Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Justice et injustices environnementales

 | 
David Blanchon
, 
Jean Gardin
, 
Sophie Moreau

Justice ou décence environnementale ?

Jean Gardin

Texte intégral

Introduction

  • 1 À notre connaissance, la première occurrence du terme en français date de 1992 (Vatimbella A., Le C (...)
  • 2 Publié en 2008, le rapport du PNUE et de l’OIT (Programme des Nations unies pour l’environnement, E (...)
  • 3 Cette mutation recouvre la globalisation des flux financiers mais aussi, pour ce qui nous intéresse (...)
  • 4 Face à un public de militants verts, le député au parlement européen, Alain Lipietz avouait récemme (...)
  • 5 Plusieurs publications récentes soulignent cet intérêt renouvelé, sans d’ailleurs que le terme de j (...)

1La question de plus en plus débattue de la justice environnementale est promise à un destin passionné : servir la critique du « capitalisme vert1 », c’est-à-dire de ce capitalisme qui retrouve ses potentialités de croissance perdues grâce à une législation étatique et internationale écologiquement contraignante2. Les dernières décennies ont connu à la fois une mutation du capitalisme3 et une montée en puissance des préoccupations environnementales dans la sphère politique et médiatique, préoccupations appuyées sur un argumentaire scientifique de plus en plus solide. L’écologie de gauche voit alors ses recommandations rattrapées, voir dépassées par la droite avec une grande facilité4 et doit rappeler que, même colorées d’éco-conditionnalité, les règles de l’offre et de la demande ne garantissent pas un marché socialement plus vertueux que par le passé5.

2Nous chercherons ici à décrire la manière dont les injustices sont prises en considération dans ces critiques du capitalisme vert. En quoi des outils comme les « compensations financières », les « compensations territoriales », l’« empreinte écologique » ou la « dette écologique » participent-elles ou non d’une telle critique ? Nous aboutirons en conclusion à montrer que si l’écologie politique accepte les principes de la compensation pour formuler ses revendications de justice environnementale, elle participe alors à la production de la même bureaucratie gestionnaire que le capitalisme vert. Nous finirons par montrer que la justice environnementale peut être entendue de deux manières très différentes. Celle dont nous faisons la critique est celle qui correspond à une société où les individus délèguent aux experts la définition du juste et de l’injuste. C’est une société à la fois juste et indécente en ce qu’elle entend partager justement un environnement dont la dégradation va de paire avec la standardisation.

  • 6 Rawls J., La Théorie de la Justice, Paris, Éditions du Seuil, 1987 (1re édition 1971).

3Nous commencerons par un état des lieux de ce qu’on entend par justice environnementale. En son sein même, la notion est divisée entre une justice de gouvernement et une justice de lutte sociale. La première correspond à une démarche caractérisant surtout l’action contemporaine des pouvoirs publics pour la gouvernance de la durabilité (nous l’appellerons top-down) qui peut s’apparenter à la justice distributive inspirée des travaux théoriques de John Rawls6. La seconde caractérise la pluralité des combats localisés contre les injustices subies. Nous appellerons bottom-up cette démarche par ailleurs théorisée sous le terme d’environmental justice dans les recherches anglo-saxonnes. Nous verrons qu’à l’analyse, la frontière entre les deux approches n’est pourtant pas si claire qu’il y paraît :

4- l’approche bottom-up découle d’un conflit au cours duquel le groupe local qui se considère comme opprimé trouve les mots pour dire à la société englobante le préjudice environnemental qu’il subit. Nous verrons que cette expression du local passe par un processus de traduction. Les mots qui permettent le changement d’échelle sont ceux qui autorisent aussi la quantification du préjudice, sa redistribution ou sa compensation… c’est-à-dire les mots du marché des biens environnementaux ;

5- l’approche opposée (top-down) est impérialiste. Elle fonctionne par imposition par le dominant envers le dominé de sa norme en matière de juste distribution des biens et des maux environnementaux. Mais dans les faits les pouvoirs publics valorisent la participation des acteurs dans des forums locaux de gouvernance.

6Deux exemples sont ensuite utilisés pour mieux comprendre ce qui se passe sur le lieu de la rencontre des deux approches de la justice. Ces deux exemples sont choisis non pour leur représentativité d’une situation « moyenne », mais au contraire pour leur caractère extrême : d’un coté un exemple extrême de top-down au plus près du local ; de l’autre, un exemple extrême de bottom-up, au point où il s’exprime en revendication globale :

7- en Tunisie, l’approche top-down domine, mais, pour formuler des normes applicables sur le terrain du local, elle ne peut pas se passer d’un alibi de participation populaire, d’un minimum de bottom-up. Le résultat de cette rencontre entre les deux démarches se formule en termes d’intérêts économiques : une compensation financière informelle à la privation de certains biens environnementaux ;

8- le cas des compensations financières réclamées par l’Équateur à la communauté internationale pour ne pas exploiter un gisement de pétrole illustre la remontée maximale d’une revendication locale. Il montre qu’effectivement, la démarche bottom-up parvient à formuler des exigences globalisées en partant de revendications localisées, mais, comme dans l’exemple tunisien, au prix d’une traduction des problématiques environnementales en termes d’intérêts économiques.

9Nous examinons enfin quelques conséquences de cette acceptation des compensations. Quand elle se traduit en des termes économiques compréhensibles par la justice distributive, la démarche bottom-up court alors le risque d’accepter une définition standardisée des objets de nature qui fait fi de la complexité des écosystèmes comme de la dimension sociale de l’environnement. Il s’agit en fait d’une « justice environnementale recomposée » d’éléments top-down autant que d’éléments bottom-up. Refuser cette standardisation rendrait pourtant impossible la désignation des objets de nature comme étant des biens économiques échangeables. Ce positionnement permettrait de refuser de rentrer dans la logique des compensations ; procédé équivoque puisqu’il autorise la marchandisation de l’environnement au nom de la justice, et, par voie de conséquence la constitution d’en- fers et de paradis environnementaux… Un comble pour l’environmental justice anglo-saxonne qui trouvait son origine et sa force dans la dénonciation de la relégation d’opprimés dans des environnements toxiques.

10La justice environnementale peut-elle refuser ces compromis ? Nous ne voyons pas comment elle pourrait faire autrement si son but n’est pas l’extension de la gestion bureaucratique à l’ensemble des objets de nature, caractéristique essentielle du capitalisme vert.

La justice comme lutte et la justice comme gouvernement

Deux conceptions de la justice environnementale

11La démarche top-down est illustrée essentiellement par une série de politiques publiques de moins en moins sectorielles et de plus en plus basées sur le principe de gouvernance, principe lui-même fondé en théorie sur la première partie, idéale-typique de la Théorie de la justice de John Rawls. De son coté, la démarche bottom-up est essentiellement illustrée par les démarches dérivées du mouvement d’origine nord-américaine de l’environmental justice, c’est à dire de la justice comme combat essentiellement local.

  • 7 Lydie Laigle et Mélanie Tual (Laigle L. et Tual M., « Conception des inégalités écologiques dans ci (...)
  • 8 Un bel exemple de cette construction sociale et politique dans Evans M. M., « La “nature” et la jus (...)
  • 9 C’est par exemple le cas sur les sites contaminés à la dioxine sur les lieux de production de l’ent (...)

12Il n’est pas surprenant que les publications récentes en sciences sociales prennent généralement le parti de présenter la démarche de l’environmental justice comme une avancée majeure7. On peut en effet y voir une manière très prosaïque et très efficace de faire entrer l’environnement en politique sans gommer les conflits sociaux et sans imposer une conception libérale du droit dont la dimension universelle n’a pas été forcement acceptée par les acteurs eux-mêmes. La démarche de l’environmental justice semble en effet poser qu’une redéfinition du juste et de l’injuste émerge sui generis des rapports sociaux concrets en bouleversant la définition savante de la nature et en lui opposant sa réalité aussi bien sociale que physique. Il s’opère là un élargissement non seulement de l’objet de justice, mais aussi un élargissement du champ des prérogatives citoyennes : si l’écosystème est la chasse gardée des savants, l’environnement relève bien de la cité des humains8. L’environmental justice permet donc de démasquer les pouvoirs sous jacents à une conception de la nature qui se pare des atours de la réalité objective ou du consensus social. Dans de nombreux cas de figures, ce sont effectivement les démarches entreprises par des communautés victimes d’une pollution localisée qui ont pu faire reconnaître le préjudice en faisant elles même casser les expertises commanditées par les pouvoirs publics9. Ce sont les victimes qui ont fait à la fois avancer la reconnaissance de l’injustice et avancer la connaissance des dégradations infligées à leur environnement.

Le croisement des démarches bottom-up et top-down de la justice environnementale

  • 10 Dans un contexte sud-africain lui aussi marqué par la lutte historique des noirs contre la ségrégat (...)

13Quelques nuances doivent pourtant être apportées à ce portrait élogieux. L’environmental justice repose aux États-Unis sur le support particulier de la lutte des minorités pour les droits civiques. Ses militants sont d’abord des militants des civils rights avant d’être des environnementalistes puisqu’ils se revendiquent d’abord de la lutte contre les ségrégations raciales10. La conception émergente de la justice y est par définition localisée. Comment peut-on en rendre compte sans réifier de facto un nouvel universalisme tout aussi peu fondé que celui de la justice distributive ? De fait, la tentation est grande d’envisager l’environmental justice sous l’angle des « bonnes pratiques » à diffuser par la médiation d’universitaires, d’experts et de décideurs politiques… c’est-à-dire ceux là même qui sont les moins bien placés pour reconnaître les conceptions revendicatives locales qui ne cadreraient pas avec leur modèle... Cette contradiction semble difficile à surmonter en théorie. En pratique, elle peut aboutir à la constitution d’une bureaucratie d’experts en négociations, comprenant des chercheurs en sciences sociales ou du milieu, des politologues aussi bien que des agronomes ou des juristes, tous agissant dans un cadre mixant les mondes associatifs, publics et privés.

14De fait, pour que l’environmental justice puisse se donner d’autres buts que ceux de l’action locale, il semble que la reconnaissance localisée d’une injustice soit dépendante de son inscription dans un catalogue d’injustices reconnues à une échelle plus globale. Cela revient à dire que l’environmental justice globalisée dépend d’une conception universelle des injustices et donc d’une conception universelle de la justice. C’est à ce point que l’identification de deux démarches antagonistes l’une plutôt top-down et l’autre plutôt bottom-up apparaît comme un peu artificielle.

  • 11 C’est la définition chez Rawls d’une expérience de pensée qu’il nomme « situation originelle du voi (...)

15Dans les faits, les deux démarches se croisent. Tout élargissement de la démarche bottom-up passe par un travail de traduction, de généralisation et de validation, toute application locale de la démarche top-down passe par un travail d’écoute, de sensibilisation et d’adaptation… Il faut rappeler ici que chez John Rawls, la définition d’une justice distributive découle en fait d’une procédure qui s’apparente fortement elle aussi à une émergence sui generis de la justice11. Certes il ne s’agit pas chez lui d’une émergence faisant suite à un conflit social concret entre des acteurs aux poids différents, mais il reste néanmoins certain qu’une démarche bottom-up est inscrite au cour de la démarche théorique de John Rawls, même si les politiques distributives qui s’en inspirent sont globalement top-down. Il est donc logique que les deux démarches se rencontrent fatalement en un certain point.

Les compensations, des pratiques communes aux deux formes de justice

16Nous envisagerons maintenant deux de ces points de croisement en des lieux problématiques. D’une part lors de l’organisation de tables de négociation locales autour de l’environnement sur un terrain local où aucun mouvement de type civil rights n’est observable, et où domine l’approche top-down. D’autre part lors de la formulation par un État d’une demande de compensation au titre de la dette écologique, c’est-à-dire sur un terrain où, pour se globaliser, la revendication bottom-up est obligée de s’exprimer dans les termes quantifiables d’un environnement-marchandise.

La domination du top-down : les compensations autour des tables locales de négociation sur l’environnement

17Le premier lieu envisagé correspond géographiquement à l’échelle locale : c’est la poussée extrême de la démarche top-down, qui, atterrissant sur le terrain du local, est obligée pour se justifier de trouver sur place l’émanation d’une volonté collégiale pour la protection de l’environnement. Sans cette volonté du groupe, exprimée par un collège de mandants, la protection de l’environnement ne peut pas se parer des vêtements de la justice. Là où un mouvement de type civil rights n’existe pas, la juste protection de l’environnement réclame alors l’invention de son dérivé, fut-il clownesque.

  • 12 Gardin J., La Forêt et l’État en Kroumirie. Politique environnementale et contrôle social des popul (...)

18Les exemples de ce genre de situation abondent tant la participation populaire fait maintenant partie du cahier des charges de toutes les politiques environnementales. Nous nous attacherons donc simplement à quelques-uns des enseignements que l’on peut tirer de l’observation de ces tables de négociation en Kroumirie, une région forestière du nord de la Tunisie12.

  • 13 Sur les effets du classement de catégories de population dans la rubrique « pauvres » en Tunisie, v (...)

19La forêt de Kroumirie est domaniale depuis la colonisation française de 1883. Les habitants des clairières n’y disposent plus que de droits d’usage soigneusement circonscrits par les fonctionnaires forestiers coloniaux et repris par l’administration de la Tunisie indépendante. Depuis la domanialisation, les paysages forestiers sont considérés par les experts en sylviculture comme en dégradation permanente, car soumis à la pression humaine et animale d’une société d’agro-pasteurs pauvres fortement dépendante des ressources locales13.

20La démarche qui a prévalu jusqu’aux années 1980 a été essentiellement une démarche de protection de la forêt par l’interdiction (interdiction du feu, du pâturage, de la coupe de bois...). Le souci de justice était alors entièrement délégué au pouvoir central, distributeur de revenus par le biais d’emplois forestiers (entretient des pare-feux, démasclage du liège...) et par le biais d’une aide aux familles nécessiteuses.

21Depuis les années 1980, sous l’effet des changements politiques nationaux (plan d’ajustement structurel en 1986, arrivée du président Ben Ali en 1987) mais surtout sous l’effet du changement d’orientation des organismes bailleurs de fonds (Banque mondiale et Union européenne conditionnent l’aide à la participation des populations), on favorise au contraire la réunion des deux dimensions : la justice et la protection de l’environnement sont convoquées sous la forme unique de comités de développement villageois qui acceptent de conditionner l’obtention de fonds (construction de pistes, de citernes, d’outils à la production) à l’établissement d’un ensemble de droits et devoirs environnementaux.

22Il ressort de l’observation que ces droits reprennent finalement l’essentiel des anciens « droits d’usages » qui prévalaient précédemment. Ces droits ne sont guère locaux puisqu’ils sont pratiquement les mêmes pour tous les villages. Ils reflètent toujours la même doxa sylvicole issue des savoirs forestiers des administrateurs coloniaux. Plus originale est la mise au point d’une série de devoirs plus contraignants que la liste des interdictions prévues dans le code forestier ; mais l’élément le plus intéressant est de constater le décalage flagrant entre d’un côté l’adhésion orale et collective des villageois à cette série de nouveaux devoirs et d’autre part, leurs actions, muettes et individualistes, de transgression de ces mêmes devoirs (ne pas respecter la vaine pâture, laisser mourir les plantations…).

23Que peut-on constater ? Dans une phase ascendante de type bottom-up, les besoins exprimés par les habitants réunis en comité villageois sont quantifiés par les bureaucrates des offices de développement local. Mais comme il s’agit pour les familles bénéficiaires d’une stratégie de maximalisation des profits dans le cadre d’un panier limité d’offres d’aménagements possibles (c’est l’aspect top-down), les évaluations des besoins, par exemple en plants d’oliviers, sont gonflées sans soucis de la pérennité de la plantation. L’aménagement sert uniquement à rémunérer financièrement les villageois pour la réalisation des travaux manuels.

24L’observation montre donc que les décisions stratégiques continuent d’être prises à l’échelle familiale et que les projets de développement peinent à faire naître des normes de comportement à l’échelle d’une communauté aux solidarités faibles. On peut même affirmer que le comité villageois participe à la dévalorisation de l’action collective, car c’est en transgressant, tous, mais isolement, les décisions prises collectivement que s’organise la survie des familles. De fait, les habitants sont tenus d’agir comme des acteurs pure- ment rationnels visant la maximalisation de leurs intérêts égoïstes et cela dans le cadre d’un choix contraint par des instances qui demeurent supérieures… Leur seule résistance à l’oppression gestionnaire est de toujours s’identifier en termes de familles et non pas en termes d’individus isolés.

25Par ailleurs, en matière environnementale, il est dans cet exemple évident que l’on assiste à un processus de compensations : on y négocie de l’environnement contre de l’argent à peu près de la même manière que dans la période précédente, lorsque la gestion sectorielle des forêts n’incluait aucune forme de gouvernance territoriale. Finalement, la généralisation des procédures négociées dans les campagnes et les forêts tunisiennes traduit surtout un redéploiement, ou plutôt un alourdissement des modes d’interventions étatiques. I manage, you participate... nous pourrions rajouter... and everybody is cheating, puisque les agro-pasteurs kroumirs continuent de jouer avec leurs accords négociés comme ils jouaient précédemment avec les gardes forestiers détenteurs du code et pourvoyeurs d’emplois rémunérés.

26Les compensations financières aux pertes d’usage de l’environnement forestier sont ici aussi bien informelles que formelles. Elles sont offertes aux acteurs d’une négociation stéréotypée. Elles sont surtout ici opérées en un point nodal : au point de la rencontre de la démarche top-down des politiques publiques et de la démarche bottom-up de l’expression des revendications de familles en manque de liquidités financières. Ceci pour une double grande perte : d’une part les usages prédateurs de la forêt sont plutôt encouragés (faire en cachette, vite et mal, ce qui est interdit par l’État et/ou par l’accord négocié), d’autre part les familles demeurent dépendantes de subsides dont rien n’assure qu’ils se transforment en revenus autonomes.

27Le second lieu de la rencontre entre démarches top-down et bottom-up que nous allons maintenant examiner se place à une échelle nationale et internationale. Il aboutit à montrer que c’est encore autour de la question des compensations que les deux dimensions se rejoignent.

Globaliser les revendications localisées : la démarche bottom-up à son point de généralisation maximum

  • 14 Réserve Man and Biosphère (MAB) de l’Unesco depuis 1989 et peuplé notamment par les Shuars. Nous de (...)

28L’Équateur réclame, depuis 2006, 400 millions de dollars de dédommagement à la communauté internationale pour ne pas exploiter un important gisement d’hydrocarbures situé dans le parc national Yasuni14. Nous verrons par cet exemple que, pour quitter l’échelle purement locale ou s’exerce l’environmental justice, la démarche bottom-up doit s’exprimer en des termes qui sont finalement les mêmes que ceux de la justice distributive : les termes quantifiés de la compensation financière. Si, dans un premier temps, on peut admirer le renversement des valeurs environnementales qui est ici opéré (cet État demande à être payé pour ne pas exploiter ce que précédemment on aurait payé pour exploiter…), on peut ensuite indentifier la filiation de ce cas vis-à-vis de l’environmental justice et dans le même temps ce qui l’en sépare :

29- la filiation c’est la revendication de la partie contre le tout : la définition à l’échelon local puis étatique d’une situation d’injustice, la formalisation d’un indicateur pour évaluer le préjudice subi et la parole relayée ensuite par l’État vers la communauté internationale ;

30- ce qui l’en sépare, c’est l’acceptation d’une équivalence quantifiée en termes monétaires de deux objets différents : le parc national et le gisement d’hydrocarbure. L’Équateur ne lutte ici ni pour son environnement, ni pour de l’argent, mais pour un système d’équivalence argent/environnement. Cela n’est possible qu’en considérant les objets de nature comme des biens échangeables.

31Or, si l’exploitation pétrolière est considérée comme non souhaitable par les habitants du parc eux-mêmes, c’est que la dimension marchande ne doit pas en occulter une autre : celle de la menace d’une transformation radicale des paysages et des modes de vie. Certains commentaires militants rendent d’ailleurs effectivement compte du caractère irréductiblement non-marchand de ce qui est à défendre15. Le système d’équivalence globalisé qui est proposé ici est laissé fatalement à l’évaluation des experts en sciences du milieu et aux analystes financiers. Quel rapport peut bien entretenir le cours du dollar avec les paysages et les modes de vie dans un parc national d’un pays andin ? Quels autres gisements d’hydrocarbures, sur quels continents, quelles autres sources d’énergie sont ainsi mis sur la même balance ? Quelle est cette balance16 ? C’est là que les experts économistes, juristes, botanistes (la liste n’est pas close) interviennent. Ils forment la bureaucratie de l’environnement tout aussi bien que dans la démarche top-down fussent-ils conseillers de l’Unesco ou militants du WWF.

32La référence à une balance globale de juste répartition des biens et des maux oblige à réexaminer les connexions existant entre la démarche bottom-up de l’environmental justice et la conception top-down inspirée de la justice rawlsienne. À la jonction des deux démarches, les experts proposent comme langage commun des systèmes de compensation financière. Cette balance de juste répartition des biens et des maux environnementaux peut alors s’appliquer à un environnement totalement dégradé et marchandisé. Si l’on examine le cas de la taxe carbone, parfait exemple de mesure compensatoire, il apparaît que la taxe liée à la quantité d’énergie fossile que la construction d’un produit marchand a nécessité n’engage en rien à diminuer cette quantité d’énergie. Elle engage surtout à la constitution d’un marché du carbone constamment plus florissant sur une planète où l’effet de serre peut sans problème augmenter sans cesse.

Justice recomposée et capitalisme vert

33À ce point, il apparaît clairement que la dimension bottom-up de la justice environnementale peut se fondre avec sa dimension top-down en une justice environnementale recomposée suffisamment consensuelle pour accompagner le développement du capitalisme vert comme le prêtre suit (et parfois précède) le conquistador. Nous en examinons ici quelques conséquences.

Justice pour environnement standardisé ?

34Le premier point a trait à la conception de l’environnement qui émerge de cette justice environnementale recomposée. Nous venons de voir que ces biens environnementaux semblent échangeables, au nom de la justice, en particulier pour de l’argent. Or, tout ce qui s’échange se mesure à un étalon monétaire standard ce qui signifie que les biens environnementaux échangés doivent être eux-mêmes comparables. En d’autres termes, ces échanges reposent sur une conception standard des objets de nature. L’air, l’eau, l’espace, les risques, les plantes ne doivent-ils pas pour être échangés être arrachées du substrat social de manière à en faire des biens ?

  • 17 Ritzer G., The McDonaldization of society, Thousand Oaks (California), Pine Forge Press, 2000.
  • 18 Morris C. et Reed M., « From burgers to biodiversity ? The McDonaldization of on-farm nature conser (...)

35Pour George Ritzer17, cet arrachement est perceptible dans les quatre dimensions de ce qu’il nomme la Macdonaldisation (McDonaldization) de la société : l’efficacité, la calculabilité, la prédictibilité, le contrôle. Les biens environnementaux sont soumis au même processus, comme le montrent Carol Morris et Matt Reed à propos des mesures agri-environnementales en Grande Bretagne18. Ces auteurs soulignent notamment que l’efficacité des mesures agri-environnementales anglaises passe par la proposition d’un nombre limité d’aménagements et par l’application d’un calendrier standard pour les opérations de taille ou de plantation. Ils montrent de même que le contrôle passe par l’intermédiaire d’outils de plus en plus techniques (images satellitales intégrées en SIG) rendant les agriculteurs responsables de leur propre contrôle (ils renseignent ces outils eux même via internet), que la calculabilité se mesure en termes de subventions selon des barèmes liés à la superficie aménagée sur chaque exploitation, que la prédictibilité concerne aussi bien les agriculteurs eux-mêmes (assurés de toucher des sommes fixes quelque soient les aléas climatiques) que les consommateurs d’espaces verts (de plus en plus assurés de trouver sur leurs lieux de randonnée les paysages standards et les niveaux de biodiversité validés par l’Agri-Environment Scheme).

36Au nom de quelle conception de l’environnement cet arrachement peut-il être produit, si ce n’est au nom de sa conception savante d’écosystème ? Le discours savant sur l’environnement comme composé d’objets de nature comparables est nécessaire à la marchandisation d’un environnement standardisé car il semble bien que seule la conception scientifique de la nature soit à même d’être transportée d’un terrain à un autre sans être rejetée. La nature des experts fait de plus en plus figure, à l’échelle mondiale, de linga franca des négociations sur l’environnement : c’est elle qui permet de se fixer des objectifs conservatoires (en termes de biodiversité, de ressources, de paysages…) prédictibles en n’importe quels lieux.

Justifier la constitution d’enfers et de paradis environnementaux ?

  • 19 Blanchon D., Moreau S. et Veyret Y., « Comprendre et construire la justice environnementale », in A (...)
  • 20 Voir dans ce volume, la fermeture de l’espace décrite par Véronique André et Marie Melac.
  • 21 Selon le ministère québécois du Développement durable, il existait en 30 361 aires protégées dans l (...)

37Le deuxième point a trait à la légitimation par la justice environnementale recomposée du recouvrement du monde par une trame de cases vertes et de cases noires. L’écologie scientifique a un caractère ubiquiste dont nous venons de discuter quelques conséquences, mais elle a paradoxalement des effets géographiques extrêmement différenciés une fois qu’elle est replacée dans le champ des politiques environnementales concrètement mises en œuvre. D. Blanchon, S. Moreau et Y. Veyret19 soulignent que les politiques environnementales sont souvent appliquées dans des espaces délimités (Hotspots, corridors, réserves de biodiversité…) médiatisés sous la forme de paradis environnementaux quand les espaces qui en sont exclus font de plus en plus figure d’enfers20. L’environnement dispose ainsi de territoires réservés de plus en plus étendus21 mais toujours constitués d’espaces de basses densités. Ainsi, le PNUE se réjouit-t-il du fait qu’en 2003 :

  • 22 Planet’s List of Protected Areas Tops 100,000 Mark, 9 septembre 2003, Durban, Afrique du Sud/Nairob (...)

Entre dix et trente pour cent des éléments caractéristiques naturels essentiels tels que les forêts denses de l’Amazonie, la toundra arctique ou les prairies de la savane tropicale, sont aujourd’hui contenues dans ces aires protégées22.

38Ces aires protégées sont peuplées d’agriculteurs, d’éleveurs ou de chasseurs- cueilleurs plus ou moins intégrés au monde industriel par la production, consommation, la médiatisation et la migration. Par le biais des compensations, on peut les inciter, au nom de la justice, à respecter un cahier des charges pour l’entretien de ces paradis… Étrange détournement quand on pense que l’environmental justice est née de la critique des phénomènes de relégation des opprimés dans des environnements toxiques.

39Si l’on ajoute à cela les exigences de prédictibilité requises par les classes moyennes et supérieures consommatrices d’espaces naturels macdonaldisés, on aboutit une fois de plus au portrait d’une société sans doute formellement juste, mais où les humains peuvent vivre dans des environnements de qualité très inégale, et surtout, en situation globalement dégradée, bien que de plus en plus contrôlée par une bureaucratie d’experts.

Tout négocier ? La justice au risque de la bureaucratisation

40Le discours scientifique peut être instrumentalisé de manière parfaitement déraisonnable. Les besoins en prédictibilité contredisent assez sérieusement les avancées des dernières décennies tendant à montrer la fragilité de la notion d’équilibre écologique mais permettent par contre le développement de toute la série des emplois d’environnementalistes experts qui sont nécessaires au capitalisme vert.

41De même, cette exigence de prédictibilité et de contrôle risque de rendre inopérante la réintégration de la dimension plurielle des environnements sociaux, mais elle permet par contre la multiplication des emplois de sociologues, juristes et politologues qui sont eux aussi des experts nécessaires au capitalisme vert.

  • 23 Nous regroupons ici sous le terme de « sociologie de la traduction » divers travaux ayant pour poin (...)

42Cette extension du domaine des experts en sciences sociales et en sciences du milieu est déjà bien étudiée puisque des pans entiers de la sociologie se consacrent aujourd’hui à l’observation de l’expertise et aux processus de traduction socio-techniques, en réinterrogeant notamment les frontières mouvantes du couple nature/culture23. Cette sociologie de la traduction analyse les objets de la négociation comme des constructions et non comme des faits, et relativise donc l’universalité du savoir détenu par les experts.

43Il est cependant difficile de considérer cette sociologie en dehors du contexte qui l’a produite : elle prend son essor au moment où les pouvoirs publics décentralisent une partie de leurs prérogatives vers des formes territorialisées de gouvernance et cherchent à repérer les lieux où se forment des objets consensuels. Les pouvoirs sont donc eux-même intéressés aux résultats obtenus par cette sociologie mise en tension entre les objectifs fixés d’en haut (démarche top-down) et les démarches négociées qu’elle observe.

  • 24 Le même type de foisonnement bureaucratique à partir des forums de gouvernance se manifeste par exe (...)

44La configuration des enjeux environnementaux du Marais poitevin est exemplaire de cette mise en tension. C’est un de ces territoires de l’environnement formant une des « cases vertes » de la trame française des aires protégées. La protection de l’environnement y est largement une obligation top-down depuis la mise en œuvre de la directive européenne Habitat en 1992. La délimitation des zones Natura 2000 qui en découle s’est accompagnée d’un principe impératif de participation, et l’application des règles de la bonne gouvernance environnementale y a donc multiplié les scènes locales de négociation bottom-up. Ce faisant, elle a aussi multiplié le nombre des experts, des partenaires et des institutions gestionnaires (SAGEs, agences de l’eau, organismes professionnels...). La vie dans le marais est largement compliquée par ce foisonnement de la bureaucratie environnementale qui coexiste avec l’extension continue des cultures de maïs sur les zones humides drainées24. La question de savoir ce qu’apportent les études de la sociologie de la traduction dans le marais demeure ouverte, mais on peut faire remarquer qu’elles y ont été financées à deux occasions : lors de l’application de la directive Habitat et lors de l’application de la directive Cadre sur l’eau, c’est-à-dire dans les deux cas, lors de l’imposition par le haut d’une obligation de négocier en bas… Ceci, parce que la commande publique est de repérer les lieux où se forme un nouveau consensus gestionnaire. Comment, depuis une position d’expert commandité, observer la remise en question des savoirs experts ?

45S’il y a bien extension progressive des domaines réservés à la gestion experte de l’environnement, il convient d’examiner si la justice environnementale recomposée n’est pas un élément constitutif de systèmes sociotechniques de plus en plus sophistiqués, mais aussi de plus en plus opaques. Cette opacité n’empêche-t-elle pas alors de remplir la première condition nécessaire à la formulation d’une possibilité de justice : « le respect de soi même » cher à John Rawls ? Mais poser la question, c’est y répondre.

Conclusion : justice ou décence ?

46Les évolutions qui attendent la justice environnementale font penser à celles qui ont accompagné l’histoire de la notion de développement durable. Les deux ont en effet en commun d’accompagner le renouvellement du capitalisme par une redéfinition des rapports à la nature.

47Les écologistes qui acceptent le recours à une éthique globale des compensations acceptent aussi la décomposition de l’environnement en de plus en plus de fonctions utiles devant rendre de plus en plus de services. Il n’y a plus d’environnement transcendant de type wilderness, mais un assujettissement à la bureaucratie des experts qui n’a jamais fini de s’achever. Cible de nouveaux mécanismes de pouvoir, l’environnement est sans cesse décomposé en un plus grand nombre d’objets/biens. Il s’offre ainsi à de nouvelles formes de savoirs comme à de nouvelles formes de commerce et à de nouvelles éthiques.

48Il ne faudrait surtout pas que cet environnement « aille mieux », comme il ne faudrait surtout pas que le développement durable soit « atteint ». Si l’horizon de la catastrophe écologique ultime s’éloignait, la décomposition de l’environnement en savoirs/pouvoirs ne servirait plus à rien. Cette économie de l’environnement ne fonctionne que grâce à l’échec de la protection de l’environnement. Tant que les experts nous prédisent la catastrophe pour demain, ils justifient le recours à la norme et à la loi, censés réguler dans un double mouvement à la fois la prise de contrôle de la nature par l’industrie et la répartition des biens et des maux environnementaux. Par le recours à la loi, l’impérialisme gestionnaire se trouve doublement légitimé.

  • 25 La décence naît dans les milieux bourgeois anglais du XVIIIe siècle dans le sens d’un code de condu (...)

49Alors, suffit-il qu’une société soit juste pour qu’elle soit bonne ? Sans doute pas puisque nous venons de décrire une justice concevant la liberté comme une horlogerie mécanique, réglant équitablement la distribution des biens et des maux dans un environnement physique dont l’état réel importe peu. Si la société est juste à la place des individus qui la composent, elle est à la fois juste et indécente25. Les individus y sont libres, puisque débarrassés de leurs questionnements éthiques par une science gestionnaire qui les dépasse. Ils y sont traités équitablement puisque tout préjudice y est compensé... Par contre, il est difficile de trouver entre eux une once de fraternité.

50C’est au contraire par un rejet de l’impérialisme gestionnaire que nous pourrons commencer une critique du capitalisme vert... Le retour aux sources de l’environmental justice s’impose : la catastrophe n’est pas à venir. Soit elle n’existe pas, soit elle est déjà là. Soit nous nous révoltons maintenant contre le sort qui nous est fait, soit nous nous satisfaisons de notre condition de bureaucrates. La justice est affaire de lutte, pas de gouvernement.

Notes

1 À notre connaissance, la première occurrence du terme en français date de 1992 (Vatimbella A., Le Capitalisme vert, Paris, Syros, 1992). Alexandre Vatimbella s’interroge déjà sur le visage d’un capitalisme qui parviendrait à s’adapter aux contraintes juridiques nées de la protection de l’environnement. Nous n’avons pas fait de recherche systématique sur le monde anglophone, mais le terme a aujourd’hui un certain succès. Ainsi, le site climatechangecorp. com s’adresse-t-il aux investisseurs intéressés par les entreprises vertes. Il interviewe le 14 novembre 2007 Paul Gilding, l’ancien président de Greenpeace reconvertit dans le business vert et qui déclare « only capitalism can save us » (www.climatechangecorp.com/content.asp?ContentID=5008). De son côté, le site green-capitalism. org pose la question en ces termes : « Can we be environmentally and socially responsible in practice, and still have save enough money to achieve our financial goals ? This site is a way to research this ideal. »

2 Publié en 2008, le rapport du PNUE et de l’OIT (Programme des Nations unies pour l’environnement, Emplois verts : pour un travail décent dans un monde durable, à faibles émissions de carbone, synthèse en français du rapport, septembre 2008, www.unep.org/labour_environment/features/greenjobs-report.asp) table sur un doublement du marché d’ici à 2020 du marché des biens et services environnementaux, soit « des dizaines de millions d’emplois verts [...]. Nous ne parlons plus de niches, nous parlons de millions d’emplois qui émergent dans l’économie mondialisée ». Dans un style plus critique, on lira : « Dans son exultation après un Grenelle de l’environnement porteur de parts de marché, un homme d’affaire en arrive ainsi à adopter tout naturellement les accents martiaux d’un directeur de kolkhoze rappelant les objectifs du plan quinquennal et alignant les slogans du grand bond en avant de l’économie durable : “mobilisation nationale. urgence écologique... sauvegarde de la planète... futur de nos enfants” [...] citons aussi une directrice du développement durable chez Véolia-Environnement, non moins enthousiaste : “La construction et la rénovation “vertes” sont en marche, c’est un marché immense, foisonnant, passionnant et très prometteur, à tel point que le nouvel Eldorado est aujourd’hui celui des clean tech, dans le bâtiment, c’est-à-dire des technologies propres en référence à l’impérieuse nécessité d’alléger l’empreinte carbone de toutes les constructions de monde, conformément à la feuille de route fixée”. » Riesel R. et Semprun J., Catastrophisme. Administration du désastre et soumission durable, Paris, Éditions de l’encyclopédie des nuisances, 2008.

3 Cette mutation recouvre la globalisation des flux financiers mais aussi, pour ce qui nous intéresse ici, la diffusion des méthodes de la gestion managériale (De Gaulejac V., La Société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Paris, Seuil, 2005).

4 Face à un public de militants verts, le député au parlement européen, Alain Lipietz avouait récemment son effarement face à la facilité avec laquelle les propositions relatives aux biocarburants étaient passées du domaine de la rêverie utopique à une politique tangible de soutien aux exploitants de grandes culture, ceux là même qui monopolisent les subventions de la politique agricole commune : « Quand l’Union européenne a fixé un objectif de 5,75 % de biomasse dans les carburants à l’horizon 2010, les Verts ont plutôt considéré ça comme une victoire. Mais immédiatement, comme chaque fois-il ne faut pas avoir peur de “la récupération”, mais savoir qu’elle a toujours lieu-à peine avions nous gagné, engrangé cette victoire, les problèmes sont apparus. Car le productivisme avait trouvé moyen de détourner notre idée, qui, essentiellement, dans notre esprit, était d’utiliser une biomasse dont on ne se servait pas (les déchets) pour en faire de l’énergie. Le productivisme a inventé des solutions qui consistaient à produire, coûteusement, encore plus de biomasse pour faire de l’énergie » (Forum du 24/08/2007. Texte publié sur le site d’A. Lipietz http://lipietz.net/spip.php?article2086).

5 Plusieurs publications récentes soulignent cet intérêt renouvelé, sans d’ailleurs que le terme de justice apparaisse dans le titre. C’est le cas par exemple du n° 35 de la revue Écologie et Politique (« Des inégalités écologiques parmi les hommes »). Le mot justice apparaît par contre dans de nombreuses contributions de cette revue, de même que dans Environnement et inégalités sociales, Cornut P., Bauler T. et Zaccaï E. (dir.), Bruxelles, Les Éditions de l’Université de Bruxelles, 2007. Ces publications soulignent ainsi la difficulté à joindre les deux bouts de la chaîne reliant l’environnement et la justice sociale. Dans Comment les riches pillent la planète, Hervé Kempf (Kempf H., Comment les riches détruisent la planète, Paris, Seuil, 2006) dénonce l’inanité de mesures protectrices de l’environnement qui ne s’accompagneraient pas d’une réduction du train de vie des hyper riches. Cyria Emelianoff note à la lecture de la littérature du développement durable combien la pauvreté est diversement perçue : parfois « ecocompatible », parfois dévastatrice des milieux (Emelianoff C., « problématique des inégalités écologiques, un nouveau paysage conceptuel », in Écologie et politique, n° 35 « inégalités écologiques parmi les hommes », 2007, p. 19-31). Pierre Cornut (Cornut P., tements “écologiques” et impacts sociaux, exemples des citernes d’eau de pluie », in Environnement et inégalités sociales, op. cit.) souligne à partir de l’exemple des subventions aux citernes individuelles d’eau de pluies comment une mesure environnementale peut permettre aux riches de se soustraire progressivement au système du tarif unique de l’eau en Belgique, et donc, de se désolidariser des plus pauvres qui demeurent tributaires d’un service public de seconde zone.

6 Rawls J., La Théorie de la Justice, Paris, Éditions du Seuil, 1987 (1re édition 1971).

7 Lydie Laigle et Mélanie Tual (Laigle L. et Tual M., « Conception des inégalités écologiques dans cinq pays européens : quelle place dans les politiques de développement urbain durable ? », in Développement durable et territoires, Dossier 9 « Inégalités écologiques, inégalités sociales », 2007, http://developpementdurable.revues.org/index4262) prennent assez nettement parti pour l’environmental justice anglo saxonne. Magali Rhegezza souligne également les faiblesses des approches socio-environnementales dans un contexte français qui n’a pas connu de mouvements de type environmental justice (Rhegezza M., « L’émergence du risque en géographie », in Cahiers Nantais, n° 64, 2005, p. 3-9).

8 Un bel exemple de cette construction sociale et politique dans Evans M. M., « La “nature” et la justice environnementale », in Écologie et politique, n° 35 (« Des inégalités écologiques parmi les hommes »), 2007, p. 33-45.

9 C’est par exemple le cas sur les sites contaminés à la dioxine sur les lieux de production de l’entreprise Monsanto (Robin M. -M., Le Monde selon Monsanto. De la dioxine aux OGM, une multinationale qui nous veut du bien, Paris, ARTE Éditions/La Découverte, 2008). Ce type de situation a été porté à l’attention du grand public au travers du film de Steven Soderbergh, « Brokovitch, seule contre tous » sorti en 2000.

10 Dans un contexte sud-africain lui aussi marqué par la lutte historique des noirs contre la ségrégation et l’apartheid, les choses se présentent à peu près de la même manière. Jacklyn Cock note que « Ces activistes ont fondamentalement redéfini l’environnement comme le lieu du travail, de la vie et du jeu. La plupart d’entre eux sont d’ailleurs peu enclins à se définir comme des environnementalistes dans la mesure où ils rejettent la tradition préservationniste qui se focalise sur la protection des baleines ou de la forêt tropicale » (Cock J., « Nature, pouvoir et justice en Afrique du Sud », in Écologie et politique, n° 35 « Des inégalités écologiques parmi les hommes », 2008, p. 61-77).

11 C’est la définition chez Rawls d’une expérience de pensée qu’il nomme « situation originelle du voile d’ignorance » présentée dans la partie idéale-typique de la Théorie de la Justice.

12 Gardin J., La Forêt et l’État en Kroumirie. Politique environnementale et contrôle social des populations rurales en Tunisie, Thèse, Géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, soutenue le 22 mars 2004, 550 p.

13 Sur les effets du classement de catégories de population dans la rubrique « pauvres » en Tunisie, voir Saïdi M. -R., De la pauvreté à la précarité : champ discursif et réalité empirique. Approche de la précarité à travers l’appropriation d’un programme de lutte contre la pauvreté à Sidi Bouzid (Tunisie), Thèse, Sociologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2007, 600 p. Sur les responsabilités de l’administration forestière dans la dynamique paysagère, voir Gardin J., La Forêt et l’État en Kroumirie..., op. cit.

14 Réserve Man and Biosphère (MAB) de l’Unesco depuis 1989 et peuplé notamment par les Shuars. Nous devons l’utilisation de cet exemple à Cyria Emelianoff (Emelianoff C., « La problématique des inégalités écologiques, un nouveau paysage conceptuel », op. cit.) qui l’interprète dans un sens différent.

15 Le site http://www.newint.org/yasuni/about/répercute la campagne mondiale « Or vert du Yasuni (Yasuni Oro Verde) ». On y trouve l’interrogation suivante, significative de l’inquiétude que nous soulevons nous aussi : « Are financial pledges from the international community the answer ? No, not if they are buying the preservation of the Yasuní and the lives of its inhabitants. Paying for the Yasuní to remain unexploited undermines the human rights of those that live within the zone and other international environmental laws because the Yasuní is a protected park and the people that live within it have a basic right to life. A price cannot be put on these rights and should not be demanded. [...] Certainly money should be given to Ecuador to support the development of alternative economic activities and to help the country preserve its forests and escape from its oil dependence. This is not charity ; it is something that is beneficial for the whole world in preventing climate change. Certainly, the Yasuní should be protected because of its unique biological, ecological and cultural importance. But these are separate issues. It is wrong to use the preservation of the Yasuní and the lives of people as bargaining chips. This can only lead to schemes, which attempt to put a price on things which are priceless. »

16 « Sans considérer les externalités locales et globales, l’état équatorien recevrait 10 à 15 dollars par baril (prix de vente moins coûts d’extraction et de transport, moins le bénéfice de la compagnie extractrice). Généreusement, l’Équateur demande seulement 5 dollars par baril. Un fonds de 4,6 milliards de dollars US (920 millions de barils à 5 dollars) donnerait à 7,5 % un rendement de 350 millions de dollars annuels. En échange, l’Équateur évitera la destruction de la biodiversité, la déforestation, la perte de cultures et de vies humaines dans la zone de Yasuní, et en plus il évitera l’émission de quelque 111 millions de tonnes de carbone. » (http://www.sosyasuni.org/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=133:lemoratoire-du-yasun-une-initiative-du-sud&catid=1:nouvelles&Itemid=34). Cet extrait d’une contribution de Joan Martinez-Alier à la campagne de protection du Yasuni exprime assez bien la manière dont la justice environnementale effectue la traduction monétaire de l’objet de nature.

17 Ritzer G., The McDonaldization of society, Thousand Oaks (California), Pine Forge Press, 2000.

18 Morris C. et Reed M., « From burgers to biodiversity ? The McDonaldization of on-farm nature conservation in the UK », in Agriculture and Human Values, n° 24, 2007, p. 207-218.

19 Blanchon D., Moreau S. et Veyret Y., « Comprendre et construire la justice environnementale », in Annales de géographie, 1/2009 (n o 665-666), p. 35-60, www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2009-1-page-35.htm.

20 Voir dans ce volume, la fermeture de l’espace décrite par Véronique André et Marie Melac.

21 Selon le ministère québécois du Développement durable, il existait en 30 361 aires protégées dans le monde, totalisant 13,2 millions de km 2, ce qui représente 8,84 % de la superficie terrestre mondiale (http://www.mddep.gouv.qc.ca/biodiversite/aires_protegees/portrait/partie5.htm). Paul Arnould et Laurent Simon évoquent pour 2004 une proportion de 12 % (Arnould P. et Simon L., Géographie de l’environnement, Paris, Belin, 2007). Le PNUE comptabilise en 2003 plus de 100 000 réserves naturelles dans le monde… les différents modes de calcul sont à examiner (voir à ce sujet Depraz S., Géographie des espaces naturels protégés. Genèse, principes et enjeux territoriaux, Paris, Armand Colin, 2008), mais on notera la rapide croissance des superficies protégées.

22 Planet’s List of Protected Areas Tops 100,000 Mark, 9 septembre 2003, Durban, Afrique du Sud/Nairobi, http://www.unep.org/Documents.Multilingual/Default.asp?DocumentID=332.

23 Nous regroupons ici sous le terme de « sociologie de la traduction » divers travaux ayant pour point commun une approche constructiviste des relations nature-société. Les travaux théoriques de référence sont par exemple ceux de Bruno Latour et de Philippe Descola (Latour B., Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 1991 ; Descola P., Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2006). Une modélisation globale est proposée par Olivier Godard (Godard O., « Environnement,, modes de coordination et systèmes de légitimité : analyse de la catégorie de patrimoine naturel », in Revue économique, n° 41, 1990, p. 215-241), et les études de cas précises sont nombreuses (voir Billaud J. -P., « autour d’une nature muette. Dispositifs environnementaux dans les marais de l’Ouest », in Études rurales, n° 141-142 « la nature », 1996, http://etudesrurales.revues.org/document1293.html ; Deverre C., « nature mise au propre dans la steppe de Crau et la forêt du Var », in Études rurales, n° 141-142 « la nature », 1996, http://etudesrurales.revues.org/document1292.html).

24 Le même type de foisonnement bureaucratique à partir des forums de gouvernance se manifeste par exemple autour du forum de protection de l’ours dans les Pyrénées (Institut patrimonial du Haut-Béarn). L’établissement d’une expertise de la négociation y a été analysé par Laurent Mermet (Mermet L., « Homme ou vie sauvage ? Société locale ou bureaucratie centrale ? Faux dilemmes et vrais rapports de force », in Annales des Mines, n° 28, octobre 2002, p. 13-20). Un texte est accessible en ligne : http://www.iphb.org/2006/01/iphb_mermet_lau.html. Cette étude critique a l’intérêt de souligner le lien direct entre théorie et pratique de l’expertise, lien rendu sensible notamment par l’implication locale d’Henry Ollagnon, spécialiste de la démarche « qualité » pour la gestion patrimoniale de la nature.

25 La décence naît dans les milieux bourgeois anglais du XVIIIe siècle dans le sens d’un code de conduite policé face l’appareil d’État et copié des normes aristocratiques. La notion évolue au XIXe et XXe siècle, au fur et à mesure que les auteurs populistes observent l’abandon de ces codes par les classes supérieures et leur refuge dans les classes populaires. L’auteur emblématique de ce renouvellement est George Orwell, pour qui la décence ordinaire (Common Decency) n’est pas une posture morale mais un ensemble de pratiques, une manière d’être au monde qui rend la fraternité évidente au lieu d’être construite par le haut. Dans son œuvre littéraire, la décence a une place particulière : c’est très exactement ce que le système totalitaire de 1984 a réussi à détruire (« Decency », ou ce qu’être anglais veut dire colloque des 28 et 29 mars 2008, université Paris Ouest Nanterre La Défense, voir également Begout B., De la décence ordinaire, Paris, Allia, 2008). La notion est maintenant utilisée par Alain Caillé, fondateur de la revue du MAUSS (« L’insoutenable prétention de l’économie : critique de l’utilitarisme, réhabilitation du don », 14 janvier 2008 dans la série de conférence Qu’est ce qu’une société juste. Les Lundis de l’économie, Association des journalistes économiques et financiers). Pour comprendre le lien que nous tentons d’établir entre la décence et notre propos sur la justice, il faut revenir à ce qui constitue la première condition de justice chez John Rawls : le « respect de soi-même », c’est-à-dire le sentiment qui s’attache au fait de ne pas être gouverné par la seule nature mais de lui imposer sa propre loi. Selon Rawls, grâce à ce respect de soi-même, le projet rationnel de chacun peut être reconnu par autrui dans un rapport universel de respect mutuel. Pour nous, le projet rawlsien oublie totalement la dimension fraternelle que suppose la décence orwelienne car le respect de soi-même n’implique que la reconnaissance de l’égalité en rationalité des individus, sans qu’il n’y ait de fraternité entre eux. En séparant le rationnel du raisonnable, c’est-à-dire en concevant l’universalité comme préalablement prescrite, Rawls se donne les moyens de déployer le jeu d’acteurs uniquement rationnels, c’est-à-dire d’utiliser un discours hérité de l’économie néo-classique, mais appliqué à un autre objet. Il rend ainsi possible la naissance d’un homo economicus en matière de justice sociale. Sur le sujet, voir Bidet J., John Rawls et la théorie de la justice, Paris, PUF/Actuel Marx, 1995.

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Ladyss

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540