Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Justice et injustices environnementales

 | 
David Blanchon
, 
Jean Gardin
, 
Sophie Moreau

Introduction

David Blanchon, Jean Gardin et Sophie Moreau

Texte intégral

  • 1 Voir le site consacré au colloque « Justice et Injustices Spatiale » sur http://www.justice-spatial (...)
  • 2 Voir notamment : Environnement et inégalités sociales, Cornut P., Bauler T. et Zaccaï E. (dir.), Br (...)

1Le présent volume a pour origine le colloque « Justice et injustice spatiales » qui s’est tenu du 12 au 15 mars 2008 à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense1 à un moment où les questionnements relatifs à la justice environnementale étaient dans l’air du temps, puisque au cours des années précédentes, un ensemble varié d’ouvrages et d’articles en français2 avait déjà été consacré à des thèmes proches. Cet intérêt des chercheurs francophones survient près de trente ans après l’émergence de la notion d’environmental justice aux États-Unis. Cette introduction permettra au lecteur de mieux situer l’apport spécifique des différentes contributions rassemblées ici, venant de chercheurs français et canadiens issus de disciplines variées (géographie, économie, sociologie, écologie).

Inégalités sociales et environnement

2Il est difficile de simplifier la richesse des analyses déjà publiées sur le sujet sans les trahir. Très schématiquement, nous avons dégagé quelques tendances des publications francophones récentes.

  • 3 Cornut P. et Marissal P., « La parabole de la citerne d’eau de pluie ou les contradictions des comp (...)

3Une majorité de textes s’attache essentiellement à la description des interrelations entre inégalités sociales et environnement. Pour cela, ils suivent selon les cas une des deux pistes complémentaires possibles. La première consiste à partir de l’environnement pour aboutir aux inégalités sociales. P. Cornut et P. Marissal3 par exemple travaillent à partir d’une politique publique de réduction des consommations d’eau pour montrer ensuite les inégalités engendrées ou reproduites via l’accès différentié à l’eau. La seconde piste consiste à partir des inégalités sociales pour aboutir à l’environnement et montrer ainsi ce qui dans les inégalités sociales s’exprime aussi par un accès inégal aux biens et aux maux environnementaux. L’exemple archétypal serait celui du confinement des dominés dans des environnements dégradés et le renforcement consécutif de ces inégalités sociales, qui deviennent éventuellement des inégalités sanitaires.

4La plupart de ces travaux opèrent donc un croisement entre deux sphères bien distinctes : celle du social et celle de l’environnemental. L’environnement y apparaît le plus souvent sous la forme d’une donnée extérieure et comme un facteur de renforcement ou d’atténuation des inégalités sociales. Une question revient alors régulièrement : comment sous les enjeux environnementaux retrouve-t-on des conflits de classes sociales ? Cette approche par sphères laisse alors parfois dans l’implicite la définition de l’environnement. Tacitement, il est alors considéré comme constitué des écosystèmes plus ou moins anthropisés dont la connaissance relève d’un savoir de spécialistes en sciences du milieu. Cependant, dans certains textes surgit un questionnement mené en amont : de quel environnement parle-t-on ?

  • 4 Emelianoff C., « Connaître ou reconnaître les inégalités environnementales ? », in ESO, n° 25 « Tra (...)

5Cyria Emelianoff s’attache ainsi à expliciter l’intérêt d’une définition écosystémique de l’environnement pour une approche menée en termes de justice sociale4. L’environnement écosystémique peut être décrit, mesuré, quantifié en termes de qualité de l’air ou des eaux. Cette métrologie de l’environnement peut ensuite être mise en relation avec une autre métrologie, sanitaire par exemple, afin de dégager des corrélations entre la concentration en polluants et l’incidence de certains cancers.

6Seule une minorité de chercheurs opère la déconstruction de cette définition écosystémique se présentant comme une vérité scientifique indiscutable. Lionel Charles montre ainsi en quoi la transformation du ministère français de l’environnement en ministère de l’écologie et du développement durable traduit une évolution politique :

  • 5 Charles L., « Une appréhension interculturelle des inégalités environnementales », in Écologie et P (...)

ce n’est plus de l’environnement mais d’un arrière fond sublimé de celui-ci, la nature, appréhendée émotionnellement, épurée, scénarisée en victime sans défense à protéger [...] vision quasi eschatologique qui se donne la figure d’un enchaînement, d’une nécessité, d’un destin, dans un dévoiement évident5.

  • 6 Evans M. M., « La “nature” et la justice environnementale », in Écologie et Politique, n° 35, 2008, (...)

7Lorsque l’on suit cette réflexion, on s’aperçoit qu’il n’y a pas un environnement naturel, mais une pluralité d’environnements socialisés. Mey Mey Evans s’attache ainsi à décortiquer l’image d’une nature a priori consensuelle : l’environnement sauvage et mystique de la wilderness nord-américaine est d’abord un espace vécu et perçu de manière différentiée, à l’avantage « du mâle blanc hétérosexuel6 ».

8La spécificité du présent ouvrage par rapport à ces récentes publications francophones ou traduites est d’analyser les interrelations société-environnement à travers la notion de justice environnementale. Celle-ci, polyphonique et complexe, peut d’abord être considérée pour sa valeur heuristique, comme porteuse d’un ensemble de questions permettant de renouveler la compréhension et la critique des inégalités sociales et environnementales et des politiques qui les produisent ou les réparent : Quel environnement ? Et pour qui ? Les inégalités socio-environnementales peuvent-elles être considérées comme justes ou injustes, et aux yeux de qui ? Comment résorber des inégalités injustes ?

La diffusion d’une terminologie anglo-saxonne

  • 7 Nous nous sommes restreints à quelques auteurs majeurs. Pour une bibliographie complète, voir Zacca (...)

9Les contributions rassemblées ici cherchent à répondre à de telles questions, en utilisant de manière différenciée les apports des auteurs, essentiellement anglo-saxons, qui ont posé le cadre conceptuel de la justice environnementale en s’appuyant sur les théories contemporaines de la justice7.

  • 8 Rawls J., A theory of justice, Cambridge, Harvard University Press, trad fr. de Audard C., Théorie (...)

10La justice peut être analysée sous l’angle de la distribution des avantages et des maux de l’environnement. Il s’agit ici d’une justice redistributive, définie, entre autres, par les travaux de J. Ralws, pour analyser la distribution des maux et des biens environnementaux entre les territoires et/ou les individus8. Un nombre important de contributions traitent de la question des compensations (B. Zuindeau, J. Gardin, J. Gobert, G. Marchand), financières ou autres, pour pallier l’implantation d’infrastructures polluantes ou la limitation d’activités économiques (agriculture, exploitation du pétrole.).

  • 9 Young I. M., Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press, 1990.
  • 10 Schlosberg D., « The Justice of Environmental Justice : Reconciling Equity, Recognition and Partici (...)

11La justice peut également être considérée sous l’angle des processus de décision : il s’agit alors de la justice procédurale, définie, entre autres, par les travaux de I. -M. Young9, tenant compte de la reconnaissance des différentes parties prenantes, et de la négociation entre ces parties. J. Gobert observe ainsi la manière dont s’organise la prise en compte des victimes de nuisances sonores autour d’un aéroport. De leur côté, D. Lapointe et C. Gagnon proposent très méthodiquement d’analyser la représentation des populations locales des parcs nationaux du Forillon (Québec) et de la Guadeloupe, au travers des trois versants de la justice environnementale reconnus par D. Schlosberg10 : distribution des avantages d’ordre économique ou social suite à la privation de certains usages traditionnels ; reconnaissance des spécificités des acteurs locaux ; et participation de ces derniers à la création des parcs et à leur gestion.

  • 11 Martinez-Alier J., « Conflits de distribution écologique, identité et pouvoir », in Environnement e (...)

12Cet ouvrage est symptomatique du glissement géographique des terrains d’études de la justice environnementale, essentiellement concentrés, dans l’approche anglo-saxonne, sur la ville nord-américaine. La ville des pays développés, face à des aménagements tels que la création d’espace vert (Canada), d’aéroports (Los Angeles), ou la prise en compte du risque d’inondation (agglomération parisienne) figure ici aux côtés de l’étude de l’accès aux ressources, essentiellement en milieu rural, en eau dans le cas de la fermeture des bassins versants, notamment en Inde, ou de l’accès à la terre. Les aires protégées, au Québec, en Guadeloupe, au Brésil ou à Madagascar ont aussi inspiré nombre de contributions. Y est également approfondi le thème des injustices environnementales au niveau mondial, déjà développé dans les travaux de J. Martinez-Alier11, à travers les notions de transfert de durabilité et de compensation entre les territoires.

  • 12 Confronting Environmental Racism : Voices from the Grassroots, Bullard R. D. (ed.), Boston, South E (...)
  • 13 Laigle L., « Des conceptions différentes des inégalités écologiques et de l’action publique au coeu (...)

13Aux États-Unis, les auteurs se sont d’abord intéressés au recouvrement de discriminations socio-économiques, raciales et environnementales, dénoncés à partir des années 1970 par des mouvements locaux se réclamant de l’environmental justice12. Or, force est de reconnaître que ce type de mouvements, mais aussi le questionnement académique qui l’accompagne est peu représenté en Europe, et surtout en France, de sorte que la justice environnementale apparaît pour certains comme une affaire anglo-saxonne. Ce serait dû à une différence fondamentale de culture juridique et de rapport à la nature13. La référence privilégiée aux travaux anglo-saxons semble reposer sur un a priori : dans les pays centralisés, la société civile serait muselée. Tous les problèmes passent par un appel à l’État qui empêche l’émergence de problématiques environnementales portées par les institutions associatives, communautaires, syndicales ou professionnelles de ce qu’il est convenu d’appeler la « société civile ».

  • 14 Cornut P. et Zaccaï E., « Introduction », in Environnement et inégalités sociales, op. cit.
  • 15 Berelowitch A. et Wieviorka M., Les Russes d’en bas. Enquête sur la Russie post-communiste, Paris, (...)

14Cependant l’apparition datée de la « justice environnementale » aux États-Unis ne doit pas dispenser de l’analyse des luttes antérieures et contemporaines, qui ont pour double enjeu des préoccupations environnementales et des préoccupations sociopolitiques, même si ces deux thèmes ne sont pas explicitement articulés en termes de justice environnementale. P. Cornut, T. Bauler et E. Zaccaï14 rappellent que le mouvement hygiéniste de la fin du XIXe siècle s’appuie avant tout sur la mise en évidence des effets désastreux de la relégation des pauvres dans des environnements insalubres. Si l’on prend un exemple de centralisme extrême, l’Union soviétique, on s’aperçoit en fait que c’est au travers de l’écologie politique que la société civile s’est d’abord exprimée, avant même la perestroïka, notamment au travers de la défense du lac Baïkal15. En France, la lutte victorieuse des habitants de Plogoff entre 1978 et 1980 contre l’implantation d’une centrale nucléaire rappelle là aussi l’existence d’une société civile. Au Sud, au Brésil notamment, nombre de mouvements sociaux locaux expriment une injustice faite aux hommes par le biais de l’accès inégal aux ressources : le mouvement des sans terres ne relève-t-il pas d’une problématique environnementale aussi bien que sociale ?

15Si les travaux menés en termes de justice environnementale apparaissent avec de forts décalages dans le temps, c’est sans doute parce que la prise en compte des questions environnementales par les sociétés et les pouvoirs s’opère partout dans des contextes culturels et juridiques particuliers. En France, l’inquiétude vis-à-vis de l’état de l’environnement s’est généralisée de manière assez récente. Or, comme les questions de justice sociale y sont souvent abordées sous l’angle de l’évaluation des effets des politiques publiques, c’est vraisemblablement en raison de la multiplication récente des réglementations de protection de la nature que se sont renouvelés les questionnements académiques sur la justice.

Trois approches pour la justice environnementale

16Trois grandes approches de la justice environnementale sont représentées, et combinées par les auteurs des contributions rassemblées ici. Dans le sillage des travaux anglo-saxons, certains considèrent essentiellement la recherche de justice environnementale comme l’expression de mouvements locaux, luttant pour un environnement meilleur. Le sentiment d’injustice, et son corollaire, le souci de justice, apparaît alors comme le moteur de la lutte, et de l’expression de mouvements bottom-up (du bas vers le haut). La justice environnementale peut pour d’autres être conçue comme un outil de gestion des hommes et des choses. Nous considérons cette justice de gouvernement comme relevant d’une approche top-down (du haut vers le bas). Les auteurs qui s’y attachent cherchent ainsi à proposer des voies pour améliorer les politiques publiques. Enfin, la justice environnementale peut fournir un cadre conceptuel pour interroger la pluralité des environnements vécus et leur relation aux conceptions dominantes véhiculées par le capitalisme mondialisé.

17L’analyse des luttes locales est abordée à travers deux contributions, qui toutes deux montrent que les phénomènes de ségrégation socio-environnementale (de même que les « injustices » dénoncées) sont fort complexes. La vision de populations dominées confinées dans des environnements dégradés, et porteuses d’un projet de justice sociale et environnementale, apparaît alors brouillée, voire simpliste. K. Cruikshank et N. Bouchier détaillent de telles luttes locales dans une cité industrielle canadienne, menées par des populations pauvres, vivant dans un environnement pollué, mais en bordure d’une lagune et qui souhaitent continuer à y vivre. L’ironique constat dressé par l’auteur est de montrer que la lutte pour le droit à habiter un environnement choisi doit parfois passer par la négation des préoccupations environnementales dominantes, et notamment des alertes relatives à la santé publique ou aux risques d’inondation. S. Beucher et M. Reghezza montrent qu’en France aussi, le risque d’inondation peut servir d’expression à une lutte locale exprimée comiquement en termes de « France d’en bas » (inondable) contre « France d’en haut » (non inondable). Comme dans le cas canadien évoqué par K. Cruikshank et N. Bouchier, les décalages vis-à-vis de l’environmental justice originelle sont manifestes et variés : ici, ce sont les riches qui habitent « en bas » et réclament l’accès à une mutualisation des risques encourus par leurs propriétés coquettes de bord de Seine.

18Dans la seconde approche, la justice est convoquée afin de construire une gouvernance multiscalaire des biens et des maux environnementaux. Certains exemples relèvent d’une géographie de la nuisance et de la vulnérabilité. S. Beucher et M. Reghezza insistent sur la difficulté à gérer de façon juste le risque d’inondation, en étudiant à la fois les processus d’indemnisation, et les projets communaux d’aménagement pour les zones inondables. J. Gobert montre quant à elle que l’acceptabilité sociale d’un aménagement polluant, ici l’aéroport de Los Angeles, dépend d’un dialogue mené à long terme entre l’entreprise « impactante » et le milieu et la société « impactés ». Elle souligne également la possibilité de modes de gouvernance territoriale permettant des compensations non financières. D’autres contributions relèvent davantage de la prospective.

19Programmatique, le travail de B. Zuindeau cherche à promouvoir un développement durable fondé sur l’équité entre les territoires. Il examine comment remédier aux transferts de durabilité entre les territoires, c’est-à-dire aux dégradations de l’environnement subies par certains territoires, à cause du développement économique dont d’autres sont le théâtre. Rejetant à la fois le retour à une économie autarcique et la mondialisation des échanges dans son état actuel, il plaide pour une mondialisation intégrant un ensemble de réglementations, de taxes et de compensations, selon le niveau de développement des pays.

  • 16 Harvey D., Justice, Nature and the Geography of Difference, Oxford, Blackwell Publishing, 1996.

20Cette approche top-down de la justice environnementale contribue à la « modernisation écologique16 » des pouvoirs et de la société, considérée comme un ensemble de réglementations élaborées dans le souci de réparer les effets de la crise écologique contemporaine et surtout d’éviter qu’elle ne s’aggrave à l’avenir. Ainsi, la durabilité est placée au cour des politiques publiques, à travers notamment la question des risques, des dommages sur le long terme, et la question de l’équité entre les territoires. Cette modernisation écologique est conçue comme devant être profitable, grâce à la mise en place de solutions « gagnant-gagnant ». De manière générale, les discours relevant de la modernisation écologique peuvent être radicaux, mais ils sont aisément récupérés par les pouvoirs en place.

21Aussi, un dernier courant utilise la justice environnementale comme outil de critique de ces processus pour montrer en quoi les réglementations environnementales, y compris quand elles sont menées au nom de la justice, favorisent la perpétuation des rapports de domination politique et/ou économique, et l’émergence d’un « capitalisme vert », lui-même créateur d’injustice. Sont notamment mises en cause l’individualisation des rapports à l’environnement, la privatisation de sa gestion et la marchandisation des ressources naturelles. Tous les auteurs constatent aussi que la modernisation écologique s’accompagne d’un traitement technique de plus en plus précis des objets de nature. Les deux approches précédemment décrites (bottom-up et top-down) apparaissent alors plus complémentaires qu’opposées. Elles conduisent essentiellement à l’acceptabilité sociale de la marchandisation de l’environnement.

  • 17 Hardin G., « The Tragedy of the Commons », in Science, vol. 162, 1968, p. 1243-1248.

22Le point commun des textes relevant de cette troisième approche est de remettre en question deux présupposés des discours dominants sur la gestion de ressources naturelles que sont d’une part l’idée d’une raréfaction des ressources (eau, forêt, biodiversité) sans prendre en compte leur inégale utilisation à toutes les échelles, et d’autre part le dénigrement des modes de gestion communaux, fondée sur une interprétation fausse de leur fonctionnement mais largement répétée, avec notamment la référence constante au très court article de G. Hardin17.

23Certaines contributions soulignent ainsi les dysfonctionnements de la modernisation écologique. F. Molle, comme J. -P. Venot montrent comment la question du partage de l’eau dans les grands bassins versants en cours de « fermeture » change qualitativement en raison d’une évolution quantitative : l’augmentation des prélèvements. Le cas de la rivière Krishna, développé par J. -P. Venot, est exemplaire : l’augmentation des prélèvements fait de la rivière un espace endoréique, ce qui entraîne un transfert vers l’amont des responsabilités de la gestion et une transformation des droits sur l’eau. Dans des espaces pourtant très différents, D. Lapointe et C. Gagnon d’une part et G. Marchand de l’autre montrent également les impasses de la gestion participative, au Québec, en Guadeloupe et en Amazonie brésilienne. Dans aucun des cas étudiés, la justice ne semble émerger en tant que participation, reconnaissance ou distribution. Tout au plus la participation à la gestion « durable » de l’environnement sert-elle d’alibi à des compromis temporaires rendant provisoirement acceptables les situations d’injustice.

24D’autres auteurs vont plus loin et cherchent à déconstruire l’idée même de raréfaction. Ils montrent ainsi comment les choix de certaines conceptions de l’environnement permettent de légitimer des situations de domination. À travers l’étude de la délimitation des aires protégées à Madagascar, X. Amelot, S. Moreau et S. Carrière montrent comment un « impérialisme vert » s’est mis en place au profit des grandes ONG internationales de la conservation, fondé, notamment sur les représentations de la biodiversité, et sur l’utilisation de la cartographie numérique. En un tour du monde des situations foncières tant agraires que forestières, V. André et M. Mellac nous donnent sans doute une des clefs du problème : l’extension à l’échelle du monde du modèle occidental de la tenure foncière régie par le droit romain. En créant ainsi un espace borné où droits d’usage, de gestion et de propriété sont confondus, ce modèle précipite la chute des régimes flous et adaptables des sociétés paysannes. Le problème de la justice environnementale vient alors se mouler dans la forme même de cet espace clôturé. Enfin, J. Gardin porte une vision critique des approches menées par les pouvoirs pour gérer l’environnement, la participation paysanne (en Kroumirie, Tunisie) et les compensations (en Équateur), qui aboutissent l’une et l’autre à étendre le contrôle de l’environnement et sa marchandisation. La « justice environnementale » telle qu’elle est aujourd’hui conçue par les institutions politiques peut-elle être « décente » dans un système toujours fondé sur l’exploitation maximale de toutes les ressources naturelles et l’extension illimitée du domaine de la gestion bureaucratique ?

Justice environnementale et territoire

25Un autre point fort de cette collection d’articles est d’enrichir l’analyse de la justice environnementale par une approche spatialisée. Les contributions abordent ici directement la question de la relation entre territoires et justice, en traitant des zonages ou découpages divers de l’espace (aires protégées, tenures foncières), et de l’articulation des différentes échelles.

26Ce qui est juste pour le local est-il juste à un niveau plus vaste ? La question trop générale devient très concrète lorsqu’on lit Cruikshank et Bouchier se demandant si la réussite de la lutte pour conserver l’habitat sur le cordon dunaire de la ville d’Hamilton répond en même temps aux besoins des résidents de l’agglomération qui n’ont pas accès aux bords de lac. L’exemple est modeste mais éclatant. Le local est sans doute l’échelle du vécu, du ressenti et de la solidarité la plus évidente, et le « sens of place » le moteur des luttes, mais c’est aussi le risque de l’enfermement égoïste connu sous le nom de phénomène NIMBY (Not In My Backyard). S. Beucher et M. Reghezza décrivent minutieusement les contradictions engendrées par la multiplication des échelons décisionnels en France, et la compréhension différente pour chacun d’entre eux du risque d’inondation. Cette étude montre les difficultés d’articulation entre une justice centrée sur les individus et une justice spécifiquement appliquée à un territoire, une justice « située », pour reprendre l’expression employée par J. Gobert dans le cas de Los Angeles.

27Dans le même ordre d’idée, B. Zuindeau montre qu’il est très difficile, voire impossible de spatialiser certains concepts centraux dans la justice environnementale. Ainsi, la notion d’empreinte écologique s’applique parfaitement aux individus, mais souffre de graves distorsions lorsqu’elle est appliquée aux villes ou aux États. Les ponctions opérées par la ville en fontelles un espace environnementalement injuste par définition ? Non bien sûr, puisqu’elle est même le lieu d’une certaine économie d’échelle. De même, il est absurde de penser que le Bangladesh est un « débiteur » écologique simplement à cause de sa très forte densité de population alors que l’Australie serait créditrice. À ces problèmes de conception d’une justice environnementale globale, B. Zuindeau répond par une proposition générale. La subsidiarité descendante qu’il propose comme modèle doit toujours tenter de régler les problèmes de justice environnementale à l’échelle la plus globale possible (planétaire si possible), et, en cas d’échec, de s’adresser au niveau continental, puis par défaut national, régional ou local.

28Mais la solution d’une subsidiarité descendante proposée est-elle acceptable par le local ? À Madagascar par exemple (X. Amelot, S. Moreau et S. Carrière), la contradiction paraît insoluble entre l’imposition d’une conception de l’environnement porté par des ONG d’envergure mondiale, persuadées d’agir pour le bien de l’humanité, et l’injustice faite aux paysans corsetés par un carcan de règles qui ne laisse d’autre choix que celui de l’illégalité.

29La deuxième interrogation d’ordre spatial concerne les découpages territoriaux induits par les politiques publiques environnementales. Deux séries de question sont posées. La première porte sur la pertinence des découpages, qui sont parfois largement critiquables. G. Marchand évoque ainsi les « délimitations par exclusion » effectués en Amazonie et l’accent mis sur des projets « démonstratifs » tout en laissant en totale friche des espaces Òaussi remarquables mais moins porteurs politiquement.

30La seconde interroge le principe même de découpage, utilisé souvent comme outil de domination. F. Molle considère ainsi que les « limites naturelles » des bassins versants sont utilisées pour déposséder des pouvoirs locaux de leur contrôle sur les ressources en eau. Pour leur part, X. Amelot, S. Moreau et S. Carrière montrent que l’utilisation de la cartographie numérique, via les SIG, permet des zonages de plus en plus précis et complexes, mais qui traduisent les conceptions et les objectifs en matière de conservation de leurs utilisateurs : une biodiversité sans les hommes. De même, la modernisation de l’accès au foncier s’accompagne d’une spécialisation des fonctions agricoles (V. André et M. Mellac). Tout se passe comme si la raréfaction des ressources s’accompagnait d’une affectation de plus en plus précise des espaces, assignés à un usage spécifique, ce qui a toute chance de générer des injustices, en excluant de fait les autres usages possibles.

Conclusion

31En se positionnant dans une approche active, au-delà de la description des inégalités dans la répartition des biens et des maux environnementaux, questionner la justice environnementale engage à interroger le positionnement du chercheur vis-à-vis de son objet d’étude. Le terme de justice, mieux que le terme plus neutre d’inégalités, permet de se départir d’une posture surplombante, qui est rarement tenable dans les analyses socio-environnementales, ni au moment du choix du sujet d’étude, ni dans l’élaboration d’une méthodologie d’observation, ni encore au moment de tirer les conclusions. Le chercheur n’est pas un justicier, mais conscient de son engagement, il l’utilise pour mieux expliciter ce qui, dans ses propres a priori, le fait réfléchir à ce qui est juste et ce qui ne l’est pas.

Notes

1 Voir le site consacré au colloque « Justice et Injustices Spatiale » sur http://www.justice-spatiale-2008.org/, ainsi que le site de la revue Justice Spatiale/Spatial justice sur www.jssj.org.

2 Voir notamment : Environnement et inégalités sociales, Cornut P., Bauler T. et Zaccaï E. (dir.), Bruxelles, Les Éditions de l’université de Bruxelles, 2006 ; Développement durable et territoires [ En ligne], Dossier n° 9 « Inégalités écologiques, inégalités sociales », 2007 ; Écologie et Politique, n° 35 « Des inégalités écologiques parmi les hommes », 2008 ; Laigle L., « Des conceptions différentes des inégalités écologiques et de l’action publique au cœur des politiques de développement urbain durable en Europe ? », in Programme de recherche politiques territoriales et développement durable, séminaire du 16 janvier 2007, medd (ministère de l’Écologie et du Développement durable), http://www.territoires-rdd.net/seminaires.htm, et enfin Blanchon D., Moreau S. et Veyret Y., « Comprendre et construire la Justice Environnementale », in Annales de Géographie, 1/2009 (n o 665-666), p. 35-60, www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2009-1-page-35.htm.

3 Cornut P. et Marissal P., « La parabole de la citerne d’eau de pluie ou les contradictions des comportements écologiques occidentaux », in Environnement et inégalités sociales, op. cit., p. 61-72.

4 Emelianoff C., « Connaître ou reconnaître les inégalités environnementales ? », in ESO, n° 25 « Travaux et Documents », décembre 2006, p. 35-43. Emelianoff C., « La problématique des inégalités écologiques, un nouveau paysage conceptuel », in Écologie et Politique, n° 35, 2008, p. 19-31.

5 Charles L., « Une appréhension interculturelle des inégalités environnementales », in Écologie et Politique, n° 35, 2008, p. 47-60.

6 Evans M. M., « La “nature” et la justice environnementale », in Écologie et Politique, n° 35, 2008, p. 33-45.

7 Nous nous sommes restreints à quelques auteurs majeurs. Pour une bibliographie complète, voir Zaccaï E., Villalba B. et Emelianoff C., « Inégalités écologiques, inégalités sociales. Bibliographie indicative », in Développement durable et territoires [En ligne], Dossier 9 : Inégalités écologiques, inégalités sociales, mis en ligne le 03 mai 2007, disponible sur http://developpementdurable.revues.org/3492. Pour une bibliographie en anglais, on peut également se référer au numéro spécial de la revue Geoforum consacré à l’Environmental Justice, vol. 37, n° 5, 2006.

8 Rawls J., A theory of justice, Cambridge, Harvard University Press, trad fr. de Audard C., Théorie de la justice, Paris, Éditions du Seuil, 1987 ; réed., « Points », 1997.

9 Young I. M., Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press, 1990.

10 Schlosberg D., « The Justice of Environmental Justice : Reconciling Equity, Recognition and Participation in a Political Movement », in Moral and Political Reasoning in Environmental Practice, Light A. et de-Shalit A. (eds.), Cambridge, MIT Press, 2003.

11 Martinez-Alier J., « Conflits de distribution écologique, identité et pouvoir », in Environnement et inégalités sociales, op. cit., p. 181-205.

12 Confronting Environmental Racism : Voices from the Grassroots, Bullard R. D. (ed.), Boston, South End press, 1993.

13 Laigle L., « Des conceptions différentes des inégalités écologiques et de l’action publique au coeur des politiques de développement urbain durable en Europe ? », in Programme de recherche politiques territoriales et développement durable, op. cit.

14 Cornut P. et Zaccaï E., « Introduction », in Environnement et inégalités sociales, op. cit.

15 Berelowitch A. et Wieviorka M., Les Russes d’en bas. Enquête sur la Russie post-communiste, Paris, Éditions du Seuil, 1996.

16 Harvey D., Justice, Nature and the Geography of Difference, Oxford, Blackwell Publishing, 1996.

17 Hardin G., « The Tragedy of the Commons », in Science, vol. 162, 1968, p. 1243-1248.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540