Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rire moderne

 | 
Alain Vaillant
, 
Roselyne de Villeneuve

Le rire et la société

Physiognomonie du rire1

Anca Parvulescu
Traduction de Erik Petersen et Roselyne de Villeneuve

Texte intégral

LA PHYSIOGNOMONIE, DE LA MORPHOLOGIE À L’EXPRESSION

  • 1 Cet article est un extrait remanié de Laughter. Notes on a passion, Cambridge, Massachussets Insti (...)
  • 2 Il existe une abondante littérature sur l’histoire de la pensée physiognomonique. Pour une mise au (...)

1Les échos de la pensée physiognomonique, qui résonnent tout au long du discours sur les passions et leur expression au xviiie siècle, dominent les débats sur le rire au xixe, alors que la physiognomonie resurgit avec une force de persuasion renouvelée et acquiert une réelle légitimité en déchiffrant les visages et les corps2.

  • 3 Lavater Johann Caspar, « De la physiognomonie et de la pathognomonique », quatrième fragment, in E (...)

2L’histoire de l’art distingue, d’une part, la physiognomonie (étude du visage) et, d’autre part, la pathognomonie (étude de l’expression). La distinction est fondée sur un critère temporel : alors que l’expression est la trace momentanée, fugitive, d’une passion ou d’une émotion sur le visage, la physiognomonie s’attache à la fixation de cette expression, à l’expression faite visage. Mais, en définitive, la physiognomonie apparaît néanmoins comme une variation sur le thème de l’expression. Johann Caspar Lavater, le « père de la physiognomonie », dont l’Essai eut une large audience au xixe siècle, associe les deux approches en des termes dépourvus d’ambiguïté : « Ces deux sciences sont inséparables pour l’ami de la vérité. Il les étudie l’une et l’autre [...]3. » Le fait est que la distinction est souvent brouillée, tant dans les pratiques artistiques qu’herméneutiques. De nombreux théoriciens de l’expression sont aussi des physiognomonistes. Inversement, les physiognomonistes partent d’une théorie de l’expression ; ils élaborent leur conception de la perception et de l’interprétation physiognomoniques comme pourraient le faire des amateurs de peinture avertis, qui ont appris à déchiffrer l’expressivité des visages.

3La physiognomonie considère que les passions et les émotions agissent sur le visage et que, si l’une d’elles se manifeste plus fréquemment que les autres, elle laisse une « empreinte » permanente sur la figure, visible à l’état de repos. La récurrence du même état d’esprit, qui s’avère être une « prédisposition » de l’âme, aboutit pour ainsi dire à le « graver » dans le visage, composant ainsi un « portrait » plus ou moins séduisant. La physiognomonie considère donc qu’une morphologie relativement stable des traits du visage résulte de la répétition de ce processus, qui creuse à la longue une empreinte sur la face. En d’autres termes, si quelqu’un rit souvent, son rire « s’imprime » peu à peu sur son visage. Comme nous animons les mêmes muscles chaque fois que nous rions, le visage enregistre alors l’expression du rire. Avec le temps, le rire s’écrit de lui-même sur le visage. Un observateur éclairé sera alors en mesure d’identifier ici un « type », le rieur.

4Si le traitement physiognomonique du rire au xixe rencontre un grand succès, il n’en reste pas moins problématique. Comment cet objet complexe est-il pris en charge par le discours scientifique ou, si l’on veut, préscientifique ? Mais surtout, comment les typologies, élaborées par un discours qui n’opère pas de solution de continuité entre description taxinomique et évaluation axiologique, valorisent ou dévalorisent-elles le rire, sous couvert de classer les différentes manifestations d’un phénomène essentiellement polymorphe, qui va du rire vicieux, émis par la bouche-organe a priori suspect – au rire généreux, en passant par le rire « bête ». et tant d’autres ?

BOUCHE OUVERTE ET YEUX FERMÉS : DE LA PHYSIQUE DU RIRE

  • 4 « Sur la nature humaine. Première base de la science physiognomonique », deuxième fragment, in Ess (...)
  • 5 « Des différentes parties du corps », cinquième fragment, in Essai sur la physiognomonie, op. cit. (...)

5Pour Lavater, le visage est un microcosme du corps et, comme le corps, il se divise en trois parties : « le front, jusqu’aux sourcils, miroir de l’intelligence ; le nez et les joues, miroir de la vie morale et sensible ; la bouche et le menton, miroir de la vie animale ; tandis que l’œil serait le centre et le sommaire du tout4. » Parmi les parties du visage, il distingue tout particulièrement la bouche : « Cette partie de notre corps est si sacrée pour moi, qu’à peine j’ose en traiter5. » En effet, la bouche est complexe et bien embarrassante pour la physiognomonie à cause de sa polyfonctionnalité. À l’état le plus élémentaire, la bouche à la fois mange et parle, or le rapport entre ces deux activités est source de tensions. La bouche est également le trait du visage le plus révélateur de la race. Le physiognomoniste italien Paolo Mantegazza écrit :

  • 6 Mantegazza Paolo, « Les traits du visage », in La Physionomie et l’Expression des sentiments, Pari (...)

En général, toutes les races supérieures ont une bouche pas trop grande, avec des lèvres plutôt minces et légèrement arquées. [...] [Nous trouvons] laide une bouche qui nous rappelle nos cousins, les singes anthropomorphes. Une bouche est laide quand elle est trop grande ou trop éloignée du nez, quand la lèvre supérieure est une sorte de long rideau. À moins d’être sensuels comme des singes, nous trouvons très laide une bouche avec des lèvres trop charnue, ce qui va presque toujours avec un museau saillant ou, pour parler scientifiquement, avec une face prognathe. [...] il est vrai que ce caractère s’accorde presque toujours avec une grande sensualité6.

  • 7 Ibid., p. 41.
  • 8 Ibid., p. 99.
  • 9 Le physiognomoniste américain Samuel R. Wells pouvait également écrire : « La maîtrise de soi ferm (...)

6Une mâchoire proéminente, trait distinctif d’un visage prognathe, pourvue de lèvres épaisses et d’un large orifice buccal, est tenue pour le signe indiscutable de l’animalité. Les plaisirs de l’amour physique se manifestent, pense-t-on, au niveau de la bouche : « Les désirs de l’amour et les ardeurs de la volupté y convergent comme vers leur centre naturel7. » Une bouche ouverte ou entr’ouverte est une invite : « une bouche demi-close, comme dans l’attente de baisers faciles, ou de morceaux savoureux8 ». Pour le physiognomoniste, la lèvre supérieure qui, dans l’idéal, ne devrait être ni trop mince ni trop épaisse, devrait dominer la lèvre inférieure, en fermant la bouche9. Or le problème d’un visage prognathe vient de ce qu’il présente le plus souvent une bouche ouverte. Parmi les profils humains dessinés par Lavater, certain profils raciaux ont la bouche ouverte ; il en va de même pour les idiots ou les criminels. Il apparaît alors que, si ces bouches ne sont ouvertes ni pour manger, ni pour parler, c’est que-par défaut-certains types ne peuvent garder la bouche fermée.

  • 10 Lavater Johann Caspar, « Passages tirés de différents écrivains, avec les remarques de l’auteur », (...)
  • 11 « De l’harmonie entre la beauté morale et la beauté physique », seizième fragment, in Essai sur la (...)
  • 12 Freud Sigmund, « Les aberrations sexuelles », in Trois essais sur la théorie sexuelle, Koeppel Phi (...)

7Selon Lavater, l’ouverture de la bouche est proportionnelle au degré de moralité : « Et où ce vice se peindrait-il mieux que dans la partie la plus mobile du visage ; dans celle qui reçoit plus facilement que toutes les autres l’empreinte de nos passions10 ? » Et il ajoute : « C’est uniquement sur les lèvres,-ou plutôt entre les lèvres, que gît la dépravation11. » Se profile à l’horizon l’idée que la bouche peut également acquérir une autre fonction : potentiellement, la bouche est aussi un organe sexuel. Cette idée affleure constamment sous l’image de la « grimace », mais c’est Freud qui pointera clairement du doigt cette représentation sexuelle, en l’associant à l’anxiété qui lui est constamment liée. Freud commence ainsi ses réflexions sur les perversions qui découlent de la déviation de l’intention sexuelle (normale) associées à la bouche : « Un de ces attouchements, le contact mutuel des muqueuses des lèvres, a acquis en outre, sous le nom de baiser, une haute valeur sexuelle, chez bien des peuples (y compris les plus civilisés), bien que les parties du corps concernées n’appartiennent pas à l’appareil génital, mais forment l’entrée du tube digestif12 ». Freud songe ici à la bouche en tant qu’elle acquiert des connotations sexuelles dans le baiser, mais il n’ignore pas qu’une fois que la bouche cesse de jouer son rôle dans le processus de digestion, elle peut prétendre à faire partie de l’appareil sexuel lui-même. La membrane muqueuse qui tapisse les lèvres peut être le siège de toute une série d’activités bien plus illicites encore. La difficulté à laquelle se confrontent les artistes, les théoriciens de l’art et les physiognomonistes est de savoir comment se représenter le spectacle d’une bouche qui peut simultanément manger, parler, rire et faire l’amour. Une série de subterfuges seront trouvés pour maîtriser la capacité de la bouche à combiner ces rôles multiples, de telle sorte que la bouche ne parle pas en mangeant ou en riant et ne parle, ne mange ni ne rit lorsqu’elle est une composante de l’appareil sexuel.

  • 13 Bell Charles, The Anatomy and Philosophy of Expression as Connected to the Fine Arts, Londres, Geo (...)
  • 14 Bell Charles, Essays on the Anatomy of Expression in Painting, Londres, 1806, p. 127.

8L’Anatomie et la philosophie de l’expression dans leur relation avec les Beaux-Arts, l’ouvrage de Charles Bell (1844) qui fit autorité, présente le schéma d’un profil en train de rire et montre que, lorsque la bouche s’ouvre dans le rire, la partie inférieure du visage empiète sur la partie supérieure, ce qui entraîne la fermeture de l’œil. En d’autres termes, le problème d’un visage qui rit réside dans le fait que l’ouverture excessive de la bouche implique une quasi-fermeture de l’œil, siège de l’activité intellectuelle. Le résultat, selon les propres mots de Bell, est que « le visage perd toute forme et dignité13 ». Si l’on reprend les formulations plus anciennes que Bell utilise pour exprimer ces mêmes idées, c’est la raison pour laquelle seuls « les peintres hollandais de la plus basse catégorie et les caricaturistes sont concernés par le gros rire. Il consiste en une tension des traits trop absurde et trop violente pour d’autres compositions14. » Il en conclut que le visage en train de rire est, en lui-même, une caricature.

DE LA VALEUR DU RIRE : TAXINOMIES ET GÉLOSCOPIE15

  • 15 Le mot, qui figure dans l’Encyclopédie, est répertorié dans le Nouveau dictionnaire universel des (...)
  • 16 Comme toutes les autres gravures de l’ouvrage, cette figure est reproduite plusieurs fois pour ill (...)
  • 17 Della Porta Giambattista, La Physionomie humaine, op. cit., p. 252. Della Porta cite ici Catulle ( (...)

9Quand ils abordent la question du rire, les physiognomonistes se souviennent de la leçon du De humana physiognomonia de Giambattista Della Porta (1586). L’image de deux hommes qui boivent et qui rient réapparaît tout au long de l’ouvrage16 ; leur front, leur bouche, leurs yeux et leurs dents sont commentés sous l’angle de la physiognomonie. « Il n’est rien de plus sot que rire sans sujet17 », écrit Della Porta. Il distingue différentes sortes de rire, telles que le rire accompagné de toux ou le rire aigu, et préconise généralement la modération, n’accordant son approbation qu’au « petit rire ». Le savoir encyclopédique de Della Porta le conduit également à dresser la liste des non-rieurs ou des petits rieurs célèbres : Platon et Anaxagore ne riaient jamais, tandis qu’Horace et Crassus ne riaient que rarement.

10Pour sa part, Lavater considère que le rire est un facteur-clé pour apprécier la nature morale d’un visage :

  • 18 Lavater Johann Caspar, « Passages tirés de différents écrivains, avec des remarques de l’auteur », (...)

le rire est la pierre de touche du jugement, des qualités de cour, de l’énergie du caractère ; il exprime l’amour ou la haine, l’orgueil ou l’humilité, la sincérité ou la fausseté. Que n’ai-je des dessinateurs assez habiles ou assez patients pour épier et pour bien rendre les contours du rire ! Une physiognomonie du rire serait un livre élémentaire des plus intéressants pour la connaissance de l’homme18.

11L’hypothèse qui ressort de ces propos est que l’on pourrait distinguer et classer les hommes en fonction de leur rire. Le postulat de la géloscopie (l’art de la divination par le rire) est donc le suivant : « Montrez-moi votre rire et je vous dirai qui vous êtes ».

  • 19 Charles le Brun, peintre et chancelier de l’Académie royale de Paris, donna en 1668 une conférence (...)
  • 20 Lavater Johann Caspar, « Exercices physiognomoniques et pathognomoniques », huitième fragment, in (...)
  • 21 Ibid.

12Lavater révise les schémas de Le Brun19 et les transpose sans ambiguïté dans le discours physiognomonique. Les figures 13, 14, 15 et 16 de la planche qu’il consacre aux visages affectés par le rire représentent des idiots. Par exemple, le no 16 est « naturellement judicieux, doué de pénétration, entreprenant et capable de persévérance. Les traces de sa folie ne sont marquées que très légèrement dans les lèvres et les plis de la joue [...]20. » Le n° 7 est « le profil d’une bonne ménagère » et le n° 8 « une vieille matrone, active et expérimentée21 ».

  • 22 « De l’harmonie entre la beauté morale et la beauté physique », seizième fragment, in Essai sur la (...)

13Puis, en guise d’exercice de géloscopie appliquée, Lavater procède à l’examen physiognomonique du visage de Démocrite. Il soutient qu’au rebours de la tradition, qui décrit le philosophe rieur comme un esprit pénétrant et un génie novateur, un physiognomoniste attentif peut recourir à son art pour révéler la véritable personnalité de Démocrite, grâce au déchiffrement de son rire. Quels qu’aient pu être les traits de Démocrite avant qu’il ne devînt le philosophe rieur, « le ris moqueur, si différent du divin sourire de la pitié, du sourire de la tendresse indulgente ou donnant de salutaires avis ; si différent, hélas ! du sourire de l’humanité bienfaisante, du sourire ingénu de l’innocence et de la cordialité,-ce ris moqueur, tourné en habitude, doit défigurer nécessairement le plus beau visage [...]22 ». Le rire a laissé son empreinte indélébile sur la bouche de Démocrite en le défigurant. Cette bouche est désormais laide même quand elle cesse de rire. Rien de noble ne peut être exprimé par l’intermédiaire d’une voix logée, pour ainsi dire, dans une bouche pareille.

  • 23 Gratiolet Pierre, De la Physionomie et des mouvements d’expression, Paris, Bibliothèque d’éducatio (...)
  • 24 Vasey George, The Philosophy of Laughter and Smiling, Londres, J. Burns, 1877.

14Selon Lavater, travailler sur le rire serait une nécessité. Au cours du xixe siècle, cette tâche est entreprise dans le cadre de perspectives multiples qui ne sont pas toutes d’inspiration physiognomonique. Un compte rendu passionnant en est donné par l’œuvre de Pierre Gratiolet. Pour lui, le rire est un « geste de la voix » et doit être classé en fonction du type de respiration23. Mais l’exhortation de Lavater à élaborer une physiognomonie du rire devait être entendue avec une attention toute particulière par George Vasey dans sa Philosophie du rire et du sourire24. Cet essai correspond à l’apogée d’un discours qui n’a aucune indulgence pour le rire. Le rire y apparaît comme la source de tous les maux, une hydre à plusieurs têtes. Selon Vasey, nous rions d’une quantité de choses indésirables (telles que le crime, la légèreté, la frivolité) ; or si seulement nous consentions à ne pas en rire, elles viendraient peu à peu à disparaître. Émerge ici l’utopie d’un monde sans rire. Le projet de désapprendre à rire irait alors de pair avec un autre projet, celui d’apprendre à distinguer, d’une part, les différents types de visages rieurs les uns des autres et, d’autre part, le rire du sourire. S’ensuit une typologie illustrée.

  • 25 Ibid., p. 65. Nous traduisons (NDT).
  • 26 Ibid., p. 66.
  • 27 Ibid., p. 98.
  • 28 Ibid., p. 67 et 76.
  • 29 Ibid., p. 109.
  • 30 Ibid., p. 108.
  • 31 Ibid.

15Vasey esquisse le profil du rieur habituel en convoquant les adjectifs suivants : ignorant, vulgaire, inculte, stupide, étourdi, frivole, superficiel, futile, écervelé25. Ceux qu’il appelle les « rieurs invétérés » sont décrits, en outre, comme des hommes grossiers, brutaux et insensibles26. Seuls les dépravés, les débauchés et les criminels « s’adonnent au rire27 ». Ceux qui ont acquis une culture « consentent rarement à s’abaisser jusqu’au rire » et les hommes sages, prudents et réfléchis ne rient jamais28. Ce qu’ils font, en revanche, c’est sourire, car Vasey pense que le rire et le sourire ne sauraient différer davantage l’un de l’autre : « Les différentes sortes de rire sont toutes ridicules, absurdes ou impudentes-vulgaires ou idiotes – n’offrant que de la laideur à la vue et des sons criards et discordants à l’oreille. Les différentes sortes de sourire sincère ou aimable sont toutes embellies par la bienveillance ou la bonté, la sympathie ou la gratitude, l’admiration, la vénération ou l’affection ; elles sont toute douceur et beauté. Nous suspectons un rire, nous accordons foi au sourire29. » La problématique du rire est une nouvelle fois liée à ses propriétés auditives ; étant « un bruit désagréable [...] il produit invariablement un son stupide, vulgaire, dépourvu de toute signification, qu’il s’agisse d’un ricanement ou d’un rictus, d’un “hé ! hé !” contenu, d’un “ha ! ha !” émis à gorge déployée ou d’un large et franc hennissement30. » En revanche, le sourire est un « doux et aimable silence31 ».

16Plus précisément, Vasey distingue quatre sortes de rires :

  1. Le rire chaleureux du beau sexe ;
  2. Le rire sonore du sexe fort ;
  3. Le rire superlatif, ou le plus haut degré du rire ;
  4. Le ricanement, excité par les plaisirs tapageurs et les sottises.

17Aucun de ces rires n’est souhaitable. Tous les rires sont suspects. Les bouches qui s’ouvrent pour les émettre révèlent d’ailleurs souvent l’absence d’une dent au moins, preuve de la déficience esthétique propre à ces rires.

  • 32 Concernant le débat sur le rire au xixe, voir Martin Robert Bernard, The Triumph of Wit : A Study (...)
  • 33 Mantegazza écrit que « Le bon Cornelio Ghirardelli, [...] dans le huitième discours de sa Céphalog (...)
  • 34 Ibid., p. 90. Ces propos sont attribués à un écrivain espagnol, Jérôme Cortès, qui publia au début (...)
  • 35 Ibid., p. 96.

18Les discours physiognomonistes du xixe ne sont pas tous aussi véhéments quand il s’agit de traiter du rire32. La Physionomie et l’expression des sentiments de Mantegazza consacre quelques pages à la question, sous la rubrique « La mimique du plaisir ». Mantegazza passe en revue la littérature physiognomonique sur le rire, au travers de typologies telles que « la bouche riante et le souffle infect33 » de Cornelio Ghirardelli, et y relève la conclusion la plus fréquente : « Ceux qui rient facilement et avec de grands éclats, ont la rate grande et sont naturellement niais, vaniteux, sots, inconstants et indiscrets. Ceux qui rient peu et avec modération sont prudents, fins, discrets, loyaux, constants et remarquablement intelligents34 ». Après avoir cité maintes et maintes remarques de la même veine, Mantegazza affirme cependant leur caractère préscientifique et les rejette massivement. Il en arrive finalement à cette conclusion : « Un rire facile, abondant, franc, indique une âme bonne et sans vanité ; c’est là un des axiomes les moins trompeurs de la physiognomonie. L’éducation hypocrite de notre siècle nous enseigne à réfréner l’expression de la douleur comme celle de la joie, et l’on se déshabitue de rire à cœur ouvert35. » C’est dire que le problème pourrait bien se situer tout simplement au niveau de l’observateur, qui n’a pas eu l’occasion de se familiariser avec le rire au cours de son éducation et qui, comme Vasey, voit désormais le mal partout, sans être en mesure de reconnaître le rire dans toute sa franchise.

19Mais Mantegazza attire également l’attention sur le fait que nombre d’individus moralement douteux ne rient pas, en réalité. Ainsi les orgueilleux, les vaniteux, les sots, rient peu de crainte de compromettre leur dignité ; les envieux, les méchants, les malveillants ne rient que rarement. En d’autres termes, ils ont eux aussi acquis quelque savoir en physiognomonie et réfrènent leur rire de peur de se trahir. La physiognomonie, grâce à laquelle Lavater voulait combattre l’art de la dissimulation, a au contraire permis à ce dernier d’atteindre un nouveau degré de sophistication.

Notes

1 Cet article est un extrait remanié de Laughter. Notes on a passion, Cambridge, Massachussets Institute of Technology Press, 2010.

2 Il existe une abondante littérature sur l’histoire de la pensée physiognomonique. Pour une mise au point plus spécifique sur la situation de la physiognomonie dans l’histoire du visage, voir Baltrusaitis Jurgis, Aberrations, Quatre essais sur la légende des formes, Paris, Perrin, 1957.

3 Lavater Johann Caspar, « De la physiognomonie et de la pathognomonique », quatrième fragment, in Essai sur la physiognomonie, destiné à faire connaître l’homme et à la faire aimer, La Haye, J. Van Karnebeek puis I. Van Cleef, 1781-1803, t. I (1781), p. 26. Dans la mesure du possible, nous avons remplacé les citations d’auteur extraites d’éditions anglaises par des références aux éditions françaises, lorsqu’elles existent. Cette traduction en français ne renvoie donc pas aux mêmes éditions que le livre d’Anca Parvulescu paru en anglais ; les auteurs concernés par ces substitutions sont Della Porta, Freud, Lavater, Mantegazza et Spinoza. Par ailleurs, nous modernisons l’orthographe le cas échéant (NDT).

4 « Sur la nature humaine. Première base de la science physiognomonique », deuxième fragment, in Essai sur la physiognomonie, op. cit., t. I, p. 20.

5 « Des différentes parties du corps », cinquième fragment, in Essai sur la physiognomonie, op. cit., t. III (1786), p. 319.

6 Mantegazza Paolo, « Les traits du visage », in La Physionomie et l’Expression des sentiments, Paris, Alcan, 1885, p. 42.

7 Ibid., p. 41.

8 Ibid., p. 99.

9 Le physiognomoniste américain Samuel R. Wells pouvait également écrire : « La maîtrise de soi ferme la bouche et tire les lèvres vers l’arrière ; l’impulsion ouvre la bouche et fait saillir les lèvres. Dans le premier cas, il peut y avoir de la passion, mais elle sera retenue par une volonté plus forte ; dans le deuxième, la passion l’emporte et impose sa loi. » (Wells Samuel R., New Physiognomy, or Signs of Character, as Manifested through Temperament and External Forms, and Especially in “The Human Face Divine”, New York, Fowler and Wells, 1896, p. 170). Nous traduisons (NDT).

10 Lavater Johann Caspar, « Passages tirés de différents écrivains, avec les remarques de l’auteur », premier fragment, in Essai sur la physiognomonie, op. cit., t. III, p. 17.

11 « De l’harmonie entre la beauté morale et la beauté physique », seizième fragment, in Essai sur la physiognomonie, op. cit., t. I, p. 153.

12 Freud Sigmund, « Les aberrations sexuelles », in Trois essais sur la théorie sexuelle, Koeppel Philippe (trad.), Paris, Gallimard, 1987, p. 57.

13 Bell Charles, The Anatomy and Philosophy of Expression as Connected to the Fine Arts, Londres, George Bell and sons, 1888, p. 31. Nous traduisons (NDT).

14 Bell Charles, Essays on the Anatomy of Expression in Painting, Londres, 1806, p. 127.

15 Le mot, qui figure dans l’Encyclopédie, est répertorié dans le Nouveau dictionnaire universel des arts et des sciences de François Girard (1756). Au xixe siècle, la géloscopie est souvent explicitement définie comme 1. l’art de la divination par le rire 2. une branche de la physiognomonie. La Néologie de Mercier se démarque des autres dictionnaires en opérant un déplacement significatif, puisque la géloscopie est assimilée à l’art de la divination par le sourire et non par le rire ; Mercier précise en outre qu’elle va bien au-delà de la physiognomonie, puisqu’elle permet de « saisir l’âme de l’homme » sur ses lèvres (Mercier Louis-Sébastien, Néologie, Paris, Moussard et Maradan, 1801, t. I, p. 295) (NDT).

16 Comme toutes les autres gravures de l’ouvrage, cette figure est reproduite plusieurs fois pour illustrer différents points de l’exposé, p. 127, 238, 240, 277 et 412 de La Physionomie humaine de Jean-Baptiste Porta, Napolitain, Rouen, Jean Berthelin 1655. La version anglaise du texte reproduit dans cet article cite l’édition latine, publiée par le même éditeur cinq ans plus tôt (NDT).

17 Della Porta Giambattista, La Physionomie humaine, op. cit., p. 252. Della Porta cite ici Catulle (NDT).

18 Lavater Johann Caspar, « Passages tirés de différents écrivains, avec des remarques de l’auteur », premier fragment, in Essai sur la physiognomonie, op. cit., t. III, p. 43.

19 Charles le Brun, peintre et chancelier de l’Académie royale de Paris, donna en 1668 une conférence sur l’expression des passions cartésiennes (voir Montagu Jennifer, The Expression of the Passions : The Origin and influence of Charles Le Brun’s “Conférence sur l’expression générale et particulière”, New Haven, Yale University Press, 1994). Pour illustrer ses vues, il dessina une série de schémas qui furent ensuite repris – le fait est d’importance – dans les éditions ultérieures du Traité des passions de l’âme de Descartes. Néanmoins, si Descartes concède que certains rires sont acceptables, dans la mesure où ils sont les marques des passions modérées bénéfiques, Le Brun considère que le rire – cette constellation de modifications qui affecte le visage et que l’on appelle rire – est en lui-même immodéré.

20 Lavater Johann Caspar, « Exercices physiognomoniques et pathognomoniques », huitième fragment, in Essai sur la physiognomonie, op. cit., t. II, p. 59.

21 Ibid.

22 « De l’harmonie entre la beauté morale et la beauté physique », seizième fragment, in Essai sur la physiognomonie, op. cit., t. I, p. 161.

23 Gratiolet Pierre, De la Physionomie et des mouvements d’expression, Paris, Bibliothèque d’éducation et de récréation, 1865, p. 23. Gratiolet identifie cinq catégories : 1. le rire nasal ; 2. le ricanement ; 3. le rire convulsif ; 4. le rire excessif ; 5. le rire oral.

24 Vasey George, The Philosophy of Laughter and Smiling, Londres, J. Burns, 1877.

25 Ibid., p. 65. Nous traduisons (NDT).

26 Ibid., p. 66.

27 Ibid., p. 98.

28 Ibid., p. 67 et 76.

29 Ibid., p. 109.

30 Ibid., p. 108.

31 Ibid.

32 Concernant le débat sur le rire au xixe, voir Martin Robert Bernard, The Triumph of Wit : A Study of Victorian Comic Theory, Oxford, Clarendon Press, 1974. Quoique Martin se concentre essentiellement sur l’esprit, son propos effleure à maintes reprises la question des vertus du rire. Il écrit : « Le spectre du rire immodéré était un de ces poncifs devant lesquels même les partisans du risible et de l’absurde devaient s’incliner, pour sacrifier à la tradition » (p. 8). Nous traduisons (NDT).

33 Mantegazza écrit que « Le bon Cornelio Ghirardelli, [...] dans le huitième discours de sa Céphalogie physionomique (Bologne, 1670), traite de la bouche riante et du souffle infect (singulière association). » (« La mimique du plaisir », in La Physionomie et l’expression des sentiments, op. cit., p. 88) (NDT).

34 Ibid., p. 90. Ces propos sont attribués à un écrivain espagnol, Jérôme Cortès, qui publia au début du xviie siècle (NDT).

35 Ibid., p. 96.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

Auteur

Wahington University-Saint Louis

Erik Petersen (Traducteur)

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540