistes. Un soir j’étais sous la fenêtre du cabinet du Maître où brillait la lampe du travailleur ; tout à coup la croisée s’ouvrit et dans la nuit nu papier tomba. Je le pris, l’essuyai et lus ce qui suit :
mounard dit la trique
Simple document
À mon ami Victor Hugo6

5Et la parodie suit. Ce type de paratexte trompeur et ludique est une stratégie récurrente dans les parodies de la littérature naturaliste : le parodiste prétend avoir trouvé ou volé quelques pages d’un roman de Zola. Les préfaces de ces fragments apocryphes fonctionnent donc comme un clin d’œil à l’adresse du lecteur, comme un signal parodique. La parodie elle-même contient tous les ingrédients (ou clichés) nécessaires à l’élaboration d’un roman pseudo-naturaliste : prostituée, ivrogne, argot et même l’accouchement, qui anticipe d’ailleurs ici celui de Pot-Bouille :

Dans la cité Véron, souillée par les passants, on entendait des gueulements : la femme à Mounard accouchait.
[...]
Il était déjà tard quand Mounard, que le quartier appelait la Trique, à cause des roulées qu’il foutait à sa femme, s’amena lâché par les cama- rades, déguenillé, souillé, harassé par deux nuits de batteries et de traîneries dans les sales coins.

  • 7 Une version légèrement différente de cette histoire est publiée dans les Œuvres anthumes d’Alphons (...)

6Alphonse Allais donne dans une veine similaire avec « Idylle », signé Émile Zola (Le Chat noir, 8 novembre 1884). Il s’empare de thèmes naturalistes clés, tels que la prostituée et l’autopsie, et les subvertit allégrement. Dans « Idylle », une prostituée avale une pièce de 5 francs afin de la soustraire à l’attention de son amant. Ce dernier lui ouvre alors le ventre « et longuement, avec toutes sortes d’erreurs, il trifouilla de ses doigts sales l’intérieur fumant de sa maîtresse ». Arrêté, il confesse : « Si j’ai fait ça, monsieur le commissaire, c’était pas pour lui faire du mal, mais j’avais besoin d’argent7. » Allais ridiculise ici le dispositif naturaliste en explorant de façon ludique la frontière entre le normal et le pathologique. Dans l’ensemble cette parodie oscille entre comique outré et absurde, combinaison qui caractérise souvent l’humour fumiste, le rire moderne.

BROUILLAGE DES FRONTIÈRES : REVUE, CABARET, RUE

7C’est au directeur du Chat noir, Rodolphe Salis, que revient cependant la palme parodique, en termes de quantité mais aussi et surtout par l’originalité et la complexité de sa pratique. La mystification va commencer par une parodie du Pot-Bouille de Zola, en quatre feuilletons : « Bredouille », signé J. K. Paul Henry alias Rodolphe Salis. Les quatre feuilletons sont publiés les 25 février, 4 mars, 11 mars et 25 mars 1882, en parallèle avec le vrai Pot-Bouille dont le premier volet était sorti le 23 janvier 1882 dans Le Gaulois. Le feuilleton parodique de Salis, « Bredouille » peut donc être perçu comme le reflet déformé du Pot-Bouille du Gaulois : Octave Mouret devient Oscar Mouret, Vabre Glabre, « Le Bonheur des Dames » est transformé en « La Perversité des Hommes », etc. Dans « Bredouille », Salis empile les clichés antinaturalistes selon lesquels un roman naturaliste est « pornographique », scatologique et écrit en argot (cliché post-Assommoir bien enraciné). Voici un extrait de « Bredouille » :

  • 8 Le Chat noir, 25 février 1882.

Il se rappelait que Chambardon [Campardon] lui avait donné des renseignements sur sa voisine, la petite Marguerite Glabre, la femme d’un employé goîtreux du ministère, qui était tout le temps malade, fatiguée par des couches imparfaites et les impuissances de son mari. Il prenait à la cuisine des queues de radis qu’il laissait traîner sur une assiette poissée et, dans la bibliothèque de l’architecte, un volume de George Sand relié en veau avec des reflets crasseux8.

  • 9 Zola Émile, Pot-Bouille, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. (...)

8Salis détourne une scène de Pot-Bouille dans laquelle Octave Mouret tente de séduire Marie Pichon et sa parodie montre une très bonne connaissance de l’hypotexte zolien. En effet, Octave Mouret prête bel et bien un roman de George Sand à sa voisine Marie Pichon ; même l’allusion surprenante, voire absurde, aux queues de radis renvoie à un détail de Pot-Bouille : « Le couvert du déjeuner devait avoir servi pour le dîner, car le livre fermé se trouvait à côté d’une assiette sale, où traînaient des queues de radis9 ». L’attachement que voue l’écrivain naturaliste au « petit fait vrai » est ainsi tourné en dérision. Salis s’amuse à transformer l’« effet de réel » du texte zolien en « effet d’absurde ». Si ce type de parodie a pour effet secondaire de mettre en évidence et de surcoder un certain nombre de topoï naturalistes, il fonctionne avant tout comme pseudo-exercice de style naturaliste : par le biais de la parodie, l’opportuniste Chat noir essaie de récupérer quelques miettes du succès de Zola.

9Mais Salis ne s’arrête pas là et la parodie ne tarde pas à rebondir avec l’aide des collaborateurs du Chat noir : le 22 avril 1882, la revue paraît, encadrée d’une grande bordure noire, avec pour gros titre, « Un Deuil ». Est également publiée une lettre rédigée par Rodolphe Salis avant son pseudo-suicide. Dans cette lettre, le directeur du Chat noir accuse Zola de plagiat. Émile Goudeau rédige pour sa part la notice nécrologique sous son pseudonyme de A’Kempis :

[Salis] mit un mois à faire un roman naturaliste [les quatre épisodes de « Bredouille »]. Le roman fini, il réunit quelques intimes (à l’Institut) et lut son œuvre.
Ce n’était pas trop mauvais mais soudain, l’un des auditeurs qui lisait assidûment Le Gaulois, déclare à Salis que son œuvre n’était autre que Pot-Bouille. Il prit chaque matin le journal Le Gaulois au kiosque n° 733 et, au fur et à mesure, s’attrista ; il finit par croire que Zola lui avait volé son idée [...] :
« Je ne puis survivre ! Zola dans Pot-Bouille m’a volé l’idée qui devait faire de moi le poète national, digne héritier de Hugo, je pars. Adieu mon père et mon frère ! Adieu toi, ma femme bien-aimée, à qui, du reste, je laisse un cabaret prospère en pleine exploitation. Adieu, bibelots chéris, épées, casques, javelots, cuirasses, assiettes et bahuts, adieu, je n’ai pu être un grand peintre, et Zola m’empêche de devenir un grand poète, triste, je m’en vais. Adieu la vie. »

  • 10 Voir Les Poètes du Chat noir, op. cit., p. 29.

10Et Salis, en commerçant averti, de chanter les louanges de son cabaret. La blague ne s’arrête pas en si bon chemin : le propriétaire du cabaret s’organise de somptueuses vraies-fausses funérailles à Montmartre, relatées par le menu, comme il se doit, dans la revue du Chat noir. Selon André Velter, « se faisant passer pour son frère, Salis recevait les condoléances, tandis qu’une pancarte annonçait au fronton du cabaret : “Ouvert pour cause de décès”. Il y eut des discours, des cierges, des complaintes autour d’une boîte à violoncelle figurant le cercueil. La cérémonie s’acheva par les remerciements du défunt en personne10 ». Une telle mystification, aux dépens de Zola, met en lumière un autre trait fumiste typique : le brouillage des frontières entre l’art et la vie. La blague sort des confins de la revue, de la littérature et du cabaret pour envahir le domaine public. En ces termes, le fumisme peut être perçu comme un carnaval moderne au sens bakhtinien du mot. Les fumistes, ces bouffons modernes, n’hésitent jamais à transgresser les normes du bon goût.

PARODIE FILÉE : « LA REVANCHE DU GUILLOTINÉ » PAR PONCHON DU TERRAIL

  • 11 Voir Fontana Michèle, « Une parodie de feuilleton au Chat noir : La Revanche du Guillotiné », in À (...)
  • 12 Olivier-Martin Yves, Histoire du roman populaire en France, Paris, Albin Michel, 1980, p. 105.

11Un autre « jeu filé » construit autour de Zola est publié dans le Chat noir sous forme d’un roman-feuilleton à rallonges. Probablement concocté par Salis en personne11, ce « Feuilleton du Chat noir » est une parodie de Ponson du Terrail, dont la publication hebdomadaire s’étale du 26 mai au 15 septembre 1883. Intitulé « La Revanche du guillotiné. Grand Roman d’Aventures » par Ponchon du Terrail, il commence par un prologue, « L’Homme sans tête », et est divisé en parties telles que « L’exécution », « Le caveau mortuaire » ou encore « Les masques sanglants ». Ces titres reflètent l’atmosphère des œuvres de Ponson du Terrail, qu’il s’agisse des Étrangleurs, du Castel du Diable, du Château mystérieux ou encore de la série des Rocambole. Et la parodie contient bien les ingrédients principaux du roman populaire du xixe siècle, à savoir bandits, bijoux, trésors perdus, passages secrets, vieux cimetières sous la lune, femmes exotiques, traîtres, retournements dramatiques, etc. Salis (si c’est bien lui) n’a pas besoin d’aller très loin pour parodier le genre : Ponson du Terrail avait déjà usé et surcodé le genre jusqu’au point de non-retour. Comme le fait remarquer Yves Olivier-Martin dans son Histoire du roman populaire en France, « du Terrail emprunte partout où il peut, use et épuise les ficelles du feuilleton, qui, après lui, sera exsangue, définitivement stéréotypé, ou peu s’en faut12 ». Dans « Le Feuilleton du Chat noir » de Ponchon du Terrail, la surprise principale provient donc des personnages : Rocambole et ses semblables sont remplacés par des célébrités de l’époque, des écrivains essentiellement, mais aussi des politiciens, des journalistes, des caricaturistes et la clique du Chat noir elle-même. Le héros du feuilleton, ou plutôt le traître, s’appelle. Émile Zola.

12Au moment où l’histoire commence, un nommé Jean Richepin est sur le point d’être exécuté. Vallès et le journaliste Albert Wolff, parmi d’autres, se tiennent près de l’échafaud. Un homme contemple la scène du haut d’un toit. Voici la description de « l’inconnu » :

  • 13 Le Chat noir, 2 juin 1883.

Il faudrait le pinceau d’un Goya pour en éterniser l’horreur mystérieuse. [...]
Le nez fort et volontaire s’écrasait sur une bouche mince perpétuellement tendue-comme un arc d’Indien à l’affût.
Une barbe dure ornait le menton bestial et sanguinaire.
Un large binocle masquait la hideur de cette tête de Méduse comme des vitres aux fenêtres d’un bouge.
Tout à coup, l’homme parla, d’une voix profonde [...]
Du calme, Zola, du calme, tu touches enfin à ton but. En laissant guillotiner un innocent, tu couronnes magistralement l’édifice inouï de ton crime [...] Les deux milliards de la duchesse sont à toi, bien à toi13.

  • 14 Voir Zola Émile, Correspondance, Bakker Barend Hendrik (éd.), Montréal, Presses de l’université de (...)

13C’est le premier aperçu qu’a le lecteur du chef de la terrible organisation criminelle des « Masques sanglants », alias l’école naturaliste. On peut se demander au premier abord pourquoi le parodiste ne cesse d’opposer Zola à Richepin tout au long du récit. Mais les deux écrivains (qui avaient fondé ensemble une revue satirique intitulée Le Titi en 1878) furent en froid après que des critiques eurent établi des parallèles entre L’Assommoir et La Chanson des gueux de Richepin. Il faut attendre avril 1885 et une lettre de Richepin félicitant Zola du succès de Germinal pour que leurs rapports redeviennent cordiaux14. Rodolphe Salis s’est donc amusé dans le feuilleton du Chat noir à exagérer un désaccord réel.

14La seconde partie, intitulée « Le caveau mortuaire », se déroule au cimetière du Père-Lachaise, plus précisément dans le caveau de la famille Zola. Il fait nuit noire, les vampires sont de sortie et l’un des gardes du cimetière, Rollinat, est poignardé par Zola. Dans l’un des passages souterrains du cimetière, le chef des « Masques sanglants » fait alors un discours :

  • 15 Le Chat noir, 23 juin 1883.

Sa main large, avec des doigts aplatis aux extrémités, tient un papier qu’il lit, en faisant l’appel des conjurés.
- Paul Alexis !
- Présent !
- Huysmans !
- Présent !
- Céard !
- Présent !
- Guy de Maupassant !
Un silence, formidable comme celui du trépas, répond à cet appel.
- Guy de Maupassant ! répète le chef d’une voix terrible.
Toujours le même silence. Alors, le chef, d’une voix effrayante, dit :
— Je vote la mort15 !

  • 16 « Ces tenailles chauffées à blanc mordront ta chair [...] un à un, elles t’arracheront les poils d (...)

15La pointe satirique est évidente : Maupassant est un traître, sous entendu à la cause naturaliste. Alexis est désigné sous l’étiquette de « nègre » de Zola et Zola lui-même est représenté comme le leader despotique d’une organisation terroriste, à savoir l’école naturaliste. Le pauvre Dubut de Laforest est lui aussi qualifié de traître et torturé de façon raffinée par Zola16. Mais le gardien du Père-Lachaise, Jules Grévy, ainsi qu’un policier répondant au nom de Jules Ferry sont sur la trace de Zola…

  • 17 Le Chat noir, 7 juillet 1883.

M. Grévy et les gardiens, sentant l’approche d’une chose terrible, s’arrêtèrent de tirer.
Soudain, le chef ôta son masque.
« Émile Zola ! » crièrent les gardiens, pendant que les lampes sépulcrales s’éteignaient d’un seul coup, comme sous un souffle d’outre-tombe17.

16Zola réussit bien entendu à s’échapper. De temps à autre, le parodiste insère des morceaux d’écriture naturaliste dans son « feuilleton » :

  • 18 Le Chat noir, 28 juillet 1883.

À travers le dédale des ruelles fangeuses où les maisons lépreuses se penchaient les unes sur les autres, un homme d’une quarantaine d’années, la figure ravagée par la fureur, marchait fiévreusement.
Cet homme quel était-il ?
Nos lecteurs perspicaces et spirituels, l’ont deviné.
Lui, toujours lui, Émile Zola18 !

17Et l’infâme Zola se conduit très mal à travers ce récit-fleuve des plus rocambolesques. Il tue par exemple Waldeck-Rousseau, qui le suivait, avec une navaja :

  • 19 Ibid.

Brusquement il se pencha sur le sol et écouta.
— Oh ! sussura-t-il, je suis suivi ! [...]
D’un bond de jaguar Émile Zola s’élança [...] Auprès de [Waldeck-Rousseau], Émile Zola, le couteau à la main, regardait avec le cynisme abject d’un naturalisme habitué au crime.
- Tu ne me suivras plus, Waldeck-Rousseau ! dit-il. [...]
Rampant sur le sol comme un Apache ou un reptile il regagna sa cachette. [...]
Alors, Zola, bondissant comme le tigre des jungles, par-dessus leur tête, disparut dans la nuit19.

  • 20 Voir caricature, Le Chat noir, 28 juillet 1883.

18Une caricature d’Henri Rivière vient illustrer les envolées fantaisistes de Salis20. Zola, super-héros ou anti-héros comique, est invincible et a un don d’ubiquité. Sorte d’anti-Rocambole, il est avide, lâche, l’incarnation du mal. Il est aussi et avant tout un méchant de bande dessinée avant l’heure. Parfaitement fantaisiste, la blague ou la mystification dont Zola est l’objet se poursuit de numéro en numéro, quittant les confins du feuilleton parodique pour envahir les autres rubriques du Chat noir. Ainsi, plusieurs pseudo- « petites annonces » sont étroitement liées à la publication du feuilleton. Dans Le Chat noir du 7 juillet 1883, par exemple, après que Zola est identifié comme le chef des “Masques sanglants”, on peut lire l’annonce suivante : M. Rod. Salis. –Je vous prie d’annoncer dans Le Chat noir que ce n’est pas moi le chef des Masques sanglants. – Émile Zola.

19Et, le 21 juillet 1883 : M. Émile Zola. – La Revanche du Guillotiné cesse de paraître pendant quelque temps, votre complice Paul Alexis nous ayant menacé d’un coup de couteau dans la gorge si nous continuions à imprimer ce qu’il nous a révélé sur votre compte. — Ponchon.

20Pour semer la confusion et amuser le lecteur, le parodiste intervient donc à différents niveaux, avec des voix multiples : il crée un réseau polyphonique, une vaste toile mystificatrice au sein de laquelle de faux Zola (le méchant du feuilleton et la victime des petites annonces, aucun n’étant plus réel que l’autre) s’interpellent et se répondent.

21On trouve un peu de tout dans La Revanche du guillotiné : d’un Zola s’efforçant de séduire une belle inconnue avec un tigre domestique nommé Hugo en passant par un prince de Galles doté d’anneaux magiques. Et, bien entendu, Salis ne manque pas une occasion de faire la publicité de son cabaret et de montrer son talent pour l’autodérision ; un chapitre entier est ainsi consacré au cabaret du Chat noir :

  • 21 Le Chat noir, 11 août 1883.

Chapitre III. Le Bouge.
Dans cette partie de Paris qu’on appelle Montmartre, au pied des buttes lépreuses [...] s’élève-ou plutôt se cache-le redoutable cabaret, le bouge sinistre, le Chat noir !
Si le lecteur veut bien nous suivre, nous allons, nous allons, nouveau Dante, le conduire dans cet enfer.
Un homme regarde [...] Des cheveux sang-de bœuf, une barbe jaune-sale, affilée comme un couteau de boucher, encadrent cette physionomie cruelle. [...] Cet homme, c’est Rodolphe Salis, le patron du Chat noir.
Dans ce trou [...] est réunie toute la boue des différentes classes parisiennes.
Assassins, proxénètes [...]21.

22Dans cet antre, Émile Zola aura l’occasion d’étaler ses compétences en argot (autre référence parodique à L’Assommoir) et Salis d’exercer ses talents de parodiste/pasticheur (le feuilleton est un véritable pot-pourri de styles et langages). Zola s’adresse ainsi à l’alter ego de Bibi-la-Grillade, Bibi de Montmartre :

  • 22 Ibid.

Pour la circonstance, Émile Zola crut devoir parler le langage de celui qui semblait le braver.
— Pas de renaud, pantre ! ou je te colle une tourlousine sur le coin de la guimbarde, que les diamants de tes ribouis en fargueront du rif sur le trimard22 !

23Pour en finir avec La Revanche du Guillotiné, contentons-nous de dire que le terrible M. Zola réussit à échapper à tous les pièges tendus par ses ennemis (Jean Richepin et Willette). Le feuilleton prend fin le 15 septembre 1883, après quatre mois, sur les lignes suivantes :

Tranquillement installé dans sa villa de Médan, le monstre recueillant paisiblement le prix de son habileté infernale, vivrait dans l’opulence au milieu d’un des plus admirables paysages des environs de Paris, le long de cette Seine roulant peut-être dans ses flots verts les cadavres méconnaissables du concierge du Désert et de ses compagnons !

24L’utilisation du conditionnel laisse certes entendre au lecteur que de nouvelles péripéties vont suivre mais la suite de La Revanche du Guillotiné ne paraît que deux ans plus tard, le 15 août 1885 et, différent en ton et substance, le feuilleton sera de courte durée.

UN RIRE MOSAÏQUE

25Au cours des années 1882-1883, il est tout simplement impossible de feuilleter la revue du Chat noir sans trouver une caricature de Zola, une parodie de ses romans, des jeux de mots ou des messages qui lui sont adressés, de pseudo comptes rendus ou autres manifestations de l’humour chanoiresque. Le Chat noir est parfois ouvertement satirique en tonalité, c’est le cas dans « Les oraisons de Catulle Mendès » (qui parodie en outre le genre de la prière) :

  • 23 Le Chat noir, 25 novembre 1882.

« Notre père Zola, qui êtes à Médan, que vos romans soient payés très cher-et les miens aussi-que le règne de Victor Hugo se termine le plus tôt possible, que votre volonté soit respectée chez Hennique autant que chez moi », etc23.

26La dimension satirique s’infiltre parfois au cœur de parodies de genres journalistiques tels que les « Demandes et Offres d’Emplois » :

  • 24 Le Chat noir, 16 juin 1883.

ÉGOUTIERS. — Une équipe d’égoutiers, en costume de travail, demande à M. Émile Zola de vouloir bien la recevoir pour une communication importante.
HERCULE. — On demande un hercule, à Médan, pour flanquer des tripotées aux fumistes qui viennent quotidiennement hurler une chanson idiote intitulée : Il est sauvé, notre saint naturalisme ! — S’adresser à M. Émile Zola, conseiller municipal.
[...]
JARDINIER-COMPTABLE. — On demande, à Médan, un jardiniercomptable pour laver, brosser et compter les petits cailloux des allées d’une villa de mauvais goût. — S’adresser à M. Émile Zola, parvenu. GARÇON. — Un monsieur, de mœurs équivoques, offre à M. Zola de lui apprendre l’argot en trente leçons. — S’adresser à M. Sac-d’Os, à la Bastille24.

27Parfois, la « Petite correspondance » parodique est plus ludique et inattendue :

  • 25 Le Chat noir, 20 janvier 1883. Lina Munte est l’actrice qui a joué les rôles de Virginie dans L’As (...)

« M. Zola. — Donnez-moi l’adresse du fabricant de palmiers en zinc grâce auxquels votre propriété de Médan possède une physionomie si pittoresque. — Votre petite Lina Munte25. »

  • 26 Le Chat noir, 18 mars 1882.
  • 27 Le Chat noir, 12 septembre 1891.
  • 28 Le Chat noir, 4 juin 1892.

28Zola fait également une apparition furtive, au bras de Victor Hugo, dans la chronique de A’Kempis alias Émile Goudeau, « Voyages de découvertes26 ». Le 18 février 1882, une caricature signée Constant Chanouard montre un Zola-ballon en train de s’élever au-dessus de Montmartre à l’aide d’ouvrages des Goncourt, de Diderot, de Restif de la Bretonne, Flaubert et Balzac. Ironiquement, un Chat noir assis sur un énorme volume de Victor Hugo, le regarde. Le Chat noir fait souvent d’une pierre deux coups, comme dans le pseudo-compte rendu de Francisque Sarcey sur l’œuvre de Zola. Sarcey est en effet, avec Zola, la cible de prédilection du Chat noir. Alphonse Allais, en particulier, signe durant des années comptes rendus et chroniques sous le nom du célèbre critique. Je renvoie à titre d’exemple à « Comment je suis devenu gaga27 » ou encore « Déclaration nette28 » dans laquelle Sarcey-Allais gémit qu’il ne veut plus être confondu avec l’imposteur qui utilise son nom. Dans une pseudo chronique intitulée « La Terre », le même Sarcey-Allais s’amuse à faire des commentaires futiles et paternalistes sur le roman de Zola, parodiant par là même le genre de la critique littéraire (et pastichant le style de Sarcey en particulier) :

  • 29 Le Chat noir, 3 septembre 1887.

Oui, j’ai lu La Terre.
Mon Dieu, on ne peut pas dire que ça soit absolument dénué de qualités. Il y a même par-ci par-là quelques paysages pas trop mal exécutés, mais les drôles de paysans ! Ça n’est pas comme ça, les paysans : j’en suis.
J’ai même encore des cousins qui cultivent la terre, là-bas, du côté de Dourdan, vous savez, où il y a de si bons poulets.
Ah ! les bons poulets qu’il y a à Dourdan29 !

29Le nom de Zola est également mentionné dans les « Causeries scientifiques » et les notices bibliographiques du Chat noir. Mais cette liste n’est en aucun cas exhaustive.

  • 30 Voir par exemple Les Poètes du Chat noir, op. cit., p. 26-27 : « [au Chat noir] vinrent s’asseoir (...)
  • 31 Voir Centenaire du Chat noir, Musée de Montmartre, 1981.

30On peut se demander comment Zola a réagi, lui qui se plaignait amèrement en 1897, dans Mes Campagnes, d’avoir eu à avaler chaque matin plusieurs « crapauds » en lisant la presse de l’époque. Les rapports entre Zola et le Chat noir restent assez flous. Selon André Velter, Zola se rendait parfois au cabaret30. Cette hypothèse est confirmée par le tableau de Paul Merwart, intitulé « La salle des fêtes [du Chat noir] pendant une représentation de l’Épopée » (1886) où Zola figure au premier plan31. Enfin, Le Chat noir lui-même (mais peut-on lui faire confiance ?) se vante de sa présence :

  • 32 Cf. par exemple Le Chat noir, 8 avril 1882.

LE CHAT NOIR
LE CHAT NOIR
LE CHAT NOIR
Est le cabaret le plus extraordinaire du monde. On y coudoie les hommes les plus illustres de Paris, qui s’y rencontrent avec des étrangers venus de tous les points du globe.
Victor Hugo, Émile Zola, Barbey d’Aurevilly, l’inséparable M. Brisson, l’austère Gambetta s’y tutoient avec MM. Gaston Vassy et Gustave Rothschild, on s’y foule, on s’y presse. c’est le plus grand succès
de l’époque
entrez ! entrez32 !

  • 33 Je tiens à remercier Henri Mitterand de m’avoir fait part, par courriel, de son avis.

31On ne trouve cependant à ma connaissance aucune mention de Salis ou du Chat noir dans sa Correspondance. Selon Henri Mitterand, Zola a probablement été invité à la première représentation de L’Épopée comme de nombreux autres écrivains ou artistes (d’où le tableau de Merwart), mais s’il s’est rendu au cabaret, c’est par pure courtoisie, et il est fort douteux qu’il ait été un habitué des lieux33. On peut penser qu’il aura au moins été sensible à l’aspect publicitaire de ce « jeu ».

  • 34 Le Chat noir, 27 août 1887.

32En 1887, à sa façon ludique, Le Chat noir prendra d’ailleurs ouvertement le parti de Zola contre le « Manifeste des Cinq » en publiant le poème de Jules Jouy « Zola dégoûte Bonnemain », dirigé contre Paul Bonnetain, auteur de Charlot s’amuse34.

33On peut se demander quelles sont la signification et la portée d’ensemble de cette mystification généralisée, de ce réseau parodique intra- et intertextuel particulièrement dense tissé par Le Chat noir. Salis et sa clique procurent certes un antidote ludique au sérieux des prises de position du naturalisme. Il s’agit peut-être là de la contribution ou du pied de nez du Chat noir à la bataille littéraire suscitée par le naturalisme. Mais, de numéro en numéro, c’est un personnage comique qui va émerger. Mi-bouffon, mi-traître de bande dessinée, le Zola protéiforme de Salis annonce à bien des égards le Trouscaillon de Queneau. Le Zola du Chat noir est en effet un personnage changeant et complexe doué d’un don d’ubiquité, qui remplit des fonctions diverses : écrivain naturaliste, pseudo-scientifique, séducteur, victime, anti-héros. Les masques sont multiples et éphémères. Le résultat est un rire mosaïque, un rire fragmenté, à multiples facettes. Il y a une dimension quasi postmoderne dans ces masques et identités ironiques, contradictoires, instables. Le traitement de Zola, du naturalisme et de son parfum de scandale par Le Chat noir est un bon exemple d’humour fin de siècle, de ce rire moderne foncièrement oxymorique, toujours prêt à se retourner contre celui qui l’a initié. Comme le proclame cette dernière parodie chanoiresque de Zola :

  • 35 Parodie de l’expression zolienne par Fragerolle Georges, « Le Fumisme », in L’Hydropathe, 12 mai 1 (...)

Les arts seront fumistes ou ils ne seront pas35.

Notes

1 Voir Dousteyssier-Khoze Catherine, « Zola and Le (s) Chat (s) Noir (s) », in Australian Journal of French Studies, 2001, p. 349-364.

2 Voir par exemple Les Poètes du Chat noir, Velter André (éd.), Paris, Gallimard, « Poésie », 1996.

3 Goudeau Émile, Dix ans de bohème (1888), Golfier Michel, Wagneur Jean- Didier et Ramseyer Patrick (éd.), Seyssel, Champ Vallon, 2000.

4 Voir Grojnowski Daniel et Sarrazin Bernard, L’Esprit fumiste et les rires fin de siècle, Paris, José Corti, 1990 ; Grojnowski Daniel, Aux commencements du rire moderne : l’esprit fumiste, Paris, José Corti, 1997.

5 Lemaitre Jules, Les Gaîtés du Chat noir, Paris, Paul Ollendorff, 1894, p. VI.

6 Le Chat noir, 11 février 1882.

7 Une version légèrement différente de cette histoire est publiée dans les Œuvres anthumes d’Alphonse Allais sous le titre « Un peu de naturalisme pour changer ». Cf. Compère Daniel et Dousteyssier-Khoze Catherine, Réceptions comiques. Le naturalisme parodié par ses contemporains : prose, poésie, théâtre, Paris, Eurédit, 2008, p. 95-97.

8 Le Chat noir, 25 février 1882.

9 Zola Émile, Pot-Bouille, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. 3, 1960, p. 74.

10 Voir Les Poètes du Chat noir, op. cit., p. 29.

11 Voir Fontana Michèle, « Une parodie de feuilleton au Chat noir : La Revanche du Guillotiné », in À la rencontre du populaire, Saint-Étienne, CIEREC, 1993, p. 81-94. Le nom parodique « Ponchon du Terrail » conduit Fontana à penser que la parodie a été écrite par le poète Raoul Ponchon, habitué du cabaret du Chat noir (Ponchon est en fait le pseudonyme de Joseph Raoul Pouchon). J’aurais plutôt tendance à croire que Salis lui-même est l’auteur de cette parodie, cela pour deux raisons : d’une part le goût dont il a toujours fait preuve pour la parodie et le pastiche (cf. ses contes médiévaux, par exemple) et, d’autre part, le fait qu’il a déjà pris Zola pour cible dans son feuilleton « Bredouille » et le pseudo-suicide qui en découle.

12 Olivier-Martin Yves, Histoire du roman populaire en France, Paris, Albin Michel, 1980, p. 105.

13 Le Chat noir, 2 juin 1883.

14 Voir Zola Émile, Correspondance, Bakker Barend Hendrik (éd.), Montréal, Presses de l’université de Montréal, 1978-1985, vol. VI. Lettres de Richepin à Zola et de Zola à Richepin, 16 avril 1885 et 20 avril 1885.

15 Le Chat noir, 23 juin 1883.

16 « Ces tenailles chauffées à blanc mordront ta chair [...] un à un, elles t’arracheront les poils de la barbe ; [...] sur une roue vertigineuse, ton corps se déchiquettera aux lames acérées de gigantesques Kriss javanais », Le Chat noir, 30 juin 1883.

17 Le Chat noir, 7 juillet 1883.

18 Le Chat noir, 28 juillet 1883.

19 Ibid.

20 Voir caricature, Le Chat noir, 28 juillet 1883.

21 Le Chat noir, 11 août 1883.

22 Ibid.

23 Le Chat noir, 25 novembre 1882.

24 Le Chat noir, 16 juin 1883.

25 Le Chat noir, 20 janvier 1883. Lina Munte est l’actrice qui a joué les rôles de Virginie dans L’Assommoir et de la comtesse Sabine dans Nana.

26 Le Chat noir, 18 mars 1882.

27 Le Chat noir, 12 septembre 1891.

28 Le Chat noir, 4 juin 1892.

29 Le Chat noir, 3 septembre 1887.

30 Voir par exemple Les Poètes du Chat noir, op. cit., p. 26-27 : « [au Chat noir] vinrent s’asseoir Victor Hugo, Garibaldi, Zola, Jules Vallès et même le prince Jérôme Bonaparte ».

31 Voir Centenaire du Chat noir, Musée de Montmartre, 1981.

32 Cf. par exemple Le Chat noir, 8 avril 1882.

33 Je tiens à remercier Henri Mitterand de m’avoir fait part, par courriel, de son avis.

34 Le Chat noir, 27 août 1887.

35 Parodie de l’expression zolienne par Fragerolle Georges, « Le Fumisme », in L’Hydropathe, 12 mai 1880.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540