Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Justice et injustices environnementales

 | 
David Blanchon
, 
Jean Gardin
, 
Sophie Moreau

Sanctuarisation de l’Amazonie et expérimentations du développement durable à l’épreuve de l’injustice environnementale

Guillaume Marchand

Texte intégral

Introduction

  • 1 Laigle L. et Tual M., « Conceptions des inégalités écologiques dans cinq pays européens : quelle pl (...)

1Avec le courant populaire ayant émergé aux États-Unis autour de la justice environnementale, une nouvelle façon de penser les inégalités s’est peu à peu mise en place dans les sociétés européennes et sud-américaines. Ainsi, on reconnaît le droit de tous à habiter, produire et consommer dans un environnement de qualité, autrement dit non pollué, salubre et plus ou moins esthétique1. Mais la valeur accordée à ce droit (norme juridique, sociale ou morale) ainsi que les moyens de le faire respecter (lois ou projets de politiques publiques correctifs) varient sensiblement d’un pays à l’autre.

  • 2 Le manifeste de ce réseau regroupant différents types d’acteurs (ONGs, universitaires, mouvements s (...)
  • 3 Farbiaz P. et Dos Santos H., Lula, le Parti des Travailleurs Du Brésil et l’environnement : Documen (...)
  • 4 Leroy J. -P., « O governo sob a luz da justiça ambiental », in Orçamento e Política Socioambiental, (...)

2Le Brésil après avoir été privé de démocratie pendant près de 24 ans, a décidé, dans sa Constitution de 1988, de poser les bases d’une société plus juste. Il y est garanti le droit de tout citoyen à la justice sociale (article 193), à la protection de la diversité culturelle (article 215) et, enfin, à un « environnement écologiquement équilibré » (article 225). Après le Sommet de la Terre (1992) et la rédaction des divers Agendas 21 (nationaux et locaux), ces droits fondamentaux se rejoignent peu à peu, posant les bases d’une justice environnementale à la brésilienne où s’entremêlent les aspects sociaux, culturels et environnementaux. En 2001, est créé le Réseau brésilien de justice environnementale (RBJA2), puis la justice environnementale devient l’un des mots d’ordre du gouvernement Lula lors de sa prise de fonction en 20033. Ce qui marque en théorie le passage d’une déclaration de bonne intention à l’action. Ce qui n’était dans la Constitution qu’un cadre moral de référence, n’offrant aucune garantie, devient alors l’objet de politiques publiques destinées à être diffusées sur l’ensemble du territoire4. Si l’action en question laisse quelque peu à désirer, nous y reviendrons, cet engouement pour la justice environnementale a du moins le mérite d’améliorer les définitions et critères servant à discriminer une situation de justice ou d’injustice.

  • 5 Principes édictés lors de la première rencontre des mouvements environnementalistes de personnes de (...)

3S’appuyant dans les grandes lignes sur les « 17 principes de la justice environnementale5 », le Réseau brésilien de justice environnementale définit la justice environnementale comme suit :

  • 6 Comprendre : qui vient des états fédérés.

un ensemble de principes et de pratiques qui assurent qu’aucun groupe social, qu’il soit ethnique, racial, de classe ou de genre, supporte de manière disproportionnée les conséquences environnementales négatives d’opérations économiques, de décisions politiques et de programmes fédéraux, estaduaux6 ou locaux, ainsi que l’absence ou l’omission de telles politiques.

4La deuxième partie de la définition concerne plus spécifiquement le droit à l’information et à la participation

  • 7 Porto M. F., « Saúde do Trabalhadore o Desafio Ambiental : Contribuições do Enfoque Ecossocial, da (...)

[Un ensemble de principes et de pratiques] assurant tant un accès juste et équitable aux ressources environnementales du pays qu’aux informations inhérentes à celles-ci et favorisant la constitution de mouvements et sujets collectifs dans la construction de modèles alternatifs et démocratiques de développement7.

  • 8 Rappelons toutefois que le Brésil n’a pas attendu 1988 pour s’occuper d’environnement : les premièr (...)

5Ainsi, à la lumière de cette définition et des clés de lecture fournies par les différents auteurs anglo-saxons, brésiliens et français, nous proposons de revenir sur l’histoire de l’Amazonie contemporaine (de 1988 à nos jours) afin d’identifier d’éventuels signes de justice ou d’injustice environnementale subies par les populations d’agriculteurs familiaux. L’année 1988 à été choisie comme point de départ en raison du nouveau projet de société brésilienne portée par la Constitution, mais aussi à cause des premiers plans gouvernementaux de grande ampleur en matière de protection de l’environnement8.

  • 9 Marangon M. et Agudelo L. P. P. A., « Uso da Paisageme Conservação : tensões sócio-ambientaise diál (...)
  • 10 Pour Area de Proteção Ambiental.
  • 11 Séjour effectué grâce à un financement de l’École doctorale 122 (Europe Latine/Amérique Latine), no (...)

6Nous verrons que dans la région du Grand Fleuve, ce n’est pas tellement la question de la qualité de l’environnement qui est mise en cause mais bien souvent les inégalités d’accès aux ressources naturelles (terre, eau, forêts, poissons, fruits, sève d’hévéa...) ou à certains droits fondamentaux « universels » (se loger, se nourrir, produire) dans des zones destinées à des degrés divers à sa protection. Après avoir évoqué les problèmes d’injustice environnementale inhérents aux premiers mouvements de « sanctuarisation de l’Amazonie9 », nous verrons comment les projets de développement durable cherchent à améliorer la situation des victimes de cette « mise sous cloche » d’une partie des écosystèmes amazoniens. L’objectif étant de voir si des projets acquis aux principes évoqués ci-avant sont effectivement justes ou porteurs de nouvelles formes d’injustices. Afin d’illustrer notre propos, nous avons choisi de mener notre réflexion à deux niveaux, celui de l’Amazonie pour des considérations plus générales, puis celui d’une petite communauté paysanne du Sud-Est du Pará, l’APA10 do Igarapé Gelado (municipe de Parauapebas) au sein de laquelle nous avons effectué un travail de terrain11 de près de deux mois durant l’été 2007.

L’agriculture familiale face aux différentes formes d’injustice induites par la « sanctuarisation » de l’Amazonie

7Quelles sont les conséquences pour l’agriculture familiale de la « mise sous cloche » d’une large partie de l’espace amazonien ? Voici, quelques éléments de réponses à partir d’une étude à l’échelle régionale et locale des projets d’aménagement aux visées conservationnistes.

Figure 1. Carte de localisation de l’APA do Igarapé Gelado.
Source : GM, 2006 ; image landsat ETM+ (R5V4B3) de juillet 2001

La mise en défens de l’espace brésilien, une nouvelle injustice créée par l’environnementalisme ?

  • 12 Institut National de Pesquisas Espaciais, ces chiffres ont été à l’époque discutés tour à tour par (...)
  • 13 Plano Agropecuárioe Florestal de Rondônia, application estaduale du plan Nossa Natureza.
  • 14 Droulers M., Le Tourneau F. -M. et Machado L., « Colonisation,, exploitation ou préservation : conf (...)
  • 15 Mello N. A., Políticas publicas territoriais na Amazônia brasileira, conflitos entre conservaçãoe d (...)

8Entre 1977 et 1988, la moyenne annuelle de déforestation se situe aux alentours de 21 000 km² à laquelle participent grandement les zones de colonisation agraire (chiffres INPE de 200712). Ainsi, à partir du milieu des années 1980, sous la pression de la communauté internationale mais aussi du Sud-Est du pays, les grandes politiques de développement sont systématiquement accompagnées de clauses environnementales. C’est le cas du Planafloro13, exigé par la Banque mondiale pour prévenir les déboisements inhérents à l’asphaltage de la route Cuiabá-Porto Velho qu’elle a financée14. Le Planafloro oblige ainsi le Brésil à réglementer les modes d’occupation du sol de part et d’autres de cette route et à délimiter des zones de protection, ce qui est appelé ZSEE pour zonage socio-économique-écologique. Sous la pression de ses bailleurs de fond, l’Allemagne notamment, les deux premières dimensions ont été peu à peu évincées au profit d’un strict « biocentrisme15 ».

  • 16 Benchimol S., A Amazônia um pouco antese além depois, Manaus, Umberto Calderano, 1977, p. 841 ; Ben (...)

9Ces clauses environnementales au développement de la Nation constituent alors pour bon nombre de Brésiliens, un chantage manifeste et injuste car imposé par des pays qui se sont développés sans se soucier de leurs propres ressources naturelles et de celles qu’ils ont pillées lorsqu’ils étaient eux-mêmes colons. L’hémisphère Nord a une dette écologique envers l’hémisphère Sud, pendant de la dette financière fonctionnant en sens inverse16.

  • 17 Entre 80 et 50 % du lot doit être maintenu en forêt selon la date d’installation du colon.
  • 18 Lena P., « La forêt amazonienne : un enjeu politique et social contemporain », in Autrepart, n° 9, (...)
  • 19 Droulers M. et Le Tourneau F. -M., « Amazonie: la fin d’une frontière ? », in CMHLB Caravelle, n° 7 (...)
  • 20 Théry H., « Les conquêtes de l’Amazonie : 4 siècles de luttes pour le contrôle d’un espace », in Ca (...)

10Au sein de cette politique de zonage, les unités de conservation (fédérales, provenant des états fédérés ou municipales) et les réserves légales sur les lots de colonisation17 sont celles qui posent le plus de problèmes aux agriculteurs puisqu’elles limitent fortement l’accès aux ressources « terres » et « forêts », jusqu’ici considérées en libre-service18. Comme il n’y a toujours pas de réforme agraire, cette fermeture de la frontière pour des questions de protection environnementale est perçue comme une entrave à la « lutte sociale pour la terre19 ». Comme dans l’esprit des paysans sans-terre la frontière agraire visait à réparer, certes de manière imparfaite, les injustices séculaires d’accès à la terre20, la mise en défens de l’Amazonie était vue comme une injustice supplémentaire.

  • 21 Droulers M., Le Tourneau F. -M. et Machado L., « Colonisation, exploitation ou préservation : confl (...)
  • 22 Des zones de colonisation agraire pourtant reconnues par l’INCRA, institut en charge de la colonisa (...)

11Dès 1991 et l’adoption du zonage socio-économique-écologique Rondônia comme loi d’aménagement du territoire, les syndicats de travailleurs ruraux et autres associations de producteurs s’organisent pour dénoncer un découpage de l’espace jugé arbitraire et illégitime21... donc forcément injuste. Si l’on passe outre les quelques erreurs flagrantes de zonage22, les principales revendications étaient alors focalisées sur deux points :

    • 23 Istituto Sócio-Ambiental, ONG brésilienne luttant pour la démocratisation des principes socio-envir (...)
    • 24 Mello N. A. et Théry H., « L’État brésilien et l’environnement en Amazonie, évolution contradiction (...)

    la transparence des diagnostics puisque les critères guidant la délimitation des zones de conservation restaient souvent vagues. Ils le sont encore parfois aujourd’hui. L’ISA23 a ainsi publié en 1999 une carte des « zones prioritaires pour la conservation et l’usage durable de la biodiversité », parmi lesquelles figurent des espaces de « biodiversité insuffisamment connue mais de probable importance24 ». Catégorie pour le mois obscure… ;

    • 25 Becker B. et Egler C., « Amazonie: méthodologie et enjeux du zonage écologique et économique », in (...)

    la critique d’une approche strictement technico-scientifique du zonage et le manque de consultation publique25.

12On retrouve ici deux infractions aux principes de justice environnementale tels qu’ils ont été définis par le Réseau brésilien de justice environnementale : le droit à l’information et à la participation des citoyens aux politiques publiques concernant la protection de l’environnement.

  • 26 Gosseries A., « Les théories de la justice intergénérationnelle. Synopsis à l’usage des durabiliste (...)

13En terme de justice intra- ou intergénérationnelle, la mise en réserve d’une partie du territoire amazonien, et donc la confiscation de ses ressources aux populations qui en ont usage ou qui souhaitent l’avoir, est à des degrés divers justifiable26. Le sacrifice de quelques-uns est parfois nécessaire au bien être de tous : l’équilibre climatique global où la préservation du vivant sont des arguments qui sont souvent utilisés à cet égard (voir les différentes campagnes de Greenpeace ou du WWF). Or, afin d’être juste, ce sacrifice doit s’accompagner selon les théories rawlsiennes d’une compensation ad-hoc pour les personnes lésées par les mesures de zonages ou de conservation. Nous allons voir à partir de l’exemple de l’APA do Igarapé Gelado que cela n’est pas toujours le cas.

Problèmes de subsistance dans les sanctuaires environnementaux de l’Amazonie brésilienne : l’APA do Igarapé Gelado, zone tampon sous contrôle au pied de la « citadelle verte de Carajás »

  • 27 Instituto Brasileiro do Meio Ambientee dos Recursos Renovaveis, crée en 1988.
  • 28 Mello N. A., Políticas publicas territoriais na Amazônia brasileira..., op. cit.
  • 29 Geisler C., « Les expulsés du jardin d’Éden : un nouveau problème », in ERES, Revue internationale (...)

14Au début des années 1990, les bases de ce qui sera appelé plus tard le Système national des unités de conservation (SNUC) sont posées, il s’agit d’un ensemble de zones de protections aux statuts et usages divers sous contrôle de l’IBAMA27. Si certaines de ces unités, dites de protection intégrale conduisent systématiquement à l’expulsion des populations (réserves biologiques, stations écologiques, Parcs nationaux...), d’autres autorisent l’usage raisonné des ressources naturelles (APA, réserves extractivistes...)28. Or, la situation des élus ayant droit de séjour dans le « jardin d’Éden » n’est parfois pas plus enviable que celles des « expulsés » pour reprendre la terminologie de Geisler29. Les paysans habilités à rester dans ces espaces éprouvent, en raison des législations environnementales qui les régissent, quelques difficultés à vivre voire survivre.

  • 30 Pour Compagnie Vale do Rio Doce. Créée en 1942 pour l’exploitation des minerais de fer du Minas Ger (...)
  • 31 Droulers M., L’Amazonie vers un développement durable, op. cit.

15L’histoire de la création de l’APA do Igarapé Gelado est assez particulière. Elle est issue d’un bras de fer entre une poignée d’agriculteurs d’origines diverses, des nordestins principalement, et la CVRD30, compagnie alors en charge de l’exploitation du minerai de fer dans la région de Carajás (municipe de Parauapebas). L’ouverture de la mine et des routes qui la desservent ont poussé quelques colons spontanés à envahir dès 1985 la concession de Carajás afin d’obtenir une terre. Parallèlement à cela, la CVRD est priée par ses créanciers (la Banque mondiale et la CEE ayant financé près d’un quart du projet minier) de se racheter une conduite sur le plan environnemental, notamment pour avoir alimenter ses fourneaux en essences amazoniennes31. L’aubaine était trop belle, sous couvert de protection environnementale, la CVRD allait pouvoir protéger sa concession minière d’éventuels intrus par une « citadelle verte ». La plus grosse partie des 760 000 ha protégés est constituée par deux FLONA (Forêts nationales) où tout est interdit, sauf l’exploitation de minerais, ce qui en réserve l’accès exclusif à la CVRD. Au pied la citadelle est créée une APA, seule unité de conservation de l’époque autorisant les usages agricoles. Elle fait office de zone tampon entre les zones de colonisation traditionnelles (au nord) et les zones de réserves (au sud). L’APA do Igarapé Gelado totalise 22 000 ha dont moins de la moitié est effectivement ouverte aux usages agricoles, l’autre étant constituée par des réserves communautaires destinées à protéger « la forêt ombrophile ouverte sub-montagnarde » (décret no 97718). Les agriculteurs et leurs familles sont sauvés de l’expulsion, mais ce qui est présenté à l’époque comme un projet à la fois social et environnemental reste avant-tout une manouvre de la CVRD pour protéger le territoire qui lui était dévolu. On peut donc s’interroger quant à la légitimité « environnementale » d’un tel classement de la zone en APA. Ce qui peut déjà être considéré comme un premier élément d’injustice environnementale.

  • 32 Marangon M. et Agudelo L. P. P. A., « Uso da Paisageme Conservação : tensões sócio-ambientaise diál (...)
  • 33 Schlosberg D., Defining environmental justice : theories, movements and nature, Oxford, Oxford Univ (...)

16Cette situation est aggravée par le fait que dans les années 1990 un tel statut est largement inadapté au développement socio-économique des agriculteurs familiaux, les APA étant plus orientées à cette époque vers la protection de l’environnement32. Les pratiques culturales traditionnelles des agriculteurs familiaux (le système abattis/brûlis et l’usage du feu pour le nettoyage des pâturages) coïncident mal avec les dispositifs environnementaux ayant cours dans les APA. L’utilisation du feu, par exemple, permet aux agriculteurs peu capitalisés de réduire les coûts de production. En les plaçant dans une zone où les feux sont interdits, on encourt donc le risque de perturber leurs conditions de subsistance. Rappelons qu’une partie de la production issue de l’abattis/bûlis est vivrière et que celle-ci peut faire cruellement défaut aux familles les plus démunies. Comme les réalités sociales, culturelles et économiques de l’agriculture familiale n’ont pas été prises en considération lors de la création des règles du « sanctuaire », il nous semble opportun ici de parler d’un injustice environnementale de « reconnaissance33 ».

17Cet argument, mérite toutefois d’être nuancé dans le cas de l’APA do Igarapé Gelado puisque l’IBAMA a autorisé les incendies jusqu’en 1999. Certes, sous certaines restrictions qui n’existaient pas dans les zones de colonisation classique. Ces brûlis devaient servir à la préparation de cultures vivrières et sacrifier préférentiellement de la végétation secondaire. Les agriculteurs étaient obligés pour cela de demander une autorisation au gérant de l’APA, celle-ci étant parfois accordée hors du délais prévu par le calendrier agricole... Or, cette « bureaucratie » (terme employé par les agriculteurs), absente dans les autres zones rurales, a souvent renforcé leur sentiment d’injustice. Aujourd’hui, elle commence à être généralisée, nous avons pu l’observer à Ouro Preto d’Oeste dans le Rondônia au cours de l’été 2008.

  • 34 Soulignons également que les agriculteurs de l’APA ayant enfreint cette règle ne sont que rarement (...)

18L’interdiction totale des brûlis dans l’APA n’est donc que récente34 mais celle-ci n’a pas été accompagnée de mesures compensatoires pour maintenir le potentiel productif intact. Afin de préserver l’équilibre agro-écosystémique des parcelles, il faudrait mettre en place des jachères longues et éventuellement une mécanisation raisonnée des terres. Opérations trop onéreuses pour la grande majorité des colons. Lors de notre passage dans l’APA, certaines familles déclaraient être restées, à cause de cette mesure, sans cultures vivrières pendant presque six ans (moment où un projet de développement durable a été crée à ces fins). Afin de subvenir à leurs besoins, celles-ci ont augmenté la charge bovine à l’hectare, ce qui a contribué à dégrader rapidement les pâturages et a conduit peu à peu à la paralysie productive...

  • 35 Expression désignant des bûcherons mais aussi des négociants en bois ou des intermédiaires pour les (...)

19Il est intéressant de noter, enfin, que les agriculteurs eux-mêmes ont cherché dès le milieu des années 1990 des solutions alternatives à l’agropastoralisme traditionnel pour améliorer leurs conditions de vie. L’association des producteurs de l’APA (APROAPA) avait déposé plusieurs demandes auprès de l’IBAMA pour obtenir une licence en matière d’extractivisme qu’il soit ligneux (obligation de couper l’arbre) ou non-ligneux (prélèvement de cours de palmiers, fruits et baies sauvages…). Mais les licences n’ont jamais été obtenues, le gérant de l’IBAMA craignant que les agriculteurs ne puissent mettre en place une utilisation raisonnée des ressources ou « qu’ils ne sachent pas se défendre face à des madeireiros35 peu scrupuleux » (entretien avec l’ex-président de l’APROAPA, 2007).

  • 36 Rappelons qu’il est interdit aux agriculteurs de pêcher autrement que pour des fins alimentaires af (...)

20En revanche, les licences pour les deux opérations d’extension du barrage destiné à accueillir les déchets de la mine ont été accordées sans grande difficulté (1995 et 2002). Ceci en dépit du désastre que représentent ces extensions sur le plan environnemental36. La dernière en date a d’ailleurs été responsable de la destruction de 70 ha de forêt primaire au sein même de la réserve communautaire, sans que les troncs aient été retirés. Ce qui constitue un gaspillage sur le plan écologique mais aussi économique puisque ces troncs auraient pu être vendus aux scieries au profit de la communauté. Il s’agit ici d’une injustice de type procédurale dans le sens où les lois environnementales qui régissent l’APA ne sont pas les mêmes selon que l’on soit un collectif d’agriculteurs familiaux ou la seconde entreprise minière mondiale.

21L’objectif de cette première partie de notre argumentation était de revenir sur les différentes formes d’injustice provoquées par des mesures de protection trop enclines au bio-centrisme. Est-ce que la protection d’une partie du massif forestier amazonien pouvant créer des inégalités profondes au niveau socio-spatial est juste ? Nous avons émis l’idée à la fin de la partie « La mise en défens de l’espace brésilien, une nouvelle injustice créée par l’environnementalisme ? » que la sanctuarisation est un sacrifice sans doute nécessaire. Mais pour que celui-ci soit juste, il semble opportun d’y apposer quelques clauses : une information claire et objective sur les enjeux de la conservation, des règles uniformes pour tous (ou du moins qui ne donnent pas de passe-droits qu’aux nantis) et la mise en œuvre de mécanismes de compensation afin de maximiser le bien-être des personnes lésées par les mesures de protection (principe du « maximin » de Rawls). Voyons à présent qu’elles sont les solutions proposées en Amazonie par la société brésilienne et ses partenaires internationaux pour se rapprocher des principes édictés par la justice environnementale.

Expérimentations du développement durable en Amazonie brésilienne : des projets socio-environnementaux contre les injustices issues de l’environnementalisme

  • 37 Carnavale de Carvalho R. M., Agricultura Sustentável em áreas de fronteira : discursose práticas, T (...)
  • 38 Santilli J., Socioambientalismo e novos direitos. Proteção juridica a diversidade biológicae cultur (...)

22Autrefois perçue négativement par les environnementalistes, l’agriculture familiale est devenue aujourd’hui un enjeu de durabilité : les agriculteurs familiaux, si on leur en donne les moyens (financiers et organisationnels), sont susceptibles de contribuer au maintien des ressources naturelles et la biodiversité amazoniennes37. Le socio-environnementalisme, portevoix du développement durable au Brésil, tente par la même occasion de réparer les injustices commises à l’égard de l’agriculture familiale par les projets développementistes des années 1970 et les projets conservationnistes des années 1980-199038.

Une relecture brésilienne des objectifs du développement durable : l’émergence du socio-environnementalisme

23Le socio-environnementalisme (socioambientalismo) est un terme qui a émergé au Brésil à la fin des années 1980. Il s’est progressivement diffusé dans la société brésilienne avec la préparation du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro (1992) jusqu’à devenir un des fers de lance du gouvernement Lula avec la nomination de Marina Silva au ministère de l’environnement (2003 à 2008). Non utilisé en dehors des frontières brésiliennes, il marque une ré-appropriation des objectifs du développement durable par les mouvements sociaux nationaux. Leur vision de la durabilité est la suivante : la nécessité de combiner en priorité développement socio-culturel et protection environnementale, le second objectif étant tributaire du premier.

24En matière de justice environnementale, on peut considérer que le socio-environnementalisme milite principalement pour deux causes :

    • 39 Saigneurs d’hévéas pour la collecte du latex.

    la reconnaissance des populations marginales qu’il s’agisse de descendants d’esclaves (quilombos), d’indiens ou d’extractivistes (rappelons que la paternité du socio-environnementalisme est attribuée à Chico Mendes et sa lutte pour les droits des seringueiros39) ;

  • une approche participative et démocratique dans les politiques d’aménagement territorial, qu’elles aient des visées environnementales (création de réserves…) ou non (droit aux diagnostics sociaux, économiques et écologiques pour l’implantation de barrages hydroélectriques, routes, etc.) ;

25En 1992, avec l’arrivée du PPG-7, programme financé par le G-7 mais orchestré par le ministère de l’environnement brésilien, les principes socio-environnementalistes sont expérimentés in-vivo et à grande échelle sur le territoire amazonien. Les quelques résultats obtenus iront même jusqu’à influencer les politiques publiques de conservation dans un premier temps, puis par la suite des programmes fédéraux plus généraux (les plans pluriannuels de développement, PPA)...

  • 40 Effantin R. et Hubert B., « Politique de sensibilisation foncière et conservation de la biodiversit (...)

26Sous l’influence du PPG-7, la question de l’implantation des unités de conservation se socialise. Fort de l’expérience en demi-teinte des premières tentatives de zonages, évoquée dans la partie « La mise en défens de l’espace brésilien, une nouvelle injustice créée par l’environnementalisme ? », et des expériences menées dans d’autres pays, le « Man and Biosphere » de l’Unesco ayant été critiqué pour son manque de consultation publique40, le programme pilote rompt avec une vision technocratique de la conservation. Il favorise également la création de réserves extractivistes (RESEX) ou de développement durable (RDS), qui visent à préserver de manière conjointe socio- et biodiversité.

  • 41 23 unités de conservation ont été délimitées entre 1992 et 2004 selon Lima (Lima D. de M., « Éthiqu (...)
  • 42 Aubertin C. et Pinton F., « De la réforme agraire aux unités de conservation. Histoire des réserves (...)

27Avec la généralisation des plans de gestion participatifs, les unités de conservation d’usages durables changent de visage. Alors qu’elles étaient autrefois imposées « clés en main » par l’IBAMA, avec la vague de création encadrée par le PPG-741, les populations locales ont désormais voix au chapitre concernant l’usage de certaines ressources naturelles42. En 2000, le SNUC (Système national des unités de conservation), s’appuyant sur les résultats obtenus par le PPG-7, étend la mesure des plans de gestion participatifs aux APA. Théoriquement, les agriculteurs de l’APA do Igarapé Gelado vont donc pouvoir obtenir le droit d’exploiter les réserves forestières communautaires, une de leurs revendications les plus récurrentes. L’IBAMA n’a consenti à l’ouverture des négociations qu’en 2007, soit sept ans après le passage de la loi, craignant une fois encore que les ressources forestières ne soient pas utilisées de manière raisonnée. Si la procédure existe, cela ne signifie pas pour autant qu’elle soit appliquée uniformément...

  • 43 Les projets démonstratifs du PPG-7 ont pour vocation de servir de vitrine du développement durable (...)
  • 44 Gosseries A., « Les théories de la justice intergénérationnelle. Synopsis à l’usage des durabiliste (...)

28Même si la gestion des unités de conservation se démocratise, on dénote toutefois un certain durcissement de la législation environnementale. Les règles concernant la pêche, la chasse ou le système d’abattis/brûlis que ce soit à l’intérieur ou en dehors des « sanctuaires » se font plus strictes et les populations amazoniennes voient leurs conditions de subsistance parfois gravement perturbées (voir « Problèmes de subsistance dans les sanctuaires environnementaux de l’Amazonie brésilienne : l’APA do Igarapé Gelado, zone tampon sous contrôle au pied de la “ citadelle verte de Carajás ” »). Au travers du programme des projets démonstratifs43 (PD-A), le PPG-7 leur propose des solutions alternatives. Les projets démonstratifs peuvent donc être considérés dans une acception distributive de la justice environnementale comme une mesure compensatoire, un moyen d’améliorer le bien-être de ceux qui sont obligés de concéder quelques sacrifices pour le « bien de tous ». Ils participent également à la reconnaissance des apports de tel ou tel groupe social dans la préparation du « gâteau du bien être » pour reprendre l’analogie de Gosseries44 : les agriculteurs familiaux formés à l’agro-écologie peuvent fournir des aliments sains, les extractivistes maintenir les forêts, les pêcheurs traditionnels prendre soin des ressources halieutiques...

  • 45 Ministério do Meio Ambiente.
  • 46 Populations vivant aux abords des cours d’eau dont le système agricole repose sur les périodes d’ét (...)
  • 47 Les populations indigènes possèdent un programme spécifique appelé PDPI (Projets démonstratifs des (...)
  • 48 Programme de développement socio-environnemental de la production familiale rurale.
  • 49 Little P., Projetos demonstrativos PDA : sua influência na construção do PROAMBIENTE, Brésil, Minis (...)

29Ces projets reposent sur le volontariat afin d’être le plus proche possible des besoins locaux. Les associations locales ou régionales, en partenariat avec des ONG diverses, font une proposition au ministère de l’environnement (MMA45), celui-ci exprimant par la suite son accord ou son refus. On en dénombrait 194 en 2004 (chiffres MMA de 2007) dans des domaines aussi divers que l’agroforesterie, la gestion de la biodiversité fluviale, l’apiculture, l’appui aux associations de femmes… Ils concernent l’ensemble des populations amazoniennes : ribeirinhos46, extractivistes, agriculteurs familiaux, indigènes47… Les mesures compensatoires expérimentées par le PPG-7 ont ouvert la voie à des programmes de politiques publiques de grande ampleur comme le PROAMBIENTE48 dont le principal objectif est la rétribution des services écosystémiques rendus par la population amazonienne49.

  • 50 Plano Amazônia Sustentavél, Brésil, Ministério da Integração Nacional/Ministério do Meio Ambiente/M (...)
  • 51 Plano do Desenvolvimento Regional Sustentavél para área de influência da Rodovia Br-163 (Cuiabá San (...)
  • 52 Mouvement pour le développement de la Transamazonienne et du Xingu.
  • 53 Arnauld de Sartre X., « La colonisation de l’Amazonie face au développement durable. L’exemple du B (...)
  • 54 de Carvalho H. et Brussi A., « Entre pedrase flores da terra », op. cit.
  • 55 Mouvement des personnes atteintes par les barrages.
  • 56 Leroy J. -P., « Política Ambiental do Governo Lula para a Amazônia », in Direitos Humanos no Brasil(...)

30Le socio-environnementalisme s’écarte aujourd’hui de la seule protection environnementale pour s’inviter à des discussions beaucoup plus générales en matière d’aménagement du territoire : le plan de développement durable de l’Amazonie50, le zonage de la route BR-16351, l’implantation d’usines hydroélectriques... Dans les deux derniers cas, les ouvrages doivent s’accompagner de diagnostics et de consultations publiques, ainsi que de mesures compensatoires avalisées au préalable par les mouvements sociaux concernés. Par exemple, sous l’influence du MDTX52, collectif qui regroupe tant des agriculteurs familiaux que des populations indigènes, le barrage de Belo Monte se « durabilise » quelque peu53. Notons au passage que le socio-environnementalisme a réussi le tour de force de réunir des groupes sociaux aux intérêts autrefois divergents54. Toutefois, ces « unions sacrées » de marginaux ne signifient pas pour autant que les associations et groupes de pression soient toujours écoutés. Les usines hydroélectriques du rio Madeira, par exemple, seront créées malgré les protestations du MAB55 et d’une très large partie de la société civile du Rondônia56. Leur consultation rend seulement la destruction plus « démocratique » donc en adéquation avec les principes de justice édictés par le Réseau brésilien de justice environnementale…

Application des principes socio-environnemantalistes dans l’APA do Igarapé Gelado, quelles avancées au niveau des justices/injustices environnementales ?

31Comment les injustices évoquées précédemment ont-elles été réparées ? Les projets de développement durable est la justice environnementale vont-ils forcément de pair ? Nous proposons ici quelques éléments de réponse.

32Il existe au sein de l’APA une multitude d’initiatives de développement durable. Nous avons décidé ici de nous concentrer sur celles visant à fournir des alternatives productives au système agropastoral traditionnel, c’est à dire reposant sur l’abattis/brûlis, puisqu’il s’agissait du principal objet de revendication de la part des agriculteurs (voir « Problèmes de subsistance dans les sanctuaires environnementaux de l’Amazonie brésilienne : l’APA do Igarapé Gelado, zone tampon sous contrôle au pied de la “ citadelle verte de Carajás ” »). Les trois projets retenus émanent tous d’une demande locale, reposent sur le volontariat et ont été obtenus par des partenariats étroits avec des acteurs publics (IBAMA, secrétariat d’agriculture de Parauapebas...) et d’autres membres de la société civile (CVRD, ONG ponctuelles, associations diverses, diocèse). Les principes participatifs et démocratiques du socio-environnementalisme évoqués dans la partie « Une relecture brésilienne des objectifs du développement durable : l’émergence du socio-environnementalisme » sont donc respectés. Nous avons résumé leurs principes de fonctionnement dans le tableau à suivre.

  • 57 Berard L. et Marchenay P., « Biodiversité culturelle, productions localisées et indications géograp (...)

33La question de la certification ou de la « labellisation » des productions agricoles peut-être appréhendée comme un processus de justice « de reconnaissance » ou de justice « distributive ». Dans le premier cas, on soulignera plutôt le fait que les agriculteurs venus d’autres régions du Brésil ne sont plus vus seulement comme des utilisateurs abusifs des milieux amazoniens, mais comme des personnes ayant su développer à leurs contacts des savoirs nouveaux en matière de fruiticulture, de systèmes agroforestiers… La reconnaissance d’un mode de production paysan, en somme, et de ses bénéfices potentiels pour la biodiversité naturelle, culturale et culturelle57. Dans le second cas, on s’attardera davantage sur le fait que par la certification/labellisation la société accepte de rétribuer davantage l’agriculteur éco- ou socio-responsable que les autres. Ce qui revient à mettre en place une sorte de « discrimination positive », pour reprendre un terme en vogue dans nos sociétés, le travail de celui qui accepte de faire des sacrifices pour le bien commun étant valorisé.

34En adaptant les réflexions posées par la justice distributive aux trois cas exposés ici, les projets communautaires sont ceux qui peuvent poser le plus de problèmes lorsqu’ils ne concernent pas uniformément l’ensemble de la population. En effet, la « part du gâteau » proposée en dédommagement est la même pour tous (gestion de la pépinière et de l’unité de production mellifère par petits groupes avec partage égal des revenus)... sauf qu’elle n’est réservée qu’à quelques-uns. Pour mettre en œuvre ses ateliers, les sommes engagées sont très importante, le PADEQ nécessite plus de 55 000 ? par an et le projet de la CVRD plus du double pour des groupes relativement restreints. De fait, les prétentions universalistes du développement durable doivent être revues à la baisse. Une sélection est nécessaire parmi les candidats à la durabilité.

35Selon des critères strictement rawlsiens, ce sont théoriquement les personnes les plus lésées de la communauté qui devraient être prioritairement concernées par les initiatives réparatrices (règle du « maximin »). Or, ce n’est pas toujours le cas en raison des impératifs d’économie et de réussite puisque les projets démonstratifs ont vocation à être des vitrines de la durabilité. Les projets auront tendance à se concentrer sur des agriculteurs plus mobilisés socialement-c’est à dire actifs dans leurs lieux de cultes, dans les diverses associations locales ou sur la scène politique-et/ou ayant déjà quelques éléments d’une conscience environnementale. Ainsi, sur les 28 familles sélectionnées pour les plantations d’açayers seules 4 agriculteurs ne participaient à aucun projet avant celui-ci, les 24 autres cumulent parfois deux ou trois participations… On retrouve également dissimulés sous des argumentaires environnementaux des critères très classiques d’inclusion/exclusion : connivences religieuses, familiales ou amicales. Certains agriculteurs, certes peu nombreux, ont été éloignés des projets PADEQ et açaí pour ne pas avoir respecté les règles environnementales de l’IBAMA, alors que d’autres, ayant commis les mêmes infractions, ont été acceptés seulement parce qu’ils étaient voisins ou amis de ceux qui les ont créés. Cette non-égalité de traitement devant les règles communes peut être en soi un facteur d’injustice.

36Les tensions créées localement autour des critères de sélection plus ou moins insidieux risquent à terme de menacer les initiatives mises en place. Des îlots de durabilité en territoires qui leurs sont hostiles sont voués immanquablement à la disparition... Sauf, si les non-participants reçoivent eux aussi une part du « gâteau » offert en dédommagement. Pour être juste, cette distribution élargie doit être différenciée, mettre en œuvre une discrimination positive : ceux qui se montrent plus durables que les autres étant récompensés par une part plus importante. Ce que n’ont pas totalement réussi à faire les projets communautaires étudiés ici. Pour le PADEQ, la gestion de l’unité mellifère et de la pépinière est pour l’instant fermée aux non-participants. Par contre, les outils agricoles financés par le PPG-7 peuvent être loués par ces derniers moyennant un coût plus élevé.

  • 58 Mma, « PPG-7. Subprograma Projetos Demonstrativos. Estudos da Amazônia : avaliação de 20 projetos » (...)

37Ce système de discrimination positive fonctionne mieux au sein de la coopérative, puisqu’elle accepte sous certaines conditions les productions des non-affiliés moyennant un prix d’achat plus faible. Il permet à la COOPER de concerner environ 5 % des agriculteurs de la région de Carajás, ce qui est loin d’être négligeable vis à vis des groupes restreints du PADEQ et consorts. Or, celui-ci impose théoriquement un contrôle strict de ces structures afin d’éliminer tout produit non conforme aux préceptes sociotaux-environnementaux58. Le principal problème est que ce système de traçabilité est difficile à mettre en place, ces structures n’en ayant pas les moyens humains et financiers. Afin de s’assurer une base productive suffisante, la COOPER achète, en connaissance de cause, les fruits de producteurs en litige avec l’IBAMA ou ne respectant pas les principes sociaux du PPG-7 (la solidarité paysanne, l’aide mutuelle). Si la structure en elle-même affiche des principes d’une durabilité forte, l’environnement et le social comme préoccupation principale, en acceptant des productions moins respectueuses de l’environnement, elle succombe à la tentation d’une durabilité plus faible puisque la dimension économique prévaut sur le reste... Les initiatives de développement durable reposant sur la discrimination positive (labellisation, coopératives mixtes) peuvent être à la fois justes et durables mais cela demande un suivi assez conséquent que toutes ne peuvent mettre en place pour l’instant.

Tableau 1. Principes de fonctionnement des trois projets phares de l’APA do Igarapé Gelado en matière de développement durable

Conclusion

38La présente contribution se proposait d’analyser, au travers de la question des injustices environnementales, la situation de l’Amazonie brésilienne depuis la fin des années 1980. Nous avons ainsi vu que les enjeux de ces injustices étaient parfois éloignés de ceux définis par les mouvements populaires nord-américains (l’accès aux ressources naturelles pour pouvoir produire, vivre ou survivre) ou parfois proches (le besoin d’être reconnu, c’est à dire de voir ses caractéristiques sociales être prises en compte lors de la mise en place d’unités de conservation, d’un barrage, etc.).

39En s’intéressant aux injustices provoquées par la sanctuarisation de l’Amazonie brésilienne, l’objectif n’était absolument pas de nier l’importance de la protection de la forêt ombrophile et des espèces qu’elle abrite. Elle est, nous en sommes convaincus, de prime importance. Nous tenions toutefois à préciser que ce genre d’initiative doit s’accompagner de mesures significatives pour les populations qui vivaient, vivent ou seront amenées à vivre dans ces espaces afin d’éviter les situations dépeintes dans certaines APA :

  • une information claire et objective sur les objectifs de la conservation (conserver pour qui, pour quoi ?) ;

  • une intégration des populations à l’ensemble des processus conduisant à la mise en réserve (plans de gestion participatif, prise en compte, dans la mesure du possible, des spécificités culturelles/culturales) ;

  • et, enfin, des mesures de compensation adéquates (projets de développement locaux, rétribution des services écosystémiques…) afin de maintenir ou améliorer leur bien-être.

40Or, la juste compensation n’est pas chose aisée... Les mesures prises par le PPG-7 connaissent quelques succès au niveau local mais la configuration actuelle des projets est telle qu’il faut pour l’instant choisir entre réserver à quelques privilégiés une durabilité forte (exemple du PADEQ dans l’APA do Igarapé Gelado) ou atteindre le plus grand nombre en revoyant les critères de durabilité à la baisse (projet COOPER). Ce qui pose quelques problèmes aux principes d’équité mis en avant par le développement durable et donc par conséquent de justice : pourquoi certains auraient le droit à un développement plus durable que d’autres ?

  • 59 Sobral Escada M. I. et al., « Processos de occupação nas novas fronteiras da Amzônia (o interfluvio (...)

41Pour cet exposé, nous nous sommes essentiellement basés sur les formes d’injustice environnementale dont l’agriculture familiale exogène, c’est-à-dire non originaire d’Amazonie, a pu être victime et les formes de réparation qu’elle a pu obtenir. Toutefois, il semble opportun de préciser que les agriculteurs familiaux ne sont pas toujours victimes mais aussi parfois responsables, à des degrés divers, d’injustices perpétrées à l’égard des populations traditionnelles d’Amazonie. Ainsi, les conquêtes territoriales obtenues au nom de la justice (les modifications de zonages, les libérations de terres qu’ils obtiennent au travers du MST, etc.) se font depuis les années 1970 au détriment de certaines populations moins bien représentées sur la scène politique (quilombolas, ribeirinhas). C’est le cas notamment de la station écologique de la Terra do Meio (État du Pará) : une unité de conservation intégrale a été délimitée sur un territoire ribeirinho pour ne pas avoir à déloger des fazendeiros et agriculteurs familiaux venus des fronts pionniers du Xingu59. Les exemples dans ce domaine sont nombreux et pourraient faire l’objet d’une autre étude sur les injustices environnementales en Amazonie brésilienne.

Notes

1 Laigle L. et Tual M., « Conceptions des inégalités écologiques dans cinq pays européens : quelle place dans les politiques de développement urbain durable ? », in Développement durable et territoire, Dossier 9 « Inégalités écologiques, inégalités sociales »,. (le 26 novembre 2007).

2 Le manifeste de ce réseau regroupant différents types d’acteurs (ONGs, universitaires, mouvements sociaux) est disponible sur leur site Internet www. justicaambiental. org. br.

3 Farbiaz P. et Dos Santos H., Lula, le Parti des Travailleurs Du Brésil et l’environnement : Documents, Paris, Les Verts-Commission Transnationale, avril 2003.

4 Leroy J. -P., « O governo sob a luz da justiça ambiental », in Orçamento e Política Socioambiental, année 3, n° 11, novembre 2004, p. 1-12.

5 Principes édictés lors de la première rencontre des mouvements environnementalistes de personnes de couleurs qui a eu lieu du 24 au 27 octobre à Washington. Charte disponible à l’adresse http :// www. ejnet. org/ej/principles. html.

6 Comprendre : qui vient des états fédérés.

7 Porto M. F., « Saúde do Trabalhadore o Desafio Ambiental : Contribuições do Enfoque Ecossocial, da Ecologia Políticae do Movimento pela Justiça Ambiental », in Ciência & Saúde Coletiva, vol. 10, n° 4, octobre 2005, p. 829-839.

8 Rappelons toutefois que le Brésil n’a pas attendu 1988 pour s’occuper d’environnement : les premières unités de conservation datent des années 1940, et le régime militaire est à l’origine des premiers organes de protection environnementaux, le Secrétariat de l’environnement (SEMA) ayant été crée en 1973. Voir Serra M. A. et Fernandez R. G., « Perspectivas de desenvolvimento na Amazônia : motivos para otimismoe pessimismo », in Economia e Sociedade, vol. 13, n° 2, juillet 2004, p. 107-131.

9 Marangon M. et Agudelo L. P. P. A., « Uso da Paisageme Conservação : tensões sócio-ambientaise diálogo de saberes em UCs », in Revista educação & tecno- logilogia, vol. 8, n° 1, 2004, p. 1-23.

10 Pour Area de Proteção Ambiental.

11 Séjour effectué grâce à un financement de l’École doctorale 122 (Europe Latine/Amérique Latine), nous tenions à exprimer, ici, notre gratitude envers elle.

12 Institut National de Pesquisas Espaciais, ces chiffres ont été à l’époque discutés tour à tour par les environnementalistes et les développementistes en raison des imprécisions de mesure. En effet, en dessous de 6 ha de déboisements, les abattis ne pouvaient être détectés). Ce problème a été corrigé depuis (Baretto P. et al., « Pressão humana no bioma amazônia », in O estado da Amazônia, Documentos IMAZON, n° 3, mai 2005, www. globalforestwatch. org).

13 Plano Agropecuárioe Florestal de Rondônia, application estaduale du plan Nossa Natureza.

14 Droulers M., Le Tourneau F. -M. et Machado L., « Colonisation,, exploitation ou préservation : conflits d’usage de l’espace en Rondônia », in Cybergéo, n° 194, août 2001 ; Droulers M., L’Amazonie vers un développement durable, Paris, Armand Colin, 2004.

15 Mello N. A., Políticas publicas territoriais na Amazônia brasileira, conflitos entre conservaçãoe desenvolvimento, Thèse, Université de São Paulo (USP)/ Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2002.

16 Benchimol S., A Amazônia um pouco antese além depois, Manaus, Umberto Calderano, 1977, p. 841 ; Bentes R., « A intervenção do Ambientalismo internacional na Amazônia », in Estudos Avançados, vol. 19, n° 54, avril 2005, p. 225-240.

17 Entre 80 et 50 % du lot doit être maintenu en forêt selon la date d’installation du colon.

18 Lena P., « La forêt amazonienne : un enjeu politique et social contemporain », in Autrepart, n° 9, 1999, p. 97-120.

19 Droulers M. et Le Tourneau F. -M., « Amazonie: la fin d’une frontière ? », in CMHLB Caravelle, n° 75, 2000, p. 109-135 ; Cullen L. et al., « Reforma Agráriae conservação da biodiversidade no Brasil dos anos 90 : conflitose articulações de interesses comuns », in Megadiversidade, vol. 1, n° 1, juillet 2005, p. 198-207 ; de Carvalho H. et Brussi A., « Entre pedrase flores da terra », in Lua Nova, n° 63, 2004, p. 67-102.

20 Théry H., « Les conquêtes de l’Amazonie : 4 siècles de luttes pour le contrôle d’un espace », in Cahiers des Amériques Latines, n° 18 (première série) spécial (« Problèmes de frontières en Amérique Latine »), 1978, p. 129-147 ; Bret B., Justice et territoire une réflexion à partir du cas brésilien », in Strates, numéro horssérie (« Parcours dans la recherche urbaine, Michel Rochefort, un géographe engagé »), 2002, http :// strates. revues. org/document531. html ; Arnauld de Sartre X., Les Fronts pionniers d’Amazonie. Les dynamiques paysannes au Brésil, Paris, CNRS Éditions, 2006.

21 Droulers M., Le Tourneau F. -M. et Machado L., « Colonisation, exploitation ou préservation : conflits d’usage de l’espace en Rondônia », op. cit.

22 Des zones de colonisation agraire pourtant reconnues par l’INCRA, institut en charge de la colonisation agraire, avaient alors été placées dans des zones de conservation intégrale. Ce qui contraignait les colons soit à l’expulsion soit à la paralysie socio-économique, toute forme d’exploitation du sol et des ressources naturelles étant prohibée (Droulers M., Le Tourneau F. -M. et Machado L., « Colonisation,, exploitation ou préservation : conflits d’usage de l’espace en Rondônia », op. cit.).

23 Istituto Sócio-Ambiental, ONG brésilienne luttant pour la démocratisation des principes socio-environnementalistes depuis la fin des années 1980.

24 Mello N. A. et Théry H., « L’État brésilien et l’environnement en Amazonie, évolution contradictions et conflits », in L’Espace géographique, vol. 1, 2003, p. 3-20, notamment p. 18.

25 Becker B. et Egler C., « Amazonie: méthodologie et enjeux du zonage écologique et économique », in Cahiers des Amériques Latines, n° 24, « Dossier dynamiques territoriales », 1997, p. 93-107 ; Ascelrad H., « Zoneamento Ecológico-Econômico entre ordem visuale mercado Mundo », in Anais do XII Encontro Nacional da Abep, 2001, www. abep. nepo. unicamp. br ; Kohlepp G., « Conflitos de interesse no ordenamento territorial da Amazônia brasileira », in Estudos Avançados, vol. 16, n° 45, 2002, p. 37-61 ; Gutberlet J., « Zoneamento da Amazônia, uma visão crítica », in Estudos Avançados, vol. 16, n° 46, 2002, p. 1-28 et Sombroeck W. et al., « Macro- and Micro Ecological-economic Zoning in the Amazon region history, first results, lessons learnt and research needs », in Neotropical Ecosystems, Proceedings of the German-Brazilian Workshop, Hamburg 2000, German-Brazilian Workshop on Neotropical Ecosystems-Achievements and Prospects of Cooperative Research, Hamburg, 3-8 september 2000, Lieberei R., Bianchi H. -K., Boehm V. et al. (dir.), Hambourg, GKSS-Geesthacht, 2002, p. 91-98.

26 Gosseries A., « Les théories de la justice intergénérationnelle. Synopsis à l’usage des durabilistes pressés », in Raison Publique, n° 8, avril 2008, p. 7-28.

27 Instituto Brasileiro do Meio Ambientee dos Recursos Renovaveis, crée en 1988.

28 Mello N. A., Políticas publicas territoriais na Amazônia brasileira..., op. cit.

29 Geisler C., « Les expulsés du jardin d’Éden : un nouveau problème », in ERES, Revue internationale des sciences sociales, n° 175, 2003, p. 73 à 83.

30 Pour Compagnie Vale do Rio Doce. Créée en 1942 pour l’exploitation des minerais de fer du Minas Gerais, cette société est privatisée depuis 1997.

31 Droulers M., L’Amazonie vers un développement durable, op. cit.

32 Marangon M. et Agudelo L. P. P. A., « Uso da Paisageme Conservação : tensões sócio-ambientaise diálogo de saberes em UCs », op. cit. ; Rodrigues A. et al., « ¿ Es correcto pensar la sustentabilidad al nivel local ? Un análisis metodológico a partir del estudio de caso en una área de protección ambiental en el litoral sur del Brasil », in Theomai, premier semestre, n° 7, 2003 et Dumora C., Vivre et survivre dans une aire d’environnement protégée. Le cas de la petite paysannerie de l’APA Guaraqueçaba, Thèse, Ethnologie, Université Bordeaux Segalen, 2006.

33 Schlosberg D., Defining environmental justice : theories, movements and nature, Oxford, Oxford University press, 2007, p. 238.

34 Soulignons également que les agriculteurs de l’APA ayant enfreint cette règle ne sont que rarement acculés à payer une amende, l’IBAMA les oblige plutôt à reboiser une partie de leur lot, le plus souvent par régénération naturelle ce qui limite le coût de l’opération...

35 Expression désignant des bûcherons mais aussi des négociants en bois ou des intermédiaires pour les scieries.

36 Rappelons qu’il est interdit aux agriculteurs de pêcher autrement que pour des fins alimentaires afin de maintenir les ressources halieutiques, alors que le bassin est destiné à accueillir 70 millions de tonne de déchets minéraux par an...

37 Carnavale de Carvalho R. M., Agricultura Sustentável em áreas de fronteira : discursose práticas, Thèse, Planification urbaine et régionale, Université Fédérale de Rio de Janeiro, 2004, 354 p.

38 Santilli J., Socioambientalismo e novos direitos. Proteção juridica a diversidade biológicae cultural, São Paulo, Peirópolis, 2005, p. 303.

39 Saigneurs d’hévéas pour la collecte du latex.

40 Effantin R. et Hubert B., « Politique de sensibilisation foncière et conservation de la biodiversité : le cas de la réserve de biosphère maya, Petén (Guatemala) », in Autrepart, n° 31, 2004, p. 35-57.

41 23 unités de conservation ont été délimitées entre 1992 et 2004 selon Lima (Lima D. de M., « Éthique et politique environnementale en Amazonie Contemporaine », in Lusotopie, janvier 2002, p. 13-23).

42 Aubertin C. et Pinton F., « De la réforme agraire aux unités de conservation. Histoire des réserves extractivistes d’Amazonie Brésilienne », in Les Fronts pionniers de l’Amazonie brésilienne. La formation de nouveaux territoires, Albaladéjo C. et Tulet J. -C. (dir.), Paris, L’Harmattan, 1996.

43 Les projets démonstratifs du PPG-7 ont pour vocation de servir de vitrine du développement durable tant auprès des populations environnantes que de la communauté internationale. Ils reposent sur l’idée qu’en offrant un exemple concret d’application in-vivo des préceptes du développement durable, les observateurs nationaux ou internationaux chercheront à en faire de même.

44 Gosseries A., « Les théories de la justice intergénérationnelle. Synopsis à l’usage des durabilistes pressés », op. cit.

45 Ministério do Meio Ambiente.

46 Populations vivant aux abords des cours d’eau dont le système agricole repose sur les périodes d’étiage.

47 Les populations indigènes possèdent un programme spécifique appelé PDPI (Projets démonstratifs des peuples indigènes).

48 Programme de développement socio-environnemental de la production familiale rurale.

49 Little P., Projetos demonstrativos PDA : sua influência na construção do PROAMBIENTE, Brésil, Ministerio do Meio Ambiente, 2005.

50 Plano Amazônia Sustentavél, Brésil, Ministério da Integração Nacional/Ministério do Meio Ambiente/Ministério do Ordenamento/Orçamentoe Gestão/Casa Civil da Presidência da República, 2006.

51 Plano do Desenvolvimento Regional Sustentavél para área de influência da Rodovia Br-163 (Cuiabá Santarém), Brésil, Grupo de trabalho interministerial, 2005.

52 Mouvement pour le développement de la Transamazonienne et du Xingu.

53 Arnauld de Sartre X., « La colonisation de l’Amazonie face au développement durable. L’exemple du Barrage de Belo Monte », in Cahiers des Amériques Latines, n° 44, août 2004, p. 1-11.

54 de Carvalho H. et Brussi A., « Entre pedrase flores da terra », op. cit.

55 Mouvement des personnes atteintes par les barrages.

56 Leroy J. -P., « Política Ambiental do Governo Lula para a Amazônia », in Direitos Humanos no Brasil, Relatório da Rede Social de Justiça Sociale Direitos Humanos, São Paulo, 2005, www. justicaambiental. org. br.

57 Berard L. et Marchenay P., « Biodiversité culturelle, productions localisées et indications géographiques », communication 3e Colloque international du réseau SYAL (Systèmes agroalimentaires localisés), « Alimentation et Territoires-Alter 2006 », Baeza, 18-21 octobre 2006.

58 Mma, « PPG-7. Subprograma Projetos Demonstrativos. Estudos da Amazônia : avaliação de 20 projetos », in Experiências PDA, n° 5, 2004 ; Mma, RAM-produção, beneficiamentoe comercialização dos produtos de sistemas Agroflorestais », in Série Sistematização, n° 5, 2006.

59 Sobral Escada M. I. et al., « Processos de occupação nas novas fronteiras da Amzônia (o interfluvio Xingu/Iriri) », in Estudos Avançados, vol. 19, n ° 54, 2005, p. 9-23.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Carte de localisation de l’APA do Igarapé Gelado.Source : GM, 2006 ; image landsat ETM+ (R5V4B3) de juillet 2001
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3430/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Légende Tableau 1. Principes de fonctionnement des trois projets phares de l’APA do Igarapé Gelado en matière de développement durable
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3430/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 528k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site